Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La légalisation des drogues dures pour démanteler les cartels des (...)

La légalisation des drogues dures pour démanteler les cartels des narcotrafiquants

En matière de drogues dures, de nouvelles politiques de tolérances initiées par les pays attachés à leurs économies et traditions alimentaires existent. Elles ont le droit de se faire entendre quand de hauts responsables scandent leur engagement.
 
C’est quand le jeune président bolivien a mâchouillé en plein tribune officielle de l’ONU une feuille de coca, qu’une demande de légalisation des drogues a été universalisée. Comme il n’en n’existerait pas de plus officielle, elle a été émise par un chef d’Etat et au niveau d’une instance internationale.

Devant les responsables d’une cinquantaine de pays réunis, en Autriche en 2009 lors de la 52e conférence de la commission des stupéfiants de l’ONU, le président bolivien Evo Morales n’a pas hésité de faire la démonstration. En prononçant un discours, il a sorti une feuille de coca, plante de laquelle est issue la cocaïne, et s’est mis à la mâcher. Demandant aussi en plein séance le retrait de la plante de la liste des substances interdites.

En brisant un tabou, son geste reste des plus significatifs quant aux questions alimentaires dans le monde. Dans son pays plus de 10 millions d’habitants en consomment quotidiennement. De plus végétariens, on ne rencontre pas de tels sur Terre. Moralès est aussi leader syndical des cultivateurs de coca dans son pays. Il a expliqué : l es feuilles de cette plante sont cultivées depuis "trois mille ans avant Jésus-Christ", elles ont un caractère "sacré" en Bolivie, où elles sont mâchées ou infusées.

Les USA engagés depuis belle lurette dans une guerre perdue d’avance contre les drogues, entendent par de tels actes que c’est encore un autre déboire de leurs plus complets échecs. Depuis que le pays "yankee" a perdu sa guerre contre le communisme vietnamien, comme il est en train d’essuyer des revers en Irak et en Afghanistan, ses défaites sont dues à des ingérences inappropriées, impérialistes et illégales.

Le cas de la feuille de coca et l’unité des régimes socialistes d’Amérique latine pour cette question, constitue une nouvelle déconfiture des relations des Etats-Unis avec le reste du monde. Et le conflit du Proche-Orient n’est pas en passe d’être le plus fatal. Si le pays de l’oncle Sam ne saisit pas l’enjeu de faire changer d’épaule à son fusil...

La drogue produit du capitalisme par excellence.

Cependant des mafias locales se sont réorganisées et des nouvelles se sont déployées. Alors que l’ère des murs actuels dépasse de loin celle du mur de Berlin, de toutes les nationalités des narcotrafiquants ouvrent des succursales. Mexicaines, chiliennes, nigérianes et dominicaines... Et américaines surtout, lavant encore plus blancs des milliards de dollars transitant à travers les systèmes bancaires européen et américain.

Vidéo d’une campagne explicative du Projet de légalisation. 

En matière de géographie, à la porte de l’Amérique du Sud, les gangs et les mafias sont positionnées au Nord du sous-continent. Et elles jouent désormais pleinement leur rôle dans l’importation et la distribution des stupéfiants. Et à bien méditer, c’est d’abord contre de l’argent. L’argent est plus diabolique que la drogue finalement !

D’ailleurs l’héroïne qui est devenue à 90% d’origine afghane, depuis que les talibans ont réussi à multiplier par 5 la production avec la bénédiction de la guerre qui les viserait. Et cette matière à base d’opium transite grâce et selon ces 2 points d’abord : les banques et les frontières du sud des Etats Unis. Se positionnant sur les périples de ce commerce florissant, les narcotrafiquants brassent, avec la connivence du système financier d’une mondialisation étriquée, annuellement quelques 1000 milliards, alors que les experts(pseudo officiels) n’accordent qu’au maximum 500. Les trafiquants s’y trouvent et prennent racines avec l’exactitude des lieux de leur buziness...

César Gaviria (Colombie), Ernesto Zedillo (Mexique) et Fernando HenriqueCardoso (Brésil), tous anciens présidents de républiques ont signé un document intitulé :l’Initiative Latinoaméricaine sur les Drogues et la Démocratie.

Le trafic de drogue est une cause majeure de la spirale de violence qui affecte des peuples du monde, son impact est grandement négatifs sur les jeunes.

Dans des pays comme la Colombie et le Mexique, et des villes comme Rio de Janeiro, cette économie criminelle est à l’origine de phénomènes qui menacent la démocratie. Elle institue de graves fléaux comme la corruption des institutions, le contrôle des territoires par le crime organisé et le trafic d’armes.

Cependant pour juguler ces trafics, il y a certainement des politiques à décider et à mener. Faire en sorte que les substances illicites qui enrichissent des bandits, subissent un contrôle officiel reste une idée qui a l’avenir au Nord du Mexique. Là, les meurtres sont devenus des plus barbares, et la répression accentuent plus la pression sans que ne diminue la puissance des cartels.

Alors comme le dit un théoricien de la révolution : que faire ?

Ce sujet a été publié aussi par POPULI-SCOOP -Vox-Populi- ou Scoop Populaire


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • frugeky 22 juillet 2010 10:45

    Ce ne sont pas les talibans qui ont augmenté la production d’opium en Afghanistan. Les talibans avaient, au contraire, réduit la production. C’est la guerre menée par les USA et leurs alliés qui ont relancé la production. D’ailleurs c’est dans les zones sous contrôle américain que la production a le plus augmentée. La drogue c’est du buziness, et les champions sont... ?


    • mokhtar h 22 juillet 2010 11:11

      @ à frugeky. Bonjour.
      Merci pour la précision. Cela recadre le débat.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 juillet 2010 12:19

      En fait, les talibans avaient fait de la com’ à ce sujet... La quantité de drogue produite sous leur régime n’a pas vraiment varié de façon significative.

      Comme tous bons intégristes religieux, les talibans savaient être compréhensifs et souples pour remplir les caisses du pays...

      Sauf devant les caméras...


    • jondegre jondegre 22 juillet 2010 10:58

      vu les sommes astronomiques en jeu, la corruptionqui en decoule, l’imbrication armes-guerres-drogue, on voit pas comment un changement de politique est possible, les interets en jeu sont beaucoup trop gros....


      • liberta 22 juillet 2010 11:27


        En plus d’être le bras financier des Etats Unis l pour soutenir les guerres engagées, la drogue

         met en état d’infériorité du fait de sa toxicité les jeunes de tous les pays


        Le Nouvel Ordre Mondial ne prospère que sur l’asservissement des populations et la drogue est
         
        un des outils majeurs dans la réussite de leur plan


        Il suffirait de peu de moyens pour éradiquer ce fléau qui tue nos enfants s’il y avait une volonté
         
        des Etats, mais ceux ci n’ayant plus aucun pouvoir sur leur territoire, n’ont qu’un objectif
         obéir aux ordres du NOM :










        • ELCHETORIX 22 juillet 2010 11:52

          Bonjour l’auteur , pour démanteler les mafias de la drogue il faut éjecter certains hommes politiques et leurs affidés des gouvernements de l’occident et d’ailleurs qui sont complices - il faudrait aussi que la CIA cesse d’être un « état » au sein de l’état
          ETATS-UNIENS , puis nationaliser les banques de WALL-STREET et de la CITY de LONDRES .
          Mettre hors d’état de nuire les rochefeller , les rotchilds , les soros et tutti cuanti , autant dire , pour le moment mission impossible !
          RA .


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 juillet 2010 12:21

            Pour démanteler les cartels, il n’y a qu’une façon de procéder : supprimer la demande.

            Si on arrive à éliminer la demande, le marché s’effondre, c’est aussi simple que cela.

            Maintenant, il faut la supprimer, la demande... Plus facile à dire qu’à faire...


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 juillet 2010 12:17

            Je ne vois pas en quoi légaliser la drogue réduirait le trafic et priverait le monde criminel de cette source de revenus...

            Au contraire, cela les renforcerait, car ils n’auraient plus à dépenser de fortes sommes pour leur armement et leur sécurité vis à vis de la police... Ils ne seraient plus non plus lésés par la perte des saisies policières, ce qui serait une source d’argent en plus...

            L’argent circulerait d’autant plus facilement dans le système bancaire car le système du blanchiment n’aurait plus d’intéret.

            En fait, à bien y réfléchir, le marché de la drogue est le plus capitalistique, le plus « libéral » de tous les commerces.

            Je me demande si Morales s’en rend bien compte... Il veut défendre les petits paysans, et au final, c’est Wall Street qu’il favorise...


            • illuminato 22 juillet 2010 14:37

              en légalisant on suprime la valeur marchande ,notament sur des produits auto productibles ,donc à 2euros le kilo je ne sais pas si va encore interresser les dealers.
              prohiber c’est juste confier la gestion de ces produits au crime organisé.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 juillet 2010 21:46

              Parce que tu crois qu’une fois légalisée, les anciens trafiquants vont baisser les prix ??? Et gagner ainsi beaucoup moins ?

              C’est dire si tu ne connais rien ni au commerce, ni aux commerçants...


            • jaja jaja 22 juillet 2010 21:56

              En créant un monopole d’État de la distribution la fixation des prix n’est plus du ressort des trafiquants. S’ils sont rétribués par l’État et touchent un simple salaire, le trafic est mort, les trafiquants n’existent plus. Or ce qu’il s’agit de faire c’est bien d’abattre le trafic qui cherche toujours de nouveaux débouchés et de nouveaux clients.
              Ce qui n’est pas le cas du monopole qui doit avoir pour but d’éradiquer ce fléau et traiter les accrocs à la came comme les malades qu’ils sont...


            • jaja jaja 22 juillet 2010 21:59

              C’était d’ailleurs une proposition faite par l’un des plus grands médecins et spécialiste de la question : le professeur Olivenstein...


            • dom y loulou dom y loulou 22 juillet 2010 22:18


              Si vous achetiez des feuilles de coca légalement c’est pas pour en faire de la cocaine.

              il faut vraiment vous expliquer celà mmarvin ?

              mais pour en faire un bien de consommation comme le café ou le thé en l’état.

              la criminalisation de la coca, pour que COCA COLA ait une matière première gratuite et la main mise sur toute la filière de cocaine, a acriminalisé tout le Perou les péruviens vous disent.

              vous prendrez bien une petite feuille ?

              trève de plaisanterie, la feuille de coca serait très utile aux asthmatiques et aux alpinistes... 

              plutôt qu’elle dénature les corps diplomatiques et les hyperactifs élyséens et pervertisse la high society qui se font tous refaire les dents comme Oblamma pour cause de grignotage incompérhensible des gencives. ;)

              ...

              sic.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 23 juillet 2010 04:20

              « En créant un monopole d’État de la distribution la fixation des prix n’est plus du ressort des trafiquants. » : Le monopole règle la question du tarif, mais pas du trafic...

              Le tabac est sous le contrôle de l’Etat, mais la contrebande est très active, même en France...

              Quand aux pays qui diffusent les boissons alcoolisées sous licence du gouvernement, c’est le même topo ! En Estonie, pour contourner le monopole de l’Etat, des petits malins ont construit un alcooloduc de près d’un kilomètre de long de part et d’autre de la frontière russe...

              « S’ils sont rétribués par l’État et touchent un simple salaire, le trafic est mort, les trafiquants n’existent plus » : Pour que cela marche, les trafiquants devraient être assurés de toucher une somme identique... Du gros dealer au petit revendeur, pas un n’acceptera de passer sous le régime de l’ Etat s’il voit ses bénéfices baisser ! On peut même parier qu’ils continueront leur bizness de leur coté pour arrondir leurs fins de mois...

              La seule façon de mettre fin durablement au trafic, c’est de supprimer la demande.

              C’est une entreprise de bien plus grande haleine...


            • jaja jaja 23 juillet 2010 07:13

              S’il y a trafic contre le monopole c’est que les prix sont trop élevés....C’est le cas du prix scandaleux du tabac en France par exemple qui voit de nombreux pauvres se ruiner pour assouvir leur besoin de nicotine.

              Un gouvernement qui veut abattre le trafic de drogue y arrive sans peine en baissant les prix jusqu’à ce que le trafic ne soit plus économiquement viable. Le but du monopole n’étant pas d’être rentable mais justement d’abattre le trafic....


            • illuminato 24 juillet 2010 18:01

              si on légalise l’auto production ,je ne vois pas pourquoi on continuerait à payer un dealer alors qu’on peut se le produire soi même et à tres peu de fraits (faudrait vraiment etre c..et c’est à la portée de tout le monde ) !!!quand aux drogues dure ,que l’état prennent ses responsabilités et permete le fourniture sous suivit médicale,ça coutera moins cher que de gérer la délinquancechronique inherante aux trafiques.


            • fonzibrain fonzibrain 22 juillet 2010 12:40

              les usa détruisent la jeunesse chinoise, russe, iranienne et occidental avec la drogue, c’est gravissime.


              les talibans avaeintt éradiquer les culture (mais vendaient les stock à très bon prix

              nos dirigeants sont de véritable psychopathes.

              • jaja jaja 23 juillet 2010 07:15

                Tout à fait d’accord avec vous sur ce point...


              • Clojea CLOJEA 22 juillet 2010 15:56

                Les drogues sont un fléau majeur pour la planète. Le traffic et la consommation tue la population. Le problème n’est pas simple à résoudre, car les paysans d’Amérique du Sud vendent plus cher la Coca que le café. De même pour le pavot dans le moyen orient et l’Asie centrale d’ailleurs.
                Légaliser les drogues ne suffira pas à enrayer la consommation, mais favorisera une émergence d’autres drogues encore plus dures et prohibées.
                Solution : Faire en sorte qu’il n’y ait pas de demandes en multipliant les campagnes de préventions et en programmes de désintoxication efficaces.
                Il n’y a pas ou peu de campagnes de prévention en France par exemple.


                • illuminato 22 juillet 2010 16:32

                  "Légaliser les drogues ne suffira pas à enrayer la consommation, mais favorisera une émergence d’autres drogues encore plus dures et prohibées."

                  c’est exactement ce qu’a fait la prohibition,metre sur le marché des produit frelatés et de plus en plus toxiques :vous prenez le probleme à l’envers !!!la prohibition à fait exploser la consommation , dont une grande part de nouveaux produits inexistants avant cette folie criminelle instigué par la maffia .ça fait soixante ans que ça dure , ouvrez les yeux !!


                • Clojea CLOJEA 23 juillet 2010 09:22

                  @ illuminato : Peut être mais, l’abus d’alcool n’est pas prohibé et tue et empoisonne pas mal de gens. Alors ? on fait quoi ?


                • illuminato 23 juillet 2010 12:36

                  quand je parle de prohibition ,je parle de celle de la drogue !
                  qui à fait suite à celle de l’alcool , qui elle même permit à la maffia d’ infiltrer par corruption le gouvernement US ( Edgar hoover & cie ) et d’obliger le monde entier à appliquer cette prohibition ( de la drogue ),et qui a permit à la maffia de trafiquer à grande et rentable échelle sur la planete entiere ,et de mouiller un max de gouvernements ,dont le notre ( qui parle de relation douteuses avec le Maroc ? )l

                  la prohibition( de l’alcool ,puis de la drogue ) est l’acte fondateur majeur pour le crime organisé ,les marchands d’armes et les trafiques en tout genre,la déstabilisation ,l’instauration de l’insécurité chronique ,qui sert à justifier l’état policier ,à la demande des gogos bien pensants et stupides ,qui ne comprennent pas la porté du désastre et le fait que la prohibition entraine infiniment plus de dégats que les produits eux mêmes .
                  Depuis l’aube des temps, l’humain prends des psychotropes ,( le cannabis suit l’homme depuis bien plus longtemps que l’alcool ),confier la gestion de cette chose au crime organisé par le biais de la prohibition....c’était un crime .


                • Lord WTF ! Franz Ferdinand Von FritzenSouchern 22 juillet 2010 16:31


                  Il aurait peut-être fallu rappeler qu’historiquement : la problématique de la législation sur les drogues quelles qu’elles soient est autant inscrite dans une perspective économique (contrôle de la production) qu’ethnocentrée ( usages et rapport à la Drogue en Occident) :


                  soit pour résumer que cette problèmatique n’intervient principalement que dés lors que la Décolonisation s’enclenche et que les anciennes puissances coloniales perdent ainsi progressivement le contrôle sur les zones de production et donc sur les bénéfices tirés du commerce de drogue : de même qu’aux Etats-Unis ce qui fit jurisprudence bien souvent dans la prohibition progressive des drogues fut l’absence de paiement de taxes : enfin sur le caractère ethno/culturocentré : un simple exemple : lorsque les US décident de prohiber l’opium : ils ne le font que pour l’opium consommé de façon traditionnelle : ingéré ou fumé et donc cette prohibition concernera par exemple les communautés chinoises US mais pas l’usage pharmaceutique/médical d’opiacés : comme le fameux laudanum…

                   

                  Donc derrière la prohibition des drogues par voie légale apparaissent des motivations qui n’ont au départ rien de l’ordre de la santé publique ou de lutte contre la criminalité mais bien des considérations autant ethniques que culturelles : l’Occident s’étant imposé : il a légiféré et fait légiférer mondialement dans ce sens : bien qu’il soit au coeur autant économiquement (blanchiment et recyclage) que culturellement/socialement (consommation/promotion culturelle des drogues récréatives) du trafic de drogues internationales.


                  • Lord WTF ! Franz Ferdinand Von FritzenSouchern 22 juillet 2010 16:41


                    *correctif : mais bien des considérations autant économiques que culturelles


                  • N.E. Tatem N.E. Tatem 22 juillet 2010 16:48

                    Un question dans ce contexte « hallucinogène » :


                    QUE DIRE DES DROGUES DOUCES ET DU MAROC AUX PORTES DU VIEUX CONTINENT ? 

                    • illuminato 22 juillet 2010 17:12

                      une longue et juteuse histoire d’amour.......on leur garanti la prohibition ........


                    • illuminato 22 juillet 2010 18:03

                      et on montre du doigt les vilains Hollandais......qui font rien qu’à casser le marché..


                    • dom y loulou dom y loulou 22 juillet 2010 23:02

                      le paralelle de la feuille de coca ne tient pas avec le haschisch ou le chanvre. Simplement parce que son usage traditionel est de mâcher la feuille et non de condenser ses principes actifs en cocaine, la plante rend à son consomateur très exctement ce qu’on lui fait subir : le presser comme un citron. Et il faut une infrastructure laborantine pour extraire cocaine de la coca.

                      Nous n’avons pas le même cas de figure avec le chanvre.

                      La feuille de coca, elle, ouvre les poumons, voilà son effet. Et si son utilisation est trop prolongée elle ronge les dents à cause de son principe actif justement. la cocaïne, une gormone, un messger donc, ici celui qui dit ux poumons de s’élargir.


                      Le haschisch, même si lui aussi signifie une part de la culture civilisationelle nord-africaine, est lui consommé idem au pays producteur que chez l’acheteur malheureux à des centaines de kilomètres de là.

                      Malheureux parce qu’il subit les ajouts imprévisibles et aléatoires des intermédaires jusqu’à lui, puisque la culture de la plante est interdite chez lui..

                      Une légalisation ici reviendrait surtout à soigner la santé de la jeunesse et de ceux qui emploient ce destressant naturel.



                      Hormis encore le fait qu’avant le raisin et le vin romain, le chanve était LA plante utilisée en europe pour absolument TOUT.

                      Habits, isolation, sols, toitures, parfums, médication (excellent somnifère et mise en appêtit pour les personnes âgées, mais liqueurs, sirops, bière, savons, sacs et toiles diverses, cordes (les cordes des « invincibles » armadas maritimes étaient pour la plupart en bon chanvre suisse, figurez-vous, et finalement et en tout dernier venait sans doute l’utilisation récréative.

                      L’interdiction du chanvre en occident ne date que des années soixante, époque où les jeans americains avaient besoin de matière première gratos.

                      Les premiers milions de jeans Lewis étaient tous à base de chanvre et nous transformèrent tous de gens en Jeans (quoi, nous en jeanots lapins ? Allons donc ;)

                      Après la ménagerie ne manquent plus que l’entassement rassurant des acariens et la robotique amoureuse des foumis.

                      I I
                      - .-_
                      ,O_.

                      oui elle est bonne la moquette.

                      merci encore auteur pour le thème vraiment informatif.


                    • dom y loulou dom y loulou 22 juillet 2010 23:04

                      la gormone est une forme d’hormone bien sûr ;)

                      mille excuses


                    • N.E. Tatem N.E. Tatem 22 juillet 2010 23:51

                      Je ne pense pas que le « Chite » relève de la civilisation maghrébine.

                      Les grands fumoirs des siècles antérieurs au 20ème étaient en Chine et en Inde. Ils sont connus.
                      Le chite, appelé « Le chanvre indien » ce qui signifie certainement une référence pour son origine.
                      En effet la plante peut servir, comme nombreux végétaux dont le coton et certains cactus à la fabrication de nombreux tissus et cordons. Le lin est le plus prisé, en France des exploitants de lin pour les tissus sont assez nombreux.
                      Quand il a été introduit dans les pays sud-méditerranéens, pour être fumé, c’est en Egypte qu’il est apparu. Il a été utilisé pour la méditation et l’état de transe pour que les lecteurs du coran s’imprègnent de la signification du livre apporté par Mohamed.
                      Les femmes égyptiennes se sont rendues comptes que l’acte sexuel des fumeurs étaient plus lents, et elles ont encouragé l’usage.
                      Surtout et explicitement, le coran recommande d’éviter l’alcool, l’interdiction n’a jamais été pleinement dite Noir sur Blanc pour l’alcool. C’est une autre histoire.
                      Pour les drogues aucuns versets ne fait allusion ! 
                      L’arrivée au Maroc du « chanvre », qui est un genre de hashish, est due au transit vers l’Europe.
                      Et le type d’exploitation agricole des populations locales, est pour beaucoup. Les marocains pratiquent une agriculture vivrière montagnarde, sur de petit lopins. Contrairement à l’Algérie où les espaces céréalières sont carrément des plaines et le maraîchage à grande échelle dans des régions à peu de reliefs se font dans de vastes étendues planes. 
                      Le Maroc est le premier fournisseur des drogues douces pour l’Europe, et les petits exploitants marocains ne s’enrichissent pas tellement. Leurs parcelles sont petites. Les narcotrafiquants si, ils font leur beurre ! 

                    • asterix asterix 22 juillet 2010 19:17

                      Libéralisation de toutes les drogues dures. Vente en officine par dose individuelle. Campagne maximale du genre « n’y touche pas mon pote ! » Expliquer. Informer. Faire passer le message à la télé. Dire tout simplement non comme cela il n’y aura jamais une première fois. Et ils finissent tous comme des épaves, tous !
                      Dit comme ça, je ne crois pas qu’il y aurait plus de camés qu’aujourd’hui.
                      Régie nationale du shitt aussi. Finie l’hypocrisie.
                      Et les mafias, bonsoir ! Viva Moralès, le seul Moralès.


                      • croacroa 22 juillet 2010 19:57

                        QUE DIRE DES DROGUES DOUCES ET DU MAROC AUX PORTES DU VIEUX CONTINENT ?

                        Vous parlez du pinard et de la kronembourg ?
                        Moi je ne les trouve pas si douces que ca...


                        • croacroa 22 juillet 2010 20:02

                          et puis quand on voit le nombre de morts dues au tabac touis les ans je ne sait pas si legaliser les autres drogues est une bonne chose...mon dealer de schitt est contre en tous cas...


                          • georges 23 juillet 2010 03:35

                            a ce propos pitin en ce moment c est la misère les GIR de sarkozy bossent bien ya plus une boulette !
                            cultiver son herbe ca bouffe trop de courant , que reste il pour oublier sa mediocrité esxistencielle ? la pillave et son ultradependance

                            laissez nous choisir notre mort !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès