Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Syrie. Le point ce dimanche 16 juin 2013

La Syrie. Le point ce dimanche 16 juin 2013

Il est très difficile pour un citoyen lambda de se faire une opinion exacte sur la responsabilité des uns et des autres dans la crise syrienne étant donné toutes les informations contradictoires qui circulent dans les média.

La presse écrite et les médias audio-visuels français, en relayant les communiqués des agences de presse occidentales ou de fausses ONG et en présentant continuellement une vision tronquée de la réalité syrienne, sont complètement sortis de leur rôle de témoin objectif de l’information pour devenir des outils de propagande incitant les pays occidentaux à intervenir militairement dans un pays souverain et cela au mépris du droit international. Cette attitude n’est pas nouvelle mais elle a atteint aujourd’hui un sommet inégalé.

Une plus grande diversité d’opinions est disponible sur Internet. Il est vrai que ce ne sont plus les professionnels de l'information français qui ont le monopole de la communication. Les spécialistes non médiatisés du Moyen-Orient, les organes d'information étrangers ainsi que des journalistes citoyens peuvent donner leurs opinions et faire leurs analyses qui sont presque toujours beaucoup plus pertinentes que celles des journalistes professionnels.

Avant de revenir sur le sujet syrien et sur ses conséquences, je pense qu’il est bon de repositionner cette crise dans le grand jeu géostratégique qui se joue entre les États-Unis soutenus par les pays de l’Alliance atlantique et le duo russo-chinois.

 

La géopolitique mondiale.

D’abord et contrairement au géostratège français Gérard Chaliand [1]dont je reconnais cependant la grande compétence, je pense que l’alliance stratégique entre la Chine et la Russie durera au moins pendant la première moitié de ce siècle. Les pays européens, en se tournant vers le marché transatlantique et en confiant leur sécurité à l'OTAN, ne laisse à la Russie que le choix du rapprochement avec la Chine. Un rapport gagnant-gagnant uni les deux pays, la Chine étant associée à la Russie pour l’exploitation des immenses richesses de la Sibérie et la Russie ayant un partenaire fiable pour vendre ses matières premières. Les deux pays ont réglé leur différent frontalier [2]. Une compétition pourrait les opposer en Asie centrale mais la Russie et la Chine auraient trop à perdre à ne pas s'entendre. De plus, ils ouvriraient ainsi la porte à l’irruption des États-Unis dans la région.

Au Conseil de Sécurité de l'ONU, on peut donc s'attendre pour les prochaines années à un soutien chinois aux intérêts russes et vice versa.

De leur coté et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont toujours cherchés une domination globale en voulant imposer leur modèle économique et financier au reste du monde. Le contrôle des ressources énergétiques et la domination du dollar comme devise unique dans les échanges commerciaux internationaux ont été le fer de lance de cette politique.

Les présidents se sont toujours inspirés d'ouvrages de politologues et de géostratèges pour étendre l’influence des États-Unis. Je pense à des auteurs comme Zbigniew Brzezinski (The Grand Chessboart), à Francis Fukuyama (The End of History and the Last Man), à Samuel Huntington (Clash of civilisations) ou récemment à Robert Kagan (The World America Made) qui ont tous influencé la politique extérieure des présidents des États-Unis.

L'évolution démographique de la société étasunienne fait que les populations qui étaient jusque là minoritaires deviendront dans un proche avenir largement majoritaires. La première conséquence a déjà été l'élection d'un président afro-américain à la tête du pays.

Les préoccupations de ces populations est davantage tournée vers l'augmentation de leur niveau de bien-être que vers la conquète d'une domination planétaire globale à un moment où leur gouvernement est obligé de recourir à des quantitative easing [3] pour équilibrer son budget.

Tout le monde a pu constater la réticence des États-Unis de Barack Obama à encore engager des opérations militaires terrestres. Les guerres d’Afghanistan et d’Irak ont épuisé leur armée et elles sont en grande partie responsables de leur dette colossale.

La montée en puissance de la Chine et accessoirement de la Russie contraint cependant les États-Unis à ne pas rester passifs.

La Chine place patiemment ses pions (jeu de go) en Asie et en Afrique. Cela semble abstrait aujourd'hui mais, comme dans ce jeu, tous ces pions finiront par se relier et contrôler plus tard des territoires.

Il y a, avec le développement économique de la Chine, un danger existentiel majeur pour les États-Unis et il n'est ni militaire ni idéologique.

Ce danger est la mise en place d'une zone économique en Asie-Pacifique où le yuan renminbi deviendrait la devise utilisée. L'US dollar n'y serait plus qu'une devise secondaire qu'il ne suffira plus de créer ex nihilo pour payer ses créanciers.

Voila pourquoi Barack Obama veut réorienter ses moyens militaires vers cette région du monde et qu'il doit nouer des alliances avec le maximum de pays asiatiques et africains ou, au moins, en écarter la Chine.

Le redéploiement des forces armées étatsuniennes vers l'Extrême-Orient laisse un vide en Europe [4]. Un pilier européen de l'Otan était censé le combler et il devait remplacer les États-Unis dans le rôle de gendarme régional.

Les opérations en Côte d'Ivoire, en Libye et au Mali furent des succès (du point de vue géostratégique). La Syrie devait compléter le tableau.

Toujours dans la vision géostratégique de la guerre froide, ce dernier domino devait, en tombant, faire de la Méditerranée une mare nostrum après le ralliement final de l'Algérie.

La Russie qui, elle, joue plutôt aux échecs n'est pas disposée à perdre ce pion qui peut être destiné à devenir plus tard une pièce majeure. Contrairement à toutes les supputations des analystes qui prédisaient que son intérêt était de se rallier à la Communauté atlantique, elle a maintenu sa position de principe qui est celle de la Charte des Nations unies [5] et qui n'autorise pas une intervention dans les affaires intérieures d'un État. Le chapitre VII ne s'applique pas vu que la Syrie n'a pas commis d'agression contre un autre Etat.

La politique étrangère russe est actuellement renforcée grâce à cette constance et cela au détriment des piliers européens de l'OTAN qui, crise économique oblige, n'ont pas les moyens militaires pour intervenir seuls en Syrie

 

La Syrie.

Son Histoire et sa situation géographique centrale font de la Syrie un carrefour exceptionnel du Moyen-Orient. C'est ici qu'a prospéré une brillante civilisation au temps des Omeyyades.

Les voies de communication naturelles font de la Syrie un passage obligé. Je ne parle pas ici que des routes Nord-Sud entre la Turquie et les pays arabes ni de celles qui partent des ports syriens vers l'Est. Je parle des oléoducs et des gazoducs qui, en traversant la Syrie, relierait directement la péninsule arabique à l’Europe [6] via la Méditerranée ou la Turquie.

La Syrie est un petit pays laïc relativement prospère d’environ 22,5 millions d’habitants.

La majorité de la population est musulmane sunnite mais une mosaïque d’autres religions est disséminée dans le pays. Le parti Baas gouverne sans partage. C'était un parti socialiste et nationaliste panarabe. Le parti s'était rallié à l'économie de marché après les évènements du 9/11 et il avait entamé un rapprochement avec l'Occident sans toutefois rompre avec l'Iran.

La disparition de l'aspect social du baasisme a provoqué une paupérisation des populations rurales dont le mécontentement a été canalisé par des imams de banlieues sans doute liés aux Frères musulmans. Tout le monde se souvient des manifestations, pas si spontanées que cela, qui avaient lieu tous les vendredis à la sortie des mosquées à partir de mars 2011.

L’attribution de la responsabilité des premiers tués est très difficile à déterminer. Il y eut des tirs d'armes à feu sur les manifestants mais aussi des dizaines de policiers tués. Une manipulation comme celle qui a eu lieu le 11 avril 2002 au Venezuela n'est pas à exclure [7] [8].

Parallèlement, une opposition laïque pro-occidentale a aussi voulu se faire entendre mais Bachar al Assad a sans doute commis l'erreur de l'étouffer dans l'œuf.

 

Les acteurs régionaux qui ont des intérêts en Syrie.

La Turquie a des intérêts économiques et d'accès aux sources d'énergie. Elle désire sûrement aussi retrouver l'influence qu'elle a perdue dans la région à la chute de l'Empire ottoman.

La disparition du dernier gouvernement arabe qui lui résiste conviendrait bien à Israël à condition qu'il ne soit pas remplacé par des fondamentalistes islamiques. Un gouvernement laïc pro-occidental qui signerait un traité de paix est souhaité par Israël.

Les Palestiniens risquent de faire partie des perdants en cas de maintien au pouvoir de Bachar al Assad. La Syrie n'aura plus les moyens de soutenir le Hamas qui, d'après le Hezbollah, a conseillé les rebelles et leur a cédé des moyens militaires qu'il lui avait donné pour résister à Israël à Gaza [9].

Pour l'Irak, la crainte de voir une majorité sunnite arriver au pouvoir en Syrie fragiliserait sa frontière ouest.

La famille royale d'Arabie Saoudite doit son maintien au pouvoir à deux choses.

Le pacte du Quincy [10] qui lui assure la protection des Etats-Unis et l'alliance avec les autorités religieuses wahhabites. Elles reconnaissent les Saoud comme gardiens des lieux saints de l'Islam contre la liberté du mouvement d'imposer ses règles religieuses dans le pays.

Les Wahhabites saoudiens soutiennent financièrement les Takfiristes [11] qui commettent les pires crimes en Syrie. Si les autorités saoudiennes acceptaient de ne plus les soutenir, on peut dire que l'avenir des quelques 4000 princes de la famille royale qui vivent dans l'opulence grâce aux revenus versés par l'État se retrouverait fortement compromis.

Le Qatar est un mini émirat grand comme trois départements français mais immensement riche. Il cherche à augmenter son influence par tous les moyens. On le retrouve partout, investissant dans les compagnies pétrolières, dans des sociétés commerciales, dans des hôtels, dans Al Jazeera, dans des évênements sportifs etc. Ce pays est un des principaux sponsors des Frères musulmans, un mouvement politique islamique qui a le vent en poupe après les révolutions du "printemps arabe". Le Qatar espère les voir arriver partout au pouvoir et en retirer des bénéfices en termes de prises de participations dans les grosses sociétés pétrolières.

Il est à noter que l'Arabie Saoudite est farouchement opposée à l'Islam politique et est, de ce fait, en conflit idéologique avec le Qatar.

L'Emir Hamad ben Khalifa al Thani va céder le trône à son fils au mois d'août, officiellement pour raisons de santé. Il semblerait plutôt qu'il ait échappé à un coup d'Etat [12] et que les États-Unis (qui veillent toujours aux intérêts des Saoudiens) soient intervenus pour exiger son départ.

Pour l'alliance du 14-mars libanaise, la disparition du principal soutien au Hezbollah serait la bienvenue alors que le Hezbollah risque de perdre un de ses principaux alliés.

Pour l'Iran, la chute de son plus proche allié serait une catastrophe et, surtout, cela fragiliserait le Hezbollah et donc la faculté de riposte en cas d'agression d'Israël.

La Jordanie n'a pas d'intérêts et est grandement fragilisée.

 

Des acteurs plus lointains ont aussi des intérêts en Syrie.

La France rêve encore de l'espace économique méditérranéen. Elle voudrait bien être vue comme le parangon de la démocratie dans le monde mais elle est plutôt perçue comme un pays arrogant et néocolonialiste. Je ne sais pas si les dirigeants français actuels qui bénéficient d'un soutien d'environ 24 % d'opinions favorables se rendent compte du ridicule qu'il y a à reconnaître un agrégat de Syriens expatriés comme représentant légitme du peuple syrien alors que Bachar al Assad aurait 70 % de ses concitoyens qui le reconnaissent comme président légitime.

Les médias français sont aussi incompétants que manipulateurs en essayant de faire adhérer les Français au déclenchement d'une nouvelle guerre "humanitaire". La réponse de Gérard Chaliand à Yves Calvi dans l'émission C dans l'air est fulgurante [13] et j'ajouterais que si on s'intéresse au sort des enfants, qu'est-ce qu'on attend pour venir en aide aux 5 millions d'enfants [14] qui, tous les ans, meurent de faim dans le monde.

Il est à noter que le départ de l'émir du Qatar sera sans doute défavorables aux intérêts de la France vu qu'ils sont pilotés par les États-Unis. Adieu Rafales ?

Le Royaume-Uni pense à ses intérêts pétroliers et à ceux de la City. Comme tous les autres pays, il se positionne pour obtenir une part du butin syrien. Pour rappel, une grande partie de l'économie syrienne est nationalisée ou appartient à des proches du parti Baas. Il y a donc des opportunités pour les compagnies occidentales d'acquérir des parts dans le domaine pétrolier, des télécommunications, de la distribution des resources, de l'armement, etc.

Le Royaume-Uni est avec la France un des principaux défenseurs des intérêts israéliens.

Les États-Unis espèrent récupérer une Syrie sans Bachar al Assad dans leur giron mais ils sont dans une passe difficile. Les sondages sont hostiles à une intervention en Syrie. Barack Obama doit composer avec la Russie pour l'Iran et l'Afghanistan. Il n'aura jamais un accord de la Russie au Conseil de Sécurité de l'ONU pour une intervention en Syrie.

Il sait que Genève 2 n'a aucune chance d'aboutir à un résultat. Il va sans doute profiter des manoeuvres militaires en Jordanie pour former et équiper les éléments modérés de l'opposition armée syrienne et ouvrir un nouveau front au sud de la Syrie en espérant que Bachar al Assad commette une erreur qui permettrait l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne. Il peut aussi l'instaurer sans attendre une erreur. La grande inconnue est de savoir s'il trouvera suffisement de combattants. Il devra sans doute suciter des défections dans l'armée arabe syrienne.

La Russie n'a pas varié de position depuis le début. Elle est restée cohérente et est le seul pays à avoir des contacts avec toutes les parties du conflit. Tartous ou un autre port syrien deviendra le port d'attache de la flotte de le Méditerrané (Tartous est actuellement un point de support logistique) en cas de maintien de Bachar al Assad au pouvoir.

Peut-être même sans avoir été déployés et utilisés (sauf contre des F4 turcs le 22 juin 2012) les missiles russes auront reçus une grosse publicité et ils seront certainement demandés par de nombreux pays. Des missiles qui sont craints par Israël et par les États-Unis, cela doit être rare. Je pense aux S300 sol/air, aux SSN-26 anti-navires et aux Iskander-M sol/sol.

 

Les armes chimiques.

D'abord, il faut rappeler que toutes les armes à feu sont chimiques puisque c'est un composant chimique qui provoque la détonnation.

Si on parle de gaz, les gaz lacrymogènes, paralysants, soporifiques et autres sont aussi des gaz chimiques et ils sont utilisés par les forces de l'ordre dans tous les pays y compris la France.

Il reste les gaz de combat que les Européens ont utilisés les premiers à partir de 1915 (ypérite) et les terribles gaz sarin et innervant.

Est-ce que certain de ces gaz ont été utilisés en Syrie, par qui et à quelle échelle ? Il semble que oui mais pas de façon massive comme à Halabja en 1988 par exemple. Or, il semble à beaucoup d'analystes que la ligne rouge évoquée par Barack Obama concernait l'utilisation massive de ces gaz comme lors de la guerre Iran – Irak. Bachar al Assad n'est pas suicidaire et ne se lancera pas dans une telle aventure. Qui a utilisé des gaz et quels gaz ont été utilisés en Syrie ? La question reste ouverte mais Barack Obama doit être furieux contre certains de ses alliés qui veulent le forcer à intervenir en Syrie en interprétant ses propos à la lettre.

J'ai trois questions à poser aux "journalistes" qui sont revenus avec des échantillons prélevés sur place.

Aviez-vous emporté des fioles stériles en Syrie et avez-vous une compétence particulière en gaz de combat qui vous a permis de prélever ces échantillons ?

Si du personnel local, médecins ou autres, s'est chargé de prélever des échantillons, avez-vous vraiment suivi ces échantillons des yeux et pour garantir la fiabilité de leurs analyses ?

Avez-vous gardé un double des échantillons prélevés pour une éventuelles contre-analyse ?

Pour des experts étasuniens et spécialistes en gaz chimiques, l'utilisation de gaz sarin en Syrie est sujet à caution [15].

Il faut quand même mentionner que la Syrie a des stocks de ces gaz qui sont le contrepoids des armes nucléaires israéliennes et qui sont plutôt destinées à répondre à une attaque nucléaire. Israël a donc un grand intérêt à voir ces armes être éliminées.

 

Bachar al Asaad.

Je n'ai aucune envie de me confondre en excuses et de commencer par écrire que c'est un dictateur mais moins pire que les autres. Je ne le pense pas et je ne l'écrirai pas.

Comme tout dirigeant, il a commis des erreurs mais il n'est pas l'homme qui tire sur son peuple comme ses ennemis le présentent. S'il avait voulu le faire, les morts se compteraient par centaines de milliers.

Bachar al Assad a su montrer qu'il a la stature d'un chef d'État dans les moments les plus périlleux pour son pays. Il n'est pas responsable, des crimes commis sur le terrain par des milices civiles qu'il ne contrôle pas. Gardons à l'esprit qu'il s'agit d'une guerre civile qui par définition oppose des civils incontrôlés.

L'armée arabe syrienne (l'armée régulière) est disciplinée, majoritairement composée de conscrits et elle lutte pour l'unité du pays non seulement contre des rebelles syriens qui ne veulent pas négocier avec Bachar al Assad mais aussi contre un nombre indéterminé mais certainement important d'éléments étrangers bien aguerris et rompus à la guerilla urbaine.

Les services secrets syriens qui pratiquent des exactions contre des détenus (mais les États-Unis ont fait de même en Irak et en Afghanistan) échappent au contrôle du Président et ils ne peuvent être réformés en temps de guerre.

Bachar al Assad est aujourd'hui incontournable et que ceux qui en doutent me citent le nom de quelqu'un d'autre capable de le remplacer.

Au début des évènements, il a ouvert la politique à un système pluraliste et il a libéré les prisonniers politiques dans le silence total des médias occidentaux.

Un rapport interne de l'OTAN (à ma connaissance, il n'a pas été démenti) donne à Bachar al Assad 70 % de soutien dans son pays et seulement 10 % de rejet [16]. Ce rapport n'a surement pas fuité par hasard. Cela signifie qu'on peut s'attendre à une courbe rentrante des États-Unis après sans doute un dernier baroud d'honneur pour ne pas perdre la face.

Il n'y a que lui qui peut conduire son pays vers une transition plus démocratique et, si cela réussi, ce sera l'exemple qui fera peur à tout ses voisins. Il est clair que ce ne pourrait se faire qu'après la fin de cette guerre et sans doute après une réconciliation nationale dont seront exclus les mouvements takfiristes.

L'avis que je donne ici concerne la personne de Bachar al Assad seul et pas son entourage.

 

Les réformes.

Voila bien un mot vide de sens. Chaque Syrien, chaque communauté, chaque région a ses attentes et si une réforme constitutionnelle ne les rencontrait pas toutes, ils diraient qu'on ne les a pas entendus. J'entends souvent dire qu'on était bien en Syrie avant, qu'on avait tout.

Pourquoi alors tout bouleverser. Ne vaut-il pas mieux partir de ce qu'on avait et qui marchait plutôt bien que de subir le chaos ?

 

Genève 2.

Tant que ceux qui soutiennent les rebelles auront un espoir renverser Bachar al Assad par les armes ou suite à une longue guerre d'usure, cette conférence n'a aucune chance de réussir.

Dans de nombreux pays musulmans, les oulémas sunnites lancent des appels au jihad en Syrie [17], ce qui amènera une nouvelles vague de combattants.

Les Occidentaux n'ont pas encore épuisés toutes les options pour renverser Bachar al Assad par la force et ils sont prêts à l'escalade.

Cela prouve que Barack Obama n'a pas été sincère en acceptant de monter cette conférence avec les Russes. Il est vrai qu'il subit beaucoup de pression de ses alliés et du Congrès des Etats-Unis pour une intervention armée. Il est clair que pour lui et ses alliés, l'objectif est un changement de régime en Syrie quel que soit le coût en vies humaines. La cessation de la barbarie n'est pas n'est pas une option si elle ne s'accompagne pas d'une victoire géostratégie. C'est lamentable pour un prix Nobel de la Paix mais finalement pas si étonnant que cela.

Cette conférence n'aura sans doute pas lieu parce que les principaux belligérants de l'opposition n'ont pas envie d'y participer.

 

Message aux journalistes professionnels.

Vous rendez-vous compte que votre couverture partiale de la guerre civile qui se déroule en Syrie contribue à exacerber les sentiments de certains jeunes musulmans en révolte de chez nous. Si cela devait les encourager à devenir jihadiste en Syrie ou ailleurs et s'ils y commettaient des actes terroristes ou barbares, votre responsabilité morale serait engagée et vous seriez peut-être un journaliste terroriste.

Quand vous vous rasez le matin, demandez-vous si l'homme que vous voyez dans le miroir peut regarder les familles des victimes des terroristes les yeux dans les yeux.

 

Message à tous les candidats jihadistes.

Si se battre pour ses convictions peut parfois être noble, cela ne veut pas dire que toutes les causes méritent d'être défendues et surtout pas par les armes.

Si vous reveniez dans votre pays de départ, on ne vous accueillerait pas en héros. Vous subirez certainement des interrogatoires serrés par les services de sécurités [18] et vous serez l'objet d'une surveillance permanente.

Est-ce que vous vous adapterez encore à la vie civile après avoir participé à toutes ces horreurs ? Posez-vous la question avant de partir.

 

Message à tous les Syriennes et à toutes les Syriens.

Vous êtes les principales victimes d'une guerre guidée par des étrangers. Vous n'avez pas voulu cette guerre, vous vouliez seulement plus de liberté et de justice mais ceux que vous n'aviez pas désignés et qui se sont mis à parler en votre nom vous ont confisqué votre combat et votre parole et ils n'ont écouté que les conseils de leurs sponsors qui se font appeler "Les Amis de la Syrie".

Vous êtes de plus en plus nombreux à dire "Arrêtons tout ça" mais d'autres, ceux qui se disent vos amis ne craigne pas d'encore faire couler plus de sang et ils veulent voir encore plus d'armes dans votre pays.

Je ne sais que vous dire. Je suis triste de voir des dirigeants occidentaux se comporter ainsi. Je ne peux qu'espérer que de plus en plus de citoyens épris de vérité, de vrais démocrates, osent s'opposer à ces va-t-en-guerre et qu'ils finiront par être entendus.

 

Message à tous les citoyens qui regardent, écoutent ou lisent les médias.

Vouloir être objectivement informés est un choix personnel de l'utilisation de son temps libre. Cela demande un travail de recherche, d'étude et de tri de l'information. La plupart des gens n'ont le temps que de regarder un journal télévisé par jour et de lire un article de magasine de temps en temps en faisant confiance à l’objectivité des journalistes. C'est déjà bien parce que tout le monde ne le fait pas mais insuffisant, surtout si les sources ne sont pas variées. Vous pouvez tous chercher "Syrie" sur Youtube et surfer sur les vidéos proposées. Ayez le coeur bien accroché parce que c'est dur à regarder. Demandez-vous ensuite si les médias vous donnent une information objective de cette guerre civile.

Les vidéos montrent des violences barbares commisent par les deux camps et on peut légitimement se demander ce qu'un apport de nouvelles armes va changer.

 

Quelques réflexions personnelles.

Des centaines, peut-être des milliers, de jeunes européens sont partis rejoindre l'opposition en Syrie. Certains sans doute avec la bienveillance des autorités de leur pays d'origine. D'autres ont été recrutés par des organisations islamistes qui se déclarent ennemies de la démocratie et cela, semble-t-il, sans éveiller l'attention des services policiers. Se rend-on compte que cela signifie que des réseaux de recrutement de combattants jihadistes sont installés dans l'Union européenne et qu’ils peuvent agir de façon clandestine sans être inquiétés ?

A-t-on remarqué le déplacement des brigades jihadistes de l'Irak et de l'Afghanistan vers la Syrie ? On sait qui les manipule aujourd'hui. On peut en déduire que ce sont les mêmes qui les finançaient avant. Pour ceux qui veulent des noms de pays, souvenez-vous de la nationalité des responsables des attentats du 9/11.

On peut comparer le jihad actuel aux croisades des XIe et XIIe siècles, quand l'Europe féodale envoyait ses enfants les plus turbulents se tailler un royaume en Orient.

Comme eux, les Jihadistes sont partis combattre pour leur religion en Syrie pour instaurer un califat islamique sur des terres conquises. Comme les croisés, ils sont embrigadés, équipés et à la merci de leurs mentors.

 

Quelle solution pour l'avenir.

Il n'y a pas de solution à cette guerre civile applicable immédiatement. A mon avis, pour faire cesser cette tuerie, les Occidentaux doivent commencer par reconnaître la légitimité de gouvernement syrien actuel vu que c'est le souhait des Syriens eux-mêmes (70 à 90 %). Une reflexion plus profonde sur l'avenir de la Syrie pourrait avoir lieu ensuite avec une cessation des combats, un retrait des non-Syriens, un retour des militaires dans leurs casernes suivi d'élections présidentielles libres en 2014 pour enfin avoir l'avis de la population. Tout cela devrait se faire sous la supervision de l'ONU et sous la protection de casques bleus.

Ce serait une solution de bon sens mais il y a plusieurs hics.

Les rebelles et leurs sponsors perdraient la face s'ils ne remportaient pas les élections contre Bachar al Assad. C'est bien pour cela qu'ils exigent son départ ou que, pour le moins, il ne se présente pas à une future élection présidentielle.

Vu les divisions qui règne dans les rangs de l'opposition, qui pourrait se dégager comme leader ? La coalition anti Bachar al Assad est contre nature. On y retrouve des laïcs, des Frères Musulmans, des combattants de Jabhat al Nosra (affilié à al-Qaïda), des groupes mafieux locaux, des militaires déserteurs. Quel est le lien qui uni tous ces opposants à part de vouloir le départ de Bachar al Assad ? Et n'oublions pas qu'il y a aussi une opposition syrienne de l'intérieur et de l'extérieur qui a rejetée la violence armée et qui est sans doute la plus légitime.

Et, last but not least, imaginons un pays arabe réellement libre, quel danger pour les petromonarchies féodales du Golfe !

J'ajoute en dernière minute que les Occidentaux veulent continuer la politique de la lutte armée et que cela signifie que le conflit durera encore très longtemps.

 

[1] Gerard Chaliand dit dans de nombreuses interview que l'entente Chine-Russie est temporaire. Ici à partir de 7,30 m. http://www.youtube.com/watch?v=ANKq1EkqpEg

[2] http://fr.rian.ru/world/20080721/114504563.html

[3] Les États-Unis crée 85 milliards de dollars tous les mois. http://business.financialpost.com/2013/06/14/unwinding-qe-too-quickly-could-rock-global-markets-imf-warns/

[4] http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-nouvelle-strategie-de-defense-107758

[5] Chapitre 1 – Article 2 - § 7 http://www.un.org/fr/documents/charter/chap1.shtml

[6] http://www.mondialisation.ca/syrie-le-trajet-des-gazoducs-qataris-decident-des-zones-de-combat/5311934

[7] Des tireurs embusqués avaient tiré sur les manifestants et l'opposition avait fait porter la responsabilité des morts sur la police de Hugo Chavez. https://www.youtube.com/watch?v=YlfKCTFE5CI

[8] Roland Dumas dit que l'invasion de la Syrie par les rebelles était préparée bien avant le début des manifestations. A partir de 27,40 m. https://www.youtube.com/watch?v=sSie6caCCy0

[9] http://www.dreuz.info/2013/06/en-syrie-le-hezbollah-decouvre-des-mines-antichar-quil-avait-livre-au-hamas/

[10] http://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_du_Quincy

[11] Le takfirisme et le salafisme soutenus par les Wahhabites. http://libnanews.com/2013/05/13/le-leviathan-arabo-wahhabite-nest-il-pas-plus-dangereux-que-le-programme-nucleaire-iranien/

[12] http://www.algerie-focus.com/blog/2013/06/16/qatar-lemir-hamad-ben-khalifa-al-thani-pousse-vers-la-porte-de-sortie/

[13] http://www.youtube.com/watch?v=fAoiK3khtwE

[14] http://www.planetoscope.com/mortalite/778-nombre-d-enfants-mourants-de-faim-dans-le-monde.html

[15] http://www.montereyherald.com/rss/ci_23465558?source=rss

[16] http://lefirago.overblog.com/l%E2%80%99otan-admet-que-70-des-syriens-soutiennent-bachar-el-assad

[17] http://www.liberte-algerie.com/international/des-oulemas-sunnites-appellent-au-djihad-en-syrie-crise-syrienne-201729

[18] http://www.rtl.be/info/monde/international/1009989/jeunes-belges-en-syrie-detention-confirmee-pour-deux-jeunes-soupconnes-de-terrorisme


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • njama njama 17 juin 2013 11:30

    Fabius et les US veulent armer les rebelles ...

    Je pense plutôt qu’ils veulent les ré-armer, vu toutes celles qu’ils ont perdues dans la bataille de Quoseir et ailleurs ... les rebelles n’en manquaient pas ... (voir la vidéo 01:29 publiée sur le site Al-Manar)
    En fait de recherches d’une solution politique, de paix par une concertation internationale, ils n’ont d’autre idée que de torpiller Genève 2 en continuant leurs activités de pompiers pyromanes en Syrie ...

    Des armes israéliennes et prohibées retrouvées à Qousseir

    Le correspondant d’almanar présent sur place a transmis des images sur des maisons remplies d’armes et de munitions ainsi que les images de tunnels utilisés par les groupes armés dans la ville de Qousseir, Dabaa et Boueyda.

    Certaines armes portaient des inscriptions en hébreu et des fusils d’assaut israéliens de type Uzi ont été retrouvés. Alors que les dirigeants de l’opposition déploraient l’absence d’armes efficaces dans les rangs des groupes de rebelles, les images transmises dans cette vidéo montrent des armes sophistiquées, de multiples roquettes, des armes prohibées, ainsi que des masques à gaz.

    http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=2&cid=37&frid=18&seccatid=37&eid=115509



    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 juin 2013 16:09

      Ceci dit, al Manar n’est pas non plus réputée pour son impartialité et son objectivité vu que c’est la téloche du Hezbollah et que ce mouvement est financé par l’Iran.

      Est ce qu’il y a seulement UN media qui est neutre dans ce conflit ?

      Poser la question c’est y répondre !


    • njama njama 17 juin 2013 20:22

      Alois Frankenberger nous fait du Morice ... ah !!! ça vient de tel site ...
      On sait les crises d’urticaire que le réseau Voltaire ou autres lui donnent ... ça frise le caca nerveux chez lui ... il ne lit même plus les articles, de savoir d’où ils viennent suffit à faire son propre jugement ...

      ça ne tient pas la route votre raisonnement Alois, pas plus que celui de Morice. trop facile. Ah ça vient de ... Haaretz, ce quotidien israélien (sioniste ?) ... c’est du brun !!!
      Ah, ça vient du Figaro ... ce vieux truc fondé sous Charles X qui appartient à Serge Dassault l’avionneur de Rafales ...
      Ah ça vient de l’Humanité, cet ectoplasme de la Pravda ...

      Vous êtes un « stupide » Alois !!!
      Je n’ai pas d’autre mot pour qualifier votre commentaire.

      Tenez un autre article d’Al-Manar 23-03-2012, qu’allez-vous me répondre stupide monsieur ... ah ça vient du Hezbollah !!! c’est forcément douteux ...

      « Des Eglises accusent la France de vouloir vider la Syrie de ses Chrétiens. »

      Un face à face farouche oppose en Syrie des Églises orientales chrétiennes aux ambassades occidentales, ont révélé des sources proches du patriarcat orthodoxe au site de l’opposition syrien AlHakika (La vérité).

      Des Visas ouverts aux Chrétiens seulement !

      Les patriarches Agnatius IV et Zakka Ier ont découvert un plan ourdi par certaines ambassades occidentales à Damas, en l’occurrence celle de France, pour vider la Syrie de ses Chrétiens.
      L’affaire a été découverte par le patriarcat le mois dernier.
      [...]
      http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=56159&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

      Évidemment si vous n’écoutez que Radio Vatican, ou ne lisez que (la propagande de ?) l’Agence Fides, ou le journal LaCroix ... vous ne risquez pas de trouver ce genre d’infos à vous mettre sous la dent, pour le ruminer un peu, le vérifier, et vous faire votre propre jugement ...

       


    • Pierre Pierre 17 juin 2013 21:29

      @ njama,

      Vos vidéos sont convaincantes et Al Manar est une source d’information comme les autres. C’est le point de vue du Hezbollah et il faut aussi le connaître.
      Juste une remarque sur votre commentaire. Vous suivez les événements en Syrie et vous savez comme moi que la rébellion ou les terroristes, appelez les comme vous voulez ne forment pas une armée unie. A Qousseir, ce sont les Takfiristes financés par le Qatar qui ont été laminés. Le Qatar est ami d’Israël, il n’est donc pas surprenant de trouver des armes israéliennes.
      Il n’est pas surprenant non plus de trouver des armes du Hamas vu que leur chef, Khaled Mechaal a rompu les ponts avec Damas et s’est exilé au Qatar.
      Ne sous-estimez pas l’intelligence des Américains. Ils ne veulent pas voir ces fanatiques arriver au pouvoir en Syrie. Ils les laissent juste se battre avec l’armée arabe syrienne pour qu’ils s’affaiblissent mutuellement (c’est raté) et ensuite porter l’estocade avec les éléments de l’armée arabe syrienne qui se tourneront contre le régime.
      La cuisante défaite de Qousseir les oblige à revoir leurs plans. Il s’agit maintenant d’ouvrir un front au sud avec des combattants sous contrôle des Etats-unis et armés par eux. Il leur faut des officiers syriens et ils vont arriver, les liasses de dollars saoudiens attendent les déserteurs.




    • njama njama 18 juin 2013 01:44

      Merci Pierre ...

      C’est vrai je suis cette actualité de près (j’étais en Syrie an avril 2009 ... et j’ai aimé la Syrie, beaucoup ... ).
      Merci pour l’article très documenté ... dans le respect du lecteur qui se fera son opinion ... Super bravo Pierre pour cette synthèse qui respecte tout le monde et invite à la réflexion, à aller plus loin avec les liens indiqués.

      « Il s’agit maintenant d’ouvrir un front au sud »
      Côté Jordanie, je ne crois pas que cela soit très possible ...il y a des grandes manoeuvres prévues, un exercice militaire conjoint américano-jordanien « Eager Lion 2013 » de grande envergure impliquant 15.000 soldats et 18 nations prévu pour débuter au plus tard en juin et durer deux mois, avec la participation de chasseurs de combat américains F-16 et des systèmes de défense Patriot.

      MAIS ...
      Il n’est pas inutile de rappeler ces très officielles et récentes déclarations, celle du roi Abdallah :
      « La Jordanie ne participera pas à une ingérence militaire dans les affaires syriennes, car cela serait contraire à nos principes et à nos intérêts nationaux supérieurs »,

      confirmée par son 1° ministre Abdullah Ensour :
      « En Jordanie, nous sommes hostiles à une intervention en Syrie et considérons qu’il est inadmissible d’utiliser la force armée de tout État étranger en vue d’une invasion de ce pays. En Jordanie, vous ne trouverez pas de troupes étrangères qui puissent agir contre la Syrie »
      (sources Ria Novosti)


    • Pierre Pierre 18 juin 2013 08:50

      Bonjour njama,

      La Syrie est un des rares pays de la région où je n’ai pas voyagé. Mes interlocuteurs arabes me décrivaient souvent la Syrie comme le pays où coulent le lait et le miel (milk and honney) et comme le berceau de la civilisation. 
      A mon avis, les déclarations du roi de Jordanie et de son Premier ministre sont destinées à rassurer leurs concitoyens. Ils ont aussi fait des déclarations plus martiales assurant leur détermination de de pas tolérer d’attaque contre leur pays. Ces déclarations ne pèsent pas bien lourd à coté des manœuvres militaires et de l’impressionnant déploiement d’armes qui n’est peut-être que l’avant-garde. Il y a aussi les 300 marines chargés de distribuer l’aide militaire !
      Rien n’a encore fuité de la récente réunion sur la Syrie qui a eu lieu récemment à la Maison Blanche mais des décisions importantes ont dû être prises.

    • cedricx cedricx 17 juin 2013 13:35

      Merci Pierre, c’est un véritable plaisir que de lire un tel article.


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 juin 2013 16:05

        Le but - cynique - de nos pays est apparemment de faire pression sur l’Iran pour l’amener à négocier en armant les opposants syriens en sachant que l’Iran devra s’engager de plus en plus tant en hommes qu’en matériel et en argent sous peine de perdre un allié et la face.

        La popualtion syrienne est malheureusement la valeur d’ajustement de ces politiques à courte vue alors que les sanctions économiques contre l’iran sont suffisantes pour l’amener à réviser sa position agressive.


        • Pierre Pierre 17 juin 2013 20:23

          @ Alois Frankenberger,

          J’allais être d’accord avec vous jusqu’à ce que je lise le dernier mot de votre commentaire.
          Pourriez-vous justifier le mot « agressive ».
          Venir en aide à un allié agressé (Syrie) me semble moralement justifié. 
          Israël trouve normal de menacer les autres mais ne supporte pas de l’être (Hezbollah).
          Je suis 100 % d’accord avec vous pour dire que la population syrienne est sacrifiée pour une cause qui n’a rien à voir avec sa soif de liberté et de justice.

        • Jonas 17 juin 2013 18:27

          Pierre, fait la géopolitique des souks.


          Il suffit à ce monsieur de lire la presse Arabe et de se cantonner à la région pour comprendre que les choses dans ce monde arabe sont complexes et ce n’est pas un occidental avec sa simplification a outrance qui peut juger. ( Etats- Unis -Occident-Israël , Mars-Jupiter etc. ne sont pour rien où pour peu.)

          Je prends pour étayer mon argumentation quelques extraits de journaux de cette région au hasard.

          1) Le quotidien égyptien« Al-Wafdh » de vendredi 14 juin , invite Barak Obama à livrer des armes rapidement à l’ASL afin de stopper l’offensive du régime à ALEP. D’après ce journal , l’engagement des Etats-Unis entraînerait un changement européen. Les Européens ayant fixé le 1er aout prochain comme date charnière«  

          Sans attendre la décision des Etats-Unis et des Européens , le Président » Frères musulmans « Morsi a déjà rompu ses relations diplomatiques avec le régime de Bachar al-Assad.

          2) Le quotidien saoudien , Al-Riyadh , bien informé , pense que les Etats-Unis vont livrer des armes modernes aux rebelles syriens à partir de leurs bases en Jordanie et en Turquie. Selon ce journal l’annonce de Barak Obama a produit des multiplications de défections d’officiers du régime. Et le fait ait que la Turquie a annoncé l’arrivée de 73 hauts gradés sur son territoire. Plus une trentaine d’officiers ont rejoint l’ASL a Hastara et plusieurs douzaines de soldats y compris de la garde présidentielle. Ce qui justifie , les nombreux bombardements violents et les raids aériens menés par le régime syrien dans sa banlieue.

          3) le quotidien Sharq al Awsat , basé à Londres lui avertit les pays arabes. A la suite de l’élection de Hassan Rohani en Iran.

           » C’est à l’Iran de faire le premier pas et de prouver sa bonne foi et non pas aux pays Arabes qui traînent une amertume depuis les présidents Rafsandjani et Khatami . 
          C’est à l’Iran de commencer par retirer ses unités , ses alliés du Hezbollah et ses autres mercenaires de Syrie comme un gage de bonne volonté. Il ne ne faut pas que les pays Arabes se fassent avoir une troisième fois. Et l’auteur de l’article , Tarik Al-Hamaïd de rappeler que c’est sous le modéré Rafsandjani que le Hezbollah est né.

          4) Le journal « Al- Moustakbal »du Liban est furieux comme certains dirigeants libanais ,depuis la sortie télévisée de Hassan Nasrallah ( qui vit toujours dans un bunker nrdl ) . 

          Ils critiquent l’ancrage du Hezbollah à l’Iran et déplorent que Nasrallah ait choisi de sacrifier le Liban pour les intérêts de la République islamique.
          Les assassinats de chiites opposés au Hezbollah , lors de la manifestation contre son ingérence en Syrie.( Le Hezbollah - Parti de Dieu- est devenu dans la bouche de Youssef Al-Qaradaoui, le Hezb al -chitane -Parti du diable, est violemment dénoncé , y compris par les chiites dont 30% lui seraient hostiles. C’est pour cette raison que le Hezbollah plaide pour un report des législatives.

          Les gauchistes , révolutionnaires avec les prestations sociales en France comme les communistes et les idiots utiles , ce sont toujours trompés sur les révolutions et les soulèvement des pays européens comme en Asie. Ils doivent avoir l’humilité de ne pas beaucoup la ramener et de se faire tout petit quand ils abordent , les problèmes du monde arabo-musulman. D’autant que très peu ont étudié , travailler dans ces pays tout en maîtrisant les subtilités de cette belle langue qu’est l’Arabe. ( Oui, j’aime la poésie et notamment arabe)

          Je cite l’historien Jacques Julliard : « En effet , être de gauche ne revient pas à porter une médaille , ça ne se décrète pas et cela ne correspond pas au camp du bien. Mitterrand était de gauche parce qu’il était reconnu comme tel » .
           Mitterrand a été ministre de la justice pendant la guerre de l’Algérie et a envoyé des militants FLN a la potence. Les Communistes ont soutenu l’Union Soviétique et ont voté les pouvoirs spéciaux à Guy Mollet pour poursuivre la guerre , qui ne disait pas son nom contre l’Algérie combattante. Je ne citerai pas nos intellectuels et leur soutien sans faille à Cuba-Mao-les Khmers rouges etc.

          Je voudrais rappeler à ceux qui ne connaissent pas les exploits des communistes qui aujourd’hui faute d’adhérents se lancent dans la défense des immigrés et des noirs.

          1) C’est un élu communiste Paul Mercieca , maire de Vtry sur Seine qui avait été le premier a détruire au bulldozer un foyer de travailleurs maliens sur sa commune. Le 24 décembre 1980

          2) C’est le secrétaire général du PC, Georges a Marchais à l’époque qui prend sa défense dans le journal l’Humanité du 6 janvier 1981. Juste un petit extrait , pour le kif .

          " Je vous le déclare nettement : oui , la vérité des faits me conduit à approuver , sans réserve, la riposte de mon ami Paul Mercieca. Plus généralement ,j’approuve son refus de laisser s’accroître dans sa commune le nombre ,déjà élevé , de travailleurs immigrés.

          En raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de nombres de leur familles , la poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes . Il faut regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables.

          La cote d’alerte est atteinte . C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration ; sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. 
          Je précise bien ; il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. 
          Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration.

          Quand la concentration devient très importante , la crise du logement s’aggrave.

          Les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles françaises ne peuvent y accéder. Les charges d’aide sociale nécessaire pour les familles immigrées plongées dans la misère deviennent insupportables pour les budgets des communes etc.

          Voilà comment s’exprimait le PC, en 1981. Aujourd’hui c’est un grand défenseur des immigrés.

          Je n’oublie pas l’autre maire devenu responsable du PC,qui avait accusé injustement le fils d’une famille marocaine de vendre de la drogue. Et avec beaucoup de courage il a défilé sous la fenêtre de la famille en compagnie de tous les employés de la Mairie. 
          Depuis cet ancien responsable du PC a quitté le Parti non sans avoir été son candidat lors des présidentielles. Vous connaissez le nom ? Je le donnerai aux curieux.
          .



          • njama njama 17 juin 2013 21:12

            @ Jonas
            Vous êtes aussi « stupide » qu’Alois ... voir mon commentaire plus haut ...


          • Pierre Pierre 17 juin 2013 21:53

            @ Jonas,


             ?????? !!!!!! ??????

            J’ai lu les premières lignes et puis le reste en diagonale. Vous êtes complètement hors sujet.
            Si vous voulez souligner qu’on peut lire d’aussi grosses stupidités dans la presse arabe que dans la presse occidentale, nous pouvons être d’accord. Mais on peut aussi y découvrir des choses volontairement occultées par nos médias (voir les liens du premier commentaire de njama).

          • edouard 17 juin 2013 21:50


            Remarquable travail, équilibré et honnête, sur un sujet très sensible, merci Pierre...

            Ce qui se passe en Syrie et ce qu’il va se passer sont d’une importance vitale pour notre planète : c’est bien notre sort qui se joue là-bas .

            Il faut bien comprendre que l’Empire , l’oligarchie anglo-saxonne, ne peut pas perdre cette guerre, mais elle ne peut pas la gagner, on est dans un cas de double contrainte, le type de situation qui rend fou, d’ailleurs à part les Russes qui gardent leur sang froid, les occidentaux font dans les maladies compulsives : Bachar doit partir....

            Si l’Empire perd, rien ne pourra freiner son effondrement économique et entrainer la ruine des ploutocrates. Ils continuent donc dans la même voie qui a échoué : recrutement de mercenaires/terroristes suréquipés....

            En face l’Armée Arabe Syrienne est aguerrie, bien équipée, bien encadrée, avec un bon moral surtout après la victoire de Quseir rien ne peut l’empêcher de rétablir la sécurité sur TOUT le territoire. A part une intervention extérieure de l’OTAN et encore.

            On voit se profiler les signes de cette intervention : annonces de pseudos désertions, manoeuvres en Jordanie, livraisons de matériels, intense diabolisation des Syriens via des crimes inventés(sarin, massacre...), de l’espoir insensé soulevé par l’élection iranienne...

            Mais Obama, menacé d’Impeachment par des false flags connait la réalité du terrain :
            Les Russes ont transformé la Syrie en forteresse imprenable et l’Iran peut débarquer 1 million d’hommes . Il freinera donc tant qu’il sera président et vivant.

            Et surtout les USA ne peuvent plus faire une nouvelle guerre.


             


            • Pierre Pierre 17 juin 2013 22:29

              @ edouard,

              Merci pour votre commentaire.
              Je retiens particulièrement un point « les Russes gardent leur sang froid ». J’ajoute que cela ne doit pas être facile face à des puissances déclinantes qui ne sont pas habituées à voir leurs plans déjoués et qui sont en train de perdre la face, excepté Barack Obama qui a encore des atouts dans son jeu.
              En revanche, je ne crois pas que l’Empire joue sa survie ici. Le domino ne doit pas nécessairement tomber. Je crois que c’est plutôt en Extrême- Orient que cela va se passer. Mais on a chacun ses analyses ...

              • filo... 18 juin 2013 01:08

                @l’auteur
                Excellente analyse, globale et par moment visionnaire.

                A compléter peut être par un récent article sur le « Réseau International » de Valentin Vasilescu « La vraie bataille pour la Syrie, celle dont les médias ne vous parleront jamais » du 29 mai dernier.

                Intéressant jeu de cache cache et de voir aussi au combien le monde été tout prêt d’une déflagration. Mais VI ème flotte a reculée.

                Il devient clair que les russes ne céderont jamais dans cette affaire de la Syrie.


                • Pierre Pierre 18 juin 2013 08:05

                  Merci filo. « Réseau International » est un très bon site. Une mine d’informations occultées par les médias mainstream qui prennent leurs lecteurs pour des veaux incapables de comprendre des informations un peu plus complexes que leur soupe en boîte.


                • Jonas 18 juin 2013 08:33

                  Pierre , vous avez des fans. 


                  Vous voyez , c’est un exemple édifiant, beaucoup cherchent dans les interventions sur ce site a conforter leurs propres idées. Vous êtes un bon client pour eux.

                  Vous pouvez lire en diagonale ou parcourir mon courriel les yeux fermés, cela ne change rien. J’ai montré la complexité des problèmes du monde arabo-musulman, ses médias le démontrent.

                  Comment voulez -vous juger des événements se passant au Proche et Moyen-Orient en portant vos critiques uniquement sur les médias occidentaux , alors que les médias Arabo-musulmans sont divisés sur le sujet sans parler des pouvoirs en place qui ne sont d’accord sur rien.

                  Je l’ai rapporté dans un de mes courriel, la plus haute figure religieuse sunnite le cheikh Youssef al-Qaradaoui , dans une déclaration au jour égyptien « Masri Yom » appelle les musulmans sunnites de se mobiliser pour défendre les sunnites de Syrie sans attendre l’aide occidentale.( Peut-être que lui aussi est payé , par les Occidentaux ,les Américains et Israël)

                  PS : Les puissances déclinantes sont sollicitées par les immigrés qui se battent au péril de leur vie pour y venir et s’y installer. Je compte sur vous, Pierre , pour promouvoir auprès des immigrés candidats pour les puissances déclinantes d’aller voir la Russie, la Chine et l’Inde. 


                  • Pierre Pierre 18 juin 2013 09:03

                    Bonjour Jonas,

                    Voila un commentaire qui concerne mon article et vous avez bien le droit de contester mon analyse et moi celui de vous répondre. 
                    Excusez-moi de ne pas le faire tout de suite mais je dois me rendre à mon travail. Je reviendrai vous donner une réponse ce soir.

                  • Pierre Pierre 18 juin 2013 20:42

                    @ Jonas,

                    Je ne cherche pas à avoir des fans mais je suis content quand un de mes articles ou un de mes commentaires rencontre l’approbation.
                    J’ai lu la première partie de votre commentaire, celle qui concernait la presse arabe et la suite en diagonale parce que je ne vois pas le rapport entre la presse arabe, les communistes, les noirs, etc. Vous ne dites ni avant ni après ce que vous cherchez à démontrer.
                    Contrairement à vous, je vois un lien entre la déclaration de cheikh al Qaradaoui, vos exemples de la presse arabe, la rupture des relations entre l’Egypte et la Syrie, la défection d’officiers syriens et les manœuvres en Jordanie. J’en ferai peut-être un article.
                    Pour les immigrés en Russie, vous êtes mal informé. (lien) Je ne connais pas la situation en Inde mais je connais au moins un immigré en Chine. (liensmiley




                  • Jonas 20 juin 2013 09:56

                    Bonjour Pierre.


                    J’attendais avec impatience votre réponse , hélas , vous vous êtes emmêlé les pinceaux, puisque vous avez avoué me lire en diagonale donc votre réponse est en diagonale c’est-à-dire à côté de la plaque.

                    Sur ce site , pour avoir des fans, il suffit d’être anti-occidentaux, anti-américains et anti-israéliens. Rien de d’extraordinaire.

                    Les internautes ne cherchent pas à comprendre et à regarder les réalités en face ni la complexité des situations, mais seulement à  conforter leurs idées. Et vous êtes parmi les contributeurs de ce site à rouler pour eux. Dans une élection vous serez élu , largement. Vous écrivez ce qu’ils veulent lire.

                    Vous pouvez le mesurer très rapidement en faisant défiler les interventions. 

                    Par ailleurs , je cite la presse arabe , oui , effectivement car , cette presse n’est pas libre et reflète les divergences et les antagonismes des pays arabo-musulmans. Et je suis souvent surpris par la légèreté et la simplicité infantiles avec lesquelles , certains gauchistes attardés appréhendent les événements du monde arabo-musuman.Alors que ce monde lui-même patauge dans la nuit noire.

                    Sur ce site je n’interviens que sur les sujets que je connais et particulièrement le monde arabe, dont je maîtrise la langue et par mes nombreux séjours dans beaucoup de ces pays , je ne suis ni journaliste ni universitaires ni homme politique , donc je ne peux pas être corrompus par les fastes et la générosité que ces pays dispensent pour être bien vus à l’étranger. 

                     Ma profession dans l’industrie, m’a permis de côtoyer , des femmes et des hommes du peuple qui s’expriment librement et honnêtement sur leur situation, surtout, loin des traducteurs et des fixeurs , manipulés et qui utilisent le concept bien connu du philosophe et historien Ibn Khaldun, la « Essabyya » , cette solidarité. tribale auprès de l’étranger. 

                    Je me suis souvent retrouver avec , le journaliste bien connu , Antoine Sfeir et nous avons bien ri, entre les dires d’une femme interviewée et la traduction faite et donnée au journaliste , surtout lorsque ce sont des journalistes bébés , que la rédaction envoie dans ses pays pour faire du buzz.

                    Il faut regarder le monde arabe , tel qu’il est , divisé , déchiré , complexe et d’accord sur rien et n’ayant rien de commun a part le religion, les Mercèdes et le mépris pour le petit peuple dont ils sont chargés de diriger.

                    Et mon expérience , apprise dans ces pays , m’a enseigné de ne pas prendre au sérieux ( sauf pour une minorité ) ce qu’ils disent , parce que ce n’est pas ce qu’ils pensent et ce qu’ils pensent ce n’est pas ce qu’ils disent.

                    Deux simples exemples récents.

                    1) Boutéflika , président Algérien ne cesse de critiquer la France. Mais pour se faire soigner , il vient au Val-de-Grâce. 

                    2) Morsi, le frère musulman, critique , le FMI, mais réclame une aide de 4,7 milliards de dollars à ce même organisme .

                     Un autre exemple dont la presse « bien-pensante » ne relais pas c’est ce qui se passe au Liban.
                    Déclaration du cheikh salafiste , Ahmad el-Assir contre le Hezbollah. « Nous sommes quotidiennement la cible d’attaques à Saïda du Hezbollah, nous avons à plusieurs fois, haussé le ton, mais l’Etat n’a pas pu nous défendre. Pour cette raison, nous avons annoncé la formation des » Brigades de la résistance libre à Saïda" .

                    Est-ce que cet imam sunnite est à la solde des Occidentaux,des Américains et des Israéliens ?
                    Bien sûr la littérature sur ce site n’ attendra pas pour le faire. C’est tellement facile et puis ça ne demande pas de réflexion. 



                  • Pierre Pierre 20 juin 2013 23:04

                    Bonsoir Jonas,


                    Je vais prendre une demi-heure et essayer de vous répondre de manière circonstanciée.
                    « Pierre fait la politique des souks ». Oui, j’assume et je le revendique même. Le grand bazar d’Internet est une mine d’informations. Le tout est de savoir en tirer le meilleur parti. 
                    Quand un article retient mon attention, je ne me contente pas que de le lire. 
                    Je cherche qui l’a écrit, à qui il s’adresse et quel est le message qu’il veut faire passer. 
                    Je cherche également des liens entre des informations qui viennent de sources différentes.

                    Deux exemples pour bien préciser ce que je veut dire.

                    Premier exemple.
                    • Yves Calvi veut nous faire croire que le sort d’enfants qu’on égorge lui est insupportable.
                    • Qui est Yves Calvi, Yves Krettly de son vrai nom ? C’est un animateur conformiste qui présente des émissions à la télévision que je regardais parfois avec ennui il y a quelques années. Je voyais défiler les mêmes invités, Christophe Barbier, Elie Cohen, Roland Cayrol etc. qui parlaient tous avec la même langue de bois.
                    • A qui s’adresse-t-il ? Aux Français moyens qui veulent se faire une opinion sur un sujet donné.
                    • Quel message veut-il faire passer ? Dans l’émission en question, c’est manifestement préparer les esprits à soutenir une action armée humanitaire pour sauver des enfants en Syrie.
                    • Ici, Gerard Chaliand lui dame le pion avec brio. (On ne le reverra pas souvent, comme Michel Collon par exemple)
                    • Ma réaction. Yves Calvi est malhonnête. Il est assez intelligent pour savoir qu’une action « humanitaire » de type libyen va faire 10 fois plus d’enfants morts. De plus, l’action ne se ferait pas contre les égorgeurs ou contre ceux qui utilisent des enfants comme soldats mais contre le pouvoir légitime qui a le soutien de la population.
                    Deuxième exemple.
                    • Tous les sites parlent de la déroute des rebelles à Qousseir, C’est manifestement un revers qui n’était pas prévu.
                    • En surfant sur Internet, je lis un tas d’articles et j’en épingle quelques uns apparemment sans lien entre eux. Barack Obama organise une réunion à la Maison Blanche et John Kerry doit modifier son agenda pour y participer (donc c’est très important). Il se rend ensuite en Arabie Saoudite. Les Etats-Unis organisent des manœuvres militaires en Jordanie avec la participation de pays arabes alliés. Ils déploient des missiles Patriot et des F16. Serguei Lavrov dit qu’imposer une zone d’exclusion aérienne est illégale. Plus de 70 officiers syriens et leur famille se rendent en Turquie (c’est franchement une exfiltration), l’Egypte rompt les ponts avec la Syrie, le cheik Al-Qaradoui lance un appel au djihad contre le régime syrien et le Hezbollah, les Etats-unis disent qu’ils vont armer la rébellion.
                    • Quelle est mon analyse. Elle sera vite démontrée. Si j’ai tort, on verra !
                    • Le front Nord est bloqué et trop loin de Damas. L’Est est délaissé par l’armée régulière. Le centre, par lequel les rebelles pensaient prendre Damas est perdu or Damas est la clé qu’il faut prendre.
                    • Je conclus que les Etats-Unis veulent ouvrir un nouveau front au Sud (Deraa). Que l’Arabie Saoudite va sortir les dollars. Qu’ils vont préparer une armée d’invasion à partir de la Jordanie. Elle sera encadrée par les officiers syriens qui ont fait défection (dollars ?) et des rebelles syriens de l’intérieur. Cette armée sera complétée d’éléments égyptiens et d’autre pays arabes. Normalement il ne font pas le djihad contre des musulmans mais ici, c’est avec l’accord de la plus haute autorité religieuse sunnite. L’armée étasunienne veillera à ce que les armes distribuées restent sous le contrôle d’éléments sûrs (les officiers syriens). Quand Deraa sera prise, on imposera une zone d’exclusion aérienne. 
                    • Quelques obstacles. La Russie rejette la zone d’exclusion aérienne (G8). L’Iran envoie un premier contingent de 4000 pasdaran en Syrie. S’ils se positionnent dans le Sud, je ne serai pas loin d’avoir raison.
                    Voila ma manière d’analyser les informations. Elle est aussi complétée par des lectures (livres) et des conversations diverses. Je trouve que je suis peut-être mieux informé que le Président français et son ministre des Affaires étrangères qui n’ont aucune expérience de politique étrangère et qui doivent faire confiances à leurs conseillers qui n’avaient même pas prévu la déroute de Qousseir. Ils disent depuis un an et demi que les jours de Bachar al Assad au pouvoir sont comptés !!!
                    J’ai voyagé pour affaires pendant plus de 20 ans dans la plupart des pays de la région, Koweït, Arabie Saoudite, Egypte, EAU, Jordanie... pas en Syrie. J’ai eu beaucoup de conversations amicales non seulement avec des clients mais aussi avec des commerçants, des restaurateurs, des nomades, des gens rencontrés à une oasis ou à la mer Rouge etc. C’étaient des musulmans, des coptes (chez qui j’ai souvent été invité), des chrétiens orthodoxes d’Orient. Des réfugiés palestiniens, des travailleurs pakistanais, des boutiquiers yéménites etc. Je pense avoir une bonne vision globale de la région, de ses habitants et de leurs problèmes.
                    Je sais comme vous que les médias y sont aux ordres du pouvoir politique, Al Jaseera en est le meilleur exemple. Je sais aussi que les médias occidentaux sont aux ordres d’un pouvoir économique tout comme les hommes politiques d’ailleurs. 

                     Il faut toujours poser les trois questions du début. Encore un dernier exemple.

                    Njama donne un lien vers le site en français d’Al Manar qui donne des nombres de combattants tués par pays.
                    • Qui écrit ? Al Mamar, le site du Hezbollah.
                    • A qui s’adressent-ils ? Aux Français et aussi à leurs dirigeants.
                    • Quel est le message ? Nous avons tué beaucoup de djihadistes (message dissuasif aux autres candidats). Nous avons aussi beaucoup de prisonniers de votre pays. Vous voudriez bien connaître leurs noms mais nous n’avons plus de canaux diplomatiques. Cela ne va pas être possible. On pense qu’on va gagner. On vous les renverra discrètement plus tard. Cela vous fera quelques centaines de Mohamed Merah en puissance qui auront la rage au ventre parce que vous ne les avez pas aidés.
                    Voila, j’espère avoir été plus clair. Finalement, cela a pris une heure de plus mais ce n’est pas grave.
                    Pour les immigrés en Russie, je vous ai déjà répondu. il y en a des millions, légaux et illégaux.
                    Pour ceux qui viennent chez nous, ils rêvent d’un avenir meilleur mais que trouvent-il vraiment ?
                    A propos, des réfugiés économiques syriens et libyens, vous en connaissiez beaucoup .

                    PS. J’envoie toujours un lien vers mes articles à mes proches, famille, amis etc. La réponse est toujours positive du genre on est content de pouvoir lire une autre présentation du problème syrien. Les gens qui viennent sur AgoraVox sont aussi contents de retrouver une confirmation de la mal-information qui est donnée par les médias français. Les autres n’ont qu’à continuer à lire Le Monde et à regarder C dans l’air mais qu’ils ne se plaignent pas de leur gouvernement.

                     

                  • mortelune mortelune 18 juin 2013 12:06

                    Merci Pierre pour toutes ces informations. 


                    • njama njama 18 juin 2013 14:27

                      @ Pierre
                      « La disparition de l’aspect social du baasisme a provoqué une paupérisation des populations rurales dont le mécontentement a été canalisé par des imams de banlieues ... »

                      Quel rapport entre population rurales et imams de banlieues ?

                      Paupérisation ?
                      L’économie syrienne est prospère. La Syrie ne connaît quasiment pas le chômage, aucun mendiant dans les rues d’Alep ou de Damas. Pas de dette publique, une économie saine contrairement aux pays européens et américains.
                      Aspect social, écoles gratuite et obligatoire, mixité sauf pour les années collège, mais lycée et universités mixtes, et gratuits. de nombreux hôpitaux, avec des médecins largement aussi compétents qu’en Occident ... La Syrie est (était) un pays qui savait allier modernité et traditions. 
                      La Syrie produit quasiment tous ses médicaments. Elle est auto-suffisante au plan alimentaire à 93 % ... (ce qui ne doit pas plaire aux multinationales)

                      Témoignage : Ce qui se passe en Syrie… par le Dr. Nabil Antaki, Alep le 19/6/2011 ICI

                      "La majorité des 23 millions de syriens sont contre le mouvement de protestation et de sédition qui vise à renverser le régime (aucune personne : amis, parents, connaissances, collègues, clients et malades qui viennent me voir de toutes les régions de la Syrie, m’a dit approuver la sédition). Ils aspirent à la sécurité et à la stabilité qui caractérisaient la vie en Syrie et que nous enviaient la plupart des pays. Ils aspirent à cette relative prospérité qui existe depuis une décennie (croissance du PNB de 4-5%/an, depuis des années) et à la libéralisation lente mais progressive du régime. La vie continue normalement à Damas et à Alep avec les embouteillages habituels, les cafés-trottoir bondés et les très nombreux piétons qui vaguent à leurs occupations. Les examens officiels (brevet et Bac.) se déroulent normalement etc... Les amis étrangers qui sont déjà venus à Alep ou Damas ne verraient rien d’anormal s’ils revenaient maintenant. Il n y a ni police ni armée dans les rues et en ville. « 

                      Témoignage, Alep Aôut 2011
                       »Alep, en ce mois d’août et de ramadan marqué par très grande chaleur, reste toujours aussi calme, impassible comme lorsque j’y étais, pendant un mois et demi, au printemps...« ICI

                      Il n’y a pas il n’y a jamais eu une »révolution« en Syrie, car si paupérisation, elle aurait touché l’immense majorité des syriens à travers tous le pays. Les révolutions ne surgissent pas comme cela, comme une grogne syndicale ... elles sont le résultat d’une période de mécontentements, de revendications (pouvoir d’achat et autres), de luttes de classe ... qui n’existent pas en Syrie.
                      Il y a une évidente œuvre de sédition qui a été orchestrée, et préparée avant mars 2011

                      2 septembre 2011

                      L’UE décrète un embargo sur les importations de pétrole syrien
                      Cet embargo entend porter atteinte au régime syrien, dont 95 % des exportations de pétrole sont achetés par l’Union européenne. Ces sanctions vont »frapper la Syrie au cœur« , a commenté le ministre des affaires étrangères néerlandais, Uri Rosenthal, en marge de la réunion.
                      http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/09/02/l-ue-decrete-un-embargo-sur-les-importations-de-petrole-syrien_1566983_3218.html
                      (contexte, Khadafi est en fuite, la Libye est en train de tomber ... le pétrole libyen est abondant et de super qualité, l’Europe n’a pas à se soucier de la perte de son fournisseur syrien)

                      En fait de frapper la Syrie, c’était frapper son économie, et donc le »peuple syrien" en tout premier lieu ...


                      • Pierre Pierre 18 juin 2013 21:33

                        Bonsoir njama,

                        Merci pour ce complément d’informations sociales sur la Syrie. J’écris dans mon article que les Syriens disent qu’ils avaient tout, avant. Le chiffre de 70 % de Syriens favorables à la stabilité avec Bachar al Assad me semble plausible.
                        Alep était calme et indifférente à la rebellion jusqu’à l’été 2012. Des rebelles et des mercenaires étrangers venant de Turquie ont alors attaqué la ville. Il n’y a pas eu de révolte des habitants d’Alep, il faut le rappeler.
                        Tous les pays ont ressenti la crise de 2008, la Syrie aussi. Je vous donne un lien mais vous en trouverez tant que vous voulez sur la paupérisation (relative) des zones rurales en Syrie. (lien
                        J’ai aussi lu que beaucoup de jeunes ruraux ont alors rejoint les banlieues des grandes villes.
                        Regardez la première vidéo à environ 10.30 m. Adnan Azzam explique comment les Saoudiens ont importé le salafisme en Syrie depuis 10 ans. (lien
                        Je n’ai pas de contact personnel en Syrie mais comme tout le monde, j’ai vu que les violences ont commencé dans les banlieues des villes du sud et du centre de la Syrie à partir de mars 2011, les vendredis, à la sortie des mosquées après la prière. On peut en déduire que les imams chauffaient la salle pendant les prêches. 



                      • njama njama 18 juin 2013 23:47

                        la paupérisation (relative) des zones rurales en Syrie. (lien)
                        Fawwaz Traboulsi « La paupérisation a nourri la révolte syrienne »

                        L’Humanité (PCF) a adopté depuis le début la ligne atlantiste :

                        Lors d’un débat à la récente fête de L’Humanité (2012), Jacques Fath, responsable des relations internationales au PCF, a déclaré : « Pour que la paix soit possible, il faut que Bachar al-Assad tombe, c’est l’unique solution ».

                        Cette prise de position range la direction du PCF dans le camp de ceux qui s’opposent à une issue pacifique du conflit qui ensanglante la Syrie.

                        La position de la direction du PCF repose sur une fiction qu’elle entretient depuis les premiers mois du conflit syrien : tout faire reposer sur un « soulèvement contre un régime dictatorial ».

                        Elle persiste dans cette « explication » alors que les preuves s’accumulent de la présence de milliers de mercenaires étrangers sur le sol syrien entraînés et armés par l’OTAN et ses vassaux locaux.

                        Ce complot impérialiste, que dénoncent la gauche latino-américaine et nombre de partis communistes et ouvriers de par le monde, reste inexplicablement ignoré par la direction du PCF.
                        http://www.legrandsoir.info/syrie-la-direction-du-pcf-contre-une-issue-pacifique.html

                        Ce qui n’est pas la Déclaration du Parti communiste Syrien
                        http://www.legrandsoir.info/declaration-du-parti-communiste-syrien.html
                        confirmée plusieurs fois pas la suite ...
                        « Lettre du Parti communiste Syrien unifié à tous les partis communistes et ouvriers du monde »

                        http://www.lien-pads.fr/article-parti-communiste-syrien-unifie-une-lettre-a-tous-les-partis-communistes-et-ouvriers-du-monde-115317926.html


                      • yvesduc 18 juin 2013 20:06

                        Bravo pour cet article. Une petite remarque toutefois : il ne s’agit pas d’une guerre civile puisque le camp adverse (les rebelles) est majoritairement composé d’étrangers.


                        • njama njama 18 juin 2013 20:29

                          Plus de 6000 rebelles étrangers tués en Syrie.
                          La plupart d’entre eux ont agi sous la bannière du front Al Nosra. [classé depuis peu « organisation terroriste » par le Conseil de sécurité de l’ONU]

                          6113 terroristes étrangers sont enterrés en Syrie : beaucoup de corps ont été brûlés ou ont été rapatriés via le territoire turc.

                          Les forces de l’armée arabe syrienne ont annoncé les noms de plus de 3600 rebelles tués originaires de 26 pays du monde à leurs pays d’origine.

                          dont 90 français ... dont le ministère des affaires étrangères ne doit pas ignorer les noms, puisqu’ils ont été identifiés par les syriens.
                          Pour les autres nationalités, voir l’article d’Al-Manar.


                        • Pierre Pierre 18 juin 2013 21:50

                          Je trouve qu’il y a très peu de Tunisiens par rapport aux 2000 censés être parti en Syrie.

                          En revanche, 45 Belges tués par rapport au 130 partis, c’est beaucoup ! 

                        • njama njama 18 juin 2013 20:16

                          Syrie : Le Monde se demande aujourd’hui : Quelle grille d’interprétation adopter ?

                          si on se place dans une grille de lecture sioniste, tout devient très clair !
                          Ben oui, l’AAS a repris le contrôle de l’Ouest avec la chute de Quoseir, aidée un peu par le Hezbollah, ce qui sécurisera le côté de la frontière syro-libanaise, et elle va pouvoir s’occuper d’Alep ...

                          Pourquoi ça l’embête beaucoup Fabius ... c’est parce que le plan €uro_U$_$ioniste de déstabilisation de la Syrie prend du plomb dans l’aile, car il visait et vise toujours clairement depuis longtemps à diviser le peuple syrien et libanais sur des questions ethniques et /ou confessionnelles ...
                          Il y a 10 - 12 % environ de chrétiens en Syrie, mais bien plus en % à Damas même, et dans la région d’Alep. L’occident espérait le soutien des chrétiens, mais ils ne sont pas si crétins que Sarkozy qui déclarait : (5 septembre 2011) « Les chrétiens de Syrie et du Liban n’ont plus leur place au Proche Orient » (article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal).

                          Comme autres « stupides » on pourrait citer Ben Gourion qui avait déjà l’idée : voir la Lettre de David Ben Gourion à Moshe Sharett, alors Premier ministre d’Israël, l’incitant à exécuter un plan de démembrement et de déstabilisation du Liban. 27 février 1954
                          http://www.voltairenet.org/article9886.html

                          ou Kissinger :
                          “ Il a dit au président Frangié : « Le Liban est une erreur de l’histoire.. Vous n’êtes pas une nation ! » Bien sûr, le président Frangié s’est révolté et lui a demandé : « Que voulez-vous ? » ; Kissinger a répondu : « Je vous le dis, nous avons décidé de soulager Israël en chassant les chrétiens du Liban, et en y implantant les Palestiniens » ... C’est tout ce que voulait Kissinger ! Implanter les Palestiniens ... et Kissinger a poursuivi en disant : « on implante les Palestiniens au Liban et comme cela les chiites seront en nombre égal avec les sunnites, il y aura un équilibre entre eux. Et vous les chrétiens nous vous accueillerons dans les ambassades des États-Unis, le Canada et le Venezuela ... Il vous suffira d’aller dans ces pays quand que vous le voulez  » ... et effectivement ces ambassades nous étaient ouvertes tous le temps ..." (propos rapportés parMme Sonia Frangié, la fille de l’ancien président de la république libanaise le défunt Souleimane Frangié dans une interview accordée à Radio Nour)

                          Marie-Ange Patrizio rapporte, elle, dans ses notes prises au cours d’une entrevue avec le prince Talal Arslan à Beyrouth en nov 2011 :
                          Soyons clairs. Nous, nous payons la facture de notre attachement à notre indépendance, à notre arabité aussi, de notre résistance contre quoi ? Contre le fanatisme, c’est-à-dire contre Israël.
                          Oui, pour nous Israël représente l’état raciste par excellence, nous ne sommes pas contre les Juifs mais contre le racisme advenu dans cette région qui est le berceau de notre civilisation, le berceau du judaïsme, du christianisme, de l’islam. C’est dans ces principes que nous avons été élevés, selon les lois de l’arabité.

                          Assad paye le prix cher de cette attitude là. Voilà le danger pour cette région : ils veulent qu’émergent des entités politiques semblables à l’entité israélienne. Pour nous c’est inadmissible, et nous allons résister et combattre ce courant jusqu’au bout car il représente l’élimination pure et simple de notre identité, de nos religions, de notre civilisation et de notre histoire.
                          L’armée américaine dès son arrivée en Irak a apporté le conflit entre sunnites, chiites et kurdes. Une fitna confessionnelle, et raciste, et ethnique ; et, pire encore, l’expulsion des chrétiens d’Irak. Malheureusement, parmi les pays arabes, seule la Syrie a fait preuve de solidarité avec les chrétiens d’Irak. Où sont-ils ces régimes qualifiés de modérés, où sont-elles ces monarchies et ces principautés présentées comme des modèles qui n’ont pas accueilli les chrétiens d’Irak ?
                          Les chrétiens irakiens n’ont eu d’autre solution qu’émigrer [hors du Proche-Orient] ou se réfugier en Syrie. C’est ce qu’on fait payer à Assad.

                          Au Liban en 1975, un émissaire américain, Dean Brown, est venu ici comme représentant du président Gerald Ford. A mon père qui était encore en vie, il a proposé en toute impertinence le projet de l’expulsion des chrétiens du Liban. Dean Brown lui a dit que les navires étaient prêts pour transporter les chrétiens au Canada, Brésil… Ce projet n’est pas nouveau. Mais personne ne se souvient de ça. ..."
                          http://www.mondialisation.ca/syrie-le-prince-les-hommes-bons-et-les-petites-souris/28367

                          Autre exemple significatif de cette guerre souterraine qui poursuit ces tentatives de démantèlement confessionnel, la France et d’autres pays d’Occident ouvrent leur portes aux syriens, mais Des Visas ouverts aux Chrétiens seulement !

                          La France pays des droits de l’homme ? ou La France devenue pays des chrétiens ?

                          Voilà ce qui embête Fabius si les rebelles perdent Alep dont ils n’occupent même pas la moitié, et le nord, ... cela signera non pas l’échec de leurs rebelles pseudo-démocrates qu’ils soutiennent et arment par les bras qatari et saoudien (et dont probablement ils n’ont rien à foutre)... , mais l’échec de ce même plan sioniste sur la région poursuivi depuis des décennies ...


                          Il n’y a pas que des enjeux géo-stratégiques et économiques dans le conflit syrien ... il y a des enjeux idéologiques ...


                          • njama njama 18 juin 2013 22:59

                            en complément :

                            extraits d’un article de la revue Kivounim (Orientation), publié par l’« Organisation Sioniste mondiale » à Jérusalem (n° 14, février 1982). Ils présentent un plan de démembrement des États arabes qui constitue la référence du projet de « remodelage du Proche-Orient » de l’administration Bush.
                            Archives | février 1982

                            « La partition du Liban en cinq provinces (…) préfigure ce qui se passera dans l’ensemble du monde arabe. L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États.

                            Les structures ethniques de la Syrie l’exposent à un démantèlement qui pourrait aboutir à la création d’un État chiite le long de la côte, d’un État sunnite dans la région d’Alep, d’un autre à Damas, et d’une entité druze qui pourrait souhaiter constituer son propre État —peut-être sur notre Golan— en tout cas avec l’Houran et le Nord de la Jordanie. (…) Un tel État serait, à long terme, une garantie de paix et de sécurité pour la région. C’est un objectif qui est déjà à notre portée. »
                            http://www.voltairenet.org/article9888.html


                          • Pierre Pierre 19 juin 2013 07:41

                            Vladimir Poutine n’a pas lâché la moindre concession au sommet du G8. Les autres vont devoir montrer leur jeu maintenant. C’est un redoutable stratège, ce Vladimir Poutine. D’autant plus que ce sera lui qui présidera le G20 à Saint-Petersbourg en septembre.

                            J’ai écrit dans l’article que la Syrie est un carrefour exceptionnel (j’aurais pu ajouter « et stratégique ») du Moyen-Orient et il est clair que plusieurs enjeux défendus par des acteurs différents se superposent en Syrie. Israël et une partie des responsables US sont pour un remodelage des frontières dans la région, la Russie veut une base navale permanente en Méditerranée, l’Arabie Saoudite cherche plus d’influence grâce l’Islam militant, les Etats-Unis en sont toujours au refoulement de la Russie et le Qatar (et son caniche français) voudrait des gazoducs à travers la Syrie. La France sera tenue, tôt ou tard, de fermer ses centrales nucléaires et a besoin de diversifier ses distributeurs d’énergie. Ici une excellente analyse. (lien)
                            Pour la gauche française, il ne faut pas attendre de sursaut, elle est complètement inféodée aux intérêts israéliens. On n’a qu"a voir qui la dirige. Mais chut ! On ne peut pas le dire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès