Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > La nouvelle constitution vénézuélienne : la réinvention de l’autocratie

La nouvelle constitution vénézuélienne : la réinvention de l’autocratie ?

Dimanche prochain les vénézuéliens sont appelés à voter pour une soi-disant réforme constitutionnelle. Le terme « soi-disant » est sciemment choisi car la réforme veut changer 69 articles des 350 en vigueur d’une constitution encore fraîche de 1999. De plus, certains articles changent les principes même de la constitution et devraient normalement, dans un pays où règne l’Etat de droit, nécessiter d’une assemblée constituante. Et pour bien finir, la réforme fut annoncée le 15 août par Chavez pour 33 articles, en octobre l’Assemblée nationale rajoutait 36 articles et nous avons eu à peine un mois pour lire les changements et méditer sur eux. Je me contenterai de renvoyer les lecteurs français au dernier procédé de changement constitutionnel en France pour la réduction du mandat présidentiel à 5 ans : pour un simple article il a fallu une très longue discussion et un référendum. Au Venezuela, on bâcle 69 articles en trois mois et un seul référendum. Mais que le lecteur se rassure, ce n’est pas l’objectif de ce billet de rédiger un ennuyeux texte légal, nous nous limiterons à examiner les articles ayant rapport au but réel de cette constitution : la perpétuation de Hugo Chavez au pouvoir.

Effectivement, un examen même superficiel du texte proposé révèle que le but recherché par le gouvernement Chavez est d’établir un système supposément démocratique où il sera extrêmement difficile pour que toute opposition, ou même dissidence interne du chavisme, puisse un jour créer une situation d’alternance démocratique au Venezuela. Le résultat sera, bien sûr, la permanence de Hugo Chavez à la tête du pays comme Castro à Cuba.

Comment cela s’obtient-t-il ?

La réélection permanente

Certainement, le premier article à modifier est celui qui limite le président de la République à deux termes consécutifs de 6 ans chacun. Le nouvel article 230 porte le mandat à 7 ans et permet la réélection ad vitam aeternam.

Plutôt que de discuter ici un changement qui va contre la tradition démocratique vénézuélienne depuis 1830 de ne pas permettre la réélection immédiate nous devons nous attarder à la curieuse défense faite par le régime de ce changement. En gros, la propagande officielle essaye de faire croire que la longévité présidentielle est comparable à celle des exécutifs des régimes parlementaires d’Europe. Ceci bien sûr est faux. Le système vénézuélien est déjà très, très fortement présidentiel et le deviendra encore plus si le oui l’emporte dimanche. Mais le gouvernement vénézuélien ne mentionne jamais que dans les systèmes parlementaires chef d’Etat et chef de gouvernement ne sont jamais les mêmes. L’équivoque est soigneusement entretenue, utilisant même la réélection constante de Roosevelt pendant les années de guerre sans mentionner l’amendement XXII de la constitution nord-américaine passé en 1951 qui limite à huit ans la détention du pouvoir, ce qui nous assure de nous débarrasser de George Bush très bientôt.

Mauvaise foi ? Ignorance politique ? Le lecteur jugera.

Le musellement permanent de l’opposition et de la dissidence

Il est certain que la possibilité de réélection immédiate n’est pas suffisante pour assurer la présidence à vie de M. Chavez. Pour cela il faut être sûr que dissidence ou opposition ne pourront jamais créer une situation qui puisse leur permettre de menacer électoralement le système imposé par le chavisme. Comment se crée une opposition ? Tout d’abord il faut créer des leaders. Ensuite il lui faut obtenir des ressources financières pour ses campagnes électorales. A travers un certain nombre d’articles que nous verrons ci-dessous le lecteur pourra constater que bien des 69 articles modifiés le sont justement pour éviter toute émergence d’un mouvement contraire aux intérêts de Chavez.

Eviter aux potentiels leaders de l’opposition de démontrer leur capacité administrative et politique.

Dans un système présidentiel en particulier, une excellent manière de démontrer que l’on a la capacité de gérer un pays et de démontrer que l’on peut gérer un morceau de ce pays. Prenons par exemple les Etats-Unis, système présidentiel s’il en est. George Bush a été gouverneur, réélu, du Texas. Clinton a été gouverneur, réélu, de l’Arkansas. Reagan a été gouverneur, réélu, de la Californie. Carter le fut de la Georgie et Roosevelt de New York. Même des candidats malheureux ont été gouverneurs tels que Dukakis du Massachusetts. Aujourd’hui, le républicain en tête, Giuliani, a été maire de New York car il n’est pas rare de voir un maire de grande ville arriver au niveau d’élections primaires des Etats-Unis.

Il faut donc au système que Chavez cherche à créer qu’il puisse éviter qu’un administrateur local puisse accéder à la notoriété grâce à sa gestion administrative. Pour cela les articles 11, 16, 18 et 156 ont été largement modifiés. Grâce à eux le président de la République pourra changer à son gré les limites territoriales internes du pays, créant sur simple décret de nouveaux districts spéciaux sans avoir besoin d’excuse particulière. Pour expliquer comment le système fonctionnera cherchons à imaginer pour un instant que Nicolas Sarkozy modifie la constitution française pour rester au pouvoir d’une manière quasiment absolue. Pour cela il lui faudrait par exemple éviter que Ségolène Royal puisse se refaire une santé politique grâce à une brillante gestion de sa région Poitou-Charentes. Avec les pouvoirs que Chavez cherche à obtenir, sur simple décret en conseil des ministres M. Sarkozy pourrait créer un district maritime spécial pour lutter contre la pollution et enlever à Mme Royal la Charente-Maritime et un bon morceau du bassin de la Charente. A la pauvre Ségolène il ne lui resterait plus que les Deux-Sèvres et la Vienne, départements certainement moins « glamour » que les Charentes avec le Cognac, Marennes et La Rochelle.

Même les mairies n’échapperont pas à la dissection de Chavez. Avec les mêmes articles, Nicolas Sarkozy pourrait enlever à Bertrand Delanoë quelques arrondissements pour créer une zone spéciale de développement pour l’intégration de l’immigration. Voilà Delanoë relégué à l’ouest de la capitale et voué à une sûre défaite électorale.

Eviter que de potentiels rivaux aient les moyens financiers de gérer leur terroir et de faire campagne électorale.

Il est assez clair que les articles cités ci-haut, non seulement, perturbent la géographie régionale, mais également permettent au gouvernent central de redistribuer les budgets en fonction de ses intérêts politiques maintenant en main des nouveaux missi dominici que Chavez créera pour surveiller les régions (articles 225 et 236).

Ce qui est plus subtil c’est que les financements pour les campagnes électorales seront plus difficiles. Qui donne à ces campagnes ? Par exemple, les PME. Avec les nouvelles règles qui simplifieront considérablement les procédures d’expropriation et qui permettront au gouvernement d’intervenir facilement dans la gestion des entreprises privées, il sera très facile de « punir » un chef d’entreprise qui aurait eu la mauvaise idée de financer de son propre argent un leader dissident ou d’opposition au chavisme (articles 100, 113 et 305). Et ne parlons pas des comités de travailleurs créés par le gouvernement et pas nécessairement à l’initiative de ces travailleurs (article 136). Il existe même la possibilité de punir l’efficacité d’une entreprise privée avec l’article 113.

Pour compléter, le gouvernement maintenant financera les campagnes, mais pourra également régler les conditions de ce financement. Lorsque l’on voit comment d’une manière obscène le gouvernement a utilisé les ressources de l’Etat pour financer ses propres campagnes, on ne peut qu’être très pessimiste quand au bon usage de ce changement de l’article 67.

Bloquer tout changement

Finalement, une fois que le système est installé, il faut trouver un moyen pour compliquer tout changement qui viserait à simplifier la route du pouvoir, un réflexe très conservateur pour un régime qui se veut démocrate et de gauche. Il y a deux moyens de faire ceci.

Le premier et de faire que les systèmes de référendums soient plus difficiles à mener lorsque l’on veut changer la constitution, abroger une loi ou tout simplement virer un élu quelconque grâce au référendum révocatoire. La constitution de 1999 prévoyait un éventail de référendums et consultations qui permettraient à la population de lancer des initiatives comme on voit par exemple en Suisse. Malheureusement, les deux seules expériences que nous ayons eues à ce sujet se sont avérées être très négatives et très menaçantes pour le pouvoir de Chavez. Le président Chavez ne peut pas revenir - pour l’instant du moins - sur ce qui apparaissait en 1999 comme une conquête sociale et politique importante, un élément qui profite énormément à son image en dehors du Venezuela. Même si l’application chez lui de ces systèmes d’initiatives populaires a été des plus difficiles, le chavisme a décidé de rendre ces initiatives encore plus compliquées en augmentant la barre de signatures requises pour activer lesdites initiatives, et les voix nécessaires pour atteindre l’objectif souhaité (articles 71, 72, 73, 74, 341, 342 et 348). Par contre le président de la République, lui, va avoir plus de facilités à convoquer un référendum lorsque bon lui semblera (article 236).

Le deuxième recours est tout simplement d’interdire de défendre une option politique qui ne soit pas socialiste. Le changement ici est beaucoup plus subtil. Il s’agit de mettre, de ci et de là, dans les articles devant être modifiés des dispositions visant à créer un système politique et économique socialiste. Il faut entendre par là socialisme du genre Cubain, pas du tout la sociale démocratie européenne. Les articles 158, 168, 184, 299, 300, et 318, par exemple, impliquent plus ou moins que la société vénézuélienne ne peut être que socialiste. Dans la pratique un ou plusieurs de ces articles pourraient être facilement utilisés pour bannir un parti politique ou même un candidat indépendant qui prônerait le libre échange ou une baisse d’impôts ou une libération de certains contrôles économiques.

Conclusion

La réforme proposée par le président Chavez aboutira sans faute en un système autoritaire où il sera très difficile d’une manière démocratique de contrer son pouvoir. Toute opposition existant aujourd’hui aura une voie très difficile, pleine d’embûches et de culs-de-sac pour maintenir le peu de viabilité qu’elle puisse avoir à présent. Ne parlons même pas de la création de nouveaux mouvements d’idées.

Eventuellement, le joug subi par la population par un tel système qui bloque tout renouvellement terminera par générer encore plus de violence que celle que nous voyons déjà aujourd’hui avec les fermetures de médias ou la répression accrue des étudiants contestataires. La fin sera, bien sûr, un chaos politique contrôlé à dure peine par la répression et la fin de toute prétention démocratique. Peu importe que le Oui l’emporte dimanche, les partisans du Non ne pourront jamais accepter un système politique qui a diminué certains de leurs droits. Bien des régimes autoritaires ont reçu a un moment donné l’appui du peuple, mais tous ont fini par le perdre. Je pense ici à Peron et à Fujimori, pour rester en Amérique latine.

Documentation

Malheureusement en français, il n’y pas grand-chose, hormis quelques articles et éditoriaux plutôt négatifs sur cette réforme trouvés sur Libération ou Le Monde.

Ceux qui peuvent lire l’anglais sans trop de problèmes pourront visiter le blog que j’ai animé avec les lecteurs de mon blog principal. Dans ce blog, Venezuela’s Constitutional Reform, les lecteurs ont été invités à rédiger des commentaires et analyses approfondies sur les articles de la réforme de leur choix. Ce blog offre également des liens aux textes constitutionnels originaux et les textes modifiés.

En espagnol vous pourrez, bien sûr, trouver de très nombreux textes. Tout d’abord le texte final de la réforme qui sera présenté au vote de dimanche prochain, sur la page du CNE, l’organisme électoral du gouvernement. Vous y trouverez les textes actuels à côté des textes proposés.

Les internautes vénézuéliens, bien sûr, ont beaucoup travaillé et je me permets de recommander le blog de Kareta qui publie une analyse succincte de tous les articles. Il y a également la traduction en espagnol de certains des articles dans le blog en anglais cité plus haut. Ce blog, No a la Reforma Constitucional, inclut également certains textes originaux en espagnol.

Pour ceux qui n’ont guère confiance en d’obscurs blogueurs, il y a, bien sûr, les journaux tels qu’El Universal qui a une section spéciale de textes et de news en anglais et en espagnol. Curieusement le gouvernement vénézuélien et le chavisme ont été beaucoup plus discrets dans leurs promotions et leurs analyses, se limitant le plus souvent à vanter quelques articles placés dans la réforme pour leur caractère populiste. Vous pouvez toujours chercher sur la page du ministère de l’Information ou sur l’agence de nouvelles du régime.



Sur le même thème

La VIe République, comme réalisation imaginaire d'un désir inconscient
Le « séisme » des élections européennes
Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon
France et Israel, deux pays (1) aux évolutions bloquées
Charcutage régional : c’est n’importe quoi !


Les réactions les plus appréciées

  • Par Michel Maugis (---.---.---.162) 30 novembre 2007 01:14
    Michel Maugis

    Michel Maugis @ Daniel Duquenal.

    Vous détalez encore, à toute vitesse.

    En effet.

    « peu importe la voie, ce qui compte c’est le résultat. »

    SI la voie est importante !! Il est important de savoir qu’elle respecte une éthique, qu’elle est démocratique, ou non.

    En quoi donc les moyens de Chavez sont ils mal ?

    En quoi est ce mal d’avoir Chavez élu régulièrement par le peuple, si tel est son désir ?

    Vous ne l’avez toujours pas dit.

    Vous ne pouvez réfuter une seule ligne de ce que j’ai écrit.

    « Vous les communistes vous devriez comprendre cela très bien : la fin justifie les moyens, et la fin c’est pour Chavez d’avoir son cul posé sur le fauteuil présidentiel de Miraflores comme Castro l’a à la Havane, même ce derrière est maintenant semi-momifié. »

    Votre haine de classe ressort. Ne vous en faites pas, après Castro, il y aura un autre dirigeant, il changera si le peuple le désir, et vous continuerez de vomir votre haine. Parce que ce que vous n’aimez pas est que ce soit le peuple qui soit au pouvoir.

    Castro est réélu régulièrement tout les 4 ans par le conseil d’état formé par des ministres élus par la chambre des députés du pouvoir populaire élu eux mêmes par le peuple.

    Chavez sera régulièrement élu tout les 7 ans car le peuple votera pour lui afin de construire la société socialiste.

    C’est ce que vous ne pouvez pas accepter.

    Acceptez vous que le socialisme se construise pacifiquement et démocratiquement ?

    Sinon, que proposez vous comme voie pour ceux qui le veulent ?

    Continuez ainsi, je crois que vous êtes le plus grand propagandiste en faveur de Chavez à montrer ce que sont les « opposants ».

  • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 29 novembre 2007 16:10

    Pourquoi cette hargne encore ? C’est votre nature je crois ...

    Arrêtez d’essayer de me décridibiliser ; vous ne me connaissez pas, vous ne savez pas ce que je sais, et vous êtes bien prétentieux de le prétendre sur quelques posts.

    Votre article est nul, désolé pour vous. Il manque de clareté, il ne prouve rien, c’est un évidence.

    Je suis heureux qu’à partir de dimanche 2 décembre, les Vénézuéliens feront le bon choix : ils voteront SI !

    NO VOLVERAN !

  • Par Michel Maugis (---.---.---.162) 30 novembre 2007 00:38
    Michel Maugis

    Michel Maugis @ Candidat 0007

    « Vouloir limiter le nombre de mandats présidentiels dans une constitution est un acte démocratique. »

    L’acte est effectivement démocratique en soi, comme l’inverse.

    Mais puisque vous affirmez qu’un acte est démocratique et l’inverse non, c’est que vous ne jugez pas l’acte mais l’article même, sur le fond.

    Or vous ne dîtes pas la raison. Vous donnez simplement votre opinion.

    « A l’inverse modifier une constitution qui le prévoie pour rendre illimité le nombre de mandats présidentiels est un acte antidémocratique »

    Non, tout article voté démocratiquement est démocratique par loi, par définition, puisque respectant la constitution elle-même qui prévoit sa modification.

    Vous affirmez sur le fond, sans argumenter.

    Votre comportement est donc dogmatique et totalement contraire au débat démocratique que vous rejetez., par principe.

    Celui-ci implique de non seulement dire votre opinion, mais de la justifier par des arguments.

    Quelle importance l’opinion d’un inconnu ?

    Relisez mon premier commentaire à Duquenal, et vous y verrez une justification du caractère démocratique de la non limitation des mandats, et le caractère profondément antidémocratique d’une limitation.

    Si vous n’êtes pas d’accord vous pouvez toujours dire pourquoi à partir de ce que j’ai dit.

  • Par Serpico (---.---.---.210) 29 novembre 2007 15:11
    Serpico

    candidat007 :« Par ailleurs, une constitution qui comporte 350 articles laisse pour le moins perplexe et n’est certainement pas favorable au développement de la responsabilité et de l’implication civique des institutions régionales, locales de la société civiele et des citoyens. Une telle constitution directive ne peut être que centralisatrice. »

    ******************

    Il vous en faut combien pour entrer dans la catégorie « démocratique » ?

Réactions à cet article

  • Par lerma (---.---.---.24) 29 novembre 2007 11:09
    tvargentine.com

    Encore un article d’un agent de la CIA (il vaudrait mieux que vous soyez payé pour écrire autant de bétises)

    Chavez est élu par le peuple et cela s’appelle la démocratie et si le peuple veut voter pour lui durant 30 ans aux élections démocratiques nous n’avons pas à contester la volonté du peuple.

    Décidement,vous n’acceptez pas de perdre vos priviléges ou de payer un peu d’impôts pour construire une nouvelle société de justice sociale.

    Votre article sent le fascisme des articles de propagandes visant à destabiliser un président élu

    Vous essayez de suivre le même parcours des petits Pinochet qui avaient renversé un Président élu en 1973

    Honte à vous et soyez sur que vous n’aurez aucun appui en France pour soutenir des putchistes

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 29 novembre 2007 13:45
      Daniel Duquenal

      Lerma

      Vous êtes vous même dérangé pour lire certains des articles cités dans le billet ? Pourtant, écrivant d’Argentine vous devez bien lire la « reforma » dans le texte, non ?

      Je ne conteste pas le droit des vénézuéliens de se passer la corde au coup. Après tout les argentins l’ont bien fait avec Peron et ils en payent encore la conséquences. Les français l’ont bien fait avec Napoleon III ; ont failli le faire avec Boulanger et l’auraient peut être fait avec Pétain. La démocratie est une plante fragile qui peut être arrachée sans y penser par les gens qui en principe en bénéficient le plus.

      Relisez donc mon billet et dites moi si je nie le droit des vénézuéliens de se soumettre à Chavez à vie ? Sortez pour un instant de votre pro-chavisme viscéral et primaire et regardez les faits : avec la nouvelle constitution il sera très difficile de pouvoir exercer une opposition à son régime. Que vous soyez d’accord avec cela est une autre histoire, vous en avez parfaitement le droit. Je vous rappelle néanmoins que la démocratie n’est pas seulement une affaire d’avoir plus de voix que l’autre : la démocratie implique aussi le respect de l’autre. Ceci, cet élément essentiel, sera absent du texte constitutionnel après le 2 décembre.

      Je vous rappelle un éditorial récent du Monde dont je vous cite un paragraphe :

      La concentration des pouvoirs au profit du président de la République, l’absence de dialogue avec l’opposition, la disqualification du mouvement étudiant, traité de « fasciste », l’encouragement de bandes armées et l’embrigadement des réservistes, bref, la militarisation de la vie politique, s’accompagnent d’une corruption sans précédent.

      Vous croyez que les 69 articles vont améliorer ceci ?

    • Par Michel Maugis (---.---.---.116) 29 novembre 2007 17:29
      Michel Maugis

      Michel Maugis @ Lerma

      Pas possible, moi communiste et marxiste contraint de voter INTERESSANT pour ce commentaire.

      Que voulez vous, je suis impartial dans mes jugements.

      Rien à redire.

    • Par Philou017 (---.---.---.234) 29 novembre 2007 21:39
      Philou017

      « La concentration des pouvoirs au profit du président de la République, l’absence de dialogue avec l’opposition, la disqualification du mouvement étudiant, traité de »fasciste« , la disqualification du mouvement étudiant, traité de »fasciste« , bref, la militarisation de la vie politique, s’accompagnent d’une corruption sans précédent. »

      Vous reprenez la propagande du Monde, qui n’est plus qu’une feuille de choux pro-atlantiste, excusez-moi mais c’est un peu juste.

      La concentration des pouvoirs au profit du président de la République :C’est effectivement discutable, mais il y a des raisons à cela

      l’absence de dialogue avec l’opposition : Vous rigolez. L’opposition est hystérique, hait Chavez, quand elle n’appelle pas au coup d’etat contre lui. Malgré cela des leaders de l’opposition ont été consultés lors du passage à l’assemblée du texte sur la constitution

      la disqualification du mouvement étudiant, traité de « fasciste » : Je ne vois pas pourquoi ce qualificatif disqualifierait des gens, s’ils ont de vrais arguments.

      Les bandes armées : Il semble que ce phénomene soit plutôt l’apanage de l’opposition

      la militarisation de la vie politique : mettre des militaires au gouvernement n’implique pas une militarisation de la vie politique. La democratie n’a jamais été aussi vivante au Vénézuéla, à travers les conseils communaux par exemple

      s’accompagnent d’une corruption sans précédent : pure allégation. La corruption existe depuis longtemps au vénézuéla, rien ne dit qu’elle se soit aggravée. Elle est particulièrement présente dans certaines administrations héritées des anciens régimes.

      Bref, pas grand chose de valable.

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 29 novembre 2007 23:08
      Daniel Duquenal

      Philou

      Il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Merci de le confirmer une fois de plus.

      Je vais me limiter à répondre à votre commentaire de dialogue. C’est Chavez qui a rompu le dialogue politique au Venezuela. En 1992, en tuant une tripotée de gens. Chavez a commencé comme un assassin, sans dialogue. Les conséquences sur le débat au Venezuela ne sont pas discutables.

      Je vous enjoint de regarder 24 heures de VTV (pro Chavez) et 24 heures de Globovision (anti Chavez). Vous me direz quel pourcentage des émissions donne accès à l’autre bord, dans chacun. Faites l’expérience, vivez la réalité du Venezuela et après venez nous raconter vos préjugés ici. Dans le bêtisier que j’ai eu le loisir de lire chez Agoravox, votre commentaire sur l’opposition venezuelienne mettant fin au dialogue est une perle rare.

  • Par Serpico (---.---.---.73) 29 novembre 2007 12:17
    Serpico

    A l’auteur : « Pour expliquer comment le système fonctionnera cherchons à imaginer pour un instant que Nicolas Sarkozy modifie la constitution française pour rester au pouvoir d’une manière quasiment absolue. »

    *************

    Pas besoin d’imaginer : le nombre de mandats en France n’est pas limité. Essayez de connaître d’abord les institutions de votre pays au lieu de vous acharner sur le Venezuela. (En supposant que vous êtes français sinon...même chose : documentez-vous).

    « Le premier et de faire que les systèmes de référendums soient plus difficiles à mener lorsque l’on veut changer la constitution, abroger une loi ou tout simplement virer un élu quelconque grâce au référendum révocatoire. »

    ********************* .....quel que soit l’élu : pro ou anti-Chavez.

    Vraiment, vous vous masturbez trop.Ca bousille les neurones.

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 29 novembre 2007 13:59
      Daniel Duquenal

      Je connais très bien les instituions de MES DEUX PAYS.

      Je vous fait remarquer, au cas ou vous ne le sachiez pas, que la France est encore un régime parlementaire même si le coté présidentiel s’accentue de jour en jour. Il y a eu deux cohabitations sous Mitterand et une sous Chirac. Ce furent d’ailleurs ces cohabitations qui ont poussé, par consensus national, non par décret de Jospin ou de Chirac, à la réduction du mandat à 5 ans, pour reconnaitre le coté plus présidentiel dans l’évolution des mœurs politiques. Je crois même que Sarkozy a parlé de limiter à deux mandats, comme aux USA.

      L’évolution en France est vers plus de pouvoir présidentiel, mais pour moins de temps, EXACTEMENT A L’ENVERS du Venezuela où il semblerait que nous allions vers un pouvoir absolu d’une manière indéfinie. Comme je l’ai dit a Lerma plus haut, le peuple a certainement le droit de nommer les dictateurs que bon lui semble, ceci ne m’empêche pas de le dire.

    • Par Serpico (---.---.---.210) 29 novembre 2007 15:17
      Serpico

      Vous oubliez juste une chose : aux USA, on n’a plus besoin d’un président pour contrôler le pays.

      Le rôle des institutions politiques et même le droit constitutionnel US n’ont plus grande valeur.

      C’est une mafia capitaliste qui dirige. Elle dispose de plus de deux mandats : elle utilise les présidents comme fusibles ou comme représentants de commerce.

      Que ce soit un démocrate ou un républicain importe peu et la distinction s’estompe depuis une cinquantaine d’années.

      La meilleure preuve est dans la politique extérieure US : que vous soyiez islamiste, dictateur, psychopathe ou même si vous jouez carrément du chapeau, du moment que vous êtes pro-US, vous n’avez rien à craindre.

      C’est pour ça que les jugements de valeur concernant Chavez ou Castro, venant des US ou de leurs alliés ne valent strictement rien.

    • Par Charlotte (---.---.---.215) 30 novembre 2007 19:55

      Agora vox s’annonce comme « un espace de débat civique et civilisé ». Il est difficile de le croire losrque l’on parcourt les commentaires de cet article !!! Faute d’arguments,les insultes, et la vulgarité regnent... faudrait-il en conclure que la démocratie libérale est un privilege réservé aux francais... qui, en manque d’émotions fortes, s’en offrent a bas prix dans la lointaine Amérique latine le continent des bons sauvages devenus meilleurs revolutionnaires.

      Le panorama de la discussion que devrait provoquer cet article sur la situation vevezuelienne est on ne peut plus navrant. Dommage pour Agora Vox, dommage pour ses lecteurs Charlotte

  • Par Dam (---.---.---.148) 29 novembre 2007 14:03

    Quel torchon ! J’ose dire, un de + !... C’est dingue le nombre de personnes dé« sin »formées..

  • Par candidat 007 (---.---.---.149) 29 novembre 2007 14:16
    bernard29

    Vouloir limiter le nombre de mandats présidentiels dans une constitution est un acte démocratique.

    A l’inverse modifier une constitution qui le prévoie pour rendre illimité le nombre de mandats présidentiels est un acte antidémocratique et qui prouve assez la tendance autocratique d’un régime.

    Par ailleurs, une constitution qui comporte 350 articles laisse pour le moins perplexe et n’est certainement pas favorable au développement de la responsabilité et de l’implication civique des institutions régionales, locales de la société civiele et des citoyens. Une telle constitution directive ne peut être que centralisatrice.

    • Par Serpico (---.---.---.210) 29 novembre 2007 15:11
      Serpico

      candidat007 :« Par ailleurs, une constitution qui comporte 350 articles laisse pour le moins perplexe et n’est certainement pas favorable au développement de la responsabilité et de l’implication civique des institutions régionales, locales de la société civiele et des citoyens. Une telle constitution directive ne peut être que centralisatrice. »

      ******************

      Il vous en faut combien pour entrer dans la catégorie « démocratique » ?

    • Par candidat 007 (---.---.---.149) 29 novembre 2007 16:00
      bernard29

      350, c’est presque le TCE ou le mini traité aussi illisibles les uns que les autres. D’ailleurs le propre d’un pouvoir c’est de rendre les choses complexes voire incompréhensibles.

      En général c’est moins d’un centaine. De nombreux articles devraient relever de la matière législative (soit de réglement intérieur des institutions, ou de lois organiques plus simples à rénover, à améliorer ou à modifier.).

    • Par Michel Maugis (---.---.---.162) 30 novembre 2007 00:38
      Michel Maugis

      Michel Maugis @ Candidat 0007

      « Vouloir limiter le nombre de mandats présidentiels dans une constitution est un acte démocratique. »

      L’acte est effectivement démocratique en soi, comme l’inverse.

      Mais puisque vous affirmez qu’un acte est démocratique et l’inverse non, c’est que vous ne jugez pas l’acte mais l’article même, sur le fond.

      Or vous ne dîtes pas la raison. Vous donnez simplement votre opinion.

      « A l’inverse modifier une constitution qui le prévoie pour rendre illimité le nombre de mandats présidentiels est un acte antidémocratique »

      Non, tout article voté démocratiquement est démocratique par loi, par définition, puisque respectant la constitution elle-même qui prévoit sa modification.

      Vous affirmez sur le fond, sans argumenter.

      Votre comportement est donc dogmatique et totalement contraire au débat démocratique que vous rejetez., par principe.

      Celui-ci implique de non seulement dire votre opinion, mais de la justifier par des arguments.

      Quelle importance l’opinion d’un inconnu ?

      Relisez mon premier commentaire à Duquenal, et vous y verrez une justification du caractère démocratique de la non limitation des mandats, et le caractère profondément antidémocratique d’une limitation.

      Si vous n’êtes pas d’accord vous pouvez toujours dire pourquoi à partir de ce que j’ai dit.

  • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 29 novembre 2007 15:17

    Vous avez échoué Monsieur Duquenal, votre article est confus, très loin d’être clair.

    Vous nous balancez des contre-exemples en faisant certaines analogies avec la France ou les USA, mais vous n’expliquez pas les impacts sur la vie politique dans ces pays. Votre argumentation n’a donc aucun effet. Ça fait pschitt ...

    Tant que l’opposition ne saura pas répondre aux besoins de la population vénézuélienne (encore très pauvre il y a quelques temps), le chavisme (généreux et humaniste) restera au pouvoir.

    • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 29 novembre 2007 15:20

      Voici un VRAI résumé autour de cette réforme

      HISTORIQUE

      La réforme constitutionnelle est l’approfondissement d’une véritable démocratie que les partis traditionnels ont dévoyée pendant plus de quarante ans

      À tous ceux qui laissent entendre que le leader bolivarien a sorti les réformes de sa manche dans le seul but de s’éterniser au pouvoir, il suffirait de rappeler que les réformes en question furent le cheval de bataille de Chavez lors de la campagne présidentielle de décembre 2006, et que ceux qui l’ont élu -rien moins que 60% des électeurs-sont tout aussi convaincus que lui du fait qu’ « il reste pas mal de bavures héritées de l’ancien régime » dans la Constitution approuvée en 1999.

      PROCESSUS

      Les modifications, déjà approuvées dès la première lecture par le corps législatif, ont été discutées en réunions populaires dans tout le pays, car il faut que le peuple les connaisse et donne son avis.

      Après le débat populaire, le document est revenu à l’Assemblée nationale, qui l’a soumis à deux nouvelles lectures ; à partir de là, le Conseil électoral national a eu trente jours pour organiser et réaliser la consultation populaire sur la nouvelle Constitution.

      INDIGÈNES

      Pour la première fois dans l’histoire de cette nation andine, les quarante ethnies indigènes du pays ont été invitées à discuter le document dans le cadre d’un débat populaire sans précédent qui rompt avec un demi-millénaire d’exclusion.

      OPPOSITION

      Pourquoi l’opposition et les ennemis du processus bolivarien s’indignent-ils et parlent-ils de dictature, de coup d’État, d’attaque contre la démocratie ?

      La réponse est simple : Washington et ses filleuls locaux donneraient tout pour qu’il en soit ainsi, mais ils savent que l’esprit et la lettre des modifications proposées par le président Chavez vont justement dans la direction contraire, constituent une garantie pour la démocratie, pour la participation populaire, pour la défense des droits des travailleurs, sans exploitation ni exclusion.

      Une opposition de plus en plus discréditée et divisée prétend que Chavez veut conserver le pouvoir à perpétuité et établir une dictature personnelle.

      REELECTION DU PRESIDENT

      En proposant de modifier l’article 230 de la Constitution actuelle et de fixer la durée du mandat présidentiel à sept ans au lieu de six , avec possibilité de réélection immédiate et indéfinie, le leader bolivarien laisse le choix au peuple. C’est le peuple et rien ni personne d’autre qui décidera quel président part ou reste et pour combien de temps.

      Tout au contraire, la bourgeoisie a toujours conquis le pouvoir pour le garder et a trouvé à cette fin la formule de l’alternance : un parti prend la relève de l’autre, au point que le résultat de chaque élection était connu d’avance. La démocratie avait atteint ce sommet d’antidémocratie. En aucun cas il n’y avait d’espace pour les représentants du peuple.

      DÉCENTRALISATION

      L’opposition prétend que la nouvelle structure de l’État va démembrer le pays. Or, le pouvoir central sera amené à donner davantage de pouvoir de décision à toutes les instances du gouvernement, jusqu’au quartier. Les régions maritimes, les districts insulaires, les États, les municipalités fédérales auront un pouvoir de décision supérieur pour que la participation concerne tous les niveaux.

      DROIT DES TRAVAILLEURS

      Par contre, l’opposition se garde bien de constater que Chavez se propose d’introduire dans la Constitution l’interdiction d’exploiter les travailleurs, et la création d’un fonds de stabilité sociale destiné à garantir au vaste secteur informel des droits fondamentaux tels que la retraite, la pension, les congés payés, la licence pré et post-natale pour les femmes enceintes et la réduction du temps de travail pour tous les travailleurs.

      PROPRIÉTÉ TERRIENNE

      La nouvelle Constitution touchera un autre point non moins important : l’interdiction du latifundium improductif ou de l’exploitation privée des hydrocarbures. Les missions sociales figureront aussi dans le texte.

      TYPES DE PROPRIÉTÉ

      Lorsque l’opposition et le pouvoir médiatique lancent leur campagne contre le socialisme du XXIe siècle, ils accusent la Révolution bolivarienne de vouloir dépouiller la bourgeoisie de ses propriétés (ce qui a pour effet immédiat d’accélérer l’exode du pays) et font silence sur l’article 115, qui définit cinq types de propriété : sociale (directe ou indirecte), collective, mixte et privée.

      INCLUSION DU MONDE DES AFFAIRES

      Le président Chavez a pourtant été on ne peut plus clair : « Messieurs les hommes d’affaires, Messieurs du secteur privé, vous n’êtes pas du tout exclus, nous avons besoin de votre aide. Faisons ensemble le grand pays que le Venezuela promet déjà d’être ! »

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 29 novembre 2007 15:40
      Daniel Duquenal

      Bleu

      Vous êtes un petit rigolo. Je vous parle articles constitutionnels précis, vous me répondez par des veux pieux. Mais les avez vous lus ces articles ? Non, je ne crois pas car la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, lors de mon précédent billet VOUS NE SAVIEZ MÊME PAS QU’IL Y AVAIT 69 ARTICLES !

      J’ai échoué ? si c’est vous qui le dites cela doit être plus que vrai....

  • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 29 novembre 2007 16:10

    Pourquoi cette hargne encore ? C’est votre nature je crois ...

    Arrêtez d’essayer de me décridibiliser ; vous ne me connaissez pas, vous ne savez pas ce que je sais, et vous êtes bien prétentieux de le prétendre sur quelques posts.

    Votre article est nul, désolé pour vous. Il manque de clareté, il ne prouve rien, c’est un évidence.

    Je suis heureux qu’à partir de dimanche 2 décembre, les Vénézuéliens feront le bon choix : ils voteront SI !

    NO VOLVERAN !

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 29 novembre 2007 23:11
      Daniel Duquenal

      Vous « décridibiliser » moi ? Mais vous faites un si bon travail vous même !!!! Dites nous donc tout ce que vous savez. Je veut dire en dehors des « cut and paste » dont vous nous assenez.

    • Par marc (---.---.---.233) 30 novembre 2007 21:06

      Duquenal

      En tout cas, vous feriez mieux de ne pas comparer la démocratie au Venezuela et aux USA. Au moins, Chavez n’a pas carrément VOLE ses élections comme Bush en 2000.

      Evidemment , le peuple vénézuélien, aprés des siècles d’oppression et de malheurs estime avoir besoin de quelques années pour y mettre fin et fait confiance à Chavez pour cela.

      En France, il n’y a pas besoin de ça. Le CAC40 controle toute la presse significative et fait élire et réélire les mêmes, mensonge aprés mensonge, les français se retouvent toujours avec la même chose en pire. Pas besoin de changement de constitution pour ça. C’est pour éviter ce genre de palinodie, qui se traduit par des taux d’abstention inouis partout en Europe , que les Vénézuélien veulent mettre en place un autre système démocratique, plus direct ( les Comités populaires)

      Votre haine vous décrédibilise complètement, vous et tous ceux qui étaient ravis d’un système qui consistait à orienter tout l’argent du gaz et du pétrole dans les mains d’une caste de maffiosi corrompus

      En faites-vous partie ou n’êtes vous qu’un rmasseur de miettre servile ?

  • Par Michel Maugis (---.---.---.116) 29 novembre 2007 17:26
    Michel Maugis

    Michel Maugis @ Daniel Duquenal.

    Vous aviez dit le mensonge suivant dans votre précédente propagande anti-chaviste

    « mais la vérité est que, avec la modification de 69 articles (69 !), Chavez deviendra président à vie »

    Je vous ai demandé comment il fera, et en quoi cela serait mal et anti démocratique si ainsi le peuple le souhaite.

    Vous dîtes maintenant :

    « Certainement, le premier article à modifier est celui qui limite le président de la république à deux termes consécutifs de 6 ans chacun. Le nouvel article 230 porte le mandat à 7 ans et permet la réélection ad vitam aeternam. »

    Vous ajoutez maintenant PERMETTRE !

    Permettre n’implique pas qu’il le deviendra obligatoirement, comme vous l’aviez affirmé calomnieusement. Vous aviez donc honteusement menti, et manoeuvrez maintenant en recul. Seule la modification de cet article élimine impossibilité administrative. Alors que vous parliez de la totalité des modifications.

    Vous avez donc bien manœuvré en recul, SANS VOUS EXCUSER de votre volonté manifeste de tromper.

    Car c’est tromper de commencer une « démonstration » avec une affirmation fausse en guise de prémisse.

    Vous êtes donc bien une personne malhonnête. Vous aviez amplement la possibilité de reconnaître que vous aviez dit une contre vérité par excès de haine envers un homme.

    L’article 230 supprime la limite des mandats, comme dans la constitution française, ou un président n’a pas de limite au nombre de fois qu’il PEUT être élu. Vous annoncez cet article comme la porte ouverte à une possibilité scandaleuse et anti démocratique, alors que c’est exactement le contraire. Une décision des plus démocratique qui soit. Une restriction administrative à la présidence envers un citoyen en possession de ses moyens intellectuels et non déchu de ses droits par décision de justice est anti démocratique, contraire aux droits fondamentaux de l’homme.

    Cette clause anti démocratique existe dans certains pays. Elle fut installée par la bourgeoise pour prévenir, par secrétariat, la durée au pouvoir d’un représentant du peuple engagé démocratiquement dans un changement révolutionnaire des bases de la société. C’est le cas au Chili, qui est toujours officiellement SANS CONSTITUTION démocratiquement constituée par une constituante, et écrite par un tyran nommé Pinochet.

    SEUL LE PEUPLE DÉCIDE QUI GOUVERNE LE PAYS, et en toute circonstance.

    Ceci était ma justification de la non limitation des mandats présidentiels.

    Nous attendons toujours la vôtre pour la limitation soi disante démocratique. Cela serait un débat de fond fort intéressant. Je doute que vous puissiez le tenir.

    « Plutôt que de discuter ici un changement qui va contre la tradition démocratique vénézuélienne depuis 1830 de ne pas permettre la réélection immédiate nous devons nous attarder à la curieuse défense faite par le régime de ce changement. »

    Tiens donc ! Vous êtes contre parce que cela va contre une tradition établie depuis 1830 !!! Vous refusez de débattre sur le fond. Pour vous, c’est agir contre une tradition établie !!

    Et vous êtes tellement convaincu que sur le fond cette modification est démocratique et légitime que vous savez d’avance ne pouvoir la réfuter sur ses propres mérites. Vous préférez encore tromper vos lecteurs par un glissement subtil sur un autre aspect à la faveur d’une critique de la défense. Vous passez de la possibilité à être élu sans limite aux résultats de cette possibilité dans les pays européens et en connaissant d’avance le résultat inverse au Venezuela.

    Manœuvre trompeuse qui souligne encore une fois votre malhonnêteté comme je vais le faire apparaître.

    Vous savez très bien qu’au-delà d’un homme, c’est une classe sociale qui gouverne.

    Depuis 1830 gouvernait la classe bourgeoise et non le peuple, même s’il y eut certainement des présidents progressistes. Le pacte de punto-fijo gouverna le pays durant 40 ans, et à une époque même ou le pétrole était équivalent à 100 US$ d’aujourd’hui. Ce n’est pas parce que le président changea d’un camp bourgeois à un autre qu’il n’y a pas continuité de la gouvernance oligarchique. Ce que vous appelez l’alternance démocratique à l’intérieur de la classe bourgeoise oligarchique. Ce qui vous gène avec Chavez est que ce n’est plus l’oligarchie qui gouverne, mais le peuple. Et le peuple a la possibilité de voter pour Chavez autant de fois qu’il le souhaite. Rien de plus démocratique. Chavez est un géni révolutionnaire. Un leader charismatique et le peuple a le droit souverain d’éliminer démocratiquement toute entrave bourgeoise et administrative à sa réélection. Vous êtes dépité parce que effectivement le peuple aura la possibilité de le réélire ad eternam si ainsi il le souhaite.

    « En gros, la propagande officielle essaye de faire croire que la longévité présidentielle est comparable à celle des exécutifs des régimes parlementaires d’Europe »

    Mais de quelle longévité parlez vous ? Pourquoi ne dites vous pas POSSIBLE LONGÉVITÉ.

    C’est la possible longévité qui est comparable, non la longévité qui ne dépend certainement pas de la seule constitution qui ne permet seulement qu’elle soit possible, SELON LA VOLONTE DU PEUPLE.

    La longévité des chefs d’état est aussi possible dans la quasi-totalité des pays d’Europe. Elle est même assurée dans beaucoup de royauté ( Espagne, GB, Suède, Belgique ...)

    C’est donc absolument comparable !

    Et quoi au sujet de la longévité des exécutifs en Europe ? Qu’ils soient nommés par le Parlement ou par le président, révoqué par le président ou le parlement, si cette possible longévité n’est pas comparable, alors dites nous la différence SVP. Vous vous taisez honteusement, hypocritement, charlatanesquement.

    « Ceci bien sur est faux. Le système vénézuélien est déjà très, très fortement présidentiel et le deviendra encore plus si le oui l’emporte dimanche. »

    Quelle belle tautologie des plus idiote. Nous attendions une démonstration. Et vous nous sortez la répétition de votre prémisse. Le système vénézuélien est présidentiel. ET ALORS ? La question est de savoir s’il est légitime et démocratique. S’il est l’émanation du peuple ou non ? Si sa longévité permise par la constitution n’est pas tributaire de la volonté du peuple. Qu’il devienne plus présidentielle ou non est une autre question qui nous éloigne de SA POSSIBLE LONGEVITE comme de n’importe quel autre système gouvernemental européen. Mitterrand a gouverné la France 14 ans, De Gaule 11 ans, et ces deux avaient la possibilité de gouverner plus. Chavez n’a pour l’instant que 9 ans.

    Vous n’infirmez pas que les exécutifs des pays Européens peuvent aussi être reconduits sans limite, comme au Venezuela.

    Il y a une différence de taille. Au Venezuela le président peut être démis de ses fonctions par un référendum à mis mandat. Dans aucun pays européen cela est possible. « Mais le gouvernement vénézuélien ne mentionne jamais que dans les systèmes parlementaires chef d’état et chef de gouvernement ne sont jamais les mêmes. »

    Parce que cela n’a aucun rapport avec la question. Votre remarque implique de votre part plusieurs malhonnêtetés.

    1) Le fait qu’ils ne soient jamais les mêmes n’implique pas que la possibilité démocratique et administrative d’être toujours les même n’existe pas. Elle existe. Et c’est bien ça la raison qui vous a contraint à écrire PERMETTRE.

    2) Vous affirmez d’avance que CHAVEZ sera toujours réélu, et que donc le président sera toujours le même. Pourquoi ? Qu’en savez vous ?

    3) Vous faites fi de la volonté du peuple dans les deux cas, en Europe comme au Venezuela, c’est le peuple qui décide si les chefs d’état ou de l’exécutif restent les mêmes. S’ils ne restent pas en place en Europe, vous ne dîtes pas pourquoi. Et si vous jugez qu’il restera en place au Venezuela, vous ne le dîtes pas non plus.

    4) Et enfin, vous ne dîtes toujours pas en quoi cela ne serait pas démocratique si c’est le peuple qui décide de maintenir Chavez. Le fait que cela ne vous plaise pas ne change rien à la nature profondément démocratique de cette possibilité.

    «  L’équivoque est soigneusement entretenue, utilisant même la réélection constante de Roosevelt pendant les années de guerre sans mentionner l’amendement XXII de la constitution Nord Américaine passé en 1951 qui limite à huit ans la détention du pouvoir, ce qui nous assure de nous débarrasser de George Bush très bientôt. »

    Mais c’est vous qui entretenez l’équivoque. Le pouvoir n’est jamais détendu par un homme, mais par une classe sociale pour laquelle il gouverne. Et aux USA comme en France, cela n’a vraiment changé depuis leurs révolutions respectives. Vous osez dire «  Mauvaise foi ? Ignorance politique ? Le lecteur jugera » ?

    Quel toupet ! En ce qui vous concerne, il s’agit seulement de mauvaise foi et certainement pas d’ignorance politique. Vous êtes contre Chavez parce que justement il fait de la bonne politique, en faveur du peuple et au détriment de ceux qui l’appauvrirent en 40 ans de gouvernements oligarchiques pour satisfaire l’économie des USA.

    • Par troglodyte (---.---.---.60) 29 novembre 2007 20:20

      Michou

      « Permettre » ? La semantique te derange maintenant ?

      Mais tu crois qu’il va se gener Chavez ? Bien sur qu’il va etre president a vie ! Comme ses potes Poutine ou Castro. Ces mecs la, ça s’accroche dur aux lambris des palaces !

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 29 novembre 2007 23:16
      Daniel Duquenal

      J’allais vous répondre mais Troglo a si bien et si brièvement repondu que j’en suis épaté.

      Mais oui Michel, peu importe la voie, ce qui compte c’est le resultat. Vous les communistes vous devriez comprendre cela très bien : la fin justifie les moyens, et la fin c’est pour Chavez d’avoir son cul posé sur le fauteuil présidentiel de Miraflores comme Castro l’a à la Havane, même ce derrière est maintenant semi-momifié.

    • Par Michel Maugis (---.---.---.162) 30 novembre 2007 01:14
      Michel Maugis

      Michel Maugis @ Daniel Duquenal.

      Vous détalez encore, à toute vitesse.

      En effet.

      « peu importe la voie, ce qui compte c’est le résultat. »

      SI la voie est importante !! Il est important de savoir qu’elle respecte une éthique, qu’elle est démocratique, ou non.

      En quoi donc les moyens de Chavez sont ils mal ?

      En quoi est ce mal d’avoir Chavez élu régulièrement par le peuple, si tel est son désir ?

      Vous ne l’avez toujours pas dit.

      Vous ne pouvez réfuter une seule ligne de ce que j’ai écrit.

      « Vous les communistes vous devriez comprendre cela très bien : la fin justifie les moyens, et la fin c’est pour Chavez d’avoir son cul posé sur le fauteuil présidentiel de Miraflores comme Castro l’a à la Havane, même ce derrière est maintenant semi-momifié. »

      Votre haine de classe ressort. Ne vous en faites pas, après Castro, il y aura un autre dirigeant, il changera si le peuple le désir, et vous continuerez de vomir votre haine. Parce que ce que vous n’aimez pas est que ce soit le peuple qui soit au pouvoir.

      Castro est réélu régulièrement tout les 4 ans par le conseil d’état formé par des ministres élus par la chambre des députés du pouvoir populaire élu eux mêmes par le peuple.

      Chavez sera régulièrement élu tout les 7 ans car le peuple votera pour lui afin de construire la société socialiste.

      C’est ce que vous ne pouvez pas accepter.

      Acceptez vous que le socialisme se construise pacifiquement et démocratiquement ?

      Sinon, que proposez vous comme voie pour ceux qui le veulent ?

      Continuez ainsi, je crois que vous êtes le plus grand propagandiste en faveur de Chavez à montrer ce que sont les « opposants ».

    • Par Michel Maugis (---.---.---.162) 30 novembre 2007 01:21
      Michel Maugis

      Michel Maugis @ tous

      LES MEDIAS EN GUERRE CONTRE CHAVEZ ? MICHEL COLLON

      Les prochains jours, vous allez être bombardés d’informations sur le Venezuela. A sens unique. Face à toute guerre médiatique, cinq réflexes :

      1. Les images, ça se manipule.

      2. Ai-je entendu l’autre version ?

      3. Nous dit-on les intérêts économiques des deux camps en présence ?

      4. Nous explique-t-on pourquoi les uns sont riches, les autres pauvres ?

      5. Qui a-t-on refusé d’inviter ?

      Voici cinq articles pour aider à l’autodéfense...

      Gaël Brustier et Christophe Ventura - Au sujet de l’article « L’opportunisme humanitaire de Chávez » publié par Libération

      Bernard-Henri Lévy et ses amis sont des menteurs. La preuve.

      James Petras - Baduel candidat au rôle de Pinochet vénézuélien

      Pour Petras, Chavez fait face à une nouvelle menace de coup d’Etat militaire

      Salim Lamrani - Pourquoi Reporters sans frontières s’acharne contre Hugo Chavez Chavez muselle la presse, paraît-il ? Très bien, allons voir !

      ici

      Romain Migus - Réforme Constitutionnelle et Déstabilisation : Chronique(s) d’une Révolution en marche Pourquoi nous cache-t-on ce qu’il y a vraiment dans ces projets pour la Constitution ?

      ici

      Romain Migus - Vivez en direct le référendum populaire sur la Réforme Constitutionnelle au Venezuela Depuis Caracas, mon ami Romain vous propose une radio Internet pour contrer la désinformation

      ici

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 30 novembre 2007 05:09
      Daniel Duquenal

      Allons Michel, un peu de sérieux...

      Baduel le Pinochet venezuelien ? Et depuis quand les militaires à la retraite, loin des casernes, font-il les coups d’etats qu’ils auraient pu faire en toute simplicité lorsqu’ils commandaient DANS la caserne ?

      C’est par ce genre de bêtisier que les gauchistes que vous appuyez se ridiculisent constamment.

  • Par stephanemot (---.---.---.130) 29 novembre 2007 19:15
    stephanemot

    Le socialpopulopétrobolivarisme façon Chavez se pratiquera désormais sans filet. Plus question d’alterner les phases chaudes et froides (tout n’est pas à jeter dans l’histoire) et puisque tout est permis, le pire a de fortes chances de se produire.

    Sans garde fou, le bouffon peut devenir réellement tragique.

    • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 29 novembre 2007 19:33

      Autre analyse qui explique les changements dans la réforme, par David Litvak.

      "Synthèse des amendements à la proposition initiale de réforme et des ajouts effectués suite aux consultations.

      Les changements considérés « négatifs » ou discutables sont précédés d’un double-trait (-). Mention est également faite lorsqu’il s’agit d’un amendement aux propositions du premier bloc de réforme.

      POUVOIRS DU PRESIDENT

       Le District métropolitain de Caracas devient le District Fédéral de Caracas, dont le chef est nommé et démis par le président (premier bloc, 16).

      Possibilité de supprimer le droit à l’information durant les états d’exception (337) ; l’Assemblée nationale devient la seule institution capable d’approuver le décret d’état d’exception, la Cour suprême n’a plus la fonction de juger de la constitutionnalité du décret (339).

      Possibilité pour le président d’attribuer à des députés des charges exécutives ; ils renoncent cependant alors temporairement à l’exercice de leurs charges législatives (191).

      DEMOCRATIE

      Réduction de l’âge du droit de vote de 18 à 16 ans (64).

      Démocratisation complète des universités pour l’élection des autorités universitaires sur le principe d’une personne un vote pour l’ensemble du personnel enseignant, des travailleurs et des étudiants (109).

      Financement annuel minimal des organes communaux de pouvoir populaire fixé à 5% du budget annuel de l’État central, les États reçoivent, eux, 25%, mais doivent distribuer 20% de l’ensemble de leur budget à leurs municipalités (premier bloc, 167). En 2008, ce 5% devrait représenter près de 2.5 milliards de dollars. La forte croissance économique du Venezuela et l’augmentation constante de la part des dépenses gouvernementales par rapport au PIB font que ce plancher de financement devrait monter les étages assez rapidement au cours des prochaines années.

      Participation des représentants du pouvoir populaire aux comités de pré-sélection des magistrats de la Cour suprême (264), des recteurs du Conseil électoral national (295), du Défenseur du Peuple (Defensor del Pueblo, ombusman), du Contrôleur général de la République, du Procureur fiscal de la République (Fiscal general) (279) et des contrôleurs fiscaux des États (163).

       Hausse des seuils nécessaires pour les différentes formes d’initiatives populaires ou de rappel populaire prévues dans la constitution vénézuélienne, mais réduction du seuil nécessaire pour le déclenchement d’un référendum par l’Assemblée nationale d’une supramajorité des deux tiers à la majorité simple (71, 72, 73, 74).

       Élimination de l’initiative populaire directe pour les amendements constitutionnels, l’initiative populaire initiée par 20% des électeurs inscrits, au lieu de 15%, doit dorénavant être approuvée par l’Assemblée nationale à la majorité simple (341), le pourcentage d’électeurs inscrits pour initier une réforme constitutionnelle, elle aussi déjà indirecte, mais plus substantielle, passe de 15 à 25% (342) et, pour convoquer une Assemblée nationale constituante, de 15 à 30% (348).

      Réduction de la majorité nécessaire à l’Assemblée nationale pour destituer un magistrat de la Cour suprême, pour faute grave, des deux tiers à la majorité simple (265).

      Interdiction pour les militaires actifs d’exercer des fonctions partisanes (premier bloc, 328).

      PROPRIETE

      Remplacement de la disposition constitutionnelle reconnaissant et protégeant le droit de propriété intellectuelle par une disposition reconnaissant « les droits de tous et toutes de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, à jouir des arts et à participer au progrès scientifique, technologique et (à jouir) des bénéfices qui en résultent. » (98)

      L’exploitation des hydrocarbures se fait directement par l’exécutif, par des entreprises ou entités dont il est le propriétaire unique ou par des entreprises mixtes où il détient le contrôle et la majorité des actions (premier bloc, 302).

      Interdiction de privatiser partiellement ou totalement la PVDSA (Petróleos de Venezuela) et les entités ou entreprises publiques qui oeuvrent dans les domaines réservés à l’État (303).

      Précision des attributions d’usage, de jouissance et de disposition concernant le droit de propriété individuelle (premier bloc, 115).

      INTERNATIONAL

      « Promotion par l’État de l’intégration, la confédération et l’union de l’Amérique Latine et des Caraïbes avec l’objectif de constituer un grand bloc régional de pouvoir politique, économique et social » (153).

      AUTRES

      Insertion d’une disposition voulant que le système carcéral vise la réhabilitation des détenus (272).

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 30 novembre 2007 05:16
      Daniel Duquenal

      Bleu

      Essayez toujours, vous y arriverez peut-être.

      Dans mon billet je cause un set précis de changements avec leurs intentions. Je ne parle pas du reste. J’en parlerai plus tard si j’en ai le temps avec un autre billet. Ou vous pouvez venir sur mon blogue où j’en ai parlé très longuement. Après tout, en signant depuis Montréal vous devez baragouiner l’englishe un peu, non ?

      Donc voila, je vous laisse le champ libre pour vous laisser briller à travers les analyses des autres vu que vous.....

  • Par moebius (---.---.---.160) 29 novembre 2007 22:48

    ...un « gros con »

    • Par Dégueuloir (---.---.---.102) 30 novembre 2007 00:13
      Dégueuloir

      lol....toi ou Duquenal ? moi j’opterai pour les deux,com d’hab un torchon de propagande US de série B, .......T’as pas honte de mentir aussi éhontément Duquanal ? Te fatigue pas,d’ailleurs,vu le petit nombre de commentaires distincts,ta vomissure ne trompe personne,pas-même Lerma.....c’est pas peu dire..........t’es grillé Duquedal...... smiley

    • Par vivelecentre (---.---.---.134) 30 novembre 2007 07:51

      comme d’hab ! vous honnorez bien votre surnom !

      il faudrait même completer, ce ne serait pas plus joli mais encore plus pret de la réalité

      « degueuloir de haine »

      qu’en pensez vous ? ( si vous avez l’option bien sur)

    • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 30 novembre 2007 20:32

      « vous ... un gros con »

      Savoir parler un peu français, Moebius ?

  • Par veda (---.---.---.167) 30 novembre 2007 00:36
    veda

    Je me suis bien marrer en lisant votre dissertation. J’espère qu’on vous paye bien : c’est du lourd smiley

  • Par vivelecentre (---.---.---.134) 30 novembre 2007 08:02

    La demonstration de Duquenal est pourtant evidante

    Il y a que les naifs ou les defenseurs d’un regime à la cubaine pour ne pas voir la manoeuvre et les grosses ficelles de Chavez pour lui preparer un avenir « royal »

    esperons que les venezueliens réagissent à temps et ne donne pas les pleins pouvoirs a ce nouveau caudillot, ce narcissique néo marxiste de circonstance

    "23:55 - jeudi 29 novembre 2007 Vénézuéla : marée humaine contre la réforme de Chavez A l’appel des étudiants, plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé à Caracas, hier, avant le referendum de dimanche sur une réforme instaurant un État socialiste au Vénézuéla. Hugo Chavez est accusé de vouloir instaurer une « dictature à la cubaine » par une refonte de la Constitution lui permettant de se présenter indéfiniment à l’élection présidentielle et de censurer la presse en cas de crise.. Le dernier sondage prédit un scrutin serré, avec une légère avance pour le « non ».«  »

    esperons que cela soit le cas !!

    • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 30 novembre 2007 20:37

      il est trop con ce vivelecentre, c’est sûr et certain que le Si va le remporter.

      Je suis très heureux : on va renforcer un peu la diversité idéologique sur cette terre, il est temps si on veut sauver la vraie démocratie.

      Patria, socialismo o muerte ! Venceremos !

  • Par veda (---.---.---.167) 30 novembre 2007 09:46
    veda

    The Revolution will be not televised - Coup d’Etat contre Hugo Chavez :

    A voir ce documentaire video absolument :

    http://video.google.com/videoplay?d...

    Ce à quoi participe vivelecentre, un agent de propagande de la cia, c’est l’opération Tenaza visant à destabiliser le vénézuela pendant le référendum et à en faire un couverture médiatique internationale pour falsifier l’histoire.

    http://www.alterinfo.net/TENAZA-OPe... http://www.alterinfo.net/Chavez-den...

    La direction d’agoravox devrait avoir un peu plus de courage politique pour arreter la diffusion d’articles propagandistes comme ceux de duquenal car ils n’ont aucun rapport avec la réalité. Un mimimum d’objectivité et d’intégrité de journaliste citoyen.

    • Par Dégueuloir (---.---.---.60) 30 novembre 2007 13:07
      Dégueuloir

      Avé le roi lion,te fatigues pas avec ce torchon sans envergure,ce type de duqueudal est une tumeur purulente de mauvaise foi,sa haine se lit sur son visage et sa langue de vipère ne trompe plus personne,c’est un frustré....de ses actions pétrolière ?? honte à lui !!

    • Par troglodyte (---.---.---.198) 30 novembre 2007 16:32

      Hahahah ! Duquenal et ses actions petrolieres !!!

      Mais mon pauvre degueloir, tu sais pas qu’au Venezuela PERSONNE n’a d’actions dans PDVSA sinon l’etat, et ceci depuis 1970 et quelque.

      Ça serait bien qu’avant que tu degueles sur Duqenal ou Vive le centre tu avale un peu de connaissance reelle sur le venezuela.

      Je sasi pas si se pauvre Duquecon dit la verite ou pas mais la maniere comme il vous fait gerber vaut le detour !!!

  • Par vivelecentre (---.---.---.134) 30 novembre 2007 10:02

    Ah aujourd’hui je suis un agent de la Cia ?

    parce que j’ai l’audace de faire remarquer que la population du venezuela n’est pas entierement acquise a la cause du nouveau caudillot ?

    parce que j’ai l’audace de souligner que dans un sursaut democratique la « reforme » pourrait etre rejetée ?

    Pour ne pas admettre que l’on puisse etre d’un autre avis que vous sur la veritable nature du Chavisme, soit vous etes un inconditionnel des regimes totalitaires , soit vous etes d’une grande naiveté.

    Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir...

    Sorter de votre idolatrie et annalyser à froid les elements du probleme au lieu de croire toujours au « grand complot du capital et de la cia » !

    Empetrés dans leurs propres problemes , enliseés au moyen orient, surendettés aupres des chinois, cela fait un petit momun que les Americains ( etasuniens pour reprendre l’expression favorite des antimaricains) n’ont plus beaucoup les moyens de manipuler qui que ce soit !

  • Par vivelecentre (---.---.---.134) 30 novembre 2007 10:28

    il faut croire que l’afp doit etre une succursale de la CIA !

    cela fera plaisir aux journalistes....

    «  »"Venezuela : une marée humaine contre la réforme de Chavez Il y a 2 heures

    CARACAS (AFP) - Une marée humaine a envahi jeudi Caracas pour clamer son opposition au président Hugo Chavez, formant l’un des plus grands rassemblements contre le régime avant le référendum de dimanche sur une réforme instaurant un Etat socialiste au Venezuela.

    Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé, sous la surveillance de 1.300 policiers, le long de l’avenue Simon Bolivar, la principale artère de la capitale, à l’appel des étudiants qui incarnent la contestation.

    De légers incidents ont entaché la manifestation qui s’est achevé en début de soirée. Un caméraman de la télévision officielle a été malmené, tandis qu’un groupe de militants pro-Chavez ont agressé des manifestants à l’entrée d’une station de métro.

    Les opposants au régime accusent M. Chavez de vouloir instaurer une « dictature à la cubaine » à travers une refonte de la Constitution qui lui permet de se présenter indéfiniment à la présidentielle et de censurer la presse en cas de crise, tout en érigeant l’économie socialiste en modèle.

    « Que voulons-nous ? La liberté ! », ont hurlé les manifestants, habillés en bleu, par contraste à la couleur rouge du régime, en lançant des huées au passage des hélicoptères de la police.

    « Nous disons non à l’abus de pouvoir, non au totalitarisme ! », a lancé Freddy Guevara, un des leaders étudiants, depuis une immense tribune, dressée au milieu de cette avenue de quatre kilomètres, recouverte par la foule.

    Le chef du parti social-démocrate Un Nuevo Tiempo (Un Nouveau Temps), Manuel Rosales, candidat malheureux de l’opposition à la présidentielle de l’an dernier, a harangué la foule : « Nous allons voter +non+ avec toute la patrie derrière nous ».

    « Nous sommes venus lancer un message au monde entier pour dire que nous voulons la démocratie », crie au micro Carlos Ocariz, président du parti de centre-droit Primero Justicia (La Justice en Premier).

    Un sifflet en bandoulière, Beatriz Alvarez, une standardiste de 38 ans, affirme que le Venezuela vit « un moment historique dans la lutte contre le chavisme ». « Nous ne voulons ni du communisme total, ni d’un nouveau Pinochet », dit-elle.

    Leopoldo Lopez, maire d’opposition du quartier aisé de Chacao à Caracas, a souligné que l’asbtention pouvait être fatale au « non ». Si le « oui » l’emporte, le « Venezuela se réveillera sous un régime socialiste autoritaire avec le pouvoir concentré dans les mains d’un seul homme », a-t-il déclaré.

    Le dernier sondage, publié par l’institut privé Hinterlaces, prédit un scrutin extrêmement serré avec une très légère avance pour le « non », suscitant la crainte de violences.

    De nombreux incidents avec les forces de l’ordre ont éclaté lors des dernières manifestations étudiantes, faisant plusieurs blessés depuis le début de la campagne.

    Bête noire des Etats-Unis dans la région, M. Chavez a fait monter la pression d’un cran, en accusant l’opposition d’avoir mis au point un plan avec l’« empire américain » pour le « neutraliser ».

    « Nous devons être en état d’alerte car l’ennemi ne se repose jamais », a affirmé le chef de l’Etat, victime d’un putsch avorté en 2002, avant de dénoncer un énième complot de la CIA pour l’assassiner.

    C’est la première fois que cet ancien officier putschiste de 53 ans, élu confortablement depuis neuf ans à la tête de ce puissant pays pétrolier, se retrouve sous la menace d’un revers électoral.«  »"

    et pour l’equilibre ( amoins que ce soient des agents doubles...) :

    «  »N O T R E A M E R I Q U E La Havane. 27 Novembre 2007

    Les partisans du Oui serrent les rangs pour que la réforme soit approuvée au Venezuela

    CARACAS, le 27 novembre.- Les partisans du Oui au projet de réforme constitutionnelle au Venezuela serrent aujourd’hui leurs rangs dans la dernière ligne droite de la campagne électorale, avec en point de mire le référendum prévu pour le 2 décembre.

    Des membres d’organisations favorables à la réforme de la constitution multiplient les actions dans différents points du territoire national, afin de faire connaître à la population le contenu de la réforme.

    En outre, des parlementaires, des leaders politiques et des chefs d’entreprise qui appuient la proposition du président Hugo Chavez se sont joints au travail de diffusion de documents expliquant les modifications de 69 articles et 15 dispositions transitoires de la constitution.

    Selon les autorités électorales, le résultat du référendum exprimera la volonté du peuple, en réponse à l’opposition qui veut utiliser l’accusation de fraude pour décrédibiliser le scrutin.

    Dans ce contexte, les autorités ont de nouveau mis en garde contre les tentatives des groupes d’opposition de créer un climat de violence pour déstabiliser le pays.

    Dans les Etats de Carabobo et Aragua, des opposants à la réforme ont tenté de bloquer des routes et ont également provoqué la mort d’un ouvrier de l’entreprise PETROCASA.

    L’intervention des forces de l’ordre a permis de rétablir le calme après l’arrestation de 80 personnes, parmi lesquelles les auteurs présumés de l’agression.

    Dans cette conjoncture tendue, Chavez a lancé un appel à la sérénité et à ne pas se laisser provoquer, et également d’être vigilant face à n’importe quel indice de plan violent contre le pays.

    A ce sujet, il a rappelé qu’à l’heure actuelle « Le Venezuela n’était pas un pays inflammable », dans un message destiné à ceux qui misent sur la déstabilisation.«  »"

  • Par ele (---.---.---.40) 30 novembre 2007 13:34

    TENAZA

    OPÉRATION DE LA CIA AU VENEZUELA

    Un MÉMO de la CIA révèle les dessous des activités menées au Venezuela par les forces d’opposition internes et externes pour contrer le référendum sur la réforme constitutionnelle, prévu pour le 2 décembre 2007, et pour renverser le gouvernement élu du Président Hugo Chavez. Ce MÉMO, rédigé le 20 novembre 2007, par le responsable de la CIA à l’ambassade des États-Unis au Venezuela, Michael Middleton Steere, a pour destinataire le Directeur général de l’Agence à Washington, Michael Hayden. Bien que hautement confidentiel, ce MEMO s’est retrouvé entre les mains de personnes qui ont jugé bon d’en faire la diffusion la plus large possible. (http://www.aporrea.org/tiburon/n105... )

    L’auteur de la note fait le point sur l’OPÉRATION TENAZA et aborde les dernières étapes à franchir pour atteindre les objectifs visés.

    D’ABORD IL RELÈVE LES CONSTATS

    1. La tendance des intentions de vote se maintient. Selon les derniers sondages réalisés tant à l’interne qu’à l’externe, le OUI a l’avantage de 10 à 13 points (57% OUI, 44% NON). 2. Les analyses confirment que cette tendance est irréversible à court terme, c’est-à-dire qu’elle ne peut être modifiée de façon significative d’ici le référendum du 2 décembre. 3. La campagne publicitaire promue conformément au Plan ainsi que les désertions du camp gouvernemental de certains hauts dirigeants (Podemos-Baduel, par exemple) ont fait perdre à Chavez 6 points par rapport à son pourcentage initial. Ceci dit, de telles tendances ont atteint leur plancher. 4. Il faut s’en tenir au PLAN TENAZA pour lequel divers scénarios peuvent être envisagés.

    LES SCÉNARIOS

    1. Empêcher le Référendum ou, à défaut d’y parvenir, en méconnaître les résultats.

    Selon l’auteur, il faut continuer à renforcer les activités qui visent à empêcher la tenue du référendum tout en préparant en même temps les conditions pour en contester les résultats. Sur ce dernier point, il est important de créer dans l’opinion publique le fait que le NON est en nette avance sur le OUI et qu’il est assuré de la victoire. C’est en ce sens qu’il faut continuer à travailler avec les maisons de sondage contractées par la CIA. 2. Il faut discréditer autant faire se peut le Conseil national électoral (CNE) de manière à créer dans l’opinion publique la sensation de fraude.

    En ce sens, il faut semer le doute sur l’inconsistance du registre électoral permanent et la non fiabilité des équipements mis en place pour le vote. Des contacts avec une équipe d’experts universitaires permet de compter sur leur prestige académique, pour donner de la crédibilité à la fraude par la manipulation des données de la part du CNE entre autres au moyen d’encre spéciale et en intervenant dans le maniement des machines de votation.

    3. Il faut engorger le plus possible les bureaux de votation en encourageant les militants du NON à voter puis à rester sur place : VOTE ET RESTE.

    Cette action produira une implosion qui permettra l’exécution de la directive prévue dans l’Opération Tenaza.

    4. Il faut commencer à donner de l’information sur les résultats du vote dans les premières heures de l’après-midi, utilisant les sondages préliminaires déjà disponibles.

    Telle que planifiée, cette opération requière une coordination avec les médias de communication au niveau international.

    5. L’implantation sur le territoire national de groupes de protestation préparant au soulèvement d’une partie substantielle de la population

    La conduite de ces scénarios n’est pas sans comporter des risques politiques, d’autant plus que les groupes participants ne sont pas tous unanimes sur les actions proposées. Primero justicia et Nuevo tiempo ne partagent pas la stratégie présentée par la CIA alors que Comando national de la résistance et Action démocratique participent à toutes les étapes.

    LES TÂCHES IMMÉDIATES DE LA PHASE FINALE

    L’empêchement du référendum, la dénonciation d’une fraude électorale et les manifestations de rues devront compter sur des initiatives ponctuelles pour assurer le succès de l’opération. Le MEMO en fait une liste que nous pourrions résumer ainsi :

    1. Un effort diplomatique soutenu pour isoler toujours plus Chavez sur la scène internationale. 2. Travailler à l’unité des forces de l’opposition et chercher des alliances entre ceux qui vont s’abstenir de voter et ceux qui vont voter NON. 3. Augmenter la pression par des manifestations de rue dans les jours précédant le référendum. 4. Soutenir avec insistance la propagande contre le régime. 5. Exécuter les actions militaires d’appui aux mobilisations et aux actions d’occupation. 6. Mettre en place les dispositifs opérationnels des forces installées à proximité du territoire vénézuélien ; 7. Assurer l’appui des équipes externes en provenance du « pays vert et bleu, est coordonné ; 8. L’action maritime de « bleu » est prévue et les frontières avec « vert » aux endroits déterminés sont libres de passage.

    LISTES DES TÂCHES DÉJÀ RÉALISÉES

    A) Des rencontres avec des étudiants, des professeurs et recteurs d’universités privées ont permis d’en arriver à un accord pour qu’ils s’incorporent organiquement aux initiatives de la CIA avec pour objectif l’expulsion de Chavez. Le groupe Bandera roja a été l’un de ceux qui a appuyé le plus l’action directe de rue contre les institutions : CNE, LE TRIBUNAL SUPRÊME DE JUSTICE et LE PALAIS MIRAFLORES.

    B) Un des objectifs de l’Opération Tenaza est de contrôler, dans un lap de temps de 72 à 120 et avec l’appui massif des citoyens mécontents, une partie du territoire ou des institutions de manière à permettre l’intervention militaire et sa proclamation d’autorité. L’auteur précise que tous les secteurs ne participent pas à cette opération. Il est donc nécessaire de travailler à forger une plus grande unité. La découverte d’un commando et de l’arsenal militaire à leur disposition en a ébranlé plusieurs.

    C) Les meilleurs succès ont été obtenus dans le secteur de la propagande et des opérations psychologiques prévues au Plan en cours. Les apports des réseaux privés nationaux, de la Société interaméricaine de presse (SIP) et des agences internationales ont été déterminants. Enfin il importe de préciser, dit l’auteur du MEMO, que des 8 M$ qui ont été transférées, il n’en reste que très peu, la grande partie ayant été utilisée pour la propagande, la publicité et pour quelques unes des organisations de couverture.

    Oscar fortin

    Québec, le 28 novembre 2007

    http://humanisme.overblog.com

    • Par ele (---.---.---.40) 30 novembre 2007 13:41

      ALERTE AU VENEZUELA www.michelcollon.info

      LES MEDIAS EN GUERRE CONTRE CHAVEZ ? MICHEL COLLON

      Les prochains jours, vous allez être bombardés d’informations sur le Venezuela. A sens unique. Face à toute guerre médiatique, cinq réflexes :

      1. Les images, ça se manipule. 2. Ai-je entendu l’autre version ? 3. Nous dit-on les intérêts économiques des deux camps en présence ? 4. Nous explique-t-on pourquoi les uns sont riches, les autres pauvres ? 5. Qui a-t-on refusé d’inviter ?

      Voici cinq articles pour aider à l’autodéfense...

      Gaël Brustier et Christophe Ventura - Au sujet de l’article « L’opportunisme humanitaire de Chávez » publié par Libération Bernard-Henri Lévy et ses amis sont des menteurs. La preuve. Libération*

      James Petras - Baduel candidat au rôle de Pinochet vénézuélien Pour Petras, Chavez fait face à une nouvelle menace de coup d’Etat militaire Baduel

      Salim Lamrani - Pourquoi Reporters sans frontières s’acharne contre Hugo Chavez Chavez muselle la presse, paraît-il ? Très bien, allons voir ! RSF

      Romain Migus - Réforme Constitutionnelle et Déstabilisation : Chronique(s) d’une Révolution en marche Pourquoi nous cache-t-on ce qu’il y a vraiment dans ces projets pour la Constitution ? Constitution

      Romain Migus - Vivez en direct le référendum populaire sur la Réforme Constitutionnelle au Venezuela Depuis Caracas, mon ami Romain vous propose une radio Internet pour contrer la désinformation Radio

    • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 30 novembre 2007 20:40

      Excellent, merci pour la traduction, on va pouvoir pas mal diffuser l’info aux francophones.

  • Par coyotito (---.---.---.144) 30 novembre 2007 17:15

    Comment s’exerce la démocratie au Vénézuela de Chavez :

    Le gouvernement envoie des autocars de tourisme dans les ranchitos pour aller chercher les élécteurs, on leur remet 100 000 Bolos(bolivars)soit environ 30€, 1 carton de 12 boites de conserves(en général des sardines) & 3 bouteilles de Rhum(au retour seulement, faudrait pas que les élécteurs votent bourrés) ce qui est étonnant c’est que Chavez, avec cette méthode, n’obtienne que 60% des voix. Et pour financer ces largesses, comme tout Dictateur (oh ! Pardon ! Je voulais dire Démocrate) éclairé, on met le Pays en coupe réglée, on s’ouvre un compte en Suisse(ou dans un autre paradis fiscal, je suis pas raciste) et on prévarique à tout va, comme les grands frères Castro & Péron ne l’on pas écrit dans le manuel de Démocratie en Economie Socialiste mais l’on pensé si fort qu’il en reste encore des traces. Mélanchon & Besancenot doivent s’en peter les bretelles de joie en regrettant que on ne puisse appliquer ce modèle en France

    • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 30 novembre 2007 20:19

      arrêtez, vous n’êtes plus du tout crédible, ça frôle le ridicule. Ah oui, et Chavez va fermer tous les commerces pour les nationaliser, et c’est un pur dictateur qui torture lui-même ses opposants avec du gros sel après leur avoir arracher les ongles, et, on peut encore inventer toutes les horreurs du monde. C’est tellement facile, mais ça ne rentre que dans des têtes de poule sans raison, sans intelligence, sans jugement.

  • Par Proudhon (---.---.---.216) 30 novembre 2007 18:19
    Proudhon

    Il y a une chose que je ne comprends pas. Comment l’auteur des différents articles de propagandes anti-chavez Daniel Duquenal, habitant le Vénézuela, est encore en liberté, vu que le Vénézuela de Chavez est une dictature.

    Moi, président dictateur, il y a belle lurette que je l’aurait expulsé aux USA le bouffon.

  • Par vivelecentre (---.---.---.103) 30 novembre 2007 19:17

    c’est ce qui se passera si Chavez fait passer ce texte , toute les dispositions sont ainsi prevues pour museler toute oppositions que ce soit politique ou mediathique...

    • Par Bleu Montréal (---.---.---.2) 30 novembre 2007 20:23

      honnêtement, si Camarade Duquenal (qui n’a pas l’air d’être un monsieur très vaillant ou courageux) habite encore au Vénézuéla (on raconte ce qu’on veut sur Internet), j’aimerais qu’il soit poursuivi en diffamation. Il le mérite vraiment.

    • Par Proudhon (---.---.---.216) 30 novembre 2007 20:33
      Proudhon

      Et bien je vais vous dire, ce serait très bien !! Foutez moi les tous dehors les corrompus ploutocrates.

      Comme celà ca permettra à ce cher monsieur d’aller habiter chez ces copains américains, si il n’y est déjà !

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 1er décembre 2007 02:01
      Daniel Duquenal

      Je vois que le fascisme se porte bien, non seulement au Venezuela mais en France. C’est curieux quand même que la gauche con aie adopté ce genre de langage une fois que ses points de références se sont émoussés et même disparus.

      Depuis que j’écris sur Agoravox je me suis pris à penser avec nostalgie à mes camarades étudiants à la fin des années 70 lorsqu’ils essayaient de me vendre un abonnement a l’Huma. Eux oui ils avaient des arguments et ils étaient capables de les avancer d’une manière polie et presque convainquante. Je ne me suis jamais abonné mais j’ai perdu la peur du rouge. Vous ? vous me faites un peu peur, car je n’ai toujours pas perdu la peur du fascisme.

    • Par Proudhon (---.---.---.216) 1er décembre 2007 14:44
      Proudhon

      J’aimerai savoir qui est le fachiste entre votre pote Uribe et Chavez.

      Je sais que les révisionnistes sont légions en ce moment. On va vous expliquer bientôt qu’Hitler n’a pas été soutenu par les gros financiers capitalistes internationaux mais par les communistes. Hitler d’ailleur était communiste et va savoir peut-être juif.

      Ils commencent vraiment à me gonfler toute cette racaille de propagandistes révisionniste.

  • Par Basebou (---.---.---.171) 1er décembre 2007 09:22
    Basebou

    ET voilà, c’est repart, c’est plus fort que lui, ça frise l’obsession chez notre ami Duquenal : « Chavez= Mussolini », « dans national-socialisme, il y a SOCIALISME » et « tous les rouges sont des fascistes » ..... Franchement, M. Duquenal, comment voulez-vous qu’avec des propos pareils, on vous accorde la moindre crédibilité ????? Si vous estimez que certains vous injurient, ne leur répondez pas ou faites ce qu’il vous plaît, mais ne tombez pas dans ces enfantillages !

    En fait, vous êtes sans doute vous-même favorable à ce qu’Hugo Chavez soit renversé par un coup d’état, alors s’il-vous-plaît, ne donnez pas de leçons de démocratie aux autres. merci

  • Par vivelecentre (---.---.---.48) 2 décembre 2007 08:53

    Basebou

    Soyez plus precis, duquenal a parlé de facisme et non pas de nazisme, ce n’est pas la même chose

    Le nazisme pouvant etre reconnu comme une emmanation du facisme mais dont le but est non pas de defendre une nation mais une race

    par contre vous avez raison, dans National Socialisme ( a l’origine né d’un parti ouvrier...), il y a bien le mot socialisme

    pas seulement le nom d’ailleur, mais aussi le programmme !

    citons :

    Origine :

    Le Parti ouvrier allemand de Bohême (1904) Le parti Parti ouvrier allemand de Bohême (très antérieur au DAP munichois) est quant à lui organiquement issu d’organisations socialistes et syndicales au sein de l’Empire autrichien : « Syndicats et partis se scindèrent en des formations tchèques et allemandes : en 1898, naquit un Parti national-socialiste ; en 1904, le Deutsche Arbeiterpartei (DAP) vit le jour à Trautenau, appuyé sur les syndicats allemands réunis en une Commission centrale des associations syndicales allemandes ; un tiers de celles-ci adhéraient au DAP. Ses membres étaient des employés de commerce, des ouvriers, des mineurs et des cheminots dont une partie avait auparavant soutenue les sociaux-démocrates. »[6]. En 1910, son chef, Walter Riehl, était venu du SPD[7]. Le DAP de Bohême se rebaptisera Deutsche nazionalsozialistische Arbeiterpartei (DNSAP) en 1918, soit avant même la fondation du DAP-NSDAP. Les deux partis entretiendront ensuite des liens. mouture " Les premiers nazis signalés comme issus de la mouvance socialiste sont :

    Anton Drexler, fondateur du DAP. Selon l’historien François-Georges Dreyfus, « Il semble d’ailleurs qu’Anton Drexler ait appartenu au SPD avant 1914. " Hermann Esser, premier chef de la propagande du DAP et l’un des principaux premiers compagnons d’Hitler : « excellent orateur, il contribua largement au succès du NSDAP. » .

    Il était à l’origine social-démocrate : « En 1919, il avait collaboré au journal social-démocrate « Allgauer Volkswart » à Kempten »[12]. Il sera sous-secrétaire au Tourisme du Reich (1939-1945).

    Gottfried Feder, le mentor d’Hitler en matière d’économie était très anticapitaliste. Selon l’historien Ian Kershaw, Feder « avait adressé au mois de novembre précédent (NB : 1918) un exposé de ses idées au gouvernement socialiste dirigé par Kurt Eisner. » . En 1919, il avait écrit un manifeste contre l’eslavage du taux d’intérêt (« Brechung der Zinsknechtschaft »). Il demandait la nationalisation des banques et l’abolition de l’intérêt. En 1933, Hitler le nomme sous-secrétaire au ministère de l’Économie.

    Si l’on s’en tient aux seules questions économiques et sociales, les analogies ou influences entre socialisme et national-socialisme peuvent être relevées :

    à partir du programme du parti nazi de 1920 à travers l’existence de synthèses entre socialisme et nationalisme :

    Près de la moitié des 25 points du programme sont consacrés à des questions économiques et sociales :

    7 : Nous demandons que l’État s’engage à procurer à tous les citoyens des moyens d’existence. Si ce pays ne peut nourrir toute la population, les non citoyens devront être expulsés du Reich.

    10 : Tous les citoyens doivent avoir des droits égaux et des devoirs égaux.

    11 : Nous demandons la suppression du revenu des oisifs et de ceux qui ont la vie facile, la suppression de l’esclavage de l’intérêt.

    12 : Considérant les énormes sacrifices de sang et d’argent que toute guerre exige du peuple, l’enrichissement personnel par la guerre doit être stigmatisé comme un crime contre le peuple. Nous demandons donc la confiscation de tous les bénéfices de guerre, sans exception.

    13 : Nous demandons la nationalisation de toutes les entreprises appartenant aujourd’hui à des trusts.

    14 : Nous demandons le partage des bénéfices des grandes entreprises.

    15 : Nous demandons une augmentation substantielle des pensions des retraités.

    16 : Nous demandons la création et la protection d’une classe moyenne saine, la remise immédiate des grands magasins à l’administration communale et leur location, à bas prix, aux petits commerçants. La priorité doit être accordée aux petits commerçants et industriels pour toutes les livraisons à l’État, aux Länder ou aux communes. 17 : Nous demandons une réforme agraire adaptée à nos besoins nationaux, la promulgation d’une loi permettant l’expropriation, sans indemnité, de terrains à des fins d’utilité publique, la suppression de l’imposition sur les terrains et l’arrêt de toute spéculation foncière. 18 : Nous demandons un combat sans merci contre dont les activités nuisent à l’intérêt commun. Les « coupables de crimes contre le peuple » (Volksverbrecher), les usuriers, les fraudeurs, etc. doivent être condamnés à mort sans qu’il soit tenu compte de leur confession ou de leur race. 20 : L’extension de notre infrastructure scolaire doit permettre à tous les Allemands bien doués et travailleurs l’accès à une éducation supérieure, et par là à des postes de direction. Les programmes de tous les établissements d’enseignement doivent être adaptés aux exigences de la vie pratique. L’esprit national doit être inculqué à l’école dès l’âge de raison (cours d’instruction civique). Nous demandons que l’État couvre les frais de l’instruction supérieure des enfants particulièrement doués de parents pauvres, quelle que soit la classe sociale ou la profession de ceux-ci.

    21 : L’État doit se préoccuper d’améliorer la santé publique par la protection de la mère et de l’enfant, l’interdiction du travail de l’enfant, l’introduction de moyens propres à développer les aptitudes physiques par l’obligation légale de pratiquer le sport et la gymnastique, et par un puissant soutien à toutes les associations s’occupant de l’éducation physique de la jeunesse

    Hitler proclamera ce programme « intangible » au congrès de Bamberg en 1926. Certains soulignent cependant leur proximités avec les programmes des partis socialistes Les synthèses nationalisme/socialisme antérieures en Allemagne Des synthèses entre socialisme et nationalisme sont apparues en Allemagne au sein du mouvement socialiste, avant l’apparition du DAP.

    Au sein de la social-démocratie allemande s’étaient développés différents courants de pensée amenant à concevoir un rapprochement entre socialisme et nationalisme :

    Un socialisme étatique autoritaire , collectiviste, nationalisation !

    Mais ce n’est pas ce que l’on reproche les plus au national socialisme bien sur mais toute l’ideologie raciste et les moyens mis en oeuvre pour la promotion de la race superieure

    Tout cela n’a rien a voir avec Chavez, Basebou et personne ici sauf vous ne fait ce type de parallele...

    • Par Basebou (---.---.---.171) 2 décembre 2007 17:05
      Basebou

      @ vivelecentre

      Cher monsieur le centre Vous devriez relire tous les commentaires de Mr Duquenal et jeter un oeil sur son blog pour comprendre le sens de mes remarques. Vous verrez que M. Duquenal, par un procédé classique de la propagande, établit de manière récurrente des liens entre Hugo Chavez et le fascisme. De surcroît, vous vous basez sur le programme initial du NSDAP, mais toute personne ayant un minimum de connaissance sur le national-socialisme sait que ce programme n’a jamais été appliqué dans sa totalité. Et puisqu’on parle de socialisme, sachez que le nazisme a surtout rempli les poches du grand capital allemand plutôt que les masses populaires qu’il a transformées en chair à canon. Comme votre temps est sans doute précieux, je ne vous renverrez pas à des études de fonds sur le sujet, si vous en avez le temps, lisez donc l’excellent et bref article d’Henri Rousso, directeur de l’institut d’histoire du temps présent (CNRS) intitulé « le grand capital a-t-il soutenu Hitler » paru dans les collections de L’Histoire au premier trimestre 2003. Vous y trouverez sans doute quelques informations dignes d’intérêt et fiables Avec mes cordiales salutations

    • Par Basebou (---.---.---.171) 2 décembre 2007 17:11
      Basebou

      Cher Monsieur phiconvers, « totalitaires » est un adjectif et vous l’utilisez comme un « nom ».

      Il est triste également qu’au lieu de chercher un débat constructif, vous vous contentiez de réduire les contradicteurs de M. Duquenal en un « meute de totalitaires ».... voilà un amour étrange de la démocratie que vous semblez aimer plus que tout. En un mot « je suis démocrate mais tous ceux qui ne pensent pas exactement comme moi sont des méchants totalitaires ». Voilé qui est un tantinet surprenant (devrais-je dire puéril ?. vous devriez mieux maîtriser vos nerfs, ou, peut-être, cogiter quelque peu sur le mérite de la liberté d’expression dans la démocratie.

      Avec mes cordiales salutations

    • Par Proudhon (---.---.---.216) 2 décembre 2007 19:01
      Proudhon

      « Et le Herrenklub, c’étaient des socialistes ? »

      LE HERRENKLUB

      A côté de ces militaires clairvoyants, la contre-révolution allemande eut aussi son « club de Clichy ». Il s’agit du Herrenklub, le Club des seigneurs, qui fit par la suite tant parler de lui. Les mêmes idées qui conduisirent les militaires à offrir leurs services à la République agitaient alors quelques hommes de la droite qui, après avoir suivi une action isolée dans différentes associations sans importance, finirent par se réunir en 1924 dans ce Club des seigneurs. Celui-ci se proposait de devenir la citadelle de l’idéologie nationaliste et conservatrice et de fournir les hommes dirigeants et les cadres administratifs de l’État. Son nom seul était tout un programme.

      Le Herrenklub regroupa ainsi l’élite de l’ancienne classe dirigeante dispersée par la secousse révolutionnaire. Il réunit dans son sein les représentants les plus qualifiés de la noblesse, de la propriété foncière, de la banque, de l’industrie, de la presse, soit tous les éléments les plus actifs des milieux conservateurs allemands. A la tête de ce mouvement se trouvaient deux hommes remarquables par leur intelligence : l’écrivain Moeller Van den Bruck, auteur d’un livre retentissant, Das dritte Reich, et le baron Heinrich von Gleichen-Russwurm, l’un des descendants de Schiller. C’est à ces « romantiques » de l’ancien régime, comme on les appela d’abord, que revient le mérite d’avoir donné une doctrine à la contre-révolution allemande. Par leur action politique, conduite avec méthode et sûreté, ils contribuèrent à la concentration et à la cohésion des forces contre-révolutionnaires, dont l’effort était jusqu’alors dispersé, mais qui poursuivaient un but commun : la destruction de l’oeuvre de la révolution.

      Leurs idées, développées surtout par M. von Gleichen dans la revue fondée et dirigée par lui, Der Ring, peuvent être résumées ainsi :

      « Les conservateurs allemands ne devaient pas adopter, vis-à-vis du nouveau régime républicain, une attitude de résistance passive ; ils devaient au contraire s’emparer de l’appareil de l’État au sein même du régime et favoriser ainsi la renaissance de l’esprit de l’Allemagne d’avant guerre. »

      Ces hommes politiques ne faisaient en somme que suivre les militaires qui, loin de donner dans le romantisme putschiste avec ses gestes épiques et vains, se rapprochèrent de la République afin de mieux l’étouffer. La tactique de ceux-ci, qui consistait à s’emparer de l’appareil militaire de l’État, ne pouvait que trouver l’entière approbation des tacticiens du Herrenklub.

      « Les officiers de la Reichswehr, écrivait le Ring, ont depuis la Révolution, à distinguer entre l’Etat lui-même et sa forme apparente. Les officiers veulent servir l’État dans ce qu’il a de permanent et d’identique à lui-même. »

      Dzelepy E.N., le Vrai « Combat » d’Hitler, Lucien Vogel éditeur, 1936, p. 18.

      « Et les entreprises ayant employé de la Main-d’Oeuvre Concentrationnaire, elles étaient socialistes ? »

      A.E.G. : Auschwitz, Gross-Rosen, Natzweiler, Sachsenhausen, Stutthof.

      Adlerwerke AG : Natzweiler.

      Alpine Montanwerke AG : Mauthausen.

      Arado-Werke : Sachsenhausen.

      Auto-Union : Flossenburg.

      Blehm und Voss : Neuengamme.

      BMW : Buchenwald, Dachau, Natzweiler.

      Büssing AG : Neuengamme.

      Daimler-Benz AG : Natzweiler, Sicherungslager Verbruck-Schirmeck.

      DEMAG : Buchenwald, Dora-Mittelbau, Sachsenhausen.

      Deutsche Werft : Neuengamme.

      Dornier : Dachau.

      Dortmund-Hörder Hüttenverein : Buchenwald.

      Dyckerhoft & Widmann : Auschwitz, Dachau.

      Dynamit AG : Dachau, Gross-Rosen.

      Ford : Buchenwald.

      Framo-Werke : Flossenburg.

      Hanomag : Neuengamme.

      Heinkel : Buchenwald, Mauthausen, Natzweiler, Plazow (Pologne), Ravensbrück, Sachsenhausen.

      Henschel-Flugzeugwerke : Ravensbrück.

      Hoch-Tief AG : Dachau, Neuengamme.

      Howaldt : Neuengamme.

      IG-Farbenindustrie : Auschwitz, Buchenwald, Gross-Rosen.

      Junkers Flugzeug und Motorenwerke : Buchenwald.

      Klöckner-Humboldt-Deutz : Dachau.

      Friedrich Krupp : Buchenwald. Gross-Rosen, Natzweiler,

      Strafgefangenenlager Papenburg, Sachsenhausen.

      Messerschmitt : Dachau, Flossenburg, Mauthausen, Natzweiler.

      Opta Radio AG : Flossenburg.

      Rheinmetall-Borsig AG : Buchenwald.

      Schell-Öl : Neuengamme.

      Siemens : Ravensbrück.

      Siemens-Schuckert : Auschwitz, Flossenburg, Mauthausen.

      Aligemeine Solvay-Werke : Buchenwald.

      Solvay Kalksteinbergwerke : Mauthausen.

      Steyrwerke Daimler-Puch : Mauthausen, Radom.

      Stülkenwerft-Naval : Neuengamme.

      Telefunken : Gross-Rosen.

      Valvo-Röhrenwerke : Neuengamme.

      Volkswagenfabrik : Neuengamme.

      Weiss & Freytag : Gross-Rosen.

      Wintershall AG : Buchenwald.

      Württembergische Metallwarenfabrik : Natzweiler.

      Zeiss-Ikon Werk : Flossenburg.

  • Par phiconvers (---.---.---.24) 2 décembre 2007 12:16
    phiconvers

    Estimado D. Duquenal, Vous êtes confrontés à la maigre mais déchaînée meute des totalitaires qui squattent le web et s’y répandent en invectives mal documentées, souvent grossières et finalement pas très dangereuses. Rassurez-vous, ils sont une infime minorité, vouée à s’étrangler à chaque étape de leur marginalisation.

    Bravo pour votre analyse.

    Amusez-vous en voyant les même roquets m’insultant : http://www.agoravox.fr/article.php3...

  • Par vivelecentre (---.---.---.48) 2 décembre 2007 19:28

    pour en revenir au sujet de l’article, ausx dernieres nouvelles :

     Pas d’observateurs etrangers sur le vote

     De l’encre mysterieusement sympathique, qui disparait apres les signatures des registres

    On devine tristement la suite

     Le pouvoir en place va bien sur "s’offrir ce plebiscite
     l’opposition, non sans raison, va contester le resultat

    Le pays s’orientera vraisemblablement vers une periode de trouble et de violence...

  • Par vivelecentre (---.---.---.48) 2 décembre 2007 20:19

    oui, peut etre quelques agneaux déja acquis a la cause du Chavisme et qu’ils sera facile de promener..

    Votre blog et vos prises de positions ont du naturellement leur convenir...

    des observateurs, cela ne se choisit pas ni s’invite , cela s’impose !

    concernant les problemes d’encre , renseignez vous mon vieux , si vous etes sur place, vous devriez déjà entendre ce scandale

    tiens d’ailleur, s’avez vous qu’hier, Chavez a fait envoyer l’armée dans les champs de petrole ?

    N’allez pas me faire croire que c’est pour se proteger d’une invasion des ricains !

    Par contre, en cas d’opposition musclée par un resultat a 50/50, il s’agit de proteger la manne financiere du regime...

  • Par franc (---.---.---.253) 2 décembre 2007 20:58

    Je vois que vivelecentre essaie de manipuler les gens avec son interprétation mensongère de l’histoire-------------------------------Si on a un peu de culture historique sur ce sujet on sait que effectivement au début le programme du NSDAP comporte des éléments socialistes mais qu’après la grande bourgeoisie capitaliste a repris en main le parti et elle a éliminé tout ce qui est socialiste révolutionnaire et populaire,ce qui se traduit par la nuit des longs couteaux où Rhöm et ses amis qui sont les représentants de cette tendance socialiste révolutionnaire et populaire ont été massacré.-----------------------------------------------------------------------------Qu’il y ait des milliers ou même des dizaines de milliers de manifestants anti-chavez il n’y a là rien d’étonnant,c’est toute la classe bourgeoise capitaliste qui manifeste avec leurs enfants étudiants fils à papa avec l’aide des instituts de sondages privés capitalistes pour leur donner du courage----------------------mais la majorité du peuple est avec Chavez.

  • Par Basebou (---.---.---.171) 2 décembre 2007 22:53
    Basebou

    MOn cher Monsieur pseudo vive-le-centre.

    comment osez-vous, sans état d’âme, propager une telle désinformation.... C’est pathétique de voir à quel point les opposants à Hugo Chavez sont tombés bas.... Vous allez bientôt dire qu’il trafique de la drogue, qu’il viole les petites filles de 8 ans, qu’il détourne des milliards de dollars, qu’il mange le coeur de ses opposants et cloue sur les portes leurs bébés ? Soyons sérieux, je vous prie... La haine que vomissent les opposants à Chavez est proprement stupéfiante. Sans être particulièrement un de ses fans, je trouve quand même cette hargne incroyable...

    quant aux observateurs internationaux, est-ce qu’on en envoie aux USA ? Au vu de ce qui s’est passé dans ce pays, cela en vaudrait quand même la peine

  • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 07:49

    Basebou

    je ne fais que de l’information

    ce que j’indique et qui se verifie dans les depeches d’agence Afp Roters et autre ( toute a la solde de la cia vous allez me dire..), ne sont pas des « informations » reprise par le net mais qui viennent directement de Caracas, par des amis Venezuelien et des français et membre de ma famille sur place

    Donc , si vous n’etes pas au courant, c’est que votre mission d’observateur n’a pas été bien remplis

    Je ne dis pas que c’est votre faute, tout depand de ce que vous avez pu voir et entendre, tout depend de votre entourage

    pour tentez de me decribiliser, ne parter pas sur des accusations que je ne formule pas comme « Vous allez bientôt dire qu’il trafique de la drogue, qu’il viole les petites filles de 8 ans, qu’il détourne des milliards de dollars, qu’il mange le coeur de ses opposants et cloue sur les portes leurs bébés »«  »

    c’est ridiculiser le debat sauf qu’il y a quand même un point qui est vrai dans des proportions que je ne peux evaluer (p’etre pas des milliards de dollars...) c’est l’enrichissement personnel de Chavez et de son clan de façon stupefiante et despotique

    Ca ce sont des FAITS verifiables sur place et connus de la population

    Francs :

    je ne manipule personne, je corrige juste le tir de ceux qui pretendre que dans le nazisme il n’y avait pas de courant et d’idée socialiste et que par consequent Hitler serait à ranger dans le camps de la droite...

    Les historiens ont il me semble suffisament repondu a cette question

  • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 07:54

    des sondages gouvernementaux « sortie des urnes » donne le oui en tête de 6 à 8 points

    des sondages libres pretende le contraire

    qui manipule qui ?

    Tout cela est bien triste pour le Venezuela...

  • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 07:55

    des sondages gouvernementaux « sortie des urnes » donne le oui en tête de 6 à 8 points

    des sondages libres pretende le contraire

    qui manipule qui ?

    Tout cela est bien triste pour le Venezuela...

  • Par Le péripate (---.---.---.160) 3 décembre 2007 08:11
    Le péripate

    Chavez a perdu démocratiquement . Où se trouve le dictateur ? Il y en a qui vont manger leur chapeau ici.

    • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 10:49

      Et oui peripate, un petit avertissement (sans frais ??) en forme de coup de freins pour l’apprenti dictateur !

      Bien vu Peripate !!

    • Par Le péripate (---.---.---.160) 3 décembre 2007 11:04
      Le péripate

      Pas de bien vu. Vous vous méprenez sur le sens de ce que j’écris (oeillères idéologiques ?). Les dictateurs n’ont pas l’habitude de perdre les référendums. Il paraît que la participation a été très faible. Comme partout, ce sont les pauvres en premier qui s’abstiennent.

      Le fait qu’il a perdu est la preuve par neuf des mensonges proférés ici par une extrême droite réactionnaire et revancharde.

    • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 14:20

      j’avais bien sur compris le sens de votre intervention

      je vous le redis, coup de freins ( j’espere coup d’arret )de chavez dans sa tentative et son apprentissage du parfait petit dictateur !!

      son ami Poutine aura été plus malin...

  • Par maxim (---.---.---.229) 3 décembre 2007 08:13
    maxim

    les infos de ce matin nous disent que le Rastaquouère a perdu cette élection qui lui donnait pratiquement tous les pouvoirs : président à vie et possibilité de censurer la presse à l’envie en cas de crise ,rien que ça !!!!!!

    remarquons que Castro son pote envisage de se representer aux prochaines élections ......

  • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 3 décembre 2007 08:36
    Daniel Duquenal

    Mes chers gauchistes archaïques :

    Malgré tout le pognon de Chavez (il contrôle tous les sous comme il le veut), malgré des menaces infernales (tous ceux qui voteraient NON seraient des traitres ; si si, je plaisante pas), malgré une commission électorale vendue, incapable de modérer les excès du régime, malgré de rumeurs incessantes sur le vote non secret pour effrayer les employés publics, et bien Chavez a perdu son pari.

    Ça alors... C’est surement un complot de la CIA.... Ça peut pas être le projet de constitution, jamais de la vie, ni la mauvaise campagne de Chavez, ni que certains commencent à en avoir marre d’être pris pour des cons....

  • Par Basebou (---.---.---.254) 3 décembre 2007 09:50
    Basebou

    Monj cher Monsieur Duquenal, vous dévoilez enfin votre vrai visage, haineux et méprisant. J’ai cru un instant que vous étiez un interlocuteur sérieux, respectueux et honnête, je vois que je me suis trompé quant à Monsieur vivelecentre, il va bientôt prétendre que le nazisme était un mouvement de gauche, il le sous-entend déjà d’ailleurs. Vous citez des études d’historiens, j’aimerais à ce sens que vous me fournissiez quelques sources. Allons, vivelecentre, un peu d’honnêteté, vous savez très bien que le nazisme est une émanation du nationalisme, si cher aux formations de droite, aujourd’hui encore....

    Pour en revenir à Chavez, je crois que la reconnaissance de sa défaite montre qu’il respecte les processus démocratiques. Voilà qui est une belle leçon de démocratie que certains auteurs de peu de talent et de peu d’honnêteté présents sur ce site (oui je pense à vous M. Duquenal) devraient au moins avoir l’honnêteté de reconnaitre. Mais je crois que leur haine suintante leur en empêche. Quant à Hugo Chavez, je ne me fais pas trop de soucis pour lui. Il a déjà passé par l’emprisonnement, survécu à un coup d’état et sans doute à de multiples tentatives d’assassinat. Ce n’est pas une votation perdue pour quelques milliers de voix qui devrait le destabilister. ET n’en déplaise à ses détracteurs, c’est un mouvement de fond qui a débuté en Amérique latine. On n’arrête pas l’histoire, n’en déplaise à quelques esprits aigris nourris au hamburger.

    • Par Basebou (---.---.---.254) 3 décembre 2007 09:56
      Basebou

      Au fait, M. vivelecentre, je me permet de vous rappeler la médiocrité de vos prédictions :

      "On devine tristement la suite Le pouvoir en place va bien sur "s’offrir ce plebiscite l’opposition, non sans raison, va contester le resultat"

      Et bien non, très honnêtement, Chavez a reconnu sa défaite, et donné par là, une belle leçon de démocratie, aux tristes Nostradamus de pacotille de votre genre. La moindre chose serait de reconnaître que vos prédictions ne valaient pas tripette.

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 3 décembre 2007 12:48
      Daniel Duquenal

      Basebou

      Ah ? Parce que je ne m’étais pas dévoilé avant ?

      Vous me faites bien rire : vous n’avez jamais cru à rien du tout de moi. Mais je comprends, c’est dur de voir votre héro vernis de vainqueur se craqueler.

      C’est Ramonet qui doit faire la gueule ce matin. Avouez que même à vous l’image de désolation au Monde Diplomatique vous fait passer un léger sourire.

  • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 10:39

    DONT ACTE

    j’admets avoir eu peur d’un coup de trafalgar !

    en effet , tout les derniers sondages annoncaient une courte victoire du non et hier apres midi, le gouvernement de Caracas annonçait un sondage sorti des urnes a 56/58% en faveur du oui...

    Attendons la suite des evenements pour voir comment la société Venezuelienne sort de cet episode ou ce malheureux projet a profondement divisé le pays

    Déjà , Chavez a mis en garde l’opposition sur ce qu’elle pourrait faire de sa victoire

    des menances a peine voilées..

    En tout cas aujourd’hui, tant bien que mal, le Venezuela reste une democratie avec une constitution equilibrée pour eviter un pouvoir ecrasant

    Reste à savoir si en 2012, on sera enfin debarrassé du populiste ou si il ne va pas intensifier sa strategie pour renforcer son pouvoir par d’autre chemins..

    quand au « le nazisme est une émanation du nationalisme, si cher aux formations de droite, aujourd’hui encore.... »"

    Ridicule au moins sur deux points :
     la confusion entre facisme et nazisme qui pour le dernier etait principalement motivé par des classifications de race et non pas de nation, conduisant à l’holocausme
     le nationalisme pretendument de droite n’existerait pas à gauche...pathetique !

    et pour le : «  »ET n’en déplaise à ses détracteurs, c’est un mouvement de fond qui a débuté en Amérique latine. «  »"

    croyais moi , les mouvement alternatifs et bien marqué à gauche de l’amerique du sud rejettent et sont particulierment genées par le chavisme qui a tendance a vouloir confisquer leurs mouvements et s’imposer comme un leader qui ne veulent absolument pas

    Cette recuperation de Chavez ne rencontre pas d’eccho parmi la « gauche » sud americaine , exception faite des castristes

    • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 10:47

      «  »"par Bleu Montréal (IP:xxx.x2.61.2) le 30 novembre 2007 à 20H37

      il est trop con ce vivelecentre, c’est sûr et certain que le Si va le remporter.«  »"

      hou, hou, Bleu Montreal, pas trop le blue ?

      Apparement, le peuple venezuelin n’a pas fait la m^me lecture que vous du projet !

      A moins que ce soit les dernieres decisions et discours de Chavez qui lui ont fait peur ?( cf les evenements de samedi)

      Comme vive le centre, trop cons ces venezueliens...

    • Par Michel Maugis (---.---.---.107) 4 décembre 2007 17:22
      Michel Maugis

      @ vivelecentre.

      Vous êtes un infâme menteur et calomniateur. Votre absence complète de scrupule est une démonstration de votre fascisme que vous masquez.

      « j’admets avoir eu peur d’un coup de Trafalgar ! »

      Preuve que vous étiez désinformés par vos propres mensonges. Votre manque de capacité d’analyser la vérité et de la chercher est patente. Ce qui compte ce sont vos préjugés égoïstes que vous cherchez à rendre éthiques par le mensonge. ET vous continuez dans ce commentaire.

      « en effet , tout les derniers sondages annoncaient une courte victoire du non et hier apres midi »

      Cela est exacte. Alors ou serait le coup de Trafalgar si ces sondages, tous provenant de sources extérieures anti Chavez, annonçaient la victoire du SI ?

      Ces annonces n’ont elles pas contribuées à pousser certains partisans du SI à s’abstenir ?

      « le gouvernement de Caracas annonçait un sondage sorti des urnes a 56/58% en faveur du oui... »

      FAUX. Le gouvernement de Chavez a prononcé aucun sondage, cela aurait été contraire aux normes du CNE.

      « Attendons la suite des événements pour voir comment la société Venezuelienne sort de cet épisode ou ce malheureux projet a profondément divisé le pays »

      Faux, le pays est aussi divisé qu’avant. L’« opposition » contre Chavez n’a guerre augmenté malgré une augmentation du nombre d’inscrit sur la liste électorale. La première constatation évidente est que beaucoup de partisans de Chavez se sont abstenu de voter pour le SI et n’ont donc pas voté pour le NON.

      La suite des évènements va correspondre à une victoire de Chavez et une grande défaite de l’« opposition », qui vient de perdre son principal alibi. La base de leur mensonges et calomnies depuis 9 ans vient de voler en éclat.

      Toutes les consultations précédentes étaient JUSTES et sans fraude. le CNE est impartial.

      « Déjà , Chavez a mis en garde l’opposition sur ce qu’elle pourrait faire de sa victoire »

      FAUX. Chavez a conseillé à l’opposition de savoir gérer sa victoire. Et il eut l’intelligence de ne pas la rabaisser en disant qu’elle est la conséquence d’une ingérence étrangère prouvée, d’une campagne mensongère.

      La violence était annoncée en cas de victoire du SI, pour laquelle possibilité l’« opposition » n’avait toujours pas prononcé d’avance l’acceptation. Alors que Chavez avait toujours qu’il accepterait le verdict des urnes quel qu’il soit.

      « des menaces a peine voilées.. »

      Calomniateur fasciste infect. Le souhait formulé par Chavez n’avait absolument rien de comparable à une menace.

      Nous attendons votre démonstration à établir par une analyse des paroles de Chavez.

      Vos méthodes de fasciste sont ce qu’elles sont : de la merde.

      « En tout cas aujourd’hui, tant bien que mal, le Venezuela reste une démocratie avec une constitution équilibrée pour éviter un pouvoir écrasant »

      C’est nouveau cela. Le Venezuela reste une démocratie !!!

      Et vos excuses, c’est pour quand ? Vous qui n’avez jamais arrêté de soutenir le fascho Duquénal qui soutient que le Venezuela n’est plus une démocratie mais une dictature.

      Depuis quand l’« opposition » est soudainement devenu une enthousiaste défenderesse de la constitution chaviste qu’elle vilipendait sans cesse ?

      Vous essayez de faire un rétablissement sur la corde raide de votre malhonnêteté.

      Impossible. Il faut d’abord renier vos dogmes économiques basés sur votre anti-humanisme viscéral et vous excuser de vos mensonges et calomnies.

      Quand je vous dis que l’« opposition » vient de subir une défaite stratégique énorme et qui va être difficilement surmontable. Elle, n’était absolument pas préparée à cette « victoire » pour avoir scié d’avance la branche sur laquelle elle l’avait cherchée.

      Michel Maugis

    • Par vivelecentre (---.---.---.74) 5 décembre 2007 11:22

      oh la , vous avez l’air en colere, les choses ne se seraient elles pas passées comme vous le souhaitiez ?

      vos injures sont pour moi des compliments venant d’un dernier dinosore marxiste et votre analyse toujours aussi objectives ...

      la seule chose que je pourrais rajouter , c’est que si un jour nous nous rencontrons, j’aurai plaisir de vous apprendre a ne pas insulter les adversaires en vous frottant gentillement les oreilles...

  • Par Gugu (---.---.---.194) 3 décembre 2007 13:24
    Gugu

    Mouai, maintenant, on a plus qu’a attendre deux ans pour voir si la démocratie vénézuélienne passera cette réforme par voie parlementaire, comme dans notre grande démocratie française... Si Chavez le fait, on pourra alors dire que le Vénézuéla est une vraie démocratie à l’occidentale : on contourne le peuple pour passer par le parlement...

    @ l’auteur : vous dites, en début d’article : « ...devraient normalement, dans un pays où règne l’Etat de droit, nécessiter d’une assemblée constituante. » alors l’état de droit n’existe pas en Europe, puisque l’on a tenté de nous vendre une constitution sans passer par une constituante smiley

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 4 décembre 2007 05:34
      Daniel Duquenal

      Gugu

      Je reconnais effectivement mon erreur. J’aurais du préciser dans les états de droits à régime présidentiel comme en Amerique où depuis l’exemple US on croit qu’une nouvelle constituon résoudra tout nos problèmes.

      Il est vrai que l’héritage parlementaire en Europe fait que les constitutions ne sont pas vues comme étant nécessaires ou même parfois comme devant être approuvées par référendum.

  • Par Basebou (---.---.---.254) 3 décembre 2007 13:53
    Basebou

    Mon cher vivelecentre, si je vous comprend bien, vous prétendez donc que le nazisme est une idéologie de gauche, c’est bien cela ?

    J’ai beaucoup ri aussi sur votre avis : « Chavez ne rencontre pas d’eccho parmi la »gauche« sud americaine , exception faite des castristes ». je vois que vous êtes aussi, comment dirais-je, hum, limité sur vos connaissances concernant le fascisme et le nazisme que sur celles de l’Amérique du Sud. je pense notamment à l’Equateur ainsi qu’à la Bolivie et au Nicaragua. Sans compter des mouvements similaires de plus en plus puissant au Pérou, au Mexique.... On est bien loin du « Chavez ne rencontre pas d’écho à l’exception des castristes ». Renseignez-vous un peu mon cher vivelecentre avant de laisser vos positions politiques prendre le dessus sur vos envies d’analyse.

    Finalement, j’attend toujours vos références bibliographiques sur le nazisme. Je vais finir par croire que vous êtes tout simplement incapable d’en fournir, à l’exception de wikipédia bien sûr.

  • Par Basebou (---.---.---.254) 3 décembre 2007 14:21
    Basebou

    Mon cher Monsieur Duquenal :

    L’incroyable mépris affiché dans votre triomphalisme ne vous honore guère. Je vous croyais plus intelligent, excusez-moi de m’être trompé...

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 4 décembre 2007 05:36
      Daniel Duquenal

      Je vous en prie, vous m’avez toujours pris pour un con. Vous cherchez à tromper qui ici ?

    • Par Basebou (---.---.---.171) 4 décembre 2007 20:18
      Basebou

      Ah bon, je vous ai pris pour un con ou pour ce que vous êtes ?

      A part ça et un peu plus sérieusement, argumentez quand vous prétendez que je vous prend pour un con, parce qu’à part insulter ou tenter de rabaisser assez maladroitement vos contradicteurs, vous n’apportez pas grand chose d’intéressant dans vos commentaires

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 5 décembre 2007 14:16
      Daniel Duquenal

      basebou

       maintenant c’est tous le lecteurs que vous prenez pour des cons ? cela vous amuse-t-il tant que cela de prêter des mots aux gens, d’assumer n’importe quoi sur eux pour cacher dieu seul sait quoi ?
       

  • Par franc (---.---.---.253) 3 décembre 2007 16:18

    La propagande de la coalition des classes bourgeoises capitalistes,à droite,à gauche,au centre et ailleurs,a réussi leur coup comme toujours ou presque qui a effrayé le peuple par les mensonges et calomnies de la soi-disante dérive castriste de Chavez.------------------Le fait que Chavez a immédiatement reconnu sa défaite montre qu’il est un réel démocrate et non un dictateur ou tyran comme l’insultent ses détracteurs------------------------Les commissions électorales aussi étaient accusées d’être à la solde de Chavez,il n’en est rien,et comme je suis très soupçonneux,je me demande même s’il ne s’y trouvaient pas cachés des éléments embourgeoisés capitalistes ou même à la solde de la CIA pour manipuler et traffiquer les urnes-------------------------------------D’autre part le texte de la constitution était trop compliqué et touffu avec des éléments un peu trop précis et subalternes relevant plutôt de la loi qui ne devraient pas se trouver dans une constitution,cela a décontenancé des couches populaires qui ne se sont pas déplacés pour aller voter,n’ayant pas été assez formées et éclairées alors que les classes bourgeoises,à droite,à gauche,au centre et ailleurs,plus conscientisées,se sont mobilisées avec toute leur puissance financière et l’aide des puissances étrangères capitalistes.----------------------------Un faux pas de Chavez mais nul n’est parfait----------------------De toute manière l’histoire ne s’arrête pas et la prochaine fois,le peuple étant plus formé et conscientisé,il pourra être adopté une constitution socialiste qui enchainera définitivement le capitalisme.

  • Par vivelecentre (---.---.---.246) 3 décembre 2007 16:36

    mefiez vous, peut etre que votre propre voisin est un agent de la Cia

    je crois que cela complote dans votre quartier, ils doivent verifier votre degré de conscientisé...

    l’oncle sam et les autres imperialistes sont partout !

    • Par Basebou (---.---.---.171) 3 décembre 2007 22:43
      Basebou

      MOn cher vivelecentre. quant on n’a plus d’arguments, on tente comme vous le faites, de sauver la face par l’ironie comme vous le faites . Cette méthode grossière ne trompe personne.

      Il est, pour les USA, stratégiquement tout à fait logique, que la CIA cherche à destabiliser le régime ennemi d’Hugo Chavez. C’est tout simplement à ce genre de chose que sert ce genre de services Si vous n’avez pas compris ça, c’est que vous ne connaissez rien à la géopolitique.

      quant au fait que votre voisin est peut-être un informateur, je vous conseille de vous pencher un tantinet sur la célèbre « affaire des fiches » qui a stupéfié la Suisse entière en 1989.

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 4 décembre 2007 05:38
      Daniel Duquenal

      Vous savez Basebou, un peu d’ironie rendrait moins pénible a lire ce que vous appelez vos arguments.

    • Par Basebou (---.---.---.171) 4 décembre 2007 19:55
      Basebou

      Ah parce que vous n’avez pas compris que j’ironisais ?????

  • Par Gugu (---.---.---.194) 3 décembre 2007 17:52
    Gugu

    Putaing que c’est désagréable ces commentaires « manichéens », soit on a des gauchistes/troskistes/léninistes, soit on a des droitistes/fachistes/nazis...

    fatiguant de lire de tels antagonistes, ne pourrait on pas discuter politique sans tomber dans les clichés cités plus haut...

    dommage, car meme si certains arguments sont interressants, les commentaires n’interressent pas tellement le parti pris est prédominant.

    • Par Daniel Duquenal (---.---.---.125) 4 décembre 2007 05:40
      Daniel Duquenal

      Je suis d’accord avec vous. Je vous ai d’ailleurs répondu plus haut. si vous avez d’autres questions je serai ravi de vous les repondre, si je peux.

    • Par Basebou (---.---.---.171) 4 décembre 2007 19:57
      Basebou

      je suis bien d’accord avec vous. Monsieur Duquenal, qui voit tous ceux qui ne pensent pas comme lui en horribles communistes avec un couteau entre les dents est un peu pénible. Mais il faut être un peu tolérant, il vit dans un pays écrasé par un horrible tyran (ça c’est de l’ironie, juste pour vous faire plaisir, mon cher M.Duquenal smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires