Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La renaissance africaine est-elle possible ?

La renaissance africaine est-elle possible ?

La situation de l’Afrique, de manière globale, crée la dépression chez tous les esprits conscients. Alors que les dirigeants africains totalement corrompus exhibent le luxe le plus révoltant, les populations, elles sont assoiffées, affamées, méprisées, rongées par les maladies, appauvries et livrées à elles-mêmes. Partout, les infrastructures de base font défaut. Les seules institutions qui fonctionnent sont le pillage des richesses et les brutalités militaro-policières contre les peuples préalablement désarmés. Face à cette situation, la Renaissance de l’Afrique est prônée, car ce continent, berceau de l’humanité, a connu de grandes époques de progrès avant sa descente aux enfers. L’Egypte ancienne et les grands empires avaient offert au sol africain, bien avant le développement des autres parties du globe, des civilisations florissantes.
Les atrocités de l’Histoire à travers les razzias et déportations arabes et transatlantiques, la colonisation et aujourd’hui le néocolonialisme ont fini par mettre l’Afrique à genou. Les dignes fils qui, depuis ces temps immémoriaux, voulaient redonner à l’Afrique la dignité et la fierté par le travail et les valeurs ancestrales sont vite étiquetés et assassinés. En lieu et place de ceux-ci, on a mis des imbéciles et des ignares qui se foutent royalement des peuples dont ils se disent pourtant issus.
 
Ceux qui dirigent aujourd’hui en Afrique, sont des marionnettes soit fabriquées dans les écoles militaires occidentales, soit conditionnées dans les universités néolibérales américaines ou européennes. Ainsi, ne savent-ils des peuples qu’ils doivent "diriger" que ce qu’ils ont appris de leurs metteurs en scène. Imposés par d’incessants coups de forces militaires ou par des fraudes électorales à répétition, ces vassaux ont pour mission -entre autre- de :
 
1- collecter des impôts et taxes pour payer la soi-disant DETTE
 
2- faire passer des lois, favorisant les multinationales pour rendre légales leurs pillages
 
3- continuer l’œuvre coloniale de démolition de la société africaine en laissant couler sa culture et ses valeurs
 
4- perpétuer la domination des Occidentaux en tuant nos langues, nos pratiques religieuses en laissant fleurir abondamment des églises importées pour endoctriner et mieux soumettre les peuples
 
5- soumettre les Africains à une agriculture exportatrice qui fournit du coton, café, cacao, banane, cola, fleur, thé, arachide, ananas, caoutchouc, huile de palme ... aux pays étrangers en délaissant les produits vivriers. Ainsi, les Africains sont affamés
 
6- ouvrir les marchés africains aux produits vivriers importés à grands frais et aux capitaux étrangers (privatisation-bradages)
 
7- écraser tout Africain qui oserait ouvrir les yeux aux peuples d’Afrique
 
8- maintenir et diffuser par le biais de l’école néocoloniale, la version actuelle de l’histoire sur l’esclavage, la colonisation et toutes les relations du monde avec l’Afrique.
 
Pour accomplir ces missions, les Occidentaux et aujourd’hui les Chinois, et dans une certaine mesure l’Inde donnent à leurs pions africains de l’argent, des hommes (conseillers) et des armes. Tout ceci aux frais des Africains qui doivent travailler pour payer les balles qui les tuent.
 
Les dirigeants africains bénéficient en retour de tout ce service rendu de l’argent, du maintien au pouvoir, des comptes bancaires dans les paradis fiscaux, l’accueil de leurs enfants et proches dans les écoles et universités occidentales, des immeubles cossus en Occident et ailleurs dans le monde.
 
Ces gens n’ont aucun souci. Ils se foutent de l’état de l’Afrique. Si non, quels problèmes ont-ils une fois résolu ? L’éducation de la jeunesse ou la santé du peuple ? La faim ou le paludisme ? L’électrification ou la construction des routes ? Quoi, concrètement ? Ils n’ont jamais rien réalisé. Et s’ils se réunissent dans des sommets, ce n’est pas pour poser clairement les problèmes et leur formuler des solutions fiables. Puisqu’eux-mêmes sont Le PROBLEME. Mieux, tout ce qu’ils arrivent à faire, c’est d’appeler les puissances étrangères au secours face aux peuples qui crient contre eux. Ainsi, ont-ils réussi à semer dans l’esprit des peuples, l’idée d’une "Communauté Internationale" qui leur viendrait en aide. Alors, justement qu’il n’existe aucune Communauté Internationale en dehors des cinq membres permanents de l’ONU.
Ils sont dans l’enfumage perpétuel. Ces spécialistes des spectacles macabres passent de l’OUA à l’UA, de la Commission de l’UA à une Haute Autorité sans aucun fond. Avec les hommes de cet acabit, l’Afrique ne peut pas avancer et ne va pas avancer.
 
La renaissance passe alors impérativement par la neutralisation de ces agents inhibiteurs que sont ces carriéristes de gouvernants. La jeunesse africaine, si elle veut vraiment l’unité continentale, doit s’engager et affronter avec énergie ces machines à détruire. Mais cela doit se faire à partir de deux ruptures :
 
1- Rupture avec des Gouvernants africains pions et complices des ennemis de l’Afrique.
 
Cela veut dire simplement que nos organisations et associations ne doivent plus être des lèche-bottes et des ailes marchantes du parti au pouvoir. Nos associations ne doivent plus aller dans les palais présidentiels ou les ministères pour louer et décerner des prix, contre des billets de banque, à de vieux dictateurs incapables de poser les fondements d’un progrès social sur le sol africain. Car beaucoup de dirigeants associatifs aiment rencontrer les membres des gouvernements sous prétexte qu’ils portent des doléances à ces dirigeants. Les gouvernants africains se foutent de tout ça. Ne nous trompons pas. Ces gens là, sont de vrais blocages à une Afrique émancipée. Un seul exemple : combien de nous savent qu’actuellement se déroule à Paris, un procès sur ce qu’on nomme l’Angolagate ?
 
l’Angolagate est un gigantesque trafic d’armes dans lequel Dos Santos a sorti 790 millions de dollars US pour corrompre Jean Christophe Mitterrand, fils du président Mitterrand, l’écrivain Paul-Loup Sulitzer, Georges Fenech, ancien président des magistrats professionnels, Charles Pasqua le mafieux et père spirituel de Sarkozy, Jacques Attali conseiller de Mitterrand et de Sarkozy, Jean-Charles Marchiani conseiller de Pasqua, Jean-Pierre Falcone trafiquant franco-angolo-canadien et surtout de Arcady Gaydamak franco-canado-israelo-russe... pour avoir des armes pour combattre Savimbi. Alors justement que le même Savimbi était soutenu par des Occidentaux notamment les USA.
 
Rendez-vous compte ! 790 millions de dollars US ! Et ce n’est certainement que la partie émergée de l’iceberg. Combien de postes de travail ne peut-on pas créer avec cet argent ? Combien de villages ne peut-on pas électrifier avec cet argent ? Combien de maladies ne peut-on pas guérir avec ça ? Combien d’enfants ne peut-on pas nourrir avec cette somme ? ...Or Dos Santos a pris sa part et ses complices aussi la leur. Puis, c’est le silence ! Des comptes ont été ainsi créés à Dos Santos dans les paradis fiscaux dont la Suisse, Luxembourg et les Îles Caïmans. Ce seul exemple suffit pour parler du mépris total pour les peuples. Point besoin d’ajouter les 817.000 euros hérités par Kouchner de Bongo pour avoir - soi-disant - aidé le système sanitaire gabonais à s’améliorer pendant même que les Gabonais continuent de mourir des maux de tête. Pas besoin non plus d’ajouter toutes les autres affaires sous ces tropiques. Donc, le problème de l’Afrique, c’est cet axe maléfique alliant nos soi-disant gouvernants et leurs complices étrangers, qui agissent contre Nous, le Peuple. 
 
 
2- Rupture avec les Fondations, ONG internationales, et autres financements extérieurs.
 
Ces institutions tirent leurs financements des dons de multinationales et autres individus qui font fortune sur le dos des Peuples Africains et sur le dos des millions de pauvres en Occident et ailleurs dans le monde. Parfois, elles ont leurs financements des services secrets occidentaux ou des gouvernements impérialistes et néocoloniaux. Il faut donc cesser de leur faire des yeux doux. Solliciter des financements d’eux, c’est leur apporter notre caution. Partager le butin d’un vol, c’est être complice du voleur. Est-ce normal d’accepter des soi-disant financements qui ne sont en réalité que le 1/1.000.000.000ème de ce qui nous est arraché dans le sang, de surcroît ? Le comble, c’est qu’une certaine école prétend qu’accepter ces financements, c’est profiter de ce qui nous est volé. Non, nous ne devons plus accepter d’être volé. Nous ne devons plus accepter d’avoir les miettes des richesses qui sont les nôtres. C’est à nous de donner aux autres les miettes sur nos richesses, si nous le voulons. Nous devons à présent, refuser d’être à la merci des voleurs. Nous qui sommes les propriétaires du champ, nous ne devons plus dépendre de la part que nous attribue le voleur.
 
La jeunesse africaine doit cesser de ramper derrière la Francophonie qui prétend organiser des séminaires à l’endroit de la jeunesse et dit financer les organisations de jeunesse et de la société civile. C’est la même Francophonie qui couronne de l’autre côté des élections truquées et étrangle nos langues. La langue française nous l’avons héritée par contrainte esclavagiste et coloniale. Il n’y a donc ni grandeur ni honneur à perpétuer et à perfectionner un outil colonial. Ce n’est pas la francophonie qui nous apprendrait, à nous Africains, le dialogue, la culture de la paix et de démocratie. Quand nos Ancêtres débattaient sous l’Arbre à palabre et réglaient les problèmes dans un esprit de paix, les Français se faisaient la guerre et faisaient la guerre aux Espagnols, aux Anglais, aux Allemands...jusqu’à concurrence de deux guerres qu’ils ont étendues au monde entier. Donc, retournons à notre histoire, revoyons notre culture et tirons-en les enseignements pour éclairer notre chemin.
 
Si toute cette pègre saupoudre nos associations, c’est pour calmer ceux qui dans la masse, risquent de faire monter la colère. C’est aussi pour illusionner les peuples que ce que l’Etat, patiemment déconstruit et méthodiquement émasculé en Afrique, ne peut faire, les ONG le peuvent. Par le biais de ces miettes, la pègre contrôle l’ensemble de la société africaine.
 
Il est temps de mettre fin au business que nous faisons subrepticement avec nos associations et ONG. Laissons les miettes de financements à ces officines néo-impérialistes habillées en humanitaires. Laissons-leur les partenariats empoissonnés. Mettons nos business associatifs entre parenthèses pour un moment. Et sauvons notre Afrique. Acceptons d’avoir faim aujourd’hui et battons-nous contre ces manipulations. Une fois la victoire remportée, nos organisations associatives et autres seront financées par nous-mêmes. C’est ainsi que nous créerons des conditions de réussite à nos enfants.
Avec la crise économique qui frappe singulièrement les pays capitalistes, les années à venir seront probablement les plus rudes pour l’Afrique sous l’égide des pouvoirs publics pions et complices de toutes les humiliations infligées à nos peuples. Les pays en difficulté vont agresser encore plus violemment l’Afrique et voler ses richesses. Et la Chine qui ne cesse de monter mais confrontée elle aussi à la crise, va avoir besoin de plus de matières premières pour son économie. La Chine va être encore plus active en Afrique. Bien entendu -dans les conditions actuelles- au détriment des peuples africains.
 
 Au lieu de nous prostituer avec nos associations, il faut, au contraire, les mobiliser pour apprendre à nos peuples l’esprit de la juste révolte, du courage, de la contestation patriotique, de la construction à l’aune des valeurs qui sont les nôtres. Du rejet de ce qui est injuste, en fin de compte.
 
A défaut, tôt ou tard, nos descendants mesureront ce que nous leur avons légués. Au fond de nos tombes, nous comparaîtrons devant leurs tribunaux. Nous serons jugés et condamnés avec toute la sévérité liée à leur vigueur juvénile et à leurs souffrances. Cela constituera pour nous, une seconde mort !

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • jltisserand 14 mars 2009 10:10

    WOW ! Quelle charge. Quelle belle lucidité. Maintenant il ne vous reste plus qu’à convaincre les ... Africains. Quelques voix commencent à s’éléver en Afrique. Bien vu pour les ONG. Vous devez toutes les mettre à la porte mais ça sera très dur car ça représente un sacré tas d’emplois pour les pays occidentaux. Ca va être difficile mais le début de la solution commence là.

    Je vous soutiens


    • Rodriguez 14 mars 2009 11:40

      Aucune cause n’est perdue d’avance. Si vous prenez la peine de suivre l’Afrique non pas à travers le prisme des médias détenus par les Bolloré et autres Bouygues, vous allez vous rendre compte que des luttes se mènent en Afrique. La solution pour l’Afrique est moins la RECOLONISATION que la fin du nécolonialisme ambiant dans lequel elle est plongée depuis 50 ans.

      En réalité, les pays d’Afrique n’ont jamais été indépendants. Ils sont restés des colonies avec des préfets locaux à leur tête. Donc, cher Monsieur DALAMIX, les peuples d’Afrique sont toujours en guerre contre la colonisation qui n’a jamais pris fin.


    • Ahlen Ahlen 14 mars 2009 10:40

      Merci M. Rodriguez. Votre article est un baume au coeur. Les coups-bas, les vols et les truquages des puissances sont appelés de nos jours "leurs intérêts" qu’ils défendent bec et ongle contre toute vélléité de résistance. Si l’exemple du procès de "l’Angolagate" que vous citez est une petite lueur d’espoir d’un côté, il contibue aussi, paradoxalement, à brouiller les cartes, venant d’une puissance coloniale, de sorte qu’on ne puisse apercevoir l’aiguille dans la botte de foin. Tant de procès apparemment "sains" ont visé de vrais nationalistes ou des hommes d’un courage exceptionnel pour sortir leur pays des griffes de "la mafia" appelée "communauté internationale", carrément des assassinats : Patrice Lemumba, Mehdi Benbarka, Yassir Arafat. De vils tyrans ont dû être déchus ou poursuivis seulement parcequ’ils ont résisté une seule fois à cette "mafia" : Saddam Hussein.. Omar El Bachir.. Même des élites issues d’élections reconnues libres et démocratiques sont violemment combatues si elles menaçaient les intérêts de la mafia : le Hamas en Palestine. Et tous les mouvements de résistance à l’occupant sont désormais qualifiés de terroristes et poursuivis avec acharnement. Ce n’est pas demain la veille que cesseront les ravages de la désinformation. C’est le noyau dur de ces désordres.


      • Rodriguez 14 mars 2009 11:49

        Merci pour votre commentaire. La liste des patriotes assassinés est longue. A Lumumba et autres, il faut ajouter Sylvanus Olympio du Togo qui avait voulu bâtir une monnaie coupée du Franc Français, Roland Felix Moumié et Um Nyobè ainsi que Ernest Ouandié du Cameroun, Sankara du Burkina Faso, Amilcar Cabral de Sao Tomé, Steve Biko enn Afrique du Sud.......La liste est vraiment longue.

        Mais à ces célébrités, il faut ajouter des millions de martyrs de la démocratie, massacrés quasi quotidiennement dans tous les pays par les tyrans en place avec la bonne entente de la pègre internationale.

        Ce qui est certain, c’est que dans l’Histoire, aucun peuple n’a perdu une guerre de Libération. Tôt ou tard, les peuples d’Afrique triompheront.


      • Bois-Guisbert 14 mars 2009 12:23

        Les atrocités de l’Histoire à travers les razzias et déportations arabes et transatlantiques

        Je vous rappelle que la Grande Peste a détruit la moitié de la population de l’Europe en quatre ans (1347-1350). L’Europe a surmoné cet hallucinant désastre.

        L’excuse de la saignée esclavagiste ne vaut donc pas tripette, il faut la ranger aux magasins des accessoires obsolètes.


         


        • Rodriguez 14 mars 2009 12:30

          Excellent commentaire. Vous devez en faire un article.

          Bois-Guibert, quand on est incapable de dire des mots dignes d’un être doué de raison, on se la ferme en public.

          Les lecteurs d’Avox jugeront vos propos.


        • Innsa 14 mars 2009 13:53

          Faut il vous rappeler que l’esclavage n’a pas duré 4 ans (comme dans votre exemple de peste), mais 400 ans (4 siècles)

          Mettre sur le même pied d’égalité un événement d’une durée de 4 ans et un autre de 4 siècles est un peu imbécile.

          Sans oublier que l’esclavage a continué sous une autre forme (colonisation) pendant 200 ans de plus (jusqu’en 1960 pour un grand nombre de pays)

           


          • Bois-Guisbert 14 mars 2009 15:31
            Faut il vous rappeler que l’esclavage n’a pas duré 4 ans (comme dans votre exemple de peste), mais 400 ans (4 siècles)

             

            Mettre sur le même pied d’égalité un événement d’une durée de 4 ans et un autre de 4 siècles est un peu imbécile.

            C’est peut-être un peu imbécile, mais assurément pas à l’avantage de l’Afrique.

            Parce que si l’Europe a pu perdre la moitié de sa population, à raison de 12,5 millions par an, pendant quatre ans, et s’en remettre l’Afrique aurait dû supporter le prélèvement de 40’000 personnes par an, en moyenne toujours, pour un total de 16 millions de personnes en quatre siècles.

            Désolé !


          • Rodriguez 14 mars 2009 16:01

            @ Bois-Guisbert


            J’ai pris quelques minutes pour visiter vos commentaires sur ce site. Je me suis aperçu que vous êtes un illuminé parmi les idiots d’Avox qui ont toujours moinssé vos commentaires. Vous ne méritez donc aucune attention.

            Sur ce, je vous demande de passer tranquillement votre chemin, l’asile psychiatrique n’est d’ailleurs plus très loin.


          • Arunah Arunah 14 mars 2009 19:16

            La traite trans-africaine a duré 13 siècles. Soyez plus exigeant avec vos sources. 


          • Bois-Guisbert 14 mars 2009 20:04

            La traite trans-africaine a duré 13 siècles. Soyez plus exigeant avec vos sources.

            Je refuse la facilité qui consiste à retenir les arguments qui sont les plus favorables à mes démonstrations.


          • masuyer masuyer 14 mars 2009 17:19

            Bois-Guibert,

            si t’étais moins con, et moins aigri (les Africains ne sont pas responsables du départ de ta femme avec un Sénégalais), tu comprendrais qu’une maladie frappe les plus faibles quand un négrier choisi les plus forts.

            Mais c’est au-delà de tes capacités.


            • Bois-Guisbert 14 mars 2009 19:51

              tu comprendrais qu’une maladie frappe les plus faibles quand un négrier choisi les plus forts.

              D’accord, mais si on considère les prélèvements à l’échelle du peuplement global du continent, on constate qu’il n’ont certainement jamais atteint le 0,1 % annuel, c’est-à-dire le 1 % de la population tous les dix ans...
               
              Cela fait qu’on imagine mal que la déportation de 0,1 % des plus forts ait eu un réel impact sur l’état de santé des 99,9 % restant. Mais bon, je suis prêt à admettre le contraire, si on me le démontre preuves à l’appui.


            • Rodriguez 14 mars 2009 17:52

              @ Masuyer

              Bien vu.

              Toutefois, les lecteurs sont priés de ne pas tomber dans le piège de Bois-Guisbert qui veut réduire ce texte au seul mot ESCLAVAGE. Je n’ai cité ce crime que parmi tant d’autres vécus hier et connus actuellement par les peuples d’Afrique. A cet effet, d’explications à l’obsession bois-guisbertienne de s’accrocher à l’esclavage, je n’en vois outre la nostalgie maladive accompagnée d’une haine farouche contre tous ceux qui estiment que l’esclavage ( sous-entendu, des singes) est un crime contre l’humanité.

              Il est à noter que le même Bois-Guisbert avait écrit des commenatires de la même odeur à propos d’un article intitulé L’Afrique est-elle condamnée à être perpétuellement violée par l’Occident ? diffusé sur Avox.


              • Rodriguez 15 mars 2009 07:33

                @ Bois-Guisbert

                Allez dire à vos députés qui ont voté la loi Taubira reconnaissant l’ESCLAVAGE comme CRIME CONTRE L’HUMANITE qu’ils étaient dans l’anachronisme. N’oubliez pas non plus d’aller dire à votre Tou’Ptit 1er que dans son discours à Dakar, il était dans l’anachronisme lorsqu’il avait qualifié l’esclavage comme un CRIME contre l’Homme.

                Je ne parlerai pas des autres actes dans l’Histoire contemporaine qui ont été reconnus a posteriori comme criminels à l’égard de l’humanité.


              • Bois-Guisbert 15 mars 2009 10:25
                « Allez dire à vos députés qui ont voté la loi Taubira reconnaissant l’ESCLAVAGE comme CRIME CONTRE L’HUMANITE qu’ils étaient dans l’anachronisme. »
                 
                A quoi bon ? Ils le savent pertinemment et il s’en foutent complètement. Cette reconnaissance fait partie des décisions parlementaires à pas un rond mais dégoulinantes de bons sentiments bien poisseux.
                 
                Même Kärcherman doit s’en rendre compte, lui qui, à l’instar de son pote Obama, n’a aucune opinion sur rien, et qui est donc susceptible d’en avoir sur tout, du moment que ça permet de grappiller des consensus.
                 
                Je le répète, décréter « crimes » des actes vieux de quelques siècles et qui n’en étaient pas au moment de leur commission, est un anachronisme en même temps qu’une imbécilité emblématique d’une époque imbécile où les gesticulations l’emportent en permanence sur le fond des problèmes.
                 
                Comme je vous l’ai dit, c’est valable pour les Africains qui chassaient leurs frères pour en faire commerce. Et c’est aussi valable pour les Africains qui tuaient des explorateurs ou des missionnaires…
                 
                « Je ne parlerai pas des autres actes dans l’Histoire contemporaine qui ont été reconnus a posteriori… »
                 
                A posteriori, vous le dites vous-même, et c’est là que réside l’anachronisme. Merci Rodriguez.

              • Pierre 14 mars 2009 20:49

                JE vous "plusse"

                 smiley


              • Pierre 14 mars 2009 20:52

                et je me moinsse moi meme, de vous avoir plusse.


              • Rodriguez 14 mars 2009 18:26


                @  Abgeschiedenheit

                Vous viendrait-il à l’esprit de comparer par exemple l’holocauste à la grande peste ? Comment comparer l’esclavage à la Grande peste ? Il y a quelque chose qui m’échappe dans cette comparaison.


                Je ne vois même pas de question à laquelle, il faut répondre.


                • Pierre 14 mars 2009 19:24

                  Je trouve votre article un peur trop idealiste.

                   "Ce n’est pas la francophonie qui nous apprendrait, à nous Africains, le dialogue, la culture de la paix et de démocratie. Quand nos Ancêtres débattaient sous l’Arbre à palabre et réglaient les problèmes dans un esprit de paix, les Français se faisaient la guerre et faisaient la guerre aux Espagnols, aux Anglais, aux Allemands.."

                  Aucun peuple guerrier en Afrique avant le colonisation ? A verifier ....

                  "L’Egypte ancienne et les grands empires avaient offert au sol africain, bien avant le développement des autres parties du globe, des civilisations florissantes."

                  Cet argument de l’egypte ancienne comme civilisation precoloniale africaine me gene toujours.... L’egypte appartient bien plus au bassin mediteraneen qu’a l’Afrique. Ce n’est pas la premiere fois que j’entends cet argument, et quand il vient de personnes venant de l’Afrique noir et parlant de l’egypte comme de leur ancetres cela me surprend toujours.

                  Enfin bon, ceci pour en venir au fait que les malheurs de l’Afrique sont bien plus lies a la geographie du continent, qu’a une histoire de racisme ou esclavagisme des negres. L’esclavagisme, la colonisation et neocolonisation sont des consequences, l’opportunisme des societes occidentales face a un continent sans defenses, mais pas les origines memes des malheurs africains.

                  Je suis en rien raciste disant cela, si a l’inverse en occident la peau avait ete noir a l’origine et blanche en Afrique de l’ouest l’esclavagisme aurait ete effectue de la meme maniere. D’ailleurs esclavagisme ne rime pas forcement avec couleur de peau..

                  La geographie (ce qui inclu egalement les climats) est extremement lie aux origines des civilizations humaines.

                  L’egypte a developpe une civilization ancienne tres puissante grace a leur cotes avec la mer mediterraneenne et grace a un climat sec favorisant le developpement d’infrastructure.

                  De mon point de vue, l’afrique noir souffre d’une certaine "immaturite civilisationelle", l’afrique est le berceau de l’humanite mais pas le berceau de la civilization humaine.


                  cordialement,

                  P.


                  • Rough 14 mars 2009 20:11

                    Un beau ramassis de tous les poncifs des la pègre humanitaro-tiersmondiste sur les causes et les raisons du malheur de l’afrique....du pur jus !
                    L’esclavage a bon dos...Que je sache les pays slaves de la Roumanie à la Bulgarie n’ont jamais essayé de justifier leur relatif retard économique par l’esclavage dont ils ont été les victimes...Achetez un dictionnaire et demandez-vous quelle est l’étymologie du mot esclave....
                    C’est bien une attitude typiquement africaine de toujours mettre sur le dos du blanc tous les malheurs du Sénégal à l’Angola....ce n’est jamais la responsabilité des africains....
                    Soyons sérieux les véritables causes du sous développement chronique de l’afrique ce sont le népotisme, la corruption, le faible niveau d’éducation, le racisme tribal ou raligieux, le goût immodéré pour la combine facile qui rapporte gros, l’absence quasi absolue du sens de l’état, l’incompétence crasse de ses dirigeants, imprévoyance, gabegie.....la liste est longue....
                    Que voulez-vous espérer d’un continent dont la plus grande partie des chefs détat, de gouvernement , de ministres sont des incapables notoires, certaines figures célèbres ayant à peine fréquenter l’école...Que dire d’un lumumba véritable icône des prétendues luttes de libération nationale qui n’était qu’un facteur, déjà ! ;.détournant les mandats postaux....quel poste occupait bongo le roi des pygmés dans l’armée française ?....Que dire des innombrables ministres guinéens, tchadiens, béninois...incapables de comprendre une synthèse de plus de vingt lignes....que répondre à cette naïve ministre de la santé qui après la dévaluation du franc CFA m’expliquat que les blancs n’avaient qu’à diviser les factures par deux pour compenser la nouvelle parité....
                    Pourquoi les vilains méchants blancs de l’apartheid ont-ils laissés à Mandela une afrique du sud en parfait état de marche avec une véritable économie, forte et solide malgré un embargo particulièrement sévère....Comment se fait-il que ce pays pas plus riche que l’angola ou le gabon est réussi là où tous les autres ont échoués ?....A votre avis ?
                    Quant à l’éternel poncif de la civilisation égyptienne c’est à mourrir de rire....il suffit de consulter n’importe quel site d’iconographie égyptienne pour voir qu’égyptiens et africains y sont nettement différenciés....un bon exemple le buste de Nefertiti au musée de Berlin....
                    Si l’afrique a été colonisée c’est parce qu’elle était sous developpée et non pas l’inverse....le sous développement est une des causes de la colonisation mais en aucun cas une conséquence...



                    • Pierre 14 mars 2009 20:23

                      c’est dit de maniere "rough" (dure en anglais) mais en grande partie vrai.

                      Malheureusement les magazines africains type "New African" continuent a blamer l’europe et la colonialisation entretenant cet etat d’esprit qui n’aidera jamais l’afrique a avancer.

                      Quand a l’Afrique du Sud, je suis tres inquiet de ce qu’elle va devenir a la mort de Nelson Mandela, j’ai peur de violent mouvements sociaux...

                      P.

                       


                    • Rodriguez 14 mars 2009 21:17

                      @ Rough

                      Si vous aviez pris la peine de lire le texte, vous auriez pu vous rendre compte qu’il ne mentionne pas l’ESCLAVAGE comme la SOURCE des malheurs de l’Afrique. Ce qui est certain, c’est qu’en face des sujets sur l’Afrique, vous avez toujours vos grilles de lectures, grilles invariables quelle que soit la situation qui est présentée.

                      Je crois avoir mentionné les responsabilités locales à travers les préfets locaux ainsi que les personnes qui entretiennent des entreprises associatives.

                      Pour ce qui est des tribus et autres ethnies, c’est une vieille antienne. Au lieu de voir le mal qui est fait, vous pointez les ethnies comme si les réalités africaines commencent par l’ethnie ou la tribu. Les temps n’ont pas changé par ici, visiblement. Mieux, par ici, on souffre de l’ethnomanie après la sauvagerie qui a expliqué pendant longtemps l’Afrique. C’est tant mieux, une bonne partie de la jeunesse africaine ce qui fait son malheur. Tôt ou tard, son heure sonnera.


                    • Rough 14 mars 2009 22:28

                      @rodriguez
                      Oui j’ai parlé de l’esclavage...j’aurais pu parler du sida, de la colonisation, de la néo-colonisation, du pillage des richesses, du fardeau de l’homme que nous allons bientôt pouvoir transmettre à l’homme jaune....ça nous reposera un peu....
                      Je suis blanc et j’ai choisi de vivre en afrique depuis plus de 20 ans....Moi je n’ai pas de grille de lecture...une telle expression ne veut d’ailleurs rien dire...c’est une formule toute faite pour intellos africains ou pour bobos tiers-mondiste...ma seule lecture c’est les faits....L’afrique se délite car les états ne sont que des simulacres, l’opposition politique est avant tout alimentaire..cf. pour le gabon le cas emblématique de l’opposant historique...Mba abessole que bongo avait acheté avec quelques camions poubelles, c’est un signe, et une concession de ramassage des ordures ménagères...ajourd’hui il sert la soupe au roi des pygmés....Voila c’est ça qui tue l’afrique aussi surement que le paludisme ou le sida...et c’est partout pareil...Au sénéégal wade champion du sopi contre abou diouf est en train de vendre le sénégal aux émiratis, aux marocains et aux chinois tout en essayant d’imposer son fils comme successeur....même chose au gabon...idem au togo....sans parler de la tambouille indigeste qu’est la politique en afrique du sud...l’idéal de mandela est bien loin entre un mbeki affairiste et d’une stupidité sans borne devant l’épidémie de sida qu’il a longtemps nié, un zuma corrompu et probable violeur, une ministre de la santé qui proposait du bortsch pour soigner le sida....
                      Et puis il y a le l’innénarable bob, pas Dénard, l’autre du zimbabwe...qui a ruiné son pays sur l’autel de la corruption, des délires racistes, du totalitarisme sauce gombo....et ce bob est vénéré et soutenu par presque toute la communauté africaine...A une époque l’on se moquait gentiment des soviétiques en disant que s’ils s’emparaient du sahara ils devraient y importer du sable au bout de 6 mois....et bien au zimbabwe le grand bob l’a fait ;.il a prouvé sans doute aucun, et à la face du monde entier qu’une saine et vigoureuse gestion africaine pouvait transformer le grenier de l’afrique en un désert stérile en quelques années...tout cela bien sur au nom d’une indépendance chèrement acquise face aux colonisateurs blancs....le nouveau sekou touré en quelque sorte...celui qui avait promis au guinéens la dignité dans la pauvreté, pour une fois qu’un politiciens africains ne mentait pas nous n’allons pas faire la fine bouche....
                       


                      • Rodriguez 14 mars 2009 23:28

                        @ ROUGH

                        Où voulez-vous en venir au juste ? Si votre démarche est de critiquer la classe dirigeante, alors je crois que mon texte fait la même chose. Mais, il faut aller plus loin, puisque vous parlez des FAITS, pour dire tous ces maffieux blancs qui sillonnent l’Afrique pour amasser du fric grâce à la corruption et à l’affairisme.

                        Parlons des faits, cher Monsieur. Parlons des épisodes de Bolloré au port du Cameroun, du Togo, d’Abidjan. Parlons du trafic d’armes (Angolagate) opéré par tout ce beau monde français, russes... avec Dos Santos ; d’incessants sauvetages de Idriss Déby par la France ; du soutien des militaires français au Togo lors du remplacement du fils par son défunt père ; parlons de l’inénarrable Verschaves au Togo depuis 2005 en tant que Conseiller spécial auprès du fils reçu tout récemment par Sarkozy ; parlons aussi de la bénédiction de Sarkozy pour le fils Karim, de Wade à qui il a conseillé de passer par la mairie de Dakar pour arriver à la présidence. Parlons de la Françafrique qui continue bonnement alors même que Jean Marie Bockel a été purement et simplement renvoyé au profit de Joyandet. Parlons de tout ça.

                        Les peuples d’Afrique ne veulent plus composer avec des dirigeants marionnettes, pions et notoirement corrompus. Alors, que vos pays cessent de les soutenir contre les peuples. 

                        Les Etats africains ne sont pas du fait des peuples. Ce sont des fabrications de la Conférence de Berlin où une fois encore les Blancs ont tout tracé au compat et à l’équerre. Ces croupions étatiques ne sont rien que des compléments administratifs des pays colonialistes. Les préfets locaux sont hyercontents de régenter ces terres, car elles leur permettent de vivre et faire des affaires louches. C’est pour cela que la jeunesse africaine doit se battre pour l’unité continentale, la vraie et non celle qui est actuellement en cours, qui n’est qu’une mascarade.

                        Le texte parle bel et bien de l’action des Chinois aujourd’hui en Afrique.


                      • La Luciole 15 mars 2009 03:14

                        Il ne sert à rien de se voiler la face. L’Afrique est vraiment un continent à part (berceau de l’humanité certes, mais l’humanité est partie à la conquête du monde pour devenir adulte) et l’histoire a prouvé qu’elle ne parviendra jamais à se redresser par elle-même c’est à dire par ses propres moyens et dans la voie d’une certaine autonomie.
                        L’Afrique sera toujours une immense plaie dans le Monde et il ne manquera jamais de rapaces pour se nourrir de ses proies.
                        "Aide toi et le ciel t’aidera"... tant qu’un peuple ne trouve pas en lui même la force de se redresser personne ne pourra le faire à sa place.

                        • Rodriguez 15 mars 2009 07:22

                          @ Abgeschiedenheit

                          Rien à dire sur votre commentaire qui montre à quel point certains peuvent pousser leur complexe et leur haine.

                          Ils parlent leur charabia, au moins eux, ils essaient de parler la langue de Molière. Vous, connaissez-vous un seul mot d’une langue africaine ? Vos parents qui amassent des sous dans la poussière africaine, savent-ils au moins dire bonjour dans une seule langue négro-africaine ?

                          Cher Monsieur, restez dans votre bulle et continuez tout bonnement par répandre votre fiel. Vous serez surpris un jour qu’une nouvelle génération d’Africains ne veuillent plus s’accommoder des pions que vos pays et multinationales placent et maintiennent au pouvoir contre la volonté des peuples. Et là, l’arrogance machiavélique dont vous faites preuve à l’égard des peuples soumis vous sera retournée. ça prendra peut-être encore un siècle, deux, voire un millénaire mais ce jour viendra.


                        • Ahlen Ahlen 15 mars 2009 11:01

                          M. Rodriguez

                          Comme vous, mon voeux pieux est de voir un jour l’Afrique décoller à l’instar des autres continents. Malheureusement, nous africains, ce n’est pas parceque nous rêvons de la renaissance de l’Afrique que cette renaissance se produira. Il y a tant et tant à faire et nous devons le faire, inévitablement, pour le salut de nos enfants.

                          ABGESCH... n’a pas tord. Si seulement je n’avais pas assisté moi-même à une scène lamentable à Paris : J’étais au café ; 2 jeunes filles françaises étaient à une table tout près ; elles causaient et fumaient tranquillement ; soudain, un africain surgit et bondit sur elles leur demandant "violemment" une cigarette dans son "charabia". Ahuries et tremblantes de peur, elles ont obtempéré et l’africain s’en alla sans merci !
                          Moi, l’autre africain, j’avais honte. Si j’étais français, je crois que je n’aurais pas hésité à casser la gueule au salopard dès son irruption, mais bon...

                          Ma position est que pour avancer, nous nous devons de ne retenir que le positif et ignorer le négatif. La caravane doit arriver. Tiens ! un bon exemple : La caravane "Viva Palestina" de Georges Galaway est bien arrivée jusqu’à Gaza !! Mais si Georges Galaway était africain ?......


                        • La Luciole 15 mars 2009 12:29

                          Rodriguez,

                          Est-ce que cela relève de la haine ce genre de réponses de Abgeschiedenheit ou de Bois-Guisbert... pas forcément, mais de la courte vue surement. Quand on s’estime supérieur il faut commencer par le démontrer dans sa propre attitude, et non prétexter du comportement raciste de l’autre pour justifier du sien.

                          Si les immigrés (de façon générale et pas seulement les africains) ne réussissent pas leur intégration chez nous, c’est en premier lieu à cause d’erreurs commise par la politique d’immigration du pays d’accueil qui n’a pas su poser les bonnes règles du jeu. Un immigré, victime issue de la base populaire et qui souffrait chez lui, cherche juste à s’accrocher à une bouée de sauvetage. Il revient donc au pays d’accueil de lui communiquer ses propres valeurs... à condition qu’il en ait de bonnes (en l’occurrence de dignité par le travail) pour lui inspirer respect et fierté d’appartenance à cette nouvelle terre d’accueil.
                          Alors que la France, sous l’influence néfaste de la pensée unique de gauche qui la baigne, incapable de comprendre les enjeux d’une philosophie libérale, éduque ses immigrés à devenir dépendants en leur servant des aides publiques sans contrepartie de travail/service à rendre. Les droits sans les devoirs, on voit où cela mène, et pas seulement concernant les immigrés.


                        • Bois-Guisbert 15 mars 2009 12:58

                          Quand on s’estime supérieur il faut commencer par le démontrer dans sa propre attitude, et non prétexter du comportement raciste de l’autre pour justifier du sien.

                          Il n’est pas question de supériorité, mais d’être chez soi et de refuser de se pousser, si peu que ce soit, pour faire de la place à ceux qui n’y sont pas et qui, quoi qu’ils feront, n’y seront jamais vraiment.


                        • Ahlen Ahlen 15 mars 2009 13:04

                          @ La Luciole

                          "L’intégration " préconisée par la France est tout simplement une utopie. Jamais elle ne réussira. C’est justement à la France, et non pas aux immigrés de choisir : une société multiraciale ou une société typiquement française, comme Israël voudrait pour les sionistes.

                          Tout-à-l’heure, j’ai raconté l’histoire d’un voyou africain. Par souci d’équité, en voici une dans l’autre sens : Un jeune officier marocain, malade, a été envoyé à Paris se faire soigner. Il attendait son train dans une gare lorsqu’une jeune fille française fut entourée d’une bande de voyou puis, l’un de ces voyous s’apprêta à la violer au vu de tout le monde qui restait de marbre. Le jeune officier, quoique malade mais rompu aux arts martiaux n’a pas pu résister à la tentation d’intervenir et une bagarre se déclencha. La police arriva, les voyous s’enfuirent et notre officier fut arrëté et menotté. Quand la jeune fille criait que c’était lui qui l’a sauvé, les policiers répondaient : Mon oeil, vous dites ça pour qu’il ne se venge pas de vous par la suite !! Tous les papiers du jeune officier n’ayant pas servi à le défendre, il a du exiger la présence de l’attaché militaire marocain et ce devait devenir une affaire d’Etat si un divisionnaire français n’était intervenu !!


                        • Rough 15 mars 2009 08:38

                          @rodriguez
                          Le constat est simple, les blancs, comme vous dites, qu’ils soient maffieux ou dirigeants politiques français ne prennent pas l’afrique au sérieux...ils sont cyniques et désabusés, même ceux rares qui auraient de bonne foi la volonté de faire avancer les choses....ils ne prennent pas l’afrique au sérieux car depuis 50 ans la classe politique africaine n’a pas été capable de générer un seul opposant qui ne soit pas alimentaire...tous les leaders d’opposition se sont finalement mis à bouffer dès leur arrivée au pouvoir...de soglo à wade en passant par mugabe....c’est à mon humble avis l’un des points clés pour expliquer le bordel qui règne en afrique....pas de culture politique forte, et le manque de rigueur....et ça les africains et leurs amis tiers mondistes ne veulent pas l’entendre....rappelez-vous l’arrivée de soglo soit disant brillant économiste FMI/BM..il a ruiné son pays et n’a eu de cesse de le mettre en coupe réglée avec ses amis des églises protestantes avec sa femme rosine dans le rôle du maivais génie....
                          Comment voulez-prendre l’afrique au sérieux après toutes ces mascarades....


                          • Bois-Guisbert 15 mars 2009 10:46

                            Le constat est simple, les blancs, comme vous dites, qu’ils soient maffieux ou dirigeants politiques français ne prennent pas l’afrique au sérieux...

                            J’ai toujours été frappé par le fait que les capitalistes les plus âpres aux gros gains ne délocalisent pas en Afrique et que les Chinois amènent, sur leurs chantiers, jusqu’aux pousseurs de brouettes plutôt que de recourir à la main d’oeuvre locale.

                            C’est la double illustration d’un malaise, d’un très grand malaise.


                          • Bois-Guisbert 16 mars 2009 20:22

                            "Ce sont des pans entiers de l’Afrique,
                            du tiers monde et du quart monde,
                            qui se déversent chez nous,

                            voulant à peine savoir où ils sont

                            et

                            nullement disposés à travailler à leur intégration  ;

                            ils installent leur Afrique ou autre en plein Paris,

                            que cela nous convienne ou non. "

                            C’est à graver dans le marbre est à offrir aux illusionnistes, comme aux illusionnés, de l’intégration !

                            P.S. - Précisons que Paul NIzon est un auteur de gauche, publiant chez un éditeur de gauche, Actes Sud, et que ces lignes sont extraites de Le rassemblement de soi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rodriguez


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès