Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La SCO exhibe ses forces militaires en Asie centrale en Europe

La SCO exhibe ses forces militaires en Asie centrale en Europe

Peu de personnes en Europe, et en particulier en France, savent ce que signifie exactement le sigle anglophone SCO, tant nos médias en ont peu parlé, sinon de manière très discrète. Et pourtant ces trois lettres sont maintenant à retenir car elles indiquent un changement radical dans la situation géo-stratégique, politique et militaire dans le monde...

Shanghaï Cooperation Organization : six pays qui se rassemblent

Depuis plusieurs jours, ont lieu les deuxièmes manoeuvres militaires conjointes russo-chinoises appelées du nom de code conventionnel « Mission de Paix 2007 ».

Ces exercices militaires impliquant des forces armées terrestres et aériennes importantes sont une manifestation de puissance de la SCO « face à l’Occident », selon les médias nationaux des pays parties prenantes, manière polie de rappeler aux Etats-Unis notamment que le temps de la primauté unique et exclusive des intérêts pétroliers et gaziers en Asie centrale est révolue pour eux.

Tout en flattant au passage le nationalisme des populations des pays concernés.

Les six pays qui forment la SCO sont : la Chine, la Russie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Tadjikistan.

Les six présidents ont tenu pour la circonstance à poser, tous souriant, pour les caméras des médias de leurs pays respectif.

Vladimir Poutine a mis en exergue ses bonnes relations avec les quatre présidents des quatre ex-Républiques de l’ex-URSS, ce qui est pour lui et son gouvernement une image valorisante à l’égard de son opinion publique nationale.

Dans l’entourage des six dirigeants, on annonçait clairement que la coopération sur tous les plans se poursuivrait, au profit mutuel commun.

Le président chinois a lui aussi montré sa bonne humeur et sa satisfaction de voir sous ses yeux « combattre » ensemble des unités chinoises et russes, au coude à coude, contre un ennemi commun, certes virtuel ici.

De cette manière officielle et ostensible, les six chefs d’Etat ont marqué la transformation de la SCO, à l’origine une sorte de structure dont l’objectif était de diminuer les tensions militaires (et partant, les forces armées) aux frontières communes des Etats signataires - en une autre instance bien plus significative pour le monde de demain.

Une manifestation de force et ses conséquences sur tous les plans

Les observateurs les plus attentifs, notamment en Asie, appuient sur trois points essentiels quant aux significations et aux messages envoyés aux dirigeants des pays de la planète :

- le premier, le plus visible de l’extérieur, est d’exhiber les nouveaux armements de haute technologie, notamment russes et chinois, en conditions réelles de combat et dans un cadre qui est censé ne pas témoigner d’hostilité envers quiconque puisque les exercices en cours visent à reprendre un gros village russe, aux confins du Kazakhstan, qui aurait été pris en otage par 1 000 « terroristes ». D’un certain point de vue, c’est aussi une vaste opération médiatique de promotion commerciale russo-chinoise pour leurs industries d’armement ;

- le deuxième est de mettre en évidence que les six pays sont bien passés dorénavant à un niveau supérieur dans leur alliance en transformant la SCO en une véritable union politique, économique et politique, ici nettement démontrée dans sa réalité ;

- le troisième est, ce faisant, de signifier, notamment aux Etats-Unis, que le temps des intérêts américains exclusifs en Asie centrale, particulièrement sur le marché du pétrole et du gaz, est révolu et qu’il faudra désormais passer par la négociation.

D’autant que les troupes américaines sont embourbées en Irak et en Afghanistan, tandis que leur budget est maintenant grevé lourdement par ces guerres sanglantes et interminables.

Certains analystes militaires, surtout américains, retiennent, eux, la mise au jour publique de la coopération militaire russo-chinoise, qui n’est pas sans en inquiéter certains, ici et là.

A l’évidence, cette union qui naît sous nos yeux et en direct bouleverse les données géo-stratégiques mondiales, d’autant que ses conséquences à court et moyen terme peuvent aussi influer fortement sur les prix du pétrole et du gaz au niveau international.

Selon les informations fournies par les autorités de la SCO, les manoeuvres « Mission de Paix 2007 » ont rassemblé 6 000 soldats et aviateurs, dont 1 700 originaires de Chine.

C’est la Russie qui a payé l’addition principale en accordant une somme de 80 millions de dollars pour l’occasion.

Et maintenant ?

Au même moment, à l’ONU, la Russie venait de faire annuler une possible résolution sur une éventuelle violation par un de ses avions de l’espace aérien de la République de Géorgie.

Elle souhaite laisser du temps au temps pour examiner sereinement les allégations des autorités géorgiennes.

Il semble donc que l’Asie centrale, ses riches sous-sols, soit l’objet des attentions conjointes de Pékin et de Moscou, mais que ces capitales aient tissé leurs liens solides avec les pouvoirs dans la région et à leur profit.

Pour les compagnies pétrolières et gazières américaines, les manoeuvres militaires communes ostensibles de la SCO ont été bien comprises comme un avertissement ferme et clair pour l’avenir, cela dans un contexte de crise boursière et financière qui semble ne pas vouloir se terminer, voire s’aggrave.

Les « marchés financiers » risquent aussi de comprendre les conséquences induites de la naissance de l’alliance politique, économique et militaire de la SCO. Et cela pourrait ne pas les aider à retrouver la confiance qui fait déjà tant défaut.

Source et lien direct en anglais


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 20 août 2007 10:35

    @ Philippe

    Merci de nous faire progresser dans la connaissance des mutations géopolitiques en cours et qui nous concernent pleinement...

    Mais attention, vous êtes subversif, Mr Mourey ne va pas apprécier... smiley


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 10:59

      A Zen at aux autres lecteurs de l’article,

      J’ai fait, je le confesse avec tristesse, une erreur de manipulation de mon clavier subversif.

      Le mot « Europe » n’a rien à faire dans le titre de l’article et je vous présente à toutes et tous mes plus humbles excuses, au nom de mes doigts et de mon clavier.

      Puissiez-vous les accueillir avec bienveillance, en notant l’intérêt d’une information essentielle sur les changements géo-stratégiques en cours dans le monde -information subversive s’il en es-, mon erreur que j’assume totalement pouvant s’effacer devant les faits, plus intéressants, il me semble.

      Bien amicalement et humoristiquement vôtre,

      PS : pour Zen, mais cela n’est pas exclusif bien entendu : j’ai déposé ce matin au Comité de rédaction une histoire vraie humoristique sur 3 nonnes bouddhistes de Taiwan (du monastère de Ling Jiou Shan pour être précis) qui devrait, si elle est publiée, vous faire rire dans la bonne humeur. Avec d’autres, bien sûr....


    • Universitaire 1995 20 août 2007 11:35

      Attention, on agite à présent beaucoup d’épouvantails : une « crise économique » pour justifier une nouvelle avalanche de mesures antisociales, une « menace militaire » russo-chinoise pour justifier l’Europe militaire et le resserrement de l’alliance Europe - USA... Et Sarkozy s’y met déjà !

      Hier, à propos de la prétendue « crise économique », deux articles ont été cités dont la mention paraît également pertinente ici, à propos de la prétendue « menace militaire » de l’OCS :

      http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&id=5368

      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=228

      A noter, comme le font ces articles, que les manoeuvres de l’OCS ressemblent surtout à de l’anti-émeute. C’est ce que l’OTAN ne pourrait pas faire sans déclencher un scandale. Curieuse complémentarité, entre des puissances qui se partagent déjà le rôle de gendarmes planétaires.

      Voir aussi :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_coopération_de_Shanghai


    • Emile Mourey Emile Mourey 20 août 2007 12:07

      @ Zen

      Vous dites : Mais attention, vous êtes subversif, Mr Mourey ne va pas apprécier...

      Ma réponse : exact ! Je demande donc à M. Vassé de condamner sans réserves cette course aux armements russo-chinoise et de renoncer publiquement à son anti-américanisme qui semblerait pouvoir justifier cette remilitarisation.


    • Ingrid du Midi 20 août 2007 12:56

      M. Mourey, ces manoeuvres de l’OCS ressemblent beaucoup à un exercice de police interne aux pays de l’organisation. Mais ici, on va s’en servir, ensemble avec la « crise financière », pour lancer une vaste opération à caractère économique et militaire où nous serons tous tondus.

      Ce qui peut être très inquiétant pour nous, c’est que de nos jours tout de délocalise et se sous-traite. Pourquoi pas l’anti-émeutes, dans lequel les patrons russes et chinois semblent se spécialiser ?

      En tout cas, qu’on ne vienne pas me dire que la Russie ou la Chine, dont les systèmes économiques ont fusionné avec le système occidental, ont envie de nous faire la guerre. Plutôt, comme des auteurs le disent déjà, il semble s’agir de se partagrer les rôles dans le mise en place d’une super-police mondiale. A la Trilatérale, ils doivent s’en fotter les mains.


    • Emile Mourey Emile Mourey 20 août 2007 13:26

      @Ingrid du Midi

      Voilà en effet le commentaire le plus sensé que je lis sur ce fil. Nous, européens, risquons bien d’être exclus du nouvel ordre qui semble -logiquement - se mettre en place.

      Quid de la rivalité prévisible entre cette SCO et le reste du monde arabe où l’Iran voudrait jouer le premier rôle ?


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 14:16

      Zen,

      Vous aviez deviné juste : le spécialiste de la subversion est venu mettre son grain de sel (petit) sur le sujet.

      Sa demande est intéressante : je pense qu’il prépare une lettre ouverte publique en ce sens à Bush, Poutine, Hun et Sarkozy pour que tous les pays désarment ensemble, dans la fraternité.

      Un ancien militaire, qui plus est, officier, qui exige le désarmement global mondial, voilà un signe fort encourageant...et un vrai positionnement subersif de premier plan.

      Bien amicalement vôtre,


    • Emile Mourey Emile Mourey 20 août 2007 15:47

      @ Philippe Vassé

      J’estime que l’Organisation des Nations Unies est une grande conquête de l’humanité et que si cette organisation continue à jouer le rôle pour laquelle elle a été fondée, elle doit pouvoir compter sur des états-nations responsables, dotés d’armées efficaces, susceptibles d’intervenir à sa demande pour faire régner la paix dans le monde.

      A ce titre, je regrette que l’administration Bush ait pris le risque inconsidéré d’affaiblir l’armée de la paix la plus puissante du monde en l’engageant dans un conflit où elle avait plus à perdre qu’à gagner.

      Voici maintenant ma question : Etes-vous pour le respect des décisions de l’ONU et pour reconnaître son autorité ?

      Sinon : Envisagez-vous une autre organisation où la Chine et la pensée bouddhiste joueraient un rôle de guide ?


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 11:04

      Bonjour,

      Le Taipei Times a publié hier un article qui peut souligner celui qui est à l’origine de ce fil et y apporte quelques éclairages instructifs.

      L’axe russo-chinois y est ainsi mis en lumière, avec ses objectifs face aux Etats-Unis.

      Bien cordialement vôtre

      Russia resumes long-range air patrols

      POINTED MESSAGE : As joint Russian-Chinese military exercises drew to a close, 11 Russian long-range aircraft prompted a scramble of Norwegian F-16 fighter jets

      AP, CHEBARKUL TESTING RANGE, RUSSIA Sunday, Aug 19, 2007, Page 6

      Chinese soldiers take part in a parade after the Shanghai Cooperation Organization’s anti-terror exercise outside the town of Chebarkul, 2,000km east of Moscow, Russia, on Friday. Troops from Russia, China and Central Asian states took part in the joint military exercise. PHOTO : EPA

      Russian President Vladimir Putin said he ordered strategic bombers to resume regular long-range patrols as Russian and Chinese forces held their first joint military exercise on Russian soil — a show of armed muscle aimed at sending a pointed message to the US.

      The resumption of bombing patrols, which some analysts say signaled a significant change for Russian military policy, comes amid a growing chill in US-Russian relations, strained over Washington’s criticism of Russia’s democracy record, Moscow’s objections to US missile defense plans and differences over global crises.

      Both Moscow and Beijing share a heightening distrust of what they see as the US’ oversized role and influence in global politics, and the two former Cold War rivals have forged a « strategic partnership » aimed at counterbalancing Washington’s policies.

      Friday’s Russian-Chinese war games, which took place near the Urals Mountain city of Chelyabinsk, coincided with Russian air force maneuvers involving 20 strategic bombers which ranged far over the Atlantic, Pacific and Arctic oceans.

      One of those drills, involving 11 Russian aircraft, prompted NATO member Norway to scramble F-16 fighter jets to observe and photograph the Russian planes as they flew over the Norwegian Sea.

      The group of strategic bombers, early warning aircraft, fighter jets and refueling planes represented the biggest show of Russian air power in that region since the early 1990s, said Brigadier General Ole Asak, chief of the Norwegian Joint Air Operations Center.

      « We haven’t seen that kind of activity in a very long time, » Asak said. « Not since the early 1990s. It was quite impressive to see. »

      In announcing the policy change, Putin said halting long-range bombers’ flights after the Soviet collapse had affected Russia’s security as other nations had continued such missions — an oblique reference to the US.

      « I have made a decision to resume regular flights of Russian strategic aviation, » Putin said in televised remarks. « We proceed from the assumption that our partners will view the resumption of flights of Russia’s strategic aviation with understanding. »

      « Starting today, such tours of duty would be conducted regularly and on the strategic scale, » Putin said. « Our pilots have been grounded for too long, they are happy to start a new life. »

      Soviet bombers routinely flew such missions to areas from which nuclear-tipped cruise missiles could be launched at the US, but stopped in the post-Soviet economic meltdown. Booming oil prices have allowed Russia to sharply increase its military spending.

      The war games involved some 6,000 troops from Russia and China along with soldiers from four ex-Soviet Central Asian nations that are part of the Shanghai Cooperation Organization (SCO), a regional group dominated by Moscow and Beijing.

      The summit concluded with a communique that sounded like a thinly veiled warning to the US to stay away from the strategically placed, resource-rich region : « Stability and security in Central Asia are best ensured primarily through efforts taken by the nations of the region on the basis of the existing regional associations. »

      The US, Russia and China are locked in tense rivalry for influence in Central Asia, where vast hydrocarbon riches are buried. Washington supports plans for pipelines that would carry oil and gas to the West and bypass Russia, while Moscow has maneuvered to control exports. China also has shown a growing appetite for energy to power its booming economy.

      Friday’s exercises underlined that « the SCO wants to show that Central Asia is its exclusive sphere of responsibility, » said Ivan Safranchuk, an analyst at World Security Institute

      The SCO was created 11 years ago to address religious extremism and border security issues in Central Asia. In recent years, the group has grown into a bloc which is aimed at defying US interests in the region


      • Djanel 20 août 2007 11:20

        Vous êtes agaçant avec vos documents rédigés en anglais. Je ne parle pas l’anglais et je n’ai pas envie de l’apprendre.


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 11:32

        Djanel,

        Je suis désolé pour les articles en anglais que j’ai adjoints au fil, mais je ne dispose pas de temps suffisant pour les traduire en français. Je vous prie d’excuser ces pratiques, que d’aucuns qualifieraient de subversives pro-anglophones.

        Ceci dit, soyez rassuré : l’articmle en anglais confirme totalement ce que l’article écrit deux jours avant exprime et explique.

        Donc, en définitive, vous n’avez rien perdu d’essentiel en termes d’informations, bien que vous devez savoir que l’information donnnée ici est naturellement ...subversive au plus haut degré, bien que totalement vraie et maintenant avérée par la presse mondiale.

        Bien amicalement et humoristiquement vôtre,


      • Universitaire 1995 20 août 2007 11:42

        Cet article a été cité hier. On peut, en effet, se poser ce genre de questions. Et le « gauche » et les syndicats vont-ils voler au secours de Sarkozy une nouvelle fois ?

        Suit l’article, tiré d’un site Indymédia :

        http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&id=5368

        La « masse salariale » des pays dits « riches » constitue un immense magot, sans précédent dans l’histoire, dont depuis deux décennies les oligarchies financières et industrielles ont entrepris de s’emparer. Mais il y a encore plus gros : l’ensemble du patrimoine des « petits citoyens ». Epargne, biens immobiliers... Telle est la cible de l’actuelle opération présentée sous couvert de « crise financière » et qui avait été préparée par deux décennies de promotion du surendettement. De quoi financer, entre autres, l’Europe militaire et l’axe des superpuissances jumelles Europe - USA en perspective.

        « Rude rentrée pour Nicolas Sarkozy », est l’intitulé d’un article mis à la une par Le Point :

        http://www.lepoint.fr/content/a_la_une/article?id=196833

        Il semblerait que : « Après des congés de luxe aux Etats-Unis financés, selon le chef de l’Etat lui-même, par deux riches familles amies... (...) le président tiendra plusieurs réunions » au cours desquelles « seront abordés les sujets des criminels dangereux, de l’immigration et la situation économique ». Tout un programme. Sur « les criminels dangereux » et sur « l’immigration », on connaît l’ancien ministre de l’Intérieur. Mais de quoi s’agit-il, au juste, lorsque Le Point évoque la « situation économique » ? On parle même d’une « rentrée minée » à cause d’une « croissance molle » et d’une « crise boursière ». Voir, par exemple :

        http://www.france24.com/france24Public/fr/administration/article-afp.html?id=070819055419.qukyspev

        Les « experts » du patronat menacent déjà : « pas de croissance, pas d’emploi ». Autrement dit, « il faut que Sarkozy fasse quelque chose » mais, en prime, que les responsables de la « gauche » et des syndicats l’y aident. C’est exactement ce qu’on a déjà vu depuis le mois de mai, voir par exemple :

        http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&id=5365

        Mais cette fois-ci, la mystification est encore plus grossière. D’abord, « on » se plaint d’une « faible croissance » alors que depuis les années 1980 les délocalisations ne cessent de s’accélérer. Ensuite, il est question notamment d’une « crise » prévisible et prévue liée, nos dit-on, à des situations de surendettement général. Or, ce sont les mêmes qui s’apprêtent à tirer d’énormes bénéfices de la « crise » qui s’annonce, qui ont mis en place, planifié et « suivi » ce surendettement. La domination des milieux financiers, c’est bien cela. Enfin, curieusement, la « crise » tombe à pic alors que l’oligarchie prépare une opération extrêmement coûteuse : la mise en place de la bi-superpuissance impérialiste euro-US, dont l’Europe militaire sera une composante essentielle. Voir, par exemple :

        http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=118

        http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=148

        http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=182

        http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

        Avec les délocalisations, les milieux financiers ont fait sauter, les uns après les autres, des pans entiers de la « masse salariale » et des avantages sociaux des populations ayant conquis des standards sociaux jugés « élevés ». Et ce qu’on a vu n’est qu’un début. Mais, depuis quelques années, cette mainmise progressive « ne suffit pas » et s’accompagne d’attaques de plus en plus directes contre le patrimoine des « petits citoyens ». Ceux qui croyaient à la viabilité d’un « capitalisme à visage humain » déchantent les uns après les autres. Le temps est bien révolu, où la propagande giscardienne des années 1970 nous annonçait un bien-être incessamment croissant, sans aucun besoin d’un changement social. A présent, c’est le discours : « les temps sont durs »...

        C’est vrai qu’il y a trente ou quarante ans, les capitalistes s’inquiétaient d’un « monde menaçant » pour leur pouvoir et leurs richesses, et qu’aujourd’hui la situation leur apparaît très différente. Pourquoi, alors, ne pas reprendre à nos dépens tout ce qu’ils avaient lâché jadis sous la pression du mouvement populaire ?

        Et ne peut-on raisonnablement penser qu’il existe un lien étroit entre le renforcement de la logique répressive et les conséquences attendues du massacre économique qui se prépare ? Quant aux manœuvres militaires de l’ Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), ne seraient-elles pas un épouvantail qui tombe étrangement à pic ? Elles semblent d’ailleurs se concentrer sur les techniques anti-émeute. Troublant, car tout compte fait « nos » capitalistes et leurs collègues russes et chinois ont appris à se partager les rôles moyennant quelques mises en scène. Voir, à ce sujet :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_coopération_de_Shanghai

        http://french.peopledaily.com.cn/International/6241947.html

        http://french.peopledaily.com.cn/Chine/6233419.html

        Deux stratégies et deux « résultats ».

        En 1973, David Rockefeller et d’autres représentants de la grande finance fondaient la Commission Trilatérale :

        http://www.trilateral.org

        Une organisation « oeuvrant » pour la mise en place d’un pouvoir capitaliste mondial cohérent et « transversal », et dont Raymond Barre a été l’un des premiers membres. Stratégie qui a porté ses fruits, et dans laquelle les capitalistes persévèrent. On ne peut que les « comprendre »...

        En France, en 1972, la direction du Parti Communiste avait imposé au mouvement ouvrier la signature du « Programme Commun » :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_commun

        Stratégie qui a joué un rôle décisif dans le verrouillage de la politique française et dans le renforcement du pouvoir capitaliste. Précisément, l’implication dans les structures « transversales » de politiciens et « syndicalistes » a reçu une caution très conséquente par l’existence même de l’ « union de la gauche » et de ses clones ultérieurs.

        Vingt-cinq ans plus tard, il est grand temps, pour la grande majorité des citoyens et des travailleurs, de sortir de cette logique qui détruit deux siècles de conquêtes démocratiques et sociales.

        De ço qui calt ?

        quicalt@yahoo.fr

        http://blog.360.yahoo.com/quicalt


      • Ingrid du Midi 20 août 2007 13:01

        Je ne l’ai pas trouvé en français, je m’en excuse :

        http://hrw.org/english/docs/2007/08/16/kyrgyz16698.htm

        HUMAN RIGHTS WATCH

        SCO Summit : Crackdown Highlights Failings on Human Rights Shanghai Cooperation Organization Should Not Undermine Rights in Name of Security

        (New York, August 16, 2007) — Members of the Shanghai Cooperation Organization missed a key opportunity to implement the organization’s human rights principles when they met on August 16 at the SCO summit in the Kyrgyz capital Bishkek, Human Rights Watch said today. Moreover, the Kyrgyz government adopted security measures that restricted human rights as it prepared to host the annual summit.

        “The SCO Charter includes a clause upholding human rights and fundamental freedoms, but this provision has been a dead letter,” said Holly Cartner, Europe and Central Asia director at Human Rights Watch. “SCO members should affirm that human rights and regional security are linked, not opposed.”

        Since its founding as Shanghai Five in 1996, the SCO (which currently includes China, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Russia, Tajikistan and Uzbekistan) has focused on security, counterterrorism and extremism in the region. This year’s summit took place amid debate about the SCO’s expansion and its potential as a regional counterweight to NATO.

        Summit Preparations by the Kyrgyz Government

        In the lead-up to the summit, the Kyrgyz government announced a ban on protests and limited access to Bishkek. Throughout the summer, the authorities issued numerous warnings and advisories about security measures for the summit. Police warned opposition supporters, political parties, and public organizations not to hold demonstrations during the summit. At least one demonstration was banned.

        “As the host of the summit, the Kyrgyz government squandered the opportunity to set an example of best practices,” said Cartner. “While the Kyzgyz authorities needed to ensure security for the summit, they reneged on their human rights obligations in the approach they took.”

        On July 30 police detained the leader of a Uighur rights organization and his son, who had planned a small picket outside the US Embassy to call on Western governments to promote democracy and human rights. The leader of the organization, Tursun Islam, was released the same day, and his son, Alisher, was released after serving several days in detention on misdemeanor charges.

        The Minister of Interior had also issued a vaguely worded advisory about limiting access to Bishkek for people from other regions of Kyrgyzstan and other countries in the region.

        “The annual SCO summit is an important opportunity for people in Kyrgyzstan and the region to voice their concerns,” said Cartner. “The summit’s host government should have found ways to accommodate this, rather than banning people from peacefully expressing their views.”

        In preparation for the summit, Kyrgyz law enforcement conducted large-scale document checks in Bishkek, which resulted in clearing the capital of irregular migrants, homeless people, and street children. The Kyrgyz Ministry of Interior reported that in early August it had completed a five-day operation, unprecedented in its scope, that resulted in the deportation of 17 foreigners and the detention of 356 people for “irregularities” in their documents.

        Police also stepped up security sweeps of practicing Muslims in the southern Kyrgyz province of Jalalabat. In four cases documented by the NGO Air (Bazarkurgan), police on August 1-2 raided the homes of Muslim families, at times using excessive force and beating individuals suspected of involvement in Hizb ut-Tahrir, an Islamic organization that espouses restoration of the caliphate in traditionally Muslim lands.

        These incidents signal increased pressure on Muslim groups not sanctioned by the government, and reflect the SCO’s focus on fighting “extremism,” They are also part of a growing practice by Kyrgyz law enforcement of pressing criminal charges of “fostering religious hatred” for simple possession of a Hizb ut-Tahrir leaflets.

        On August 8 the Jalalabat City Department of Interior issued an order indefinitely banning access to family members for detainees in main Jalalabat detention facility, noting that the measure was related to the SCO summit.

        “Cutting independent access to detention facilities sends a message that the government doesn’t want scrutiny of its anti-extremism measures,” said Cartner.

        The SCO and the Fight Against Terrorism, Extremism and Separatism

        The Bishkek summit continued the SCO’s traditional focus on security and stressed the links between security and development, neglecting any discussion of rights-related concerns. Meanwhile, many SCO member states commit serious human rights violations in their campaigns against terrorism and “extremism.”

        “SCO member states have a long record of returning people wanted on terrorism or extremism charges to other SCO countries where they face torture, incommunicado detention and unfair trials,” said Cartner.

        Most recently, Kyrgyzstan on June 1 secretly returned Otabek Muminov, a suspected member of Hizb ut-Tahrir, to Uzbekistan, despite the high risk of torture there. Russia has extradited, deported or otherwise returned numerous people to Uzbekistan ; in one egregious case, in October 2006 authorities in Moscow deported Rustam Muminov to Uzbekistan after the European Court of Human Rights issued an injunction to stop the deportation.

        Since the late 1990s, the government of Uzbekistan has used the fight against terrorism to justify the imprisonment of thousands of Muslims whose non-violent religious practices, affiliations and beliefs fall outside official institutions and guidelines. In doing so, the government has failed to distinguish between those who advocate violence and those who peacefully express their religious beliefs. Many of those arrested and charged made credible allegations of torture and ill-treatment in custody. In the past year, hundreds of people were convicted or awaiting trial on charges of religious fundamentalism. The Uzbek government also uses terrorism accusations to secure extraditions and deportations of people to countries where they face torture.

        In Russia, Human Rights Watch has documented how Russian and pro-Moscow Chechen authorities routinely torture people accused of terrorism. Human Rights Watch also documented how Russian police tortured, ill-treated and harassed individuals returned to Russia from Guantanamo Bay, even though the Russian government issued diplomatic assurances to the U.S. government that they would not be harmed.

        Last month SCO representatives compiled a list of religious organizations deemed “extremist” and that are banned in the SCO. The SCO did not make the full list public, nor did it specify the criteria by which organizations were categorized as “extremist.”

        “The SCO should state publicly which organizations are on the “extremist” list and why,” said Cartner. “Governments in the region have used overbroad definitions of ‘extremist’ to silence peaceful dissent.”

        Russia’s anti-extremism law, for example, has drawn criticism for its broad definition of “extremist activities” and for the government’s use of the law to prosecute lawful speech by non-violent non-governmental organizations, human rights activists, and political opponents of the Putin administration.


      • SALOMON2345 20 août 2007 11:09

        « ...de l’Atlantique à l’Oural » proposait un visionnaire, grand par la taille et la probité (tout le contraire d’aujourd’hui), lorsqu’il définissait à ses yeux le périmètre pertinent de l’Europe. Certes, la Russie n’est pas totalement exemplaire - au regard de nos critères occidentaux - mais la politique, justement, est l’art de « marier » les contraires par d’intelligents compromis, seuls facteurs de paix et de prospérité. A mon sens et suivant en cela feu notre grand Président, il eut été préférable que ne se reforme pas une nouvelle URSS en incluant , sous réserves, la Russie, plutôt que de la voir filer avec armes et bagages vers l’Asie, avec tous les risques que cela comporte pour nous et l’occident en général ! Je ne sais si j’ai raison de penser cela mais je sais en revanche que ce qui s’annonce fait peur...


        • LE CHAT LE CHAT 20 août 2007 11:27

          courrier international dans son dernier numéro parlait de cette nouvelle organisation , un rival de poids pour l’Otan .


          • LE CHAT LE CHAT 20 août 2007 11:48

            TURKMENISTAN , pas TURKESTAN , cher furtif smiley


          • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 13:39

            Cher Le Furtif,

            Vous aviez raison sur la base américaine en Ouzbékistan. Comme le rappelle plus vas un des lecteurs, la SCO a demandé (avec gentillesse et docuceur, cela va sans dire) au régime ouzbek de bien vouloir revoir sa position sur cette base.

            Ce qui a été fait.

            En Asie Centrale, l’influence américaine a été réduite en quelques mois quasi à néant.

            Par contre, les relations russo-chinosses avec l’inde se réchauffent.

            Devrions-nous y voir un effet subliminal du « global warming » ou la fin de l’hégémonie politico-militaire américaine qui durait depuis 1991 ?

            Je penche, mais subversivement, cela va sans dire, vers la seconde option.

            Mais lé débat est libre et toutes les opinions ont le droit de s’exprimer, surtout que cela enrichit la réfléxion collective.

            Amicalement et humoristiquement vôtre,


          • alberto alberto 20 août 2007 12:01

            Merci, Philippe Vassé, de ce bref éclairage sur cette (petite) manifestation militaro-médiatique. La suite sera certainement intressante et sans doute pleine de surprises, comme souvent, et nous comptons sur vous pour décoder pour nous les déclarations et les mouvements qui vus d’Europe sont quelquefois difficiles à interprêter.

            Bien à vous.


            • Internaute Internaute 20 août 2007 12:01

              C’est plutôt une bonne nouvelle. Le contenu de l’article pourrait être écrit chaque semaine au sujet de telle ou telle manoeuvre des armées de sa gracieuse majesté ou de l’OTAN. Il n’y a donc rien de particulièrement alarmant.

              La bonne nouvelle est que nous revenons à un monde multi-polaire où le danger représenté par les USA diminue. Ceci dit, nous ne sommes qu’au tout début d’un long chemin, le potentiel US représentant toujours des dizaines de fois celui de la Russie et de la Chine réunies.

              L’article aurait pu rappeler que l’OCS a réussi à convaincre le président Ouzbeck de demander le démantèlement d’une base US qui est sur son territoire. C’est déjà un premier succès concret.


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 13:59

                Bonjour, Internaute,

                Je vous remercie de votre complément d’information donnée sur ce fil.

                Vous avez raison, et les relations entre Moscou et les ex-Etats d’Asie Centrale de l’ex-URSS se réchauffent fortement depuis quelques mois. A vue d’oeil.

                Le Communiqué publié par Ingrid du Midi en anglais plus haut en atteste aussi sur le plan des coopérations contre tout ce qui ressemble, pour les autorités locales, à de l’islamisme, ce qui aboutit d’ailleurs à une répression collective qui n’est pas de bonne augure pour le futur.

                Mais, je partage votre avis selon laquelle l’hégémonie américaine, en tout cas en Asie Centrale, relève du passé.

                Et ce premier recul va en appeler d’autres qui se profilent à l’horizon, dans le Caucase avec la Géorgie par exemple ou vers le Moyen-Orient.

                Bien que l’Iran ne soit pas arabe et ne fasse pas partie de ce qui est appelé par convention « monde arabe », il est peu probable que les succès de la SCO soient une bonne nouvelle pour le régime au pouvoir. Bien au contraire.

                Les Etats de la SCO ont en commun une aversion profonde pour toute ce qui est radicalisme religieux, notamment lorsqu’il peut constituer un facteur de tensions dans les Etats interéssés.

                Les difficultés d’approvisionnement en essence en Iran pour les populations de ce pays n’ont pas vu d’aide russe ou chinoise. Au contraire....

                Bien cordialement vôtre,


              • Toto Nollird 20 août 2007 14:00

                Je vous remercie pour cet article très intéressant.

                Force nous est de constater que ce n’est pas l’Europe qui fait contre-poids aux Américains mais la Chine et la Russie.

                Que c’est dommage ! Comme je le regrette et combien le regretterons nous tous à l’avenir.


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 août 2007 14:50

                  Philippe

                  Encore une fois, voilà un excellent article autant par son économie que par sa présentation générale. Permettez-moi d’ajouter mon petit grain de sel sur le Groupe de Shanghai.

                  Ici, au Québec, nous avons le Sommet de Montebello qui réunit le Canada, les États-Unis et le Mexique. Dans la capitale kirghize de Bichkek, le « Groupe de Shanghai » a rassemblé, vous l’avez bien montré, la Chine, la Russie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan. L’Organisation de coopération de Shanghai, fondée en 2001, a, comme vous l’avez indiqué, pour but de lutter contre le terrorisme et le séparatisme mais il faut également savoir qu’elle est souvent accusée d’être un « club de dictateurs » voulant contrer l’influence américaine en Asie centrale, une région riche en hydrocarbures mais aussi en sources d’instabilité. Il faut préciser aussi que le Groupe de Shanghai est une organistion permanente. Les institutions de l’OCS sont composées de deux parties : le mécanisme de rencontre et les organes permanents. L’organe du plus haut niveau est le Conseil des chefs d’Etat. Les institutions permanentes comprennent le secrétariat à Beijing et la Structure antiterroriste régionale (RATS) à Tachkent, capitale ouzbeke.

                  Pour Bolat Nurgaliev, secrétaire général de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), le sommet de Bichkek vise «  à développer et à resserrer les liens entre voisins » alors que Bloomberg.com parle d’un « sommet de sécurité anti-états-uniens », et que le New Statesman appelle l’OCS le « rival de l’OTAN en Orient ». Point intéressant à noter : ses pays membres couvrent une territoire supérieur à 30 millions de km2 avec une population de 1,46 milliard d’habitants.

                  Hamid Karzaï y était présent à titre d’invité. Bichkek a aussi accueilli pour la première fois le président Gourbangouly Berdymoukhamedov, du Turkménistan, une république riche en gaz. Menacé à terme par une pénurie de gaz provoquée par des sous-investissements dans les infrastructures, Moscou a intérêt à garder de bonnes relations avec les ex-républiques soviétiques comme le Kazakhstan, riche en gaz. Bien évidemment, les présidents russe Vladimir Poutine et iranien Mahmoud Ahmadinejad ont lancé des piques aux États-Unis, ce qui peut appuyer l’interprétation qu’en fait Bloomberg.com. « Nous voulons renforcer le système international multipolaire », soutient le président russe Vladimir Poutine, tout en ajoutant que « l’unilatéralisme n’a pas d’avenir ». Ahmadinejad, ayant le statut d’observateur de l’Iran, a tiré la plus grosse salve sur les Etats-Unis, qualifiant leur projet de bouclier antimissile de « menace » pour « toute l’Asie ». Le président ouzbek Islam Karimov a aussi appelé à une « démilitarisation » de l’Afghanistan pour permettre sa stabilisation, sous-entendant que la présence militaire américaine ne pourrait jamais y garantir la paix.

                  Pierre R.


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 15:42

                    Pierre,

                    Merci pour cet excellent complément informatif à l’article et qui apporte des éléménts et un éclairage diversifié très intéressants.

                    Juste un petit mot sur la présence du Président iranien invité : Poutine et Hun me paraissent ainsi marquer plus fortement les choses face à l’administration Bush sur le développement de leurs zones d’influence.

                    Chine et Russie font de fructueuses affaires avec Téhéran, mais surtout, Poutine et Hun visent pour le moment, très pragmatiquement, à presser l’Iran pour qu’elle ne s’occupe pas de la répression des populations musulmanes en cours et probablement, à venir, en Asie Centrale et dans le Caucase.

                    En échange de quoi, l’Iran a un strapontin aux manoeuvres de la SCO et elle peut participer au choeur anti-américain, ce qui ne mange pas de pain et donne au passage à Poutine et Hun, ainsi qu’aux autres Présidents de la SCO, une « onction » iranienne publique à leur action de répression contre les minotités musulmanes chez eux et aux frontières de leurs pays respectifs.

                    Ce qui ne signifie pas, je le dis d’ailleurs- hasard des croisements de posts- sur votre fil que Pékin et Moscou défendront autrement que par de belles déclarations le régime iranien en cas d’agression américaine.

                    Mais, pour le moment, pouvoir dire et montrer à tous l’amitié russo-sino-iranienne et clamer son amour de la paix avec tout le monde le moment venu, sans lever le petit doigt pour l’ami attaqué, les deux chefs d’Etat savent bien le faire si leurs intérêts sont ainsi mieux desservis.

                    Hun et Poutine ont en commun des qualités « manoeuvrières » sur le terrain diplomatique, d’aucuns diraient de cynisme politique, qui sont assez « étonnantes ».

                    Bien cordialement vôtre,


                  • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 août 2007 15:31

                    Les Etats-Unis et l’URSS ont marqué le monde de leur empreinte pendant 40 ans (vu de chez nous, Européens). Puis après la chute du Mur, les EU ont eu à peu près 15 ans tranquilles, pendant que Eltsine vendait la Russie à ses copains. Aujourd’hui, un nouveau monde est en train de naître, la Russie est revenue, et on s’aperçoit tout d’un coup que la Chine (et l’Inde, dont on ne parle pas assez) existent bien, et sont devenus des grands pays.

                    En France, on fait quoi, politiquement et diplomatiquement ? On clame sa foi en les Droits de l’Homme, et on attend les Jeux Olympiques, qui vont « aider à démocratiser » la Chine. C’est très important, je suis d’accord, mais c’est au moins aussi important de savoir que les armées de deux des quatre plus grands (ou gros, si l’on préfère) pays du monde manoeuvrent ensemble.

                    Et au niveau de l’Europe, qu’est-ce qu’on fait ? Rien.

                    Merci, Philippe Vasseur, de nous informer, c’est exactement le genre d’infos que Jean-Pierre Pernaut ne donne jamais. Continuez, j’adore vos articles.


                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 20 août 2007 15:59

                      Cher Vilain petit Canard,

                      Bonjour,

                      Je conçois que JP Pernaut ne donne jamais ce genre d’informations : vous ne voudriez quand même pas qu’il inquiète les actionnaires de Bouygues ? Pardon, de TF1 ? Et gêne l’amitié immobilière entre son PDG et un certain Nicolas S.

                      Et qu’en plus, il montre que la France de Nicolas Sarkozy, pendant que ce dernier voyage et se prélasse, parle et discourt, disparaît en réalité de la scène politique mondiale et devient un Etat de troisième, voire de quatrième classe.

                      Il ne faut pas que cela se voie ou se sache, puisque le Président annonce partout que la France et l’UE sont de retour....Comment, vous ne le croyez ou ne le voyez pas ?

                      Si vous annonciez au 20 heures de TF1 ces horribles nouvelles et montriez ces affreuses photos, les électeurs du Président pourraient penser qu’on leur ment et qu’on amuse la galerie pendant que les fondations de la maison s’écroulent, ce qui serait par ailleurs la plus insupportable et inqualifiable des subversions.

                      Ce serait aussi à l’évidence d’un mauvais goût achevé, pour le spectacle politique en cours en France qui fait rire le monde entier...

                      L’ennui pour TFI et d’autres est que ça se sait et qu’on en parle dans le monde entier.

                      De plus, ce n’est pas parce que le gouvernement français fait l’autruche, la tête dans le sable de sa communication verbeuse médiatique tous azimuts quand le monde redevient multipolaire qu’il aura donné à la France sa « vraie place » (selon le Président français)dans la réalité vivante nouvelle.

                      Au contraire, et cela va vite se voir et se savoir, malgré TF1.

                      Le retour de bâton des illusions en France risque d’être très violent....Mais il va venir des faits internationaux.

                      Bien cordialement et humoristiquement vôtre,


                    • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 août 2007 17:22

                      @ Philippe Vasseur

                      Ah ça je suis d’accord avec vous, la Vraie Place De La France Dans Le Monde, elle en prend un sacré coup. Après Chirac et sa diplomatie Corona-Tête de Veau, après Mitterrand qui connaissait par coeur la carte politique de l’Europe de 1910, et après Giscard l’Homme Le Plus Intelligent De France, nous voilà maintenant avec Sarkozy, le Président Français Le Plus Connu En France.

                      C’est vrai, le réveil sera dur.

                      Et au passage : et l’Inde, dans tout ça ? Voilà une démocratie réelle, gigantesque, qui fait preuve d’un développement comparable à celui de la Chine, bien armé, anglophone (les élites, au moins), dynamique et bien placé géographiquement. Ce devraient être nos alliés de demain, et nous, qu’est-ce qu’on en fait ? On leur envoie nos déchets porte-avionesques.


                    • Internaute Internaute 21 août 2007 09:32

                      L’Europe est absente et ne fera jamais rien car elle se veut universelle. Au lieu d’être la maison commune des européens elle se prend pour la nouvelle ONU, chargée de défendre les droits de l’homme non pas en Europe mais du Balouchistan à la Patagonie. L’Europe envisage d’aider la Chine et pourquoi pas, dans le secret de la Commission, de la faire rentrer comme 28° Etat européen.

                      Pendant que les autres défendent leurs intérêts, l’Europe oublie les nôtres et défend des concepts. Nous ne sommes tout simplement pas sur le même champ de bataille, ou pour adoucir les angles, à la même table de jeu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès