Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La France de toujours

La France de toujours

Analysant les résultats des élections présidentielles françaises, l’analyste géopolitique tunisien, le Professeur Khalifa Chater redimensionne le discours de la campagne et les effets des humeurs de la rue, qu’on tente d’idéologiser. Il fait valoir que la praxis politique dépendra des équilibres fondateurs de la France, de ses acquis historiques et des exigences de sa géographie, une nécessité géopolitique pour sauvegarder le statut de la France et sa vocation de pays des Droits de l’homme.

Les dès sont jetés. Les Français se sont prononcés. Sarkozy est élu, pour cinq ans. Il tiendra le gouvernail, gérant la France de demain. Il faut en prendre acte et tenir compte des mutations du paysage politique français et des choix fondateurs et des nouvelles options que prendra le nouveau gardien de l’Elysée. Développement du chômage, baisse du niveau de vie, crise de l’habitat, les questions soulevées au cours de la campagne ont accordé la priorité aux problèmes du quotidien et des difficultés du vécu, qui furent exprimées, mises en valeur sinon surestimées. Elles constituent désormais des priorités, des enjeux de la prochaine gouvernance.
 

Le nouveau président tiendra compte nécessairement de l’écoute de son électorat. Constat pragmatique d’une évidence, certains thèmes de campagne ne peuvent être des options de gouvernement. Leurs effets d’annonce ne résisteront pas aux épreuves de la praxis gouvernementale. Trop d’intérêts sont en jeu. Ils militeront pour le maintien du statu quo. Une prise de distance par rapports aux surenchères, aux obsessions culpabilisant les émigrants, les trente cinq heures, les déboires attribués hâtivement à la construction communautaire, permettra de remettre les pendules à l’heure, de faire valoir les normes et les valeurs. Le nouveau président devra signer la fin de partie pour tous ceux qui veulent idéologiser les humeurs de la rue, les colères discriminantes, en contradiction évidente avec l’éthique du pays des Droits de l’homme. « On est, dans l’hexagone, dans le fragmentaire et non pas dans le global[1] ». Le nouveau Président aura la charge d’effectuer un changement de vision, faisant valoir le global sur le fragmentaire, la vision d’ensemble sur les perceptions partielles, dans le cadre de la formulation et la mise en œuvre d’un projet national.

Privilégiant l’approche de proximité, la dernière campagne française a occulté « le territoire-monde », négligé le rôle de la France comme acteur sur la scène internationale. Cette situation conjoncturelle sera rapidement dépassée. Des observateurs semblent accréditer la thèse d’un changement radical de la politique étrangère française. Les temps ont, bien entendu, changé. Le nouveau Président prendra en charge, ce qui relève de la vie intérieure de la France et de sa politique extérieure, dans le cadre des marges de manœuvres que lui laisse l’institution communautaire. Certes, la politique gaullienne relève davantage du patrimoine intellectuel français. Mais le Président Sarkozy tiendra nécessairement compte des équilibres fondateurs de la France, de ses acquis historiques et des exigences de sa géographie, pour assurer la continuité française, dans ses aires privilégiées l’Europe, le Maghreb, l’Afrique et le Moyen-Orient. De ce point de vue, il serait plus juste de parler d’adaptation au nouveau contexte, que d’une rupture qui affecterait le statut international de la France.

Khalifa Chater

(Tunis, 6 mai 2007)


[1] - Diagnostic d’Edgar Morin, affirmé sur Fr 3, le 24 mars 2007.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • benhenda benenda 10 mai 2007 21:20

    Je crois qu’il y a là un regard exterieur assez neutre à ce qui vient de se passer en France, de la part de quelqu’on qu’on a eu l’occasion de lire sur Agoravox à travers des analyses très objectives. On peut ne pas être d’accord sur plein de choses, comme par exemple sur cette question de la vision fragmentaire ou globale du nouveau président. Je confirme bien que le global n’a pas du tout occupé une grande place dans les surenchères du candidat Sarko, ni d’ailleurs dans celui de Ségo, mais je doute fort qu’il reviendrait rapidement à la hauteur des équilibres inhérents au poids historique de la France dans le contexte géopolitique mondial. Les USA n’ont pas laissé de grandes marges de maneouvre à qui que ce soit, et pour avoir son mot à dire sur cet échiquier, il faudrait bien avant tout faire l’épreuve de survie dans le bureau oval ... ou prendre la relève d’un premier ministre britannique partant (juin 2007 probablement) !


    • Dr Rached Trimèche Dr Rached Trimèche 31 mai 2007 22:13

      dans cette même saga d’elections et de présidentielles je me pose une question... amère :

      La France était-elle prête à remettre par les urnes les clefs de la maison à une Femme ?

      http://rachedelgreco.blogspirit.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès