Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La gauche européenne et Obama

La gauche européenne et Obama

 

Il y a au moins deux facteurs à prendre en compte si on veut juger d’une élection : ce que les votants expriment par leurs suffrages et ce que va faire le candidat élu. Dans le cas de l’élection présidentielle américaine, il aurait été fort déprimant que McCain se fasse élire après huit ans de régime Bush. En fait, il est même surprenant qu’il ait réussi à obtenir 46% des voix ainsi que d’excellents résultats dans certains états comme la Louisiane (on y a oublié l’ouragan Katrina ?).

La gauche devrait applaudir la victoire d’Obama, pas tellement à cause de sa couleur de peau, mais parce que les personnes qui ont voté pour lui expriment un désir de changement, et en général, de changement progressiste : moins de guerre, une politique économique plus équilibrée, et une attitude plus respectueuse de l’environnement.

Mais la question de ce que va faire le candidat est une toute autre chose. Cela dépend de ce qu’il veut faire, mais aussi de ce qu’il peut faire. Un président américain a beaucoup de pouvoir, mais ce n’est pas un dictateur et même un dictateur doit tenir compte des rapports de force. Ce qu’Obama désire faire n’est pas totalement clair, mais il est certain qu’il ne va pas s’opposer aux pouvoirs organisés (Wall Street, les multinationales, le lobby pro-israélien, etc.…) qui lui ont permis de gagner. S’il y a quelque chose qu’il a démontré de façon manifeste durant sa campagne, c’est bien cela.

Bien sûr, Obama doit aussi prendre en compte la pression populaire. Mais c’est là que le problème se pose : quelle pression ? Si certains Américains sont irrités par l’Obamania aux États-Unis, ils le seraient encore plus s’ils se rendaient compte de ce qui se passe à l’étranger, particulièrement en Europe. Il n’y a rien que je trouve plus déprimant que de voir des jeunes vivant dans les banlieues françaises se " mobiliser " pour Obama aux cotés de toute la social-démocratie, du show-business et des sionistes intelligents. J’ai même vu certains de ces jeunes dire qu’ils enverraient un gilet pare-balle à Obama, car ils pensent que l’Amérique ne permettra jamais à un Afro-américain d’être président, comme si quelqu’un qui a le soutien de Warren Buffett, l’homme le plus riche au monde, et, en fait, de presque tout l’establishment, représentait une menace pour l’Amérique et avait besoin de leur aide.

En d’autres mots, le problème posé par Obama vient de son extrême popularité en Europe, qui se base à la fois sur sa couleur de peau et sur son " image ". Beaucoup de gens ici, ne comprenant pas à quel point les relations interraciales ont changé aux États-Unis (comme en Europe d’ailleurs), voient l’élection d’Obama comme une sorte de miracle absolu et pensent qu’il est beaucoup plus progressiste qu’il ne l’est réellement, notamment à cause d’un traitement médiatique le présentant comme une alternative radicale à Bush, et ne parlant presque pas de son intention d’envoyer plus de troupes en Afghanistan (ou d’attaquer le Pakistan).

On peut se demander d’ailleurs ce que la " gauche " la plus obamaniaque, style Charlie-Hebdo ou Libération, dirait d’un homme politique français favorable à la peine de mort, qui veut accroître le contingent et qui termine tous ses discours en disant " que Dieu bénisse la France ".

Bien sûr, étant donné l’état désastreux de la gauche dans le monde, beaucoup de gens veulent désespérément croire que quelque chose de positif arrive quelque part sur terre, et cela renforce les illusions suscitées par Obama.

De plus, il est difficile de trouver une droite européenne anti-Obama. En fait la droite et la majeure partie de la social-démocratie adorent Obama parce qu’il leur permettra d’être à nouveau ouvertement pro-américains. Du fait que les États-Unis sont moins égalitaires (d’un point de vue économique) que l’Europe, que les charges sociales y sont moindres, qu’il y a moins de syndicats et de droits protégeant les travailleurs, l’élite européenne voit les États-Unis comme une sorte de paradis capitaliste. Le problème posé par Bush venait de ce qu’il était tellement brutal, arrogant, inefficace et stupide qu’il était devenu de plus en plus difficile pour ces élites d’exprimer leur admiration pour les États-Unis. Mais à présent, tout peut changer : en déplaçant l’attention des problèmes sociaux vers les problèmes " raciaux ", ces élites peuvent retourner la situation et présenter les États-Unis comme LE pays progressiste de l’Occident. Le quotidien Libération, très " nouvelle gauche " et proaméricain, a suggéré que l’élection d’Obama serait une leçon de démocratie pour la France. Curieusement, ils mentionnent avec admiration les longues files devant les bureaux de vote, alors que, dans les pays non occidentaux, de telles files sont en général considérées comme étant un signe d’inefficacité ou, pire, comme montrant l’intention du gouvernement de dissuader les gens de voter.

Un autre problème est que les critiques énoncées à l’encontre d’Obama seront probablement suspectées de racisme. Les sionistes stigmatisent déjà comme antisémite le fait d’être " anti-américain ". Avec un président des États-Unis Afro-américain, on peut s’attendre à une combinaison des deux types d’intimidation.

La question est de savoir combien de temps Obama sera capable de conserver ses supporters de gauche, même si sa politique étrangère contredit leurs attentes. Le seul espoir est que la population mondiale lui mette le nez en face, non pas de son programme, car il n’a presque rien promis, mais de ce qu’elle pense être son programme et qu’elle réagisse avec colère lorsqu’elle découvrira qu’il a trahi les espoirs (infondés) mis en lui. C’est la seule chose qui peut empêcher l’Amérique de renforcer ses guerres en Afghanistan, en Irak, ou ailleurs.

Mais le problème de fond est que, 60 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les Européens se voient toujours comme dépendants des États-Unis. Pour leurs élites, les raisons de cette attitude sont bien compréhensibles ; malheureusement, le reste de la population, y compris une partie de la gauche, place encore bien trop ses espoirs dans le fait que la population américaine élise un " bon prince ", comme il l’ont fait avec Obama.

Nous devrions déterminer nos politiques étrangères et notre modèle social indépendamment des choix américains, et nous devrions pouvoir parler avec des pays comme la Russie, la Chine ou l’Iran sans se soucier de ce que pense l’Oncle Sam. Beaucoup d’Européens voient les États-Unis comme un modèle de démocratie, mais il n’y a rien de moins démocratique que de déterminer nos politiques en fonction d’élections auxquelles nous ne participons pas.

La population américaine élit son président, pas le maître de l’univers. Aujourd’hui, cela semble être compris en Russie, en Asie, en Amérique Latine et dans le monde musulman. Il n’y a qu’en Europe que la décolonisation des esprits est encore nécessaire.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 24 novembre 2008 10:18

    Merci pour ces éclaircissements

    "Ce que désire Obama n’est pas totalement clair" dites-vous

    Oui, et au vu de son staff actuel , on peut craindre malheureusement qu’il y ait beaucoup de désenchantement
    Mais j’espère me tromper... sincèrement


    "Barack Obama a imposé des règles plus strictes pour réduire le poids des groupes d’influence à la Maison-Blanche, mais leur omniprésence rend sa tâche difficile."(Le Figaro)__
    ___Obama et les lobbyistes____
    _Double langage ?__

    -Obama : on prend les mêmes et on recommence ????


    • Antoine Diederick 29 novembre 2008 22:40

      Bonsoir Zen,

      j’ai quitté Avox un moment suite aux petits problèmes sur votre dernier article. Désolé, de ne pas avoir continué le fil de discussion....
      Sur la question de l’Afrique, nous en reparlerons peut être une autre fois.....


    • Fergus fergus 24 novembre 2008 16:16

      La politique étant devenue ce qu’elle est, accro à tout évènement à résonance internationale, tout le monde veut "surfer sur l’obamarketing", comme dit Actias. Y compris Sarkozy qui a fait de spieds et des mains pour aller rencontrer Obama à Boston en marge du G20. En pure perte : le "président élu" l’a snobé comme un quelconque chef d’Etat de république balkanique, lui pourtant président en titre de l’Union européenne. Ce fait seul démontre qu’Obama entend conduire sa barque à son rythme et à sa manière.


      • Jean-paul 24 novembre 2008 18:06

        @ fergus
        Obama sera president le 20 janvier .Et je pense que pour dialoguer avec l’Europe il prefer Merkel ou Brown .
        Il l’a montre dans sa visite en Europe lors de sa campagne .
        Politiquement les Francais ont eu une reputation d’antiamericains .
        Obama est avant tout le president des Americains et un homme de droite .
        L’Obamania francaise existe du fait que les francais ont perdu espoir envers leurs hommes politiques .
        Regardez le PS qui n’est plus un parti d’opposition .


      • Antoine Diederick 29 novembre 2008 22:41

        A l’auteur,

         "Nous devrions déterminer nos politiques étrangères et notre modèle social indépendamment des choix américains, et nous devrions pouvoir parler avec des pays comme la Russie, la Chine ou l’Iran sans se soucier de ce que pense l’Oncle Sam. Beaucoup d’Européens voient les États-Unis comme un modèle de démocratie, mais il n’y a rien de moins démocratique que de déterminer nos politiques en fonction d’élections auxquelles nous ne participons pas."

        Tout a fait d’accord.....



        • Antoine Diederick 29 novembre 2008 22:56

          a l’auteur....

          vous employez le mot "décolonisation des esprits" en Europe....

          le paradoxe est que la politique étrangère us est basée sur l’esprit de décolonisation....il a fallu s’affranchir de la Grande-Bretagne et ensuite pourfendre le colonalisme européen pour affermir l’idéal étatsunien pur et dur.

          Mais aujourd’hui, les EU, deviennent les relayeurs des politiques coloniales avec l’hypocrisie qui consiste a agiter par personne interposées les tentatives de contrôles.

          Nous ne sommes pas nous européens colonisés, mais subjugués. Cette fascination doit prendre fin, en effet, sous peine de ne pas pouvoir construire le modèle européen.

           Je m’interroge. Nos leaders politiques ont-ils, assez de volonté , de force , de convictions pour assez dures comme l’acier afin de conduire un vrai projet , j’en doute.

          Enfin comme belge, je m’inquiéte de la déliquescence des comportements politiques, ce qui ds un petit pays comme la Belgique, sorte de laboratoire européen, ne peut pas augurer de véritable gouvernance comme il serait souhaitable en ces temps aléatoires.


          • Antoine Diederick 29 novembre 2008 23:56

            bonne nuit....je fatigue, tant l’incertitude est là....

            un seul mot d’ordre pour les courageux et les courageuses :

            Ne vous laissez pas faire, ruez dans les brancards, bougez....et surtout utilisez votre conscience, elle sauve.


            • vinvin 1er décembre 2008 01:39

              Bonjour.

              personnellement je pense que c’ est une révolution qu’ un "Black" soit arrivé a la présidence des USA, ( Domage que Martin Luter king ne soit plus la pour le voir, ainsi que Malcolm X,) mais en dehors de cela je ne pense pas que le fait que ce premier président "black" fasse des miracles non-plus.

              Certe, il peut amélioré certaines choses sur la politique interieure des USA par exemple, mais concernant la politique internationale des USA, je pense qu’ il va etre obligé de suivre le meme modèle que SES prédècésseurs, car la politique des USA est SIONNISTE depuis des décénies, et que s’ il ne suit pas le mouvement, il risque fort de se faire "désouder" comme Kennédy.

              Donc, concernant la politique avec les pays du moyen-orient, la palestine, istraél, l’ afganistan, Pakistan, iran, etc..... rien ne changera a mon avis.

              Que le président Américain soit noir, blanc, ou tout ce que vous voulez, leur politique internationale EST, ET RESTERA SIONNISTE, et la politique sionniste est la pire politique qui puisse exister sur terre, et meme les plus grands dictateurs que le monde ait connu, et connait, sont des anges comparer a eux .


              Cordialement.


              VINVIN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès