Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La République du Ghana a 50 ans

La République du Ghana a 50 ans

Le 6 mars dernier, la République du Ghana fêtait les cinquante ans de son indépendance.

Il est bon de rappeler que ce pays est le premier d’Afrique noire à avoir obtenu son indépendance, ouvrant ainsi la voie à de nombreux autres Etats. L’économie du Ghana repose essentiellement sur l’exportation des richesses du sous-sol, comme la bauxite ou l’aluminium et sur l’agriculture, la culture du cacao principalement. L’industrie y est plus développée que dans la plupart des pays voisins et s’appuie notamment sur la métallurgie et le raffinage d’hydrocarbures. La croissance est d’environ 4 % sur les vingt dernières années et la situation du pays en matière de pauvreté s’est nettement améliorée pour un pays qui se trouvait à la traîne au débute des années 80.

Cependant, alors que l’on a mis des moyens importants pour célébrer une date essentielle dans l’histoire de ce pays et, plus généralement, dans l’histoire de l’Afrique et de sa décolonisation, des voix s’élèvent pour nuancer ce bilan. C’est le cas de Gertrude Eugenia Davidson, journaliste au Ghanaian Chronicle.

Tout d’abord, elle s’étonne que tant d’argent ait été engagé dans ce cinquantenaire, le Ghana, selon elle, ne pouvant pas se permettre de telles dépenses et devant rester dans la mesure. Elle rappelle que le niveau de vie reste faible, malgré les progrès entrevus. En moyenne, on considère que les revenus se situent autour de 450 dollars par an et par habitant. Mais si ce chiffre augmente, les prix augmentent aussi et de manière spectaculaire. L’inflation est aujourd’hui de 15 % et près d’un tiers de la population demeure démuni. 1 ghanéen sur 10 vit dans des conditions d’extrême pauvreté. Et la journaliste s’offusque alors d’une telle utilisation de l’argent qui, selon elle, devrait plutôt aller vers les plus démunis.

Gertrude Eugenia Davidson s’étonne également de certaines priorités gouvernementales et s’insurge que l’on privilégie la chasse aux moustiques dans les égouts de la capitale plutôt que de créer un centre commercial digne de ce nom pour permettre au commerce de se développer.

Enfin, elle explique que si le Ghana grandit, il ne mûrit pas pour autant. Mais ce pays peut-il vraiment mûrir ? Il ne tient que grâce à l’assistanat des pays étrangers comme le Canada qui a, entre 2000 et 2005, versé plus de 195 millions de dollars canadiens en aide publique au développement. Cet assistant n’a-t-il pas des effets pervers, ceux d’une « colonisation économique », c’est-à-dire une aide non pas destinée à permettre cette fois-ci, l’indépendance économique des pays africains mais leur exploitation et surtout l’exploitation de leur richesse ? Ne faut-il pas là aussi, quand on verse de telles sommes d’argent, vérifier l’usage de ces fonds ? Si l’on veut que l’Afrique règle à la fois ses problèmes politiques et économiques, ne faut-il pas veiller à ce que cet argent soit dirigé vers des causes plus sociales qu’une grande célébration ou que la lutte contre les moustiques de la ville, qui de toute manière reviendront tant que la situation sanitaire d’Accra sera telle qu’elle est aujourd’hui ? Tant de questions que le riche Occident doit se poser s’il veut lutter comme il le prétend contre la famine, la pauvreté et l’analphabétisme.

http://www.worldbank.org/afr/findings/french/ffind52.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ghana


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 8 mars 2007 12:00

    Comme tous les pays africain , le ghana est prisonnier du prix des mat 1eres dont le cours est décidé à wall street alors que la population augmente plus vite que les ressources ! je ne sais pas combien de cédis il faut pour manger chaque jour , mais je sais que comme pour les mexicains de l’article de marsupilami , les jours sombres arrivent ....


    • Frédo45 Frédo45 8 mars 2007 17:24

      C’est la cas notamment du cours de l’or qui est très fluctuant. Ceci handicape l’économie de ce pays qui est un producteurs assez important. Les pays occidentaux se disent prêts à sortir la population de la pauvreté : ils donnent de l’argent mais retirent la soupe de la bouche des pays pauvres.


    • françois (---.---.81.222) 8 mars 2007 18:28

      J’ai travaillé au Ghana en 1970 (4 ans Bolgatanga Tamale), j’y suis retourné en 2002 dans la région de Yendi. Accra donne une certaine illusion de développement, mais la brousse est toujours aussi pauvre. Comme pour tous les pays africains on ressasse les mêmes excuses : cours des matières premières, désordre commercial mondial etc... pendant combien de temps sortira-t-on ses excuses qui n’en sont pas ? Presque tous les pays d’Afrique Noire (au Sud su Sahara) vont féter les 50 ans d’Indépendance. Qui osera faire un bilan honnête de cette période ? Il y a eu des erreurs mais il y a eu aussi beaucoup d’énergie dépensée et de bonne volonté déçue. 50 ans en Afrique c’est presque trois générations. Certains pays d’Asie ont été indépendants à la même époque, faire la comparaison serait utile. Egalement avec l’Amérique latine. Il faut que les africains ne comptent que sur eux-mêmes et analysent ce qu’ils doivent faire pour s’en sortir. La journaliste qui déplore la lutte contre les moustiques et appelle de ses vœux un centre commercial doit se réjouir de voir la construction en cours (ou peut-être achevée) en face de l’aéroport de Kotoka d’un centre commercial à l’Occidentale. Réalisation parfaitement inutile destinée à des expatriés ou a des privilégiés du régime. Bon enfin, cet anniversaire rappelle au moins que le temps passe et que la situation ne change pas pour ne pas dire qu’elle empire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès