Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La France sous-traite-t-elle le néo-colonialisme en Afrique (...)

La France sous-traite-t-elle le néo-colonialisme en Afrique ?

Les dirigeants africains, bras avancés du néo-colonialisme, renvoient à l’Afrique une image malheureuse, balayant le sang versé par d’illustres personnalités pour l’accession à l’indépendance des Etats africains, à côté du sang non moins important versé par les anciens combattants pour la libération de la France occupée.

Je publie cette tribune en réaction à un article paru dans le journal Le Monde daté du 31/08/2009 (publié sur le monde.fr dès le 29/08/2009) dans lequel il était fait, de façon quasi-assumée, l’éloge de certains français agissant en Afrique, aux côtés de dictateurs africains, au service de la France et pour le compte de l’Etat français.

L’article intitulé « Robert Bourgi, vétéran de la françafrique » faisait l’éloge de l’infantilisation des dirigeants africains qui, pour obtenir des faveurs auprès des autorités politiques françaises, devraient s’en remettre aux bonnes grâces de certains intermédiaires. Voici quelques morceaux choisis de cet article :

« Lorsque Robert Bourgi se rend en Afrique, c’est presque toujours dans un avion privé affrété par une grande entreprise intéressée par son carnet d’adresses au Gabon, au Congo-Brazzaville, en Côte d’Ivoire ou par un chef d’Etat africain auquel il vend la promesse de contacts politiques de haut niveau en France. Cet entregent est manifestement la source de cette vie confortable, bien plus que son statut officiel d’avocat… »

Toujours selon le journal Le Monde, celui qui appelait Bongo « papa » se présente comme le fils spirituel de Foccart (Le grand ordonnateur du gaullisme en Afrique et des réseaux qui s’assurèrent après les indépendances de la soumission des anciennes colonies africaines aux intérêts de la France…)

L’article se termine par cette allusion : « …Mais nombre de diplomates craignent que son influence auprès de Nicolas Sarkozy reflète l’idée que le président se fait de l’Afrique, celle d’"un continent qu’on ne tient que par les barbouzes". »

On ne pouvait donc faire plus fort dans l’infantilisation avérée des dirigeants africains et certains plaisirs que l’on peut s’offrir en considérant que plus l’on est barbouze, mieux cela convient pour défendre les intérêts français en Afrique, tout au moins pour les représenter.

S’il est compréhensible que des personnalités, d’origines diverses, oeuvrent en Afrique pour assurer les intérêts de la France, cet article met tout de même en lumière ce que nous considérons comme le développement d’une sous-traitance du colonialisme en déléguant aux barbouzes et autres intermédiaires des tâches qui ne sauraient correspondre à une diplomatie honorable, débarrassée de toute velléité néo-coloniale, respectueuse, agissant réellement et seulement au nom de l’Etat.

Il nous semble que le général de Gaulle, en recourant à la préservation du lien entre la France et ses anciennes colonies, ait avant tout été mu par la volonté de ne pas fragiliser ou mettre en péril la grandeur, la sécurité énergétique, la sécurité des approvisionnements en matières premières pour la reconstruction et le développement de la France après la seconde guerre mondiale.

Il serait difficile d’imaginer que le général de Gaulle ait eu l’intention de laisser se développer en Afrique ce qui ressemble plus de nos jours à de l’affairisme et non pas à la défense des intérêts supérieurs de la France.

Tout porte à croire donc que la françafrique se joue du Gaullisme pour invoquer les raisons d’Etat afin de mener en Afrique des politiques honteuses, très éloignées de la mémoire invoquée du général de Gaulle.

Les dirigeants africains, bras avancés de ce néo-colonialisme, renvoient à l’Afrique une image malheureuse, balayant le sang versé par d’illustres personnes pour l’accession à l’indépendance des Etats africains, à côté du sang non moins important versé pour la libération de la France occupée.

Tout ceci confirme l’urgence d’une déclaration claire du type de partenariat que la France voudrait construire avec l’Afrique, au moment où les gesticulations autour des élections en cours dans le continent noir semblent aller dans le sens de la préservation d’un néo-colonialisme, avec le ressentiment que cela génère auprès des peuples d’Afrique pourtant attachés à une communion avec la France.

Il est temps que les lumières françaises illuminent de nouveaux chemins à tracer. Et que l’esprit du général De Gaulle cesse d’être dévoyé.

Realchange.

 

Liens ; http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/08/29/robert-bourgi-veteran-de-la-francafrique_1233308_0.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • realchange 1er septembre 2009 17:46

    @ Pasou

    Bonjour,

    Vous dites des choses fortes avec un vocabulaire qui, a priori, pourrait choquer (en parlant notamment « d’un monde intelligent » auquel l’Afrique n’appartiendrait pas).

    Je trouve votre réaction intéressante parce qu’elle révèle une autre lecture non moins populaire de la condition noire. Lecture que je ne partage pas parce qu’elle fonde l’intelligence sur la capacité à dominer autrui. C’est considérer pour le moins que tous ceux qui vous dominent personnellement sont plus intelligents que vous même. Assez absurde !

    Affirmer que le néo-colonialisme est indispensable à la survie du « monde intelligent » et à sa croissance est une vision assez brute ( vous direz sûrement pragmatique !) des rapports humains qui fait l’éloge de l’exploitation et de l’asservissement.

    Pas étonnant que cela ait contribué à écrire des chapitres très sombres de l’histoire de votre propre monde civilisé !!! Replacez ce discours dans le contexte intérieur français (ou même européen) et vous découvrirez ce que cela peut justifier.

    Votre dernier § renvoie à un discours classique assez fascisant, populiste, xénophobe, très limité dans l’analyse. Les aides sociales de type URSSAF et autres AME dont vous parlez sont bien en deçà de qui est pillé en Afrique.

    Je ne partage pas votre vision, mais votre réaction n’en est pas moins intéressante.

    Realchange


  • realchange 1er septembre 2009 16:31

    Je me demande si les chinois pourront faire mieux.


  • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 1er septembre 2009 16:53

    Votre papier commençait bien, dénonciation des relations françafricaines à sens unique c’est à dire installation au pouvoir de dirigeants africains au service exclusif des intérêts énergétiques français personnifiés par le trouble Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique (ex poulain de Jacque Foccart ce qui aurait du vous mettre la puce à l’oreille)...Mais après ça, cela part en sucette complètement quand il est question de papa « 2 Gaulles » :

    "Il serait difficile d’imaginer que le général de Gaulle ait eu l’intention de laisser se développer en Afrique ce qui ressemble plus de nos jours à de l’affairisme et non pas à la défense des intérêts supérieurs de la France.« 

    Et puis quoi encore ? franchement c’est pas sérieux du tout, diplomé »science po«  ? Comment vous avez eu votre diplôme ?

    Pour la bonne raison c’est que ce système mafieux de relations à sens unique au détriment de tout les pays francophones africains ex colonies françaises a été initié par Foccart avec l’aval de Saint 2Gaulles.
    Fin des années 50 la France veut garder l’Algérie, mais sait très bien que les choses évoluent rapidement vers les indépendances car l’ONU reconnait aux peuples le droit de se gérer eux mêmes depuis la fin de la dernière guerre mondiale. 2Gaulles décide de mettre sur pied les indépendances africaines, mais sous surveillance.

     Avec des contrats commerciaux à l’avantage de la France et aussi et surtout avec des accords de coopération militaire qui permet de maintenir des bases françaises un peu partout, Dakar, Abidjan, Libreville, N’Jamena, Bangui et Djibouti, 12 milles soldats prêts à intervenir...Ces bases sont de véritables gendarmes qui permettent de surveiller et le cas échéant s’il en est besoin de virer (on de faire tuer) un chef d’état gênant qui voudrait une véritable indépendance. Patrice Lumumba (torturé et tué par des mercenaires français aux ordres de Paris) a été le premier a faire les frais de cette »politique« , a suivi Sylvanus Olympio 1963 Togo, Marien Gouabi 1977 Congo Brazzaville, Thomas Sankara 1987 Burkina Fasso...Plus beaucoup d’opérations dirigées contre des populations civiles, Cameroun 1960 Messmer donne les ordres de mettre au pli les Bamilékés, réfractaires, à grand coups de napalm, 300 mille morts un véritable génocide...

    Cette politique de coopération militaire avec des régimes africains  »amis dociles« a fini en apothéose au Rwanda en 1994 ou l’état français a prêté main forte au régime génocidaire qui a fait 1 million de victimes, Hutus modérés et Tutsis pour la plupart.

    Donc on est très loin de :  »Il est temps que les lumières françaises illuminent de nouveaux chemins à tracer. Et que l’esprit du général De Gaulle cesse d’être dévoyé".
    Mais qu’est-ce qu’on vous apprend à la fac ? Ne restez pas idiot SVP exploitez ce lien : http://survie.org/




    • realchange 1er septembre 2009 18:32

      Bonjour,

      Je trouve votre réaction intelligente mais aussi suffisante. Elle ne considère pas le fait que cet article était très loin de constituer un mémoire de fin d’études ou une thèse de doctorat !!!

      Quoiqu’il en soit, le contexte de l’article est assez précis. Il s’agissait de montrer que le contexte international qui a conduit le général de Gaulle à instituer la coopération post-coloniale avec l’Afrique n’est pas celui existant aujourd’hui et que ceux qui se prévalent de poursuivre son oeuvre en Afrique sont mus par leurs intérêts propres et non ceux de la France qu’ils disent représenter en Afrique.

      J’avais le choix entre faire la démonstration que la France sous-traite le néo-colonialisme africain à Monsieur Robert Bourgi, aux dirigeants africains et à d’autres barbouzes ou montrer ici que les motivations de Mr Bourgi en Afrique sont loin d’être celles du général de Gaulle.

      En m’appuyant sur les propos rapportés du journal le Monde, j’ai fait le second choix, me réservant de poursuivre ma réflexion dans un cadre différent pour mieux présenter ultérieurement ce concept de sous-traitance du colonialisme que je construis.

      Je vous renvoie à d’autres articles que j’ai déjà publiés pour vous donner un aperçu de mes considérations sur ces questions.

      Merci d’avoir contribué au débat.

      Realchange
      http://www.lepost.fr/article/2009/07/27/1636459_la-france-sera-t-elle-in-ou-out-en-afrique.html
      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/france-chine-usa-la-guerre-des-60017


    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 1er septembre 2009 21:43

      Mais vous n’avez pas compris l’essentiel (excusez ma franchise je vois que cela vous froisse un peu mais ce que vous dites est tellement à coté de la plaque ) il ne s’agit pas de sous traitance il s’agit d’un système de prédation qui se perpétue depuis De Gaulle (il en est le premier responsable), ou des types comme Bourgi ne sont que des intermédiaires ils ne décident rien...L’unique cercle de décision est la cellule Élyséenne Afrique comme toujours, qui n’a de compte à rendre ni au parlement ni à personne...C’est vrai que c’est de plus en plus compliqué pour la France de sauver les apparences et d’intervenir directement depuis l’épouvantable affaire du Rwanda et les africains accèdent aux médias de plus en plus facilement donc sont bien mieux informés...Je vous réitère mon conseil, consultez la documentation de l’assos Survie ils ont de vrais experts indépendants sur la question et ont écrit des tas de bouquins intéressants...


    • realchange 2 septembre 2009 03:03

      Bonsoir,

      Si vous aviez pris le temps de cliquer sur les liens auxquels je vous avais renvoyé, vous auriez compris que je suis l’actualité rapportée par l’association Survie France depuis fort longtemps. Mais je comprends que ce que l’on a à dire est parfois plus important que ce que l’on devrait aussi entendre.

      Pour être précis, j’ai privilégié la démarche de communication à celle de la démonstration. Répondant à un article de presse, j’ai préféré en rester à un format adapté.

      Pour approfondir, je dirai que De Gaulle est bien l’initiateur de cette coopération qui n’avait pour seul but que la préservation de l’intérêt français. Mais, d’un point de vue contextuel, je considère qu’il n’avait pas d’autre moyen de concilier l’intérêt de la France avec des préoccupations humanistes. Je lui trouve là une excuse qui semble vous gêner, je le comprends. Mais la discussion pourrait se poursuivre...

      A l’inverse, ceux qui agissent aujourd’hui en Afrique dans le sens de la philosophie de Gaulle ne sont ni plus ni moins que des imposteurs. Je doute qu’ils aient bien compris la démarche du général. Les démonstrations pourraient en être faites , hélas cette tribune n’en donne pas l’occasion...

      Je pense que nous pensons la même chose avec une différence importante au niveau de la présentation. On ne peut tout mélanger parce que la cible est toute trouvée : la françafrique. Des nuances s’imposent et celle que je voudrais introduire est tout aussi discutable que la certitude que vous insinuez sur la confusion ou la linéarité entre la démarche gaullienne et celle des nouveaux acteurs de la françafrique.

      Enfin je ne peux vous cacher ma très grande attention sur les préoccupations que vous soulevez.

      Merci encore.

      Realchange  


    • ASINUS 1er septembre 2009 20:23

      yep encore un raciste qui s ignore incapable de penser les africains capables de se detruire discriminer genocider exploiter tout seul comme des grands , incapable d imaginer les africains capable de manipuler escroquer et enfumer les dirigeants occidentaux cher monsieur les africains non nul besoins d aides pour egaler en turpitudes les occidentaux , mettez vous une bonne fois dans la tete que le moIndre chef de village du tchad ou du senegal a plus d aptitude a la survie politique que vos diplomes et années d etudes ne sauraient vous en conferer .

       Sinon je suis de l avis de calmos les chinois dans 10ans feront parler de nous avec regrets dans les douars et les cases.


      • realchange 1er septembre 2009 20:34

        « Encore un raciste qui s’ignore » ! Vous parlez très bien de vous-même ! Chapeau. Je ne peux en dire plus.

        Je constate seulement que dès que les africains font preuve d’analyse ou qu’ils vous parlent votre langage vous sursautez ! Vous pourriez peut-être repartir à l’école pour que les pensées modernes modèrent un peu vos lectures assez limitées des situations que vous abordez et décrivez avec platitude. 

        Désolé, mais lorsque l’on rien à dire on se tait.

        Excusez-moi pour le ton.

        Realchange


      • realchange 2 septembre 2009 03:17

        Bonsoir,

        J’ai du respect pour votre franchise, même si je ne partage pas votre vision. Demander que chacun vive chez soi c’est aussi accepter que tout français reste chez lui. En êtes vous prêt ???

        Ça manque de réalisme.

        Realchange.


      • ASINUS 1er septembre 2009 20:46

        Désolé, mais lorsque l’on rien à dire on se tait.

        absolument , ça n est pas comme si je connaissais
         l afrique

        Excusez-moi pour le ton.


        mais non mais non j adore les intellectuels parlant au nom des peuples africains qui n
        en peuvent mais , intellectuels africains par exemples qui se sont tirés en occident si honnis mais si confortable , intellectuels laissant « le petit peuple africains » seul face aux prévaricateurs et dictateurs de tous poils , pendant que ces memes intellectuels discourent sur la tache originelle du colonialisme au lieu de se retrousser les manches
        et de lutter et secourir leurs freres .


        • realchange 1er septembre 2009 20:56

          Bonjour,

          J’aurais bien aimé discuter avec vous, hélas je ne vous sens pas capable de faire des analyses. Je n’aime pas les enfantillages. Je préfère vous laisser trouver des interlocuteurs à votre diapason.

          Désolé !

          Realchange.

          PS. Pour infos : J’ai bénéficié d’une formation nord américaine et non française. Et je continue à me retrousser les manches pour l’Afrique. Sur ce, je vous laisse.

          A+


        • ASINUS 1er septembre 2009 21:05

          J’ai bénéficié d’une formation nord américaine


          puis je me permettre de vous complimenter , cela a du vous couter chaud
          mais sur ce magnifique continent qu est l afrique et en pleine obamanie vous
          pouvez esperer un reel retour sur investissement .

          . Je préfère vous laisser trouver des interlocuteurs à votre diapason.

          sorry j avais cru comprendre que vous aviez donner le la .


          • realchange 1er septembre 2009 21:25

            J’étais très heureux de partager ce moment avec vous.

            A bientôt !!!!!!


          • ASINUS 1er septembre 2009 22:40

            psst peux etre aurez vous remarqué que mon premier post s adressait au texte immédiatement au dessus.


            asinus : ne varietur


            • realchange 2 septembre 2009 14:48

              Bonjour,

              J’apprécie votre franc-parler, mais votre inventaire comporte des points de discussion.

              D’abord, sortons des amalgames. Tous les français installés en Afrique ne sont pas de barbouzes. Les africains dans l’ensemble aiment bien les français et la France. Le problème vient de ce que certains (une minorité), agissant au nom ou sous le prétexte de l’Etat français y mènent des actions au préjudice des nationaux. Les contrats négociés par Total pour l’exploitation du pétrole ou par Bolloré pour l’exploitation des ports maritimes manquent de transparences. Vous savez sûrement dans quelles conditions est exploité le diamant en Centrafrique. Je ne parle pas ici des connivences politiques ou du soutien aux dictateurs installés au pouvoir. Ayant vécu en Afrique vous devez bien connaitre ces choses là. Il ne s’agit pas ici d’exprimer un fantasme. Il faut regarder les réalités en face et avoir le courage de désigner les choses par leur nom.

              Pour revenir au sujet de l’article, parler de sous-traitance du colonialisme ou du néo-colonialisme c’est renvoyer l’image que certaines basses besognes concourant au maintien de la domination française en Afrique sont confiées implicitement ou explicitement à des exécutant hors du système officiel. Cela s’assimile à de la sous-traitance.

              On pourrait avoir une discussion très longue sur le sujet mais je reviendrai avec un article plus démonstratif qui précisera les caractéristique du maintien du lien colonial après les indépendances, ses différents acteurs, ses manifestations et conséquences.

              Je suis d’accord sur ce que cette présentation ne devrait pas signifier que la France ne peut jouer un rôle positif en Afrique. Mais cela n’empêche pas non plus la critique de ce qui s’y passe.

              Merci à vous

              Realchange


            • realchange 2 septembre 2009 16:02

              Bonjour,

              Je ne m’explique pas votre énervement. Vous paraissiez bien plus calme dans le 1er post, et voici que vous sortez les griffes.

              On ne peut discuter dans ces conditions là. Ne pas être d’accord les uns avec les autres, cela ne veut pas dire que l’on se déteste. J’espère que vous reviendrez à un sentiment plus apaisé.

              « L’Afrique sans la France et une voiture sans chauffeur, la France sans l’Afrique est une voiture sans essence. » On peut considérer que la voiture ne manque pas d’essence mais que le chauffeur refuse d’avancer, lorsqu’il ne préfère pas reculer... A méditer...

              On ne peut discuter sérieusement en multipliant les cas particuliers de situations qui ont cours en Afrique pour vouloir emporter raison.

              Je pense qu’il y a des pratiques à changer et nous avons les yeux assez ouverts pour ne pas nous en rendre compte.

              Je vous souhaite une bonne journée.

              Realchange

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès