Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La France et l’Otan : ce qui va changer

La France et l’Otan : ce qui va changer

C’est la fin de 43 ans d’une position atypique de la diplomatie française. Après un vote favorable à l’Assemblée nationale, la France revient dans le commandement intégré de l’Organisation du traité de l’Atlantique-Nord (Otan), qu’elle avait quitté en 1966. A l’époque, la décision du président de Gaulle visait à défendre un monde multipolaire et l’indépendance de la dissuasion nucléaire française. Hormis justement le Groupe des plans nucléaires, la France sera dorénavant représentée dans toutes les principales instances de l’Alliance atlantique. (Lire l’article sur Globosphere)

Mardi 17 mars, le ministre de la défense Hervé Morin a déclaré que les commandements attribués à la France seraient connus lors du sommet de Strasbourg-Kehl, les 3 et 4 avril prochains. Selon les informations du journaliste de Libération Jean-Dominique Merchet, confirmées par Le Monde et Le Figaro, « le retour de la France pourrait se traduire par l’attribution de deux commandements à des généraux français : l’Allied Command for Transformation (ACT) à Norfolk (Virginie, Etats-Unis) et l’un des trois états-majors interarmées, celui de Lisbonne ». En 1996, la France de Jacques Chirac, qui négociait déjà son retour au commandement militaire, s’était vu refuser un poste à Naples, considéré comme hautement stratégique.

Les deux prédécesseurs de Nicolas Sarkozy ont ouvert la voie à ce retour au commandement intégré. La France a rejoint le comité militaire en 1996, la plus haute instance militaire de l’Alliance. Dans les années 2000, elle a pris part au commandement de forces militaires au Kosovo et en Afghanistan. En l’état, la position singulière de la France permettait seulement de faire entendre une autre voix, non-alignée sur celle des Etats-Unis. C’est symbolique, mais la nouvelle posture prise par la France pourrait avoir un impact sur les relations qu’entretient Paris avec certaines capitales, notamment arabes.

Pour le reste, la France est d’ores et déjà le quatrième contributeur financier et le quatrième contributeur en forces militaires de l’Otan, derrière les Etats-Unis, la Turquie et l’Allemagne. En 2007, 241 000 soldats français étaient engagés au sein de l’Alliance. Dans les trois prochaines années, Hervé Morin prévoit une « montée en puissance » de la présence d’officiers, sous-officiers et hommes du rang français dans les états-majors alliés. 200 à 300 militaires français y seraient dépêchés selon lui dès 2009, leur nombre devant atteindre 900 en 2012. Pour le député socialiste Jean-Louis Bianco, qui s’exprimait devant ses collègues députés peu avant le vote, c’est autant d’hommes en moins pour la défense européenne.
 
Une concurrente hégémonique, l’Otan ? Certes, la décision de la France rendra plus caduque encore aux yeux des pays de l’Europe de l’Est la mise en place d’une Europe de la défense. Attachés à l’Alliance atlantique, les Etats de l’ancien Pacte de Varsovie jugent qu’une telle entité ferait double emploi avec l’Otan. De là à penser que le dossier est enterré… Au sommet de l’Otan de Bucarest, en avril 2008, George W. Bush avait reconnu qu’une Europe de la défense, complémentaire de l’Otan, était nécessaire. Tout est possible.

Gaël Lombart

Sardou, nouvel inspirateur ?
Dans Le Nouvel Observateur du 24 avril 2008, Vincent Jauvert rapporte cette anecdote amusante (ou navrante, c’est selon) : en visite à Washington en novembre 2007, Nicolas Sarkozy aurait déclaré à des journalistes que sa passion pour les Etats-Unis venait d’une chanson de Michel Sardou, Les Ricains. Comme le note le journaliste, cette chanson a été écrite en 1966, en réaction à la décision de sortir la France du commandement intégré de l’Otan.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 31 mars 2009 14:00

    L’anecdote finale est navrante, je confirme.

    Réintégrer la France dans le commandement unifié de l’OTAN, c’est abandonner la défense européenne, lâcher l’idée d’un monde multipolaire pour adhérer à l’idée d’un monde unipolaire (USA leader of the world, et les autres), et renforcer davantage notre subordination aux intérêt américains. On verra ce qui se dira à l’Assemblée, si débat il y a. 

    Ah bah on va renforcer nos effectifs en Afghanistan et se lancer dans l’aventure irakienne, et surtout on héritera du commandement intégré d’un truc comme l’Abkhazie du Sud-Ouest, sous la direction d’un obscur lieutenant fraîchement émoulu de West Point... Si ça fait plaisir à Nicolas, pourquoi se refuser un tel rôle stratégique ? 


    • ASINUS 31 mars 2009 15:27

      yep nous ne sommes plus un allié, nous ne seront plus desormais un interlocuteur pour les parties
      en cause , nous voila devenus des vassaux , la boucle est bouclée nous serons desormais des supletifs pour monter la garde sur les limes de l empire US.


      • JONAS JONAS 31 mars 2009 23:02

        @ L’Auteur :, 1 500 hommes équipés et entraînés pour contenir 200 " Jeunes gens ".

        Pas étonnant que les pays Musulmans voient d’un mauvais œil notre retour dans l’OTAN, seule structure capable de venir rétablir l’ordre chez nous, en cas de guerre civile.

        Nous n’allons pas bombarder nos villes avec celles de notre Ligne Maginot nucléaire, dite Force de Dissuasion ! ?  smiley

        Plus de 700 citées " sensibles en France ". Pour rétablir la paix civile, sans tirer un coup de feu à Villiers le Bel

        Si mes calculs sont bons, nous devrions disposer de plus d’un million d’hommes, entraînés et équipés et mobilisable en moins de 48 heures ! Vous en êtes ?

        Je ne suis pas partisan de notre retour dans l’OTAN !

        Mais, comme disait mon grand père, faute de grives, on mange des merles… !  smiley


        • Cascabel Cascabel 31 mars 2009 23:22

          Kosovo.


        • JONAS JONAS 31 mars 2009 23:11

          @ L’Auteur :,

          Pas étonnant que les pays Musulmans voient d’un mauvais œil notre retour dans l’OTAN, seule structure capable de venir rétablir l’ordre chez nous, en cas de guerre civile.

          Nous n’allons pas bombarder nos villes avec celles de notre Ligne Maginot nucléaire, dite Force de Dissuasion ! ?

          Plus de 700 citées " sensibles en France ". Pour rétablir la paix civile, sans tirer un coup de feu à Villiers le Bel, 1 500 hommes équipés et entraînés pour contenir 200 " Jeunes gens ".
          Si mes calculs sont bons, nous devrions disposer de plus d’un million d’hommes, entraînés et équipés et mobilisable en moins de 48 heures ! Vous en êtes ?

          Je ne suis pas partisan de notre retour dans l’OTAN !

          Mais, comme disait mon grand père, faute de grives, on mange des merles… !  smiley


          • herope kayen 1er avril 2009 01:08

            Sur l’article il ne fait que reprendre le discours officiel ! Ce retour est un deni de la "démocratie" parlement muselé votant en fonction du chef suprème. Pas de référendum populaire. Un va t’en guerre évident, toujours plus de soldats dans des aventures hasardeuses, une gabegie financière. L’Otan c’est l’affirmation du lobby militaro-industrielle sur l’intêret du pays.


            • idky idky 1er avril 2009 11:36

              Déjà que les Chinois nous prenaient pour des lavettes :
              rappelez-vous les multiples pantalonnades lors du déplacement du Dalaï-Lama .....

              Ils doivent boire du petit lait et se dire qu’ils avaient bien analysé la taille
              des couilles du coq !!


              • foufouille foufouille 1er avril 2009 14:14

                ce qui va changer est une bonne grosse dictature

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès