Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > La pauvreté aux États-Unis

La pauvreté aux États-Unis

Vivre dans une maison plus spacieuse que celle d’un Parisien ou d’un Berlinois, avoir une voiture, un téléviseur et un DVD n’est pas ce qui vient à l’esprit pour définir un pauvre, malgré le fait que la majorité des « pauvres » des États-Unis correspondent à cette description.

Selon l’imagerie du progressiste de base – celui qui se croit informé parce qu’il lit les journaux et regarde la télévision, qui pense qu’il possède une attitude critique, qui ne se laisse pas abuser par « ce que l’on veut nous imposer » et qui, en définitive, pense comme l’écrasante majorité –, le pauvre aux États-Unis serait un misérable hère végétant, sans appui aucun, dans une misérable situation.
 
Mais, dans les faits, qu’est-ce donc être pauvre aux États-Unis ? En se fondant sur diverses statistiques publiques, Robert Rector nous rappelait en 2007, dans un article publié par The Heritage Foundation, que parmi ceux que l’on désigne officiellement « pauvres » dans ce pays (personnes ayant un revenu inférieur de moitié au revenu médian), 43% possédaient leur propre maison, 80% l’air conditionné, près des trois quarts au moins une voiture, et 31% deux ou plus, 97% un téléviseur couleur et plus de la moitié deux ou plus, 78% un lecteur vidéo ou DVD, 89% un four à micro-ondes, plus de 50% un équipement stéréo, plus d’un tiers un lave-vaisselle et 62% étaient connectés au câble de télédistribution ou avaient une antenne parabolique. Le « pauvre » des États-Unis moyen dispose également de plus d’espace – 134 m² – pour vivre qu’une famille normale de Paris, Londres, Vienne, Athènes ou d’autres villes européennes (120 m² en moyenne en Europe) : seuls 4% des foyers pauvres américains sont surpeuplés et plus des deux tiers offrent plus de deux pièces par personne.
 
Il est évident que cette image ne concorde pas avec celle que nous avons en tête lorsque nous utilisons le mot pauvre. Une enquête réalisée auprès le la population des États-Unis révélait, en 2002, qu’interrogés sur ce qu’ils considéraient « pauvre », les réponses des gens se référaient à vivre sans toit, à avoir faim et à l’absence de satisfaction des nécessités basiques de la vie. Il semble que vivre dans une maison plus spacieuse que celle d’un Parisien ou d’un Berlinois, avoir une voiture, un téléviseur et un DVD n’est pas ce qu’il leur vient à l’esprit, malgré le fait que la majorité des « pauvres » de ce pays correspondent à cette description.
 
Si nous descendons dans l’échelle et nous fixons sur ceux qui possèdent moins, seuls 4,3% des maisons des pauvres officiels sont insuffisamment grandes (plus d’une personne par pièce). Les auteurs de l’article notent qu’il y a très peu ou aucune trace de malnutrition aux États-Unis induite par la pauvreté : 89% estiment avoir assez à manger, contre 2% qui déclarent avoir souvent faim. La faim est définie comme le malaise ou la sensation douloureuse causée par la manque d’aliment. Or, aux États-Unis, le problème sanitaire relié à la nourriture parmi les pauvres n’est pas le manque d’aliments, mais bien la surconsommation d’aliments.
 
Ceci ne veut pas dire qu’il n’existe aucune misère aux États-Unis ni que nombre de personnes ne connaissent pas de sérieux problèmes d’ordre divers depuis le fait de vivre trop nombreux dans un espace restreint jusqu’à connaître de manière intermittente des difficultés pour s’alimenter ou se soigner. Mais c’est bien un conte à dormir debout que celui qui veut nous faire accroire qu’une masse innombrable de pauvres errent dans les rues de ce pays. Un autre conte est que cette situation supposée insoutenable proviendrait de l’absence d’« État providence ». En premier lieu, il existe bien aux États-Unis un « État providence », et même antérieur à la majorité des pays européens. En second lieu, tandis que le travail et le mariage sont des escales stables contre la pauvreté, le système de sécurité sociale est perversement hostile aux deux. Les principaux programmes, comme les bons de nourriture, le logement public et Medicaid (système de santé publique pour les pauvres), rémunèrent l’inactivité et pénalisent le mariage. Si les programmes sociaux étaient plutôt employé à favoriser le travail et le mariage, la permanence dans la pauvreté chuterait rapidement.
 


Sur le même thème

L’Économiste «marxiste» et le Chef d’État
De quelques réflexions d'un déserteur du marché du travail ou les aventures de super super au travail pour la croissance à travers les siècles
Le rapport du CIDE sur les réseaux pédocriminels en France et ailleurs
De l’absolue nécessité d’un revenu universel
À François Hollande, à Manuel Valls, aux frondeurs et aux autres


Les réactions les plus appréciées

  • Par Gabriel (---.---.---.98) 1er juin 2010 10:44
    Gabriel

    Lucillo parlez nous un peu de la vie souterraine à New York  ! Cela ne devrait pas poser de problème à un grand démocrate comme vous qui privilégie le dialogue comme souvent dans vos post. Expliquez nous si, dans ces bas fonds ou, des milliers de personnes y vivent comme des rats la conception que vous avez de leur niveau de vie !

  • Par Immyr (---.---.---.176) 1er juin 2010 10:37
    Immyr

    humm... un pauvre est donc un riche qui s’ignore... !!!!


    Le libéralisme est donc un socialisme travesti. !!!!

    La subjectivité : Dans son sens ordinaire, « subjectif » désigne le caractère de ce qui est personnel, opinioné, en opposition à « objectif » qui tient de la neutralité.


  • Par Owen (---.---.---.165) 1er juin 2010 15:27
    Owen

    Bonjour Lucillo,

    Je fais une recherche avec « sans abris » pour les Etats-Unis et la France.

    Je tombe sur un article de ATTAC disant que d’après l’Urban Institute, les USA ont compté 3,5 millions de sans abris en 2004. Soit un peu plus de 1 Américain sur 100. ICI

    Je tombe ensuite sur un article Wikipedia qui dit qu’en France, l’INSEE a compté en janvier 2004, 86 000 SDF. En ajoutant les sans domiciles transitoires, il faut compter 100 000 SDF. Soit un total en 0,1 et 0,2% de la population. ICI

    Il faudrait continuer les recherches pour recouper ces premières infos. Peut être les actualiser à 2009 par exemple, mais sachant que les crises écos ont des effets immédiats aux USA et différés en France, écrêter les résultats ? Comment ?

    Mais comment discuter avec votre texte ?

    « le pauvre aux États-Unis serait un misérable hère végétant, sans appui aucun, dans une misérable situation. ». Ben oui, il y en a aux USA, je viens de vous les chiffrer. Il y en a aussi en France.

    Un pauvre est un pauvre, que voulez-vous qu’on vous dise ? Moi je le déplore, où qu’il soit.
    Si un pauvre américain, c’est mieux qu’un pauvre français, ben allez-y, vous y serez mieux non ?
    C’est quoi votre problème ?

  • Par fwed (---.---.---.241) 1er juin 2010 14:55
    fwed

    Article qui nous rappele que la richesse est relative. Peut on avoir un comparatif entre les revenus d’un rentier qui n’a jamais travaillé et ceux d’un travailleur médian. Peut être que l’auteur se rendra t’il compte que la majorité des travailleurs sont pauvres.

    Vu le nombre de commentaires repliés, une autre question me vient à l’esprit : l’auteur s’entraine t’il pour devenir un maître de l’origami ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires