Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > La Syrie et le rapport du MIT

La Syrie et le rapport du MIT

Laurent Fabius a réagi avec morgue à une question posée de manière impertinente, il est vrai, par un journaliste de l'Agence Info Libre lors des mardis de l'ESSEC. (1)

Il est rare d'entendre autant de mensonges et de contrevérités en si peu de secondes et de voir ensuite cette réponse applaudie par l'assemblée. S'agit-il de basse flagornerie devant un ministre pourtant peu compétent en matières internationales (2) ou s'agit-il plutôt d'un manque de conscience des étudiants présents ? Peu importe, une impression de malaise ressort de la vue de ce document mis en ligne et une mise au point est, me semble-t-il, nécessaire pour rétablir la vérité.

Un retour sur l'attaque au gaz toxique du 21/08/2013.

Plusieurs roquettes chargées de gaz toxique s'abattent le 21 août, à partir de 2 h 30 du matin, sur la Ghouta orientale qui est tenue par les rebelles syriens. Les gaz font plusieurs centaines de victimes civiles, peut-être plus d'un millier. (3) Des photos, des vidéos et des témoignages sont publiés le jour même sur Internet et suscitent l'indignation dans le monde entier. (4 )

Pour la plupart des observateurs, la responsabilité de l'Armée de Bachar al Assad ne fait aucun doute. Elle serait la seule à posséder ce type d'armes alors que l'autre camp n'a ni la capacité d'en fabriquer, ni celle d'en acquérir.

Les médias occidentaux ne tardent pas à rappeler que Bachar al Assad a franchi la ligne rouge qui avait été tracée par Barack Obama et qu'une intervention militaire est dorénavant plus que probable.

Vladimir Poutine et beaucoup d'analystes plus prudents se montrent sceptiques quant-à la responsabilité de Bachar al Assad dans cette attaque. Ils ne voient pas quel avantage tactique Bachar al Assad pourrait tirer d'un massacre de civils et ils constatent que le résultat stratégique est catastrophique. Le président syrien aurait dû être le dernier des idiots pour commettre une telle faute.

Des analyses plus approfondies font apparaître un certain nombre d'anomalies dans les images diffusées. L'uniformité de l'âge des enfants, leurs mines sereines et l’absence de leurs mères semblent suspects à certains qui soupçonnent déjà une mise en scène mais sans vraiment convaincre la majorité des commentateurs.

 

Les réactions politiques.

Barack Obama condamne mais semble hésitant à faire intervenir ses militaires. La France, suivie par le Royaume-Unis, prend la première initiative en contactant le président des États-Unis pour l'assurer du soutien de son armée en cas d'intervention sur le modèle libyen.

Le mot « punir » est imprudemment lancé (5) et la machine de guerre se met en branle.

Les populations des trois pays concernés s'opposent massivement à cette opération et le premier à renoncer est David Cameron pour le Royaume-Uni. Il n'a pas obtenu l'accord de la Chambre.

Barack Obama, sous la menace d'une procédure de destitution en cas d'entrée en guerre sans l'accord du Congrès, est finalement obligé de le demander sans être sûr que le vote sera en sa faveur, c'était même plutôt l'inverse qui était le plus probable.

La France reste alors seule, affreusement seule, avec tous les regards du monde braqués sur elle. Peu de gens en France, et surtout pas les médias, se demandèrent comment ce pays pouvait entrer en guerre sans résolution des Nations Unies et sans même une autorisation de son propre parlement. Est-ce une anomalie française qu'un homme seul, fût-il Président de la République, puisse décider de l'entrée en guerre de la France contre un pays qui ne l'a même pas menacé. C'est assez angoissant et en tout cas, je pose la question.

 

Le coup de maître de Vladimir Poutine.

Il se résume en une phrase : enlever l'objet du litige de la scène de combat.

Bachar al Assad renonce à son arsenal chimique qui lui était de toute façon inutile dans le cadre de la guerre en cours et, de ce fait, il ne pourra plus être accusé de l'utiliser. C'était le coup que personne n'attendait mais qui avait sans doute été préparé avec Barack Obama lors du G20 de Saint-Pétersbourg.

Cette initiative mit fin aux préparatifs de guerre et permit aux États-Unis de ne pas perdre la face.

 

Les semaines et les mois suivants.

Dès le départ, aucune preuve irréfutable ne fut avancée, ni par un camp, ni par l'autre.

Les enregistrements présentés par l'Administration étasunienne proviennent de l'écoute des communications syriennes et ne sont certainement pas fiables. Sans compter toutes les manipulations possibles pour justifier une entrée en guerre, les exemples historiques sont nombreux : guerre du Vietnam (6), guerre du Kosovo (7), guerre d'Irak (8) etc.

Les cartes des impacts prises par les satellites étasuniens ne sont pas déclassifiées. Elles sont cependant une des preuves essentielles de l'accusation contre le régime syrien.

Vladimir Poutine signe un article dans le New York Times le 11 septembre.

Les inspecteurs de l'OIAC confirment que c'est bien des agents chimiques qui sont responsables des morts du 21 août mais il leur est interdit de chercher d'où provenaient les tirs.

On se rappelle aussi que Carla del Ponte avait accusé les rebelles d'avoir utilisé des gaz neurotoxiques dans les environs d'Alep au printemps 2013 (9).

Pierre Piccinin, libéré en septembre après une éprouvante captivité, affirme que les rebelles sont responsables du massacre suite à une conversation entendue par hasard (10).

Il y a des témoignages de rebelles qui affirment avoir transporté des engins suspects.

Assez curieusement, tous ces témoignages sont occultés par les médias comme s'il y avait une vérité honteuse qu'on doit absolument cacher pour rester crédibles.

Malheureusement pour eux, les digues cèdent les unes après les autres et de plus en plus de gens changent d'opinion. Les médias traditionnels ne sont aujourd'hui plus lus que par les derniers irréductibles qui par paresse ou par conviction politique ne veulent pas voir la vérité. Ils restent, avec les grandes masses populaires, fidèles aux discours des médias traditionnels et ne peuvent pas croire que ces derniers puissent mentir.

 

L'analyse du MIT du 14 janvier 2014.

Ici, il s'agit d'une analyse d'un très grande qualité qui ne pourrait être démontées que par d'autres spécialistes de même niveau s'il s'en trouve. Il est évident qu'aucun journaliste n'est compétent pour critiquer cette étude sur le plan technique. Voila pourquoi, les médias, surtout français, préfèrent ne pas en parler.

Je vais seulement la décrire dans les grandes lignes en avouant humblement que je ne suis pas capable de déchiffrer tous les calculs et toutes les formules qui ont conduit les auteurs de ce rapport à ces conclusions. La version originale a été publiée en ligne en anglais et tout le monde peut en prendre connaissance. (11)

La première chose à savoir est qu'il s'agit d'une étude technique faite par des scientifiques.

Les considérations politiques viennent ensuite infirmer les déclarations de John Kerry ou sont des demandes d'amélioration du fonctionnement des services de renseignements.

Les principales pièces qui ont servi à élaborer cette étude sont : les photos et les mesures des roquettes qui ont été rapportées par les inspecteur de l'OIAC ou qui ont été publiées sur Internet, les plans qui ont été fournis par l'administration Obama et les descriptions de données satellitaires également fournies par l'administration Obama.

 

Conclusions.

 

  • Les roquettes improvisées utilisées le 21 août avaient une portée de 2 km.

  • Une évaluation indépendante de l'ONU est en accord exact avec ce résultat.

  • Cela indique que ces roquettes ne pouvaient pas avoir été tirées à partir d'une zone tenue par les forces gouvernementales.

  • Ce renseignement erroné aurait pu conduire à une action injustifiée.

  • Quelles que soient les raisons de ces erreur flagrantes, la source de ces erreurs doit être trouvée.

  • Si la source de ces erreurs n'est pas identifiée et si la procédure qui a mené cette erreur n'est pas corrigée, un futur désastre politique a de grandes chances d'un jour de se produire.

Cette analyse date maintenant de plus de quatre semaines et aucune autorité scientifique ou politique n'a mis sa validité en doute excepté Laurent Fabius.

En se permettant de balayer cette analyse d'un revers de main comme il l'a fait, Laurent Fabius témoigne de son ignorance totale de ce qu'est le MIT. A moins qu'il ne s'agisse d'une dernière tentative désespérée de maintenir sa crédibilité. Dans les deux cas et tôt ou tard, cela lui reviendra en pleine face et il devra alors avoir le courage de prendre ses responsabilités.

L'analyse reprend ensuite diverses déclarations faites par John Kerry le 30 août et le 3 septembre dans lesquelles il prétend :

 

  • Notre communauté du renseignement a soigneusement examiné et réexaminés les informations au sujet de cette attaque.

  • Conscients de l'expérience de l'Irak, nous ne répéterons pas ces erreurs.

  • Nous avons pris des mesures sans précédent pour déclassifier et rendre les données disponibles pour que toutes les personnes puissent juger par elles-mêmes.

  • Nous savons d'où les roquettes ont été lancées et à quel moment.

  • Nous savons où elles ont atterri et quand.

  • Nous savons que les roquettes sont venues des zones contrôlée par le régime et sont tombées seulement dans les quartiers contrôlés par l'opposition ou contestés.

  • Pendant quatre jours, ils (note personnelle : qui ?) ont bombardé le quartier afin de détruire des preuves , bombardant bloc après bloc à un taux quatre fois plus élevé que ce qu'ils avaient fait au cours des 10 derniers jours.

John Kerry dit ensuite qu'il a une grande confiance dans les renseignement de son pays et que Barack Obama prendra une décision conforme aux intérêts des États-Unis sans tenir compte de l'ONU où un veto de la Russie serait prévisible.

 

  • Nous avons une carte, la preuve physique, montrant chaque point d'impact géographique et c'est concret.

  • Nous avons la preuve physique de l'endroit où les roquettes sont tombées et quand.

  • Nous sommes certains que l'opposition n'a pas les armes et la capacités pour effectuer une frappe de cette ampleur.

 

La Maison blanche avait aussi publié un communiqué le 30 août sur son site qui reprend les mêmes affirmations (12). Il ajoute aussi que les mesures par satellite permettent de définir de manière très fiables les points de lancement des fusées à quelques fractions de kilomètre près. Des cartes sont publiées comme preuve de l'implication de Bachar al Assad.

 

La réponse des analystes du MIT.

Les analyses du rapport du MIT affirment que ces déclarations et ces publications sont incompatibles avec les faits objectifs basés sur les lois de la physique.

Importante observation de base. Une roquette se comporte comme un ballon.

Son altitude la plus élevée dépend de sa forme aérodynamique, du poids de l'ogive et de la quantité de carburant. Le poids du corps de la roquette et la traînée aérodynamique ont peu d'influence sur sa portée.

C'est l'altitude la plus élevée qui détermine la portée de la roquette.

Cela signifie que l'interprétation technique donnée par les renseignements étasuniens POURRAIT NE PAS ÊTRE CORRECTE.

Un des auteurs du rapport a aussi affirmé sur RT que les satellites peuvent déterminer un tir, sa direction grâce au panache de fumée mais pas l'impact parce que ce genre de fusée artisanale n'expose pas en touchant le sol et n'émet donc pas de flash détectable.

Il reste également un autre mystère. Pourquoi le type de fusée qui a été utilisé dans l'attentat n'a pas été déclaré par le gouvernement syrien dans le cadre de son arsenal d'armes chimiques quand il a accepté de le détruire ? Les inspecteurs de l'OIAC chargés de la mise en œuvre de l'accord n'ont pas non plus découvert de telles fusées dans les stocks des forces gouvernementales.

 

Le MIT et les auteurs de l'analyse.

Le Massachusetts Institute of Technology (13) est une des grandes Institutions universitaires privées de recherches des États-Unis qui a son siège à Cambridge.

L'Université est traditionnellement connue pour la recherche et l'enseignement des sciences physiques et l'ingénierie et depuis plus récemment aussi dans d'autres sciences.

Les chercheurs du MIT ont travaillé sur des ordinateurs, des radars et le guidage inertiel pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide.

Une centaine de prix Nobel sont sortis de cette université ainsi qu'un grand nombre de personnalités connues. Richard Feynman, Buzz Aldrin, Paul Krugman, Ben Bernanke, Benjamin Netanyahu, Kofi Annan, David Miliband etc. etc.

 

Les deux auteurs de l'analyse sont :

 

  • Theodore A. Postol. (14) Professeur et expert en sécurité nationale, en science, technologie et société au MIT. Il est auteur ou coauteur de nombreuses études sur les armes balistiques et notamment sur le bouclier anti-missile.

  • Richard Lloyd. (15) Il a travaillé deux décennies pour Raytheon (16), une entreprise d'armement spécialisée dans les système de défense et dans l'aérospatiale. Il a écrit deux livres sur la conception de l'ogive. Il travaille maintenant pour Tesla laboratories (17), une entreprise d'Arlington, en Virginie, spécialisée dans les technologies de pointe et qui mentionne le rapport du MIT dans son site de présentation. C'est aussi un ancien inspecteur de l'ONU.

 

Quelques observations.

 

  • Pourquoi Bachar al Assad aurait utilisé des fusées artisanales alors qu'il a toute une panoplie de missiles de génération récente ? C'est un peu comme si on possédait des fusils-mitrailleurs de derniers modèles mais qu'on utiliserait un vieux pistolet à poudre pour attaquer. C'est absurde !

  • La fabrication d'agent hemotoxiques n'est pas complexe (18). Le plus difficile est de se procurer les éléments pour le fabriquer en cas d'embargo. La technique de dispersion par pulvérisation est plus complexe mais elle n'a pas été utilisée dans l'attaque chimique de la Ghouta orientale.

  • Des techniciens irakiens sunnites (de l'époque de Saddam Hussein) peuvent avoir été recrutés par les insurgés. Il avait aussi été question de dissimulation d'armes chimiques irakiennes en Syrie il y a une douzaine d'années. Il est à remarquer que les types d'armes utilisés sont du même type que ceux utilisés durant la guerre Iran-Irak (1980 - 1988).

  • Il faut aussi savoir que des islamistes ont mis la main sur des armes chimiques en Libye.

 Ces trois derniers points ne semblent pas avoir été pris en compte dans les accusations unidirectionnelles contre Bachar al Assad.

 

  • Les États-Unis ont placé des détecteurs près des dépôts d'armes chimiques syriennes depuis longtemps. Dès qu'un camion s'en approche, ils sont avertis. C'est ce qui s'était d'ailleurs passé en décembre 2012. Barack Obama avait alors directement mis Bachar al Assad en garde contre l'emploi de gaz contre les rebelles. Une grande quantité de gaz a été employée lors de l'attaque du 21 août mais les détecteurs n'ont senti aucun mouvement près des dépôts d'armes chimiques. Bizarre !

  • Certains Services occidentaux sont parfaitement capables, techniquement et intellectuellement, de fabriquer un scénario pour arriver à manipuler des populations et leurs dirigeants pour qu'ils prennent des décisions conformes à leurs intérêts. Ils l'ont déjà fait à maintes reprises.

  • Le rapport du MIT a été plus largement diffusé aux États-Unis et notamment par le New York Times qui est arrivé à la conclusion que ce n'est pas le régime de Bachar al Assad qui est responsable de l'attaque chimique.

  • Dans ce cas, il est plus que probable que le prince Bandar ben Sultan est mêlé à cette histoire. Il se trouve actuellement au États-Unis et il semble être tenu pour responsable de l'échec actuel des Saoudiens par le roi Abdallah.

  • Les États-Unis détiennent un coupable en cas d'évolution rapide de la responsabilité de l'attaque chimique vers les rebelles avec par exemple des révélations de nouvelles preuves dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

  • Des recherches plus pointues remonteraient vers la responsabilité de Zahran Alloush (19), mais restons au conditionnel.

  • Le MIT ne mettrait pas sa crédibilité en jeu en publiant une analyse peu fiable en son nom. Les analystes eux-même ne se risqueraient pas à publier un rapport qui ne reposerait pas sur des calculs plusieurs fois vérifiés. Il en va de leur carrière et de leur réputation.

 

 

Une hypothèse horrible.

Une cinquantaine d'enfants alaouites ont été enlevés dans de villages du nord de la Syrie, près de Lattaquié dans les semaines précédant le drame. Leurs familles auraient reconnu leurs enfants parmi les petites victimes qu'on a vu en vidéo. (20) (21)

Des terroristes seraient responsables de leur exécution et auraient organisé une mise en scène macabre pour encore davantage émouvoir les opinions publiques. Si cette hypothèse était correcte et si elle pouvait être démontrée grâce à des tests ADN quand l'AAS aura repris le contrôle de la Ghouta orientale, cette annonce aura l'effet d'un tsunami pour les médias de masse occidentaux qui auront manqué de clairvoyance jusqu'au bout. On peut déjà remarquer une certaine prise de distance de certains médias mais malheureusement très peu en France.

 

Conclusion.

Le rapport ne met pas formellement fin à l'accusation contre Bachar al Assad. Il est un élément très lourd qui fait à présent clairement pencher la balance de l'autre coté.

Il est actuellement beaucoup plus probable que l'attaque chimique soit venue des rebelles terroristes pour provoquer une intervention aérienne occidentale en leur faveur.

Mon sentiment, et c'est ma conclusion, est que Barack Obama n'est pas dupe. Il est très attentif à l'image que lui, le premier président afro-américain des États-Unis, laissera dans l'Histoire et il ne voudrait pas que son nom soit associé à une tragique erreur comme son prédécesseur.

Il sait depuis le début qu'il y a une pression de certains Services de son Administration pour un nouvel engagement militaire des États-Unis au Moyen-Orient.

Il a de très forts doutes quant à la fiabilité des renseignements qu'il reçoit de ces Services.

Le Pentagone, qui est hostile à cette intervention massive, le pousse plutôt à continuer le déploiement beaucoup plus stratégique vers l'Extrême-Orient.

Les États-Unis n'ont plus la capacité de gérer deux conflits de grandes ampleurs en même temps et comme les alliés ne sont pas en mesures de combler le vide tout seul, l'objectif est d'obtenir le plus de gain ou de perdre le moins de positions au Moyen-Orient grâce à des négociations politiques tout en continuant à entretenir l'insécurité dans la région pour que des adversaires géopolitiques n'occupent pas le vide.

 

(1) https://www.youtube.com/watch?v=y_rKaalu81c

(2) Laurent Fabius n'a jamais occupé de fonction en rapport avec la politique internationale durant toute sa carrière. Le poste de Ministre des Affaires étrangères qu'il a obtenu est son premier bain dans la diplomatie internationale. Cela semble être une récompense à son soutien à François Hollande lors de la campagne présidentielle.

(3) http://www.liberation.fr/monde/2013/08/22/la-ghouta-autopsie-d-un-massacre_926478

(4) http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/08/22/syrie-l-indignation-ne-suffit-pas_3464921_3208.html

(5) Il n'y a aucun traité international qui autorise une intervention militaire pour « punir »

(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Incidents_du_golfe_du_Tonkin

(7) http://www.mondialisation.ca/le-massacre-serbe-de-racak-n-a-jamais-eu-lieu/12232

(8) http://reflets.info/on-aimerait-tant-pouvoir-croire-les-democraties/

(9) http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/05/06/les-rebelles-syriens-ont-utilise-du-gaz-sarin-selon-carla-del-ponte_3171289_3218.html

(10) http://www.lesoir.be/314405/article/actualite/fil-info/fil-info-monde/2013-09-09/piccinin-ce-n-est-pas-gouvernement-assad-qui-utilise-gaz-sarin

(11) https://s3.amazonaws.com/s3.documentcloud.org/documents/1006045/possible-implications-of-bad-intelligence.pdf

(12) http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2013/08/30/government-assessment-syrian-government-s-use-chemical-weapons-august-21

(13) http://en.wikipedia.org/wiki/Massachusetts_Institute_of_Technology

(14) http://en.wikipedia.org/wiki/Theodore_Postol

(15) http://www.linkedin.com/pub/richard-lloyd/31/120/628

(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Raytheon

(17) http://www.tesla.net/

(18) http://www.un.org/fr/disarmament/wmd/chemical/science.shtml

(19) http://the-arab-chronicle.com/zahran-alloush-biographie/

(20) http://beforeitsnews.com/war-and-conflict/2013/09/syrian-children-kidnapped-by-rebels-identified-as-gas-victims-by-obama-administration-video-2448536.html?utm_campaign=&utm_content=beforeit39snews-verticalresponse&utm_medium=verticalresponse&utm_source=direct-b4in.info&utm_term=http%3A%2F%2Fb4in.info%2FdG4P

(21) http://crashdebug.fr/index.php/international/7362-les-enfants-syriens-enleves-par-des-rebelles-identifies-comme-les-victimes-du-gaz-par-l-administration-d-obama

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (116 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • jako jako 12 février 2014 09:10

    Merci Pierre, j’avais lu cette infos déja, dans un système normal, les coupables de désinformation grave devraient être écartés de tous postes à responsabilité , donc nous ne sommes plus dans un système normal.


    • Pierre Pierre 13 février 2014 08:40

      @ Saint Just,
      Ne tombez pas dans l’antisémitisme facile ni même dans l’antisionisme. Cela permet aux ennemis de la vérité de décrédibiliser les messages de leurs adversaires pour pas cher. Je ne crois pas, ou du moins je n’ai aucun élément dans ce sens, qu’Israël soit mêlé à ces massacres de Syriens et je n’ai rien évoqué de tel dans l’article. Soyons donc prudent quand on s’exprime.


    • lsga lsga 16 février 2014 15:01

      Israël ?????

       
      Hey : on parle de l’Impérialisme Franco-Européen.
       


    • claude-michel claude-michel 12 février 2014 10:39

      Bel article+++

      Qui montre qu’un homme ( Fabius) qui travaille pour Israël (ce n’est pas un secret tous les médias le savent)...faisant pression et surtout racontant des mensonges pour entrer en guerre contre la Syrie...Cet homme est dangereux et devrait passer en justice pour incitation à la haine et condamné pour collaboration avec l’ennemi...(dans le panier on pourrait mettre Sarkozy..BHL sur la Libye).

      • xantrius 13 février 2014 00:12

        Je suis d’accord avec l’article et ces conclusions. Mais je trouve dégueulasse comme vous (par claude michel) greffez vos réflexes antisémites dessus. 


      • reneegate 13 février 2014 09:44

        Que Fabius soit pro israelien est un fait, pas de l’antisémitisme. Arrêtez d’insulter. La propagande médiatique évoquée dans cet article vous a fait prendre de bien mauvaises habitudes, celles de l’ormerta sur le comportement scandaleux des dirigeants israeliens. Vous n’arriverez jamais à discréditer des militants anti racistes depuis toujours en les stigmatisant avec autant de mauvaise foi. Vous êtes un fanatique borné.


      • appoline appoline 13 février 2014 17:49

        N’est ce pas Hollande qui disait lors des primaires que Fabius était incapable d’avoir la moindre responsabilité dans un gouvernement ?????????????


      • cevennevive cevennevive 12 février 2014 11:24

        Bonjour Pierre,


        Bel article qui confirme ce que je pense intimement depuis le début de cette triste affaire. Merci !



        • Henri Diacono 13 février 2014 05:52

          A l’auteur, Excellent travail. Il et en évidence une fois de plus les manipulations sordides dont sont capables les filous - ou plutôt les marionnettes - qui gouvernent le monde. Et notre ministre des Affaires Étrangères, benêt parmi les ânes, fait partie de cette clique.
          Bravo encore pour la clarté de l’article.


        • goc goc 12 février 2014 12:57

          décidément notre ministre montre une fois de plus son incompétence en matière scientifique

          Déjà il s’était lamentablement planté dans une affaire de sang contaminé qui avait fait des victimes, et il recommence avec une affaire de gaz, qui aurait pu faire aussi pas mal de victimes si on l’avait laissé faire

          A quand la boulette qui le trainera devant le CPI ??


          • Laulau Laulau 13 février 2014 14:12

            99,99 % des ministres sont des ignorants en matière de sciences.
            Fabius n’est pas un ignorant, c’est un sioniste.


          • Pierre Pierre 12 février 2014 13:32

            C’est fréquent, surtout quand il s’agit d’enjeux stratégique.
            Cette phrase s’adressait plutôt aux lecteurs ou aux téléspectateurs qui s’informent uniquement auprès des médias traditionnels. Merci pour votre commentaire qui m’a permis de préciser ma pensée.
            Je précise aussi que quand un de ces médias donne la parole (rarement) à un contradicteur, il est immédiatement démenti, le jour même ou le lendemain, par un éditorial, un communiqué ou une interview d’une personnalité du système.
            Le contraire n’est évidement jamais vrai.


          • christophe nicolas christophe nicolas 13 février 2014 20:29

            « Presstitué », c’est bien trouvé. Fabius nous fait scandale foireux, sur scandale foireux, un coup le sang contaminé, un coup les populations gazées. C’est un chancre ce gars.

            Bravo pour le MIT et bravo pour l’auteur, c’est très courageux, il faut nus tenir au courant de la suite 


          • volpa volpa 12 février 2014 13:26

            On en met en taule pour moins que çà.

            Tiens, où en sont les affaires de son re-jeton. (casino).


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 février 2014 14:57

              Son pater lui a donné un vrai-faux passeport avec comme nom Martin Gale ...


            • mortelune mortelune 12 février 2014 13:38

              l’ESSEC, c’est pas l’Ecole Supérieure du Sionismes Et du Capitaliste ?


              • Aldous Aldous 12 février 2014 14:04

                C’est gravissime. Il ne s’agit pas juste de mensonges politciens mais de soutiens à une entreprise terroriste.

                Fabius doit évidemment démissionner ou être démis de ses fonctions s’il ne démissionne pas de lui même.

                L’ensemble des démocrates doivent faire pression sur le gouvernement pour cela.
                Il conviendrait que la justice française ou internationale enquête et se saisies de cette complicité manifeste à une entreprise terroriste de l’appareil diplomatique Français.


                • Xenozoid Xenozoid 12 février 2014 14:17

                  merci Pierre,j’ajouterais qu’ils s’en contrefoutent de ce que les gens pensent ou pas,les mensonges sont en abondances et certains plus absurde que d’autres

                  Umberto eco a dit un jour ,en parlant de fashisme consentant, « Nous ne sommes pas eux, tous est justifiée dans la lutte contre eux, et donc nous sommes définis.Doctrine dépasse la raison » et ce n’est hélas pas nouveau

                  mais c’est toujours bien de mettre les points sur les i,même si il est impossible de tout savoir ou voir ce qui se trame, dans le grand opéra qu’est le pouvoir


                  • lucidus lucidus 12 février 2014 14:34

                    Ca n’est pas possible, il va bien falloir que les peuples se révoltent contre cet empire des banques, des sectes et des lobbies qui les étouffent et les exploitent.

                    Merci de tenir bon, monsieur Poutine. Vous êtes l’espoir de l’Europe.

                    • Aldous Aldous 12 février 2014 23:16

                      IC XC NIKA



                    • marcdouziech 12 février 2014 14:50

                      Intelligence avec une puissance ètrangère, c´est Cour Martiale pour Fabius ! Le Conseil d Etat devrait arriver à le faire fusiller, non ? smiley Valls , aide-nous !


                      • marcdouziech 12 février 2014 14:55

                        C est pas tout, Le Monde la ramène avec un PRIX DE JOURNALISME décerné au service commandé par Fabius. 


                        • Aldous Aldous 12 février 2014 23:30

                          Grand prix de la propagande... smiley


                        • Jonas 12 février 2014 16:02

                          @ Pierre (1)

                          Vous êtes un  anti -américain, qui accuse les américains de tout mais qui ne rechigne pas à utiliser les écrits de certains journalistes et de certains experts américains, ( c’est, cela la démocratie ) quand cela l’ arrange pour sa propagande. 

                          Retenez bien les pseudos de vos fans lorsque la vérité éclatera et montrera la criminalité de votre dictateur Bachar Al-Assad.

                          En vous lisant , cela rappelle certains articles du journal« l’Humanité » glorifiant le petit père des peuples , Pol Pot et les Khmers rouges pour ne parler que de cela. 

                          Mais juste quelques questions simples :

                          1) Est-ce que les 136 000 morts syriens sont une réalité ou une invention ?

                          2) Est-ce que les villes à moitié détruites comme Alep-Homs-Hama -Deraa etc ; relèvent du fantasme ou du réel ?

                          3) Est-ce que les bombardements par des hélicoptères , des avions avec des barils bourrés de TNT sur des populations civiles sont authentiques ou font partie du bourrage de crâne ? 

                          4) Pourquoi le dictateur syrien et sa clique n’autorisent pas la presse internationale de faire son boulot dans le pays. La presse diverse et nombreuse montrera le bien fondé de la situation ? 

                          Pour moi un fait n’est vrai que lorsqu’il est soumis à plusieurs sources. Une seule source c’est la catastrophe.

                          PS : Dans mon prochain courriel , je vous donnerai quelques extraits  du point de vue de la majorité de la presse arabe sur le conflit. 

                          • Pierre Pierre 12 février 2014 17:29

                            @ Jonas,
                            Votre méthode est ce qu’on appelle « noyer le poisson ». C’est une méthode enseignée dans les cours de communication et je la connais.
                            Quand on n’a pas d’argument pour répondre à une question précise, on l’inclut dans un problème plus vaste et cela détourne l’attention du sujet.
                            Nous sommes donc hors sujet mais je vais tout de même répondre à vos petites questions simples. Je ne me laisserai cependant pas entrainer dans un débat plus large que j’ai déjà fait maintes fois sur ce site et sur bien d’autres aussi.
                            Être anti-américain, anti-russe, antisémite etc ne sont pas des valeurs mais uniquement une forme de racisme. Je n’entre pas dans la catégorie des racistes.
                            En revanche, les valeurs défendues par la caste dirigeante étasunienne est à l’opposé des valeurs que je défends. C’est trop long à développer mais je crois que tout le monde comprend.
                            Vous pouvez prendre le problème de la Syrie d’aujourd’hui sous n’importe quel angle, il n’y a pas de sortie de crise possible avec des islamistes au pouvoir et ce sont eux qui font 100 % de l’opposition armée.
                            Choisir entre Bachar al Assad et les islamistes, ce n’est pas choisir entre la peste et le choléra mais plutôt entre une grosse grippe et le sida.
                            Pour l’étude du MIT. Elle démontre que soit l’Administration Obama a menti, soit que ses Services de Renseignements sont incompétents. C’est grave dans les deux cas. Si les auteurs du rapport se sont trompés dans leurs calculs, refaites-les et publiez-les.
                            Point par point.
                            1. Quand on fait la guerre, on ne fait pas de sentiments. Ce n’est pas Bachar al Assad qui a choisi la voie des armes. Il y a une insurrection islamiste financée par les wahhabites en Syrie et c’est la que vous devez aller chercher la responsabilité des 136.000 morts.
                            2. Vous faites des amalgames faciles. D’abord, ce n’est pas le même problème dans toutes les villes. Alep par exemple ne s’est pas révoltée mais a été envahie par des mercenaires venus de Turquie. Deraa, une ville plus pauvre et mal gouvernée, a toujours été opposée à Bachar al Assad. Les rebelles y déposent d’ailleurs les armes par centaines pour le moment. Les villes sont détruites parce qu’on s’y bat mais elles sont en très grande partie désertée par leur population.
                            3. Vous êtes mal informés. Les bombardements « au baril » sont lancés sur des rassemblements de rebelles. Ils ne sont pas destinés à décimer la population civile. Les chiffres que les insurgés avancent sont vérifiés par qui ?
                            4. La presse internationale peut venir en Syrie pour faire du journalisme, pas de l’espionnage ou de la propagande. Pour vous, un journaliste peut dire ce qu’il veut sans restriction. C’est une erreur de votre part. Il n’en est ainsi dans aucun pays du monde qui est en guerre. Et même, si on prend le cas d’Edward Snowden, il risque la prison à vie pour avoir mis la vie de ses compatriotes en danger.
                            Ce qui est valable pour les États-Unis l’est aussi pour la Syrie.
                            Épargnez-moi des liens vers la presse arabe, elle est encore plus sous la coupe des dictateurs que les médias français. Vous aurez remarqué que j’ai évité de mettre des liens vers SANA, Al Manar ou IRIB et même vers des sites francophones controversés pour rester crédible. Faites-en autant. Merci d’avance.


                          • goc goc 12 février 2014 19:30

                            3) Est-ce que les bombardements par des hélicoptères , des avions avec des barils bourrés de TNT sur des populations civiles sont authentiques ou font partie du bourrage de crâne ?

                            Est-ce que le bombardement de civils palestiniens à Gaza par vos amis israéliens avec des armes tirés depuis des chasseurs, et interdites par la convention de Genève et donc relevant de crime contre l’humanité, est authentique ou fait parti du prétendu antisémitisme.

                            Vous savez vos amis sionistes, qui sont protégés par leurs copains américains à coup de vétos à l’ONU et autres chantages aux subventions, sans oublier le non respect des résolutions votées toujours avec le soutient de ces mêmes américains qui se prétendent les défenseurs de la démocratie et de l’humanité.

                            mais vous allez encore sortir l’argument de l’anti-americanisme primaire


                          • jmdest62 jmdest62 13 février 2014 08:20

                            @ pierre

                            dans votre réponse à Jonaze vous auriez pu ajouter que les syriens font « chez eux » ce que bon leur semble que cela nous plaise ou pas.
                            Certains ont inventé le « droit d’ingérence » et les ONG pour contourner le droit international ....mais les méthodes occidentales sont maintenant trop connues pour être ignorées

                            @+


                          • zygzornifle zygzornifle 12 février 2014 16:25

                            Polémique qui rapelle les incohérences du 11 septembre


                            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 12 février 2014 17:27

                              Bravo et merci pour cet article très éclairant qui aggrave le cas du sayanim Fabius. Vous attendez quel courage de sa part ? Celui de l’honnêteté ?


                              • morice morice 13 février 2014 14:12

                                 sayanim Fabius


                                et hop il ressort le mot ; dites plutôt juif, car là vous faites comme Dieudonné.... qui dit sioniste pour ne pas dire juif. Bref, c’est d’un faux-cul, chez lui comme chez vous !

                              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 13 février 2014 15:59

                                Et si je veux quand même dire sayanim, j’ai le droit ?
                                Et au fait, tant que j’y suis M. le Censeur, « délire interprétatif », qui plus est « à thème unique », j’ai le droit aussi ? Même si ça vous concerne smiley  ?

                                Je suis désolé Morice, j’ai le souvenir d’échanges plus aimables autour d’articles solides que vous aviez écrits, mais là vous tombez bien bas...


                              • QAmonBra AmonBraQ 12 février 2014 18:36

                                Merci @ Pierre pour cet excellent article.


                                Avec une information citoyenne comme la votre, les journalopes et autres presstituées de nos merdiats peuvent changer de métier, ou recommencer leurs études journalistiques.

                                Quant à notre $ionissime chef de la diplomatie, qui pour rassurer son israël chéri était prêt a engager la France dans un énième bain de sang, sa réponse est déjà connue : Responsable mais pas coupable et circulez il y a rien a voir ! 

                                • paul 12 février 2014 18:49

                                   Beau travail de synthèse, Pierre .
                                   Si les scientifiques du MIT ne sont pas contredits, ce qui est probable, il faut en tirer les conclusions coté français .
                                  Admettons que le journaliste du Monde qui a rapporté les échantillons de gaz sarin a fait honnêtement son travail, c.à.d. qu’il n’y a pas bidonnage .
                                  En raison des risques importants pour faire ce reportage et des difficultés d’accès aux zones de combat, il est évident qu’il a bénéficié de l’aide du ministère des Affaires Étrangères, c’est à dire de Fabius ,compte tenu de son implication directe depuis plusieurs mois pour lancer une intervention et de son appui aux rebelles .

                                  Le résultat des analyses, diffusé dans tous les médias, a été un véritable signal pour partir en guerre, sans que l’origine des tirs soit formellement prouvée (résultat flou de la mission de l’ONU). L’intox de Fabius a été relayé principalement par le Monde pour battre le tambour de guerre, mais aussi par les médias publics .
                                  Comme il est dit dans l’article, Obama a eu au moins des doutes sur cette origine, peut être plus que des doutes, d’autant que les russe n’avaient pas l’air de plaisanter ...
                                  Si on laisse de coté la responsabilité de Hollande qui semble en pilotage automatique ...c’est donc Fabius , le responsable-coupable, qui a failli engager la France dans un grave conflit au Moyen Orient . C’est une faute qui devrait se conclure par sa démission .


                                  • Pierre Pierre 12 février 2014 20:31

                                    Bonjour Paul,
                                    Pour revenir aux journalistes du Monde en mission spéciale pour les Affaires étrangères, je rappelle que cette mission datait d’avril - mai 2013, donc bien avant l’attaque du 21 août. Ce qui est curieux, c’est que leur article a paru dans Le Monde juste avant une réunion des Ministres des Affaires étrangères qui devaient débattre de la levée de l’embargo sur les armes pour l’ASL par l’Union européenne. Le timing était bien calculé !
                                    Je n’ai pas d’opinion définitive sur ces cas d’intoxication. Il ne semble cependant pas qu’il s’agissait du même gaz. Aucune hypothèse n’est exclue y compris celle de dispersion de gaz paralysants ou anti-émeutes comme on utilise dans certains pays contre les manifestants.
                                    Ce qu’il faut cependant retenir, c’est que la France a envoyé ses agents pour recueillir des preuves d’utilisation de gaz de combat par les troupes de Bachar al Assad et que, déjà à ce moment, cela servait à faire pression sur Barack Obama pour le pousser à s’engager militairement contre la Syrie.

                                     


                                  • morice morice 13 février 2014 14:07

                                    e n’ai pas d’opinion définitive sur ces cas d’intoxication. Il ne semble cependant pas qu’il s’agissait du même gaz.


                                    vous n’en savez donc rien.

                                  • morice morice 13 février 2014 14:14

                                    Admettons que le journaliste du Monde qui a rapporté les échantillons de gaz sarin a fait honnêtement son travail, c.à.d. qu’il n’y a pas bidonnage .


                                    vous croyez y arriver avec des « admettons » ?

                                    qui en France critique les journalistes et les appelle des « journalopes » ? Joe le Corbeau et la clique antisémite de Dieudonné : vous parlez comme ce sinistre volatil !

                                  • Rensk Rensk 16 février 2014 20:43

                                    Ne tournez pas autour du pot...

                                    - Ce qu’il faut cependant retenir, c’est que la France a envoyé ses agents pour recueillir des preuves d’utilisation de gaz de combat par les troupes de Bachar al Assad...

                                    C’est donc que les journalistes du « Le Monde » ne sont pas journaliste mais des agents (vu que c’est eux qui ont « apporté les preuves » voulue au plus haut niveau de l’État)... et donc ces journalistes casse le métier et tuent des confrères indirectement car le métier de journaliste dans des zones de conflit n’est plus crédible a cause d’eux !


                                  • Rensk Rensk 16 février 2014 22:56

                                    malhonnête jusque dans l’os...


                                  • soi même 12 février 2014 19:49

                                    De toute façon si, ils se cassent les dents sur la Syrie, il ont déjà trouver un autre plan, l’Ukraine !


                                    • LeeJunFan 12 février 2014 20:35

                                      Merci pour cet excellent article. Une pièce de plus au dossier, Seymour Hersh (Pulitzer) à publié un article le 8 décembre qui fait état de la connaissance des services américains de la capacité de certains rebelles à fabriquer du Sarin :

                                      http://www.lrb.co.uk/v35/n24/seymour-m-hersh/whose-sarin

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès