Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Tunisie cherche toujours son identité

La Tunisie cherche toujours son identité

Depuis la révolution, il y a deux ans de cela, la Tunisie est devenue le centre d'intérêt d'un nombre important de journalistes, blogueurs, intellectuels et politiques arabes.

Le citoyen lambda s'intéressa désormais aussi à ce pays. Il y découvrit une conception différente de la vie sociale : la Tunisie est le seul pays arabe où le mariage civil est appliqué. Point de polygamie, ni de divorce unilatéral, mais une loi civile qui garantit des droits et devoirs similaires aux hommes et aux femmes. Cependant, cette modernité a ses limites : l'homme obtient toujours deux fois plus que la femme lors de l'héritage.

Le citoyen arabe découvrit aussi un pays pseudo-laïque, où le voile était toléré difficilement par l'ancien régime. Mais aussi découvrit que, selon la constitution, la Tunisie reste un pays islamique.

Mais d'un autre côté, le monde découvrit un pays en proie à des divisions et des tensions sociales énormes. La division classique entre conservateur et libéraux ne suffisait pas, la Tunisie se divise à l'infini : terroristes armés, salafistes en marche, islamistes aux doubles visages, et aussi des islamo-conservateurs, des pseudo-libéraux, des partis financés par de l'argent du pétrole, et finalement les classiques partis de gauche, communistes, et autres courants radicaux de la lutte des classes.

Cela parait, à premier abord, le résultat de la démocratie : une liberté qui se traduit par une diversité politique très large. Sauf que cela a ses effets de bord.

  • Assassinats, dont l'exemple le plus connu est Chokri Belaïd. Cependant d'autres opposants ont été assassiné aussi.
  • Financement illicite et de sources étrangères des partis politiques : Ennahda par exemple, et aussi le président de la république Moncef Marzouki. Ce dernier écrit toujours des articles socio-philosophiques sur le site de la chaine qatarie Al-Jazeera et est rémunéré pour cela. Pour Marzouki, cela ne parait pas gênant. Par contre, pour la souveraineté nationale du pays, c'est une autre histoire.
  • Révoltes économiques récurrentes. La révolution tunisienne a été le résultat direct de la crise alimentaire de 2008. Cette dernière s'est traduite dans des multiples émeutes, notamment en Afrique. A l'aube de la révolution tunisienne, le monde arabe suivait les émeutes égyptiennes (qui ont mené à la révolution égyptienne en janvier).
    Les problèmes économiques s'aggravant, les émeutes et révoltes locales se sont multipliées en Tunisie (en particulier à Siliana).
  • Insécurité et impunité grandissantes. Des salafistes qui attaquent les directeurs de lycées ou d'universités. Un président qui gracie des milliers de prisonniers, dont des violeurs qui recommencent à violer deux jours après leur libération. Des milices islamistes qui patrouillent dans certaines villes. Des policiers qui violent en accusant la victime, etc.
    Certes la Tunisie n'est pas encore un pays dangereux à visiter ou à vivre. Certes aussi les crimes restent relativement rares, et c'est pour cela qu'ils font les titres des journaux. Mais ceux qui connaissaient la Tunisie d'il y a deux ans savent que la dégradation n'est pas négligeable.

Est-ce le prix de la démocratie ? En France, aux États-Unis, ou en Angleterre, l'insécurité, des émeutes, la corruption politique, voire des assassinats, existent. Peut-on comparer la Tunisie à ces démocraties ? La question mérite d'être posée, mais la réponse n'est guère optimiste pour la Tunisie.

Longtemps éclipsée par les grandes puissances arabes (Égypte, Algérie, Arabie Saoudite, Irak, Syrie), ou par les pays à conflits permanents (Liban, Palestine), la Tunisie fut découverte par les populations arabes en 2011.

La Tunisie découvrit aussi le monde arabe, avec toute sa complexité, sa beauté, et ses problèmes. Des centaines, peut-être des milliers de jeunes tunisiens et tunisiennes partirent combattre en Syrie. D'autres cherchaient à émigrer en Europe ou ailleurs. Certains voulaient contrôler le pays, tandis que la majorité décidât de se taire. Et finalement, une partie refusa la capitulation et prôna la résistance.
En d'autres termes, la démocratie ne s'est pas installée en Tunisie. La bataille pour la démocratie, la liberté, et l'égalité n'est pas encore terminée. Et cela est un bon signe.

Tout comme l'Égypte, une partie de la population tunisienne refuse de ne pas avoir une démocratie et une liberté longtemps rêvées. La lucidité de cette population est encourageante : elle sait que la fenêtre d'action pour arriver à la démocratie et à la liberté est restreinte. Si le peuple ne se bât pas aujourd'hui pour sa liberté, demain ce sera trop tard. Le prochain rendez-vous étant dans 50 ans.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Adel N. 13 avril 2013 18:12

    L’Espagne a un taux de chômage plus élevé que celui de la Tunisie. Ce n’est pour autant que le pays est dans un chaos politique, économique et social.

    Ce n’est pas pour nier le rôle prioritaire des problèmes économiques à l’instabilité de la Tunisie, cependant cette instabilité n’est pas que le seul fruit du chômage.

  • un livre a fait beaucoup pour la chute des ben-ali-trabelsi...« LA REGENTE DE CARTHAGE »

    un autre fera chuter ennada-el ancharia « VIOLEE MAIS COUPABLE » jeune femme violée par 3 policiers....la jeune fille a été reconnue COUPABLE ....LES POLICIERS SEVISSENT ILS TOUJOURS après le racket...les VIOLS QUEL PROGRES DANS L OBSCURANTISME  !!!!!!!!!!


    vive la liberté des femmes TUNISIENNES

    UN AMI DU PAYS


  • ecolittoral ecolittoral 13 avril 2013 15:04

    La révolution française s’est faite en 10 ans. Elle a coûté 500 000 morts sous un régime de terreur ! Ceci n’explique pas cela mais, il faut laisser le temps au temps. 

    Et comment renouer des relations avec les voisins Algériens et Libyens ?
    Mes séjours en Tunisie (sous dictature) m’ont permis de voir de la liberté(relative) et des entrepreneurs du nord au sud. Des micro crédits pour monter son affaire etc.
    Le danger peut venir du FMI, il faut être vigilant aussi sur ce point.
    J’espère que dans 5 ans, la situation sera plus stable...et que la Tunisie n’aura pas été « bouffée » par les voisins et les marchands de dettes.


    • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 13 avril 2013 18:21

      Bonjour,


      Les peuples de gauche européen du sud doivent s’unirent.

      On nationalise toutes les banques, on annule les dettes, on créer une nouvelle monnaie, on remet en service toutes notre industrie stratégique (nationalisé)

      On créer une coopérative économique avec l’Espagne, l’Italie et le Portugal pour commencer, même monnaie, même droit, même retraite.....on fait du commerce ensemble, mais équitable, et on se sert de nos atouts régionaux, ont les met tous en valeur et on les développent de façon durable.

      On ne pense pas notre société : 

      maintenant rien que pour moi, 

      mais on l’oriente pour tous nos enfants et nos petits enfants à venir

      Une fois que cela tourne rond, on fait rentrer dans notre coopérative commerciale des pays du sud, Grèce, Chypre, les pays du pourtour méditerranéen, africain, d’Amérique du sud, sous certaine conditions et surtout avec l’envie de developer leur pays en respectant leurs ressources et leurs populations.

      Un développement commerciale équitable et résonner, avec une obligation pour tous les état coopératif d’orienter leurs politiques vers les énergies renouvelable, la recyclage, l’éducation, l’éducation et L’éducation, j’oublie sûrement des choses mais je suis sûre que si nous mettons en place un système d’échange entre pays, avec le respect mutuel de tous ses partenaire, de l’environnement, un système de coopération aussi sur l’éducation, la recherche et l’innovation, on sortira de ce modèle de mort et de destruction qu’est le libéralisme.

      Nous pouvons et nous devons le faire, ça c’est mon avis.

      Bon courage à tous c’est jeunes Tunisien(nés) pour la création de leur démocratie

      Cordialement

      Franck



      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 13 avril 2013 23:01

        Le démocratie est une imposture... le mythe démocratique reste pourtant coriace. Elle gangrène non seulement la société mais détruit immanquablement les individus.


        • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 14 avril 2013 20:02

          Bonsoir,


          Vous préféré la ploutocratie qui est en place, j’en ai bien conscience.



          • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 14 avril 2013 20:22

            Bien sur Mr saint maux, vous préféré cette ploutocratie



            Personnellement je souhaite au peuple Tunisien de trouver leur démocratie,

            Car seule la démocratie permet aux peuples, aux prolétariats d’évoluer et d’être libre.

            Courage et bonne chance au peuple Tunisien

            Franck 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès