Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Corée du Sud, un pays sûr ?

La Corée du Sud, un pays sûr ?

La Corée du Sud ne fait pas partie des pays les plus sûrs dont le classement place la France largement avant. Pourtant, si l’on prend le cas de la capitale et de ses 20 millions d’habitants (ce qui représente environ 1/3 de la population française regroupé sur une superficie d'environ 600km2), la sécurité y est bien plus importante qu’à Paris. Mais attention, je ne cherche pas ici à dresser un négatif de la France mais souhaite seulement partager quelques anectodes sur Séoul, une des villes les plus sûres du monde !


Ma première expérience fut une sorte de choc culturel, à la fois pour le Coréen qui m’accompagnait et pour moi. Nous étions allés dans faire du bowling et comme à mes habitudes, je garde sur moi mon sac contenant tous mes effets personnels sans vraiment m’apercevoir que tout le monde avait posé ses affaires à l’autre bout de la salle. Là, le Coréen avec qui j’étais me regarde les yeux écarquillés et entre rire un tantinet moqueur et surprise me dit : « Mais qu’est-ce que tu fais avec ton sac, va le poser là-bas ! ». Je regarde le siège – si loin de nous ! - où il avait posé le sien et comprends qu’il semble normal dans ce pays de laisser ses affaires sans surveillance. Un peu inquiète tout de même, je n’aurai de cesse de jeter un œil à mon sac durant toute la partie.

Picture

Une autre expérience assez déroutante dès mon arrivée, celle d’une personne ayant laissé sa voiture, contact allumé, sans personne dedans, le temps d’aller acheter une pizza. La voiture restera bien 15 minutes ainsi, invitant le premier passant à la voler. Mais lorsque nous sortons du magasin, la voiture est toujours là. Plus tard, je passerai plusieurs fois à côté de scooter de livreurs, même chose, sans personne pour surveiller mais contact allumé. Il en est de même de boutiques dans lesquelles on entre, cherche le vendeur mais ne trouve personne. Pourtant, son téléphone portable est posé là, sur le comptoir, juste à côté de la caisse. Ça en serait presque surréaliste. Mais pour les Coréens, il n'en est rien. Le propriétaire s'est juste absenté un petit moment sans fermer la porte de la boutique et quand il revient, au lieu de se soucier d'un éventuel vol, il s'excuse de nous avoir fait attendre.

Un autre exemple. Si vous vous trouvez dans un café et que vous souhaitez vous rendre au « pipi room », nul besoin de vous encombrer de toutes vos affaires, vous pouvez tout laisser sur place. Finies les acrobaties qui tiennent parfois du miracle pour arriver à faire sa petite commission tout en tenant un sac dans une main (pour les femmes), un autre contenant vos cours ou votre ordinateur sur le dos, le tout en équilibre (toujours pour les femmes) au-dessus d’une cuvette de toilettes sans lunette et à l’hygiène plus que douteuse. D’ailleurs, sur ce point, les Coréens sont souvent surpris de voir le nombre de toilettes publiques sans lunette en France car à Séoul, toutes en ont une et dans la plupart des cas, la propreté y est irréprochable. Mais ceci est un autre débat.

Une dernière anecdote pour la route, celle de la petite mamie qui fait un retrait au guichet de la banque dans laquelle j’attendais mon tour. Jusque-là, rien de surprenant, mais quand l’employé de banque dépose sur le comptoir du guichet deux liasses de billets verts d’une vingtaine de centimètres de haut que la mamie prend le temps de ranger soigneusement dans un petit sac en papier tel que celui qu’on utilise pour les sandwichs, je ne peux m’empêcher de m’inquiéter un peu que quelqu’un ayant vu la scène ne l’attende à un coin de rue pour lui subtiliser le butin. D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des gens sortir de grosses liasses de billets pour payer un repas à 5 euros. Il faut dire que 10 000 wons ne fait en réalité que 7,50 € et que donc les liasses ne dépassent sûrement pas les 200 ou 300 euros (environ 30 ou 45 billets de 10 000 wons !). Mais tout de même, ça reste toujours impressionnant que des personnes sortent de leur poche tant de billets sans aucune inquiétude.
JPEG - 40 ko
Preuve de confiance d’un vendeur de friandises coréennes dans la rue Le client dépose l’argent et prend sa monnaie lui-même dans une boîte accessible à tous.
Cela m’a donc pris du temps de sortir de mes réflexes de Française et de m’habituer à ce que l’on pourrait qualifier en France d’insouciance. Une des choses auxquelles on s’habitue assez aisément par contre, c’est de pouvoir se promener seul(e) n’importe où, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit et dans n’importe quelle tenue sans ressentir quelconque danger.

La Corée est-elle pour autant un pays exempte de criminalité ? La réponse est non, bien sûr. Si la délinquance quotidienne telle que les vols, le vandalisme, les agressions, etc. y sont faibles, il existe cependant un important taux de fraudes, d'escroqueries et de corruptions, sans parler de la mafia qui est très discrète mais pourtant bien présente. Et de par la position géopolitique de la péninsule coréenne, la Corée du Sud qui a pour voisin sa consoeur du Nord étant, elle, classée 149ème dans la liste des pays les plus sûrs du monde – sur environ 200, autant dire qu’elle ne l’est pas beaucoup – cela explique peut-être pourquoi le pays du matin calme dont l’insécurité au quotidien y est quasi inexistante, n’a pas trouvé sa place dans le top 10 des pays les plus sûrs.
 
Joëlle Jiyeon sur www.lefrancaisencoree.com

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Le français en Corée Le français en Corée 10 mars 2012 14:08

    ERRATUM : dans le chapeau, à la 5ème ligne, il faut lire « un portrait négatif de la France »


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 10 mars 2012 15:11

      Bonjour Mme Jiyeon,

      Merci pour cet article instructif. Je n’ai jamais visité la Corée du Sud mais ce que vous me dites ne m’étonne qu’à moitié.

      Pensez-vous que cet état d’esprit soit lié à la très grande cohésion nationale du peuple sud-coréen ?

      J’ai toujours pensé pour ma part que pour que des gens partagent des valeurs telles que l’honnêteté et la confiance, il leur fallait plus que le sentiment, la certitude d’appartenir à un même camp, et celle tout aussi inébranlable que le malheur de leur voisin ne pouvait être que le malheur d’eux tous.

      Bonne journée smiley


      • Le français en Corée Le français en Corée 10 mars 2012 16:14

        Bonjour Pierre-Marie,


        Je pense que cet état d’esprit est plus lié au confucianisme qui influence grandement la culture coréenne. Ceci pourrait d’ailleurs être le sujet d’un autre article car il y a beaucoup à dire. 

        Mais pour résumer, je pense que c’est l’importance qui est donnée au regard des autres qui joue sur la sécurité. Autrement dit, si un Coréen volait quelque chose et se faisait prendre, il constituerait une honte pour toute la famille voire la nation (et on retrouve ce dont vous parliez quant à l’esprit communautaire). Par exemple, il y a quelques années, il y a eu un incident aux Etats-Unis, un jeune Coréen avait tiré sur des camarades si je me rappelle bien, et beaucoup de Coréens en avaient honte et parlaient de la mauvaise image qu’il avait donné à leur pays. Alors que quand on retrouve des bébés congelés chez un couple français à Séoul (un cas de déni de grossesse), je ne pense pas que les Français ait eu ce genre de sentiment. En tout cas, pour ma part, je ne me suis jamais dit que ça pourrait porter atteinte à mon image de française. Un autre exemple, c’est un ami qui avait volé un fruit dans le jardin d’un voisin quand il avait 7 ou 8 ans et qui s’était fait prendre. Il m’a dit que sa famille en avait tellement perdu la face qu’il avait énormément regretté son geste et qu’il regretterait à vie d’avoir mis la honte sur sa famille. 

        Par ailleurs, il faut savoir que contrairement à la France où on a tendance à fermer les yeux sur tout, ici, on en est plutôt à la délation. Un jour, un voisin avait fouillé mes poubelles et m’avait menacée de me dénoncer à la police parce que je faisais mal le tri des déchets (c’était à mon arrivée et comme on a pas l’habitude en France, il m’a fallu m’y habituer alors qu’ici, tout le monde doit le faire sinon, on reçoit une amende).

        Sans compter qu’il y a des caméras de surveillance partout. Par exemple, j’ai entendu dire que le criminel qui avait mis le feu et détruit une des quatre portes de la ville de Séoul (qui fait partie du patrimoine du pays !) a été retrouvé grâce à une caméra de surveillance d’un bus qui passait à côté ! Je ne sais pas si c’est vrai mais en tout cas, les caméras partout, ça, c’est une réalité. Et donc, il serait assez facile de toute façon de vous retrouvez si commettiez un délit (ou alors il faudrait porter un bon déguisement ^^).

        Voilà, j’espère que ceci vous a éclairé ^^. Mais attention, je ne dis pas que j’ai forcément raison, je me trompe peut-être sur certains points et les exemples que je vous ai donnés, je ne dis pas que ça arrive tous les jours, ce sont juste des exemples qui permettent de bien illustrer les différences entre la France et la Corée. smiley

        Bonne nuit (avec le décalage horaire ^^)





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès