Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La république de Jasmin, Acte II an 1

La république de Jasmin, Acte II an 1

Une vingtaine de jours après la fuite du président Ben Ali, les écoles rouvrent peu à peu, les étudiants hésitent encore entre la rue et les salles de cours, l’excitation retombe, il reste un pays à reconstruire.

Dans cette reconstruction, quel rôle peuvent jouer les représentants de l’anciens régimes, ces organes du pouvoir totalement inféodés au président, à sa famille et à l’unique parti national ? par cette question est principalement visée la presse tunisienne. Hier encensant le pouvoir en place, aujourd’hui glorifiant un autre pouvoir en place. Quelle place pour cette presse qui aujourd’hui se confond en excuses confuses, prétend regretter son unilatéralisme et reproduit exactement le même schéma une fois passé de l’autre côté du miroir ?

Que ce soient « l’hebdo Tunisien », « La Presse de Tunisie », « le Quotidien » ou d’autres, tous reproduisent le même fonctionnement : une rédaction timorée et partisane aux prétentions journalistiques outrecuidantes. Quand les rédacteurs de la Presse de Tunisie écrivent leur incompréhension face au rejet de leur feuille de chou par la population, ils se pourfendent en excuses, nous expliquant, à nous lecteurs, la difficulté de leur ancien métier, les multiples pressions politiques qu’ils subissaient « d’en haut ». À la lecture de la presse tunisienne ces dix derniers jours, il semblerait qu’elle subisse aujourd’hui le même type de pression auxquelles elle était sujette naguère : la loi du plus fort.

Les discours dithyrambiques que l’on peut y lire concernant ladite révolution de Jasmin témoignent d’un fonctionnement rôdé. "La Presse" est dans sa 75ème année d’existence, le journal a été la vitrine des gouvernements Bourguibiens et Benaliens. Aujourd’hui on découvre, non sans une grande surprise, des journalistes abusés, éreintés, usés, fatigués mais aussi, selon leurs dires, soulagés et heureux. Tout comme la population tunisienne, ces journaux qui encore le 13 janvier relayaient les messages officiels du gouvernement et condamnaient les manifestations, descendent dans les rues en liesse, heureux du départ d’un président qu’ils qualifient aujourd’hui allègrement de despote, d’imposteur et de voleur du peuple.

Que croire donc ? que doit on penser de cette situation ? La presse tunisienne doit sortir de cet encensement généralisé et (re)trouver une dimension critique, être force d’analyse pour proposer et s’emparer de ce qui lui revient de droit, l’exercice du quatrième pouvoir. 
Cette toute jeune presse libérée doit sortir des sillons de pensées creusés depuis sa création et participer à l’imagination d’un avenir commun à toute une nation car une chose semble certaine, les tunisiens ne souhaitent plus lire cette presse inféodée aux plus forts et se lasseront de celle-ci aussi rapidement qu’ils l’ont adoptée.

Le coup d'état de Ben Ali avait déjà pour nom la révolution de Jasmin et laisse aux anciens un goût amer. L'acte II de la république de jasmin se déroule sous nos yeux et la presse se doit y jouer un rôle majeur : celui de contre pouvoir, rôle qu'elle peine encore aujourd'hui à exercer ...


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Laury 9 février 2011 15:58

    Merci pour ce billet qui reflet une dur réalité ,tout ce que l’ont peu leurs souhaiter s’est qu’il ne viennes
    pas en France pour ce ressourcer parce-que chez nous aussi la plupart des journalistes sont aux
    ordres du pouvoir de l’argent et de la politique qui va avec .
    Je ne peu que leurs dire journaliste de Tunisie libéré vous de votre encienne dictature mais attention
    a la nouvelle !!! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès