Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La victoire de D. J. Trump ou l’éventualité du « Cygne Noir (...)

La victoire de D. J. Trump ou l’éventualité du « Cygne Noir »

Malko se sentit mieux tout à coup. Le vent tournait . SAS – Amok à Bali (1970)
 

La possibilité comme la probabilité d'une élection de Donald John Trump à la présidence des Etats-Unis d'Amérique sont devenues tangibles, n'en déplaise aux zélateurs de la sénatrice H. Clinton. Le FBI réouvre l'affaire des courriels d'Hillary Clinton, Talon d'Achille de la candidate démocrate.

Pour tous ceux qui auraient un tant soit peu suivi les péripéties de la course à l'élection présidentielle américaine, on se rappellera qu'au mois de mars 2015, peu avant son entrée en campagne, la sénatrice démocrate Hillary Rodham Clinton avait été accusée d'avoir utilisé exclusivement une messagerie privée au lieu d'un compte gouvernemental durant les quatre années où elle dirigeait la diplomatie américaine, exposant de la sorte avec une probabilité certaine des informations confidentielles à un piratage informatique.

 

I-Anomalies

La divulgation de la nature comme du contenu de ces milliers de messages échangés sur ce serveur privé ayant révélé de graves manquements imputables à la sénatice Clinton dans la conduite hasardeuse d'affaires diplomatiques au dénouement dramatique (mort de l'ambassadeur des Etats-Unis Chris Stevens en Libye survenue à Benghazi en septembre 2012), on aurait pu légitimement penser que ces faits qui relèvent d'une incrimination fédérale majeure auraient à tout le moins invalidé ou empêché la candidature de son auteur. Il n'en a curieusement rien été de telle sorte que les soupçons les plus graves ont surgi quant à l'existence plus qu'avérée d'une collusion de « l'establishment » et du « deep state » - « l'Etat-profond » - démocrates, désireux de protéger et de promouvoir à tout prix leur candidate.

Le 5 juillet 2016, de manière surprenante et tirant prétexte de la conduite d'une « longue enquête », le FBI créait en effet l'événement en recommandant par la voix de son directeur M .James Comey de ne pas poursuivre Hillary Clinton dans cette affaire. « Aucune poursuite ne s'impose » avait alors déclaré le directeur du FBI, même si l'ancienne secrétaire d'Etat avait fait preuve selon lui d'une négligence extrême, de sorte que sa recommandation ayant été promptement suivie par le département de la Justice, les soupçons d'une main invisible guidée par l'Administration Obama bien complaisante envers la candidate démocrate avaient fini par susciter une vive réaction plus que compréhensible de la part du candidat et adversaire républicain Donald Trump.

II-Coup de théâtre

Si la suite est connue, la campagne électorale ayant été ponctuée de coups de pique et d'accusations visant à dénigrer chacun des candidats jusqu'à la tenue de débats dont l'issue avait semble-t-il tourné en défaveur de D. Trump si l'on en croit les sondages effectués, un coup de théâtre vient pourtant de se produire à quelques jours de la date fatidique du 8 novembre, jour de la consultation électorale nationale.

On apprend en effet que dans une lettre rendue publique par des élus républicains du Congrès, le vendredi 28 octobre 2016, le directeur du FBI James Comey leur annonce que ses équipes vont réouvrir le dossier précédemment classé de la messagerie privée d'Hillary Clinton.

« Dans le cadre d'une affaire distincte, le FBI a pris connaissance de l'existence d'emails semblant pertinents pour l'enquête », écrit en effet James Comey dans sa lettre adressée aux présidents de plusieurs commissions parlementaires dont le Renseignement et la Justice, lesquels l'ont alors rendue publique.

« Je vous écris pour vous informer que l'équipe enquêtrice m'en a informé hier et que j'ai donné mon accord pour que le FBI prenne les mesures d'enquête appropriées afin de permettre aux enquêteurs d'examiner ces emails et de déterminer s'ils contiennent des informations classifiées, et pour déterminer leur importance dans notre enquête », déclare à cet effet James Comey.

« Bien que le FBI ne puisse déterminer si ces informations seront ou non significatives et que je ne puisse prédire combien de temps il nous faudra pour venir à bout de ce travail supplémentaire, j'estime – écrit encore le directeur du bureau de police fédérale -,qu'il est important de tenir vos commissions au courant de notre travail, eu égard à mes déclarations passées ».

III-Le vent serait-il en train de tourner ?

Si l'on peut légitimement supposer qu'il y a eu du tirage à l'intérieur du FBI dont certains agents et administrateurs ont très mal pris la manœuvre d'enterrement du « dossier Clinton » au point de mettre leur directeur devant le choix de « rattraper le coup », sauf à prendre le risque d'être mis devant le fait accompli d'une publication à laquelle il n'aurait pas pu sérieusement s'opposer et qui se serait finalement révélée désastreuse, il n'en demeure pas moins que pour le grand public et donc pour l'électorat américain -particulièrement l'électorat républicain pro-Trump -, les jeux sont loin d'être faits et les cartes en passe d'être rebattues à quelques jours de l'élection.

La volte-face du FBI ne doit pas être prise à la légère, ce que traduit bien un connaisseur de ce type de révélation politique en la personne de Carl Bernstein -investigateur du fameux Watergate déclencheur de la procédure de destitution de R. Nixon- qui a déclaré en substance que le FBI n'aurait pas réouvert l'enquête sans raison valable : « And it is unthinkable that the Director of the FBI would take this action lightly, that he would put this letter forth to the Congress of the United States saying there is more information out there about classified e-mails and call it to the attention of congress unless it was something requiring serious investigation. »

http://www.realclearpolitics.com/video/2016/10/28/bernstein_fbi_would_not_reopen_case_unless_new_evidence_was_a_real_bombshell.html

La situation de la candidate Clinton est en effet devenue critique, à tout le moins sérieusement ébranlée si l'on en juge le temps qu'elle a mis à répliquer, alors que saisissant au vol toute l'importance de ce coup de théâtre inespéré survenu dans le processus électoral, Donald Trump a pour sa part immédiatement réagi lors du meeting qu'il tenait dans le New Hampshire. L'occasion était trop belle en effet pour ne pas pointer l'importance de la corruption comme de la criminalisation des actes de son adversaire. « La corruption d'Hillary Clinton atteint une ampleur jamais vue auparavant, a déclaré M.Trump. Nous ne pouvons pas la laisser emporter ses manigances criminelles dans le Bureau ovale. »

Le vent semble donc tourner et il n'est pas impossible que l'élection de Donald Trump comme 45ème président des Etats-Unis d'Amérique puisse se révéler alors comme la survenance d'un de ces événements qualifiés de « Cygne Noir », raisonnements ou conjectures construits à partir d'un ensemble d'informations incomplètes ou volontairement limitées, écartées ou ignorées parce que dérangeantes (l'hypothèse d'une défaite d'Hillary Clinton, récusée par tous les media français, par exemple), qui conduit à aboutir à des certitudes erronées que vient démentir la survenance de faits réels.

IV-Finale

On se souvient du film de Christopher Nolan (2006) intitulé Le Prestige, construit sur la rivalité de deux prestidigitateurs-magiciens, et dont la signification du titre provient de l'une des trois étapes que comporte un tour de magie.

La première étape, appelée « promesse », est celle durant laquelle le prestidigitateur-magicien montre au public quelque chose qui semble ordinaire mais qui ne l'est pas.

La deuxième étape, dite du « tour », est celle de l'exécution proprement dite du tour de magie durant lequel le prestidigitateur-magicien rend l'acte ordinaire extraordinaire.

Le « prestige », titre du film donc, constitue l'étape finale de l'illusion, cette partie du tour de magie où l'imprévu se produit avec - peut-être -, la défaite d'Hillary Clinton et la victoire de Donald Trump, ce « Cygne Noir » que personne n'aura alors voulu voir alors qu'Hillary Clinton présentait dès le début, avec ses agissements, un Talon d'Achille évident.

 

Sources et éléments :

http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/10/28/aux-etats-unis-le-fbi-va-examiner-de-nouveaux-courriels-d-hillary-clinton_5022250_829254.html

Follw the money, l'étrange Mr Comey :

http://www.breitbart.com/2016-presidential-race/2016/09/10/exposed-fbi-director-james-comeys-clinton-foundation-connection/

http://www.breitbart.com/big-government/2016/10/28/fbi-donald-trump-new-hampshire-donald-trump-hillary-clinton-rainy-day-rally/

Nassim Nicholas Taleb, Le cygne noir : La puissance de l'imprévisible [« The Black Swan:The Impact of the highly improbable »], Les Belles Lettres, 2010, 496 p. (ISBN 978-2251443959)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • alkoussekousse alkoussekousse 29 octobre 15:39

    Dans le film on découvre tout à la fin que le magicien était en fait une paire de jumeaux parfaits. Quelle déception si l’on devait découvrir que dans le fond Trump et Clinton sont des doubles idéologiques et politiques parfaits, un peu comme en France Macron Young leader de la French American Foundation est un double parfait de Hollande, Montebourg, Juppé, Dupont-Aignan, tous également Young leader de la French American Foundation !

    Tout a été fait pour nous donner l’impression que Trump est un continuateur de l’impérialisme américain traditionnel et Clinton une représentante du mondialisme fondé sur la destruction des nations et la constitution de grands blocs supranationaux, ossature du futur gouvernement mondial. J’espère qu’on ne découvrira pas que Trump aussi représente cette tendance hyper criminelle de l’oligarchie anglo-saxonne, responsable d’attentats, d’atrocités, de tortures, de crimes, de guerres et de génocides sans fin.


    • attis attis 29 octobre 20:38

      La relance de cette affaire des emails semble bien poser quelques soucis à Hillary.
      Mais la plus grosse affaire, à mes yeux, est celle qui l’implique, elle et son comité de campagne, dans des actions violentes menées sur les meetings de Donald Trump ainsi que dans des fraudes électorales.
      3 vidéos (en anglais) sur les méthodes de Hillary & co. : 1, 2 et 3.
       
      Ces vidéos ont été tournées par l’équipe du Project Veritas Action de James O’Keefe, un activiste proche des républicains qui a par le passé été critiqué pour avoir monté de façon tendancieuse des extraits de vidéos en caméra cachée.
      Mais les vidéos données ici en lien laissent peu de place au doute. Les principaux intervenants filmés à leur insu, Bob Creamer et Scott Foval, ont d’ailleurs été priés de « prendre leurs distances » avec le DNC.
      Curieusement, cette affaire, qui me semble comparable à celle du Watergate, n’est que très peu évoquée par les médias US, et pas du tout par les médias français.
       
      Article du Post
      Réaction de CNN (pro-Hillary), avec des supporters de Trump criant « lock her up ! » (arrêtez-la !) en arrière plan.


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 octobre 22:28

        Bonjour,
        .
        Alors que la course à la Maison Blanche se termine dans dix jours, le FBI s’intéresse de nouveau à la boîte mail non sécurisée de la candidate démocrate. Pour le plus grand bonheur de son rival républicain qui aimerait en tirer profit.
        .
        C’est le genre de rebondissement que l’on a rarement, voire jamais, vu à ce stade d’une élection présidentielle”, prévient The New York Times. À onze jours du scrutin et alors que plus de six millions d’Américains ont déjà voté par anticipation, le FBI vient de secouer une course à la Maison Blanche déjà turbulente et parsemée de scandales.
        http://www.nytimes.com/2016/10/29/us/politics/donald-trump-hillary-clinton.html?_r=0
        .
        L’enquête avait été classée en juillet mais la découverte d’un millier de messages, dont certains qualifiés de “potentiellement pertinents” par le FBI, a relancé l’affaire qui a empoisonné des mois durant la campagne démocrate. Cette annonce a “semé la panique dans les rangs d’Hillary Clinton (…), de leur côté, les Républicains se sont rués sur l’aubaine pour tenter de reprendre l’avantage”, écrit le quotidien qui résume : “Trump exulte, le camp Clinton dans la tourmente.” 
        http://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-affaire-des-e-mails-trump-exulte-le-camp-clinton-dans-la-tourmente
        .

        Certains des e-mails révélés mentionnent les liens de Madame Clinton avec Monsieur George Soros, avec l’affaire Benghazi, avec de nombreux financements illégaux, ainsi qu’avec l’État Islamique.
        https://www.upr.fr/actualite/adherent-upr-vivant-aux-etats-unis-alerte-gravite-scandale-wikileaks-touche-hillary-clinton-tension-dramatique-prend-fin-de-campagne-presidentielle-outre-atlan
        .
        .


        • Christian Labrune Christian Labrune 29 octobre 22:37

          On ne peut guère s’enthousiasmer pour Trump, mais enfin, je me serai levé trois fois au milieu de la nuit pour voir en direct les débats entre ces deux énergumènes et Il m’a paru à chaque fois que sur les questions de politique étrangère - les seules au fond qui nous concernent vraiment ici - il y avait un singulier contraste entre les positions fermes et lucides de Trump (fin des hostilités puériles à l’égard des Russes et reprise d’une position offensive face à l’islamo-nazisme iranien) et le discours fumeux de Clinton, lequel ne laisse rien augurer d’autre qu’une continuation de la politique carrément criminelle de l’actuel mufti de la Maison Blanche.

          A chaque fois selon les media, et, contre toute attente, c’était pourtant Clinton qui l’avait emporté. Phénomène aussi surprenant que la satisfaction des Français au lendemain de la ridicule anaphore « Moi président », mais tout aussi inquiétant aussi : qui aurait pu croire qu’une pareille démonstration de niaiserie pût susciter autre chose que le ricanement ? 
          J’espère que les Américains accorderont à Clinton la possibilité de se retirer au loin dans quelque campagne ; elle paraît en avoir bien besoin. Requiescat in pace !
          Ce qu’il y a de tout à fait triste chez nous, pour les présidentielles, c’est que je ne vois partout, de la gauche à la droite, que des clones de la pauvre Hilary.





          • attis attis 29 octobre 23:05

            @Christian Labrune
            A chaque fois selon les media, et, contre toute attente, c’était pourtant Clinton qui l’avait emporté.
             
            Mon impression est que Clinton a assez largement remporté les deux premiers débats, et que le troisième a été équilibré.
            Je précise que pour moi, Clinton et Trump, c’est un peu la peste et le choléra. Je pense donc être relativement « neutre » sur ce sujet.
            Je ne pense pas non plus que Clinton ait perdu l’élection, loin de là. Je la vois toujours gagner.
            Ca serait d’ailleurs rigolo de la voir « impeachée », comme son mari a failli l’être, juste après l’élection. Qui est son vice-président putatif ?


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 octobre 11:57

            @Christian Labrune

            Quel fourbis M l’Ambassadeur :
            la politique anti iranienne que vous appelez de vos voeux, c’est celle qui est menée actuellement (très maladroitement car l’invasion de l’Irak fut un sacré cadeau)

            Quant à mener une politique russophile et anti iranienne (alors que les deux pays sont liés) ça laisse songeur sur les chances d’y parvenir en vrai.

            L’islamo nazisme iranien, c’est vraiment fort, alors que le chïsme est peu expansionniste, et plutôt dominé.

            Mais bon, les intérêts israéliens passent avant tout smiley


          • Christian Labrune Christian Labrune 30 octobre 13:42

            Mais bon, les intérêts israéliens passent avant tout

            @Olivier Perriet

            Les intérêts israéliens sont aussi les nôtres. Je ne donne pas cher de l’avenir de l’Europe si Israël s’effondrait après un prochain conflit qui paraît tout à fait imminent.
            Vous devriez vous documenter un peu et lire autre chose que de la propagande à deux sous.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 octobre 18:59

            @Christian Labrune

            c’est vrai que vu d’ici on comprend mal la fixation sur l’Iran en voie de normalisation alors que c’est la chaos partout ailleurs.

            du point de vue israélien on comprend cette obsession, puisque l’Iran est censé vitrifier le pays du jour au lendemain.
            C’est à mon avis un très mauvais calcul, le chaos chez tous les voisins ne servira pas Israël.


          • goc goc 29 octobre 23:37

            Je crains que cette reprise de l’enquête est en fait un vaste écran de fumé et surtout un enterrement de 1ere classe de toute l’affaire, afin d’empêcher Trump (une fois battu), d’utiliser cette arme pour lancer une campagne de destitution

            D’abord je pars d’une hypothèse : si Killary a utilisée cette boite mail, c’est dans le seul but d’organiser la gestion de sa fondation, qui rappelons-le, n’est qu’un énorme outils de corruptions et de retours d’ascenseurs et ce ; à l’échelle mondiale.

            Donc, le FBI a ouvert une enquête, oui mais sur quoi ?, et bien uniquement sur le risque qu’auraient transité des mails classifiés, et non sur des mails démontrant une corruption active (jamais la corruption d’un gouvernant étranger n’a été considérée comme un danger pour la sécurité nationale)

            Et si le FBI se lance dans cette ré-ouverture d’enquête, tactique risquée, c’est bien qu’il ya beaucoup plus grave à cacher.

            Donc le seul but de cette manœuvre, est bien de garder le contrôle des opérations, et au plus vite, dédouaner la killary.
            D’ailleurs si on a un doute sur cela, il suffit de voir a quelle vitesse le clan cling(t)on s’est empressé de demander au FBI de « tout » publier, comme s’il n’avait rien à cacher.

            Alors il ne nous reste plus qu’un espoir, celui du dérapage incontrôlé venant de l’intérieur du FBI, qui ferait sortir des mails largement plus compromettants (sur le plan corruption et surtout terrorisme) que de simples échanges diplomatiques.
            Je vous laisse imaginer l’effet sur nos valets... heu.. je voulais dire, nos dirigeants, si la preuve flagrante d’une participation des USA (voir de la France de Fabuis) à l’armement de Daesh venait à se savoir. Alors, entre l’erreur d’avoir fait passer un mail classifié par étourderie, et la preuve que les USA sont des terroristes, le FBI a certainement choisi son camp... enfin peut-être pas tout le FBI.


            • Zolko Zolko 30 octobre 00:41

              En fait, c’est plus simple : dans le livre « the Fourth Turning », les auteurs avaient écrit en 1998 que au début des années 2000 les USA subiraient des événements dramatiques, et que 10 ans après – donc maintenant – ils se recentreraient sur eux-mêmes, abandonnant leur rôle de leader mondial. Il était donc dit, en 1998, que en 2016, Trump ou Sanders gagneraient l’élection présidentielle.
               
              Si les Démocrates avaient choisi Sanders, il aurait gagné haut la main, mais ils ont choisi Clinton, qui représente tout ce que les américains sont arrivés à détester, alors qu’ils le vénéraient il y a 10 ans, ils vont perdre . Ca n’a rien avoir avec le FBI et les frasques de son mari, ce qu’elle représente – les pétro-dollars, Wall-Street, Goldman-Sachs, l’Arabie-Saoudite, Israel, l’OTAN – est (devenu) repoussant pour les américains. Viscéralement. Elle ne peut pas gagner. Cette élection n’est plus celle des Démocrates contre les Républicains, mais l’impérialisme des pétro-dollars contre le peuple américain.
               
              Ce qui n’est pas certain est la réaction de l’establishment après leur défaite. Qu’ils déclenchent une guerre pour ne pas perdre leur pouvoir est tout-à-fait probable. C’est peut-être la raison pour laquelle les Russes ont rapatrié les familles des personnels diplomatiques.


              • goc goc 30 octobre 01:20

                d’après le site « BourseBuisness B&B », il semblerait que la ré-ouverture de l’enquête ne proviens pas des mails de la clington, mais d’un de ses collaborateurs de campagne

                source :
                extrait :
                Selon l’agence de presse mondiale « Associated Press », les mails nouvellement découverts « ne provenaient pas de son serveur privé », mais d’appareils électroniques, qui pourraient être un téléphone portable, un ordinateur ou une tablette et ces appareils appartenaient à Huma Abedin, conseillère politique de la démocrate, et à son mari Anthony Weiner. Le FBI a visiblement mis la main sur l’appareil en question dans le cadre d’une enquête qu’il mène sur les textos de nature sexuelle qu’Anthony Weiner semble avoir envoyé à une adolescente de 15 ans de Caroline du Nord.

                Et donc toujours d’après BB, la candidate pourrait même renoncer à se présenter.

                Décidément, chez les Clington, le Q, ça gâche tout !!!


                • agent ananas agent ananas 30 octobre 17:34

                  @goc
                  A propos de Huma Abedin, la plupart ignore ses liens avec l’ONG Muslim World League qui est accusée de financer alqaeda et le Hamas.
                  Que des documents confidentiels auraient été en possession par la confidente et aide de la candidate du parti démocrate pourrait déclencher une tempête politico-médiatique qui pourrait porter l’estocade aux prétentions présidentielles de la reine du chaos Hillary.


                • JMBerniolles 30 octobre 09:35
                  Les élections présidentielles américaines, ce n’est plus un mystère maintenant, sont manipulées et éventuellement truquées, par ce que l’on qualifie de deep state, la gouvernance de l’ombre.

                  C’est une erreur de croire que cette gouvernance occulte est homogène. Elle comporte des éléments qui peuvent être antagonistes. On voit bien cette cohérence dans la sinistre triplette : neocons, sionistes et lobbies militaro industriel, mais Wall Street par exemple n’a sans doute pas les mêmes objectifs. 

                  Et puis il y a ce que ces gens veulent et ce qui est réellement possible.
                  L’incertitude sur le rapport de forces militaires, la destruction possible des puits de pétrole au Moyen Orient, ne plaident pas en faveur d’une escalade militaire.

                  Sur le plan de la politique étrangère le règne Obama est un désastre : au Moyen Orient Turquie et Arabie saoudite n’obéissent plus, l’Egypte bascule, la Syrie semble marquer une nouvelle défaite militaire et puis surtout il y a l’incroyable attitude des Philippines, pays quasiment en esclavage des USA, où Obama vient de se faire insulter et pratiquement virer. Ce qui naufrage complètement la politique nommée, pivot to Asia.

                  Donc il y a de quoi réfléchir à deux fois avant de soutenir Hillary Clinton, sans doute physiquement atteinte également, pour poursuivre la même politique en échec mondial.

                  Et puis ce que révèle cette campagne présidentielle est que les USA sont un pays ravagé. Des chiffres économiques manipulés par des experts serviles nous éloignent de cette réalité. Mais les gens la connaissent. La réaction populiste en est la conséquence.




                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 octobre 10:23

                    A tous les commentateurs que je remercie pour la qualité de leurs observations.

                    Ayant lu avec attention les observations et commentaires de chacun d’entre-vous, il est patent que les analyses de qualité ici effectuées n’ont manifestement rien à voir avec la doxa ambiante des media européens en général et français en particulier.
                    Pareil aveuglement est préoccupant, qu’il s’agisse de politique économique ou de politique internationale concernant les Etats-Unis et l’Europe.

                    Comme le remarque très justement JM Berniolles, "Les élections présidentielles américaines, ce n’est plus un mystère maintenant, sont manipulées et éventuellement truquées, par ce que l’on qualifie de deep state, la gouvernance de l’ombre« alors que par ailleurs le système d’alliances ou de contraintes mis en place par les USA leur échappe totalement (cf. cas des Philipines et de la malaisie qui se trournent vers la Chine).

                    Judicieuse mention que celle effectuée par Zolko de l’ouvrage dont je recommande aussi la lecture intitulé  »The Fourth Turning« cf. ci-après :http://store.lifecourse.com/products/15/The-Fourth-Turning.html. On retiendra la remarque finale de ce commentateur : »Ce qui n’est pas certain est la réaction de l’establishment après leur défaite. Qu’ils déclenchent une guerre pour ne pas perdre leur pouvoir est tout-à-fait probable. C’est peut-être la raison pour laquelle les Russes ont rapatrié les familles des personnels diplomatiques.
                    Relisons les commentaires de Goc, Labrune, EuduRobinet, Attis,Alkousse.

                    Merci à tous ceux qui trouveront ici matière à développer leurs propres analyses, lesquelles sont les bienvenues pour nourrir ce débat.

                    Cordialement, Renaud Bouchard


                    • JMBerniolles 30 octobre 11:40
                      @Renaud Bouchard
                      Merci à vous pour vos articles qui, justement, permettent un débat intelligent.


                    • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 11:37

                      les Clinton sont un nid de vipères et celle qui mord le plus c’est la femelle .....


                      • Spartacus Spartacus 30 octobre 18:52

                        En France nous avons un « président » qui déclare avoir ordonné de tuer « sans jugement » des individus sur terre.....

                        Sur sa seule décision divine.

                        Personne ne s’offusque.....

                        Aux USA des E-mails pourraient envoyer une future présidente en prison.....



                        • agent ananas agent ananas 30 octobre 18:57

                          Il est intéressant de noter que les sites pro Trump recueillent plus de commentaires que les sites pro Clinton concernant la lettre du directeur du FBI James Comey indiquant de nouveaux éléments dans l’affaire du « emailgate ».
                          Ainsi il y a 691 commentaires sur le Huffington Post (pro Clinton) et 6825 sur celui de Breitbar (pro Trump), soit un écart de près de 10 fois.
                          Ces deux articles ont été publiés le même jour et l’inscription pour poster un commentaire est équivalente.
                          Une indication que la majorité silencieuse se réveille et qui pourrait bien profiter à Trump ?


                          • Eschyle 49 Eschyle 49 30 octobre 19:05

                            Voici quelques informations occultées , cf. aussi les derniers mèls publiés par Julian ASSANGE :


                            « 1,64 % des articles de presse consacrés aux élections sont pro-Trump, 80 % pro-Clinton et le reste neutre ou favorable à un candidat tiers »

                            http://www.atlantico.fr/rdv/chroniques-pot-aux-roses/gauche-machine-salir-et-mentir-tourne-plein-regime-serge-federbusch-chomage-2862298.html

                            « 3 instituts de sondage plutôt fiables donnent la victoire à Trump le 8 novembre prochain : Trump 43% / Clinton 41% ; Trump 42,6% / Clinton 40,8% ; Trump : 44,4% / Clinton 44,1% ;Et le programme du professeur Helmuth Norpoth, qui a correctement prédit les vainqueurs des élections présidentielles de 1996, 2000, 2004, 2008 et 2012, a annoncé dès le 7 mars dernier que Trump a 87% de chances de battre Clinton, sur le score de 52,5% contre 47,5%, et le professeur a annoncé cette semaine qu’il n’a aucune raison de changer ce pronostic »

                            http://ripostelaique.com/trump-donne-gagnant-contre-clinton-malgre-les-tricheries-des-democrates.html 

                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès