Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Sublime Porte et la nouvelle Byzance

La Sublime Porte et la nouvelle Byzance

En pleine crise financière, il est des oscillations géopolitiques passant inaperçues alors qu’elles pourraient être d’importance pour le futur à moyen terme à un niveau régional comme international. Tel est le cas du rapprochement entre Ankara et Moscou.

L’éternelle candidate Européenne
 
La Turquie est en effet une très ancienne connaissance des chancelleries Européennes. Depuis 1959 pour être exact lorsque les autorités Turques posèrent officiellement le dossier de candidature de membre associé sur le bureau de la CEE (Communauté Economique Européenne) de l’époque. Il lui fallut cependant attendre octobre 2005 pour que débutent les négociations d’adhésion en tant que membre à part entière par la Commission Européenne.
Les tergiversations diplomatiques qui avaient autrefois retardé l’éventualité d’étudier le dossier Turc ne cessèrent pas pour autant après cette date clef puisque certains hommes politiques nationaux de premier plan exposèrent leur réticence à voir la Turquie rentrer dans les instances Européennes.
 
Les raisons de ces atermoiements nécessiteraient une longue étude qui n’est pas le propos de cet article, sans omettre qu’ils ne sont pas tous clairement énoncés. Il faut surtout retenir que la patience des responsables Turcs a été repoussée très loin bien que ces derniers aient effectué de louables efforts en vue d’un rapprochement avec l’Europe, insufflant dans leur droit national de nombreuses références communautaires (ce que l’on nomme juridiquement l’acquis communautaire) afin de se rapprocher le plus possible des exigences en la matière.
 
Or, malgré ses hésitations l’Europe se doit pourtant de prendre en grande considération un facteur de prime importance… l’approvisionnement énergétique !
 
La Turquie partenaire énergétique incontournable
 
Dans le jeu géoéconomique du maillage des réseaux de distribution d’énergie, la Turquie se place assurément en première ligne. Le projet Nabucco, déjà évoqué au sein d’un autre article, est une pièce maîtresse de la volonté d’indépendance en matière d’approvisionnement de gaz.
Signalons justement au passage que la Turquie dispose d’une voix prépondérante quant aux décisions stratégiques y étant liées et qu’elle n’a pas manqué de s’en servir à l’encontre de Gaz de France en début d’année officiellement en réponse au vote des parlementaires hexagonaux en faveur de la reconnaissance du génocide Arménien [1].
Décision d’importance car Nabucco est LE projet d’avenir supporté à bout de bras par plusieurs pays Européens, et en sous-main par les instances Bruxelloises, afin de contourner la mainmise Russe sur l’acheminement énergétique à destination de l’Europe.
 
En terme de richesse pétrolifère, difficile aussi de passer sous silence le fameux tracé Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) qui défraya grandement la chronique il y a quelques mois lors du conflit Géorgeo-Russe. La peur d’une perte d’approvisionnement via cet oléoduc rendit les occidentaux particulièrement nerveux pendant et après la guerre [2]. La Turquie, outre son investissement financier, sait pertinemment que le long transit (1 076 kilomètres) sur son territoire ainsi que le terminal portuaire de Ceyhan lui confère un poids déterminant vis-à-vis de l’Europe et des Etats-Unis.
 
On imagine dès lors sans peine ce qu’il pourrait advenir si la Turquie devait ébaucher un rapprochement avec la Russie à plus ou moins brève échéance.
 
Géopolitique fiction ? Pas si sûr…
 
Entre désappointement et nouvelle donne géopolitique
 
Des cartes ont en effet été abattues ces derniers mois, et elles n’ont guère été favorables aux alliés occidentaux de la Turquie.
 
Tout d’abord il faut souligner que sitôt l’effondrement de l’URSS, la Turquie s’est avisée de prendre rapidement contact avec d’anciens pays de l’ex-Union Soviétique, à commencer par les républiques turcophones dont les liens culturels apparaissent patents. Ainsi l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan (et un peu plus loin à l’est, les Ouïgours du Xinjiang en territoire Chinois) bénéficièrent d’un intérêt marqué par les autorités d’Ankara. Ce panturquisme fut une forme de soft power de la part des héritiers de Mustafa Kemal et eut des résultats mitigés puisque Moscou, un temps affaiblie, amorça un contrôle plus renforcé de son proche étranger. Ce qui n’empêcha pas pour autant Recep Tayyip Erdogan, Premier Ministre Turc, d’énoncer pendant le Congrès de Bakou de 2007 la création d’un secrétariat général permanent des chefs d’Etats turcophones [3].
 
Cependant, le retour en force de la Russie sur la scène internationale soit par ses coups financiers (introduction au sein du capital d’EADS), industriels (lancement d’un nouveau jet d’affaires moderne), militaires (réponse à l’agression Géorgienne en Alanie du sud) ou diplomatiques (l’Union Européenne revenant sur sa décision de geler toute négociation avec la Russie) donna à la Turquie à réfléchir tout en l’incitant à réorienter ses priorités. Avec d’autant moins de remords que la porte de l’Europe ne s’était pas plus entrebaillée qu’auparavant et qu’elle pouvait se permettre de lorgner vers d’autres horizons. Ajoutons en outre que la Russie était devenue au fil du temps un partenaire commercial de premier plan pour le pays [4], ce qui était et reste une donnée à prendre conséquemment en compte en matière diplomatique.
 
Ainsi dès le 8 septembre de cette année, Russes et Turcs se sont entendus pour envisager une plateforme de sécurité et de stabilité dans le Caucase. L’initiative avait déjà été évoquée quelques semaines auparavant à Moscou en liaison avec Ankara, prouvant par là l’intérêt réel qu’elle suscite de part et d’autre de la Mer Noire. Le 18 novembre, le ministre de la défense Russe, Anatoli Serdioukov, n’a pas tari d’éloges sur les velléités de la Sublime Porte de s’immiscer dans le jeu caucasien à l’issue d’une rencontre avec son homologue Turc, le tout en confirmant avoir établi les bases contractuelles de cette coopération.
 
Plus prégnant encore, un haut responsable du parti au pouvoir, l’AKP, a très clairement et surtout publiquement déclaré vouloir la signature d’un nouveau Yalta en Europe. Les propos étaient sans trop de fard destinés à complaire au Kremlin. Et il put d’autant plus se le permettre que l’OTAN gela l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine début décembre, proposant un statut iconoclaste (MAP pour Membership Action Plan) ayant surtout pour objectif de rasséréner Moscou et ne pas détériorer davantage les relations entre elle et l’organisation militaire.
 
De plus, la question du Haut-Karabagh implique pour la Turquie, alliée de l’Azerbaïdjan, et la Russie, alliée de l’Arménie à s’entendre de façon profitable afin de réchauffer les liens entre les différentes parties au conflit. A ce titre, l’Azerbaïdjan pointée du doigt par l’occident pour avoir fait avorter une tentative de révolution orange lors des élections de 2005, s’est rapprochée ostensiblement de l’orbite de Moscou ces dernières années. Les intérêts convergent comme on le découvre.
 
L’axe de la Mer Noire ?
 
L’Histoire a souvent été conflictuelle entre l’Empire Tsariste et l’Empire Ottoman, et froidement neutre tout au long de l’époque soviétique. Il est un peu surprenant par conséquence de constater un net réchauffement entre ces deux pays. Pourtant les signes donnés de part et d’autre des capitales laissent entendre qu’il existe désormais une réelle volonté de partenariat et de partage d’influence régional.
 
Si cet axe devait se formaliser à l’avenir, il aurait une grande probabilité de trouver son substrat dans la défiance à l’égard des occidentaux et rendrait caduques toutes les tentatives d’indépendance énergétique de ces derniers à l’égard de la Russie. Sans compter l’appel d’air que cela pourrait provoquer vis-à-vis des pays de l’Asie Centrale qui seraient bien plus rétifs à s’ouvrir (et ouvrir leurs robinets de matières premières) à l’Occident.
 
Sur ce plan, Moscou peut se vanter de reprendre tout doucement la main après sa mise à l’index estival. Son opportunisme mâtiné de réalisme pourrait se révéler autrement plus payant que les vociférations inconséquentes de certains chefs d’Etats Européens ces derniers mois. Dans le grand jeu géopolitique de l’après-crise, la Russie et la Turquie escomptent bien y faire entendre leur voix.
 
[1] Il n’est pas interdit que penser que d’autres raisons, économiques et/ou techniques, aient pu jouer en faveur de l’éviction de la candidature de Gaz de France. L’arrivée de l’Allemand RWE ayant été notoirement supportée par la Turquie depuis longue date. Reste toutefois à savoir si ce choix fut le plus judicieux du fait de l’abandon forcé d’ici deux ans par ce groupe de son réseau gazier.
[2] Et ce d’autant plus que les principaux groupes pétroliers occidentaux (BP, Total, Chevron, ENI/AGIP…) forment la majorité de l’actionnariat du consortium.
[3] M. Erdogan allant encore plus loin en énonçant sa volonté de promouvoir une nouvelle langue turque commune.
[4] La Russie étant devenue le 1er fournisseur de la Turquie au détriment de l’Allemagne en 2006.

Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • erdar 15 décembre 2008 11:19

    Bonjour Yannick,

    Il semblerait que vous ayez un peu d’avance.

    J’ai aussi remarqué le rapprochement et ce n’est que dans la logique des choses. J’ai lu un article sur Helmut Schmidt (ancien chancellier allemand et ami de giscard) dans l’express disant que la turquie n’a jamais rien apporté à l’Europe.

    Il a oublié le rôle de la turquie pendant la guerre froide qui a servi de tampon contre l’influence de l’URSS. Aujourd’hui, je tiens à dire que la valeur turc n’est pas considéré et ne le sera pas dans l’avenir par les européens parceque le pays est trop grand et parcequ’il est pauvre (point de vue européen).

    La majorité des élites voit un gouffre financier pour l’europe (et ils ont raison) mais que dire alors si la turquie fait alliance avec la russie, nous observerons hélas une dépendance énergétique qui nous coûtera plus chère ne serait ce en terme financier mais aussi en terme d’influence politique.

    Voilà, et en ce qui me concerne, je pense que cette alliance (turquie/russie/chine) est plus pragmatique que jamais et il semblerai que les russes vont mettre les moyens pour s’accaparer cette zone et il est normal que les turcs se tournent vers elle. De plus économiquement, il n’y a pas de trop grande disparité entre ces pays avec une convergence d’intérêt (énergétique), ce qui permet d’avoir une relation plus cordiale.

    Dommage pour nous....la seule donne enygmatique et celle d’Obama, et je n’ai pas d’info sur la question, hormis le fait qu’ils partent d’Irak.

    Vous savez yannick concernant l’histoire, il y a deux sortes de personne l’une pense que l’histoire passé permet de comprendre l’avenir et il y a les autres qui créaient une nouvelle histoire qui n’a jamais eu lieu.

    Cordialement

    Erdal


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 15 décembre 2008 14:36

      @Erdar

      Bonjour,

      Il semblerait surtout que ce sont les autorités Turques qui fassent des oeillades à destination de leurs homologues Russes. De ce point de vue, les Russes ne font que répondre, avec entrain, à ces signaux favorables.

      Message qui ne trompe pas : la Commission Européenne s’est dite déçue par Ankara quant à son manque d’enthousiasme pour prolonger les réformes en vue d’une adhésion à l’UE. Il semblerait que le ressort soit cassé. J’ajouterai que les Etats-Unis ont froissé durablement leur allié Turc en favorisant la création d’un Kurdistan Irakien, ce qui a amené l’armée Turque à franchir à quelques reprises la frontière en menant des opérations limitées, au grand désarroi Américain. Tout concorde pour attester qu’un refroidissement est perceptible dans les relations turco-occidentales.

      Autre changement notable : la timide (mais réelle) main tendue vers l’Arménie avec le déplacement historique d’Abdullah Gül à Erevan puis la venue du ministre des affaires étrangères Arménien, Edouard Nalbandian, à Istanbul dans la foulée.

      Les responsables Turcs font preuve d’une activité diplomatique renforcée depuis quelques mois, et je doute foncièrement que cela soit de la pure gesticulade de salon...

      Cordialement


    • Gazi BORAT 15 décembre 2008 15:03

      @ Yannick Harrel

      Je reste étonné d’un rapprochement turco-russe. La Turquie s’est toujours considérée comme étant sous la menace de l’Empire russe, puis de L’Union Soviétique avec des hauts et des bas, mais toujours une certaine méfiance..

      Avec cette dernière, s’était établie durant la Guerre Froide une sorte de co-existence pacifique avec rampes de missiles Jupiter (retirés suite à l’affaire de Cuba - fait souvent oublié) et sentiments plus froids que dans les années trente, quand la jeune URSS livra à la jeune république kémaliste ses premiers tracteurs pour la région d’Adana..

      Mais pourquoi pas ?

      La France n’a-t-elle pas fait la paix avec ses deux "ennemis héréditaires" ?

      gAZi bORAt


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 15 décembre 2008 15:11

      @Gazi Borat

      Bonjour,

      Votre étonnement est partagé croyez-le bien. Toutefois les signes se multiplient et les échanges diplomatiques de même. Je pense que tout procède d’une volonté cohérente. Ankara a saisi que si elle ne pouvait se tourner vers l’ouest, il lui fallait alors trouver d’autres partenaires, au nord et à l’est.

      Cordialement


    • ASINUS 15 décembre 2008 11:57

      bonjour , sujet interréssant le desenchantement turque aurait il un lien avec le fait que les usa aient
      laissé les kurdes installer un "homeland" viable geographiquement et militairement en IRAK ?


      • docdory docdory 15 décembre 2008 12:28

         @ Yannick Harrel

        Il est infiniment plus logique et plus souhaitable , et pour la Turquie , et pour l’Europe , que la Turquie , plutôt que de tenter une impossible intégration dans l’union européenne , organise , avec les états turcophones d’Asie centrale ( Azerbaïdjan Ouzbekistan , Turkménistan etc ... ) une union politique et économique .
         En effet , tous ces pays ont plusieurs points communs :

        - des langues très proches les unes des autres

        - un niveau économique équivalent

        - une civilisation proche de type islamique " semi-modérée "

        - des gouvernements peu démocratiques que l’on pourrait qualifier de républiques autoritaires ,

        - un niveau de développement économique plus ou moins équivalent .

        - et enfin d’être situés dans le même espace géographique : l’Asie !

        La Turquie a donc tout intérêt à fonder une union d’Asie centrale et occidentale , dans laquelle elle aura toute sa place , plutôt que dans l’UE , où elle est refusée par la majorité écrasante des habitants de l’Europe


        • Gazi BORAT 15 décembre 2008 13:25

          @ DOCDORY

          Qu’est-ce que c’est, au juste, une "civilisation islamique modérée" ?

          Une catégorie tirée d’une classification huntingtonienne ?

          Il y aurait donc, en face, des civilisations "chrétiennes radicales", "bouddhistes extrèmes" et autres fantaisies du même genre ?

          gAZi bORAt


        • docdory docdory 15 décembre 2008 17:01

           @ Gazy Borat

          Une civilisation religieuse extrémiste est une civilisation religieuse dans laquelle la moindre déviation de l’individu par rapport à la doctrine religieuse officielle lui causera un préjudice extrême ( exécution , lourdes peines de prisons , tortures ) ou dans laquelle des mutilations graves sont prescrites au nom de la religion ( excisions des femmes , amputation de la main des voleurs etc... )

          Exemples de civilisations religieuses extrémistes : la civilisation catholique du temps de l’inquisition , la civilisation musulmane en Arabie Saoudite , Iran , Afghanistan , Indonésie ( 95% des filles excisées ! ) Soudan , etc ...

          Une civilisation religieuse " modérée " ( j’utilise les guillemets car évidemment c’est un concept très relatif de "modération" ) est une civilisation théocratique dans laquelle il existe le plus souvent une religion d’état , et dans laquelle les citoyens n’appartenant pas à cette religion sont soumis à diverses vexations plus ou moins graves : impôts supplémentaires ,impossibilité d’être fonctionnaire , divorce interdit , code familial désavantageux pour les femmes , IVG interdite même en cas de danger pour la santé de la mère ou de malformations graves de l’enfant à naître , contraception interdite . ( vous comprendrez que j’utilise le mot " modérée " dans un sens ironique ) . Parfois , cette modération , comme aux USA , se contente d’être une certaine forme de mépris semi-officiel pour les athées . Les USA n’ont pas officiellement de religion d’état , mais dieu est mentionné sur les pièces de monnaie , et l’on doit y jurer sur la bible . En ce sens , les civilisations islamiques turques et l’islam d’Asie centrale sont plus " modérées " que celles des pays arabes ou de l’Indonésie : après tout , on peut boire du raki en Turquie , et les voleurs n’y sont pas amputés ! 
           Il existe des civilisation chrétiennes dites ironiquement " modérées " : USA , Pologne , Irlande .


        • Gazi BORAT 16 décembre 2008 07:41

          @ DOCDORY

          Nous sommes donc bien dans une classification tirée des thèses huntingtoniennes.

          Et dans un flou total : qu’est-ce donc que vous définiriez comme une civilisation ? Nous sommes ici dans un flou total. L’accession au pouvoir d’un gouvernement ou d’un parti à discours religieux vous ferait ainsi basculer de catégorie de "modéré" à "extrémiste".

          L’accession au pouvoir d’un parti à discours laïciste vous ferait sortir d’une catégorie religieuse..

          Totalement fumeux...

          ...et paradoxal dans ce fil que l’un des fondateurs de cette théorie du "choc des civilisations", l’islamologue Bernard Lewis est justement un négateur du génocide arménien.. et dont les thèses viennent au secours d’un adversaire acharné de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.

          http://www.monde-diplomatique.fr/2004/09/GRESH/11390

          Sur ce personnage, on a notamment écrit :

          "Comme Janus, le dieu romain, Bernard Lewis a deux visages.

          Universitaire britannique installé aux Etats-Unis en 1974, spécialiste reconnu de la Turquie, il a publié d’innombrables ouvrages sur le monde musulman.
          D’autre part, il est un intellectuel engagé depuis très longtemps dans le combat politique. Il s’est distingué par son soutien sans faille à la politique israélienne, par les mille excuses qu’il a trouvées aux généraux turcs au temps où ils monopolisaient le pouvoir à Ankara, par sa négation du génocide arménien – pour laquelle il a été condamné en France.

          Depuis l’accession de M. George W. Bush à la présidence des Etats-Unis,Bernard Lewis est devenu un conseiller écouté, proche des néoconservateurs, notamment de M. Paul Wolfovitz.
          Celui-ci, alors qu’il était secrétaire d’Etat adjoint à la défense, lui rendait un vibrant hommage lors d’une cérémonie tenue en son honneur à Tel-Aviv, en mars 2002 : « Bernard Lewis nous a appris à comprendre l’histoire complexe et importante du Moyen-Orient et à l’utiliser pour nous guider vers la prochaine étape afin de construire un monde meilleur pour les prochaines générations  »

          http://www.monde-diplomatique.fr/2005/08/GRESH/12402

          Ces théories (récentes), n’ont pour but que de définir un monde d’après la chute du bloc soviétique, et de servir de justification à des opérations militaires américaines dans le futur, leur donnant ainsi une allure plus convenable de "croisades".

          Ces théories depuis ont débordé de leur cadre et, notamment en France, sont reprises régulièrement par des mouvances d’extrème droite de toutes formes..

          gAZi bORAt


        • zelectron zelectron 15 décembre 2008 12:40

          Intéresant point de vue, mais ne pas oublier les liens avec l’Allemagne 39/45, communauté turque en Allemagne, courant d’affaire actuel imortant, membre de l’OTAN, allié des USA, les débouchés Turques sont plutôt Européens que Russes...


          • Gazi BORAT 15 décembre 2008 13:29

            Les liens avec l’Allemagne en 39-45 ?

            Vous confondez avec le premier conflit mondial où l’Emprie Ottoman était allié aux empires centraux.

            La Turquie fut neutre durant le second conflit mondial, accueillit des réfugiés juifs en plus grand nombre que la Suisse et conserva au prix de privations son autonomie politique...

            L’URSS privée du pétrole de Bakou par des armées de l’axe transitant par le territoire turc aurait été en très fâcheuse posture..

            gAZi bORAt


          • JONAS Virgule 15 décembre 2008 12:50

            @ L’Auteur :

            Votre logo reflète déjà un état d’esprit : L’étoile du Berger, symbole de la Chrétienté prise en tenaille par le croissant Islamique… !

            Votre article repose sur la peur ! Peur de voir la Russie s’allier avec la Turquie. La Russie peut se permettre de le faire, c’est une puissance unie n’est pas divisé comme le Machin Européen.

            Ses citoyens sont patriotes et courageux ! Alors que les Européens sont des poltrons avec leurs nouvelles devises : " On n’y peut rien ! " et " On a qu’une seule vie, il faut en profiter ! ".

            La preuve, la politique internationale de ce Machin !

            Nous sommes intervenus avec les USA pour " libérer " le Kosovo Serbe, envahi par les Albanais, avec les USA… ! Seuls, nous n’aurions rien fait.

            Nous indignons de l’intervention Russe Géorgie ! Mais nous ne risquerions pas d’intervenir ! On ne fait pas joujou avec les Russes et leurs déterminations.

            Bien que la Grèce fasse partie de l’UE, nous TOLÉRONS que la Turquie occupe depuis 1974 la partie Nord de l’île de Chypre Grecque, et proclame la république Turque de Chypre du Nord en 1983, bof ! Bien sûr nous n’avons pas reconnu cette république, mais nous avons fait allégeance.

            De plus : La Turquie ne reconnaît pas l’ensemble des pays de la zone euro mais voudrait pourtant y adhérer ! Ce qu’elle a manifesté en 2004.

            Et bientôt, on va nous fourguer ce pays Musulman dans l’Europe, alors que géographiquement elle fait partie de l’Asie !

            Il serait donc permis à un futur pays européen qui a indexé une partie d’une île de ses membres, de rejoindre notre Machin ? !

            Ce Machin qui autorise la pratique de cette religion Musulmane sur son sol et la construction de mosquées.

            C’est oublier que cette religion, n’est pas qu’une religion ! C’est une LOI ! La loi Coranique ! Et qu’en exceptant l’une, nous ne pouvons ignorer l’autre !

            Il ne saurait exister dans un pays 2 lois en France et en Europe.

            D’ailleurs, un premier Ministre Turc l’a verbalement manifesté, en disant :

            Nos mosquées sont nos casernes, leurs coupoles nos boucliers,

            Leurs minarets nos épées…..

            Dans ces conditions, les citoyens et nos Gouvernants, font preuves d’une naïveté criminelle, pour eux et surtout pour leurs enfants.

            Il ne s’agit plus de religion, mais d’ingérence dans le Droit Français et Européen, nous le voyons régulièrement.

            Alors ! Vite allions-nous la Turquie ! C’est vrai que lorsqu’on n’a les chocottes ! On préfère avoir un Grand Frère…Mais lorsqu’il sera dans la maison, il pourrait bien faire la loi, pour tous les autres…. !

            Je ne discrimine pas, je constate et j’informe.  smiley

            Bonne journée.

             


            • Gazi BORAT 15 décembre 2008 13:39

              @ VIRGULE

              • "Ce Machin qui autorise la pratique de cette religion Musulmane sur son sol "

              L’union Européenne devrait donc interdire la pratique sur son sol de l’Islam ?

              Votre vision du monde ne daterait-elle pas d’avant l’Edit de Nantes ?

              gAZi bORAt

            • Gül, le Retour II 15 décembre 2008 13:43

              Et bien vous informez mal, Virgule !!!

              Votre étoile du berger engoncée dans le croissant "islamique" (Haaaaaa ! Quelle horreur !!!), n’est autre que le drapeau turc...

              Quant à la loi coranique, jusqu’à preuve du contraire elle n’est pas appliquée en Turquie, qui est une république laïque, je vous le rappelle.....ou alors il y a eut de furieux changements durant la nuit dernière !!!

              VOUS avez la trouille, celle de ceux qui ignorent...

               smiley


            • Gazi BORAT 15 décembre 2008 14:23

              @ GüL

              • le croissant "islamique" (Haaaaaa ! Quelle horreur !!!),
              En plus, ce symbole terrifiant est en vente libre chez les boulangers de l’Union Européenne.. et consommé quotidiennement par des millions d’Européens..

              gAZi bORAt

            • Gül, le Retour II 15 décembre 2008 14:28

              Bonjour Gazi,

              C’est dingue comme on nous manipule.... ! smiley

              Avec de la viande et plein de bonnes choses dedans c’est pas mal aussi, non ? smiley

              Virgule, je vous dis en secret, ça s’appelle un börek (ça va vos oreilles ?), et c’est très très bon ! smiley


            • Gazi BORAT 15 décembre 2008 14:55

              @ GÛl

              Personnellement, j’adore les çörek (petits pains fourrées d’un petit moceau de fromage et d’une feuille d’épinard) et les poğaça börek..

              Ces derniers m’ont longtemps posé des problèmes en Turquie car je ne prononçais pas distinctement leur nom qui devenait, chez moi, "parça börek".

              Ce qui fait que j’obtenais régulièrement du serveur une assiette de böreks en morceaux, saupoudrés de sucre glace.. Très bon au demeurant !


              "Börek" mot d’origine arménienne .. est entré ensuite dans le vocabulaire d’Afrique du Nord sous la forme "Brik". L’Afrique du Nord ignorait avant cela l’usage de la pâte feuilletée et utilisait des crèpes de semoule fine..

              AfiYet olsun !

              gAZi bORAt


            • JONAS Virgule 15 décembre 2008 15:53

              @ Gül :

              " Votre étoile du berger engoncée dans le croissant "islamique" Haaaaaa ! Quelle horreur !!!), n’est autre que le drapeau turc... ".

              Mais je m’adressais à l’Auteur, sous entendu le choix du logo, pas assez explicite peut-être ? Mais la haine de cette nation pour l’Occident depuis des siècles, n’est pas étrangère à son drapeau.

              " Quant à la loi coranique, jusqu’à preuve du contraire elle n’est pas appliquée en Turquie, qui est une république laïque, je vous le rappelle.....ou alors il y a eu de furieux changements durant la nuit dernière !!! ".

              Le pseudo-maintien de cette démocratie, repose sur le pouvoir de l’Armée, comme au Pakistan !

              Comme dit le proverbe : " Chassez le naturel, il revient au galop ! ".

              Des démocraties qui reposent sur des forces Armées, ne sont que des démocraties bidons ou des républiques bananières et une fois dans l’Europe, c’est vous et Gazi Borat, qui irez maintenir l’ordre dans ce pays ?

              Arrêtez de dire des stupidités par idéologie, vous allez vous ridiculiser.  smiley

              @ +

               

               


            • docdory docdory 15 décembre 2008 19:10

               @ Gazi Borat 

              Le croissant est une viennoiserie ( de ce fait inventée à Vienne en Autriche ) . Son invention a été faite en célébration contre une victoire décisive de l’empire austro-hongrois contre la Turquie , victoire ayant évité à un grand nombre d’austro-hongrois de se retrouver sous la férule sanguinaire de la " religion RATP " ( je ne me rappelle plus quelle victoire ). La forme de croissant , inspirée directement du croissant islamique signifie en quelque sorte : " on les a bouffés ! "


            • Gazi BORAT 16 décembre 2008 07:50

              @ DOCDORY

              Religion RATP...

              Un joyeux détournement d’une campagne des transports publics visant les Musulmans dans leur ensemble et circulant sur les sites de mouvements racistes et de partisans de solutions non-démocratiques.

              Je n’ose imaginer le tollé qu’aurait provoqué le logo représentant une ribambelle de barbus se tenant par la main s’il avait choisi comme cibles des rabbins à papillottes...

              C’est une caricature et celle-ci est donc libre. Mais on est aussi libre de ne pas rire.

              Exerçons ainsi notre droit à ne pas rire de ces caricatures lorsque celles-ci ont pour arrière-plan la haine, qu’elle soit celle d’une catégorie religieuse ou raciale..

              PS : Pour l’information des Agoravoxiens, merci de mettre en lien sur le petit dessin en question..

              gAZi bORAt


            • Jason Jason 15 décembre 2008 13:11

              Bonjour,

              La politique du "tout ou rien", soit dans l’Europe, soit en dehors, me semble une erreur. Rien n’empêche un ou des pays d’avoir autant de traités que les parties le souhaitent, et sur tous les sujets. Cette polarisation qui semble bénéficier d’un regain d’intérêt est des plus malsaines.

              De toutes façons, à voir comment l’Europe fonctionne, avec ou sans la Turquie, tout cela me semble un sujet assez futile. Reste à savoir quels intérêts financiers, ou militaires sont cachés derrière cette polarisation. Y aurait-il un mélange malsain de politique et d’intérêts de multinationales ?


              • Iren-Nao 22 décembre 2008 02:44

                @ Jason

                Bien d’accord avec vous Jason, et on ne manque pas d’accords deja en cours, ce qui est tres bien.

                Personnellement je ne hais pas la Turquie, pourquoi lui vouloir du mal en faisant partie de ce merdier europeen ?

                Tchao

                Iren-Nao


              • ASINUS 15 décembre 2008 14:08

                personnellement comme laique j aimerais assez avoiren france a l instar de la turquie une armée contitutionnellement garante de la laicité , a mon sens voila une donnée moderne elle date pourtant.


                • Gazi BORAT 15 décembre 2008 14:17

                  @ ASINUS

                  • une armée conStitutionnellement garante de la laicité
                     
                  C’’est pourtant un reproche qui est fait à la Turquie par les Libéraux européens, une armée ne pouvant avoir de rôle politique. Ces mêmes libéraux oubliant que les Etats Unis, de tradition libérale, ont un lobby militaro industriel, dénoncé de longue date par un des présidents (cf discours d’adieux d’Eisenhower) comme acteur majeur de leur vie politique.

                  Cette position de l’armée turque relève d’un modèle bien européen, celui de la Prusse.. Le parti actuellement au pouvoir serait heureux que cet étau militaire soit quelque peu désserré.. grâce à l’entrée dans l’Europe !

                  gAZi bORAt

                • Gazi BORAT 15 décembre 2008 14:09

                  A titre personnel, je n’ai jamais été partisan de l’Union Européenne, ai voté non aux différents référendums sur la question mais, force m’est de constater que, chez les adversaires de l’entrée de la Turquie dans l’Europe, la polémique tient plus du rejet viscéral que de la réflexion posée...

                  L’article de l’auteur présente le mérite de poser la problématique sous des angles économiques et géostratégiques plus rationnels que les habituels couplets tenant de la guerre de religion que l’on entend habituellement.

                  gAZi bORAt


                  • JONAS Virgule 15 décembre 2008 15:35

                    @ Gazi Borat :

                    Je ne sais pas à quelle couche de la société vous appartenez, mais il semblerait que le pognon soit le moteur de vos raisonnements. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

                    À toutes les personnes qui veulent indexer la France à d’autres pays, je leur dis cassez-vous, nous n’avons pas besoin de vous.

                    Il vaut mieux avoir des amis que des faux frères. smiley

                    @ +


                  • JONAS Virgule 15 décembre 2008 15:10

                    @ Gül, Gazi Borat et compagnie :

                    Pas un mot de votre part sur l’occupation de l’île de Chypre dont la Turquie s’est emparée, comme les Libanais se sont emparés du Kosovo avec nôtre complicité.

                    Fort en parole mes pleutres en actes !

                    Le jour où la réciprocité jouera pleinement avec les pays Musulmans, je réviserais mon opinion ! Pour l’instant, on construit des mosquées en Europe, mais aucunes églises dans les territoires Musulmans, pourtant ils y a des pratiquants Chrétiens. Le jour ou l’on verra une Cathédrale depuis La Mecque, comme on peut voir une mosquée de puis le Vatican, nous en reparlerons.

                    Oui, je suis contre la pratique du culte Musulman en Europe, comme ils sont eux contre la pratique des cultes Chrétiens sur leurs sols.

                    D’autant plus que : Ce culte est indissociable de la LOI CORANIQUE !

                    Vous ne pouvez pas appliquer la laïcité vis-à-vis de ces gens-là, auxquels vous autoriser l’exercice de leur Culte, à l’exclusion de ses manifestations.

                    C’est un peu comme interdire aux Chrétiens de célébrer la Pâques !

                    Vous m’accusez de manipulation, c’est vous les manipulateurs jésuites ! Vous faites de la restriction mentale en bon Socialos comme " Mite Rangs ", nous en voyons les résultats aujourd’hui.

                    Si les USA sont pour l’entrée de la Turquie en Europe, c’est pour nous affaiblir ! Voire, nous faire imploser, Ils sont plus intelligents que vous. La Turquie une république démocratique ! Il y a de quoi se pisser dessus ! Le père Noël va passer, soyer sage les enfants.

                    Une fois dans la Place (Européenne), ce Grand frère fera la loi, face à des péteux comme vous ! Ce n’est pas pour moi que je m’exprime, la mort est ma compagne fidèle depuis des décennies, c’est pour mes enfants.

                    Je ne tiens pas qu’ils soient les victimes innocentes de votre bêtise.

                    Mon père s’est battu pour ma liberté, je me battrais même contre des Français, comme il l’a fait en bon terroriste, contre les collabos.  smiley

                    Qu’on se le dise !

                     

                     

                     


                    • Gazi BORAT 15 décembre 2008 15:24

                      @ VIRGULE

                      A propos de l’affaire de Chypre :

                      En 1974 se trouvait à la tête de Chypre un archevèque orthodoxe, Mgr Makarios. Dans la logique de ces petits pays qui s’inscrivaient dans le "non alignement", Mgr Makarios avait commencé des pourparlers de rapprochement avec l’URSS.

                      En Grêce se trouvait alors au pouvoir une junte militaire particulièrement féroce et nationaliste, passée à la postérité sous le nom de "dictature des colonels". Ces colonels commencèrent à prononcer des discours appelant à l’ENOSIS (traduction grecque d’Anschluss), c’est à dire l’annexion de l’île par la Grêce.

                      Des troubles éclatèrent, des intimidations de la population majoritairement turque de l’ïle eurent lieu, par des nervis fascistes locaux à la solde du gouvernement grec. De son côté, l’armée grecque préparait son débarquement.

                      Le gouvernement de Bülent Ecevit lança l’opération "Atila", occupa la partie nord de l’ïle qui devint la république fantoche que nous connaissons... La Turquie et la Grêce étant deux membres importants que les USA désiraient garder dans son giron, la situation s’enlisa dans le statu-quo que nous connaissons encore aujourd’hui.

                      La situation pourrait se rêgler si la Grêce acceptait en contrepartie de cêder à la Turquie les quelques îlots stratégiquement positionnés à quelques milles des côtes turques et qui constituent aussi un litige entre les deux pays.

                      Chypre a effectivement vocation à se réunifier mais charger outrageusement la Turquie en cette affaire n’est pas historiquement correct.

                      gAZi bORAt


                    • Gül, le Retour II 15 décembre 2008 15:27

                      Virgule,

                      Vous devriez vous calmer. L’énervement vous fait écrire de grosses bêtises.

                      Les albanais, pas les libanais, eux c’est plutôt l’inverse...

                      Ensuite, la Turquie est une République laïque, que cela vous plaise ou non, et l’armée turque est garante (et pas qu’un peu, croyez-moi !) du respect de cette laïcité. Et la charia n’y est aucunement appliquée, ni même applicable !

                      Vous êtes contre la pratique du culte musulman en Europe, rien que ça !!! Même chose pour la pratique, du judaïsme, du boudhisme, ...etc ? Ou êtes-vous bien comme vous le laissez paraître un intolérant primaire doublé d’un raciste aux réactions épidermiques ?

                      Ce n’était pas vous qui étiez accusé de manipulation, mais les boulangeries-patisseries !!!! smiley Et c’est de l’humour, il faut se détendre.

                      Enfin, de quelle manière exactement voyez-vous les turcs ? Un gros balèze avec moustache déferlant au grand galop sur sa fière monture, cimeterre entre les dents, grognant et vociférant, prêt à tout piller sur son passage ? smiley

                      Si vous connaissiez un tant soit peu cette culture vous verriez que nous partageons bien plus de solides valeurs que vous ne l’imaginez !


                    • JONAS Virgule 15 décembre 2008 15:58

                      @ Gül : Réponse n° 1

                      " Votre étoile du berger engoncée dans le croissant "islamique" Haaaaaa ! Quelle horreur !!!), n’est autre que le drapeau turc... ".

                      Mais je m’adressais à l’Auteur, sous entendu le choix du logo, pas assez explicite peut-être ? Mais la haine de cette nation pour l’Occident depuis des siècles, n’est pas étrangère à son drapeau.

                      " Quant à la loi coranique, jusqu’à preuve du contraire elle n’est pas appliquée en Turquie, qui est une république laïque, je vous le rappelle.....ou alors il y a eu de furieux changements durant la nuit dernière !!! ".

                      Le pseudo-maintien de cette démocratie, repose sur le pouvoir de l’Armée, comme au Pakistan !

                      Comme dit le proverbe : " Chassez le naturel, il revient au galop ! ".

                      Des démocraties qui reposent sur des forces Armées, ne sont que des démocraties bidons ou des républiques bananières et une fois dans l’Europe, c’est vous et Gazi Borat, qui irez maintenir l’ordre dans ce pays ?

                      Arrêtez de dire des stupidités par idéologie, vous allez vous ridiculiser. smiley

                      @ +

                       

                       


                    • Gül, le Retour II 15 décembre 2008 16:04

                      Heu...Virgule, c’est moi qui dis des stupidités par idéologie !??? smiley

                      Vous plaisantez !


                    • Olga Olga 15 décembre 2008 16:15

                       Gül,
                      La virgule flotte souvent mais plaisante rarement... ( d’après la norme IEEE 754 ) smiley


                    • Gül, le Retour II 15 décembre 2008 16:20

                      Olga,

                      J’ai toujours détesté les mathématiques....

                       smiley


                    • JONAS Virgule 15 décembre 2008 16:29

                      @ Gül : Réponse n° 2.

                      Dans la famille nous avons l’exemple du courage des Français mon père et moi, et d’avantage que mon grand-père en 1914 !

                      Personnellement, je l’ai vécu dans toute sa splendeur… ! Courage fuyons ! On a qu’une seule vie, il faut en profiter, on n’y peut rien ! Etc.

                      C’est justement à cause du courage des Turcs, qui est légendaire, que je m’inquiète de voir un nombre important de personnes naïves comme vous, donner un caractère banal à cette association souhaitée !

                      Lorsqu’on prend un protecteur ou un allié, il faut être de taille à le contenir et le maîtriser, sous peine de se retrouver sous sa coupe. En tant que femme, vous devriez facilement me comprendre.

                      C’est malheureusement, ce que vous nous proposez, prendre un Grand Frère, pour nous protéger, ou nous garantir de nos adversaires, qui ne sont pas encore nos ennemis.

                      Chaque jour, de la partie Nord de l’île de Chypre, à celle Sud Grecque, il passe des centaines d’immigrés, venu des pays du Moyen-Orient et que les Turcs refusent de reprendre. C’est la porte ouverte à une immigration massive en Europe des Musulmans.

                      Votre argument de racisme est grotesque ! Les cultes n’ont rien à voir avec le racisme ! La religion Musulmane est une exception ! Pour les Juifs et la majorité des religions, elles ne représentent pas une LOI !

                      Essayer d’avoir le dernier mot en disant des contre vérités, c’est possible avec des personnes peu cultivées, mais pas avec moi.

                      Mon sang-froid, je ne l’ai jamais perdu pendant ma carrière, ce n’est pas vous qui me le ferez perdre…  smiley

                      Cordialement.


                    • JONAS Virgule 15 décembre 2008 16:40

                      @ Olga :

                      Merci !

                      Démonstration de l’importance de la virgule :

                      L’instituteur a dit le curé, est un imbécile ! (C’est le curé qui a traité l’instit d’imbécile).

                      Sans changer un mot et en faisant flotter la virgule… :

                      L’instituteur a dit, le curé est un imbécile ! (C’est le curé l’imbécile).

                      Bien à vous.  smiley

                       


                    • Olga Olga 15 décembre 2008 16:53

                       Gül,
                      Moi, ce sont les mathématiques qui me détestent. (mais je crois que ça revient au même...) smiley


                    • Proudhon Proudhon 15 décembre 2008 18:21

                      @virgule

                      Vos diatribes sur laTurquie me font penser à une émission documentaire sur ce pays ou la fille, animatrice de l’émission s’étonnait quand un turc, expliquant les différents mets et autres curiosités de son pays se retrouve avce des aùis au bord d’un fleuve pour pécher et où est installé dans une espèce de gargotte, à demeure un gars qui fait cuire à la bonne franquette des mets divers et variés.

                      L’animatrice a la même pensée que moi durant la vision de l’émission. Elle le dit au turc, en France ou en Europe, ce serait interdit ce genre de truc. Le turc rétorque que c’est bien pour celà qu’il est contre l’entrée de la turquie dans ’Europe.

                      Quand on creuse un peu les choses, on s’aperçoit vite qu’en Europe et en Occident, nous ne sommes plus en liberté depuis belle lurette. Les turcs sont bien plus libres que nous, ne vous en déplaise. Ils suffit d’ailleurs de poser la question à ceux qui sont parti plus d’une fois en voyage dans ce beau pays.

                      Les européens sont comme les américains, ils se croient en démocratie mais sont dans une dictature ploutocratique de la pire espèce.

                      On ne peut pas faire un pas dans la rue sans être contrôlé, verbalisé, vilipendé, matraqué, maltraité, il est interdit de faire ci, interdit de faire ça, pas le droit de ci, pas le droit de ça !!!

                      Et le pire dans l’histoire, cest que les gens ne s’en apercoivent même plus !


                    • Cascabel Cascabel 15 décembre 2008 19:36

                      @ Proudhon

                      Allez avec des clandestins occuper une mosquée en Turquie, sifflez leur hymne national, défilez dans les rues d’Istanbul en criant "nous sommes tous des Arméniens !" et ensuite donnez-nous des nouvelles sur la suite des évènements.
                       smiley

                      Un rappel avant de vous lancer : sachez qu’en Turquie la torture n’est pas illégale.
                      http://nantes.indymedia.org/article/15129
                      Sachez surtout que diplomatiquement parlant vous ne pourrez pas comptez beaucoup sur la France pour vous sortir d’un mauvais pas. Notre gouvernement n’ayant plus de projet national et notre peuple plus beaucoup de solidarité il vous restera votre seule famille et vos yeux pour pleurer en cas de coup dur. On accueille les FARC mais on abandonne les Français dans les prisons du monde (sauf si ils font partie des castes au pouvoir, là l’ Etat français ne compte pas à la dépense).

                      En conclusion, si vous partez un jour en Turquie, contentez-vous d’y passer de paisibles vacances, respectez à la lettre leurs lois, fuyez les problèmes et oubliez un temps toute revendication "démocratique". D’ailleurs ce qui vaut pour la Turquie vaut pour presque tous les pays du monde.


                    • JONAS Virgule 15 décembre 2008 22:58

                      Vous avez sûrement raison ! Il vaudrait mieux avoir chez nous une Armée prête à tirer sur des personnes comme vous, qui ne partagez pas le système. smiley

                      Car en fait, la République démocratique Turque repose comme le Pakistan sur son Armée…Introduisez la dans l’Europe, nos Droits de l’homme en bandoulière aidant, le régime militaire s’effondre et la loi Coranique s’imposera naturellement et de droit.

                      Vous êtes fantaisiste Monsieur ! Et pas aussi innocent que vous voudriez nous le

                      faire croire.

                      @ ---


                    • Gazi BORAT 16 décembre 2008 08:02

                      @ CASCABEL

                      Défiler dans la rue en scandant : nous sommes tous des Arméniens !", cela a été fait à Istanbul après l’assassinat d’Hrant Dink, par 300 000 personnes.

                      La répression par les forces de l’ordre turques avait été, ce jour là, moins violente que celle d’une manifestation anti-CPE dans notre hexagone..

                      L’occupation de mosquées à des fins politiques et de rapport de forces face à un gouvernement contesté, cela s’est fait, y compris à La Mecque..

                      Et, comme partout en ces cas là, les forces de l’ordre du gouvernement en place interviennent... A noter que l’évacuation de L Mecque, particulièrement sanglante, vit participer une équipe du Capitaine Barril..

                      gAZi bORAt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès