Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La troisième guerre de l’opium

La troisième guerre de l’opium

La première guerre de l’opium se déroula de 1840 à 1842, entre le Royaume Uni de Grande-Bretagne et la Chine en raison du refus du premier de respecter les édits impériaux de la seconde qui en interdisait l’importation jugée contraire à l’intérêt du peuple chinois, argument évidemment non recevable quand il contrarie le commerce, valeur anglo-saxonne suprême.

La seconde guerre de l’opium fut déclenchée pour les mêmes raisons quelques années plus tard (1856) car l’empereur poursuivait sa petite idée, et il n’avait sans doute pas tout à fait tort puisque vers la fin du siècle, 20% de la population s’adonnaient à l’opiomanie.

En 2000, l’Afghanistan était le premier producteur mondial d’opium. Les talibans, au pouvoir depuis quelques années, décrètent alors l’interdiction de la culture du pavot et la destruction des récoltes. Ce qui fut fait. En 2001, la culture du pavot a cessé. A la fin de 2001, les tribus afghanes, avec l’aide des États-unis, entamèrent la troisième guerre de l’opium, et éliminèrent rapidement les talibans, ce qui permit à la culture du pavot de redémarrer sous la protection des seigneurs de la guerre et grâce à l’incapacité du pouvoir à l’empêcher.

Actuellement la fiche de la CIA sur l’Afghanistan* mentionne sa place de premier producteur mondial avec 4474 tonnes par an d’opium, représentant 526 tonnes d’héroïne. Il précise aussi que 80 à 90% de l’héroïne consommée en Europe provient d’Afghanistan.

Celui qui s’interroge sur la présence de forces occidentales en Afghanistan aboutit forcément à la conclusion suivante : - si le but de l’intervention était d’assurer l’approvisionnement de l’Europe en héroïne, la troisième guerre de l’opium est un franc succès, et la participation européenne est parfaitement justifiée ; il ne fallait évidemment pas laisser les talibans nous priver de notre principale source d’approvisionnement ; - s’il y avait d’autres buts de guerre, officiels ou secrets, l’analyse de la situation actuelle conduit à penser qu’ils n’ont pas été atteints, et ne peuvent plus l’être, ce qui amène à se demander à quoi l’Europe participe, et si on ne le sait pas, pourquoi continuer ; à quoi la France devrait ajouter d’urgence, et pourquoi envoyer de nouvelles troupes ?

J’entends déjà des experts m’expliquer qu’il s’agit là de questions complexes, que l’Afghanistan n’est qu’une petite pièce dans l’immense puzzle stratégique conçu et exécuté par l’anglosaxonnerie partout à la pointe de la pensée, comme dans la finance par exemple, tous arguments qui nourrissent mon respect et mon admiration, mais alors dites-moi quels sont maintenant vos buts de guerre et comment vous allez les atteindre. Merci d’avance.



*world’s largest producer of opium ; cultivation of 107,400 hectares in 2005 ; potential opium production of 4,475 metric tons ; if the entire poppy crop were processed, it is estimated that 526 metric tons of heroin could be processed ; many narcotics-processing labs throughout the country ; drug trade is a source of instability and some antigovernment groups profit from the trade ; significant domestic use of opiates ; 80-90% of the heroin consumed in Europe comes from Afghan opium ; vulnerable to narcotics money laundering through informal financial networks ; source of hashish.


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • jondegre jondegre 24 juillet 2008 12:19

    theorie du complot ?

    affutez votre reponse cher auteur puisque ce sera le seul et unique argument qu’on vous opposera (theorie du complot) .


    • Philou017 Philou017 24 juillet 2008 12:21

      Il est assez curieux que la guerre en Afghanistan, au départ censée permettre l’arrestation des présumés organisateurs du 11 Septembre (selon Bush) se soit transformée en une occupation à long-terme sans but précis.
      Comme les prétendus commanditaires ont été arrétés ou sont morts (Ben Laden), on ne voit pas ce que font les troupes d’occupation dans ce pays, sinon organiser un néo-colonialisme qui ne dit pas son nom.
      Comme pour cela, il faut mettre en place un président fantoche, qui doit s’allier avec quelques seigneurs de guerre/ trafiquants pour faire semblant de gouverner, le pays patauge dans l’immoralité et la violence, sans espoir d’avenir.

      Vous avez parfaitement raison de mettre l’accent sur la production d’opium qui bat des records sous l’occupation de l’Otan. Si on ajoute a cela que l’appui des troupes US en Colombie n’empeche en rien ce pays de rester le leader mondial du trafic de cocaine,
      Que le Kosovo occupé par l’Otan est devenu un repaire de traffiquants et de maffieux :
      "Alexis Troude, chercheur à l’Académie internationale de géopolitique de Paris, estime que le Kosovo est resté une « zone de non-droit aux mains de la mafia albanaise ».",
      www.lesoleil.sn/article.php3
      www.infosud.org/spip/spip.php
      Que des agents de la CIA participent activement au trafic de drogue :
      http://cyberie.qc.ca/jpc/2006/08/dark-alliance-dix-ans-dj.html
      www.confidentiel.net/article.php3

      On peut se demander si l’occupation occidentale, avec les EU comme principal acteur, n’a pas pour but de corrompre et d’empêcher tout développement démocratique ou économique en favorisant les mafias et la drogue.
      Moi, je ne me le demande plus.



      • Yannick Harrel Yannick Harrel 24 juillet 2008 16:41

        Bonjour,

        Regardez bien la position de l’Afghanistan... Sa place est idéale pour un pays désirant avoir un oeil sur ce nouveau Moyen-Orient qu’est l’Asie centrale gorgée de ressources énergétiques à profusion, sur l’Iran, sur le Pakistan et enfin sur la Chine... Bref, une pièce géopolitique d’importance de par son positionnement enviable.

        Et le pétrole bien sûr... Il n’y a pas de pétrole en Afghanistan ! allez vous m’objecter avec raison. Je vous répondrais que oui MAIS il peut y avoir un énorme intérêt d’y faire transiter l’or noir et même l’or bleu de l’Asie centrale au lieu de dépendre de la Russie, de l’Iran ou des pays instables du Caucase pour s’approvisionner.

        Du coup, avec ou sans opium, l’intérêt porté à l’Afghanistan prend tout son sens, de même que la volonté de s’y maintenir en dépit d’une situation précaire...

        Cordialement


      • le gaulois 24 juillet 2008 18:33

        C’est indéniable, mais puisqu’il est aussi indéniable que la question de l’opium et de l’héroïne n’est pas une révélation d’aujourd’hui, comment l’Europe peut-elle accepter de payer un tel prix une place de second rang dans son désert des Tartares ? Le partage des dépouilles a-t-il été déjà décidé entre égaux ou ne sommes nous que les troupes auxiliaires du conquérant impérial ?


      • le gaulois 24 juillet 2008 13:26

        Il y a effectivement des gens qui, chaque fois qu’ils observent une situation étonnante, en déduisent qu’elle cache un complot. Mais ils sont très nombreux et ils auraient décelé la situation afghane si elle illustrait à leurs yeux la théorie du complot. Or ils ne l’ont pas fait, et je ne suis pas tenté de le faire tout seul.

        En fait, il semble y avoir une myopie générale sur cette question, comme si personne ne s’inquiétait plus de fournir à nos ennemis des ressources immenses au prix de la désocialisation de nos populations. Ainsi, même un géostratège éminent comme Gérard Chaliand répond récemment à une longue interview sur son récent voyage en Afghanistan, dans Le Monde, sans mentionner une fois la question de l’opium.

        Il se peut tout simplement que les gangs de la drogue exploitent habilement une situation qui leur est manifestement favorable, et que l’occident anesthésié par l’OTAN oublie l’incohérence des options bushiennes, ainsi que ses valeurs, et les enseignements de son histoire. Il faut souhaiter que quelqu’un, bientôt, nous réveille.


        • Philou017 Philou017 24 juillet 2008 15:38

          "Il y a effectivement des gens qui, chaque fois qu’ils observent une situation étonnante, en déduisent qu’elle cache un complot."
          excellente remarque. c’est ma façon de voir. Chaque fois que je constate une situation incompréhensible quelque part (d’un point de vue politique), j’en déduis qu’il y a anguille sous roche. En fait, il y a des complots ou en tous cas des magouilles suspectes partout. Car partout, il y a de gros intérêts en jeu.
          En France, le cas de la loi sur les OGM votée au parlement montre tres clairement des influences plus ou moins occultes. Dans un autre domaine, pourquoi Sarkosy envoie-t-il des soldats en Afghanistan. Nul doute qu’il y a eu certaines tractations en sous-main.

          En Afghanistan, c’est plus difficile à discerner. Il est à noter qu’une partie de l’opium Afghan inonde l’Iran ennemi de gouvt Bush, et y provoque des dégats,. Mais sans doute, le conflit Afghan permet-t-il de justifier la guerre au terrorisme que l’Irak serait insuffisant à motiver. Et cela gonfle les bénéfices du complexe militaro-industriel.
          Le monde actuel est fait de complot ou de manipulations à plus ou moins grande échelle. Les naifs nourris au bouillon insipide et décérébrant de TF1 peuvent le nier, la réalité est là.


        • geko 24 juillet 2008 14:22

          Bon article qui soulève les bonnes questions !

          Le silence mediatique et politique sur la question est étourdissant. Il est pourtant de notoriété publique que l’héroïne a fait son grand retour en France !


          • Vilain petit canard Vilain petit canard 24 juillet 2008 14:28

            J’ai peur que vous y alliez un peu fort, en disant sans rire que les talibans ont arraché les plants de pavot... c’était une des sources majeures de leur financement. Le PNB afghan est passé de 90 % dû à l’opium à 95 %, c’est tout.


            • le gaulois 24 juillet 2008 15:23

              Dans le texte mentionné ci-après par Marsupilami, on trouve une histoire détaillée de la production d’opium et du rôle joué par les talibans. Elle infirme la thèse du vilain petit canard.


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 25 juillet 2008 06:50

              Euh pas tellement, au contraire, il y est écrit que c’est l’interdiction par les mollahs de la culture du pavot en Iran, qui déplaça le problème en Afghanistan, (et même que 1979 fut une excellente année), puis que la demande pakistanaise fit exploser la production. Tout ça avant la "libération" par l’OTAN. Mais je vais continuer ma lecture à tête reposée, et merci à Marsu pour le lien. 



            • Marsupilami Marsupilami 24 juillet 2008 14:49

               @ L’auteur

              Article intéressant sur un sujet peu traité par les médias. Lire sur ce sujet La production illicite d’opium en Afghanistan dans le contexte de l’enclavement, de l’isolement et de l’isolationnisme.


              Pourquoi cette mansuétude de l’OTAN vis-à-vis des producteurs d’opium ? Probablement est-ce le prix à payer pour ne pas s’aliéner les seigneurs de la guerre qui ne sont pas trop entalibanés ou qui font semblant de ne pas trop l’être. Or selon Selon le Département d’État américain, "l’opium constitue une source de revenu de plusieurs milliards de dollars pour les groupes extrémistes et criminels. L’élimination de la production d’opium est centrale à l’établissement d’une démocratie sécuritaire et stable, et à la victoire de la guerre contre le terrorisme". Ce qui est "oublier" un peu vite que "les Talibans – en collaboration avec les Nations unies – avaient imposé avec succès l’interdiction de la culture du pavot en 2000. La production d’opium avait ensuite décliné de 90 % en 2001. En fait, l’augmentation de la culture d’opium a coïncidé avec le déclenchement des opérations militaires sous commandement américain et la chute du régime taliban. Entre les mois d’octobre et décembre 2001, les fermiers ont recommencé à planter du pavot à grande échelle" (source ici).

              Un des vrais buts de cette guerre pourrait être d’assurer une présence militaire de l’Occident dans un pays mitoyen du Pakistan, considéré comme un "allié" par les USA (mdr !), pays nucléaire risquant à tout moment de tomber dans les mains des islamistes qui noyautent largement son armée et ses services secrets. Dans cette perspective, le trafic d’opium n’est jamais qu’un moindre mal... qui permet à la CIA de se faire de l’argent de poche.

              • le gaulois 24 juillet 2008 15:37

                Merci pour les deux liens.


              • Zanini 24 juillet 2008 15:08

                Rien de neuf sous le soleil, les liens entre la CIA, l’armé US et les trafficant de drogues ne date pas d’hier, pour ceux qui aurait oublié l’affaire Iran Contra dans les années 80.
                Le traffic a été clairement admis par d’anciens chefs de la CIA, leur défense est meme qu’il n’aurait pu en etre autrement vu les enormes sommes d’argent que cela representerait.

                La réaction de l’ancien directeur de la CIA John Deutch lorsqu’il a été confronté a l’accusation de blanchiment d’argent lié a la drogue dans les années 90 par un policier enquetant sur le sujet est tres révélatrice et lui a d’ailleurs couté sa place.

                Quant a savoir si il c’est toujours le cas actuelement, sans doute plus que jamais, comme le montre votre article et quelques accidents troublant dont notement celui d’un avion servant au transport de prisoniers a Guantanamo retrouvé apres un crash au Mexique avec 4 tonnes de cocaine a bord.Cela a permis de mettre en évidence que plus de 50 avions appartenant au gouvernement US aurait été vendu aux trafficant mexicains.


                • SANDRO FERRETTI SANDRO 24 juillet 2008 16:12

                  "Cet article n’a pas de lien avec l’actualité. Vieuillez désormais présenter des articles ayant un lien direct avec l’actualité".
                  Signé : l’équipe d’Agoravox
                  PS : @ l’auteur : désolé, je n’ai rien contre vous, je mouche seulement "l’équipe Agoravox " , comité anonyme, en lui montrant que la moitié des articles de ce jour n’ont pas de lien avec l’actualité immédiate.


                  • le gaulois 24 juillet 2008 16:27

                    Je veux bien respecter les usages du journal, mais il serait utile de donner la définition d’actualité. En effet, notre pays va envoyer une unité de combat supplémentaire dans une guerre en cours. La décision a provoqué une polémique. Et cet article décrit la situation actuelle pour expliquer notre présence. Ce me semble être d’actualité.
                    Mais si on me dit que l’actualité c’est tout ce qui se passe aujourd’hui, et qu’hier c’est de l’histoire, je veux bien du moment que je suis prévenu.


                  • SANDRO FERRETTI SANDRO 24 juillet 2008 16:35

                    Cher Monsieur,
                    Vous n’étes pas en cause, et crois méme avoir voté pour cet article.
                    Ceci est un message personnel pour "l’équipe courageusement anonyme d’Agoravox",dans un différent qui m’oppose à elle depuis ce matin.
                    Bonne journée.


                  • Francis Francis 24 juillet 2008 16:41

                    Est il venu à l’esprit de l’un d’entre vous que si la production d’opium est éradiquée, une bonne partie de la population locale va se retrouver sans moyen de subsistance, ce qui ne manquera pas d’alimenter les troubles sociaux déjà fort nombreux ? 


                    • geko 24 juillet 2008 17:09

                      Certainement Francis

                      Mais vous est-il venu à l’esprit que si les pays occidentaux finançaient une aide au développement et à l’autonomie alimentaire de ces populations, le coût financier serat moindre que celui engendré par la consommation de drogue en europe (social, santé, criminalité et j’en passe) ?


                    • minidou 24 juillet 2008 17:35

                      Une différence de taille : la guerre de l’opium devait contraindre la Chine à continuer d’importer de l’opium vendu par la Grande Bretagne...Votre théorie voudrait que la guerre d’afghanistan contraigne celui-ci à continuer de nous vendre de l’héroine, de l’anti impérialisme commercial en somme ?... Ne serait-ce pas paradoxal.. ?


                      • le gaulois 24 juillet 2008 18:06

                        On peut exprimer ce paradoxe autrement : de même que les précédentes guerres de l’opium avaient pour résultat de permettre au Chinois de consommer de l’opium, celle-ci a pour conséquence de permettre aux Européens de consommer de l’héroïne. Le bénéfice allait à la Grande-Bretagne, et maintenant on ignore le bénéficiaire mais on sait qui a déclenché la guerre.


                      • Tarouilan Tarouilan 24 juillet 2008 21:58

                        La source, je ne l’ai plus, mais je me souviens qu’un journaliste d’une des douze anciennes républiques soviétiques, avait signalé qu’il avait des preuves tangibles concernant des livraisons très importantes d’opium ou de dérivés chez lui .... par des avion militaires US, ce qui peut être une information quand à la route que prend cette drogue....

                        Par ailleurs l’Afghanistan, à une frontière commune avec la Chine, ce qui constitue une position militaire stratégique de premier ordre et qui permet en temps de paix, de procéder probablement à des montages de déstabilisation et d’infiltration sur le territoire chinois (voir des évenements récents) dans des zones difficiles à contrôler par la Chine.


                        • Jam’s 25 juillet 2008 11:26

                          A part peut-être le règne de Charlemagne, il n’y a que deux solutions pour soumettre un peuple ; la terreur des dictatures de toutes sortes ou le fric des trafiquants et des réseaux mafieux. Dans un cas le pouvoir est centralisé dans l’autre, local.

                          Le manque de plan Marshall pour l’Amérique du sud, pour l’ex-URSS, pour le Moyen-Orient, pour l’Afrique montre la cupidité et le nombrilisme de l’Occident. Pactisé avec le diable – Pinochet au Chili, le néocolonialisme en Afrique et en Orient, etc.. – engendre toujours des catastrophes à long terme. De même que la Rome antique, sans ouverture d’esprit, sans générosité, sans convictions pures et honnêtes dans nos actions internationales et nationales, les limes dressés pour stopper les barbares ne nous sauverons pas. On dit pourtant que l’Homme est un animal intelligent doué de projections dans l’avenir. Malheureusement "après nous, le déluge" devrait être notre maxime. 


                          • minidou 29 juillet 2008 18:25

                            ...Quoique les services secrets occidentaux (et très certainement les autres...) ont un certain passif en matière de trafic de drogue servant à financer diverses opérations secretes...


                            • le gaulois 29 juillet 2008 18:51

                              Certes, mais les 500 tonnes d’héroïne du premier producteur mondial, fournissant la totalité de l’Europe, ne dépassent-elles pas largement les besoins, mais surtout les appétits, d’un service secret bien nourris ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès