Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La géopolitique « Made in Russie »

La géopolitique « Made in Russie »

Le Parlement russe (la Douma et le Sénat) vient de demander au pouvoir en place de reconnaître officiellement l’indépendance de deux territoires au sud du pays que sont l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. Ces derniers en avaient fait la demande, il y a quelques jours auprès de Moscou. 

En soi, cela n’a rien d’étonnant. Ces deux "régions" pour les uns, ou "nations" pour les autres, sont sous le gouvernement direct de dirigeants pro-russes et donc sous la tutelle indirecte, mais très présente, pesante et à peine masquée de Moscou. De là à savoir s’il s’agit de pro-russes "locaux" ou de supo du régime délocalisés dans ces contrées reculées, mais frontalières, et donc à haut potentiel stratégique selon la Russie, c’est une autre question. Pas franchement fondamentale, puisque le résultat est le même : dépouiller par tous les moyens les Etats frontaliers et faire (re)venir dans le giron soviétique le plus de territoires possibles.

Le Parlement russe a donc franchi le pas de reconnaître deux nouveaux États. Ce n’est pas la première fois, mais du point de vue de l’honnêteté intellectuelle, c’est à la limite du ridicule et une fâcheuse erreur diplomatique, à moins bien entendu que la Russie ne veuille assumer pleinement et ouvertement sa logique belliqueuse et expansionniste.

En effet, souvenons-nous, en février dernier, la Russie faisait partie de l’infime minorité des Etats ayant refusé de reconnaître l’indépendance du Kosovo. Ce refus était on ne peut plus logique de la part du Kremlin. Reconnaître le Kosovo revenait alors pour le pouvoir à se tirer une balle dans le pied. En effet, c’était entrouvrir la porte pour d’autres régions de Russie, dont la potentielle volonté d’autonomie même inexistante est un sujet de préoccupation pour Moscou.

D’autres États avaient eux aussi refusé de reconnaître le Kosovo ou du moins émis des réserves, mais parce qu’ils étaient confrontés eux-mêmes à des sécessions de régions : la Grèce (occupée avec la Macédoine), la Chine, la Serbie bien entendu, la Géorgie (et pour cause) et tant d’autres.

Mais alors, si l’indépendance du Kosovo était un souci tant d’un point de vue géopolitique que diplomatique, pourquoi dès lors il n’y a plus aucun problème pour l’indépendance de deux régions simultanément et qui plus est se séparant du même État. Bien entendu, ce n’est qu’une question rhétorique tant les tenants et aboutissants sautent aux yeux.

Il s’agit tout d’abord de mettre au pas et à genoux "l’insolente Géorgie" qui a osé défier et attaquer la Russie, bien que techniquement, les forces géorgiennes ne soient pas entrées sur le territoire russe, mais il est vrai que cette frontière sud est la zone érogène de la Russie qui, si elle est stimulée, a tendance à exciter les pulsions militaro-guerrières du régime.

Au-delà de cette mesure punitive, il y a une volonté très nette d’expansion et de conquête. Même s’il est question aujourd’hui d’indépendance pour ces régions, il faut supposer qu’à terme ces dernières seront tout simplement englouties dans le mastodonte russe. L’ingérence de Moscou dans la gestion de ces territoires n’en serait que facilitée et n’aurait plus à s’accommoder de la susceptibilité (mal placée selon Moscou) de la Géorgie.

Sans parler bien entendu des vues de Moscou sur l’Oléoduc circulant en Géorgie et que la Russie voudrait bien avoir sous son contrôle.

Tout ceci reste dans le domaine du fantasme, car, sauf conflit ouvert entre la Russie et globalement le reste du monde, Moscou a peu de chances de parvenir à ses fins. Toutefois, le gouvernement et la "diplomatie Caterpillar" de la Russie sont en train de réunir toutes les conditions pour déstabiliser la région à leur avantage et réaliser leurs desseins. Ce réflexe pavlovien n’est pas près de disparaître et il faut s’attendre à d’autres éruptions d’agressivité et à d’autres non-sens diplomatique : comme quoi, il faut penser que ce que fait la diplomatie russe de la main gauche ignore ce qu’elle fait de la main droite et que la Russie concourt pour la médaille d’or du "Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que fais".


Moyenne des avis sur cet article :  1.93/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 26 août 2008 10:27

    la Russie faisait partie de l’infime minorité des états ayant refusés de reconnaître l’indépendance du Kosovo.

    ceux qui ont reconnu cet état fantoche ne sont quand même pas si nombreux , dont une majorité de pays de l’OTAN
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Kosovo


    • ronchonaire 26 août 2008 10:38

      Il manque énormément de pays dans la liste Wikipédia. Les kosovars eux-mêmes tiennent le décompte ici (attention, il manque là aussi des pays, en l’occurrence ceux qui ont annoncé qu’ils ne reconnaîtraient pas le Kosovo) :

      http://www.kosovothanksyou.com/


    • stephanemot stephanemot 27 août 2008 02:19

      Je constate que Medvedev et Poutine sont un poil moins presses de reconnaitre l’independance de l’Ossetie du Nord ou de la Tchetchenie.


    • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 26 août 2008 10:46

      @ l’auteur,

      Il serait bon pour vous d’ouvrir les yeux sur la réalité de ce qui est en train de se passer.

      Il est étrange que vous passiez totalement sous silence le déclenchement des hostilités. Les forces géorgiennes, dans la nuit du 7 au 8 août, ont entamé leur offensive en bombardant les casernes où étaient stationnées les troupes russes de maintien de la paix, sous mandat de l’ONU. Il y a eu 20 morts et une centaine de blessés parmi les soldats russes.

      Ces troupes étaient présentes depuis 1993, et effectuaient depuis lors des patrouilles communes avec les troupes géorgiennes, les mêmes qui les ont bombardées.

      Il faudrait que vous m’expliquiez par quelle opération du Saint Esprit le Président Sakaashvili a pu croire un seul instant que la Russie, avec Medvedev et Poutine au pouvoir, allaient rester sans réagir.

      Il faudrait également m’expliquer quelle peut être la force de l’argumentation occidentale sur l’intégrité territoriale, alors même que celle-ci n’a pas été respectée par l’Occident, ni en Irak, ni en Serbie. De quelle manière peut-on justifier que les Kosovars ont le droit à l’autodétermination, mais que les Abkhazes et les Ossètes, non ?

      Depuis le début du processus d’indépendance du Kosovo, la diplomatie russe a averti ouvertement et publiquement qu’il y avait d’autres régions dans le monde, où des peuples attendaient de pouvoir eux aussi d’accéder à l’indépendance, en citant nommément ces deux territoires.

      Qu’avons-nous fait ? Nous sommes passés outre. Quelle légitimité avons-nous pour donner des leçons aux russes ? Les droits de l’Homme ? On donne quoi en exemple ? Guantanamo ? Les transferts de prisonniers dans des pays où se pratique la torture ?

      En bafouant nous-mêmes les principes que l’on dit défendre, nous avons perdu aux yeux du monde une grande part de la légitimité que nous avions. Et tant qu’on n’aura pas compris cela, on continuera à suivre aveuglément les américains dans leur logique sans fin de génération de conflits. Et c’est tout sauf notre intérêt.


      • el bourrico 26 août 2008 11:08

        Je n’aurais pas dit mieux.

        Encore une fois, il ne s’agit pas d’approuver les uns pour fustiger les autres, mais il est clair que nous n’avons aucune leçon à donner.


      • 5A3N5D 26 août 2008 11:16

        @ Vincent Perrier-Trudov,

        Je pense que vous avez une mémoire, soit très courte, soit très sélective :

        Il serait temps de voir que la déclaration d’indépendance du Kosovo n’est pas un précédent qui pourrait justifier, excuser une intrusion russe en Géorgie et la reconnaissance de deux états autonomes, l’Abkhazie et l’Ossétie. 

        Je rappelle donc que la Russie occupe des régions en dépit du droit international. La 14° armée russe est basée en Transnistrie, petit pays arraché à la Modavie et à l’Ukraine, "république" à l’autonomie autoproclamée qui n’est reconnue par aucune organisation internationale.

        La Russie occupe la base navale de Sévastopol, légalement depuis 1997, sur la base d’un bail arrivant à échéance en 2017. Néanmoins, le reste de la Crimée, territoire ukrainien, république autonome, est majoritairement peuplée de russes (80%) au détriment des Tatars, carrément rejetés dans cette presqu’île. 

        La Russie a même tenté de s’approprier le détroit de Kertch, pour boucler l’accès à la Mer d’Azov :
        http://www.ukraine-europe.info/ua/dossiers.asp?1241051456

        L’enclave de Kaliningrad risque également de poser des problèmes, de même que le fort pourcentage de russes ou russophones dans les Pays-Baltes.

        Si la Russie veut défendre ce qu’elle considère comme ses "ressortissants" au motif qu’ils sont russophones, nous ne sommes pas sortis de l’auberge !


      • ronchonaire 26 août 2008 11:26

        Le problème avec des raisonnements du type "les russes n’ont de leçons à recevoir de personne, et surtout pas des occidentaux", c’est qu’ils atteignent très vite leurs limites. Une fois que vous avez dit ça, que reste-t-il ?

        L’intervention russe était justifiée au départ, pour éviter un bain de sang en Ossétie ; mais l’occupation d’une partie de la Géorgie et la destruction de ses infrastructures portuaires sur la Mer Noire (pourtant à des dizaines de kilomètres de la zone de combat) ne le sont certainement pas.

        Et puis, depuis quand les conneries des uns rendent-elles légitimes celles des autres ? "J’ai le droit de le faire parce qu’il l’a fait", "c’est lui qui a commencé"...franchement, c’est de la diplomatie de bac à sable. Les occidentaux ne sont pas irréprochables, c’est indéniable ; mais cela ne justifie en rien de reproduire leurs erreurs. Une occupation illégale reste une occupation illégale, qu’elle soit le fait de l’armée américaine en Irak ou de l’armée russe en Géorgie ; le fait que les américains aient occupé l’Irak avant que les russes n’occupent la Géorgie ne rend pas la seconde occupation plus légitime que la première.

        Quant au parallèle avec le Kosovo, vous oubliez une chose : son indépendance ne s’est pas faite en un jour. Il a d’abord été placé sous mandat de l’ONU pendant 10 ans. L’espoir initial que l’on pourrait trouver une issue convenable pour tout le monde (y compris la Serbie) n’a malheureusement pas été concrétisé et il fallait bien trouver une solution : le Kosovo n’allait pas rester 10 ans de plus sous administration de l’ONU, un retour dans le giron de la Serbie était matériellement impossible, tout comme il aurait été impossible d’expulser tous les kosovars-albanais afin de "rendre" le Kosovo à la Serbie. Les deux camps ont passé 10 ans à négocier ; prenez les dernières positions de chacun et comparez-les aux positions de départ d’il y a 10 ans : ni les serbes, ni les kosovars n’ont bougé d’un pouce. Ahtisaari l’a lui-même reconnu : ils auraient pu négocier pendant encore 100 ans sans arriver à s’entendre (il faut dire que les peuples des Balkans ont pour eux d’être particulièrement têtus et coriaces). Tout le monde critique l’indépendance du Kosovo mais personne ne répond à cette question : que fallait-il faire ? Quelle était l’alternative ? S’il y en avait une, pourquoi personne ne l’a proposée au cours des 10 années de négociations ?

        Franchement, pour avoir vu au Kosovo ce que c’est que de vivre sans nationalité, sans identité, je ne souhaite à personne de vivre cela. Si les ossètes souhaitent devenir indépendants, qu’on leur donne leur indépendance ; de toute façon, aucune frontière n’est éternelle, la Géorgie est d’ailleurs bien placée pour le savoir vu que l’Ossétie du Sud ne lui "appartient" que depuis quelques décennies. Mais je doute que les russes soient réellement préoccupés du sort des ossètes, pas plus que les américains ne sont préoccupés du sort des irakiens. Comme toujours, les victimes de ces grandes manoeuvres géostratégiques sont les populations qui vivent sur zone.


      • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 26 août 2008 13:00

        @ 5A3N5D,

        Il y a une erreur dans ce que vous dites. La Russie a des troupes sous mandat de l’ONU depuis 1993 en Abkhazie et en Ossétie du Sud.

        Techniquement et juridiquement, les troupes géorgiennes ont ouvert le feu sur des casques bleus.

        J’aimerai bien que vous m’expliquiez ce qui peut justifier cela. Parce que ces troupes sont russes alors cela compte pour du beurre ? Parce que c’est un grand pays et que la Géorgie est petite, alors c’est forcément la Russie qui est coupable ? Et parce que Poutine est un ancien du KGB, alors tout ce qu’il peut faire est forcément hors-la-loi ?

        Et vous n’expliquez toujours pas selon quels critères la volonté d’indépendance des Kosovars est plus légitime que celle des Abkhazes et des Ossètes.

        @ ronchonnaire,

        Le problème n’est pas que "les conneries des uns rendent légitimes celles des autres". C’est que "les conneries des uns délégitimisent les protestations des autres".

        Nous, Européens, nous nous montrons particulièrement laxistes vis-à-vis de l’absence de respect du droit international par les Etats-Unis, en Irak, à Guantanamo, lorsque la CIA transporte des prisonniers au Pakistan pour qu’ils aillent se faire torturer à l’abri des regards ; on ne trouve rien à redire - ou si peu - lorsque les Etats-Unis décident de bombarder tel ou tel endroit de la planète, mais que la Russie s’avise de donner une leçon de réalisme à un chef d’Etat inconscient qui les prend pour cible, et là on sort toute l’artillerie lourde des bons sentiments, de la démocratie et des droits de l’Homme.

        J’aimerai que l’on m’explique comment peut-on être crédible dans ce cas ?


      • Deneb Deneb 26 août 2008 13:34

        Vincent Perrier-Trudov...Il est étrange que vous passiez totalement sous silence le déclenchement des hostilités...

        Il est aussi étrange que, lorsqu’il y a un problème on se preocupe peu de la solution du problème, mais surtout:de savoir à qui la faute.


      • Yannick J. Yannick J. 26 août 2008 13:42

        @ Deneb :

        bonjour.

        "Il est aussi étrange que, lorsqu’il y a un problème on se preocupe peu de la solution du problème, mais surtout:de savoir à qui la faute. "

        Oui ça c’est un grand problème de notre pays, plutot que d’éteindre le feu, on cherche d’abord qui l’a allumé... très pratique dans une maison en bois....

        cordialement.


      • Deneb Deneb 26 août 2008 13:43

        Vincent Perrier-Trudov : Techniquement et juridiquement, les troupes géorgiennes ont ouvert le feu sur des casques bleus.

        C’est donc à l’ONU de régler ça, et non pas à la Russie seule, alors.


      • Deneb Deneb 26 août 2008 14:14

        dans le code de la route il y a une regle : lorsque une ambulance, un camion de pompiers et une voiture de police arrivent en urgence en même temps à un carrefour, la priorité est à l’ambulance, ensuite les pmpiers, ensuite la police. La regle des priorités la vie-les biens-la justice ne semble pas s’appliquer au sinistre géorgien. Puisqu’on tire une parallèle avec le Kosovo, je tiens à rappeler que le tribunal de la Haye, jugeant les crimes dans l’ex-Yougoslavie n’accuse pas une nationalité en particulier, mais juge les personnes cas par cas. Dans la crise géorgienne, on se preocuppe surtout d’accuser globalement. Pourquoi ne règle-t-on pas tout ça à l’ONU, comme on a reglée la guerre yougoslave ?


      • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 26 août 2008 14:25

        Et vous pensez sincèrement que les russes vont laisser leurs soldats se faire descendre sans réagir ? Vous pensez sincèrement que Poutine et Medvedev ont le caractère pour regarder leurs casernes se faire bombarder à 20 km de leur frontière sud, sans riposter ? Tout cela en attendant que l’ONU veuille bien examnier le problème ?


      • Deneb Deneb 26 août 2008 14:35

        @Vincent Perrier-Trudov :

        il paie bien, Putin ?


      • 5A3N5D 26 août 2008 15:55

        @ Vincent Perrier-Trudov,

        "Il y a une erreur dans ce que vous dites. La Russie a des troupes sous mandat de l’ONU depuis 1993 en Abkhazie et en Ossétie du Sud. "

        Oui, c’est parfaitement exact : la Russie a (avait) 500 hommes, armés légèrement uniquement. A la veille du conflit, ça, on ne le saura probablement jamais. 
        En outre, je vous signale que l’Ossétie et la Géorgie ont aussi 500 hommes dans cette région. Outre le fait qu’il est plus que surprenant que les casques bleus aient été choisis dans les rangs des belligérants eux-mêmes, on peut constater que la Russie et l’Ossètie avaient deux deux fois plus d’hommes que la Géorgie. 

        "Techniquement et juridiquement, les troupes géorgiennes ont ouvert le feu sur des casques bleus."
         
        C’est faux. Les troupes russes, considérablement augmentées, dotées d’artillerie, ne pouvaient pas être des casques bleus : la Russie ne devait pas avoir plus de 500 hommes opérationnels dans la zone de cesser-le-feu. 

        "Et vous n’expliquez toujours pas selon quels critères la volonté d’indépendance des Kosovars est plus légitime que celle des Abkhazes et des Ossètes."

        Et la volonté des Géorgiens chassés d’Abkhazie en 1993, qui, selon les accords signés par la Russie, devaient être autorisés à rentrer chez eux, elle a été respectée ?

        En ce qui concerne cette "agression" de l’Ossétie par la Géorgie, il y a des éléments qui me troublent. Je me permets donc de faire un copier-coller d’un commentaire que j’ai posté sur un autre fil :

        <<<Donc, l’armée géorgienne, qui se fait "raccompagner" chez elle en deux heures a attaqué. Il faut quand même se demander si les fameux conseillers américains et israéliens ne sont pas un peu débiles.

        Je ne suis pas conseiller militaire et j’ignore tout de la stratégie, mais il me semble que, sans aviation, sans marine, il était très hasardeux de déclencher une guerre dans laquelle on savait que les troupes russes allaient intervenir de façon certaine.
        De plus, si on veut interdire à l’adversaire de progresser, il y a des cibles autrement prioritaires qu’un hôpital : les ponts, les tunnels, les voies de chemin de fer, les pistes d’atterrissage. Ces infrastructures ont-elles été détruites par les géorgiens dès les début des hostilités ? Pas que je sache, et pour cause : ils n’en avaient pas les moyens. Vous en conclurez ce que vous voudrez. >>>


      • wangpi wangpi 26 août 2008 17:57

        "Il serait temps de voir que la déclaration d’indépendance du Kosovo n’est pas un précédent qui pourrait justifier, excuser une intrusion russe en Géorgie et la reconnaissance de deux états autonomes, l’Abkhazie et l’Ossétie."

        ha bon ? ce n’est pas un précédent ? qu’est-ce que c’est alors ?

        il est particulièrement malhonnête, intellectuellement de lier l’"intrusion", qui était en fait une réponse directe à une attaque directe contre des oldats russes, et la reconnaissance des deux états, qui n’a pu être envisagée que "grâce" au précédent kosovar !


      • wangpi wangpi 26 août 2008 18:02

        cela s’adressait à 5A3N5D bien sûr.


      • 5A3N5D 26 août 2008 18:59

        @ Wangpi,

        Lisez mon premier commentaire, ci-dessus : il y a eu des précédents au "précédent." 


      • philbrasov 26 août 2008 19:55

        vous etes aussi naïf que Saakachvilii....
        comment expliquez vous qu’à la même heure les forces navales russes appareillaient en Mer Noire.
        comment expliquez vous que 3 heures plus tard 600 chars passaient le tunnel de Roki

        Comment expliquez vous que 3 jours avant les mafieux ossètes sous les ordres du mafieux notoire Kokoïty des villages géorgiens en Ossétie du Sud étaient mitraillé.
        Comment expliquez vous que les russes fonts savoir à Saakachvilii qu’ils ne voulaient plus entendre de Kokoidy...

        Saakachvili a cru naïvement que les occidentaux allaient les suivre, dans LEUR COMBAT JUSTE...
        Qu’est ce que l’OSSETIE DU SUD...
        23 villages...... 23 villages, dont un tiers géorgiens... territoire grand comme une ville comme Londres...
        SANS AUCUNE RESSOURCES..........

        des forces de la paix ONUSIENNES Russes en Ossétie du Sud.... BEN voyons......
        C’est comme si on instalait des observateurs Israéliens à Gaza pour surveiller le cessez le feu.... Ridicule.....Ridicule pour l’ONU... surtout... d’avoir accepeter des observateurs JUGES ET PARTIES....



        QUI SE FOUT DU MONDE......




      • Deneb Deneb 27 août 2008 11:11

        Yannick J : Oui ça c’est un grand problème de notre pays, plutot que d’éteindre le feu, on cherche d’abord qui l’a allumé... très pratique dans une maison en bois....

        merci d’imager ma pensée par cette pertinente métaphore ; ce qui est étrange aussi, c’est que
        votre commentaire fait +4 et le mien -4, pourtant on dit la même chose.


      • Yannick Harrel Yannick Harrel 26 août 2008 11:21

        Bonjour,

        Le Parlement russe a donc franchi le pas de reconnaître deux nouveaux États. Ce n’est pas la première fois, mais du point de vue de l’honnêteté intellectuelle, c’est à la limite du ridicule et une fâcheuse erreur diplomatique, à moins bien entendu que la Russie ne veuille assumer pleinement et ouvertement sa logique belliqueuse et expansionniste.

        A la suite de quoi je vous demande : que pensez-vous du fait d’avoir ouvertement bafoué la résolution 1244 de l’ONU au sujet du Kosovo ?
        Que seuls 45 pays ont reconnu jusqu’à ce jour et dont un article du Courrier International n°929 vient de révéler toute l’étendue du marasme économique en dépit du 1,2 milliard d’euros versés par la communauté internationale.
        Le rapport avec la choucroûte ? Tout simplement que le Kosovo a été le pas de trop franchi par les chefs d’Etat occidentaux qui auraient dû se douter des métastases pouvant suivre une telle reconnaissance en dépit du bon sens. La boîte de Pandore a été ouverte, il fallait y réfléchir avant...

        Cordialement


        • sisyphe sisyphe 26 août 2008 12:37

          La meilleure solution est de demander aux Ossetes et aux Abhkazes de se prononcer, par vote, sur leur autonomie ou leur désir de rattachement à la Georgie ; ça éteindra toute polémique. 


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 26 août 2008 21:33

          @ Sysiphe,

          Bonjour,

          Les deux entités se sont déjà prononcées par référendum (2 même pour l’Ossétie du sud) sur la question de leur auto-détermination mais bien entendu les autorités Géorgiennes n’en ont pas tenu compte.

          Cordialement


        • Liana 27 août 2008 05:14

          Yannick Harrel,

          Vous ne comprenez pas, il faut refaire des référendums jusqu’à ce que, épuisés, ils optent pour le rattachement à la Géorgie, alors, leur vote serait considéré comme légitime )))


        • el bourrico 26 août 2008 11:22

          Il serait temps de voir que la déclaration d’indépendance du Kosovo n’est pas un précédent qui pourrait justifier, excuser une intrusion russe en Géorgie et la reconnaissance de deux états autonomes, l’Abkhazie et l’Ossétie.

          Vous éludez le problème, la question qui se pose est : pourquoi accepter dans un cas et refuser dans l’autre ?
          J’en pose une autre : Qu’aurions nous fais si la Serbie avait envahie le Kosovo afin de préserver son intégrité territoriale ?


          • 5A3N5D 26 août 2008 11:34

            @ Ronchonnaire,

            "Vous éludez le problème, la question qui se pose est : pourquoi accepter dans un cas et refuser dans l’autre ?"

            Oui, c’est bien la question que je pose : pourquoi la Russie aurait le droit d’occuper des territoires ne lui appartenant pas, alors que l’ "occident" n’aurait pas le droit de déclarer l’indépendance du Kosovo. 

            "J’en pose une autre : Qu’aurions nous fais si la Serbie avait envahie le Kosovo afin de préserver son intégrité territoriale ?"

            Et que ferez-vous quand la Russie envahira la Crimée pour protéger ses "ressortissants" ?


          • Liana 27 août 2008 05:19

            Vous semblez ne pas savoir que depuis sa conquête à la fin du XVII siècle. la Crimée avait toujours fait partie de la Russie, avant son rattachement administratif à l’Ukraine, décidé par Khrouchtchev à la fin des années 1950..


          • 5A3N5D 27 août 2008 09:48

            @ Liana,

            L’Ukraine aussi, si vous voulez faire de l’histoire, était russe. 


          • grangeoisi 26 août 2008 11:40

            J’ai bien peur d’avoir ouvert les yeux !

            D’avoir plaint les Russes alors que le rouleau compresseur du libéralisme leur passait dessus !

            D’avoir compris qu’un homme fort ayant appartenu au KGB, Poutine, avait réussi à être successivement premier ministre, président (2 fois), puis premier ministre et avait réétatisé les forces vives du pays et de temps en temps matraqué toute opposition.

            De comprendre que le temps d’indépendance de la Géorgie est compté quelque soit la "marionnette" à la tête de ce pays et que les oléoducs ou les trafics maritimes de la région seront sous peu sous contrôle de notre mère Russie.

            D’avoir compris aussi en lisant l’article d’hier de l’ "estradeur" , "mètre" de conférence Frank Biancheri, que l’on avait intérêt à fermer sa gueule et "comprendre" que l’UE pouvait revenir à une politique munichoise pour sa santé !

            Message bien reçu !



            • katalizeur 26 août 2008 13:05

              @grangeoisi
              bien que je ne sois pas d’accord sur tout avec vous, la je vous plus

              siGé un supporter de POUTINE
              HELAS LE POUTNE FRAN9AIS LUI N’EST PAS ENCORE NE


            • Yannick J. Yannick J. 26 août 2008 11:53

              Bonjour à tous.

              article un peu partial tout de même...
              Je suis entièrement d’accord dans le fait que la réation de la russie est un peu disproportionnée,
              toutefois, je ne vois pas pourquoi l’occident pourrait avoir plus de légitimité que la russie sur ce coup.
              Il est clair que Sakaashvili a voulu tenter un coup en se pensant épaulé par l’otan... Il s’est planté.
              Il est clair que la russie digère mal que la géorgie puisse passer "a l’ouest" surtout avec l’oléoduc y passant....
              maintenant je me garderai d’émettre un jugement sur l’un ou l’autre, je ne considère pas que l’occident détient la vérité absolue et toute puissante, tout comme la démocratie controlée de la russie...
              Je me contente de constater ce qu’est devenu la russie depuis l’êre poutine... Pourquoi a-t-il choisi medvedev ?
              Il espérait certainement un peu plus de retenue de l’occident et de ce fait plaçait un diplomate...
              pas étonnant qu’il reprenne les rennes en cas de coup dur... c’est ainsi, il ne laissera pas la russie se refaire marcher dessus comme ce fut le cas lors de la chute de l’urss...
              Qui peut blamer un gouvernant de vouloir tenir son pays et le faire redevenir puissance mondiale ?
              je ne dis pas là que je suis pour et que je cautionne, juste que je comprends ces geste durs...

              et donc en conclusion,
              plutot que de tirer à boulets rouges sur le visible, qu’en est-il de l’invisible ?
              financièrement, politiquement, etc....

              bien cordialement...


              • plume plume 26 août 2008 13:21

                entièrement d’accord avec vous

                quand il y a 2 poids 2 mesures cela s’appelle de l’injustice


                • plume plume 26 août 2008 13:24

                  avec le commentaire de Vincent Perrier-Trudov


                • Cug Cug 26 août 2008 13:53

                  @l’auteur, article nauséabond, digne d’un gros "noob" smiley

                   La Russie disposant d’énormes ressources devrait sans doute se laisser piller par l’oligarchie fiancière anglo-saxonne et avec le sourrire !
                   La Russie, qui n’est plus l’URSS, mais reste une grande nation devrait s’écraser face à tout ce qui nuis à ses intérèts ?
                   L’oligarchie financière anglo-saxonne après avoir mis en coupe réglée les ressources russes par oligarques interposés auréolés de la merveilleuse doctrine néo-libérale ne tolère pas que la Russie s’émancipe du FMI, redonne force et corps à l’état et est mis au pas les oligarques.

                   De plus face à la crise (systèmiques) financière, le CMI US sous influence se frotte les mains devant la mane que pourrait rapporter un conflit Otan/Russie.

                   La Géorgie est en particulier "Sakach" ne sont que des pions permettant à l’oligarchie financière d’étendre sa domination mondiale. La Russie,la Chine et l’Inde sont sur sa route, tout sera fait pour les isoler, les ruiner ou les affamer afin de les inféoder ...

                   


                  • katalizeur 26 août 2008 14:04

                    hourra hourra hourra
                    la russie reconnais l’independance des deux reepubliques

                    russie debout je suis fiere d’avoir été dans une academie militaire russe


                    • QuidNovi QuidNovi 26 août 2008 14:08

                      C’est un article qui reprend de façon trés concise tous les dogmes et préjugés anti-russes qui sévissent dans la doxa officielle actuelle.
                      L’auteur surfe dessus et propage mensonges, contre-vérités et désinformation à souhait.
                      Etes-vous déjà allé en Russie ? connaissez-vous les aspirations profondes du peuple russe et de leurs dirigeants ?


                      • Vincent Frédéric Stéphane 26 août 2008 14:12

                        Article sans aucun intérêt, propagande fadasse, vocabulaire tendancieux, même pas drôle.




                        • el bourrico 26 août 2008 15:39

                          Vous éludez le problème, la question qui se pose est : pourquoi accepter dans un cas et refuser dans l’autre ?"
                          Oui, c’est bien la question que je pose : pourquoi la Russie aurait le droit d’occuper des territoires ne lui appartenant pas, alors que l’ "occident" n’aurait pas le droit de déclarer l’indépendance du Kosovo.
                          "J’en pose une autre : Qu’aurions nous fais si la Serbie avait envahie le Kosovo afin de préserver son intégrité territoriale ?"
                          Et que ferez-vous quand la Russie envahira la Crimée pour protéger ses "ressortissants" ?

                          D’abord Ronchonnaire, ce n’est pas moi, désolé.

                          Quels territoires occupe t-elle ? La capitale Géorgienne est tombée ? Je n’ai pas souvenance non plus de trois semaines de bombardements intensifs préparatoires, ai-je loupé quelque chose ? Qui à ouvert le feu en premier ? Il eut été préférable que les casques bleus russes se laissent attacher à un poteau ? comme les notres en ex-Yougoslavie ? Allons à l’époque tout le monde a trouvé ça grotesque, pourquoi les casques bleux n’ont ils pas réagit... parce qu’ils n’en avaient pas le droit... en fait, ils ne servaient à rien, on l’a vu lors de certaines opérations de "nettoyage" juste sous leur nez.

                          Ca fait des décénnies qu’Israël occupe illégalemetn des territoires, mais ça, il est interdit d’en parler, ça fait 6 ans que les USA occupent illégalement un pays, mais la dessus, on entends pas grand monde exiger un départ immédiat, comme pour les Russes. Désolé, mais ce que vous dites ne vaut pas tripette. Et qu’est ce que la Crimée viens fouttre la dedans, pourquoi pas la corse tiens, c’est vrai tiens, imaginons demain l’Italie qui approuve la Corse dans une déclaration d’indépendance...ce serait drole non ?
                          Je note toutefois que vous éludez ma question sans y répondre. La réponse à la votre est "rien du tout", la France n’a aucun intérêt en Crimée. D’ailleurs personne n’est allé en Géorgie les défendre contre les méchants Russes... étrange.

                          L’armée russe ne fait pas dans la dentelles, mais ça, tout le monde le sait. Après ils ont peut être provoqué, j’en sais rien, il y surement eu provocations de part et d’autres, c’est évident. Ils n’attendaient aussi peut être que ça, surement même. Pouquoi des casques bleu russes la bas, alors qu’ils sont juges et partie ? c’est surement suspect, mais ça ne change rien. La façon dont la chose est présentée, c’est comme si les Russes étaient pires que les autres.... En cela vous êtes victime du bourrage de crâne Atlantiste, c’est tout.

                          C’est clairement deux poids deux mesures, c’est cela que je cherche à faire comprendre par ce qui pourrait passer pour de l’Anti américanisme, voir mon antisémitisme (eh oui, je critique l’occupation illégale d’Israël)

                          Ca rappelle les affiches pendant le guerre froide, ou celles sur les Japonais pendant la seconde guerre mondiale... d’une naïveté effrayante.


                          • Jdemnahouby 26 août 2008 18:38

                            La difference entre les americains et les russes :

                            Les americains rasent et reconstruisent en contreparties de reserves energetiques, les russes rasent gratis. smiley

                            bref pas mieux 50/50.........

                            concernant le Kosovo, pourquoi les americains sont intervenus la bas ? y a pas de petrole ni de gaz ou de minerais.... bizarre non ?

                            D accord pour demander aux ricains de partir d Irak des que la situation est stable la bas et j espere qu ils vont depenser le plus possible d argent la bas, ce sera un juste retour des choses apres le bordel qu ils y ont foutu, qu ils assument jusqu au bout.

                            Concernant Israel, solidarite avec votre propos, occupation illegal des territoires palestiniens, pays schizophrene creant sa propre perte....


                          • saba 26 août 2008 15:47

                            Certes le fait de reproduire en Serbie ce qu’ont fait les Occidentaux avec le Kosovo n’excuse pas les Russes dans leur vive réaction géorgienne ; mais on se demande au nom de quoi les Occidentaux peuvent leur jeter la pierre et les considérer comme des brutes et des barbares ! "Faites ce que je dis et non pas ce que je fais " dites-vous à propos des Russes , vous êtes-vous rendu compte , qu’on peut facilement retourner la phrase et la prêter aux USA , par exemple ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès