Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Parenthèse Enchantée (1/11) : Un certain 10 septembre 2001

La Parenthèse Enchantée (1/11) : Un certain 10 septembre 2001

De la conquête de l’Ouest à l’invasion de l’Irak, en passant par l’incident du Golfe du Tonkin, une bonne part des historiens et des journalistes des médias traditionnels est disposée à reconnaître et à explorer certaines déviances de l’appareil d’État américain AVANT le 11-Septembre et APRÈS le 11-Septembre. Mais étrangement, cet événement spécifique survenu en 2001 semble pour eux s’inscrire dans une parenthèse enchantée. En effet, selon le rapport officiel sur les attentats, il ne fait aucun doute que, ce jour-là, tous les responsables de l’administration américaine étaient par défaut vertueux, ou a minima, animés des meilleures intentions démocratiques et patriotiques. Et dans leur immense majorité, les médias occidentaux cautionnent sans réserve ce récit qui fut délivré à l’époque par le gouvernement Bush.

Pourtant nous constaterons, sur la base de documents de l’administration des États-Unis et de déclarations officielles d’élus américains, plusieurs anomalies spectaculaires au sein de l’appareil d’État de la première puissance mondiale, en lien étroit avec les crimes du 11-Septembre. Et nous observerons nombre d’indices ostensibles indiquant une implication dans les attentats de 2001 de membres haut placés de l’administration au pouvoir. Ces révélations permettront aussi de mieux comprendre pourquoi la commission d’enquête sur le 11-Septembre et les grands médias n’ont pas jugé utile de produire un travail élémentaire d’investigation sur ces déviances majeures, emprisonnant ainsi le peuple américain et le reste du monde dans l’illusion de cette parenthèse enchantée.


 Un certain 10 septembre 2001

Chaque semaine cet été, jusqu'au mardi 11 septembre 2012, ReOpen911 publie un extrait du livre de Lalo Vespera, La parenthèse enchantée (à paraitre en septembre 2012).

 

« Durant les années 1990, l’industrie pétrolière états-unienne et le Pentagone ont contribué à répandre l’idée selon laquelle les États-Unis auraient besoin d’une domination totale afin de garantir leur accès au pétrole ainsi qu’aux autres ressources dans le reste du monde. Ce programme aurait dû engendrer d’énormes dépenses, potentiellement des milliers de milliards de dollars, une somme que le Congrès ne pourrait accorder – sauf dans le cadre d’une réponse à une attaque aussi vaste et effrayante que celle de Pearl Harbor. Cela nous incite à rappeler que les entrées en guerre des États-Unis ont fréquemment été déclenchées par des attaques douteuses à l’image des incidents du Golfe du Tonkin au Vietnam. Au re-gard des événements du 11-Septembre, il est clair que le but que s’était fixé l’administration Bush-Cheney – envahir l’Irak – nécessitait qu’une telle attaque se produise. Ce dont nous avons été témoins, pour reprendre les termes d’Ola Tunander, un chercheur basé à Oslo, est “l’utilisation du terrorisme dans la construction de l’ordre mondial”. » 

Peter Dale Scott, "La route vers le nouveau désordre mondial", éditions Demi Lune [1]

 

 

Régime d’exception

Le 7 juillet 2011, la Chambre des représentants des États-Unis approuvait un amendement, proposé par un membre démocrate du Congrès, Peter DeFazio, exigeant que le Pentagone soit en mesure de produire des états financiers vérifiables. En effet, bien qu’il soit entièrement financé par le contribuable américain, le Département de la Défense (DoD) n’a pas été sérieusement contrôlé sur ses dépenses depuis plus de vingt ans, et cette exonération s’est transmutée en usage convenu et permanent [2]. Dans sa présentation de l’amendement, Peter DeFazio est revenu en particulier sur les 2300 milliards de dollars dont le Pentagone a "perdu la trace" dix ans plus tôt, ainsi que le déclarait en public le secrétaire d’État à la Défense Donald Rumsfeld, un certain 10 septembre 2001. Le lendemain même, les attentats spectaculaires détruisant le World Trade Center et une partie du Pentagone, permettaient aux États-Unis d’envahir avec une impunité déconcertante l’Afghanistan et l’Irak, pour le plus grand bénéfice d’une industrie de guerre très influente au sein du pouvoir américain.

En juillet 2007, Peter DeFazio avait déjà fait valoir son indépendance d’esprit sur la scène politique américaine en sollicitant à deux reprises un accès à la version classée secrète du plan de l’administration Bush sur la Continuité de Gouvernement (COG) [1b]. Ce plan avait été imposé par le "Homeland Security" – le Département de la Sécurité Intérieure des États-Unis créé à l’initiative du Président Bush en réponse aux attaques du 11-Septembre – afin de garantir la continuité du pouvoir en cas de crise majeure, et ce malgré un risque de dérapage hors du cadre démocratique prescrit par la constitution des États-Unis [3]. Or, en tant que membre du Comité spécial du Congrès sur le "Homeland Security", DeFazio était supposé avoir accès aux informations gouvernementales confidentielles, mais George Bush avait finalement refusé de lui accorder le droit d’examiner ces informations qui restent encore à ce jour inaccessibles aux représentants du peuple américain [4].

 
George W. Bush 
 

Au cours de l’été 2011, la crise de la dette est revenue en force au cœur de l’actualité économique des États-Unis. S’imposant dans les médias, cette crise a fait bouger les lignes. Ainsi l’opinion publique américaine s’est trouvée davantage consciente des incohérences budgétaires et de la dette colossale qui pèse sur les États-Unis [5]. De plus, en contrepoint des dépenses militaires sans cesse croissantes depuis dix ans, le congrès s’est agité sur les réductions substantielles prévues dans les programmes d’aides aux familles de classe moyenne. C’est dans ce contexte qu’en juillet 2011, en prenant la parole devant la chambre des représentants pour soutenir l’amendement qu’il déposait, Peter DeFazio est revenu sur le budget astronomique qui s’est égaré une décennie plus tôt dans le labyrinthe des jeux comptables du Pentagone. Dans son discours, le représentant démocrate confirmait de façon claire et catégorique : « Nous ne savons pas où sont passés ces 2300 milliards de dollars. » [6]

 

Peter DeFazio – Chambre des représentants, le 7 juillet 2011 [6] 
 

Auparavant, DeFazio a retracé dans ce même discours les circonstances de l’affaire : « En 1990, le Congrès a adopté une loi qui exigeait que tous les organismes fédéraux, y compris le ministère de la Défense, devait avoir des états financiers vérifiables chaque année. Depuis cette date, le Pentagone a dépensé 10 000 milliards de dollars et cependant, aucune vérification n’a été menée. En fait, il y a de nombreux problèmes avec la comptabilité au Département de la Défense, et sa gestion financière a été classée en "risque élevé" par le GAO [l'organisme du Congrès en charge du contrôle des comptes publics]. Malheureusement le Pentagone, ne pouvant tolérer les contrôles, a sollicité une exemption de vérifications. » [7] A défaut d’être contraint par un audit annuel indépendant, le DoD, à la fois juge et partie, ne délivre chaque année qu’un état financier sommaire de quelques pages, composé en interne. Ce contrôle est particulièrement léger au regard du fait que les contribuables américains financent le DoD pour un budget fédéral annuel qui est monté de 350 à 800 milliards de dollars entre la fin des années 1990 et 2011 [8].

Suite aux pressions du Congrès, le Pentagone a fini par accepter le principe d’un audit indépendant sur ses comptes. Mais en 2017, seulement. Ce qui implique qu’entre-temps, le ministère de la Défense sera tout de même en mesure de dépenser à nouveau 4000 milliards de dollars sans aucun contrôle. Et DeFazio pointe l’arrogance décomplexée des responsables du Pentagone en précisant que cet accord a été l’occasion pour eux de solliciter une nouvelle rallonge budgétaire afin d’assumer cet audit… « C’est incroyable ! » s’insurge le représentant du Congrès qui réclame la suspension immédiate du régime de privilège et d’exception dont bénéficie le Département de la Défense [7].

 

Budget américain de la défense (ajusté sur l’inflation) 1940 – 2010 • New York Times [9] "Les États-Unis dépensent aujourd’hui environ l’équivalent des deux tiers du budget annuel le plus élevé durant la seconde guerre mondiale."
 
 
  

Le jour d’avant

Cette question sensible de la comptabilité du Pentagone n’est pas nouvelle. Dix ans plus tôt, en 2001, elle avait donc été traitée à sa façon par Donald Rumsfeld qui tenait depuis quelques mois les rênes du ministère. Lors d’une conférence à l’attention des bureaucrates de la défense américaine, il exhorta les cadres de son département à mener une guerre vigoureuse contre le "gaspillage" (sic) des dépenses, faisant déjà état de ce montant de "2,3 Trillion" soit 2300 milliards de dollars de transactions que les analystes budgétaires du département ne parvenaient pas à identifier [10].

 

 Reportage de CBS News sur le discours du 10 septembre 2001 [11] 

 

Ce qui est singulier dans la chronologie de cet épisode est le fait que cette conférence délivrée par Donald Rumsfeld se soit tenue le 10 septembre 2001, c’est-à-dire la veille des attaques qui détruisirent une partie du Pentagone lui-même, la veille d’un événement qui donna l’occasion aux États-Unis de faire valoir une nouvelle donne stratégique et militaire impliquant prioritairement le DoD et qui permit au secrétaire d’État à la Défense de se concentrer bien davantage sur de nouvelles rallonges budgétaires à faire voter au Congrès pour les conflits à venir en Afghanistan et en Irak, plutôt que sur d’ennuyeux examens comptables.

 

Principe de précaution

La Défense est un département que Rumsfeld connait bien pour en avoir déjà été le patron sous l’administration Ford de 1975 à 1977, et le secrétaire d’État est fin politique [12]. Quand, le 10 septembre 2001, il prend acte publiquement du gouffre comptable de 2300 milliards de dollars, et en rend responsables les bureaucrates du Pentagone, d’une part il assure ses arrières en jouant brièvement la transparence, d’autre part il désigne avec un jour d’avance un coupable parfait pour cette forfaiture, d’ores et déjà en cohérence avec le futur récit du gouvernement, stigmatisant l’incurie des agences de renseignement pour justifier l’incapacité des États-Unis à mettre en échec les attaques terroristes sur son sol.
 
 

Mais plus stupéfiant encore, plusieurs informations rendues publiques officiellement démontrent que la zone endommagée du Pentagone et la profession d’un nombre important des fonctionnaires tués durant l’attaque présentent des liens manifestes avec le gigantesque préjudice comptable. Nous y reviendrons.

Malgré cela ni les médias, ni les politiques, ni la justice, ne manifestèrent un quelconque intérêt envers ce faisceau de "coïncidences" extrêmes. La couverture de presse fut presque inexistante. L’ampleur inédite des attaques sur le sol américain balaya avec force l’ordre des priorités de la nation pour des mois, voire des années, et le Congrès, tétanisé par la peur conjuguée du choc terroriste et de l’anthrax [13], ajoutera, malgré les milliers de milliards déjà évaporés des coffres, des centaines de milliards de crédits supplémentaires pour faire la "Guerre contre la Terreur".

Quant à la Commission d’enquête, rien de tout cela n’affleure dans son rapport final [14] pourtant caractérisé en préambule par ses auteurs comme « le récit le plus complet possible des événements du 11-Septembre, ce qui s’est passé et pourquoi. » (En fait, il s’agit là d’une des nombreuses anomalies que présente le rapport final[15].

 

 
Un milliard de dollars en billets de $100 (œuvre de Michael Marcovici) [16] : 
En 2001, le Pentagone prétend, sur une seule année comptable, ne pas être en mesure de justifier ses dépenses, pour un montant financier équivalent à 2300 fois cette masse d’argent.
 
 
 

Puissance douze

Avant de s’enfoncer dans les arcanes du Pentagone, il est utile de remettre en perspective l’ampleur de la somme dont il est question ici, car le chiffre annoncé est si monumental qu’il en devient plus ou moins abstrait ou suscite l’incrédulité, quand il n’est pas tout simplement amputé de trois zéros à cause des différences entre les systèmes de comptage américain et européen (voir encadré).

En octobre 2001, la SEC, l’autorité de tutelle de la Bourse américaine, lance une enquête sur la société Enron suite à la perte trimestrielle de 618 millions de dollars [17]. Et un mois plus tard, Enron s’effondre après avoir reconnu, à la stupeur générale, avoir dissimulé plusieurs milliards de dollars grâce à des opérations ne figurant pas dans son bilan [18]. Le scandale ébranle les places boursières et éclabousse le monde politique. La France connaîtra en 2008 l’affaire Kerviel faisant perdre à la Société Générale 5 milliards d’euros (6,2 milliards de dollars) [19]. Ces catastrophes financières sont colossales. Et pourtant,l’ordre de grandeur utilisé pour appréhender la masse financière qui a disparu des caisses du Pentagone est tout autre, mille fois supérieur. Comparés aux transactions fantômes dans la comptabilité du DoD, les montants du scandale Enron ou de l’affaire Kerviel prennent soudain la consistance de quelques pièces jaunes au fond du porte-monnaie.

Par exemple, 2300 milliards de dollars en 2001 représentent un montant bien supérieur au PIB de la France cette année-là (1320 milliards de dollars sur 2001 en taux de change courant) [20]. Le sénateur américain Robert Byrd emprunte une métaphore pour caractériser cette somme : En deux mille ans se sont écoulées environ un milliard de minutes. La perte dont il est question ici est donc plus ou moins équivalente à 2300 dollars par minute depuis la naissance du Christ [21]. Il est aussi éloquent de visualiser ce que représente concrètement cet argent en coupures de 100 dollars (80 euros) :

 

Mais à quoi ressemblent 2300 milliards de dollars ? [22]  
 
 

Si le volume des transactions sans traçabilité est ainsi envisagé, alors quelques questions viennent à l’esprit :

  • D’autre part, dans une démocratie moderne comme les États-Unis, comment est-il concevable que d’une année sur l’autre, la comptabilité d’une institution telle que le DoD notifie puis révèle que l’équivalent de deux millions trois cent mille mallettes contenant chacune un million de dollars est "tombé du camion", et qu’au lieu de braquer leur attention sur cet accident sensationnel, les élus et les médias détournent pudiquement le regard, comme c’est le cas ici (même avec l’excuse du contexte catastrophique du 11-Septembre) ?

 

Courte échelle

Si l’incrédulité est manifeste par rapport à cette perte subie par le Pentagone, il s’ajoute, en particulier pour les européens, une certaine confusion due au système de comptage différent d’un côté et de l’autre de l’Atlantique pour les sommes dépassant l’échelle du million (1.000.000). En effet, un milliard ici équivaut à un billion aux USA (1.000.000.000) mais un billion ici équivaut à un trillion là-bas (1.000.000.000.000). Un trillion ou un billion n’ont donc pas du tout le même sens et la même valeur si on se trouve aux États-Unis (où est utilisée l’échelle "courte" de comptage) ou en Europe (où est utilisée l’échelle "longue") [24]. En clair :

  • 106 = 1 000 000 = 1 million aux USA et en Europe
  • 109 = 1 000 000 000 = 1 billion aux USA = 1 milliard en Europe
  • 1012 = 1 000 000 000 000 = 1 trillion aux USA = 1 billion en Europe (1000 milliards)
  • 1015 = 1 000 000 000 000 000 = 1 quadrillion aux USA = 1 billiard en Europe
  • 1018 = 1 000 000 000 000 000 000 = 1 quintillion aux USA = 1 trillion en Europe 

La confusion suivante est régulièrement observée : 1 trillion = 1 billion = 1 milliard, laissant supposer que le Pentagone a perdu "2,3 milliards de dollars". Et bien que cela représente déjà une somme énorme, elle est sans commune mesure avec les 2300 milliards de dollars dont il est question en réalité. Pour éviter toute confusion, mieux vaut donc éviter l’usage de 2,3 trillion (USA) ou 2,3 billion (Europe) et nous emploierons uniquement les "milliers de milliards" pour désigner ce type de somme.

 
 

En effet, à l’apparition de ce rapport mentionnant les pertes de l’année fiscale 1999, les représentants politiques tout comme la presse restent étonnamment discrets. Et à l’exception d’une ou deux têtes brûlées, les commentaires sont rares. De ce fait, ce chiffre démesuré, « $2,300,000,000,000 », n’a-t-il pas toutes les chances de rester une entité abstraite ? Et dans ces conditions, comment les contribuables américains auraient-ils les moyens de prendre conscience de la forfaiture commise à leur endroit, et de son ampleur ? Par ailleurs, peu de citoyens ont l’opportunité de jongler au quotidien avec une somme aussi astronomique et il est possible que ce chiffre reste un concept qui défie l’entendement. Ainsi, peut-être ce chiffre trop vaste est-il devenu étrangement invisible, condamné à l’incrédulité ou à l’indifférence des citoyens américains, comme bien d’autres aspects liés au 11-Septembre.

À suivre : Le trésor enseveli du Pentagone

 
Lalo Vespera
La parenthèse enchantée
Parution du livre : septembre 2012
 
 

En lien avec cet article :

 

Sites Internet de l’administration américaine 

 

U.S. Government Printing Office
Bureau de Diffusion du Gouvernement américain
 
• Transcription des interventions de Peter DeFazio, les 2 août 2007 et 7 juillet 2011, devant la Chambre des représentants des États-Unis, qui dénonce les dissimulations de l’administration concernant la COG (2007) ou les finances du Pentagone (2011).
 
 
U.S. Department of Defense
Département américain de la Défense
 
• Biographie de Donald Rumsfeld
• Transcription du discours intégral de Donald Rumsfeld le 10 septembre 2001, faisant état des 2300 milliards de dollars "perdus" dans les méandres de la comptabilité.
 
 
 

Documents officiels ou administratifs

 

Federal Continuity Directive 1
Directive de la Continuité Fédérale
 
Publication : Février 2008
Organisme : FEMA – Homeland Security
Présentation de la Continuité de Gouvernement (COG) prévue en cas de crise, dans sa partie accessible aux citoyens. Les dispositions qui compromettent l’intégrité constitutionnelle des États-Unis restent inaccessibles, même aux représentants du Congrès. 
 
 
 

The 9/11 Commission Report
Rapport de la commission sur le 11-Septembre
 
Publication : 22 juillet 2004
Organisme : National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States

Rapport final de la Commission d’enquête présidentielle sur les attentats du 11-Septembre aux États-Unis. Seule la version en langue anglaise est en ligne sur Internet, à la disposition du public.    

 

   

Sources et références

 

1. Peter Dale Scott "La route vers le nouveau désordre mondial" (The Road to 9/11)
Editions Demi Lune (Publié aux États-Unis en 2007).
 
1B. Ibid. Chapitre 10, pages 253 : Structures parallèles et plans pour la continuité de gouvernement
 
2. OPB News "Defazio Amendment Seeks Pentagon Audit" par April Baer (8 juillet 2011)
Peter DeFazio est représentant de l’État d’Oregon. Le site d’OPB News (Oregon Public Broadcasting) résume la portée de l’amendement présenté par DeFazio.
 
3. FEMA – Homeland Security – Federal Continuity Directive 1 (février 2008)
Rapport officiel du Homeland Security sur la continuité de gouvernement.
 
Peter Dale Scott "La route vers le nouveau désordre mondial" (The Road to 9/11)
Editions Demi Lune (Publié aux États-Unis en 2007).
 
« Il n’existe aucun moyen de déterminer combien de changements constitutionnels survenus depuis le 11-Septembre peuvent trouver leur source dans la planification de la COG. Nous savons cependant que de nouvelles mesures de planification de la COG furent une nouvelle fois instaurées en 2007, lorsque le Président Bush a émis la National Security Presidential Directive 51 (Directive Présidentielle de Sécurité Nationale, ou NSPD-51/HSPD-20). Cette directive formulait ce que la FEMA a appelé ultérieurement "une nouvelle vision pour assurer la continuité de notre gouvernement". » Peter Dale Scott interviewé en 2011.
 
4. The Oregonian "DeFazio asks, but he’s denied access" par Jeff Kosseff (20 juillet 2007)
Article à propos du refus de George Bush d’accorder à Peter DeFazio un accès au contenu classifié de la directive NSPD-51.
 
GPO (U.S Government Printing Office) – Congressional Record – House “America needs a plan to provide for Continuity of Government” (2 août 2007)
Transcription de l’intervention de Peter DeFazio devant la Chambre des représentants.
 
5. Le Monde "Crise financière, dette et avenir" par Radu Vranceanu (5 septembre 2011)http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/05/crise-financiere-dette-et-avenir_1566736_3232.html
 
6. C-SPAN – Peter DeFazio – Discours sous-titré en français – 7 minutes (7 juillet 2011)
Vidéo du discours complet de Peter DeFazio devant la Chambre des représentants à propos de l’amendement sur le contrôle des finances du Pentagone.
 
7. GPO – Peter DeFazio – Discours devant la Chambre des représentants (7 juillet 2011)
Transcription du discours
 
8. Le Point "En 2011, les États-Unis dépenseront plus de 800 milliards de dollars pour leurs armées" par Jean Guisnel (1er février 2010)
 
9. New York Times "Pentagon Faces Growing Pressures to Trim Budget" par Thom Shanker et Christopher Drew (22 juillet 2010)
 
10. CBS News "The War On Waste" par Aleen Sirgany
Transcription du reportage diffusé par CBS News en 2002
 
11. CBS News (sous-titres français)
Ce reportage télévisé de CBS News sur le discours de Rumsfeld la veille du 11-Septembre a été diffusé en 2002. Circulant ensuite sur internet, il a contribué à faire connaître les propos du secrétaire à la Défense sur la perte de 2300 milliards de dollars par le Pentagone.
 
12. DoD – Biographie de Donald Rumsfeld sur le site du Département de la Défense
 
13. ReOpen911-Prison Planet Affaire de l’anthrax : un comité d’experts indépendants remet en cause les conclusions du FBI” par Steve Watson (16 février 2011)
 
14. The 9/11 Commission Report – Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks upon the United States (2004)
Rapport final de la Commission d’enquête Kean-Hamilton-Zelikow sur les attentats du 11-Septembre aux États-Unis
 
15. David Ray GRIFFIN "Omissions et manipulations de la Commission d’enquête" Editions Demi Lune (ouvrage publié aux États-Unis en 2005 et en France en 2006).
 
16. Michael Marcovici - One Billion Dollars 
10 millions de billets de $100 rangés sur 12 palettes / Oeuvre de M. Marcovici
 
17. Le Point Enron : faillite de la septième société américaine” par Chloé Durand-Parenti (29 janvier 2008)
 
18. L’Express “Punis pour l’exemple” (27 mai 2006)
 
19. Le Point “Un trader fait perdre 5 milliards à la Société Générale” par Mélanie Delattre (24 janvier 2008)
 
20. Wikipédia – Produit intérieur brut de la France
 
21. C-SPAN – Audition pour la nomination du Secrétaire à la Défense (11 janvier 2001)
(Version intégrale de l’audition de Donald Rumsfeld – Durée totale 6 heures.
L’intervention de Robert Byrd dure 12 minutes de 3h33’30" à 3h45’30")
 
22. But what does 2.3 Trillion dollars look like ?
Extrait de “Jesse Ventura – Conspiracy Theory”
 
23. DoD – Discours de Donald Rumsfeld (10 septembre 2001)
Transcription intégrale du discours
 
24. Wikipédia – Ordre de grandeur (nombres)

Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 6 juillet 2012 09:46

    Les crimes médiatiques sont une composante à part entière des crimes politiques plus généraux qui ensanglantent la scène internationale où nos dirigeants déchaînent leur volonté de puissance. Sans une complicité active des médias atlantistes avec les élites occidentales les guerres en Irak et en Afghanistan, le dépeçage de la Libye et la descente aux enfers de la Syrie, n’auraient pas pu être réalisés aussi facilement............
    voir :
    http://2ccr.unblog.fr/2012/06/19/crime-mediatique-et-desinformation/


    • Coalis 6 juillet 2012 11:18

      Il y a 2 jours une vidéo est parue sur Agoravox, qui illustre bien ce concept de « parenthèse enchantée » : http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/anne-cecile-robert-decrypte-la-35650

      Anne Cécile Robert, journaliste au Monde Diplomatique, y fait l’éloge du scepticisme et tient toutes sortes de propos « conspirationnistes », sur toutes sortes de sujets .... SAUF pour le 11/9 !

      C’est quand même fascinant.


      • Pyrathome Pyrathome 6 juillet 2012 11:32

        Anne Cécile Robert, journaliste au Monde Diplomatique, y fait l’éloge du scepticisme et tient toutes sortes de propos « conspirationnistes », sur toutes sortes de sujets .... SAUF pour le 11/9 !

        C’est quand même fascinant.

        Oui c’est fascinant cette auto-censure, ces gens ne peuvent pas « lâcher le morceau » par crainte d’être éjecté du circuit......

        C’est bien la peur qui domine à tous les niveaux, politique et médiatique......

        Seuls quelques courageux se livrent à cet exercice, vite rangés dans la catégorie dissidents et bannis des médias ....ce système n’a strictement rien à envier au bon vieux temps de l’union soviétique....


      • robin 6 juillet 2012 11:37

        La parenthèse enchantée est aisément explicable si on sait par exemple que chez nous (enter autres) les médias appartiennent au complexe militaro industriel, c’est pas plus compliqué.


        • robin 6 juillet 2012 11:39

          REOPEN 911 je vous trouve bien patient avec tout les salopards des médias, quand passerez vous enfin à l’offensive judiciaire au lieu de rester toujours aussi stoiques, quelque soient les sujets la diffamation reste une diffamation et les juges ne pourront pas aussi facilement que ça le balayer d’un revers de main ?


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 juillet 2012 13:09

            Tu n’as pas encore compris qu’ils n’ont rien dans leur jeu ?

            A leur dernière manif’, ils étaient une petite centaine. Après 10 ans de lutte, j’ai connu des causes qui avaient rameuté plus de monde !


          • Amelie 6 juillet 2012 14:44

            Parce que l’association n’a pas 5 ans d’existence officielle ce qui l’empêche d’agir en justice si son nom n’est pas cité explicitement.


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 juillet 2012 18:21

            Vous avez des sources ?

            Parce que selon les articles de loi, une association peut saisir la justice si

            - elle a un intérêt à agir
            - elle remplit les conditions de déclaration et de représentativité.

            Ces conditions sont

            - " la protection de leurs intérêts en tant que personne morale, de ceux de leurs membres et pour des intérêts collectifs, dès lors que ceux-ci rentrent dans son objet social« 
            - »à défaut, par une décision de l’assemblée générale (2). A noter que la simple déclaration en préfecture ne confère pas à l’association la capacité juridique devant le juge judiciaire et pénal. C’est l’insertion d’un extrait de la déclaration au Journal officiel qui fait naitre la capacité juridique de l’association. A défaut elle ne peut valablement ester en justice"


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 juillet 2012 13:07

            " En effet, selon le rapport officiel sur les attentats, il ne fait aucun doute que, ce jour-là, tous les responsables de l’administration américaine étaient par défaut vertueux, ou a minima, animés des meilleures intentions démocratiques et patriotiques. Et dans leur immense majorité, les médias occidentaux cautionnent sans réserve ce récit qui fut délivré à l’époque par le gouvernement Bush.« 

            Premiers mensonges. Dès avant la publication des rapports, les médias mentionnaient les errements, les erreurs et les fautes de l’administration américaine, tant civile que militaire.

            La publication des rapports n’a pas fait varier le discours dominant des médias, qui TOUS ont pointé les insuffisances chroniques de l’administration Bush.

             »Ce qui est singulier dans la chronologie de cet épisode est le fait que cette conférence délivrée par Donald Rumsfeld se soit tenue le 10 septembre 2001, c’est-à-dire la veille des attaques qui détruisirent une partie du Pentagone lui-même (...).« 

            Il faudrait savoir ce que vous voulez faire passer comme message. Pendant des années, vous avez prétendu que l’attaque du 11 septembre était faite en partie pour camoufler médiatiquement un tel événement !

            De plus, c’est traditionnellement en septembre que de telles auditions ont lieu. Rien d’ extraordinaire donc à voir Rumsfeld venir en septembre devant le congrès pour s’expliquer.

             »
            Dans son discours, le représentant démocrate confirmait de façon claire et catégorique : « Nous ne savons pas où sont passés ces 2300 milliards de dollars. » [6]« 

            Phrase plus intéressante si on la complète avec celle qui vient avant : » sur les 7600 milliards enregistrés en écritures comptables, 2300 n’étaient étayées par aucune trace d’audit adéquate, ni par des éléments suffisants permettant d’étayer leur validité.« 

            Le député ne fait que reprendre les observations de Rumsfeld dix ans plus tôt. L’argent n’a pas disparu, enfoui dans une poche géante quelconque, il est seulement mal tracé, le Pentagone étant une administration totalement inefficace sur le plan administratif depuis des décennies.

             »Mais plus stupéfiant encore, plusieurs informations rendues publiques officiellement démontrent que la zone endommagée du Pentagone et la profession d’un nombre important des fonctionnaires tués durant l’attaque présentent des liens manifestes avec le gigantesque préjudice comptable. Nous y reviendrons.

            Malgré cela ni les médias, ni les politiques, ni la justice, ne manifestèrent un quelconque intérêt envers ce faisceau de « coïncidences » extrêmes.« 

            Vous pensez donc que le 11/9 a été organisé aussi pour cacher la gabegie du Pentagone ?

            Savez-vous quand même que le Pentagone en lui-même n’accueille que moins de la moitié des personnels du ministère de la Défense ?

            Croyez-vous qu’il soit efficace de tuer une petite partie du service compta pour cacher un soi-disant trou de 2300 milliards ?

            Ne savez-vous pas que même si des documents sont détruits dans l’événement, tout ministère établi des copies archivées dans un endroit différent pour pallier à un tel événement ?
            Enfin, comment imaginez-vous que les survivants du service compta ne se soient pas rebellés, qu’ aucun document »compromettant« n’ait jamais fuité dans la presse alors que désormais on sait à la minute même ou presque toute connerie gouvernementale ?

            Enfin, comme son nom l’indique, le Pentagone a une forme de cinq façades. L’avion avait une chance sur 5 de toucher celle là. En quoi une chance sur 5 constitue une »coïncidence extrême ?« 

             »Quant à la Commission d’enquête, rien de tout cela n’affleure dans son rapport final [14]«   : Peut-être parce qu’il n’existe aucun lien entre ces deux événements ?

            Ce que j’aime avec Réopen, c’est leur propension à réclamer une nouvelle enquête indépendante et impartiale alors qu’ eux-même font preuve de la plus graade partialité.

             »D’une part, lorsque les dépenses militaires du budget fédéral se révèlent soudainement opaques sur une somme comportant douze zéros, pourquoi Donald Rumsfeld utilise-t-il un terme aussi inapproprié que « gaspillage » (« waste ») à six reprises dans sa déclaration du 10 septembre 2001 ?« 

            Quel synonyme préconisez-vous donc ?

             »D’autre part, dans une démocratie moderne comme les États-Unis, comment est-il concevable que d’une année sur l’autre, la comptabilité d’une institution telle que le DoD notifie puis révèle que l’équivalent de deux millions trois cent mille mallettes contenant chacune un million de dollars est « tombé du camion », et qu’au lieu de braquer leur attention sur cet accident sensationnel, les élus et les médias détournent pudiquement le regard, comme c’est le cas ici (même avec l’excuse du contexte catastrophique du 11-Septembre) ?

            "

            Ah, là, on touche aux merveilles de la société américaine.

            En premier lieu, il faut savoir que le système politique américain est très équilibré. Trop, même. Toute réforme est pratiquement impossible à obtenir car il faut réaliser un large consensus. Il faut y ajouter le copinage. Réformer un système, c’est admettre que l’ancien ne marchait pas, et que les responsables du moment sont coupables de laisser de tels dysfonctionnements en place. Or ces responsables sont à un degré ou à un autre des amis, des relations de responsables politiques. Et leur échec rejaillit sur eux, ce qui n’est jamais bon près d’échéances électorales. Et des élections, il y en a tous les deux ans !

            Réformer est donc une procédure très longue, qui s’accompagne de marchandages et de concessions dans d’autres domaines.

            Pour les médias, hé, on parle des ricains, là ! Ils n’ont jamais particulièrement brillé par leur curiosité et leur intelligence, se contentant de tout ce qui est trashy et à paillettes, comme le cul de la Kardashian.

            En même temps, on ne peux pas les blâmer. Donnez le choix à un américain entre une info sérieuse et un truc vide-tête, et il ira se vider la tête.

            Ils ont les médias qu’ils méritent...


            • Pyrathome Pyrathome 6 juillet 2012 13:41

              Mon pauvre marvin, dans ton cas il y a trois possibilités à ton aveuglement :
              -Soit tu es très crétin..
              -Soit tu es dans le déni psychologique..
              -Soit tu es complice de mensonge..
              Choisi la qualification qui te sied  !!
              Moi je sais celle qui te convient et j’exclue d’emblée la première.....quoique au final, ça revient au même...


            • bluerider bluerider 6 juillet 2012 13:44

              il y a un personnage, en haut de la pyramide des services comptables du Pentagone, encore mal documenté, et qui a poursuivi plusieurs journalistes et citoyens US qui le mettent en cause pour ses multiples responsabilités au sein du Pentagone et pour le compte d’intérêts privés. Ce personnage très très procédurier et qui laisse peu de traces sur le net présente 2 problèmes majeurs pour documenter son cas sereinement sans passer pour un illuminé : 1/ il est rabbin, et 2/ c’est le personnage clé autour duquel gravitent des soupçons de guidage à distance des avions AA11 et UA175 le 11/9, et de leur éventuel remplacement par des prototypes de B767 tankers ou mixtes à la place de jetliners standards. Je rappelle ici qu’ à la date des faits, il y a plus de 800 B767 et B757 en ligne, dont certains depuis 1980, qui ont déjà plusieurs fois changé de propriétaire, et fait l’objet de nombreux aménagements au grès des compagnies qui les exploitent. La gestation du projet de ravitailleur en vol sur base de B767 (choisi par le Japon et l’Italie, mais toujours suspendu aux USA à un recours d’AIRBUS -qui avait gagné le marché !- ) a été trés longue, avec une période de latence due à des arbitrages budgétaires qui ont trainé en même temps que vieillissait la flotte de KC135 de l’USAF (sur base de Boeing 707, qui avaient été rétrofittés avec des réacteurs CFM56). Son nom : DOV ZACKHEIM.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 juillet 2012 14:13

              « Moi je sais celle qui te convient et j’exclue d’emblée la première.....quoique au final, ça revient au même... »

              Ais-je une petite chance de voir un zeste d’arguments pour étayer votre opposition à mon opinion ?

              Ou dois-je dès maintenant considérer que vos attaques personnelles ne cachent ( et mal ) que votre incapacité à produire un argumentaire construit ?

              ( mon expérience fait que je connais déjà la réponse mais bon, un miracle est toujours possible. )


            • Pyrathome Pyrathome 6 juillet 2012 17:26

              Ou dois-je dès maintenant considérer que vos attaques personnelles ne cachent ( et mal ) que votre incapacité à produire un argumentaire construit ?

              ( mon expérience fait que je connais déjà la réponse mais bon, un miracle est toujours possible. )

              Il n’y a aucun miracle, soit on « voit » soit on est « aveugle », il n’y a pas de position intermédiaire, la preuve est là sous les yeux de tout un chacun depuis le début.......

              http://www.youtube.com/watch?v=xxl06jxfgRk

              http://www.youtube.com/watch?v=GtbnjuH6sHc&feature=relmfu

              À noter que le wtc7 est une démolition contrôlée « ordinaire », du bas vers le haut tandis que les wtc 1 et 2 le sont du haut vers le bas....( scénario d’illusion oblige...)

              Confirmés par ces ordures...

              http://www.youtube.com/watch?v=7WYdAJQV100

              http://www.youtube.com/watch?v=7xYqx1jQ3vw&feature=related

              La prose argumentaire dithyrambique est-elle vraiment nécessaire ? non, les images parlent d’elles-mêmes pour qui sait ouvrir les yeux

              Reopen fait un boulot remarquable depuis le début, on ne remerciera jamais assez ces gens pour leur objectivité, leur documentation factuelle et leur ténacité en dehors de toute idéologie....

              On leur doit le courage et la vérité, et cela n’a pas de prix.....


            • Lalo Vespera Lalo Vespera 6 juillet 2012 17:45

              « De plus, c’est traditionnellement en septembre que de telles auditions ont lieu. Rien d’ extraordinaire donc à voir Rumsfeld venir en septembre devant le congrès pour s’expliquer. »

              Vous confondez la conférence que Rumsfeld a donné le 10 septembre 2001 au Pentagone et son audition devant les membres du congrès en janvier 2001 tout en faisant valoir une érudition que vous n’avez visiblement pas : « c’est traditionnellement en septembre que de telles auditions ont lieu.  »...
              Je vous invite donc à prêter attention aux articles que vous commentez et à miser sur la qualité davantage que sur la quantité dans vos argumentaires.

            • Walid Haïdar 6 juillet 2012 17:54

              @Mmarvinbear : Vous prétendez que le pentagone 5 façade, et que donc, l’avion avait une chance sur 5 de se crasher sur la façade sur laquelle il s’est crashé.


              C’est complètement faux. Le pentagone a 5 façades verticales, et une sixième, qui est la surface qu’il recouvre... et devant laquelle les surfaces des façades verticales sont faibles. Donc l’avion avait beaucoup moins de chances d’atterrir sur cette façade.

              Mais le pire, c’est que si vous demandez à un gars de crasher volontairement son avion sur le pentagone, il foncera dessus pour avoir le plus de chances de ne pas rater son coup, et par conséquent, il assurera le coup en se crashant sur le dessus, et pas sur les façades du bâtiment.

              Mais là, bizarrement, l’avion a fait une manoeuvre périlleuse (très périlleuse, puisque certains la trouvent quasi impossible) pour se ficher sur une façade, ce qui n’a pourtant aucun intérêt pour un terroriste (poutrer les comptables, c’est un peu naze).

              Je ne sais pas moi, prenez un pentagone de la taille d’une pizza et posez le sur une table, mettez-vous à une distance suffisante, et essayez de l’atteindre avec un projectile quelconque lancé à grande vitesse (de sorte que toucher le pentagone ne soit pas évident). Notez combien de fois vous tombez sur la tranche (je vous épargne la contrainte d’effectuer une boucle spécifique avec finish en quasi rase motte plutôt que d’y aller tout droit par dessus). Si vous touchez la table avant de toucher le pentagone, vous pouvez considérer qu’il s’agit d’un échec (l’avion a des chances de faire beaucoup moins de dégâts sur le bâtiment vu qu’il s’est déjà planté dans le sol, et a donc subit énormément de dommages).

              Si vous trouvez que c’est quand même vachement plus difficile de touche la pizza sur la tranche en essayant, vous devriez vous demander pourquoi un pilote amateur plutôt cancre a tenté cette manoeuvre incroyable, et l’a réussie, plutôt que de se crasher bêtement par dessus, alors que l’aile en question n’a aucun intérêt particulier.

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 juillet 2012 18:32

              " Mais le pire, c’est que si vous demandez à un gars de crasher volontairement son avion sur le pentagone, il foncera dessus pour avoir le plus de chances de ne pas rater son coup, et par conséquent, il assurera le coup en se crashant sur le dessus, et pas sur les façades du bâtiment. : sauf avec un avion de ligne, qui est beaucoup moins maniable qu’un missile ou un avion de chasse, question de portance. En fait, si vous essayez de piloter un avion de ligne comme un chasseur, vous décrochez et vous perdez le contrôle de l’appareil qui va s’écraser n’importe ou, sauf là ou vous le désirez.


              Mais là, bizarrement, l’avion a fait une manoeuvre périlleuse (très périlleuse, puisque certains la trouvent quasi impossible) pour se ficher sur une façade, ce qui n’a pourtant aucun intérêt pour un terroriste (poutrer les comptables, c’est un peu naze).  : périlleuse ? Absolument pas ! une telle manoeuvre est effectuée tous les jours par les appareils civils qui doivent cercler au dessus des aéroports dans l’attente d’une piste disponible ! La seule différence est le rayon de braquage utilisé qui a soumis les passagers à une gravité de force 2. Les avions sont parfaitement capables de l’encaisser.

              Je suis d’accord avec la suite : poutrer des comptables, c’est naze, surtout que cela ne sert à rien !


              Je ne sais pas moi, prenez un pentagone de la taille d’une pizza et posez le sur une table, mettez-vous à une distance suffisante, et essayez de l’atteindre avec un projectile quelconque lancé à grande vitesse (de sorte que toucher le pentagone ne soit pas évident). Notez combien de fois vous tombez sur la tranche (je vous épargne la contrainte d’effectuer une boucle spécifique avec finish en quasi rase motte plutôt que d’y aller tout droit par dessus).«  : une chaîne de télé hollandaise a réalisé le test, en demandant à un pilote de cessna mis aux commandes d’un simulateur d’effectuer les manoeuvres demandées en se basant sur les informations des boites noires.

              Trois tests.

              Trois succès : à trois reprises, le pilote a » encastré " son boeing dans le Pentagone.

              Ajoutez-y à cela le fait que 99 % ( à peu près ) des pilotes professionnels interrogés qui ont répondu qu’une telle manoeuvre était possible à effectuer par un débutant, et les choses vous paraîtront plus claires ( les autres ont rejoint Pilotsfortruth ).


            • Pyrathome Pyrathome 6 juillet 2012 18:37

              Trois succès : à trois reprises, le pilote a « encastré » son boeing dans le Pentagone.

              erratum :
              Il voulait dire, le pilote automatique a réussi à encastrer son missile dans le Pentagone....


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 juillet 2012 01:20

              Je trouve rafraichissant de voir que vous êtes toujours incapables d’argumenter sérieusement. Cela montre bien à tout le monde que

              - vous n’avez aucun argument sérieux à opposer

              - tout ce que vous êtes capables de faire, c’est de l’ouvrir bien grande. Mais ce n’est pas en gueulant le plus fort que vous étayez vos thèses. Et encore moins arrivez à démontrer la justesse de vos propos.

              Continuez comme cela, je vous prie. J’adore quand on m’aide à montrer que j’ai raison.


            • robin 7 juillet 2012 08:06

              Mon pauvre Mmarvin

              Votre mauvais foi n’a d’égale que votre malhonnêteté intellectuelle maintes fois démontrées par le passé (photos trafiquées du pentagone par exemple) il n’est donc nul besoin de vous répondre une nième fois.

               

               

               


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 juillet 2012 11:18

              « Ce serait tellement plus facile qu’on nous montre toutes les vidéos ou on voit l’avion plutôt que de les classifier ... »

              Classifier un document est une procédure publique. Demander à avoir accès à un tel document et se voir refuser son accès pour cause de secret d’ Etat implique aussi une réponse publique.

              Les réopenistes ont la manie de continuer à réclamer ce qui visiblement n’existe pas. Commencez donc par PROUVER l’existence de tels documents avant de les réclamer. Les seules vidéo connues sont celles de la caméra du parking et une autre, située dans une station service.

              Je pense, sois dit en passant, que depuis le temps, de tels documents auraient fuité avec la manie de Wikileaks de mettre en ligne ce qui ne devrait pas parfois s’y trouver.

              Car s’ils ne l’ont pas abattu, vous nous expliquerez qu’il a rebondi une première fois pour perdre des débris si loin de l’impact final...

              En fait, l’avion n’a pas rebondi. Seul un des moteurs a rebondi et a été retrouvé une centaine de mètres plus loin. Les truthers se rengorgent des débris retrouvés dans un lac à 16 kilomètres de là pour prouver la thèse du missile. Mais ces débris étaient en fait des feuilles de papier ( identifiés comme tel car ayant des en-têtes ) et des copeaux d’aluminium, portés par le vent qui soufflait ce jour-là dans cette direction.

              Et comme devoir de vacances, vous nous calculerez aussi la hauteur du tas de débris de deux tours de 400 m qui ont nécessité pour leur construction 200 000 tonnes d’aciers et 425 000 m3 de béton. (pour faire simple vous utiliserez 1m3 de béton=2tonnes).

              Tenez-vous compte du béton pulvérisé par la chute de l’immeuble et soufflé par le vent ? ( je sais bien que non. D’ailleurs, comment évaluer la quantité de béton dissipée de cette façon ? )

              Pour info, il a fallu 9 mois pour évacuer les débris, un temps facilement contrôlable, le chantier étant visible de tous.

              Et en ce qui concerne la hauteur, n’oubliez pas que les Tours reposaient sur une dizaine d’étages souterrains. En avez-vous tenu compte ?


              et, accessoirement, vous expliquerez pourquoi le haut de la tour (une vingtaine d’étage au pif) en s’inclinant dans le vide a vu son béton se sublimer avant d’arriver au sol sans l’aide de la pression des étages supérieurs.

              Faux. Le béton de cette tour a subi le même sort que l’autre : concassé et soufflé par le vent ensuite, écrasé par le poids de sa propre structure.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 juillet 2012 23:21

              " Non, il existe plusieurs videos montrant la partie supérieure du WTC1, sans pression au dessus, s’inclinant et se désagrégeant ...  : la désagrégation se produit au niveau du front de chute. il n’y a rien d’anormal là dedans.

              Soi-dit en passant, je parlais des soi-disant vidéos du Pentagone. Mais bon.

              Concernant les débris de Shanksville, faux également, leurs masses étaient trop grandes pour que le vent les emporte.(a moins que j’ai loupé un cyclone au même moment). : faux. les débris retrouvés dnas le lac n’étaient que feuilles et débris légers, aptes à être portés par le vent.

              Mais si vous avez des liens, je suis prêt à les voir. S’ils existent évidemment.

              Pour les vidéos du pentagone, les caméras étaient suffisamment nombreuses autour du bâtiment pour enregistrer l’avion mais elles ont été saisies... : Le FBI a relevé les caméras des motels, de la surveillance du trafic et des stations services aux alentours. mais leur exploitation n’ont rien donné. Soit les caméras étaient orientées dans une direction autre que le Pentagone, soit elles ne marchaient pas car activées uniquement en soirée. Certains hotels ont même admis que leurs caméras extérieures étaient factices, disposées uniquement à titre de dissuasion. En tout et pour tout, seules les caméras du parking du Pentagone et une d’une station service située à l’opposé du bâtiment ont enregistré quelque chose.

              Pour les débris du wtc, même dans l’hypothèse ou la plupart du volume de béton a été pulvérisé, vous oubliez les 200 000 tonnes d’aciers, les 110 étages, rentrant dans les parking souterrains pour faire un tas de débris inférieur à 10m par rapport au niveau de la rue.  : vu que la chute a été verticale, tous les débris métalliques ou presque sont tombés sur le site même. Quoi d’étonnant à y retrouver tout le métal empilé sur place ? La faible hauteur vous intrigue ? Mais vous ne tenez pas compte des étages souterrains, et aussi du fait qu’un squelette métallique d’immeuble est composé avant tout de vide !

              D’ailleurs, le WTC7, qui avait aussi des parkings souterrains, à un tas de débris plus haut que des tours de 110 étages de 400 m alors que le wtc faisait 173 m de haut ..."  : vous avez un lien ? Je pense que vous confondez avec le fait que certains étages du wtc étaient très grands, de l’ordre de 15 16 mètres de haut. Ce qui en faisaient des étages en effet plus grands que ceux des Tours principales.


            • morice morice 8 juillet 2012 10:55

              Le FBI a relevé les caméras des motels, de la surveillance du trafic et des stations services aux alentours. mais leur exploitation n’ont rien donné. 


              ah ah ah : Marvibbear a VU le contenu, et il vous l’AFFIRME ; ça n’a rien donné

              elles n’étaient pas TOUTES dans le bon sens... sans doute

              il y en a plus de 100 de caméras

              foutus installateurs US, hein


              marrant, aujourd’hui il ne nous a pas ressorti la photo trafiquée du Pentagone ; il vieillit le MMarvin....

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 juillet 2012 12:14

              « il y en a plus de 100 de caméras : faux. Le FBI a répertorié 84 caméras, et ce pour TOUS les lieux d’attentats le jour du 11 septembre, à savoir le Pentagone et le WTC. Toutes n’ont pas donné d’ images forcément exploitables. C’est à partir de ce chiffre que les truthers ont prétendu qu’il y avait 84 caméras autour du Pentagone.


              foutus installateurs US, hein : Bah quand j’installe une caméra pour surveiller un hall d’entrée, je la pointe sur le hall d’entrée, pas sur le ministère de la défense situé deux cent mètres plus loin. Je trouve donc au contraire que ces »foutus installateurs US" ont au contraire fait leur boulot correctement. C’est le contraire qui aurait été étonnant, vous ne pensez pas ?


            • Pyrathome Pyrathome 8 juillet 2012 15:25

              Oui, le pauvre mmarvin, il proteste en disant qu’il n’y a que 84 caméras.....seulement on a strictement rien vu de ces 100 ou 84 mis à part un extrait où d’ailleurs il manque des images/s....
              Si c’était vraiment un Boeing qui a percuté le Pentagone, ils se seraient empressé de le MONTRER, hors, on ne voit RIEN, C’EST DÉJÀ UN FORT INDICE DE MENSONGE....
              MMarvin, tu es un gros menteur, ma grande !....
              Tu te ridiculises à chaque fois, mais tu dois aimer ça, puisque tu en redemandes...
              En fait, je te pense suffisamment intelligent pour avoir parfaitement compris, ce qui prouve de facto que tu viens ici seulement pour « propagander », on te paye combien pour ce job ????
              Misérable complice de crimes contre l’humanité......


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 juillet 2012 15:46

              Je pense que tu as dû manquer ce passage, alors je le remet. Non seulement tu pourras le lire enfin, mais tu auras aussi montré à tout le monde que tu ne lis pas correctement les réponses faites.

              " Le FBI a répertorié 84 caméras, et ce pour TOUS les lieux d’attentats le jour du 11 septembre, à savoir le Pentagone et le WTC. Toutes n’ont pas donné d’ images forcément exploitables."

              Cela date d’il y a quelques heures seulement, et c’est dans le message juste au dessus du tien.

              Merci encore de m’aider à montrer que les truthers ne cherchent pas la vérité, mais à imposer leur opinion.


            • Pyrathome Pyrathome 8 juillet 2012 16:14

              Taratata, Mmarvin, inutile de tergiverser sur le nombre de cam, le bâtiment le plus surveillé au monde n’a toujours pas montré ce que révèlent les nombreuses caméras situés à ses abords.....
              Forcément !!!....puisque l’impact ressemble bien trop à un missile....
              Tu es devenu bien fébrile, mon gros nounours, mais il est vrai qu’on t’en demande beaucoup trop..... smiley
              Sont pas cool tes employeurs !!...


            • tf1Goupie 8 juillet 2012 18:56

              Comment sais-tu que c’est « le batiment le plus surveillé du monde » à part le fait que c’était un hoax répété niaisement dans Loose Change (dont on n’entend plus parler aujourd’hui) ?


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 juillet 2012 23:17

              « Forcément !!!....puisque l’impact ressemble bien trop à un missile.... »

              Ah, adepte du missile alors ?

              Comment expliques tu donc dans ce cas que les corps des passagers ont été retrouvés sur les lieux ?

              Comment expliquer la présence de débris d’avions, visibles sur la pelouse et dans les ruines ?

              Affirmer est une chose. Démontrer et prouver en est une autre.

              Et Réopen n’ont JAMAIS pu prouver la thèse du missile, ni expliquer la présence des fragments d’avion sur place, se contentant à chaque fois que je les pousse dans ces retranchements de s’attaquer à ma personne.

              Arriverez-vous à faire autrement ?


            • xray 6 juillet 2012 17:43


              Rien dans la version officielle n’est crédible. 

              Le 9/11 : 
              Une imposture ordinaire dans le cadre d’un montage de guerre classique.
               
              Une version officielle digne d’un scénario de dessin animé pour enfants. 

              /mondehypocrite501.hautetfort.com/">Le 9/11
              Une opération menée par l’armée américaine
              http://mondehypocrite501.hautetfort.com/ 



              • joletaxi 6 juillet 2012 18:08

                Mmmmm du reopen classique...
                délicieux,enfin pour ceux qui lisent encore

                et les commentaires....la crème de la crème... enfin je n’ai lu que les derniers.
                Trop fort le coup de la pîzza.
                Mais pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ?
                des pizzas pentagonales, une évidence.

                Avox... incontournable


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 juillet 2012 18:35

                  Je l’admets, sans eux, Morice et quelques autres, ce site serait ennuyeux... (^^)


                • Pyrathome Pyrathome 6 juillet 2012 18:45

                  Non, vous ne trouverez pas la réponse chez le pizzaïolo du coin, je vous conseille néanmoins de consulter chez un bon ophtalmologue.....mais j’ai bien peur qu’il vous faille quand-même apprendre le braille....


                • Donald Forestier 7 juillet 2012 15:48

                  Et heureusement qu’il y a des gens comme nous, Marvvin et joletaxi (je n’oublie bien sûr pas les Gonzague et autres ClouzO), pour relever le niveau, à la fois au niveau de la probité intellectuelle, de l’examen minutieux des faits, de la bonne foi, et de la dignité morale. Il faut mettre au pas la horde conspirationniste et tendre le bras bien droit vers notre Mecque d’Outre atlantique. C’est quand même affreux de douter des Etats-Unis comme ça, ce phare des démocraties du monde libre, qui a le courage de dépenser tant d’argent pour étendre les zones de paix démocratiques dans les ignobles dictatures moyen orientales (les seules exceptions étant l’Arabie saoudite, le Bahreïn, et le Qatar). Les terroristes barbus fanatiques ont été vraiment complètement fous de provoquer l’oncle Sam ; l’un dans l’autre je me dis que ça a quand même été une bonne chose. Alors que vous vous semblez vous indigner, mon pauvre Lalo, de cette augmentation vertigineuse du budget militaire étasunien, je me dis au contraire que les gars du Pentagone comme Rumsfled ont été remarquablement courageux d’orienter leur état dans cette direction. Pour les 2300 milliards j’aurais bien une interprétation... Des gens au pentagone, prévoyant que la décennie à venir serait décisive en terme de financement militaire, ont décidé de mettre à l’abri une énorme somme au cas où. Vous connaissez la fable de la cigale et de la fourmi et je n’ai pas besoin de vous faire un dessin... 10 ans après, force est de reconnaître que ces gens-là ont eu du flair ! La guerre contre la terreur est loin d’être terminée. Pour mettre aux pas les barbus syriens avec l’aide de la démocratie saoudienne, ces sommes mises de côté dans un esprit de prévoyance et d’altruisme citoyen sont j’en suis certain absolument décisives. Vive le pentagone, et vive l’OTAN !


                • Pyrathome Pyrathome 7 juillet 2012 16:56

                  Vive le pentagone, et vive l’OTAN !

                  Oui, prosternons-nous devant l’OTAN en emporte le vent et faisant allégeance au veau d’or Dollar....
                  Amen !! smiley


                • Feste Feste 7 juillet 2012 01:32

                  Merci encore pour l’article.


                  Comme d’hab les pauvres Marvin, jo le chauffeur de maitre (il ne manque que Gonzigue de 5 petits bras) sont là pour réciter la priere du majordome pro bushiste qui jurera qu’il n’aime pas bush sauf pour tout ce qu’il a pu deblaterer sur le 11/9

                  ca sent le sapin repete chaque fn de semaine le pauvre Moorea sur hardware.
                  ici on a les sous quirant. C’est à dire plus grand chose. 

                  c’est bien les gars, c’est ben laden avec 19 saoudiens/arabes qui a tout fait, Bush, rumsfeld, cheney, Rice, ont tous dit que la vayritay vraye. Merci d’etre passay smiley

                  • Gonzague Gonzague 7 juillet 2012 21:28

                    WELLCOME >>> [[Only Here SUMMER DISCOUNTS ! Fast order delivery 1-3 days. Free samples for all orders !buy cheap <a href="http://shop.cafepress.com/911-inside-job »>truth</a>online uk | Don’t Wait ! Order the Truth !

                    ">


                    • Pyrathome Pyrathome 8 juillet 2012 00:34

                      Du gagne petit....

                      Là, c’est du très lourd !! ( entre-autres....)
                      http://pleinsfeux.com/attribution-bp-tres-importants-contrats-petroliers-irak-%C2%AB-nouvel-ordre-mondial-%C2%BB-gordon-brown/

                      Tu fais les marchés, Gongon ? smiley...


                    • Minipsig 8 juillet 2012 13:56

                      Que des gens puissent ne serait ce que penser une seule seconde qu’il n’y avait pas de caméras autour du bâtiment militaire le plus sécurisé au monde c’est d’une stupidité hors norme.

                      http://i277.photobucket.com/albums/kk43/SPrestonUSA/SPUSA/pent-cams-911.jpg

                      Le simple fait qu’ils aient refusé de diffuser les vidéos en question prouvent leur culpabilité. Ils ne veulent pas qu’on voit ce qu’il y a dessus, mais à part ça ils n’ont rien à cacher ? On y croit smiley


                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 juillet 2012 02:01

                        J’ ai cliqué sur le lien.

                        Le grossissement indique « photo prise en 2006 »...

                        Ho, Morice, tu en dis quoi, de ces méthodes ?


                      • diode06 9 août 2012 19:36

                        Bonjour,

                         

                        Le grossisement montre une photo prise en 2006 pour voir la caméra qui a été reconstruite au meme endroit car sur celle de 2001 elle est abimée.

                         smiley

                         

                         

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès