Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La doctrine Blair

La doctrine Blair

Si vous pensez que c'est Bush qui a décidé la guerre d'Irak, il aut savoir que c'est son administration qui décidait. Voici un extrait du discours de Tony Blair à Chicago en 1999.

Donc : Comment faire pour gagner ? En résumé, je voudrais identifier six éléments pour une stratégie réussie.

Tout d'abord, nous devons comprendre que nous n'avons pas causé ce problème, mais ce que nous faisons aujourd'hui peut permettre de le résoudre. Vous pouvez débattre, à l'égard de l'Irak ou l'Afghanistan, que ce soit en enlevant les dictatures, nous avons fourni le terrain aux organisations terroristes de travailler, ou l'autre point de vue, qui est celui de la lutte contre eux là-bas a nuit à leur influence mondiale en se concentrant sur la bataille de terrain. Quel que soit le point de vue adopté, il n'y a pas de justification concevable pour l'utilisation horrible et méchante qui consiste à tuer et mutiler des innocents, dont la majorité sont des musulmans bien sûr. Et il existe des alternatives suffisantes à la violence en Irak, en Afghanistan, dans le processus démocratique ; en Palestine, au Liban et ailleurs, en matière de diplomatie et de changement politique pacifique. La terreur est l'ennemi du progrès. La responsabilité de terrorisme incombe au terroriste et à personne d'autre.

Cela doit être proclamé vigoureusement par nous, mais aussi sur tous les toits du sein de l'Islam lui-même.

Deuxièmement, il y a quelques bonnes nouvelles. En fin de compte, cette bataille ne peut être gagnée au sein de l'Islam seul et le fait est que, dans l'islam d'aujourd'hui, nous avons des alliés. Les plus puissants sont les gens ordinaires. Oui, la voix des extrémistes peut être plus forte. Ils sont mieux organisés. Mais ils ne représentent pas le vrai Islam ou les véritables musulmans. Nous devons soutenir ces alliés. Nous devons travailler avec eux afin de permettre que leur voix soit entendue et leur authenticité soit établie. À cet égard, il convient de reconnaître que le monde de l'Islam n'est pas seulement le Moyen-Orient et ses environs, mais comprend de grandes parties de l'Asie, notamment en Indonésie, le plus grand pays musulman au monde.

Troisièmement, pour les soutenir, nous devons sortir du faux choix de l'utilisation de la puissance douce ou dure. Seule une combinaison des deux fonctionne. L'un des aspects les plus dommageables de la politique des dix dernières années a été le problème de la contestation politique dans les relations entre un soi-disant « néo-conservateur » à droite qui ont eu lieu à la promulgation d'une solution purement militaire, et un « soi-disant libérale »à gauche que la diplomatie a préférée. La plupart des gens sensés savent qu'ici - comme, en fait, dans de nombreux domaines des vingt premiers siècles politiques - ces étiquettes sont inutiles, contre-productives et faussent le défi à relever. Nous devons nous battre là où nous sommes combattus. Nous devons persuader où la bataille se situe pour les cœurs et les esprits.


Quatrièmement, dans l'usage d'un pouvoir intransigeant, nous devons comprendre une chose très simple : là où nous sommes appelés à combattre, nous devons le faire. Si nous sommes vaincus partout, nous sommes en danger d'être vaincu partout. Heureusement, vous pouvez être incroyablement fiers de vos forces armées, ici aux USA, comme pour nous, les Britanniques, peut-être des nôtres. Ils ont été dans la ligne de front de cette bataille pendant huit longues années maintenant. Ils sont toujours sur ce front. Ce sont des gens courageux et engagé, ils combattent bien pour une cause qui est juste et qu'ils méritent. Ils ont besoin de notre engagement sans faille en retour.

Cinquièmement, dans le déploiement de la puissance douce, nous devons être aussi résolu et englober toutes les dimensions de la lutte. Nous devons être les partenaires des aides au processus de changement et de modernisation de l'islam. Nous ne pouvons pas le faire. Mais nous ne pouvons le soutenir par des intermédiaires. C'est une vision parfaitement intelligente que d'« imposer » la démocratie en Irak et, dans une certaine mesure, l'Afghanistan était une erreur. Ce n'est pas une vue que je partage avec d'autres, évidemment, mais je la défend entièrement. Toutefois, je n'accepte pas du tout l'idée que la démocratie soit inaccessible ou non acceptée dans le monde islamique. Au contraire, par la suite ce n'est que par l'étreinte de la plus grande démocratie - mais par un changement - que cette bataille sera gagnée. Il sera difficile à accomplir. Mais la chose la plus dangereuse qu'on puisse imaginer c'est de forcer les gens à choisir entre une élite antidémocratique avec la bonne idée et un mouvement populaire avec le mauvais. Beaucoup de ceux attirés par l'idée simpliste que « l'islam est la solution » sont attirés en raison de l'incapacité des pays à changer, où le changement est urgent, et ce faisant, finissent par l'agitation pour le mauvais changement, parce qu'ils ne permettent pas un changement sensible de se produire.


Ainsi, une stratégie de pouvoir doux devrait être accepté largement et nous mener loin. Cet extrémisme a des caractéristiques politiques. Mais il est également masqué dans la religion. Vous ne pouvez pas ignorer ce fait. Donc, d'une part notre victoire se trouve dans la religion, dans une critique cohérente et claire de l'erreur religieuse des chefs religieux dans l'Islam, et à l'initiative en plein essor du dialogue, de la compréhension et de l'action entre les différentes confessions du monde, dont ma fondation , la fondation Tony Blair Faith, fait partie. Plus nous tendrons la main vers la foi de part le monde , plus l'espace commun, les religions abrahamiques et non-abrahamiques pourront co-habiter, puis les extrémistes et réactionnaires au sein de toutes les religions pourrent être contestés.

Tout cela doit être organisé. Cela doit être au centre de la politique, avec des ressources adéquates, correctement entretenues. Il faut descendre jusqu'aux systèmes éducatifs, le nôtre aussi bien que le leur, dans la collaboration entre les établissements d'enseignement, aux arts et à la culture. La politique étrangère doit être complètement remodelée autour d'une telle stratégie.

Et, bien sûr, si je sais que je parle sur un souvenir diplomatique cassé, la question israélo-palestinien doit être résolue. Personne ne devrait penser que ce conflit a provoqué l'extrémisme, seulement sa résolution serait d'infiniment aider la défaite de cet extrémisme. Ce n'est pas une question secondaire, ce n'est pas une diversion. Et nous pouvons le résoudre. Si nous comprenons en quoi il importe, nous allons trouver la volonté et la façon de le faire. Mais cela doit être fait.

Enfin, nous sommes tenus de faire quelque chose qu'il semble plutôt étrange à dire. Nous devons redécouvrir une certaine confiance et la conviction en qui nous sommes, comment nous en sommes venus jusqu'ici et en quoi nous croyons. En fait, je pense à la crise économique. Elle est sévère. Ça va être vraiment, vraiment dur. Mais nous allons passer au travers et ne pas abandonner le libre échange ou notre système économique, mais en apprendre les leçons et cette adaptation du système d'une manière qui le rend meilleur. Mais en toute hypothèse, ce système a livré des bons incroyables en avant dans la prospérité de nos citoyens et nous ne devrions pas, entre avec tristesse, l'oublier.

 

Dans les faits Bush est allé plus loin sur l'Afghanistan, mais nos politiciens parlent depuis ce temps là je pense, de réponse à la fois dure et compréhensive quant au terrorisme, que la politique soit basée sur la défense de valeurs et de principes, au lieu d'un simple nationalisme. Ce discours de Tony Blair a permis de mettre en place une éducation de la population devenant propagande de guerre. Avant cette éducation de la population visait à les rendre surtout dépendant des autres en les individualisant.

Tony Blair propose dans ce discours de recruter des espions musulmans, de favoriser le mercenariat, de s'imposer par la force et la manipulation d'opinions, de ne pas reconnaître que les dictatures politiques du Moyen-Orient ont été mises en place par deux espions, l'un britannique et l'autre français, Sykes et Picot.

Aussi le mot "islamiste" est depuis ce temps là associé au terrorisme, car une guerre est menée contre ceux qui refusent l'usure de la monnaie, et donc le libre échange, système économique qui a permis selon Tony BLAIR à ces concitoyens de prospérer, ce qui peut être vrai comme faux.
 

Sources :


 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • CASS. CASS. 2 mars 2013 11:54

    pfff les nétanyahu avaient demandé à bush de vitrifier l ’Iran avant l’Irak, donc commencé par l’Iran, ce qui n’a pu se faire. Ils ont passé le film Gandhi sur arte vers 1h du mat évidemment , l’an dernier il avait passé un film historique autentique (durée un peu plus de deux heures, très tard dans la nuit aussi évidemment)à propos de la révolution en Iran, les causes etc etc,jusqu’au génocide programmé des iraniens en utilisant saddam des tonnes d’armes dont la fameuse chimique qui lui ont été fournies (une atrocité !! sans nom) si ces deux films passaient sur tf1 et cie plusieurs fois aux heures de grande écoute ne serait -ce que ces deux la,nombreux comprendraient enfin ou se trouve réellement l’axe du MAL EXTREME !! .


    • matthius matthius 2 mars 2013 18:53

      Je ne demande pas le programme d’Arte.
      Ce discours a été dit en 1999, et a créé le discours actuel de nos dirigeants.


      • Atlas Atlas 3 mars 2013 10:53

         Aussi le mot « islamiste » est depuis ce temps là associé au terrorisme, car une guerre est menée contre ceux qui refusent l’usure de la monnaie, et donc le libre échange, système économique qui a permis selon Tony BLAIR à ces concitoyens de prospérer, ce qui peut être vrai comme faux.

        L’usure de la monnaie, voilà peut-être la raison de toutes ces guerres effectivement.
        Les banques centrales Syrienne et Iranienne sont encore indépendante, de même celle de Libye l’était également avant la chute de Khadafi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès