Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La fin annoncée de l’Autorité Palestinienne ?

La fin annoncée de l’Autorité Palestinienne ?

Les débats autour des déclarations de Mahmoud Abbas (Abu Mazen), qui menace de ne pas se représenter à la Présidence de l’Autorité Palestinienne (AP), se focalisent sur une question : a-t-on oui ou non affaire à un « coup de poker » du Président palestinien, destiné à « mettre sous pression » l’Administration Obama afin que celle-ci relève son niveau d’exigence vis-à-vis d’Israël ? Cette question, trop conjoncturelle, occulte l’essentiel : la décision d’Abu Mazen, quand bien même il la reconsidèrerait, révèle en réalité l’impasse stratégique dans laquelle se trouve la direction de l’AP et, au-delà, annonce la fin du « processus de paix » ouvert en 1993.

Un appareil d’Etat sans Etat

L’ « Autorité palestinienne d’auto-gouvernement intérimaire », créée par les Accords d’Oslo (1993-1994), a été conçue comme un proto-appareil d’Etat chargé d’administrer les « zones autonomes » palestiniennes, ces territoires palestiniens occupés depuis 1967 desquels l’armée israélienne s’est progressivement retirée à partir de 1994. Pour étendre la superficie des territoires sous sa responsabilité, et pour avancer vers un « accord sur le statut final », l’AP devait faire la démonstration de sa capacité à s’imposer comme pouvoir légitime et stable, capable de maintenir l’ordre dans « ses » zones, en prévenant tout acte d’hostilité à l’égard d’Israël, des installations militaires israéliennes et des colonies.

Depuis 1967 et la conquête militaire de l’ensemble de la Palestine, Israël était confronté à une difficulté majeure, révélée aux yeux du monde par l’Intifada de 1987 : l’Etat « juif et démocratique » administrait directement des territoires peuplés de plusieurs millions de non-juifs et devrait tôt ou tard choisir entre le caractère juif et le caractère démocratique de l’Etat. La création de l’AP devait répondre à cette problématique, en débarrassant Israël de la gestion des zones palestiniennes les plus densément peuplées tout en ne remettant pas en question son emprise sur plus de 90% de la Palestine historique.

L’AP n’a jamais été, dans les faits, le futur gouvernement du futur Etat palestinien mais un appareil d’Etat sans Etat intégré aux structures de l’occupation et surfinancé par les pays donateurs. Sa tâche a été de décharger Israël des attributions qui échoient, selon le droit international, à toute puissance occupante (éducation, santé, services sociaux…). Elle a également joué le rôle, via une coopération sécuritaire quotidienne avec les services israéliens, de sous-traitant des tâches de maintien de l’ordre dans les zones autonomes. Elle a enfin, par la signature d’accords économiques avec Israël, joué un rôle clef dans la normalisation des relations commerciales israélo-arabes.

Durant les « années Oslo », les territoires palestiniens ont été fragmentés en des dizaines d’entités aux statuts juridiques divers, isolées les unes des autres par les multiples points de contrôle israéliens et les routes réservées aux colons. Le nombre de colons a doublé entre 1993 et 2000, tandis que la superficie des zones autonomes atteignait à peine 18% de la Cisjordanie et de Gaza. Dépourvue de souveraineté réelle, l’AP a développé un système patrimonial, autoritaire et clientéliste, dans lequel seule une minorité de privilégiés a semblé bénéficier du « processus de paix ».

Abbas, "homme de la situation" ?

Toutes les conditions étaient réunies pour un nouveau soulèvement, qui est survenu en septembre 2000, dirigé tout autant contre la politique israélienne que contre les impasses du processus négocié. Yasser Arafat a encouragé ce soulèvement sur lequel il espérait s’appuyer pour obtenir davantage dans les négociations, tout en favorisant sa militarisation pour ne pas perdre de terrain face au Hamas. Israël a alors décidé d’isoler Arafat et de favoriser l’ascension de dirigeants plus enclins au compromis, au premier rang desquels Mahmoud Abbas. C’est ainsi qu’Abbas a été invité à un « sommet pour la paix » avec Georges Bush et Ariel Sharon en juin 2003, alors qu’Arafat était toujours enfermé dans son QG de Ramallah.

Abu Mazen allait-il réussir là où Yasser Arafat avait échoué ? Tel a été le pari des Etats-Unis et d’Israël lorsqu’ils ont soutenu le candidat Abbas lors des élections présidentielles de 2005. Mais les législatives de 2006 ont révélé le caractère hasardeux du pari : victoire du Hamas et défaite de la plupart des dirigeants de l’AP. La population palestinienne a exprimé son rejet du système Oslo et de son personnel politique, en choisissant une organisation incarnant la poursuite de la résistance à l’occupation et le refus des compromissions. Ce sont les contradictions inhérentes au processus d’Oslo qui ont été mises à nu : aucun pouvoir autochtone ne sera légitime et stable s’il n’obtient pas la satisfaction des droits nationaux des Palestiniens.

Refusant d’admettre l’échec de la logique d’Oslo, la « communauté internationale » n’a pas reconnu la victoire du Hamas. La direction historique de l’AP a quant à elle tout fait, dans l’esprit d’Oslo, pour conserver sa légitimité internationale tout en se fragilisant encore un peu plus en interne : nomination d’un ancien haut fonctionnaire du FMI au poste de Premier Ministre (Salam Fayyad), développement d’un régime policier et désarmement de la résistance en Cisjordanie, demande du report de l’examen du rapport Goldstone… Abbas a tout accepté. Pour rien. Le Mur et les colonies ont continué de s’étendre (500 000 colons aujourd’hui, soit 4 fois plus qu’en 1993), la judaïsation de Jérusalem s’est accélérée, les incursions israéliennes au cœur des zones « autonomes » sont quotidiennes…

Plus que de l’usure d’un homme, les menaces d’Abu Mazen sont révélatrices de l’usure d’un projet. Sous nos yeux, la parenthèse d’Oslo se referme : le « processus de paix » est une fiction, l’autonomie palestinienne une chimère, et le Président de l’Autorité Palestinienne n’est en réalité Président de rien. La décomposition du système mis en place par les Accords d’Oslo s’accélère et c’est l’idée même d’un Etat palestinien indépendant qui est en train de disparaître. L’Etat d’Israël sera alors confronté à une situation qu’il a toujours voulu éviter mais dans laquelle sa politique l’aura inexorablement conduit : des Palestiniens ne luttant pas pour une entité politique indépendante mais pour l’égalité totale des droits, au sein d’un même Etat.

NB : Une version longue de cet article sera bientôt disponible.

 

Source : le blog de Julien Salingue

Article publié aussi sur le site rue89.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Big Mac 5 décembre 2009 10:51

    Souvent sur les médias, on vous vante la modération de Mahmoud Abbas, aussi je me propose de vous faire mieux connaître le lascar.

    Le 15 Mai 1974, le massacre de Maaloth, vous vous rappelez ?

    Ce jour là, des terroristes armés du FDLP, une des branches de l’OLP, se sont infiltrés en Israël via le Liban.

    Entrant dans l’appartement d’une jeune famille à Maaloth, ils assassinent le père, la mère et leur enfant de quatre ans.

    Poursuivant leur course meurtrière, ils prennent ensuite en otage, l’école Nétiv Meir de la ville, soit 105 adolescents et 10 enseignants.

    Ils assassinent froidement assassiné 22 enfants et 3 adultes. Sans l’intervention d’un commando de Tsahal, ils auraient anéanti les 105 enfants et 10 enseignants qu’ils séquestraient. Le bilan est de 25 morts et 68 blessées.

    Le responsable de ce carnage, surnommé en Israël « Le boucher de Maaloth » n’est autre que le « modéré » Mahmoud Abbas.


    • Big Mac 5 décembre 2009 15:56

      Le problème des collabos c’est qu’à lécher le cul de tout assassin halal ils finissent par ne même plus se rendre des pets hors sujets qu’ils émettent en guise de commentaire.


    • Ahlen Ahlen 6 décembre 2009 12:58

      Tellement difficile de vous lire Mic Mac, étant un sioniste pourri jusqu’aux os ! Pas la moindre logique dans vos propos qui ne sont que des entourloupettes pour défendre l’indéfendable. Et le score minable que vous récoltez ne vous dissuade guère ni, encore moins, vous amène à vous poser des questions. Un vrai sioniste, quoi ! Oust !


    • ZEN ZEN 5 décembre 2009 12:54

      M.Abbas est le « pigeon à plumer » (Netanyahou)


        • miwari miwari 5 décembre 2009 19:40

          Les Palestiniens pourrait élire mère Thérésa (si elle était encore en vie) comme président qu’ils n’auraient pas un état digne de ce nom et vous savez pourquoi, parce que l’entité sioniste proche d’eux fera ce qu’elle sait si bien faire a savoir trouver tous les prétextes pour empêcher cela, elle mettra en branle sa diaspora sioniste et ses lobbys, créera des incidents « islamistes », fera pleurer dans les chaumières et j’en passe.

          Alors que Mahmoud Abbas se présente ou pas, ça n’a aucune importance.


          • Pierre Boisjoli Pierre Boisjoli 6 décembre 2009 00:22

            Vous oubliez qu’il y a la guerre et une guerre sale où tous les coups sont permis. Quand les Israéliens seront prêts à une paix juste, il y aura moyen de négocier un compromis. En attendant, avec Nétanayou, le dialogue de sourds se poursuit. . . et il y aura d’autres bombes pour montrer que la guerre est toujours là pour faire la loi. C’est mathématique.
            De celui qui a trouvé le modèle mathématique pour expliquer le monde. Le messie juif. Le seigneur des armées, le conseiller divin, le rois des rois, le prince de la paix.
            Pierre Boisjoli


            • Usar 6 décembre 2009 00:56

              Les Palestiniens n’ont aucune marge. Et si Etat il y aura, il sera completement etouffé par Israel et sous sa tutelle. Les Palestiniens ne l’accepteront jamais et alors, Julien, votre conclusion s’imposera d elle-même.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès