Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Floride opte pour le bulletin de vote en papier

La Floride opte pour le bulletin de vote en papier

Fini les écrans tactiles et autres mécanismes d’enregistrement direct du vote en Floride. L’électeur devra d’abord marquer un bulletin qui sera par la suite balayé par un lecteur optique. Les ordinateurs serviront à compter les votes mais ce sont les bulletins en papier qui seront officiels s’il y a contestation du vote.

Le gouverneur de la Floride annonce qu’il va de l’avant, sans attendre la fin du débat ayant cours au Sénat américain sur les technologies de vote qui pourront être subventionnées par Washington.

On se rappellera qu’a la suite du vote controversé ayant permis à George W. Bush d’accéder à la présidence américaine en 2000, le Sénat américain avait voté en 2002 une loi subventionnant l’achat d’ordinateurs de vote. La Floride avait été au coeur du scandale avec sa technologie de vote mécanique obsolète.

Depuis que les démocrates ont repris la majorité au Sénat américain, la question n’est pas de savoir si, mais plutôt quand la Loi fédérale de 2002 (Help America Vote Act) qui autorise le financement de l’achat d’ordinateurs de vote sera modifiée, et quelles seront les technologies de vote désormais acceptables.

Déjà en avril 2006, dans la foulée d’une commission sur le processus électoral présidée par l’ancien président Jimmy Carter et l’ancien Secrétaire d’État James Baker, le représentant démocrate Rush Holt avait introduit le projet de loi HR 550 qui voulait obliger tout ordinateur de vote à imprimer chaque vote. Le but est de permettre à l’électeur de vérifier que sa volonté a été correctement enregistrée par l’ordinateur. Le bulletin imprimé serait le bulletin officiel (Keep Electronic Voting Honest).

Holt a réintroduit son projet de loi en février dernier (Holt Reintroduces Voter Confidence and Increased Accessibility Act).

Le projet de loi est controversé. Plusieurs officiers électoraux s’y opposent, prétextant que les délais avant les primaires des présidentielles de 2008 sont beaucoup trop serrés.

Les militants contre le vote direct sur ordinateur (DRE) sont eux aussi réticents. Le projet de loi prévoit en effet que l’impression du vote après coup serait acceptable. Les opposants craignent que de nombreux électeurs ne prennent pas la peine de vérifier que l’ordinateur a bien enregistré leurs choix. Il faut dire que l’électeur américain moyen vote pour des candidats à plusieurs postes locaux, en plus de voter pour la présidence, sans compter diverses consultations, tout cela sur un même bulletin de vote.

La Floride a pour sa part choisi de nettoyer en profondeur les écuries d’Augias. La disparition de plus de 18 000 votes lors des élections de novembre 2006, enregistrés directement sur ordinateur dans le comté de Sarasota, laissait planer de sérieux doutes sur la fiabilité du vote électronique. Le gouverneur de la Floride - aux États-Unis ce sont les États qui décident du mode de scrutin pour les élections au Sénat et la présidence - a décidé que son État ne serait plus pointé du doigt.

Souhaitons que les autres États fassent de même sans attendre que le Sénat américain ait fini de discuter du sexe des anges. Il ne faut toutefois pas se faire d’illusion. Même si ce sont les États qui ont la compétence constitutionnelle sur le mode de scrutin, le gouvernement fédéral joue un rôle considérable puisqu’il dispose de l’argent qui permet aux États d’acheter l’équipement servant à voter. Or, de nombreux ordinateurs à écran tactile sans mécanisme d’impression des votes ont été achetés grâce aux fonds fédéraux depuis 2002.

Il n’y a pas que la guerre en Irak qui coûte cher pour rien aux Américains.

Return to paper ballots could be on horizon
.


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (113 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • (---.---.53.9) 26 mars 2007 10:41

    Il n’y a que les vendeurs de machines à voter et ceux qui ne connaissent rien à l’informatique pour affirmer que le vote électronique est sûr.

    Le vote électronique se prête facilement à toutes les manipulations et toutes les erreurs. Il empêche totalement le contrôle des résultats par un citoyen lambda.

    Le fait que le logiciel des machines à voter soit « propriétaire » et non visible empêche également le contrôle par un informaticien, aussi compétent soit-il.

    Non, les machines à voter sont une horreur en matière de contrôle démocratique des élections.

    N’avez-vous jamais été victime d’un virus ?

    Windows Vista, présenté comme un parangon en matière de sécurité n’a-t-il pas fait l’objet de multiples attaques réussies moins d’un jour après sont lancement ?


    • ExSam (---.---.208.109) 26 mars 2007 10:42

      Après une élection nationale volée et ds millions d’euros de dépensés pour voter high-tech, les nuts de Floride reviennent aux oldies but goldies.

      C’est pas SDNB qui va comprendre ça, notre petite diva tendance hystéro, pas groucho, pas Marx, pas Pinocchio, quoique.

      Nous, grace au Sinistre, on dépense des millions déjà, qui vont à quelques boites high-tech. Non, je vous vois venir. Non, elle ne font pas aussi les travaux en appartement. Quoique.

      Un million de personnes vont voter électronique, sans qu’évidemment personne ne nous ait demandé si on voulait, ni si on acceptait que l’argent public, déjà rare, dixit le type qu’à tellement peur du peuple qu’y se balade avec 160 flics autour de lui pour aller se taper un verre de Sancerres.

      Pour pas se faire électroniquer vaut mieux allez voir sur ce site : http://recul-democratique.org/

      Et pour voir combien c’est facile de truquer l’électronique et de véritablment nous électroniquer pour de bon, et pour qui ont veut pas, regardez-là :

      http://recul-democratique.org/Detournement-d-ordinateur-de-vote.html#itele


      • JL (---.---.73.200) 26 mars 2007 13:04

        D’accord avec vous.

        Vos liens n’ont pas abouti, à l’instant. J’essaierai plus tard.

        Ce matin, il se disait à la ’radio’ : « Sauf événement imprévu ; N. Sarkozy quittera le ministre de l’Intérieur à midi ».

        C’est peut-être à midi que les machines ont été définitivement installées !

        Il est 13H, j’entends à la radio que D. de Villepin lui a souhaité bonne chance mon papa.


      • ExSam (---.---.208.109) 26 mars 2007 14:32

        JL

        Effectivement le deuxième lien ne marche pas...

        Le revoici : http://www.recul-democratique.org/Detournement-d-ordinateur-de-vote.html#itele

        Démonstration du trucage possible des votes, sans gros matériel, sans beaucoup de temps. Inquiétant.


      • Michel Monette 26 mars 2007 18:27

        @ JL : le lien vers le dernier article détourne vers une page où il faut s’inscrire au préalable (c’est gratuit). Curieusement, je n’ai pas eu à m’inscrire les premières fois pour accéder directement à l’article en question.

        Les autres liens fonctionnaient pour moi.


      • minijack minijack 26 mars 2007 11:17

        Intéressante initiative... Après deux élections présidentielles aux USA, le gouverneur de Floride va donc réformer le mode électoral juste avant les prochaines élections... Comme par hasard ?

        Je dis comme par hasard, parce que Georges W. Bush junior ne pouvant plus être réelu, (c’était son frère qui était gouverneur de la Floride lors de son élection suspecte à l’époque des bulletins perdus) quelqu’un d’un peu suspicieux pourrait s’interroger sur la pertinence à effectuer ce changement maintenant...
        Pourquoi ne pas l’avoir fait en 2004 ?
        Pourquoi donc maintenant ?
        Parce que les démocrates risquent de gagner le prochain scrutin ?...

        Vive la plus grande démago-crassie du monde !


        • Romain Baudry 26 mars 2007 11:59

          Je ne suis absolument pas favorable au vote par ordinateur mais, comme vous le mentionnez, il n’est pas responsable du gigantesque micmac des élections de 2000. Il faut donc espérer que la Floride adoptera un système de bulletins en papier plus simple.

          Tant qu’à faire des réformes, les Américains pourraient décider d’élire leur président au suffrage direct, mais ce n’est pas demain la veille...


          • Algunet 26 mars 2007 18:42

            Tant qu’à faire...

            Tant qu’à faire ils font ce qu’ils veulent chez-eux, tant qu’ils nous demandent pas de faire comme eux dans ce domaine !

             smiley


          • Il est cocasse (du moins au premier abord) que EXACTEMENT le même jour où cette décision du gouverneur de Floride a été annoncée, le conseil municipal d’Issy les Moulineaux votaient l’achat d’ordinateurs ES&S iVotronic. Or, la Floride va envoyer à la casse des milliers d’ordinateurs... dont des ES&S iVotronic.

            Voir la lettre ouverte d’un citoyen d’Issy à son maire, M. Santini : http://oumph.free.fr/textes/vote_electronique_issy.html

            Pierre Muller, fondateur d’ordinateurs-de-vote.org Pétition en ligne : http://www.ordinateurs-de-vote.org/petition


            • (---.---.192.187) 26 mars 2007 17:02

              Santini, Santini... c’est pas celui qui à laché ses « amis » pour se mettre à la remorque de Sarkozy.

              Comme quoi rien n’est jamais du au hasard dans l’information... pour un peu, j’en deviendrai conspirationiste moi smiley


            • Rage Rage 26 mars 2007 22:08

              Le pire dans tout cela, c’est qu’on se croit « fin » à utiliser des machines que d’autres ont déjà testé et balancent délibéremment à la poubelle...

              On remarquera aussi que ces « machines » sont supportées et achetées par des maires « escrocs » - les moins nets- le plus souvent UMP et rarement PS... comme c’est bizarre...

              On remarquera aussi que ces machines ont apporté la victoire à Bush face aux « gentils-cons » démocrates qui se sont fait volé...

              On remarquera l’étrange corrélation de date entre un pays (La France) qui fait toujours comme les USA 10 ans après et en accumulant les bourdes...

              J’espère seulement que les mêmes causes ne produiront pas les mêmes effets... à savoir une élection frauduleuse d’un président GRAVE.


            • TB (---.---.21.162) 27 mars 2007 10:05

              Le maire escroc, mis en examen avec Pasqua début 2006, en l’occurrence ici, c’est Santini qui était à l’époque de l’élaboration du vote électronique, le bras droit de Bayrou. Lorsque je lis sur le lien au-dessus que Quitterie Delmas qui était sur la liste de Santini aux régionales 2004, dire aujourd’hui « le vote électronique c’est pas bien », je ne la crois absolument pas sincère. D’ailleurs, peut-elle aujourd’hui se déclarer « pour » contre l’avis général sachant qu’elle se présente aux prochaines législatives ?

              J’ai d’autres éléments mais comme ici c’est censuré un max, je préfère communiquer « mes » infos ailleurs.


            • Hub. Hub 26 mars 2007 16:11

              Le décalage entre la France et les Etats Unis en matière d’innovations technologiques est un fait bien connu, nous suivons toujours les initiatives américaines avec quelques années de retard.

              On peut admettre que l’on soit suiviste concernant des nouveautés ayant fait leurs preuves et apportant un plus à la collectivité, avec une sorte de principe de précaution dans l’attente de résultats probants...Or que fait-on aujourd’hui au sujet de ces machines à voter ? Nous suivons comme d’habitude, sans tirer les leçons d’une aventure electorale plus que trouble, dont les américains et la planète entière ont peut-être fait les frais avec un Bush sorti du chapeau.

              Le doute et la suspiscion plane toujours sur ces machines obscures sensées nous faciliter la vie, alors que la transparence de l’ancien système était une réelle garantie d’égalité de traitement. A qui donc ce nouveau système peut-il bien profiter ? Je n’ose imaginer la moindre réponse et c’est bien là que le bât blesse.

              Alors, avant de vouloir remettre la France à l’endroit, nos candidats ne devraient-ils pas refuser de cautionner un système de vote qui à mis les Etats Unis à l’envers ?


              • (---.---.192.187) 26 mars 2007 17:04

                Viens donc aux States et jette un coup d’oeil à leur réseau électrique, juste comme ça pour le fun. Et la tu te diras que les USA ont 20 a 30 ans de retard... faut pas tout voir que d’un seul angle... ils sont en avance pour certaines choses et sacrément en retard pour d’autres...


              • (---.---.140.77) 26 mars 2007 17:58

                Il y a déjà de nombreuses villes en France équipées de ces machines pour les votes du 22 avril et du 6 mai. Ma ville en fait partie. Dans un bureau de vote, peut-on refuser le vote électronique ?

                Si il y a un spécialiste pour me répondre, merci.


              • Hub. Hub 26 mars 2007 18:27

                La question a été posée lors de la réunion du « 5ème pouvoir », j’ai vu ça en direct sur le net. Une dame dont j’ai oublié le nom mais qui avait l’air d’être une spécialiste du sujet a été formelle, il est impossible de refuser le vote électronique et vous ne pouvez pas changer de bureau de vote.

                Le pire avec cette décision prise sans l’avis des premiers concernés, les électeurs, est qu’un certain nombre d’entre eux risquent de s’abstenir pour protester contre cet état de fait. La participation record annoncée a donc de fortes chances de prendre quelques plombs dans l’aile à cause de ce nouveau joujou qui n’amuse que trés peu de monde, et à juste titre.


              • Argo Argo 26 mars 2007 18:03

                Je vous signale quand même que les machines à voter électroniques ne sont pas connectées à un réseau informatique ou à Internet. Elles ne possèdent qu’une prise électrique. Dans ces conditions, manipuler le logiciel relève de la magie noire.

                Quant au papier... Eh bien il suffit d’imprimer si vous préférez compter des bulletins « papier ». Triche ou impartialité, l’électronique n’a rien à voir à l’affaire.

                Mais pour aller dans votre sens, oui j’ai déjà attrapé un virus, la grippe, je crois que c’était l’an dernier.


                • (---.---.53.9) 26 mars 2007 18:24

                  Parce que ces machines ne sont jamais ouvertes par personne ?

                  Le fournisseur, entreprise privée et,l’ensemble de son personnel est au dessus de tout soupçon ?

                  Comment M. Toutlemonde peut-il avoir la garantie que le logiciel est correct, non trafiqué ?

                  Qui écrit le logiciel ?

                  Est-il permis de voir les sources de telle façon qu’un informaticien puissent les contrôler ? Là, je peut tout de suite donner la réponse : c’est non, il s’agit de logiciels « propriétaires » et de toute façon, comment avoir la garantie que le logiciel implanté dans la machine est bien celui qui nous est montré ?

                  Imprimer un papier, la belle idée ! Comment garantir que le papier imprimé est bien ce que la machine comptabilise ? En cas de différence entre comptage des papiers et résultats machines qui croire ?

                  etc.

                  Non, crois-en un ingénieur informaticien, spécialiste du développement de logiciels d’accès sur sites sensibles, il est absolument IMPOSSIBLE de garantir la sécurité d’une machine à voter. Et les logiciels que j’ai eu l’occasion de voir de l’une de ces machines me laisse particulièrement songeur, pour ne pas dire plus.

                  Croire que ces machines ne sont pas manipulables, c’est faire preuve de l’angélisme le plus éthéré et, en tout cas, ne strictement rien connaitre aux problèmes de sécurité informatique.

                  Au contraire, ces machines sont la porte d’entrée aux pires manipulations.


                • Harald 26 mars 2007 18:26

                  Ben tiens ! Et il n’y a jamais de bug dans l’informatique.

                  http://geek.com/images/geeknews/2006Jan/core_duo_errata__2006_01_21__full.g if


                • dark-jus 26 mars 2007 18:27

                  Effectivement les machines ne sont reliés qu’à la prise électrique mais rien ne t’empèche d’aller la trifouiller avant que le vote commence... Il y a plusieurs videos montrant la faiblesse du système.

                  la clé ? C’est tout simplement l’argent.


                • Michel Monette 26 mars 2007 18:38

                  Les enquêtes le démontrent : peu d’électeurs vérifient que leur vote a été enregistré correctement lorsqu’il y a impression après coup. Dans l’état actuel des technologies, l’idéal demeure le vote sur papier, avec balayage optique si ça peut faciliter le dépouillement du vote.


                • Algunet 26 mars 2007 19:02

                  Et bien regardez cette vidéo...

                  http://www.youtube.com/watch?v=uWjJmZ0oKRE&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Eagoravox%2Efr%2Farticle%2Ephp3%3Fid%5Farticle%3D21054

                  Vous verrez que vos certitudes sont peu fondées

                   smiley


                • Argo Argo 26 mars 2007 21:27

                  Oui souvent... entre la chaise et l’écran


                • Argo Argo 26 mars 2007 21:32

                  En France les machines à voter sont certifiées par le bureau Veritas, selon un cahier des charges très précis. Aujourd’hui, la balance de votre commercant est électronique, la pompe à essence de votre station service, tout est électronique. Et si les choses sont comme vous le craignez et que notre monde est si pourri, alors recomptez les poireaux et les litres. Cela dit, je n’exprime que mon opinion et n’ai aucun intérêt dans les machines électroniques. Disons que j’aime bien les arbres...


                • Rage Rage 26 mars 2007 22:12

                  Sauf qu’il existe une grande différence entre votre commerçant et une élection présidentielle :

                  - Si votre commerçant vous roule, vous avez le choix d’aller voir ailleurs. Une fois, pas deux.

                  - Si votre futur président vous roule, vous ne pouvez pas aller avoir ailleurs et c’est pour 5 ans que le « tricheur » sera fier de tous nous avoir roulé vous... et tout ceux qui n’aurons pas vu le coup venir.

                  Dans un cas, vous restez maître du choix, dans l’autre, vous ne l’avez plus.


                • Argo Argo 26 mars 2007 22:48

                  Je me range à votre argument. C’est vrai qu’avec une élection vous en prenez pour 5 ans. Ne croyez pas que je sois un fervent partisan de la machine à voter. Mais derrière ce débat, j’entrevois celui du vote par Internet qui me tient à coeur et qui pose rigoureusement les mêmes questions. Je milite pour une e-démocratie participative comme beaucoup sur AgoraVox.

                  Dans un article intéressant paru à ce sujet sur le site de l’Atelier on peut lire en introduction : "Ses partisans (du vote par internet) en attendent :
                  - un accroissement de la participation électorale, surtout auprès des jeunes et, par suite, un renouveau de la vie démocratique ;
                  - une plus grande fiabilité du processus électoral, notamment par l’élimination des sources d’erreurs résultant du décompte manuel des bulletins et par l’instantanéité de la publication des résultats ;
                  - un abaissement du coût des élections."

                  Et bien, je suis 100% de cet avis.

                  Et en conclusion : "Toutes ces évolutions suscitent des interrogations majeures sur l’évolution, ainsi permise par la technologie, de nos systèmes démocratiques : d’une démocratie représentative vers une démocratie participative, voire vers certaines formes de démocratie directe. Quel sera, à terme, le rôle de l’élu, de l’homme politique ?"

                  Lisez le en entier. L’adresse est : http://www.atelier.fr/etude/vote,internet,vers,e,democrate-6531-Etude.html

                  Je respecte toutes les opinions et pour ce qui me concerne, j’espère que nous connaitrons un jour le vote électronique (par Internet). Et toutes les promesses de démocratie participative ou directe qu’il apporte.


                • chantal (---.---.105.131) 27 mars 2007 18:34

                  je comprends bien que vous ayez envie que les élections puissent se déruler par internet.

                  Mais ce n’est vraiment pas prudent, le risque de piratage (interne et externe) est tres important.

                  Les USA pensaient vers voter leurs troupes d’Irak ainsi ; ils ont renoncé après la publication cette étude : www.servesecurityreport.org/

                  C’est un peu comme les voitures volantes pour tout le monde. Ce serait super, mais ce n’est peut-être pas possible...


                • clairette (---.---.10.124) 26 mars 2007 19:00

                  @ Michel Monette,

                  Votre article est bien intéressant et survient alors que j’ai signé la pétition anti-ordinateurs de votes il y a quelques jours. Je suis très inquiète de voir s’implanter ces machines dans nos bureaux de votes en France, alors que les citoyens, en majorité, y sont nettement hostiles. je crains les tricheries et les falsifications... et comment recompter les votes a posteriori lors de contestations ou de résultats « farfelus » ?

                  Il est évident que je ne voterai pas si on m’impose ce système.

                  Le maire et le conseil municipal (en France) peuvent-ils décider seuls de la mise en place des ordinateurs ? Je pensais qu’il fallait une loi pour les autoriser ?

                  Merci à tous d’éclairer l’ignorante que je suis sur l’aspect légal et constitutionnel.


                  • Michel Monette 26 mars 2007 23:00

                    Quelqu’un a répondu à votre question un peu plus haut dans le fil des commentaires. Pour ma part, je serais bien embêté de vous éclairer, puisque je suis Québécois.


                  • Marie Pierre 26 mars 2007 23:22

                    Bonsoir Clairette,

                    Eh non, tu ne peux pas refuser le vote électronique s’il a été adopté par le Conseil Municipal. As-tu lu les articles concernant le vote électronique ? Un juriste donne une solution pour faire annuler un vote mais c’est dur de jouer les procéduriers. Autant interdire ces machines et nous laisser à nos actes citoyens de scrutateurs ! On s’en fout d’avoir les résultats au JT de 20 heures !


                  • 19 (---.---.210.210) 26 mars 2007 20:48

                    Pour moi, une certitude : l’électeur doit voter avec un bulletin papier dans une urne ; le bulletin est lu en pénétrant dans l’urne au travers de l’enveloppe (type code barre ou autre système) c’est encore plus simple qu’à une caisse de supermarché. Et s’il y a contestation, on recommence, avec la machine et/ou manuellement. Pas d’ordinateur, une caisse enregistreuse et c’est tout. 19 smiley


                    • Unknown (---.---.241.82) 27 mars 2007 10:56

                      Le vote par ordinateur c’est la triche assuré. Et pourquoi me direz-vous ?

                      Le virtuel mon ami, le virtuel. Le miracle de l’informatique électoral réside dans la possibilité de transformer des votes démocrates en républicains, des non-inscrits en inscrits, ou des votant en non-votants, etc...

                      Lors des dernières élections présidentielles américaines 48 des 50 états se sont munis de « guichets électroniques », résultats ? Victoire de Bush avec une avance plutôt confortable.

                      Election suivante : les démocrates engagent près de 7000 avocats pour surveiller les élections...

                      Ce que tente de faire la floride (dirigé par un très proche de Bush, son cousin) c’est de trouver la meilleure méthode pour tricher, la technique d’avant-garde, qui, si elle aboutie, sera exportée. Certe c’est un retour au papier mais c’est la machine qui s’occupe de « l’interprêter ».


                      • JL (---.---.73.200) 29 mars 2007 18:53

                        Entendu sur France Culture, à 12H50 ce jeudi 29 mars 07, un invité de la rédaction disait :

                        « Les machines à voter sont scellées à la sortie d’usine. Pour les contrôler vous faites venir les représentants de l’opposition, et devant eux vous effectuez 10 votes. Il est facile de vérifier que le résultat est conforme au vote ».

                        Et comment fait-on pour contrôler la propagande des médias en faveur de ces machines ?

                        ps : il est si facile pour le maître d’ouvrage et le maître d’oeuvre de se mettre d’accord sur un protocole secret programmé et activable à l’ouverture du bureau de vote par l’une, officiellement la seule, des ’procédures’ convenues.

                        Ainsi, même un membre de l’oppostion pourrait configurer à son insu, les machines dans un sens favorable à l’un des candidats.

                        N’importe quel informaticien, avec un peu d’imagination, est en mesure de proposer et programmer de tels protocoles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès