Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La vie des soldats israéliens et palestiniens

La vie des soldats israéliens et palestiniens

Les militaires israéliens et palestiniens sont pris dans une spirale de violence. En sont-ils responsables ? L’impunité doit-elle régner au détriment de ceux qui en en souffrent le plus, c’est-à-dire les civils ?

Avec le début de la seconde Intifada (soulèvement), en septembre 2000, la violence et les violations des droits humains ont atteint un seuil critique depuis le début de l’occupation de la Cisjordanie et la bande de Gaza par Israël il y a 36 ans. Dans de nombreux rapports, diverses ONG des droits de l’Homme ont fait état d’atteintes aux droits humains de grande ampleur, perpétrées tant par l’armée israélienne que par des groupes armés palestiniens. "Depuis septembre 2000, l’armée israélienne a tué plus de 2 300 Palestiniens, la plupart non armés, dont quelque 400 enfants. Durant la même période, les groupes armés palestiniens ont tué environ 850 Israéliens, des civils pour la plupart, au nombre desquels figuraient une centaine d’enfants." source AI

Le conflit israélo-palestinien est une conséquence majeure du conflit israélo-arabe. Il s’agit d’un conflit territorial entre deux peuples qui revendiquent des droits sur la même terre. Suite au plan de partage de la Palestine de 1947, Israël a bien été créé en 1948, alors que les Arabes Palestiniens continuent à exprimer leurs revendications pour un État indépendant.
Ce conflit déchire toute la société et cause toujours la mort. Entre cet affrontement, ce mur de la peur, entre la vie des Israéliens et celle des Palestiniens, il y a des soldats. Les soldats Israéliens, comme Palestiniens non volontaires pour la plupart sont engagés pour défendre leur pays dont l’histoire est d’une complexité rebutante.
Ces jeunes hommes sont pris dans un feu non dirigé par eux. Ils subissent le sort d’un pays partionné qui les dépasse et leur laisse des traces.
Il est vrai que ces jeunes soldats, d’un bord ou de l’autre, sont entrainés dans une spirale de terreur qui les dépasse. Ils font le jeu des pouvoirs en place, tant du coté israélien que du coté palestinien. Les uns assurent le bouclage des TO et garantissent la sécurité des implantations illégales de Cisjordanie. Ils défendent les postes de contrôle, les barrages routiers et les bouclages internes et sont essentiellement installés à proximité des implantations des colons et des routes qu’ils empruntent. Les autres, les palestiniens, attaquent les colons israéliens. Par ailleurs, ceux-ci sont impliqués dans des homicides fréquents « de civils palestiniens en raison d’affrontements entre factions ou de vendettas familiales. Les armes à feu prolifèrent, et leur usage inconsidéré met de plus en plus en danger la population. Ils sont parfois responsables d’enlèvements de civils Palestiniens et d’étrangers. »
 
Il est vrai que le gouvernement israélien affirme que le système des bouclages est nécessaire à la sécurité d’Israël, Parmi ces jeunes appelés, « certains ont tué des milliers de Palestiniens, dans bien des cas de manière illégale et ces crimes restent impunis. » De plus, les autorités israéliennes ont recours « aux moyens les plus extrêmes, et notamment aux assassinats, aux sanctions collectives et à la détention arbitraire, entre autres mesures constituant des violations du droit international, pour punir les Palestiniens responsables d’attaques visant des Israéliens ou soupçonnés de participation à de tels actes. »
 
Et lorsqu’une armée doit se transformer en force d’occupation, inévitablement elle viole les Conventions de Genève et pratique la répression.
Des soldats, non plutôt de jeunes adolescents, protégeant leur terre sacrée comme ils le peuvent. Chacun d’entre eux a une histoire. Ce reportage est le chapitre d’un moment de vie de quelques uns de ces soldats à Jérusalem, Ramallah, Bethléem… . Ils travaillent 7 jours sur 7 et reçoivent des rémunérations de misère. Fatigués par leur quotidien, ils essayent de vivre au jour le jour : leurs relations amoureuses, leurs désirs d’enfants, leurs amis, la fête..
 
Il est certains que ce conflit se répercute sur la population palestinienne, qui souffre du climat d’impunité encouragé tant par la puissance occupante que par l’Autorité palestinienne.
 
En 2003, les dirigeants israéliens et palestiniens ont accepté un plan de paix appelé « feuille de route » sous l’initiative de l’ONU, des États-Unis, de l’Union européenne et de la Fédération de Russie. En conséquence, les groupes armés palestiniens devaient cesser leurs attaques contre les Israéliens et le gouvernement israélien devait arrêter les assassinats de dirigeants et d’activistes palestiniens et cesser les démolitions de maisons, paralyser la prolifération des colonies israéliennes dans les territoires occupés, démanteler les implantations postérieures à 2001 et lever les restrictions à la liberté de circuler des Palestiniens. Malgré leurs engagements, les deux camps continuent de commettre en toute impunité des atteintes flagrantes et systématiques aux droits humains, dont certaines constituaient des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité.
 
Mais ces jeunes soldats sont impuissants face a ce jeu des gouvernants et il ne faut pas s’étonner qu’ensuite à la fin de leur service militaire, ils reproduisent ce schéma de violence qu’il sont appris de leur hiérarchie, comme l’ont fait les jeunes appelés américains lors de la guerre du Vietnam ou pendant le première guerre contre Irak en 1991. De plus, tous leurs repères volent en éclats et en fait des écorchés vifs qui ne s’adaptent plus à la vie civile.
Ce sont des générations sacrifiées et il est certain que ces dommages se répercutent encore une fois le conflit fini et risque d’entacher la paix qui se profile dans l’avenir.
Les responsables en sont les dirigeants. Il est vrai aussi que les premières victimes sont les civils, qui désespèrent de voir la fin du conflit et comme le dit Platon : « seuls les morts voient la fin de la guerre ». Espérons alors que pour ces deux peuples la paix vienne vite, afin que ces jeunes militaires puissent dormir sans cauchemar et que les civils israéliens et palestiniens voient la fin du conflit de leur vivant dans deux Etats distincts…

FM Août 2008

Documents joints à cet article

La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens La vie des soldats israéliens et palestiniens

Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • fonzibrain fonzibrain 31 août 2008 16:02

    maintenant que la colonisation est grandement avancé,la seule solution(qui fait tres peur aux sionistes)serait un état pour deux peuples

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès