Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La délocalisation en Inde

La délocalisation en Inde

La Chine est l’usine du monde avec ses ouvriers innombrables et sa main d’œuvre presque gratuite. Mais l’autre géant, l’Inde n’est pas du tout dans la même situation. Avec des infrastructures empêchant toute installation efficace d’usine comme chez le voisin, l’Inde ne peut pas espérer être elle aussi l’usine du monde. Mais l’Inde, perspicace joue sur ses atouts et propose ses services.

Avec ses infrastructures efficaces et sa population alphabétisée (à défaut d’être véritablement éduquée), la Chine fabrique à la chaine des armées d’ouvriers efficaces et à bas prix. Ceux-ci se massent dans les zones détaxées vouées à l’exportation. Même si elle le voulait, l’Inde ne pourrait pas obtenir de tels résultats. Avec ses routes défoncées par un trafic incessant, avec la très mauvaise distribution de l’eau, il aurait été ruineux pour l’Inde de tenter de faire concurrence à la Chine. L’inde a eu la clairvoyance de ne pas s’engager dans une compétition perdue d’avance avec son voisin-rival. La plus grande démocratie du monde sait reconnaître ses avantages et ses inconvénients, ainsi ce grand pays a envahi un secteur qui lui était favorable : la délocalisation des services.

Aujourd’hui près de la moitié des services exportables sont en Inde, du centre d’appel jusqu’aux analyses médicales et bancaires. Les atouts de ce pays sont importants et uniques. L’Inde possède aujourd’hui près de 70 millions de diplômes en hautes études. Il y a plus d’ingénieurs en Inde qu’il n’y a d’habitants en France ! Cette force de frappe ultra qualifiée concurrence naturellement les emplois que l’on croyait protégés dans nos vieux pays. L’Inde a sauté une révolution, pendant que la Chine et d’autres faisaient leur révolution industrielle, l’Inde n’est pas passée par là, elle a directement opéré une révolution des services qui représentent aujourd’hui près des 2/3 du PIB du pays.

L’inde est devenu le leader mondial des services pour plusieurs raisons propres à ce pays-continent :

  • Premièrement, la raison la plus visible : les infrastructures, calamiteuses comme je l’ai dit plus haut. Or les infrastructures ne sont pas ou très faiblement utiles aux services. Un jouet fabriqué à Calcutta pourrait mettre plusieurs semaines avant d’arriver à Bombay, s’il arrive entier. Alors que l’information est immédiatement renvoyée au client, ainsi peu importe qu’il n’y ait pas de route ou d’eau. Les grandes entreprises installées en Inde se sont organisées en iles pour répondre au mieux aux exigences du pays. Exonérées de taxes elles ont fabriqué de petits paradis capitalistes au milieu de l’océan de pauvreté et de poussière où l’Internet tourne à plein régime, tout comme l’air conditionné. Ici il n’y a pas de jours ou de nuits, il y a toujours un client chez qui il fait jour.
  • Le second avantage stratégique de l’Inde réside dans son système de castes. Effectivement ce système est inhumain pour notre pays égalitaire où les chances doivent être les mêmes pour tout le monde. mais d’un point de vue économique notre système est handicapé par tous nos « assistés ». Au contraire l’Inde, depuis des millénaires est élitiste, l’effort est mis sur les hautes castes (brahmanes, kshatriyas et vaishyas). Les grandes écoles sont nombreuses et très bien cotées, on ne se soucie pas des autres, des pauvres qui coûtent cher et ne rapportent rien. Ainsi les dépenses sont des investissements. Pour une société, ne s’occuper que de ce qui est rentable est très efficace, pas de dépenses sociales inutiles. Ce n’est pas égalitaire, mais c’est mérité puisque la caste à laquelle on appartient est le résultat de nos vies passées. Difficile à accepter pour nos consciences égalitaires mais diaboliquement efficace en terme de productivité économique.
  • Un troisième avantage indéniable réside dans le fait que ces indiens qui travaillent dans les services (puisqu’on se fiche des 700 millions des autres dans leurs champs asséchés) parlent anglais naturellement. Pour la classe moyenne indienne il s’agit même de la première langue. Effectivement, l’Inde possède des dizaines de langues officielles, ainsi il est naturel pour un jeune diplômé de parler anglais à la maison (avec les mariages arrangés leur père peut parler Bengali, leur mère Kanada et les serviteurs Hindi). Même s’ils ont un accent reconnaissable, ces millions de diplômés parlent anglais naturellement, ce qui est un formidable atout dans la mondialisation (nos diplômés français ont un retard certain dans ce cas).
  • Un dernier point représente un énorme avantage, même s’il n’est pas éthique. Mais l’éthique existe-t-elle dans la mondialisation libérale ? Les écarts de richesse entre les individus assurent un coût de la vie faible. Les centaines de millions de pauvres tirent les prix vers le bas, ainsi il est quasi impossible (même avec une bonne volonté) de réduire significativement ces écarts. Ce qui assure un coût de la vie très bas pour longtemps. De ce fait le salaire d’un ingénieur ne dépasse pas 600€ ce qui a le double avantage d’être compétitif mondialement et de vivre véritablement comme un prince dans son pays, avec une armée de domestiques.

On a donc vu que l’Inde est devenu le leader mondial des services, et qu’elle s’en assure la pérennité. Le message que l’on nous livrait jusqu’alors face à la montée du chômage ne tient donc plus. La qualification n’est plus un gage d’emploi. La Chine est l’usine du monde, l’Afrique fournit les matières premières et l’Inde fournit la matière grise à bas prix. Quelles sont les solutions pour garder nos emplois, existe-t-il des secteurs à l’abri de la concurrence mondiale de ces nouveaux pays riches mais pauvres ? La qualification, donc la qualité du travail n’est plus notre spécialité, nos infrastructures et nos systèmes sociaux sont un frein aux bénéfices et à l’efficacité. Une restructuration de notre fonctionnement et de nos objectifs s’impose, encore faut-il accepter honnêtement nos point faibles et ne pas agir uniquement au profit des grandes entreprises. L’avenir nous dira si la vieille Europe peut être réactive ou si nous serons le 1/3 monde du XXIeme siècle…

source : LGV

livre à ce sujet : L’Inde à l’assaut du monde

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.53/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • amipb amipb 31 décembre 2009 17:24

    Apparemment, la première personne à venir déverser son trop plein de haine est celui le plus proche physiquement des Mongols. Mais ces derniers savent ce qu’est l’humilité, contairement à certains expatriés français hypnotisés par l’exotique culture chinoise.


  • boddah boddah 31 décembre 2009 12:16

    Je crois que vous n’avez pas très bien compris le ton de l’article hengxi47, je ne dit jamais que je système indien est bien ! Pour bien le connaitre je ne pourrai effectivement pas accepter toutes les inégalités. Le sujet n’est pas l’Inde c’est bien ou pas, le sujet est la délocalisation en Inde et pourquoi leur concurence est ultra efficace par rapport à nos pays égalitaires alourdis par la prise en compte de nos pauvres (je ne fais aucun jugement de valeur, si je devais le faire, je préfère un pays qui a du mal mais qui s’occupe de ses pauvres, comme le notre. Mais je me répette, ce n’est pas le sujet !). Le sujet des castes, des préférences aux garçons, des violences aux femmes (faites par les belles mères),etc ; je les traite aussi, vous le sauriez si vous lisiez mon blog avant de vous enflammer tout seul sur des choses qui ne sont même pas traitées dans l’article.
    Donc je le dis encore une fois : Dans cet article je ne fais absolument pas les éloges d’un système, certes efficace, mais éllitiste qui laisse la majorité des gens sur le bord de la route. Je tente juste d’aider mes contemporains à connaitre un comprendre un pays que j’aime et que je connais plutôt bien.


  • amipb amipb 31 décembre 2009 11:08

    @boddah : on vous avait pourtant prévenu, il est hors de question de critiquer le moins du monde la Chine ici, surtout si c’est pour la comparer à une démocratie.


    • foufouille foufouille 31 décembre 2009 11:16

      delocalisons les francais pauvres !


      • foufouille foufouille 31 décembre 2009 13:08

        je parlais de tous les francais pauvre
        et bien sur de force

        pour y aller seul, il faut du ble, la sante et un boulot comme partout
        et un visa bien sur


      • amipb amipb 31 décembre 2009 17:11

        Mr Hengxi se trompe une nouvelle fois. J’habite bel et bien en France, compte y rester, mais cela ne m’empêche pas de travailler à l’occasion pour une association humanitaire et d’aller au Népal, Bhoutan et (Grand) Tibet.

        Ce qui est virtuel pour Mr Hengxi, c’est son contact avec les tibétains, qu’il abhorre à cause de leur parti pris religieux et, peut-être, parce qu’ils ne collent pas avec les descriptions machiavéliques du parti unique chinois.

        Quant aux délocalisations, je pense que le vent tourne, et qu’il commence à être de bon ton de créer des entreprises locales. Les salaires chinois et indiens s’envolent alors, à quoi bon délocaliser ?


      • amipb amipb 1er janvier 2010 08:06

        Mr Hengxi, lisez les premières lignes de cet article, et arrêtez vos simagrés, le terme utilisé est même celui du gouvernement chinois : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tibet

        Bonne et heureuse année à tous. Oui, même à vous Hengxi, la fermeture d’esprit n’existe pas dans ma boutique.


      • Kelson 31 décembre 2009 11:31

        L’idée que ne pas faire d’investissement dans le sociale (éducation, santé, etc...) est économiquement intéressant à court terme comme à long terme me semble plus que critiquable d’un point de vue économique.

        Bref, le passage sur les castes devrait être étayé... je doute de cet argument.


        • boddah boddah 31 décembre 2009 12:23

          @Kelson
          Très bonne remarque, c’est justement ici que le bas blesse : Cette vision à court terme de la classe moyenne trouve déjà ses limites. Parce que les pauvres délaissés par cette économie sont des citoyens qui votent, les gouvernements, élus par les pauvres, ne peuvent pas laisser les riches profiter de la situation à ce point, il eut été plus judicieux de tenter de faire profiter d’avantage la classe pauvre, majoritaire, en améliorant le système de scolarisation primaire par exemple. En plus, l’individualisme des hautes castes a ses limites, car même si les services n’ont pas besoin de bonnes routes goudronnées, les infrastructures facilitent tout de même le travail, ainsi il est bon pour le business d’améliorer les conditions générales du pays.
          Merci pour ce commentaire constructif


        • amipb amipb 1er janvier 2010 08:09

          Attention, les hautes castes ne sont pas toujours le plus riches. On connaît nombre d’intouchables ayant fait fortune, dans le cuir par exemple. Et quelques brahmanes nettement sur la paille...

          Ce système de caste, foncièrement inégalitaire, a résisté aux volontés de disparition d’un grand nombre de leaders dont Gandhi n’était pas le moindre. Les habitudes ont toutefois la vie dure, espérons que le prochain coup de boutoir sera le bon.


        • Stupeur Stupeur 31 décembre 2009 11:32


          Bonjour hengxi

          58 % pour la mortalité infantile ? Tu es sûr du chiffre ?

          Comment on fait pour commenter les articles sur ton site Reflets de Chine ? J’ai été le visiter et je n’ai pas trouvé comment faire pour réagir aux articles.


          • Stupeur Stupeur 31 décembre 2009 12:00


            Bonjour Le furtif

            Merci de confirmer ce que je pensais sans le dire. Je posais la question à hengxi en pensant qu’il allait de lui même corriger son erreur. Mais non...
            J’ai trouvé des chiffres (sur les années allant de 2003 à 2008) qui variaient de 72 pour 1000 à 32 pour 1000. C’est en diminution constante, mais ça reste quand même très élevé.


          • Stupeur Stupeur 31 décembre 2009 12:30


            Je recommence, je me suis mal exprimée sur les chiffres de la mortalité infantile en Inde :
            Une source donne des chiffres allant de 59 pour 1000 en 2003, à 32 pour 1000 en 2008.
            Une autre source (Courrier International - Save the children) parle de 72 pour 1000 en 2007.


          • PhilVite PhilVite 31 décembre 2009 18:37

            « Si mes articles et commentaires ont été effacés à ma demande, j’ai conservé par contre tous les emails de ces mêmes commentaires, voulez vous que je vous ressorte les votres ? »

            Tiens, vous n’auriez pas entendu un bruit de chiotte, là ?

            Hengxi, vos menaces commencent à me gonfler.

            Sachez que si vous le souhaitez il est possible d’afficher ici-même, vos nom/prénom/adresse/ n° de tél/ adresse email.

            Si vous voulez vraiment jouer à ce jeux, n’hésitez pas.

            Mr Hengxi, tirez le premier, et on y va.


          • boddah boddah 31 décembre 2009 20:42

            @hengxi
            Si c’est votre site de vente en ligne de produits chinois, je le trouve très bien ! Faites vous réellement 25% ? Si c’est le cas, je suis prêt à discuter avec vous, perfide traitre à la botte de la Chine totalitaire... smiley


          • PhilVite PhilVite 1er janvier 2010 12:24

            Cet Hengxi n’est ni très futé ni très couillu.

            C’est souvent le cas des grandes gueules.

            On va donc laisser ce phare de la pensée moderne éclairer ses pompes.

            Et qu’il continue à déverser sa diarrhée scripturale dans l’indifférence qu’elle mérite !  smiley


          • Tarouilan Tarouilan 31 décembre 2009 14:04

            Curieux article, tout sauf neutre et assez perfide en plus...... auteur de cet article ... savez-vous que : De nombreux ingénieurs chinois travaillent au Japon dans le secteur des technologies de l’information, en particulier dans la programmation de logiciels. Recrutés au Japon ou en Chine, les conditions de travail de ces informaticiens chinois au Japon sont diverses. Ils ne forment pas un groupe homogène. Parallèlement au recrutement d’informaticiens chinois, l’industrie japonaise « importe » de la main-d’œuvre chinoise par l’intermédiaire du travail « en ligne ». Un nombre croissant d’informaticiens chinois travaillent pour des entreprises japonaises sans quitter leur pays, grâce aux systèmes de transmission de données en ligne à haut débit.

            La Chine a beaucoup plus d’ingénieurs que l’Inde...... c’est a nouveau de la désinformation, vos prochaines vacances passez les avec le Daï Lama à Dharamsala, le bled est verdoyant contrairement au Tibet aride, et entre désinformateurs perfides, vous serez dans votre élément.


            • amipb amipb 31 décembre 2009 17:20

              "vos prochaines vacances passez les avec le Daï Lama à Dharamsala, le bled est verdoyant contrairement au Tibet aride, et entre désinformateurs perfides, vous serez dans votre élément"

              Mais que vient faire Dharamsala et le Dalaï Lama dans ce fiel haineux ? Ras-le-bol de cette haine gratuite à sens unique qui sent également la haine de tout ce qui n’encense pas la Chine ! Êtes-vous au moins déjà allé à Dharamsala, voir au McLeod Ganj ?

              Quant aux ingénieurs, les pays ont tendance à recruter ce qui leur coûte le moins cher et, si possible, ce qui est le plus proche. Pour le Japon, ce sont les chinois et coréens. Pour l’occident, c’est le Maghreb et l’Inde. Votre exemple n’est qu’une goutte d’eau dans le monde des ingénieurs.

              Il y a, par ailleurs, pas mal d’ingénieurs japonais travaillant occasionnellement ou à plein temps pour des sociétés françaises.


            • boddah boddah 31 décembre 2009 20:09

              @ Tarouilan : Je suis très surpris d’apprendre qu’il y a plus d’ingénieurs chinois qu’indiens ! Pour ne pas mourir idiot, pouvez-vous me donner ce nombre et vos sources ? Pour ma part, il y a cette année une estimation de 71 millions de travailleurs indiens en et hors d’Inde ayant une qualification au moins supérieure à la licence. Je partage mes sources avec Eve Charrin que vous pouvez retrouver dans son livre (pour lequel je fais déjà de la pub à la fin de mon article).
              Bien évidemment, dans mon article je généralise et je ne dis pas que tout les chinois sont ouvriers d’entreprises exportatrices, et idem pour les indiens. Par contre les lignes directrices de l’emploi sont diamétralement opposées entre les deux pays : 70% industriel (PIB) pour la Chine, contre 70% services pour l’Inde !


            • L'enfoiré L’enfoiré 31 décembre 2009 16:14

              Boddah,
               Bon article décrivant parfaitement la situation. Je l’ai pris comme référence pour mon prochain article.
               Nous avons été les « victimes volontaire » du système.
               J’ai écrit cette histoire autrement avec des yeux de l’intérieur du processus de délocalisation.
               Cela s’appelait « Symphonie indienne » 
               Réactualisé par « Sucer mais pas avaler »


              • moebius 31 décembre 2009 16:27

                 C’est un fait pourtant que l’Inde n’est pas ce chantier qui est la Chine actuel et que ses infrastructures se modernisent beaucoup plus lentement.. La chine investi beaucoup plus dans le BTP que l’Inde, ses entreprises et ses ingénieurs qui ont acqui un savoir faire travaillent dans le monde entier, en Afrique, Algérie, émiratsect... notamment. Pour ce faire elle dispose d’une main d’oeuvre abondante prétent avec les népalais, pakistanais et indien du sud à accepter les pires conditions de travail et d’expatriement


                • volpa volpa 31 décembre 2009 17:25

                  Bonjour,
                  Dans ce monde de brutes et mondialisé, quel le meilleur système ???
                  Le chinois, l’Indien, le Japonais, Le Russe, celui des états unis,l’europeen , le brésilien, le vénézuélien, le cubain ?
                  L’africain on l’oublie.


                  • amipb amipb 1er janvier 2010 08:17

                    Je ne suis pas anti-chinois, vous confondez tout, comme à votre habitude. Il faut voir toute la haine que vous crachez à celles et ceux qui pensent que les chinois subissent, eux aussi, la corruption et les méthodes autoritaires de leur parti unique.

                    Je vous propose encore de venir avec moi dans 2 semaines dans le Chengdu pour voir qui est, n’ayons pas peur des mots, raciste... A défaut, un tour de certains amis chinois dans le XIIIème pourrait également faire l’affaire.

                    Votre message est, comme d’habitude, un savoureux mélange d’infantilisme et de haine brute. J’ai connu expatriés plus inspirés.


                  • Krokodilo Krokodilo 1er janvier 2010 01:45

                    Allez, une bouffée d’optimisme en ce début d’année 2010, qui nous vient du Canard enchaîné : il y aurait un discret mouvement de relocalisation en France. Non par un étonnant scrupule moral de dirigeants soudain soucieux des familles traumatisées par le chômage, mais parce que certains se sont rendu compte que ce n’était pas toujours si intéressant que ça financièrement.
                    Une entreprise de vaisselle de luxe délocalisée en Chine se voyait concurrencée en Europe même par des entreprises chinoises qui avaient copié leurs modèles à la source, en Chine...
                    Une autre constatait qu’une bonne partie de ses commandes lui arrivait avec des défauts la rendant invendable aux normes de la marque, alors que tout était payé d’avance...
                    Entre l’espionnage industriel, la qualité incertaine, le transfert de technologie et le coûts du transport, voire le coût salarial en hausse, la mondialisation, c’est plus ce que c’était ! Ca eut payé, mais ça paye plus, comme aurait dit Fernand Raynaud.


                    • foufouille foufouille 1er janvier 2010 12:01

                      c’est le client qui definit la qualite
                      si tu veut qu’un objet electronique dure 10000h, il suffit de sous dimensionner certains composant
                      bien sur ca peut cramer avant

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès