Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La première attaque contre le rouble a déjà échoué

La première attaque contre le rouble a déjà échoué

Pendant des jours et des jours, les analystes mainstream nous ont dit et répété, du haut de leur pupitre télévisuel ou journalistique, que la fin du « régime » russe était proche. D’après eux, les fameux « marchés financiers » avaient décidé du haut de leur grandeur que cette nation était destinée à revivre les jours de pénurie de l’époque Boris Eltsine. Les marchés – nous expliquaient-ils – avaient émis leur sentence, et même la Russie devait, comme toutes les autres nations, s’incliner devant leur divine volonté.

Laissons de côté les doutes et les questionnements sur une telle stratégie ; le plus stupéfiant est de voir que cette affaire auparavant hypermédiatée est aujourd’hui désertée par les grands médias italiens [et français – NdT] : c’est même le blackout total. Pourquoi donc ? Nous devrions poser la question aux journalistes qui en parlaient autant voilà quelques jours pourquoi soudain ils n’en parlent plus : d’après eux, le destin est-il déjà tout tracé, ou bien s’est-il passé quelque chose qu’il vaut mieux taire ? Une chose qui met à mal aussi bien la narration immédiate ("la Russie est en crise"), que la narration permanente, celle qui doit montrer l’aigle impérial américain toujours triomphant dans le monde entier ?

Penchons-nous un instant sur le graphique ci-dessous qui va nous aider à savoir s’il s’est produit quelque chose digne d’intérêt depuis qu’est tombé le blackout total sur la « crise du rouble ».

Comme on peut le voir, le rouble a récupéré 30% de sa valeur par rapport à l’Euro (et sa remontée a été pratiquement identique vis-à-vis du dollar).

Que s’est-il passé de si important pour permettre une récupération aussi spectaculaire que l’attaque spéculative qui avait poussé le rouble dans l’abysse ? A lire les journaux occidentaux, absolument rien. Répétons-le, cette affaire est tombée aux oubliettes, au point qu’on peut parler ici de censure.

Mais en allant vérifier sur les sites en langue russe, il s’avère qu’en réalité un événement crucial s’est produit (lien).

Comme on le sait, les banques centrales de la Russie et de la Chine ont signé un contrat (swap) pour s’échanger directement leurs valeurs sans recourir à l’intermédiaire du dollar. Le taux de change prévu dans ce contrat est de 5,67 roubles pour 1 yuan renminbi. Étant donné que le Yuan s’échange avec d’autres valeurs (y compris le dollar) oscillant de +/- 2 % par rapport à la parité moyenne établie par la Banque centrale chinoise, il se crée ainsi une situation particulière où quelqu’un (disons, la Russie) peut vendre des yuans (obtenus au taux de change établi par contrat swap) en échange de dollars, et avec ces derniers, acquérir des roubles.

Le fait d’acheter des roubles fait immédiatement augmenter sa valeur par rapport au dollar, et cela expose à d’énormes pertes ceux qui auraient vendu des roubles « à découvert » (sans les posséder) dans l’espoir de les acquérir plus tard, certains qu’ils étaient de le voir baisser et de pouvoir alors empocher la différence.

En somme, la Banque centrale russe a ainsi, grâce à l’assistance de la Banque centrale chinoise, la possibilité d’effectuer une énorme opération « d’arbitrage » (lien) à même d’exposer à de grosses pertes ceux qui spéculent contre le rouble. En confirmant le taux de change sur le swap, les Chinois ont offert un arbitrage de 100% aux Russes. Un levier capable de faire sauter n’importe quel spéculateur en l’espace de quelques jours.

Ce n’est qu’une hypothèse sur la façon dont les choses se sont passées, mais je pense qu’elle est extrêmement plausible, et cette thèse est renforcée, voire confirmée par le silence assourdissant dans lequel est tombée cette « crise du rouble » dans les médias mainstream. Un silence tellement impénétrable que même les lecteurs les plus fidèles ne savent probablement rien de la remontée du rouble par rapport au dollar et à l’Euro, et sont sans doute toujours convaincus que les Russes sont au bord de la crise de nerfs de ne plus pouvoir acheter le dernier iPad et que les classes les plus démunies pâtissent déjà de la faim du fait de l’augmentation des denrées alimentaires.

Il vaut sans doute mieux jeter un voile pudique sur cette chape de plomb qui s’est abattue sur les médias occidentaux et qui ressemble de plus en plus à une forme avérée de censure, et se concentrer un instant sur l’aspect véritablement important de cette situation : les marchés financiers occidentaux, qui ont si souvent attaqué les pays considérés comme "non alignés" sur les positions de l’Empire, ont non seulement, et pour la première fois échoué à détruire la monnaie, et par conséquent l’économie du pays attaqué, mais ils ont en l’occurrence subi un revers véritablement historique. Désormais, ceux qui commandent – et même le FMI le reconnait -, ce sont les Chinois.

Entretemps, l’aigle impérial américain s’est retiré dans son antre, un peu sonné, et réfléchit sans doute à une revanche.

Il faut cependant observer que cet aigle un peu déplumé, pour ne pas voir démentie la narration permanente qui le voit toujours triomphant, a donné l’ordre à ses vassaux de propager le tout dernier canular : la croissance de son PIB de 5%. Un PIB en papier kraft, un peu comme les chars du carnaval de Viareggio.

Giuseppe Masala
Megachip
24 décembre 2014

Traduction Christophe pour ilfattoquotidiano.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (105 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • confiture 28 décembre 2014 10:42

    Merci de cette excellente nouvelle, effectivement passée sous silence, en ce moment ici on commémore un peu tout, alors pas le temps de parler de ces broutilles.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2014 11:18

      Merci pour cette information.
      Le silence devient synonyme d’échec de l’ Empire.
      C’était déjà le cas lorsque l’ US Navy n’avait pas pu tirer un seul missile sur la Syrie.


      Le Gouvernement russe a aussi pris des décisions qui ont aidé à la remontée du rouble, la banque Centrale à provisoirement remonté son taux directeur à 17%, décourageant les spéculateurs, et mis en place un contrôle des mouvements de capitaux.

      Mais sans doute le rôle de la Chine a-t-il été déterminant.
      La Chine en a ras le bol des dirigeants Américains, et depuis 2013, elle veut « désaméricaniser le monde ». Reste à savoir comment vont réagir les USA ?

      • Lucide bdpif@laposte.net 29 décembre 2014 11:16

        C’est une bonne chose Fifi, la desamericanisation du Monde, par contre par la chine, c’est faire rentrer un loup encore plus dangereux dans la bergerie. Donc pour ma part, c’est soutien au TAFTA quand même.


      • Lucide bdpif@laposte.net 29 décembre 2014 11:18

        Pour moi l’ennemi le plus dangereux à combattre est la chine dans le moment. C’est le plus vivieux et le plus installé dans nos economies, faisant chomage et fermant nos industries. On peut pas les soutenir pour combattre les USA. C’est incohérent.




      • Lucide bdpif@laposte.net 29 décembre 2014 11:21

        Faites comme moi, essayez d’acheter du Made in france quand vous pouvez. C’est la seule solution que j’ai trouvé. Et les courses au marché, etc ...


        Marre du libre echange et de la mondialisation.

      • totof 29 décembre 2014 19:42

        Je ne comprends pas les raisonnements de bdpif@laposte.net... L’empire est le plus grand danger, les anglo-saxons (qui sont nos ennemis absolus) nous font la guerre et il ne faudrait pas se défendre, aller dans le sens du TAFTA, parce qu’il y a la Chine en face ? Faut pas déconner quand même... Il est incontestable que les chinois sont les ennemis de la liberté mais tout autant que l’Occident fasciste. Ce que je sais, c’est que l’Occident est le mal absolu. Les chinois n’ont jamais fait ce que nous appelons la colonisation (de ’Afrique ou de l’Amérique)... Quand je lis qu’il faut acheter le made in france, je n’en reviens pas ! On sait ce qu’est le patronat français ! Ce sont des fascistes !!! Et ils possèdent l’Etat !!!! Putain, il faut le dire en quelle langue !!!


      • Zeb_66 30 décembre 2014 17:04

        Pour bdpif
        Pauvre cloche, les Chinois sont des commerçants, depuis des millénaires.
        Ils combattent avec leur sens du commerce, pas avec des armes et un
        esprit de conquête comme les occidentaux.
        Tu as raison d’avoir peur, si tu n’as pas la fibre commerciale, ils
        vont t’avaler tout cru...
        Au XVI siècle la Chine était la première puissance au monde, la seule
        sortie de l’armada Chinoise pour un 1/2 tour du monde fut une sortie
        commerciale.
        Les navires de guerre n’étaient pas armés mais plutôt remplis de
        tissus-soieries-objets d’art et autres porcelaines.
        Lorsque tout fût vendu, ils rentrèrent chez eux, sans même ouvrir un
        comptoir et y laisser une garnison comme ont pratiqué plus tard
        les Occidentaux.
        Mais si tu préfères le choix des armes, sache qu’ils peuvent être
        aussi extrêmement violents et cruels.  smiley


      • Lucide bdpif@laposte.net 1er janvier 2015 18:03

        Pour Zeb 


        Pauvre mouton du libéralisme, j’ai connu des veaux qui lechaient la main de leur bourreaux, en lisant tes commentaires, j’ai la même impréssion .

        Allez, và lecher les pieds de ta dictature « Pacifique » où l’on revend les organes des opposants politiques, la dissidence commencant à faire de la gymnastique non controlée par l’état.

      • antyreac 28 décembre 2014 11:25

        Ce n’est pas encore terminé 

        le rouble va encore baisser ce n’est qu’une question de temps

        • mirry 28 décembre 2014 11:55

          Oui, nos gentils « démocrates » sont prêts a tout , mémé à affamer, ruiner tout un peuple.

          Et après cela ose parler de démocratie, droit de l’homme.


        • antyreac 28 décembre 2014 12:10

          Les démocrates sont prêt à défendre la paix menacé par des salops tel que putin


        • boris boris 28 décembre 2014 12:50

          antyreac espèce de tête de noeud, on écrit « salaud » pas « salop » .


        • boris boris 28 décembre 2014 17:34

          Antyreac tu as vraiment un cerveau à noeuds , « salaud » dans le sens que tu as voulu employé pour Poutine, « salop » est le masculin de « salope » dans le sens homme dévergondé etc...

          Je te ferais remarquer que le terme « salope » englobe les deux sens mon coco jolie.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2014 19:05

          boris,
          Ne l’énervez pas, il a sans doute acheté des roubles, ça doit le mettre de mauvaise humeur qu’il ne s’effondre pas...
          Il pourra toujours les encadrer à côté des emprunts russes de son aïeule...


        • Fergus Fergus 28 décembre 2014 20:31

          Bonsoir, Fifi.

          Le rouble ne s’effondre pas, certes, mais il n’est pas au mieux, et le prix de la chambre que j’ai réservée à Saint-Pétersbourg - à deux pas de l’Hermitage et du Palais d’hiver - pour un prochain voyage est passée en quelques semaines de 530 euros pour 5 nuits à... 350 euros !

          Cela dit, je souhaite évidemment, comme la plupart des intervenants ici, que la Russie réussisse à se tirer d’affaire sur le plan économique, et si possible au détriment des spéculateurs occidentaux et des Etasuniens qui s’efforcent de tirer les ficelles en sous-main.

          Je n’en suis pas moins circonspect sur la nature des échanges politico-économiques entre la Russie et la Chine, la première nommée craignant de se retrouver à terme dépendante de « l’Empire du Milieu » si elle s’aventure trop loin alors que ses dirigeants estiment toujours que son avenir est dans les relations économiques avec l’Union Européenne.


        • boris boris 28 décembre 2014 22:06

          Fergus n’en loupe pas une, le voilà qui part en voyage en Russie au coeur de l’hiver le bougre.


        • Fergus Fergus 28 décembre 2014 22:20

          Bonsoir, Boris.

          Rassurez-vous, j’attendrai le printemps, mais j’aime bien réserver à l’avance.

          Quoi qu’il en soit, j’espère sincèrement que les Etasuniens se seront pris les pieds dans le tapis d’ici là !


        • izarn 28 décembre 2014 11:52

          Ca fait déja une semaine que l’on connait l’échec de l’attaque conte le rouble. Il suffisait de lire les cours et aussi l’article de Sapir :
          http://russeurope.hypotheses.org/3190
          Ensuite la baisse du rouble fait perdre 1/5ieme du PIB en France. Plus stupide que l’UE est impossible.


          • Croa Croa 28 décembre 2014 12:07

            Le rouble est mieux couvert (par les réserves énergétiques de la Russie) que le dollar (par une réserve d’or probablement douteuse.) La force du dollar c’est de s’être rendu indispensable dans les échanges internationaux, donc si des pays ou des entreprises arrivaient à s’en passer... Il est mal ! smiley
            Le pétrole étant à la baisse le rouble ne peut que suivre mais à priori il ne peux pas se réduire à plus rien, c’était impossible !
            *
            Donc ce qui se passe est logique. Merci pour l’info !


            • antyreac 28 décembre 2014 12:12

              Le hic de cette histoire ce que la plupart des investisseurs et des états préfèrent et de loin le dollar


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2014 12:20

              antyreac,
              Ils aiment tellement le dollar, qu’ils se précipitent pour acheter des biens tangibles en cas d’effondrement du dollar, et de l’euro... «  Quand les prémisses de la crise de 1929 réapparaissent »....


            • millesime 28 décembre 2014 12:25

              « la plupart des investisseurs et des états » vous voulez dire « les états occidentaux.. ! »
              çà c’est comme « la communauté internationale » ..il vaudrait mieux parler de « la communauté occidentale »...
              je doute que la Chine, l’Inde, le Brésil, l’ Afrique du Sud, (les BRICS quoi et bien d’autres pays) soient aussi favorables au dollar que vous voulez bien l’affirmer.. !
              http://millesime57.canalblog.com


            • antyreac 28 décembre 2014 12:31

              Même les BRICS préfèrent dans ses échanges les dollars 

              Les russkoffs se ventent eux d’avoir un matelas des devises en dollars et pas en rouble ou autre en youan 

            • confiture 28 décembre 2014 13:05

              quand les échanges se font en dollard, c’est forcé par une main invisible


            • zappa zappa 28 décembre 2014 12:37

              Merci pour l’article,
              L’économie est basée sur la confiance et sur ce point Mr Poutine est de loin celui qui inspire le plus cette confiance. Il a des partenaires solides contrairement à la France qui se plait a jouer à la roulette avec certitudes . Nous ne sommes plus une nation fiable par nos mensonges et crimes.


              • fred.foyn Le p’tit Charles 28 décembre 2014 12:58

                bof...le jour ou les USA auront...1 gramme de bon sens..la planète respirera.. !


                • Alren Alren 28 décembre 2014 13:03
                  Après le Seconde guerre mondiale, la finance internationale, à défaut de l’or, a eu pour pivot la monnaie du grand bénéficiaire de la guerre c’est-à-dire le dollar. Ce fut imposé, à Bretton Woods, aux alliés faibles et aux vaincus, avec la promesse formelle que le morceau de papier US serait toujours échangeable contre de l’or, un corps simple du tableau de Mendeleïev dont on ne peut augmenter artificiellement la quantité depuis l’échec des alchimistes. 
                  Bien entendu pour leur grande et sanglante guerre anticommuniste qui n’était « froide » qu’en Europe (et encore pas dans les combats aériens clandestins !), les dirigeants étasuniens ont fait tourner la planche à billets bien au-delà de leur réserve d’or, contrairement à leurs promesses. 
                  Jusqu’à ce que Nixon en 1971 reniant l’engagement solennel de la « grande nation » vertueuse et puritaine, reconnaissant le mensonge de son pays, décrète la non-convertibilité du dollar en or ... tout en bloquant avec mauvaise foi le retour dans les pays propriétaires de leurs stocks d’or « protégés » à Fort Knock.
                  Pour un particulier, tel Madov, on parlerait d’escroquerie et on l’enverrait en prison pour 150 ans !
                  Depuis le coup fourré de Nixon, qui n’a pas cependant empêché les USA de perdre la guerre du Viet Nam, « l’hyperpuissance » vit aux crochets du reste du monde grâce à l’entourloupe du dollar non convertible, monnaie pivot obligatoire et donc soutenue par les économies des autres pays pour faire « tourner » l’économie mondiale. 
                  Mais cet expédient, comme tous les expédients ne peuvent durer qu’un temps. En faisant de la Chine l’atelier du monde, les capitalistes auraient pu prévoir qu’elle aller accumuler suffisamment de devises pour à son tour commander à l’économie mondiale. 
                  En soutenant la monnaie de son voisin russe, elle fait triplement « le bon choix » comme aurait dit Giscard. 
                  D’abord elle fait perdre des sommes considérables aux spéculateurs qui sont la plaie du monde capitaliste (voir la colère de Cameron le domestique de la City). 
                  Ensuite elle se débarrasse de dollars dont elle connaît la valeur réelle (celle du papier toilette). 
                  Enfin elle se crée un allié pour longtemps avec un pays amené à jouer un rôle central dans le continent Euroasiatique.
                  Aux échecs, c’est un coup qui mériterait deux points d’exclamation : !! car il entraîne une partie gagnante.

                  • antyreac 28 décembre 2014 14:20

                    Contrairement à ce croit les russcofs sont des mauvais joueurs d’échecs 

                    Ils se font avoir à chaque fois que ce soit en Afghanistan ou en Tchétchénie ou avec le chute de rouble 

                  • millesime 28 décembre 2014 14:53

                    deux fois sur trois les US « MENTENT » que ce soit en économie, en politique, dans tous les domaines tout est « mensonge »


                  • amiaplacidus amiaplacidus 28 décembre 2014 16:59

                    C’est vrai que les USA ont fait nettement mieux au Vietnam, en Afghanistan,en Somalie, en Irak, au Kosovo, en Haïti, au Pakistan, en Libye, en Syrie, au Salvador, au Nicaragua, au Chili, au Guatemala, en République Dominicaine, à la Grenade, au Panama, à Cuba, etc, etc. La liste est trop longue, et encore, je ne parle que des interventions extérieures ouvertes, alors si on y ajoute les saloperies de la CIA ...


                  • antyreac 28 décembre 2014 17:09

                    Oui mais se prétendent pas des grands joueurs d’échecs et grands nombre des pays que vous citez entretiennent d’ailleurs d’excellentes relations avec les E-U 


                  • antyreac 28 décembre 2014 17:13

                    Oui mais ils ne...


                  • mac 29 décembre 2014 10:34

                    Pauvre antyréac gavé de Disneyland et de McDO qui n’accepte pas l’éventuelle réalité du carton-pâte.
                    Il répète Dollar Dollar un peu à la manière du ministre de l’information irakien lors de la deuxième guerre du golfe qui prenait l’antenne chaque jour pour répéter que les troupes américaines étaient encore loin de Bagdad.
                    Mais on le comprend, c’est toujours dur d’apprendre que le père Noël n’existe pas mais il doit être soit maso soit très opiniâtre car il revient régulièrement se faire tailler des shorts sur AVX.


                  • Lucide bdpif@laposte.net 29 décembre 2014 11:10

                    Moi je comprends très bien la réaction D’Antyreac. IL est completement révolté de la mauvaise foie que tous font preuve ici par un antiaméricanisme qui soutient des regimes encore pire que les USA aux noms de « Valeurs Morales ».


                    Denoncer Guantanamo, un centre de torture et ne rien dire, par exemple, sur la torture dans les prisons en Russie (X10 par rapport aux USA), cà entraine des posts de colère/

                    Libre à vous de lui tailler un costard, mais un final, ce n’est que votre propre colère de votre mauvaise conscience que certains déversent ici sur les intervenants qui ne sont pas d’accord avec vous.

                    Personne ne souhaite le mal de la Russie, mais on veut que s’arrete les massacres en Syrie (C’es tun peu tard désormais, au lieu de geuler comme de smoutons « NOn à la guerre de l’OTAN », vous auriez mieux fait en parallele de contester les livraisons d’armes de la Russie à Assad pour massacrer son peuple.

                    Personne ne veut la domination mondiale des USA, mais encore moins celle de la chine en remplacement.

                    Il faut apprendre à s’ecouter, à être honnete, tous, si vous voulez que d’idées naissent des solutions. COrdialement. A tous.

                  • mac 29 décembre 2014 11:53

                    Nous ne faisons pas forcément d’antiaméricanisme si nous pensons simplement que les USA sont une nation comme les autres, ni plus ni moins, et ce contrairement à ce qu’Hollywood en phase avec le lobby militaro-industriel a voulu faire croire aux pauvres citoyens américains moyens que nous saluons.



                  • millesime 28 décembre 2014 15:07

                    Les BRICS quant à eux mettent en place un ordre de développement mutuel qui échappe à l’esclavage du dollar (sans ...d)

                    quant à la Tchétchénie V.Poutine vient de rappeler « la politique d’endiguement » menée par les Thatcher et les Bush « contre la Russie » dans les années 1990/2000 lorsqu’ils soutenaient la rébellion tchétchène...

                    V.Poutine souligne que « dans ce contexte, le droit international a mainte dois été forcé de battre en retraite , alors que, l’emprise totale sur les médias de masse mondiaux rendait possible....de faire passer le blanc pour du noir et le noir pour du blanc.. ! »

                    Plus MENTEUR que les US tu meurs...

                    http://millesime57.canalblog.com


                    • millesime 28 décembre 2014 15:11

                      mainte fois (f)


                    • Lucide bdpif@laposte.net 29 décembre 2014 11:26

                      « l’emprise totale sur les médias de masse mondiaux rendait possible....de faire passer le blanc pour du noir et le noir pour du blanc.. ! »


                      Cà, c’est une connerie de la propagande Russe. Personne n’est capable, logistiquement, humainement, d’avoir une emprise sur les medias de masse mondiaux. Qu’il y ait des journeaux de presse orientés à droite, à gauche, pro Russe, pro USA, Oui. Mais ce que regrette Poutine, au final, c’est de ne pas controler la presse mondiale comme il le fait dans son pays.

                      Poutine passe pour un vilain dans l’ensemble de la presse mondiale, sauf en Russie, en CHine, en Iran, en Corée du Nord, etc ; mais cà, c’est pas la faute de la presse mondiale, c’est la faute de son nationalisme et des guerres qu’elle provoque.
                      Cordialement.

                    • jalin 28 décembre 2014 15:44

                      C’est tellement bien la Russie et son économie si solide :

                      "35 % de la richesse nationale est entre les mains de seulement 110 personnes, des proches du président russe. La Russie dispose de réserves financières, mais n’a pas su se moderniser durant les dix dernières années..."


                      Russian disease, ou la maladie du soviétisme (De la crise économique qui frappe la Russie, et de ses origines)
                      Publié le 19 décembre 2014 par geographie

                      Dans son édition du 17 décembre, La Croix tente de prendre du recul par rapport à l’actualité russe. Qu’il s’agisse des relations entre l’Ukraine et la Russie - envenimée depuis le rattachement contesté de la Crimée (’Complications ukrainiennes’) au printemps dernier - ou de la dégradation de la situation économique, le journal souhaite se prémunir d’une corrélation simple, si couramment utilisée dans la presse.

                      La diplomatie suicidaire de Poutine (comprenez : parce que nationaliste et pan-russe) isole son pays dans le concert des nations  ! En réalité, reprendre tout ou partie de ce raisonnement concourt à servir celui-là même que l’on entend affaiblir. C’est prêter en outre aux sanctions occidentales un poids qu’elles n’ont probablement pas. Le journal part du constat établi par son envoyé spécial Benjamin Quénelle - la perte de valeur du rouble par rapport au dollar - pour scruter la fragilité économique russe.

                      Dans son dossier central intitulé ’La crise révèle les faiblesses du modèle économique russe’, Alain Guillemoles pose quatre questions parmi lesquelles trois appellent des réponses rapides : sur les causes de la chute du rouble (division par deux des revenus tirés de l’exportation de produits énergétiques, accélération de la conversion en monnaie étrangère des épargnants), les réponses possibles de la banque centrale russe et les inflexions souhaitables de l’exécutif. Une question demeure, bien plus complexe : « Pourquoi l’économie russe est-elle en crise ? »

                      * La rente masquait l’absence de productivité de l’économie russe. Tout est dit en peu de mots. Pendant une décennie, l’argent facile du gaz et du pétrole a permis aux Russes des grandes villes plus que des campagnes, de vivre sur un train de prospérité. Ces privilégiés ont pris l’habitude d’acheter à l’étranger ce qui n’était plus produit sur place, non seulement par goût, mais aussi par besoin d’extérioriser leur ascension sociale.

                      http://geographie.blog.lemonde.fr/2014/12/19/russian-disease-ou-la-maladie-du-sovietisme-de-la-crise-economique-qui-frappe-la-russie-et-de-ses-origines/#xtor=RSS-32280322

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès