Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La lutte contre la faim est une nécessité géopolitique mondiale

La lutte contre la faim est une nécessité géopolitique mondiale

La crise actuelle ne doit pas occulter la persistance d’une crise alimentaire mondiale. Si ce sont avant tout les pays en voie de développement qui souffrent, les risques sont bien mondiaux : instabilité, détérioration des relations Nord/Sud. Nous devons poursuivre nos engagements en faveur de la réduction de la faim dans le monde.

« La faim du Monde », formule utilisée par plusieurs médias français dans le traitement des « émeutes de la faim », survenues à plusieurs endroits du globe et meurtrières parfois, à Haïti notamment. Ce jeu de mots relevant d’un certain « apocalysme » introduit l’un des enjeux majeurs du millénaire, qui n’a pourtant rien de futuriste : nourrir la planète. La crise alimentaire d’aujourd’hui n’est pas conjoncturelle, de type « vache folle » ou « grippe aviaire », mais plus profonde, structurelle, caractérisée par une inadmissible pénurie des aliments de base.

L’attention médiatique portée à la question alimentaire est sans précédent. On s’inquiète ici et là d’être à l’aube d’une « catastrophe mondiale », d’avoir à faire face à un « risque sans précédent », pour reprendre l’expression de notre ancien président de la République aujourd’hui président de sa propre Fondation, Mr. Jacques Chirac, qui inscrit l’enjeu alimentaire comme un mal relevant d’un cadre complexe mondial, auquel il est toutefois possible de remédier.

Entre urgence, fatalité, remèdes, quel est ce défi alimentaire auquel nous devrons faire face ?
Parvenir à se nourrir est un besoin primaire, vital. Les famines ont marqué l’histoire, à l’antiquité en Egypte en raison des crues du Nil, au Moyen-Age selon la qualité des récoltes, au XIXème siècle en Irlande où la Grande Famine fit entre 750 000 et un million de morts, soit le tiers de la population, et poussa deux millions d’Irlandais à l’émigration. Le début du XXème siècle aussi fut marqué par deux grandes famines particulièrement dévastatrice : la famine en URSS suite à la révolution russe, et les famines de 1922 et 1933 en Ukraine, provoquant respectivement environ cinq et six millions de morts chacune.

L’enjeu n’est donc pas nouveau. Toutefois, de considérables progrès avaient été accomplis durant la seconde moitié du XXème siècle, grâce au nouvelles techniques et à la mise en place d’une gouvernance mondiale dans ce domaine, à travers les Institutions Internationales et les ONG. Il y a 30 ans, les inquiétudes pesant toujours visaient généralement non plus la famine, mais la malnutrition. Cette sous-alimentation dramatique, comprise à travers le spectre d’un déséquilibre des rapports nord-sud, pouvait être palliée, grâce à une meilleure répartition et distribution des ressources.

Aujourd’hui, la donne a changé. La production est bonne mais la question de l’accès, préalable à toute éventuelle distribution, est en jeu. L’incessante augmentation du prix des matières premières est en cause. Le prix des denrées de base, céréales notamment, s’élève soudainement, alors qu’elles n’avaient pas ou peu de valeur sur les marchés mondiaux auparavant. La demande en blé, maïs, riz, est supérieure à l’offre. Le réchauffement climatique ou sa thérapeutique plus exactement, est souvent pointée du doigt (biocarburants, moindre diversité des cultures…). L’augmentation de la population (9 milliards), les questions de propriétés aussi. La société mondialisée fait donc face à une crise alimentaire globale (37 pays touchés aujourd’hui selon Jean Ziegler) dont le processus en accélération, dépend et sous-tend de dits nouveaux défis considérables pour le siècle à venir (gestion des matières premières, du réchauffement climatique, de l’évolution démographique).

Si cette crise n’était pas résorbée, elle constituerait un risque pour la paix, la stabilité de la société mondiale, provoquant émeutes, nouveaux flux migratoires massifs, guerres. « Les prix de l’alimentation, s’ils continuent, les conséquences seront terribles. Des centaines de milliers de personnes vont mourir de faim, ce qui entraînera des cassures dans l’environnement économique. Comme nous l’avons appris dans le passé, ce genre de situation se finit parfois en guerre » a averti DSK ». Si la crise alimentaire se poursuivait, elle pourrait aboutir à régression de 10 ans en termes de pauvreté. Les pays développés déjà touchés par une réduction de l’accessibilité aux aliments de base, pourraient être à leur tour atteints par la violence.

Sont alors remises sur la table des questions philosophiques controversées telles que « l’espèce humaine doit-elle être soumise à la loi de la sélection naturelle ? ». Le destin de l’humanité serait-il soumis à des régulateurs naturels ? Une chose est sûre, la régulation des institutions internationales intervenant dans le secteur alimentaire (FMI, OMC, Banque Mondiale, ONU, ONG) est fortement remise en cause, ces dernières délégitimées.

Mais céder à la fatalité serait bien trop facile ! L’indifférence, un crime… A ce sujet, le Président Nicolas Sarkozy déclare « nous ne pouvons pas rester indifférents à la révolte de ceux qui, dans les pays du sud, ne peuvent plus manger à leur faim  », décidant de doubler l’aide de la France aux pays touchés, au moment où le Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations-Unies révise « une nouvelle fois à la hausse son appel d’urgence aux pays donateurs, réclamant 756 millions de dollars (476 millions d’euros) supplémentaires  ».

Une crise impliquant par définition une sortie de crise, souvenons nous donc que des remèdes sont avancés. L’enjeu sera de les activer au bon moment. L’attribution de fonds d’urgence devrait être poursuivie, et suivie d’une plus grande rigueur dans leur gestion, favorisant un emploi à bon escient. L’alliance entre le global et le local devrait être repensée et renforcée. Les programmes alimentaires d’urgence internationaux pourraient être couplés par des programmes de micro-développement visant l’agriculture des pays émergents qui doivent parvenir à une autosuffisance alimentaire.

L’éducation et la raison, l’imagination et la création aussi feront partie du complexe défi politique, économique, social, organisationnel et scientifique de l’alimentaire au XIXème siècle, qui ne peut être relevé que dans la coopération de tous et chacun. Mais l’homme est-il vraiment prêt à assumer une conscience collective mondiale où primeraient les besoins primaires d’autrui, essentiels à sa survie, reléguant au second plan le confort de certains au profit d’un intérêt général globalisé ? Nous entrons ici dans un autre débat dont nous entendons beaucoup parler sans toujours le comprendre, qui marquera pourtant bien notre millénaire : celui du développement durable, impliquant une réflexion sur la gestion des ressources, sur la croissance, une probable redéfinition du progrès et de nouvelles responsabilités…

L’équipe de suivi de l’actualité des Objectifs du Millénaire


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 4 février 2009 12:34

    Il faut noter qu’aujourdhui pour atteindre notre niveau de production alimentaire, il nous faut du pétrol (pour les machines) et du gaz (pour les engrais).

    Sans ca, ont peut essayer de mettre tout le monde dans les champs ? Et espérer que ca suffira.


    • foufouille foufouille 4 février 2009 14:26

      c’est faux
      un tiers des terres agricoles sont mises en jachere
      avant les gens mangeait sans les tracteurs
      ce sont les gouvernants les coupables


    • Kalki Kalki 4 février 2009 18:24

      Pas avec une population qui a été multiplié par 6 en un rien de temps.


    • Kalki Kalki 4 février 2009 18:33

      http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_agricole

      http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_verte

      et a permis d’éviter les famines catastrophiques, qui auraient pu découler de l’augmentation sans précédent de la population mondiale depuis 1950.

      Et la logique fonctionne dans l’autre sens : Cela a permis l’augmentation sans précédent de la population mondial, repoussant aisni les famines catastrophique.
      Avec la disparition inéluctable des composants (ressources naturel) permettant ce genre d’agriculture.

      Egalement controversé pour la surexploitation, le risque de desertification des terres, et la pollution induite par les engrais sur l’ecosysteme dont nous faisons partie.


    • Kalki Kalki 4 février 2009 18:34

      Avec la disparition inéluctable des composants (ressources naturel) permettant ce genre d’agriculture.

      Le risque redevient réél.


    • foufouille foufouille 5 février 2009 10:09

      le rendement est superieur uniquement si on gardait toute la production et c’est pas le cas
      si on tient compte des productions subventionnes pour les copains......
      on finit par avoir pour tous
      le bois rameal fragmente permet de renouveler le sol
      on peut melange les cultures


    • faxtronic faxtronic 5 février 2009 10:37

      "avant les gens mangeait sans tracteurs"...... oui, avant les gens il avait des boeufs, un rendement en grain ridicule, sans compter le temps de jachere. Et pour un boeuf, il faut du foin. Et puis avant la mecanisation du travail agricole, il y avait enorement de bras, de manoeuvre agricoles, de damnes de la terre, qui etait dans la misere. Et puis il y avait des disettes. Et une population rurale enorme.


    • faxtronic faxtronic 5 février 2009 10:41

      " Le bois rameal permet la regenerescence de la terre" Et ou tu vas le chope, ton bois ? C est bien tout cela pour le jardinage, pour l agriculteur du dimache. J aime aussi jardiner. Mais l agriculture vivriere pour faire vivre des centaines de millions, voir des milliards d individu, c est autre chose.


    • Candide 4 février 2009 15:41

      à l’auteur

      Bien. En écrivant cet article, vous avez poussé un cri d’alarme. Vous sentez-vous mieux maintenant ?

      Car, dans votre article, il n’y a pas l’ombre d’une idée de solution pour éradiquer la faim du monde.


      • LE CHAT LE CHAT 4 février 2009 16:04

        Oui , du genre remettre au gout du jour l’agriculture vivrière dans les PVD , au lieu de produire des cultures destinées aux multinationales à l’exportation ( ex coton , caoutchouc , huile de palme , canne à sucre etc etc)


      • Candide 4 février 2009 16:17

        à Le Chat

        "remettre au gout du jour l’agriculture vivrière dans les PVD"
        Çà, c’est une bonne idée. Comment la met-on en oeuvre ?

        "au lieu de produire des cultures destinées aux multinationales à l’exportation ( ex coton , caoutchouc , huile de palme , canne à sucre etc etc)"

        Çà, c’est une mauvaise idée. Les cultures d’exportation (de rente) ne nuisent pas a priori aux cultures vivrières. Les deux sont compatibles à la condition que les cultures vivrières soient rémunérées comme des culture de rente.


      • foufouille foufouille 4 février 2009 16:43

        sauf que ce sont les multinationales qui exportent et exproprie les paysans
        et les gouvernements qui interdise de produire ses propres graines


      • LE CHAT LE CHAT 5 février 2009 09:31

        @candide

         c’est aussi sur les mêmes surface agricoles et avec la même eau pour laquelle des guerres éclateront dans le futur !


      • Candide 5 février 2009 10:42

        à Le Chat

        Actuellement, il y a suffisamment de terres cultivables pour produire simultanément cultures vivrières et cultures de rente (exportation).


      • Candide 5 février 2009 10:45

        à foufouille

        Foutaises ! ! !


      • foufouille foufouille 5 février 2009 14:22

        ben voyons
        les gros riches sont tous tres gentils
        il suffit de voir les methodes agricoles ricaines en irak ou l’europe avec son catalogue officiel payant


      • Candide 5 février 2009 16:31

        à foufouille

        Vous me fatiguez avec votre goût obsessionnel pour les généralisations ineptes, les clichés, les poncifs et les idées reçues invérérifiées dans lequel vous vous complaisez sans recul critique et, surtout, sans démonstration objective, logique et rationnelle.
        Votre QI et votre handicap ne vous en excusent en aucune manière ! ! !
         smiley


      • raymond 4 février 2009 17:33

        Bonjour à l’auteur
        A noter qu’il y a un livre récent de Jean Ziegler qui traite de la nécessité et difficultée de reconcilier le nord et le sud
        mais je ne l’ai pas encore fini je re-plonge chez Jacqard


        • appoline appoline 4 février 2009 20:19

          DSK a osé faire ce genre de déclaration ; alors que lui et les siens ont orchestré ce qui a amené cette déchéance mondiale.
          Tout ceci a été décidé pour pouvoir imposer le nouvel ordre mondial, pour le justifier.


          • abdelkader17 4 février 2009 23:48

            Les capitalistes entretiennent la famine, spéculent sur les denrées alimentaires, l’injustice réside de facto dans le système économique libérale.Les maitres d’oeuvres de cette entreprise de déstruction massive s’enrichissent sur les cadavres du tiers monde et la folie continue.


            • faxtronic faxtronic 5 février 2009 10:47

              bla bla bla....

              Exemple du riz et la thailande. La thailande est le principal exportateur de riz. Au moment ou la Chine a importer massivement du riz suite a l accroissement de sa demande et suite a l hiver catastrophique en hiver 2007 en Chine, les prix ont monte vertigeusement pendant la periode de jointure entre deux productions. Suite a cette demande, le riz a subi une speculation. Oui mais par qui. Par des vilains capitalistes ???? Et bien non, mais par la thailande, qui voyait la un moyen de s enrichir, en pronant un cartel de de producteur de riz, un OPEP du riz, pour maintenir son niveau haut.


            • abdelkader17 4 février 2009 23:50

              Fmi et banque mondiale ou comment fabriqué la misère.


              • abdelkader17 5 février 2009 00:55

                Dsk affameur sioniste en chef du Fmi


                • faxtronic faxtronic 5 février 2009 10:48

                  Mais oui bien sur abdelkader, tous ca c est la faute aux juifs......... Cretin


                • Jcette Jcette 5 février 2009 01:10

                  A l’ère de l’élevage industriel, nos bêtes accaparent à elles seules 60% de la production mondiale de céréales, soit 670 millions de tonnes !

                  La viande c’est le plus grand gaspillage mondial ( 10 kg de proteines vegetales donne 1 kg de proteines animales).
                  Il suffirait que la consommation de viande diminue fortement pour nourrir sans problème les quelques 1 milliard d’humains souffrant de malnutrition.

                  Bref, devenez végéta*ien, pour épargner la vie de 90 animaux par an et aussi de quelques humains qui auront alors à manger.


                  • foufouille foufouille 5 février 2009 10:12

                    n’importe quoi
                    c’est l’elevage industriel qui veut des cereales
                    rien a voir avec la production de viande


                  • dezanneau 5 février 2009 20:17

                    C’est plutôt osé de reprendre des propos de Chirac -qu’a t’il fait au pouvoir ?- ou de Sarkozy qui nous prive à l’heure actuelle de notre atout francophone, il suffit de voir les réactions à ses déclarations intempestives au Québec ou en Afrique.

                    - Je ne crois guère en leur sincérité.

                    - Cette crise sert les intérêts de tous ceux qui nous considèrent trop nombreux sur la planète ou qui ont besoin d’avoir en face des Etats affaiblis.

                    La "conscience mondiale" ne veut rien dire à mon avis : à l’échelle des Etats on part de fondamentaux qui sont nationaux pour déborder au-delà de ses frontières quand on a une marge de manoeuvre, et selon des intérêts bien sentis ! Ceci étant ces intérêts peuvent aussi amalgamer nombre de considérations d’ordre humaniste ou tiers-mondiste, mais il s’agit de faire les choses dans le bon ordre, en véritables professionnels !

                    J’ai traité cette question des objectifs du Millenium ici : 

                    http://www.la-france-contre-la-crise.over-blog.com/


                    • JONAS JONAS 6 février 2009 00:58

                      @ Foufouille et compagnies :

                      À vouloir sauver tout le monde on finit par suicider tout le monde.

                      La France sous Napoléon III, était avec les moyens de l’époque, capable de nourrir au maximum 18 millions d’habitants, demain, sans pétrole et électricité, elle ne serait pas capable d’en faire survivre plus de 5.

                      Nous nourrissons donc artificiellement plus de 40 millions de personnes, soit 3 fois plus qu’avec des moyens traditionnels.

                      Avant de vouloir nourrir 1 ou plusieurs milliards d’hommes, il faudrait les éduquer, pour certain se battre contre leurs convictions religieuses, y compris dans les pays Occidentaux, l’église Catholique est contre tous les moyens contraceptifs, comme les musulmans et bien d’autres cultes religieux.

                      Fabriquer des milliards de capotes et les distribuer gratuitement et j’oubliais, assurer la retraite de ceux qui les utilisent, car point de retraite sans enfants dans les pays du tiers et du quart-monde.

                      Avec votre humanisme béat, vous délirez !

                      Vous n’êtes que des pourvoyeurs de malheurs, comme les naufragés du " Radeau de la Méduse ", qui à la fin se sont livrés au cannibalisme !

                      La faim, ignore les Droits de l’homme et toutes les lois humaines ! Votre démagogie vous condamne vous et vos enfants à une mort certaine, d’autant plus proche, que les conditions climatiques se détérioreront rapidement.

                      Vous êtes la représentation physique d’un cauchemar Apocalyptique.  smiley  smiley  smiley

                       


                      • dom y loulou dom 8 février 2009 23:40

                        "vous vous vous..."


                        vous aimez bien pointer du doigt et attribuer des fautes aux autres ? Vous ne vous sentez jamais responsable de rien ? Vous subissez sans pouvoir lever la main sans qu’on vous le dise ? Parmi tous les possibles de l’esprit vous n’en retenez que l’ignoble ? Et c’est la faute aux autres ? bravo, quel tour de force !

                        "Foufouille et compagnies ?" ... sans commentaire.



                        "A vouloir sauver tout le monde on finit par suicider tout le monde"

                        ... inompréhensible

                        ...

                        je serais bien curieux d’entendre un seul argument sensé pour prouver une telle pensée, une telle aberration faudrait-il dire sans doute.



                        Et que proposez-vous en échange d’un sain humanisme qui élève les hommes au lieu de les rabaisser dans l’ignominie ?

                        on croit ne pas avoir bien compris, précisez votre affabulation sur les autres qui devraient changer pour vous plaire svp. 





                        .


                      • antireac 8 février 2009 18:19

                        Il me semble nécessaire de signaler qu’il faut à tout prix que les gens deviennent raisonnables .

                        Ce qu’il faut actuellement c’est une agriculture biologique sans engrais et sans machine agricoles evidement.

                        Il semble evident pour le collectif de décroissant qu’une agriculture à l’ancienne comme celle qu’on pratiquait au moyen âge deviendra primordiale d’ici quelque jours.

                        En effet il devient de plus en plus urgent de dégraisser une bonne partie de la population occidentale en surpoids.

                        Le collectif propse donc de labourer le terre par nos propres moyens physiques en s’attelant à la charrue qui pourra être eventuelment notre épouse qui fera les sillons avec son nez ( c’est plus sympa pour la planète)

                        Suite a ce labourage on attendra que les vents ramènent les graines qui feront pousser notre blé à moins que ce soit autre chose

                        Cette opération sauvera à coup sûr notre planète de la famine, de la pollution , de la surpopulation
                        et nos citoyens du spectre cauchmardesques du surpoids


                        • dom y loulou dom 9 février 2009 00:32

                          le vent n’amène que des herbes folles, yen a beaucoup de médicinales cest vrais, mais pas du blé, plutôt des orties. Bon tu me diras que ça e mange les orties, on fait de bonnes soupes avec.

                          Faudra semer et planter.

                          sachez aussi qu’on survit un jour avec une olive et une datte et que toutes les conneries sur la nécessité de bouffer de la viande sont fausses. Ce n’est pas la quantité de ce que vous mangez qui vous nourrit mais son degré ionique.

                          Egalement pour cette notion qu’on est trop nombreux sur cette planète pour manger à notre faim...

                          deux choses.

                          D’abord qu’un ministre de la république du congo a écrit un article où il stipule que son pays, à lui seul, produit assez de nourriture pour toute l’afrique et une partie de l’europe et qu’il est malade d’entendre ces gens dire qu.

                          http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=1024

                          et d’autre part, si on donnait un lopin de terre à chaque homme pour nourrir sa famille on placerait toute l’humanité dans l’australie et il en resterait encore un bout et tous les continents à peupler. C’est une question de répartition et de concentration de gens. Je n’invente rien, je me contente de lire les données contrairement à d’autres qui pensent qu’il suffit de les penser autrement pour que les données se transforment. C’est faux. les données nous précèdent et nous ne sommes pas Dieu.

                          je vous conseille vraiment de regarder cette docu jusqu’au bout, parce qu’elle vous expliquera bien des éléments.


                          http://www.youtube.com/verify_age?&next_url=/watch%3Fv%3DaksaVI5Mfm8%26feature%3Drelated

                          et puis pour finir, si vous le permettez, j’y résiste pas, voilà sans doute un morceau qui devient vraiment d’anthologie.

                          http://www.youtube.com/watch?v=WmxT21uFRwM&feature=related

                          Thanks a thousand times Michael.








                          .


                        • abdelkader17 8 février 2009 18:41

                          @faxtronic
                          et les Cheney les Rockefeller les wolfowitz c’est des Pakistanais cretin.


                          • antireac 11 février 2009 19:59

                            Je pense qu’on peut-être raisonnable

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès