Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La course au pouvoir au Tchad : alors qui ?

La course au pouvoir au Tchad : alors qui ?

Le Tchad, nouvel Etat africain producteur de pétrole, a renoué depuis deux semaines avec la guerre. À l’est du pays des clans s’affrontent pour régler à la fois des comptes personnels et politiques et ce drame adossé à la tragédie du Darfour ne peut pas être sans conséquences sur le jeu du pouvoir au Tchad. Des articles postés sur le site de RFI donnent toute l’ampleur de la situation (« Des combats qui déchirent la famille Bideyat* », etc. ). c’est aussi pour confirmer la gravité de cette situation que le président Deby, selon un site tchadien, a dû annuler son voyage aux Etats-Unis. Quelle perspective immédiate pour une alternative à cette guerre d’une autre époque ?

Depuis près d’une dizaine de jours les hostilités ont repris au nord-est du Tchad entre les forces rebelles et gouvernementales, alors que sous les auspices du président Bongo, Goukouni, ancien chef d’Etat tchadien, réfugié à Alger conduit une mission de réconciliation nationale. Goukouni et Deby se sont rencontrés à Libreville puis au mois de juillet à Ndjaména pour amorcer officiellement cette réconciliation qui fait partie d’une longue liste de négociations et de réconciliations engagées par divers partenaires politiques depuis le début du conflit avec le Soudan en 2003.

Le conflit entre le régime tchadien et celui d’el Béchir rampait déjà sous les pieds quelques temps seulement après la prise du pouvoir d’Idriss Deby en 1990. Il a éclaté au grand jour à partir de 2004 avec des accusations mutuelles de soutien aux rebelles installés sur les frontières entre les deux Etats. Khartoum promettait à sa façon la fin du régime de Ndjaména et ce dernier se déployait pour mobiliser tout ce qui pouvait entraver politiquement. El Béchir qui avait maille à partir avec la communauté internationale. C’est dans ce contexte que le président Deby a modifié la constitution qui le limitait à deux mandats pour en briguer un troisième et faire de sa posture une affaire personnelle contre El Béchir et ses acolytes tchadiens.

Aujourd’hui dans les milieux tchadiens, même si on croit aux négociations, on pense clairement que le Soudan et certains de ses alliés étatiques ne pardonneront jamais au président Deby son « arrogance » et vont agir de façon à entraîner sa chute. Cette logique fonde selon eux, les difficultés tribales que Deby affronte au sein de son clan apparenté au Soudan (il y a des Zaghawa dans les deux pays) et la rébellion qui décroît son influence politique et sociale. Ensuite, son alliance religieuse avec les tribus dites arabes au début des années 90 a volé en éclat avec une myriade de rebellions armées de ces tribus, canalisées par Mahamat Nour (un Tama). Les Goranes également coalisés sous Nouri (un Gorane) lui tournent finalement le dos et embrassent une forte rébellion armée qui rallie le résiduel des troupes de Togoymi, de Goukouni, de Habré, etc. Il apparaît donc que Deby n’est plus en sécurité au-delà des 5 préfectures du Sud et de la capitale Ndjaména. Mais pour combien de temps ?

Pourquoi la négociation est-elle possible ?

Examinons les spectres primaires.

1. Affaibli, d’une part par divers événements familiaux et sa santé ; d’autre part encerclé par une rébellion armée très active dans le Nord, mais aussi dans le Sud où quelques hommes en armes tentent de se positionner avec les mouvements du Nord, le gouvernement tchadien a du mal à gérer la situation politique et sociale, cela augmente par ailleurs sensiblement l’impact des partis d’opposition, qui sans adhérer au succès politico-militaire de la rébellion armée se sont transformés en partenaire sinon en interlocuteur diplomatique de la communauté internationale. Ils dénient au régime toute crédibilité politique. Le président Deby qui détient le record de longévité [1] présidentielle au Tchad fait face aujourd’hui à une triste fin qu’il peut éviter en activant la négociation pour un passage de pouvoir progressif à des forces de la coalition républicaine. La négociation puis la réconciliation nationale reste la seule politique qu’il doit établir pour sauver sa tête.

2. Goukouni est usé, mais il est sans conteste le plus indiqué et le plus sage pour conduire avec bon sens et un succès même relatif les négociations. Comme à ses bonnes manières, il a su s’ouvrir à l’ensemble de la communauté politique tchadienne pour initier et travailler au dialogue en cours. Malheureusement cette initiative se voit malmenée par les récentes atrocités guerrières au Nord. C’est sur Goukouni que certainement repose l’alternative au coup d’Etat imminent des rebelles.

3. La France, pièce maîtresse dans l’imbroglio tchadien est mal partie dans cette affaire de la nouvelle guerre pour le pouvoir. Le spectre du Rwanda la poursuit car les Tchadiens par cumul des faits la stigmatise de complicité de crimes au Tchad. Toutes ces actions mêmes les plus couvertes sont dénichées et utilisées pour susciter la haine de sa politique au Tchad. On lui reproche contre la raison ses interventions au moment de l’entrée des rebelles dans la capitale en avril 2006. L’affaire très controversée de rapt ou de secours d’orphelins par une ONG française dénommée Arche de Zoé ou Children Rescue, était supposée redorer son blason. Cette affaire a même amené le président français, nouvellement élu, à intervenir en personne auprès du président tchadien en se rendant sur place à Ndjaména. Malheureusement toute l’action liée à cette affaire y compris celle du président français n’a eu qu’un effet de feu de paille dans le sens escompté. Bien au contraire, elle a été l’occasion pour les populations et les hommes politiques d’attiser un sentiment anti-français concrétisé par une violente manifestation à Ndjaména. La politique française est depuis quelques années dans une mauvaise passe auprès de la population tchadienne. La France, accusée de porter à bout de bras un régime vomi, est condamnée à agir avec beaucoup plus de prudence en sollicitant des influences régionales majeures comme la Libye et l’Algérie. En fait, la France est considérée comme un snipper dans cette histoire de pouvoir au Tchad. Démasquée, elle n’a pas d’autres choix que de soutenir sans langue de bois habituelle une voie ferme de négociation.

4. Les rebelles aussi ne sont pas dans une position politiquement confortable en ce sens que :

- ils sont a-solidaires. Chacun se bat pour sa chapelle et lorsqu’une organisation entre en guerre contre le régime, les autres assistent en spectateurs (ils sont dans un championnat de boxe) ;

- leurs organisations sont tribales et pour la plupart logées au Nord. Ils doivent pour être crédibles s’accoquiner avec les organisations du Sud ou des sudistes ;

- leurs motivations tribales dans la lutte de leadership fait d’eux des maillons faibles du processus de démocratisation au Tchad.

Pour garantir leurs succès, ils sont tenus de négocier, ne fût-ce que pour rassurer les partenaires occidentaux et africains qui ont le contrôle des influences sur le Tchad. Ils doivent dévoiler non pas leurs « professions de foi », mais leur vrai visage partenarial.

Ni l’intervention des organisations régionales (CEMAC, CEAC, etc.) ni la médiation des Etats voisins notamment la Libye, ni même les négociations menées par l’UA ou la Ligue arabe n’ont su atténuer l’ego du président tchadien ou la subversion des partis politiques qui arment l’ardeur des politico-militaires. Le régime de Deby est comme un fruit mûr maintenu fictivement sur sa base par la volonté française, dit-on.

La main qui la maintient s’est-elle affaiblie ?

Alors qui ? Quel code utiliser ?

En dehors des codes connus à travers l’histoire politique du Tchad, inventons-en un autre pour lire entre les lignes le futur proche du régime tchadien actuel. Il est évident que les codes ont un sens mystique et constituent une sorte de porte qui donne sur des signifiants du possible.

De 1979 et 1982, il y avait trois acteurs dont les noms finissent par le son é.

Habré - Kamougué - Weddé.

Les deux derniers ont chassé le premier et le premier a chassé le dernier en instaurant l’enfer. Lorsque les deux derniers ont chassé le premier cela été le sursis pour le second, à savoir Kamougué.

Aujourd’hui, nous avons encore trois acteurs avec le son i repartis en 2 classes avec deux Goranes et deux sont Zaghawa.

1. Debi - Nouri - Erdimi. Les 2 derniers peuvent-ils s’entendre pour chasser le premier ? Oui. Mais qui des deux serait porté à la tête du pouvoir ? Sans doute aucun. Dans ces conditions, c’est le schéma de la "Corne" (Somalie !?).

2. Debi - Goukouni - Erdimi. Les deux peuvent-ils s’entendre pour faire aboutir une négociation avec Deby ? Oui ! Deby aurait alors un sursis et Erdimi prendrait la tête. Quant à Nouri, le quatrième larron, il pourrait contre Erdimi tenter quelque chose, mais l’horizon est lointain et pourrait amener d’autres sons. Une classe Debi-Goukouni-Nouri est aussi possible à condition que Goukouni assure le pouvoir et sans coup férir, relance très rapidement le processus démocratique. Nouri est le véritable inconnu qui dépend de Deby.

Serait-il trop tard pour négocier ? Absolument non ! Sauf s’il manque de volonté politique sur le plan international. Mais on doit profiter du fait que tous les acteurs en présence sont affaiblis, pour promouvoir une négociation, seule camisole de force pour arriver à une paix relative. En ce qui concerne les combats dont Deby semble se prévaloir, il doit se souvenir que contre Habré, il n’a eu à effectuer que deux combats décisifs dans le maquis. On se rappelle que les combats entre les 16 octobre et 16 novembre 1989 étaient considérés comme très destructeurs et les fameux « stratèges analystes » prévoyaient que les pertes étaient si lourdes, qu’il fallait pour les deux camps attendre entre six mois et un an pour se restructurer. On connaît la suite. En effet, moins de temps que prévu, un autre combat « sésame » a ouvert la porte du palais présidentiel. Les combats du 16/10 au 16/11/ 1989 se sont déroulés sur les mêmes lieux que ceux qui opposent aujourd’hui le pouvoir aux hommes de Nouri et d’Erdimi.

A bon entendeur salut ! Khobet



[1] Il vient de fêter ses 17 ans au pouvoir contre 15 ans pour Tombalbaye.

*Article de Rolland Correau, Sonia.Rolley.
http://www.rfi.fr/actufr/articles/096/article_59881.asp


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • CAMBRONNE CAMBRONNE 10 décembre 2007 15:39

    BONJOUR A L’AUTEUR

    Article intéressant qui montre que le mouvement perpétuel a été inventé au tchad . Le retour de Goukouni Wouedei en est l’illustration .

    En 1978 ce « brave »homme soutenu par la Lybie de Khadaffi a lancé un assaut contre le gouvernement de MALOUM et il s’en est fallu de peu qu’il réussisse . L’intervention de la France au dernier moment l’a stoppé dans ses ambitions .

    Vous dites que l’opinion tchadienne devient anti française , OK , c’est quoi l’opinion du peuple tchadien ? si peuple Tchadien il y a .

    Peut être quelques personnes manipulées à Ndjamena et encore !

    Le peuple tchadien voudrait surtout avoir la paix quel que soit celui qui lui apportera et seul le blanc a quelque chance de réussir ça . Tout tchadien de la brousse le sait .

    Salut et fraternité .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès