Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La débâcle du monde arabe : L’Islam est-il responsable (...)

La débâcle du monde arabe : L’Islam est-il responsable ?

Le monde arabe, combien de divisions ?
(paraphrase de celle prononcée par Staline à propos du Vatican

Depuis la chute de l’empire soviétique, il est apparu que la guerre froide, n’ayant plus raison d’être, des idéologues américains ont cherché et trouvé « un Satan de rechange ». Ceci a donné lieu, notamment après l’invasion de l’Irak et l’incantation de Bush père de l’avènement d’un « Nouvel ordre mondial » à des floraisons d’étude. Cela va de « La Fin de l’histoire » de Francis Fukuyama, à Samuel Huntington avec Le Clash des civilisations qui désigne le péril vert et le péril jaune comme adversaires de la civilisation judéo-chrétienne. L’Islam, « Le tiers exclu de la révélation abrahamique » est le bouc émissaire des maux actuels de l’Occident. Il n’est pas étonnant de ce fait, de soupeser le poids de l’adversaire en le dimensionnant ce qu’a fait The Pew Forum on religion & public life qui a publié, ce mois-ci, une étude détaillée sur les musulmans du monde, intitulée Mapping the Global Muslim Population. A report on the Size and Distribution of the World’s Muslim Population.

 Première leçon de cette étude, si l’on compte 1,57 milliard de musulmans (23% de la population mondiale), l’Asie représente la plus grande proportion d’entre eux, soit plus de 60% du total. Les quatre pays les plus peuplés de musulmans sont, dans l’ordre : l’Indonésie (202 millions), le Pakistan (174 millions), l’Inde (160 millions) et le Bangladesh (145 millions). Le pays arabe le plus peuplé de musulmans n’arrive qu’en cinquième position, c’est l’Egypte (78 millions). L’Afrique du Nord et le Proche-Orient ne comptent que 315 millions de musulmans (à peine plus de 20% du total), suivis de l’Afrique subsaharienne (240 millions). 80% des musulmans habitent des pays où ils représentent une large majorité.(1)

 Dans le même ordre de la connaissance de l’Autre, un ouvrage important est écrit par John L. Esposito, un des meilleurs spécialistes américains de l’Islam, et Dalia Mogahed, une analyste travaillant pour l’institut de sondage Gallup : Who speaks for Islam ? What a billion muslims really think (« Qui parle au nom de l’Islam ? »). Cet ouvrage est intéressant à plus d’un titre, pour la première fois, à notre connaissance une image de la situation des musulmans dans le monde est donnée. Alain Gresh, qui le présente, écrit : « Cet ouvrage s’appuie sur une très large enquête d’opinion, à travers plus de 35 pays et représentant, selon les auteurs, plus de 90% des 1,3 milliard de musulmans. L’idée est de faire parler les musulmans eux-mêmes et pas les responsables ou les experts. Les auteurs résument ainsi les principaux résultats de leur enquête. »
« Les musulmans n’ont pas une vision monolithique de l’Occident. Ils jugent les différents pays en fonction de leur politique, pas de leur culture ou de leur religion. Leur principal rêve est de trouver du travail, pas de s’engager dans le djihad. Ceux qui approuvent des actes de terrorisme sont une minorité et cette minorité n’est pas plus religieuse que le reste des musulmans ».(2)

 « Ce que les musulmans admirent le plus dans l’Occident, c’est sa technologie et la démocratie ; ce que les musulmans condamnent le plus en Occident, c’est la "décadence morale" et la rupture avec les valeurs traditionnelles (dans des proportions similaires à celles des... Américains). Les femmes musulmanes veulent à la fois des droits égaux et le maintien de la religion dans la société. La majorité ne veut pas que les dirigeants religieux aient un rôle direct dans l’élaboration des Constitutions, mais est favorable à ce que la loi religieuse soit une source de la législation ». Pour la majorité des musulmans (plus de 90% dans certains pays), la religion est un aspect essentiel de leur vie. » « Beaucoup considèrent la religion comme un aspect primordial de leur identité. L’Islam n’est pas, pour ses fidèles, ce qu’il apparaît aux ob-servateurs étrangers, une simple carapace de règles contraignantes et de punition. Pour beaucoup de musulmans, c’est une boussole mentale et spirituelle qui donne un sens à la vie, les guide et leur donne de l’espoir. Une proportion importante des personnes disent que leur vie a un but important (90% pour les Egyptiens, 91% pour les Saoudiens). »(2)

 « Les auteurs montrent les changements de la situation des femmes depuis quelques décennies, avec leur intégration massive dans l’éducation (notamment au niveau de l’université). Elles veulent toutes plus de droits et notamment l’égalité juridique avec les hommes, le droit de vote en dehors de toute pression familiale, la possibilité de travailler à n’importe quel poste en fonction de leur qualification (c’est notamment le cas de 76% des Saoudiennes). Désirent-elles pour autant être "libérées par l’Occident" ? Pourtant, quand on leur demande si adopter les valeurs occidentales ferait avancer leur cause, seules 12% des femmes indonésiennes, 20% des Iraniennes et 18% des Turques sont d’accord. Elles pensent que l’attachement à leurs valeurs spirituelles et morales est un élément important dans les progrès que leur situation doit connaître. "Travailler pour le progrès des femmes en s’appuyant sur la charia plutôt qu’en l’éliminant est un thème qui renaît dans les sociétés musulmanes contemporaines." Les femmes musulmanes veulent à la fois le respect de leur religion et leurs droits ; alors qu’elles admirent certains aspects de l’Occident, elles n’adoptent pas toutes les valeurs de l’Occident ; la majorité des femmes musulmanes considèrent avec suspicion les défenseurs occidentaux des droits des femmes. »(2)

 De l’analyse rapide des deux études précédentes, on peut déduire que l’essentiel de l’Islam est asiatique. Les pays musulmans asiatiques semblent se développer dans l’ensemble, selon les règles de la démocratie et connaissent des taux de croissance à deux chiffres (Malaisie, Indonésie). De plus, l’alternance est consacrée (Turquie, Malaisie, Inde, Pakistan). Il est donc faux d’attribuer les problèmes des sociétés arabes à l’Islam qui est de ce fait innocent des avanies que subissent les musulmans arabes en son nom. Pourquoi alors, le monde arabe est-il dernier partout comme le martèlent chaque année les Rapports du Pnud ? Pourquoi l’alternance se fait-elle toujours par l’émeute ? Pourquoi le Monde arabe dans son ensemble, traduit moins de livres que la Grèce ?

 Dans les années 60, Le Monde dit « arabe » était relativement mieux placé au niveau des indicateurs de développement économiques et sociaux que l’Amérique latine. En quarante ans, la régression est patente à la mesure du désarroi des sociétés et des individus privés de repères et de règles de jeu,soumis à un autoritarisme permanent, asservis dans un climat de répression qui fait que l’impasse paraissant durer mille ans [on a calculé qu’en moyenne un potentat arabe restait au pouvoir une vingtaine d’années, le record du Guinness est détenu sans conteste par El Gueddafi], le désespoir gagne des couches sociales de plus en plus importantes. Résultat des courses : les pays prennent un retard qui n’est pas linéaire, mais exponentiel.

 On aurait pensé, écrit Hicham Ben Abdallah El Alaoui, que sur le plan économique, les « ajustements structurels » (y compris les privatisations et la réduction des subventions étatiques), les accords de libre-échange, l’appel aux investissements et les incitations à entreprendre allaient enfin faire émerger de nouvelles classes moyennes. (...) Vingt ans plus tard, le bilan de ces espérances dans les différents domaines (politique, économique, idéologique et relations internationales) est affligeant.(...) L’islamisme, sous ses différentes formes, est arrivé à apparaître comme le meilleur porte-parole des mécontentements et des exigences de changement, même parmi des groupes traditionnellement de gauche et laïques, comme les étudiants ».

 « Si les voix laïques et islamistes font partie d’un même grand choeur exigeant la démocratisation, les uns chantent la mélodie d’un ordre social fondé sur le droit et sur les principes politiques modernes universellement admis, les autres psalmodient les principes d’un ordre politique fondé sur un ensemble de préceptes coraniques. Bref, les « réformes » infligées à notre région depuis quinze ou vingt ans - sous la pression de l’Occident - n’ont pas conduit sur ce chemin qui mènerait inexorablement de la libéralisation économique à la démocratie, en passant par la modernisation et la sécularisation. (...) L’Etat fait feu de tout bois, il crée ses propres médias, son propre simulacre d’une société civile. Il s’agit d’une mise en scène, d’une rationalisation limitée de l’ordre politique. L’Etat autoritaire n’a pas été transformé par la démocratisation, il s’est affublé de ses accessoires. On pourrait, par dérision, le nommer « autoritarisme 2.0 ». (3)

 « (...) Les facteurs géopolitiques pèsent sur ces évolutions. (...) A partir de 2001, l’administration de M.George W.Bush a opté pour une nouvelle lecture du pacte avec la région : la priorité des Etats-Unis ne serait plus la stabilité, mais l’instauration de la démocratie, au besoin par la force. Cet abandon d’un vieux principe a effrayé nombre de régimes, mais l’opinion arabe l’a vite senti : cette ferveur démocratique n’était que le camouflage d’un programme d’interventions dans le seul intérêt des Etats-Unis et d’Israël. Les régimes locaux ont vite appris à déchiffrer les déclarations contradictoires venues d’Occident et retrouvèrent leur confiance. Une façade démocratique allait leur suffire, à condition d’apporter leur pierre à la « guerre contre le terrorisme » et de ne pas s’opposer trop vigoureusement à l’hégémonie des Etats-Unis ni aux intérêts d’Israël.(3)

 Le professeur Burhan Ghalioun( Sorbonne 1) , dans un premier livre, explique le malaise des masses arabes à la fois par des causes exogènes (les interférences multiples) et endogènes (la chape du pouvoir). Dans le monde moderne, écrit-il, en perpétuel changement, voué à la globalisation, à l’instabilité, à la confusion, à la pauvreté, à la présence de menaces multiples, les peuples cherchent dans leur patrimoine davantage des repères qui manquent, un sens de l’enracinement dans l’histoire des références, et un recours que des valeurs de piété. Avec l’avènement de la modernité, la pensée politique arabe se trouve tiraillée entre deux angoisses : d’une part, la peur que les sociétés musulmanes soient exclues du processus de modernisation, et d’autre part, la crainte qu’elles soient obligées à renoncer à leur religion et donc à leur identité. Ainsi, le débat politique s’est structuré en deux tendances principales : l’une, d’inspiration religieuse, que l’on peut appeler la tendance musulmane ou islamiste, et l’autre, à caractère séculier, que l’on peut qualifier de moderniste ou laïciste. A l’heure actuelle, alors que des désordres émergent, plusieurs questions resurgissent : quel rôle joue la religion dans la communauté nationale moderne ? Quelle place doit avoir l’État et quel rapport doit-il entretenir avec la religion ?...(3) 

 Le véritable mal dont souffrent les sociétés musulmanes ce n’est pas l’Islam mais la gestion politique. « L’absence de catéchisme dans l’Islam fait dépendre l’enseignement religieux du pouvoir politique. Or les politiques culturelles ne sont nulle part innocentes. Elles reflètent des stratégies de pouvoir et répondent aux conditions de la reproduction des systèmes de domination sociale. (...) La formation d’une pensée déstructurée, qui est aujourd’hui la règle, est le fruit d’une stratégie éducationnelle et au-delà, politique. Elle fait partie de cette même entreprise qui voue le reste de la population à la marginalisation et à la clochardisation. Ces politiques ne sont pas séparables de l’ensemble des mécanismes sociopolitiques du système en place qui sanctionne, l’honnêteté, l’esprit d’initiative et la créativité. Il favorise le clientélisme, l’hypocrisie et la soumission aux chefs. Bref, il faut chercher la clé de la conscience déstructurée, désorientée, désaxée, désemparée et déstabilisée qui tend trop à définir la conscience musulmane d’aujourd’hui dans l’assujettissement de tout savoir, de toute culture, de toute religion, de toute littérature, de tout enseignement à la stratégie du pouvoir. »(4)

 Burhan Ghalioun ajoute à toute ces tares, que l’instrumentalisation de tous ces Etats arabes dont le « tout-sécuritaire » est l’unique raison d’être, font subir à la religion, d’une part (réduite au seul aspect de la Shari’a) et au laïcisme proposé comme une nouvelle religion étatique, d’autre part. Pendant de longues décennies, l’Islam était considéré incompatible avec les valeurs de la démocratie. Quel est l’impact réel de l’Islam dans l’évolution politique des pays musulmans, en particulier les pays arabes du Moyen-Orient ? (...) Il est aussi faux de dire que l’Islam est incompatible avec la démocratie que de soutenir le contraire. (..) Les musulmans sont, comme dans toutes les sociétés, divisés entre libéraux et radicaux, cléricaux et laïcistes, républicains et monarchistes. (...) (5)

 « Quelle serait la Solution ? « Les facteurs qui favorisent une issue démocratique sont, à mon avis, poursuit Borhan Ghalioun, quatre : la faillite des systèmes autoritaires sur tous les plans : national, économique, politique et culturel, l’émergence de la pensée critique, de nouveaux espaces de sociabilité, de nouvelles forces politiques et civiles. L’éveil de l’opinion publique, sous l’effet de la mondialisation des médias et de la popularisation à travers Internet, des moyens d’information, avec pour conséquence la naissance de nouvelles aspirations et de fortes motivations pour la changement. (...) L’incertitude quant à la possibilité d’obtenir un soutien international cohérent et à long terme est avérée. En effet, il n’est pas certain que les puissances euro-américaines qui bénéficient d’une position privilégiée dans la région y croient vraiment. D’où la volonté d’exercer une sorte de contrôle continu sur l’évolution politique de systèmes et d’essayer d’imposer aux sociétés de la région des équipes ayant de bons rapports avec les puissances occidentales. (...) »(5)

 Comment, en définitive, dépasser l’impasse majeure depuis l’échec du réformisme : l’angoisse de l’exclusion de l’histoire moderne et celle d’un abandon de valeurs et référents religieux et culturels, cette fameuse double errance dont souffre en particulier les Algériens ballotés entre une métropole moyen orientale qui a montré ses limites et qui instrumentalise la religion d’une façon rétrograde et un Occident tentateur qui ne fait pas dans le détail pour broyer les identités grâce à la puissance de ces « industries du plaisir » que « l’Unique » pour citer son errance, tente d’imiter en programmant à la fois Foursane el Kor’an et l’équivalent de la Star Ac erstatz libanais de la Star Ac elle-même pâle imitation d’émissions de variétés outre-Atlantique. On le voit, la « solution » ne peut pas être exogène, au contraire, les interférences occidentales font tout pour maintenir en l’état les masses arabes. Seule l’éducation et le savoir pourront voir émerger un jour-, avant qu’il ne soit trop tard – au sein des différents peuples qui ont en commun l’usage de l’arabe, des élites fières de leurs identités multiples et respectives et de leur appartenance à l’Islam, sans en faire naturellement un fond de commerce, fascinées par les multiples conquètes de la science . Elles donneront à n’en point douter la pleine mesure de leur talent. Un petit vœu seulement : Que l’Occident s’arrête de s’immiscer dans le destin des peuples et aide ces élites endogènes à s’affirmer en militant pour un principe : un seul ! l’alternance. Il est vrai qu’il devra opter pour la vraie démocratie, le veut-il seulement ?  

1.Alain Gresh. Musulmans du monde - Le Monde Diplomatique - 16 octobre 2009,

2.Alain Gresh : Que veulent les musulmans ? Le Monde Diplomatique - 1er avril 2008,

3.Hichem .Ben Abdallah - Les régimes arabes modernisent l’autoritarisme. Le Monde diplomatique. 04 2008

4.Burhan Ghalioun. Islam et politique. P.182. Editions La Découverte 1997

5.Borhan Ghalioun http://critique-sociale.blogspot.com/2005/islam-et-dmocratie-venise

 

Pr Chems Eddine CHITOUR 

Ecole Polytechnique enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 31 octobre 2009 07:34

    Un vieux amalgame que les chrétiens ont usé et abusé arrive maintenant dans le monde islamique : religion = morale, hors de religion, point de salut. Ca fait des millenaires que les curés, les imams, les rabins .... nous enfoncent ça dans nos têtes, heureusement ça marche de mons en moins. Les femmes pour la charia : c’est du pur sado-maso. Il y en a peut-être qui se rejouissent de subir une lapidation.
    Essayez d’apprendre à ces gens à lire, à écrire et démontrez leur quelques evidences scientifiques. On verra après s’il y en a encore autant pour soutenir la charia. Au lieu de ça, on maintient ces peuples dans l’ignorance, en assenant que la seule science, c’est le coran. In faut combattre cet obscurantisme coute que coute, comme il a fallu combattre le nazizme il y a 80 ans.


    • fouadraiden fouadraiden 31 octobre 2009 17:21

      @ Deneb


      commence par combattre la nuisance de la bêtise sur ton petit esprit. le reste on verra..


    • Deneb Deneb 2 novembre 2009 08:27

      foutrarien : c’est fou, ta baisse de popularité. Avant, tu avais toujours au moins 100 votes pour la moindre platitude, maintenant t’as juste tes potes islamistes pour te plusser. Comme quoi, d’avoir poussé une gueulante contre les tricheurs, ça a payé.


    • frédéric lyon 31 octobre 2009 08:19

      L’Asie et l’Amérique Latine rejoignent le monde développé à marche forcée, si bien que seuls l’Afrique et le Moyen-Orient, qui ne représentent qu’une minorité de l’Humanité, continuent de patauger dans un sous-développement persistant.


      Cette situation va devenir de plus en plus inacceptable. 

      Et tout porte à croire que la situation du Monde Musulman, qui bénéficie encore pour quelque temps d’une rente pétrolière qui ne sera pas éternelle, ne va pas s’améliorer mais au contraire s’aggraver davantage. 

      Combien de temps encore pense-t-on que les pays Européens vont accepter qu’on jette dans leur cour les bouches inutiles qui naissent en surnombre dans le Monde Arabe ? 

      Cela chagrine-t-il nos amis musulmans de reconnaitre que l’Islam engendre des comportement individuels et collectifs parfaitement contraires à toute évolution ? 

      Il en va pourtant de l’Islam comme de toutes les autres religions, ce sont des contes de fées qui n’ont aucune valeur pratique, tout juste bon à être confinés aux domiciles, où chacun de nous a le loisir de croire aux éléphants roses, à condition de n’emmerder personne avec ça. 

      il serait bon que les musulmans prennent le problème à bras le corps, avant que d’autres ne s’en mêlent, qui n’auront pas cette coquetterie, qui ne feront pas dans la dentelle et qui ne prendront pas de gants.

      • Antoine Diederick 31 octobre 2009 14:54

        "Et tout porte à croire que la situation du Monde Musulman, qui bénéficie encore pour quelque temps d’une rente pétrolière qui ne sera pas éternelle, ne va pas s’améliorer mais au contraire s’aggraver davantage. « 

        je crois aussi en cela, c’est pour cette raison que je pense que nous devons considérer la masse de ceux qui risquent de payer chèrement »The islamic dead cat bounce".

        Mais cela ne sera pas du côté de ceux qui utiliserons le fruit de la rente capitalisée....mais de la masse qui aura été laissée sans espoir de réalisation humaine acceptable....


      • abdelkader17 31 octobre 2009 19:38


        @Lyon
        Pauvre âne baté,il suffit se référer aux travaux du démographe Emmanuel Todd,pour comprendre que dans l’immense majorité des pays musulmans le taux de fécondité est en baisse et se rapproche de plus en plus de celui des sociétés occidentales et que baisse la ferveur religieuse,seuls les territoires occupés palestiniens continuent à avoir une démographie galopante pour les raisons que l’on connait.
        Lisez donc le rendez vous des civilisations de Courbage et Todd au lieu de vous répandre en conneries.
        Les occupations des territoires musulmans par des armées de criminels anglo saxon, c’est un mirage peut être ?
        Vous êtes tellement idiot et sectaire ,qu’il n’y a aucun intérêt a débattre avec vous.
         Expliquez moi pourquoi on a détruit la société Irakienne ,société qui était certes loin de l’idéal mais qui présentait beaucoup d’éléments positifs,fort taux d’instruction,élites et femmes très éduquées,je vais vous dire ce que je pense c’est qu’on empêche clairement ces sociétés de s’émanciper ,On détruit une société en détruisant son patrimoine culturel,l’anéantissement du musée de Bagdad en est une belle démonstration.
        http://www.herodote.net/articles/article.php?ID=282


      • abdelkader17 31 octobre 2009 19:39

        erratum : de se référer


      • Deneb Deneb 2 novembre 2009 08:30

        Abdelkaka : mais où sont tes plussages d’antan ? Tu fais un score minable depuis que tu ne peux plus tricher.


      • benoit benoit 31 octobre 2009 09:10

        @ Chams Eddine Chitour.

        Bonjour,

        l’Islam est loin d’être dans le marasme : il représente le quart de la population mondiale, et progresse encore beaucoup en afrique, en asie, en océanie et même en europe et en amérique.
        Géographiquement, il s’étend de l’atlantique au pacifique, et couvre le coeur historique de la civilisation : il dispose d’une rente pétrolière, mais aussi touristique et jouit d’un rôle de carrefour entre orient et occident (suez,malacca,aden,ormuz etc)

        Toutefois, il est handicapé dans son développement par deux éléments, qui se soutiennent, et ce depuis des siècles :
        des régimes oligarchiques et révolutionnaires et une foi absolu de la population en son destin et son Dieu.
         
        L’occident ne doit pas accepter cette immigration massive des Musulmans sur son territoire, car cela ne fais qu’aggraver par une fuite des forces vives, les difficultés de ces pays pour leur développement.

        Pourtant, en tant qu’économiste de formation,et face au déclin de nos pays, il y a de grands espoirs d’émergence économique des pays Islamiques (Malaisie,Indonésie,Tunisie,Maroc,Turquie ou Kazakhstan) :
         le pétrole a obstruer les autres ressources incalculables de ces pays aux atouts certains.

        L’arrivée de ces pays sur la scène des grands n’a été que retardée par les récents évènements dans la région mais il est raisonnable d’être fondamentalement optimiste : ne le voyez-vous pas ?
        Merci pour votre article.


        • ZEN ZEN 31 octobre 2009 09:23

          Un article éclairant , car équilibré, qui montre bien la part du politique dans le processus décrit, un peu à la manière d’Olivier Roy, un des meilleurs spécialistes en la matière, dans son « Islam mondialisé »


          • Gollum Gollum 31 octobre 2009 12:41

            Bien d’accord avec cette façon de voir de Roy... On oublie en effet un peu trop dans cette histoire combien l’Occident et en particulier les USA n’est devenu rien d’autre qu’une machine prédatrice broyeuse des peuples.. L’islamisme n’est rien d’autre qu’une réaction à cet état de fait.


            Mais il y a aussi malheureusement une fascination quasi pathologique des non-occidentaux pour l’Occident. Il suffit de voir la disparition quasi effective de tous les costumes traditionnels de ces peuples au profit du costume cravate maintenant devenu universel...

            De même le blanchiment de peau d’un Mickael Jackson n’est pas seulement du au racisme, mais à une véritable vénération pour la civilisation occidentale..

            On pourrait encore citer l’impérialisme de la langue anglaise...

          • ZEN ZEN 31 octobre 2009 09:26

            Un lien vers ce livre , qui sort du manichéisme et des fantasmes


            • Jojo 31 octobre 2009 19:47

              J’ai lu l’abstract cher Zen, je pense tout de même que c’est plus compliqué que ça, mais le livre semble vraiment valoir le détour merci.

              Une phrase à la fin : « dont les pratiquants affirment de plus en plus une individualisation de leur rapport à la foi et un refus des hiérarchies traditionnelles. » Tellement vrai pour ma petite personne ! (je ne parle pas de hiérarchie, pas de clergé en Islam), mais de ce repli sur soi de certains croyants dont je suis, même si l’islam a toujours proscrit un tel isolement. D’abord parce que le groupe se trompe moins que l’individu, ensuite et là il est question de foi donc y compris en l’existence supposée d’un ennemi malveillant de l’humanité, je parle d’un plus grand risque de tomber sous emprise d’un tel mal. Une parabole résume parfaitement ce sens là, : « Le loup ne s’en prend qu’à la brebis isolée  » J’allais écrire égarée mais ça c’est après, pas avant smiley


            • manusan 31 octobre 2009 09:47

              l’Islamisme est un des plus grands cancer de l’humanité au XXI siècle. Et qu’est ce que ça va être quand les pays industriels se passeront du pétrole de manière significative, soit dans 20 ans. C’est décourageant de voir que les musulmans modérés, soit la grande majorité, restent indifférents au sort de l’Islam et à son évolution dans le monde.

              Les électorats occidentaux tendrons vers plus d’islamophobie en attendant que l’Islam se réforme sur leur territoire. C’est inéluctable et ça a déjà commencé (France, Espagne, Pays bas, Allemagne, UK, Italie, Autriche, Suisse, Danemark ect ....), et c’est même plus en avance dans les pays réputés plus ouvert à l’immigration et au multiculturalisme (France , Pays bas).


              • DESPERADO 31 octobre 2009 13:50

                @Manusan
                « l’Islamisme est un des plus grands cancer de l’humanité au XXI siècle »
                Nous sommes en 2009, il reste donc 90 années.
                Il est bien entendu que la crise finacière est due aux islamistes, les banques qui volent notre pognon, c’est à cause des islmaiste, Polanski qui viole des filles de 13 ans et Mitterand des gosses , c’est à cause des islmaistes, que le karachigate , c’est à cause des islamiste, fourniret c’est à cause des islamistes, l’extermination des juifs , des indiens d’Amérique, des Tziganes, des congolais, des zulus,des chiliens , des vietnamiens,des coréens,des algériens,des palestiniens,des irakiens,je m’arrête là, la liste est trop longue.
                Après le péril, juif, le péril jaune,la péril rouge voici le péril islamiste.
                A chaque fois on a des bons blancs qui massacrent, des juifs , des jaunes (japonais ou viétanmiens ou coréens)
                Sacrés Islamistes.
                Par contre toi tu es un sacré raciste qui se cache dérrière sa haine du musulman et plus souvent de l’arabe , pour nous faire ta morale nauséeuse.


              • Laurent_K 1er novembre 2009 05:22

                Manusan fait clairement la différence entre islamisme et musulman ce qui n’a pas l’air d’être ton cas...


              • manusan 1er novembre 2009 10:34

                @ desperado

                Raciste est un mot trop compliqué pour vous, c’est un peu plus qu’une insulte facile qu’on balance dans les cours du lycée quand un type seul refuse de se faire taxer ses clopes par 15 courageux sauvageons.

                Je vous pardonne, l’illettrisme est la marque de l’islamisme.


              • DESPERADO 1er novembre 2009 17:24

                @Manusan, :)))
                Comme tout bon raciste vous êtes paranoïaque et vous voyez. des islamistes partout
                En fait islamiste pour vous est égal à musulman et musulman à arabe ou noir., d’ou votre racisme.
                Vous êtes un raciste, vos posts et votre obssession le prouve


              • Ahlen Ahlen 31 octobre 2009 10:42

                Le problème majeur des peuples musulmans est surtout l’ingérence de l’Occident qui ne se préoccupe que de ses intérêts immédiats. Comme le dit parfaitement l’auteur en fin d’article : "Que l’Occident s’arrête de s’immiscer dans le destin des peuples et aide ces élites endogènes à s’affirmer en militant pour un principe : un seul ! l’alternance."

                En effet, qu’est ce qui fait que les dirigeants arabes, si incompétents et si impopulaires sont non seulement maintenus à la tête du pouvoir indéfiniment, mais aussi assurés de transmettre ce pouvoir à leur descendance ? Tant qu’ils assurent les intérêts de leurs protecteurs occidentaux avant ceux de leurs peuples, ils n’ont rien à craindre.


                • manusan 31 octobre 2009 11:11

                  Tant qu’ils diront que ce sera la faute des autres, rien ne changera. Prenez l’exemple sur l’Asie.


                • Shaytan666 Shaytan666 31 octobre 2009 12:02

                  A l’heure actuelle, alors que des désordres émergent, plusieurs questions resurgissent : quel rôle joue la religion dans la communauté nationale moderne ? Quelle place doit avoir l’État et quel rapport doit-il entretenir avec la religion ?..

                  La ou les religions n’ont absolument aucun rôle à jouer dans une communauté nationale moderne.
                  La religion doit rester une affaire de conscience personnelle, le seul rapport que l’Etat doit entretenir avec une religion c’est de vérifier que la pratique de cette religion soit bien conforme aux lois de l’État en question. Une religion ne peut JAMAIS être au dessus des lois votées par un parlement.

                  Il est aussi faux de dire que l’Islam est incompatible avec la démocratie que de soutenir le contraire. (..) Les musulmans sont, comme dans toutes les sociétés, divisés entre libéraux et radicaux, cléricaux et laïcistes, républicains et monarchistes.

                  Toutes les religions et non pas seulement l’islam sont incompatibles avec la démocratie, le dogme est l’essence même des religions, elles sont basées sur la parole d’un « dieu », le nom n’a pas d’importance, si « dieu » l’a dit c’est bien l’Homme n’a pas à discuter et à voter des lois en contradictions avec la parole du fameux « dieu ».
                  Est-ce démocratique que d’obliger toute la population d’un pays à faire le ramadan ?
                  Est-ce démocratique d’obliger les gens d’un pays à se marier religieusement et de refuser toute forme de mariage civile ?
                  Est-ce démocratique d’empêcher deux homosexul(le)s de vivre leur « amour » en toute liberté ?
                  Est-ce démocratique d’obliger des parents à circonscrire leurs enfants mâles ?
                  Liste non exhaustive.


                  • Arunah Arunah 31 octobre 2009 12:17

                    @ manusan

                    Vous avez mis le doigt sur le vrai problème ! Tant que les Arabes feront porter à l’Occident la responsabilité de leurs propres insuffisances, blocages, aberrations , erreurs et autres joyeusetés, ils ne pourront pas créer de société saine. Le Liban, avant la guerre était un modèle et servait de bouffée d’air frais aux éléments solvables du Moyen-Orient, les maisons d’éditions du monde arabe y prospéraient, le pluralisme fonctionnait en accordant une place à chaque confession, le dynamisme économique était la règle. 
                    Tout cela étant inacceptable, il y a été mis bon ordre... Voir l’état du Liban maintenant...

                    @ l’auteur

                    Si l’Occident n’interférait pas dans le monde arabe, il n’y aurait ni électricité, ni téléphone, ni eau propre, ni transport aérien ou automobile, ni internet, ni hôpitaux, ni médicaments, etc... Veux-t-on vraiment retourner aux chameaux et aux dattes pour tout viatique ?
                    Combien de découvertes, de technologies, de brevets scientifiques peuvent-ils être attribués au monde arabe ? Que serait le monde arabe sans les entreprises occidentales ? 
                    L’effroyable arriération du monde arabe n’est pas le fait de l’Occident. Elle est simplement soulignée par la comparaison des deux systèmes. L’Occident doit -il s’excuser d’être travailleur, créatif, , organisé, avide d’entreprendre ? 
                    Quant à l’identité, en quoi le travail, l’esprit d’entreprise, la créativité, la faculté de se remettre en question et d’aller de l’avant, l’efficacité, la saine gestion, le statut de l’individu menaceraient-ils la foi et l’identité des musulmans ?
                    De plus les musulmans tendent à surévaluer l’immoralité présumée des Occidentaux... leur principale source d’information étant les vidéos-cassettes pornographiques qui leur tiennent lieu de vie culturelle... Mais c’est sûrement la faute de l’Occident si les musulmans achètent des cassettes pornos... 


                    • manusan 31 octobre 2009 13:10

                      Il est à craindre que cette région du monde deviennent un jeu d’échec entre l’Asie et l’Occident, voir même avec la Russie, dans les 10 ans à venir. Un genre de scénario africain, et c’est pas les conflits ethniques (kurde, perse, arabe ...) et inter-religieux (sunnite, chiite ...) qui manquent. La course aux armements dans le golfe persique est inquiétante. J’espère me tromper, mais c’est ce que j’ai ressenti quand je travaillais aux émirats, en Iran et en Arabie Saoudite (3 mois pour chaqu’un seulement).


                    • sentinelle 31 octobre 2009 16:13

                      @ a3nounah

                      les klebards de ton especes aboyent, notre modele social passera...

                      chaque jour que DIEU fait, l’islam avance inexorablement et se ne sont pas tes eructations nauseabondes qui y changeront quoique ce soit......mais c’est juste une preuvre supplementaire que ton monde se derobe sous vos pieds...


                    • ASINUS 31 octobre 2009 17:39

                      @sentinelle c est a vous lire vous et d autres que j ai la certitude qu il y aura conflit
                      et que le temps ne sera plus longtemps aux discours , il faudra se compter et vous combattre les kataliseur fouadraiden et abdelkader ne sont plus helas la majorité chez vous , le message que vous véhiculez sans cesse ici a bien été compris , contrairement
                      a vos diatribes sans peur nous sommes quelques un a avoir peur en consequence
                      nous nous armerons et combattrons .
                      Asinus :ne varietur


                    • sentinelle 31 octobre 2009 18:03

                      @ asinus

                      sans aucun bellicisme, je vous dirai que l’affrontement il y a un moment qu’il a commencé, vous vous en etes meme pas rendu compte...

                      le combat que nous menons n’est pas armé comme vous semblez le croire, mais ideologique..au sens que l’eveil des consciences...et vous l’avez deja perdu...

                      quand au conflit armé, l’irak , l’afghanistan, le pakistan et le fin du fin l’iran cela vous dit peut etre quelque chose ?


                    • Laurent_K 1er novembre 2009 05:29

                      Parce que la Turquie et la Russie seront mieux peut-être ? C’est surement par pure bonté d’âme qu’ils interviendraient...

                      La première règle pour s’en sortir est « Aide toi toi-même ». C’est parce qu’ils sont en position de faiblesse dans de nombreux domaines (régimes autoritaires, inégalités criantes, faible R&D, clanisme...), que les pays arabes voit des puissances étrangère intervenir chez eux, pas l’inverse.


                    • Ahlen Ahlen 31 octobre 2009 13:09

                      @Shaytan666 et Arunah

                      Visiblement, vous n’avez rien compris à l’article, ou n’avoir saisi que l’angle d’une vision européenne des choses. Les arabes, en fait, n’avaient rien à envier aux européens avant qu’ils soient victimes d’accidents de parcours ayant conduit à une alternance de civilisation. Dès lors, il fallait que les arabes repartent presque à zéro pendant que les européens évoluaient tout en achevant la destruction systématique de la civilisation arabe à laquelle ils ne comprenaient rien, tout comme les arabes ne comprenaient rien à la leur !

                      Pour faire court, Saddam Hussein était un tyran notoire, n’empêche qu’il assurait à son peuple des conditions de vie enviables et un progrès scientifique et social indéniables. Voyez ce qu’est devenu l’Irak aujourd’hui ; des écrivains vendant leurs livres par terre à quelques sous pour se nourrir ! C’est ça le bien-être et la démocratie promis par les occidentaux, ces génocidaires de sang froid pilleurs de musées.

                      Enfin, l’article n’a pas manqué de souligner, et à juste titre que plus de 90% des musulmans mettent l’islam au-dessus de tout, principalement au dessus de la piètre démocratie européenne à cause de laquelle le monde actuel va droit au mur !

                      Un peu de modestie ne vous ferait pas de mal.


                      • manusan 31 octobre 2009 13:37

                        la modestie n’a rien à voir la dedans, les arabes comme les occidentaux emmerdent leur voisin dès qu’ils en ont le pouvoir et l’occasion, c’est humain, c’est l’Histoire et c’est comme ça. Ils ne gagneront rien en rendant les autres responsables de leur malheur surtout concernant des générations qui n’ont pas connu le temps des colonies, le cas de l’Algérie est tout simplement ridicule aujourd’hui, les pieds noirs ont 70 ans, chaque accusation de Bouteflika sur la colonisation nourris l’islamophobie en France, c’est un fait.

                        ces génocidaires de sang froid pilleurs de musées.

                        Pour rappel Saddam Hussein a tenté un génocide Kurde et les bandits locaux libérés dans la nature au moment de l’invasion ont pillé les musées, c’est vrai que les US ont franchement merdé à ce moment de la guerre, mais ce ne sont pas des soldats occidentaux qui ont pillé les musées, faut pas dire n’importe quoi. Pendant la libération de la France, de l’Europe et du Japon, les citoyens ont tout de suite pris leur destin en main en imposant leur structure étatique et bureaucratique sans trop attendre du « libérateur », et pourtant c’est pas les truants dans la nature qui manquaient.


                      • Shaytan666 Shaytan666 31 octobre 2009 13:54

                        @ Ahlen

                        Je n’ai parlé nulle part du monde arabe, j’ai uniquement parlé de religion et encore j’ai fait une généralité, j’ai uniquement dit que l’État n’avait pas à se mêler de religion et à fortiori la religion des affaires de l’État et que toutes les religions étaient incompatibles avec la démocratie, rien de plus, rien de moins.


                      • Antoine Diederick 31 octobre 2009 14:57

                        « la piètre démocratie européenne à cause de laquelle le monde actuel va droit au mur ! »

                        pas d’accord sur ce point.....c’est à nous de l’améliorer.


                      • Arunah Arunah 31 octobre 2009 13:26

                        @ Ahlen

                        Le monde arabe ne s’est jamais relevé de la destruction de Bagdad par les Mongols dans les années 1240. Le flambeau de la civilisation musulmane a été repris par la Perse et plus tard par les Ottomans jusqu’au XVIIIème siècle environ, époque à laquelle les deux empires ont sombré dans la décadence et n’ont pas récupéré depuis.
                        Par ailleurs, dans le monde arabe, il n’y a pas eu d’avancée théologique notable depuis les XI-XIIèmes siècles. La pensée s’est enkystée à refuser toute remise en cause du statut du Coran. Ne cherchez pas ailleurs la cause de l’arriération du monde arabe... 


                        • sentinelle 31 octobre 2009 16:29

                          @ KHNOUNAH

                          l’evolution n’est pas quelque chose de lineaire, mais plus biologique.....

                          tout comme ton coreligionaire madoff et sa pyramide, vous finirez l’un tappant le 5/5 et faisant le menage des cellulles de noirs et des latinos longtemps humiliés par tes pairs..toi,.ton systeme et ses apotres finirez dans les poubelles de l’histoire.....

                          sincerement je te plainds, tu crevera la dalle dans ce monde, et tu rotiras dans l’autre...quelle chienne d’existance que la votre....que DIEU nous eloigne des maledictions dont il vous couvre....amen


                        • jullien 31 octobre 2009 15:04

                          L’article est intéressant, les réactions aussi en confirmant le poids du culturalisme dans les visions du monde depuis le discrédit du marxisme dans les années 1970-1980.
                          A titre de rappel, certains dans les années 1960 affirmaient que l’Amérique du Sud ne connaîtrait ni la démocratie, ni le développement économique, ni la modernité avant longtemps en raison du poids du catholicisme dans les cultures locales. 40 ans plus tard, les dictateurs militaires ont disparu, l’analphabétisme a considérablement reculé et le Brésil détient le dixième plus grand PIB du monde... 


                          • Mohammed MADJOUR Mohammed 31 octobre 2009 16:15

                            « La débâcle du monde arabe : L’Islam est-il responsable ? »

                            L’auteur veut dire que la débacle est du seul côté « arabe » en admettant provisoirement qu’il existe un « Monde arabe » ?

                             Si oui, alors cessez de vous plaindre de vos systèmes politiques perfectionnés comme celui de la « première puissance mondiale, ??? » qui soigne ses sujets malades en tirant au sort ceux qu’il faut prendre en charge pour la journée dans une queue de plusieurs kilomètres devant les cliniques !

                            Si oui, alors cessez de gémir sous les bienfaits de votre coalition UMP qui confond les plaisirs du Petit avec les exigences nationales !

                            Ayant échoué dans le complot universel du « Terrorisme islamique », propagande qui précisément a eu l’effet contraire en provoquant aujourd’hui la débacle de l’Occident, on veut maintenant « prouver » qu’il y’a dans le Coran la cause latente de l’idiotie « arabe » ! Merde, je vous dis mes chers compatriotes hypocrites et fatigués, allez plutôt chercher autre chose pour remettre en état de fonctionnement de ce qui vous reste de neurones !

                            C’est une incommensurable lâcheté que de se prendre à une cause qui d’ailleurs n’a pas besoin d’être défendue ni même ne veut gonfler inutilement ses effectifs ! Du vent !

                            Mohammed.


                            • fouadraiden fouadraiden 31 octobre 2009 16:30



                              Ce qui est sûr, puisque tangible et à l’oeuvre sous nos yeux , les régimes arabes sont les premiers responsables du fiasco arabe. on vient en direct d’assister au simulacre tunisien , qui pourtant passe pour laïc , féministe etc.

                               en^suite viennent tous les autres facteurs +- visibles et qui prolongent le long hiver des Arabes,

                               retenons-en deux :

                              - l’hégémonie occidentale : 

                               la décolonisation des Arabes est tte récente , et ses effets dévastateurs , une forme de colonialisme tacite, est encore à l’oeuvre aujourd’hui .
                               
                               sinon , qui a le pouvoir de faire et défaire ,en 5minutes, le régime de Saddam, de remettre en scelle le clown Kadhafi et de consolider les bédouins- monarches ( qui sont les seuls à se promener en robe de chambre sans se sentir ridicules) ? Et Israel , l’humiliation ultime, signifie bien la victoire presque définitive de l’Occident sur les Arabes. Même ce clown de Nasser a été dévoré par sa défaite contre Israel. Son charabia pan-arabique ne lui a été d’aucun secours. Que serait l’Egypte aujourd’hui sans les dollars américain. Quel comble !

                              - l’héritage islamique 

                              contrairement à ce que laisse croire l’auteur , la problématique de l’islam et de son rapport aux sociétés qu’ il domine est loin d’etre aussi évident . la question serait plutôt, quel islam est- il un obstacle à l’émancipation des individus et des sociétés arabes et quelle position la religion doit elle occuper ( problématique nvelle sous l’effet de la culture occidentale). Statut des femmes et de leur sexualité, rapport à l’autorité, critique de la religion et statut de la parole publique critique, etc, tous ces thèmes sont liés directement à l’islam et à sa culture. on ne peut attribuer les pts positifs à l’islam et tous les aspects négatifs aux seuls facteurs endogènes. l’auteur souffre de la double conscience , celle au fond de tous les clercs. Critique avec autrui et naïfs pour soi ( relire absolument Laroui Abdellah, l’idéologie arabe contemporaine, Maspéro)

                               une preuve parmi tant d’autres, à quoi d’autres qu’ à culture musulmane faut- il attribuer les difficultés d’assimilation des populations« musulmanes » qui vivent en Europe ( continent démocratique pourtant) ? aux régimes arabes aussi ?

                              PS. il y a une confusion possible ,qu’il fait éviter , à classer l’Indonésien et l’Egyptien sous le meme concept Islam sous prétexte de leur appartenance commune à la foi musulmane . les Indonésiens avant d’être musulman sont javanais ou de leur culture asiatique locale tt comme il n’y a aucun rapport direct entre le Chrétien allemand et le Brésilien chrétien. l’Occident ne combat pas l’islam mais le Monde Arabe , dont il convoite et cherche à maîtriser les richesses en plus de consolider chaque jour l’ennemi Israélien en son coeur


                              • benoit benoit 31 octobre 2009 16:51

                                @ Mohamed,

                                votre intervention est intéressante, car elle sort du lieu commun où l’on voudrait enfermer le débat sur le Monde Arabe.
                                En effet, la politique Bushienne est loin d’avoir réussi à long terme, mais ce serait une grave erreur pour le Monde Arabe que de croire au statut quo.

                                Par ailleurs, je lis dans votre intervention un relan de communautarisme : « les non-arabes n’auraient qu’a se taire sur un sujet qui ne les concerne pas » !
                                Erreur, encore ,car les Européens et a fortiori les Français, se sentent particulièrement conçernés par ce qui se passe sur leur façade Sud, depuis des siècles.

                                Enfin, je tiens à dire que l’apparence est trompeuse, et que derrière la crise que connaissent les Musulmans, il y a des germes de réformes culturelles,politiques et économiques, qui vont provoquer prochainement un énorme bouleversement social.(Golfe,Malaisie,Indonésie,Maroc,Turquie etc).

                                De toute façon les pays Musulmans n’ont plus le choix et c’est au pied du mur qu’ils sont les plus redoutables, et c’est ce qu’ils semblent être entrain de préparer. 
                                Rendez-vous dans 10 ans.


                                • Le péripate Le péripate 31 octobre 2009 18:16

                                  Il faut situer cette débâcle dans le contexte mondial : sur cette carte des libertés économiques on reconnait sans peine les pays riches et les pays qui ne décollent pas.
                                  On doit aussi lire « le mystère du capital » de Hernando De Soto, où il démontre que une mauvaise protection des droits de propriété induit le sous-développement.

                                  Ensuite si on examine la nature assez incertaine des droits de propriété dans l’islam, le refus (détourné) de l’intérêt, la captation des ressources naturelles par des clans familiaux, il n’y a plus de mystère.


                                  • Jojo 31 octobre 2009 19:16

                                    Péripate
                                    Ressources naturelles et clans familiaux, vous vous y prenez plutôt mal. La question cherchant à examiner non pas les cas particuliers à tel ou tel émirat, mais ce qui serait aussi général que la religion partagée… C’est une condition sine qua non pour discuter de causalité n’est-ce pas ?

                                    Autre argument choc : « la nature assez incertaine des droits de propriété dans l’islam. » Avez-vous la moindre idée du nombre de textes fondateurs qui consacrent et protègent la dite propriété ? Et comme vous êtes loin d’être un ignorant comment pourrais-je interpréter cet argument en restant poli ?

                                    Le troisième lui est clairement mensonger par omission : « Le refus de l’intérêt » (Car contrairement au précédent, il est effectivement dans les textes fondateurs, en revanche j’aimerais bien que vous précisiez votre argument, dans quels pays au juste il serait appliqué ?)

                                    Bref du vent Péri, comme à chaque fois que vous vous en prenez à l’Islam. Vous vous souvenez de l’échange d’hier... Docdory maintenant c’est vous !

                                    Tout-à fait autre chose (quoique), je voudrais votre avis sur une info parue aujourd’hui dans la presse algérienne http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5128682

                                    400 000 cadres algériens rien qu’en Europe. Je vous rappelle que des cadres, nous n’en avons pas des millions, pour des raisons historiques qui ne peuvent échapper à quelqu’un comme vous… Alors qu’en pensez-vous honnêtement ?

                                    PS : Je ne vous demande pas d’analyser le pourquoi (je connais), je vous demande une analyse honnête si vous avez un moment évidemment merci.


                                  • Le péripate Le péripate 31 octobre 2009 23:00

                                    Je vais éviter de répondre à Villalista, qui a encore plein de merde gauchiste dans la tête, il lui faut laisser le temps de la décantation.
                                    Jojo. Simplement, relisez. Que dire d’autre. Ai-je essentialisé l’Islam ? Non. Vous dîtes que les droits de propriété sont parfaitement respecté en Islam. Très bien. Alors, c’est congénital probablement. Ou alors la faute de l’Occident. Oui, c’est ça. Allez, bonsoir, et beaux rêves.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès