Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La mondialisation de la guerre est en marche de l’autre côté de (...)

La mondialisation de la guerre est en marche de l’autre côté de l’Atlantique

Le décalage entre les sociétés nord-américaines et européennes s'est imperceptiblement creusé ces 30 dernières années. Les valeurs traditionnelles qui subsistent encore pour partie en Europe occidentale ont quasimment disparu en Amérique du Nord au profit d'un individualisme exacerbé et sans retenue. Les élites occidentales des deux côtés de l'Atlantique donnent cette fausse impression que les peuples d'Europe et d'Amérique du nord ont les mêmes aspirations et défendent à l'unisson le modèle de société anglo-saxon néolibéral, mais cette illusion est fausse, largement étayée sur un système de propagande ultra-sophistique et qui renvoie largement aux travaux de Freud et de son neveu Edward Bernays (cf. le documentaire d'Adam Curtis "The Century of the Self") sur le controle et l'orientation de l'opinion et des comportements sociétaux. En fait ceci est tellement vrai que que l'oligarchie nord-américaine a déja pris ses précautions en prévisions de troubles sociaux à venir du fait de la discrimination ethnique et sociale qui s'accentue, mais surtout à cause de l'effondrement de plus en plus perceptible d'une économie de la planche à billets verts qui va entrer dans son épilogue. Pour étayer ces propos, je vous renvoie à l'article suivant -http://www.globalresearch.ca/financial-collapse-will-cause-civil-unrest-to-erupt-in-america-by-2016-economist/5412726. Le choc va être terrible pour la majorité des américains qui vivent comme on dit largement au-dessus de leurs moyens et qui y sont accrocs comme des junkies. Pour amortir ce choc inévitable et en détourner les effets sur le plan intérieur (instabilité sociale et violences qui vont en découler) rien de tel que de focaliser l'attention de cette population, déja largement conditionnée et réceptives aux signaux médiatiques controlés, sur de fausses menaces extérieures et un grand dessein planétaire au nom de la démocratie et du progrès. Pour cela il faut trouver des ennemis et US-OTAN n'a pas son pareil pour en fabriquer. D'autant qu'un tel scénario n'a que des effets positifs induits pour les élites financières occidentales, et surtout américaines, qui s'enrichiront au centuple par le biais du complexe militaro-industriel et qui prendront un controle accru, voire total, sur l'encadrement de leurs populations au nom de la sécurité.

En Europe, si les élites emboitent volontiers le pas de leurs mentors américains, car cela est dans leur intérêt à tous points de vue, une partie non négligeable de l'opinion publique, plus mature que son homologue américaine (il faut bien que 1500 ans d'histoire servent quand même à quelquechose) commence à tirer la sonette d'alarme et voit venir le désastre. Sous le double effet d'une information qui apparait de plus en plus tronquées par les médias "officiels" et qui ne resiste plus à ce qui est relaté sur internet par les médias "indépendants" (c'est dire qui n'appartiennent pas aux multinationales occidentales), et d'inégalités paramount qu'on ne connaisait plus dans nos societés europeennes depuis au moins un siècle, une partie chaque jour grandissante de l'opinion commence à se rendre compte et à dénoncer la supercherie du néolibéralisme anglo-saxon. 

De l'autre côté de l'Atlantique, le phénomène est beaucoup plus confidentiel et comprend à la fois des courants de pensée réactionnaires ou conspirationnistes (Alex Jones TV show et le Tea Party) et des courants universitaires plus libéraux (Globalresearch.ca). Cela n'est pas suffisant pour remettre en cause la toute croyance dans l'American Way of Life et le sentiment largement partagé par les dindons de la farce judéo-wasp qu'ils font encore partie du peuple au destin planétaire. Et c'est hélas de cette incurie que viendra le danger de conflits aux dimensions de plus en plus globales sous couverts d'une évangélisation mamonique au nom du progrès et de la démocratie. La présidence d'Obama n'aura été qu'un repit, et il faut s'attendre à un virage très dur quel que soit le prochain président, un républicain ou madame Clinton, qui risque d'être le porte drapeau des va-t-en-guerre et de la fuite en avant. L'Europe doit absolument s'émanciper de cette tutelle et puiser dans son vécu et ses valeurs pour retrouver une société plus harmonieuse et éviter d'être le théatre d'un 3ème champ de désolation en 100 ans, ce dont assurément elle ne se remettrait pas. 

http://www.globalresearch.ca/financial-collapse-will-cause-civil-unrest-to-erupt-in-america-by-2016-economist/5412726


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • lsga lsga 10 novembre 2014 12:36

    Un article qui ne parle pas des 99%. La Révolution Mondiale commencera aux USA. Ce qui est inquiétant, c’est le retour du Nazisme en Europe. 


    • colere48 colere48 10 novembre 2014 14:45

      Encore d’accord avec Isga smiley c’est grave doc ? smiley
      Blague à part...
      Oui le nazisme est de retour, en plein jour dans certains pays et sous forme larvée dans d’autres , mais la « chose » est de retour !!!


    • Neymare Neymare 10 novembre 2014 15:38

      Le retour du nazisme, c’est normal : memes causes, memes effets. Les etres humains sont programmés pour avoir tel ou tel comportement : prenez de la crise, de la peur, ajoutez un peu de démagogie raciste, et l’amour de l’idiot pour le pas de l’oie, l’ordre et la sécurité et vous avez le retour des fachos pour « remettrent de l’ordre » dans tout ce bordel.
      Je ne suis pas sur que la révolution mondiale viendra des USA, ni meme qu’elle viendra un jour. L’oligarchie a dejà prévu la réaction des « sans dents » apparemment. Quand aux peuples donnez leur un smart phone, une télé, un peu a bouffer et ils sont contents, rien à attendre de là.
      A mon sens tout celà finira comme d’hab, une bonne grosse guerre (ou plusieurs soyons fous), des écosystèmes qui vont dépérir, plus assez d’eau, plus assez de bouffe, et ce sera chacun pour sa gueule.
      Il faut bien que l’humanité prenne sa leçon : la seule façon de changer les choses c’est de changer l’homme


    • Bovinus Bovinus 10 novembre 2014 20:54

      @ Isga

      -
      Et pourquoi donc ce que vous appelez « révolution mondiale » devrait commencer aux États-Unis, et pas en Chine, ou en Inde, ou même carrément en Afrique ?
      -
      Toujours ce vieux dogme marxiste, comme quoi si on n’est pas dans un pays à capitalisme « avancé », pas de révolution possible, c’est ça ?

    • lsga lsga 10 novembre 2014 21:20

      Ah Bovinus, au moins, malgré tout, vous avez un vrai niveau, et vous posez toujours de bonnes questions. Vous avez posé la question et donné la réponse. 

       
      Aux USA : Parce que c’est le pays où le Capitalisme est le plus avancé. 
       





    • Jean Keim Jean Keim 10 novembre 2014 16:24

      Le retour c’est toujours en arrière, le futur s’invente sur les erreurs du passé, qu’est-ce-qui ne va pas chez nous, ou plus exactement en nous ? Cherchons l’erreur mais pas n’importe comment ni n’importe laquelle, quand aux coupables là c’est tout trouvé, c’est moi, c’est nous, les US ou les nazis n’ont de réalité que par les individus qui les constituent, ne pouvons-nous exister qu’à travers des idées qui n’ont de consistance que celle qu’on leur accorde ou alors y a-t-il une autre voie ?


      • Neymare Neymare 10 novembre 2014 16:32

        @Jean Keim
        Aucune idée, ni idéologie n’a de consistance car elles sont déconnectées de la réalité, tout comme l’idée que l’homme se fait de lui meme
        Il n’y a pas de coupable, il n’y a que l’ignorance qui construit ce monde, jusqu’à ce qu’il atteigne le savoir. Le mieux est de rester observateur, de ne pas s’impliquer, faire comme si tout celà n’était qu’une fiction et vous approcherez alors la réalité


      • Hachka Hachka 10 novembre 2014 18:07

        Un disciple de l’instant présent :) c’est effectivement ce qu’il y a de mieux a faire ! et qui c’est, peut être viendra ton nous chercher pour notre sagesse :D


      • Nérée 11 novembre 2014 10:37

        Disons que la démocratie est devenu un alibi. Je ne crois pas aux révolutions clamées à corps et à cris par les ex-cocos soixantehuitards ou les malfaisants de la gauche. Bien sûr l’oncle Sam nous a fait beaucoup de mal et continue a nous faire avaler ses couleuvres. Il a poussé à nous faire perdre nos colonies pour ramasser à son compte et nous a amplement démontré que sa spécialité était de tout casser chez les autres pour le reconstruire à leurs frais.

        Le nazisme, c’est une poignée de ringards : Les vrais antisémites sont les islamistes ( les sémites détestent les sémites, allez comprendre !...on devrait tous les déporter dans leurs déserts ancestraux pour qu’ils cessent de polluer les pays des autres ).

        On peux rêver du monde d’un morceau de viande non taxé pour les mosquées, où les ploucs ne se sentiront plus obligés de porter des jeans et des cols de chemises boutonnés inutilement...où on ne collera pas ces ignobles kippas à bec de canard sur toutes les têtes et que l’on est même parvenu à mettre sur les têtes des derniers paléolithiques de la planète...transformant d’un coup leur noble existence en une brusque image de misérabilisme.
        .


        • HELIOS HELIOS 11 novembre 2014 13:51

          .... pour remettre en cause la toute croyance dans l’American Way of Life....


          En fait tout votre raisonnement est basé là dessus !

          Lorsque vous aurez compris que la culture, la liberté et l’individualisme sont les seuls moteur du systeme politique, toujours vivant et irremplaçable aux USA et probablement ailleurs, nous aurons fait un grand pas en avant.

          Si le communisme, comme toutes les autres formes de politiques ont capitulées face au « liberalisme », c’est a cause d’un de ces trois éléments qui etait sous représenté.

          A moins de devenir des fourmis, ce qui n’est pas gratifiant pour l’esprit, l’homme est naturellement individualiste. La dose de solidarité que nous injectons dans nos société est egalement orienté et toujours ajusté, parfois remis en cause.

          Il semble, que le defaut majeur que nous devons affronter actuellement est justement cette ambiguité qui fait que nous voulons augmenter notre « ouverture » (au monde) au nom de notre universalité et en même temps limiter cette ouverture au nom de notre individualisme (notre propre protection). La classe politique mondiale doit arbitrer et le fait globalement sans succes en ce moment.

          • Sun Tzu Sun Tzu 20 novembre 2014 16:19
            En complement de l’article, lire ci-dessous :


            De Paul Craig Roberts, former Assistant Secretary of the US Treasury and Associate Editor of the Wall Street Journal, has held numerous university appointments.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Sun Tzu

Sun Tzu
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès