Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > « La francophonie est au coeur de nos valeurs »

« La francophonie est au coeur de nos valeurs »

Le Québec opte pour la préservation de son identité tout en continuant d’accueillir de nouveaux immigrants.

Malgré sa politique migratoire forte, le Québec vient de rompre avec le laisser-faire canadien. Le 29 octobre dernier, Mme Yolande James, Ministre québécoise de l’immigration et des communautés culturelles, a annoncé que les candidats à l’immigration devront désormais signer un document par lequel ils s’engagent à respecter les « valeurs communes » de la province. Parmi celles-ci figurent notamment le fait que « le français est [la] langue officielle » et que « les pouvoirs politiques et religieux sont séparés », la Ministre précisant qu’en cas de refus de signer cette déclaration, « la personne ne pourra pas venir ». Cependant, cette déclaration signée n’aurait aucune valeur coercitive : il s’agirait donc d’une simple formalité administrative additionnelle et non pas d’un contrat. Dans ce cas, pourquoi envisager une telle procédure ? M. Martin Lemay, Député du Parti Québécois et porte-parole en matière de citoyenneté et d’immigration, s’indigne du « manque de sérieux » accordé à ce dossier et constate que l’on ne peut pas, « par contrat, dire que vous allez intégrer un ensemble de valeurs en quelques heures. Ce n’est pas aussi simple que ce que le projet de la Ministre nous présente… sans oublier qu’elle ne s’engage à rien en retour » Favorable à un rééquilibrage des rôles, le parlementaire souverainiste plaide en faveur de l’émergence d’un accord qui poserait noir sur blanc les obligations mutuelles de l’immigrant et de l’État. Ce dernier doit notamment s’engager à mieux organiser ses services d’accueil (dispositifs d’apprentissage de la langue, de reconnaissance des diplômes et des acquis, etc.) « pour que ces gens ne perdent pas 3 ou 4 années de leur vie, car nous n’avons plus les moyens de perdre un talent ».

Si la langue apparaît comme étant l’élément central du dispositif d’intégration, c’est que les québécois sont convaincus qu’il s’agit du médium à privilégier pour partager leur culture. En ce sens, la nation québécoise repose sur un ensemble de valeurs dont la francophonie est le coeur et le phénomène de globalisation les menace un peu plus chaque jour. Les conséquences sont directes pour les citoyens : il devient par exemple de plus en plus difficile de trouver un emploi unilingue francophone dans les rues de Montréal. Ce combat n’est donc pas d’arrière-garde et constitue une nécessité pour la préservation d’une société canadienne-française en Amérique du nord.

Aussi, sans rompre avec la tradition d’accueil qui fait la fierté des québécois, l’ancienne Députée du Bloc Québécois, Vivian Barbot, avait déclaré souhaiter voir émerger une politique pro-active en faveur de ceux qui choisissent « de se joindre à une nation qui a une histoire, des valeurs, une culture et un désir de vivre ensemble [pour] favoriser l’intégration de tous au sein de la nation québécoise et de préserver un espace neutre et laïc ».

En conséquence, si comparaison il doit y avoir avec les obsessions de Brice Hortefeux, elle ne peut qu’être limitée. À plusieurs reprises, Sarkozy a manifesté ses accointances à l’égard d’un multiculturalisme canadien qui fait la part belle aux communautés. En effet, il serait trompeur de croire en ses bienfaits car il ne fait qu’entretenir la passivité de l’État. La France n’est pas le Canada, et utiliser ses méthodes en ne prenant pas le fait migratoire à bras le corps est une chose que l’on ne peut plus se permettre. Le multiculturalisme peut paraître séduisant pour les libéraux de tous les pays parce qu’il est par principe assez peu « coûteux » : intégrer une communauté nationale tout en préservant sa culture, sans fournir d’effort à l’égard de sa nouvelle société d’accueil, est assez simple… Mais cet idéal ne résiste pas à l’épreuve des faits. Il débouche inéluctablement sur le communautarisme le plus exacerbé, tout en fragilisant les bases d’un « vivre-ensemble » partagé et transcendant les cultures, croyances et philosophies. En outre, la prétendue politique d’intégration nouvellement mise en place en France ne peut avoir de sens que si elle s’inscrit dans une logique d’acceptation de l’étranger (ce qui n’est pas le cas quand on voit les quotas de reconduite à la frontière), à défaut de quoi elle ne constitue qu’un outil de plus pour jeter l’opprobre sur l’immigrant. La politique « d’immigration » sarkozyste prend donc le problème à rebours.

Au Québec, même si l’objectif de stabilité économique de 300 000 immigrants est souvent contesté, il s’agit avant tout, selon Martin Lemay, de « parler de stratégie plutôt que de niveau. Jean Charest [Premier Ministre du Québec] ne nous parle que de chiffres. Plutôt que de niveau nous préférons dire oui à un niveau de francisation plus élevé, oui à une hausse du budget pour suivre les gens qui entrent dans un processus de reconnaissance des acquis, et oui à une politique de régionalisation de l’immigration ».

Il est clair que le modèle d’intégration républicaine par la convergence interculturaliste reste une option politique viable en France et ailleurs. Plus que cela il peut s’ériger en modèle de société laïque ouverte sur un XXIe siècle mondialisé. Contrairement aux Ministres français et québécois de l’immigration, il ne faut pas croire que la charge de l’intégration pèse uniquement sur l’immigrant. De la même manière que la « main-invisible » libérale est illusoire, l’intégration ne peut pas être une génération spontanée, encore moins l’oeuvre de l’esprit saint… Elle implique au contraire un effort réciproque d’acceptation de l’autre dans la communauté nationale. Cette dernière doit donc s’impliquer elle-même dans cet effort d’intégration, à commencer par ses institutions, qu’il s’agisse alors d’un État ou d’une Province.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jim 26 novembre 2008 22:32

    Ce genre de loi me rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.
    Au nom de quoi doit on obliger des immigrés à signer de tels papiers !
    Oublier leurs racines et parler la langue qui a porté tant de mal (christianisme, colonisation ...).
    Les quebecois sont en train de rattraper les français au niveau du top 3 des pays racistes !
    Ô peuple francophone ouvres toi au monde et rejoins l’Eglise Libertaire Internationale de la Tolérance Eclairée (ELITE) 

    Jean-Fabrice bidot
    Secretaire du SLIP (Syndicat pour la Liberté des Immigrés Pacifiques)


    • docdory docdory 26 novembre 2008 23:25

      @ Jim
      Les peuples francophones n’ont peut être pas envie de voir leur conduite dictée par l’Internationale Sectaire Liberticide Antirationnelle et Misogyne ( ISLAM ) !


    • Jim 27 novembre 2008 11:10

      Je comprend, mais c’est peine perdu, l’Islam de par son message de paix et de fraternité vous convraincra de l’inutilité de votre civilisation décadente et vous vous convertirez. Si ce n’est pas vous, se seront vos enfants.


    • docdory docdory 26 novembre 2008 23:22

       @ Michelot Florent 

      Pourquoi le Quebec utilise t-il ce nouveau texte alors que le Maire d’Herouxville avait créé un document d’un progressisme rare , appelé le code de vie d’Hérouxville :
      http://municipalite.herouxville.qc.ca/normes.pdf
      Il suffirait de faire lire et signer cet excellentissime document par tout les candidats à l’immigration au Québec , mais pourquoi pas aussi en France ! Nos cousins d’Hérouxville nous donnent par leur code de vie un exemple d’esprit républicain .


      • Internaute Internaute 27 novembre 2008 08:30

        La francophonie est un trés mauvais poste de défense des québecquois. Ils ont l’air d’oublier que la grande majorité des francophones sont en Afrique dans les anciennes colonies françaises.

        Il vaudrait mieux arrêter de tourner autour du pot et réguler l’immigration selon les intérêts bien compris de la communauté québecquoise en évitant de tomber dans les pièges du tiers-mondisme soit disant égalitaire et huminataire à la mode. Il n’est pas bien grave que le Québec rate une occasion et se passe d’un merveilleux talent venu d’ailleurs. 

        De toute manière quand les québecquois seront devenus minoritaires ils n’auront plus leur mot à dire et ne pourront plus répandre ces belles idées qui font les choux gras des immigrants du monde entier. Ce sera fini du Québec une fois pour toute. Calcutta à Montréal peut se faire en moins d’une génération si l’on y prend garde.

        Le problème des québecquois vient de leur mentalité grégaire. Ce sont des gens qui vivent en communautés trés restreintes, chacun chez soi, avec trés peu de brassage d’idées au sein de la société. Ils sont complètement démunis face à une attaque médiatique et n’osent pas bouger pour défendre leurs intérêts fondamentaux.


        • stephanemot stephanemot 27 novembre 2008 11:08

          ca nous change des formalites US : etes vous ou avez vous ete communiste, portez-vous des armes de destruction massive, etes vous un terroriste, avez vous vote Kerry en 2004... ?


          • Bois-Guisbert 27 novembre 2008 12:30

            accord qui poserait noir sur blanc les obligations mutuelles de l’immigrant et de l’État.

            A part le côté gesticulatoire, à quoi ça servirait ?

            Les tiers-mondiques qui affluent au Québec comme partout ailleurs, n’en ont rien à battre de la francophonie et de la Belle-Province en tant que Belle-Province.

            Que croyez-vous, cher Monsieur, qui soit le plus gratifiant pour ces Subsahariens, ces Arabes et ces Hispaniques qui vous envahissent : s’accoutumer à ce qui leur apparaît comme un patois de péquenots – le français - ou adopter le sabir simpliste du clinquant voisin du sud, dont de surcroît le prochain sera l’un des leurs, dont ils attendent énormément ?

            Pour moi, le Québec où je ne vois aucun mouvement populaire de dresser contre la tiers-mondisation, est d’ores et déjà perdu pour la francophonie et, vraisemblablement, pour le monde blanc, la majorité des blancs étant acquise et résignée à l’invasion allogène.

            Maria Chapdelaine pilera le manioc et cuisinera la guacamol, le nouveau Félix Leclerc chantera "Moi, mes babouches" et le nouveau Vigneault, "Mon pays, c’est l’Niger"... J’ai l’air de rigoler, mais c’est triste à pleurer smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès