Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le 11 septembre et les versions non officielles : quelles logiques sont à (...)

Le 11 septembre et les versions non officielles : quelles logiques sont à l’œuvre ?

Pourquoi et comment les thèses sur le thème « la vérité est ailleurs » autour des causes du 11/09 connaissent-elles autant de succès ? Ce sujet troublant mérite qu’on s’y arrête et qu’on se pose aussi la question de la crédibilité de ces thèses alternatives.

Carlo Revelli publie à nouveau un article sur la couverture médiatique du 11 septembre et plus particulièrement sur la « publicité » - ou l’absence de publicité - faite aux hypothèses remettant en cause la version officielle des attentats. Le succès des articles sur ce sujet et les nombreux commentaires qu’ils suscitent révèlent un vrai trouble alors que le scénario officiel paraît pourtant solidement établi.

Tout d’abord il convient de noter que toutes les interprétations alternatives convergent vers deux affirmations centrales : on ne nous dit pas la vérité d’une part, et le gouvernement américain - ou ses alliés, ou la CIA, ou les néo-conservateurs... autant de variantes du même thème - sont en fait derrière ces attentats d’autre part. Ces thèses qu’on qualifiera de « complotistes » ont connu des fortunes diverses, on se souvient par exemple du succès inattendu de l’ouvrage « L’effroyable Imposture » de Thierry Meyssan, mais il semble que ces derniers temps, elles connaissent un regain d’intérêt.

Au-delà du contenu même de ces théories, sur lequel nous reviendrons, il nous paraît pertinent de nous interroger sur leur émergence et sur leur résurgence actuelle.

Approximations et cercle vicieux

Les attentats du 11 septembre ont provoqué une forme de sidération (« suspension brusque des fonctions vitales », et l’on peut associer à ce mot l’image d’un George Bush comme absent lorsqu’il apprend la nouvelle dans une école) sur nous tous. Après cet état il faut être capable de digérer l’évènement, de le surmonter et de rejoindre le flot vital. Un des besoins essentiels pour reprendre le cours des jours est celui de la compréhension : pourquoi ces attentats ? Qui ? Comment ? Ces explications sont pour les populations touchées, et en un sens le « Nine Eleven » est la première catastrophe médiatique mondialisée en temps réel ce qui a fait de nous tous des personnes concernées, indispensables pour vivre à nouveau. Devant l’ampleur de la catastrophe il faut une causalité, des responsables, et demain des coupables. Dès lors les Pouvoirs Publics, et en l’occurrence le gouvernement américain, doivent être immédiatement capables de fournir des explications. Ne pas donner de grille de lecture à ces évènements revient à rendre impossible le retour à la vie des survivants. Alors des explications sont fournies : Ben Laden et Al-Qaïda, les terroristes saoudiens, les leçons de pilotage... et elles sont vraies. Mais lorsque des zones d’ombre existent, lorsque les autorités ne possèdent pas tous les éléments, elles biaisent, tronquent, passent sous silence. En effet au moment des faits, il est impossible de dire « nous ne savons pas » car cela ajouterait l’impuissance au désastre. A ce moment, le doute n’est pas permis car il indiquerait une faiblesse supplémentaire. En ces jours troublés tout discours autre que celui des explications serait inaudible par les populations : elles veulent des explications car elles en ont besoin pour surmonter leur détresse.

Dans les semaines ou les mois qui suivent le 11 septembre, les plaies sont encore béantes et personne ne revient sur les omissions ou les à peu près, mais une fois cette période passée, certains - journalistes, écrivains, internautes - s’en emparent et les mettent à jour. Le cercle vicieux se referme alors : il est impossible pour les pouvoir publics de reconnaître qu’ils n’ont pas tout dit ou qu’ils ont donné une information partielle, ce qui contribue en retour à alimenter toutes les rumeurs ou les théories.

Un terrain favorable

Dans ce contexte, les théories conspirationnistes vont trouver un terrain favorable pour se déployer, puis vont connaître une vitalité nouvelle depuis quelques mois ; on pense par exemple au film « Loose Change  » de Dylan Avery qui a connu un retentissement important. A notre sens plusieurs facteurs convergents vont permettre ce nouvel élan : tout d’abord une raison totalement exogène au sujet qui est l’explosion du phénomène des blogs et de la diffusion vidéo sur le Net. Un nombre croissant d’internautes peuvent élaborer et faire connaître leurs opinions ou thèses et les étayer en partageant des vidéos, des interviews... et le 11 septembre a évidemment été un de leurs thèmes de prédilection. De même on peut penser qu’il est toujours plus séduisant, et ce quel que soit le sujet, de travailler sur le mystère, le non-dit, le caché, plutôt que d’avaliser une explication rationnelle, mais trop lisse. Et d’ailleurs plus les scénarios alternatifs seront "osés" plus leur popularité sera grande.

Le second facteur à prendre en compte est lié à la perception des phénomènes hors du commun ; lorsque « l’impensable arrive », en l’occurrence que des terroristes aient pu ourdir de tels attentats et faire vaciller l’hyper-puissance américaine, avec des moyens finalement limités, il faut, après le choc initial, faire revenir l’évènement dans l’ordre du possible. Dans ce cas précis cela se traduit par l’idée que seules des personnes très puissantes, au cœur même du système, auraient pu organiser les attentats.

Le troisième élément à intégrer est le fiasco complet de la guerre en Irak qui contribue à délégitimer un peu plus l’administration Bush. Par un paradoxal retour de boomerang, alors que le dossier irakien n’a rien à voir avec les attentats du 11/09 contrairement d’ailleurs à ce que voulait faire croire l’administration Bush, l’échec américain à Bagdad libère les paroles et les critiques sur le dossier des attentats. L’enlisement dans le bourbier afghan ne contribuant évidemment pas à arranger les choses. Le fait que Jean Pierre Chevènement, grand pourfendeur des Etats-Unis, puisse préfacer le livre de Jürgen Elsässer n’a dès lors rien d’étonnant.

Enfin la situation internationale (tensions au Proche orient, crise iranienne, guerre au Liban) alimente l’anti-américanisme et les ennemis de l’Oncle Sam trouvent dans le débat autour des causes du 11 septembre un sujet idéal de critique des Etats-Unis.

Mobiles et moyens

On nous a donc menti : tel est le nœud central du récit conspirationniste. A partir de là, il est facile de dérouler une histoire, quelle qu’elle soit, puisque par définition ceux qui nous mentent ne vont pas venir nous le confirmer. Pierre André Taguieff analyse très bien ce mécanisme auto-régulateur des différentes formes des théories du complot dans son livre paru en 2005 - La foire aux illuminés, Ed. Mille et Une Nuits. Mécanisme qui disqualifie par avance toute critique de la théorie du complot (celui qui nie la théorie du complot devient à son tour suspect).

Dès lors il est presque vain d’essayer d’aborder et de réfuter, point par point, les "zones d’ombre" soulevées par les uns et les autres car très rapidement les débats deviennent totalement incompréhensibles. A titre d’exemple les questions soulevées par certains spécialistes ou présumés tels sur l’effondrement des tours du World Trade Center avec force schémas, argumentaires sur la structure des matériaux, la résistance des solides, les phénomènes d’implosion et d’explosion, afin de prouver que des charges explosives avaient été placées dans les tours pour les faire s’effondrer est totalement hermétique pour le profane (d’autant plus que des experts patentés soutiendront des conclusions totalement inverses à partir de l’analyse des mêmes phénomènes).

Aussi, seule une appréhension globale semble pertinente pour "démonter" les théories conspirationnistes sur le sujet. Dans ce contexte revenons sur l’hypothèse clé de ces théories : les attentats du 11 septembre ont été facilités voire organisés par des hommes de l’ombre appartenant aux services secrets américains et leurs alliés et/ou des membres influents de l’administration américaine notamment néo-conservateurs et/ou le complexe militaro-industriel américain. L’objectif de ces hommes étant d’étendre leur pouvoir et leur influence à des fins mercantiles et stratégiques. Là où cette théorie nous semble inopérante - nous n’évoquerons même pas les implications morales, politiques et juridiques de telles affirmations qui sous-tendent que ces hommes ont sciemment tué des milliers d’individus, nous nous plaçons ici délibérément dans l’hypothèse où tout serait possible à des fins de démonstration - c’est que les mêmes objectifs auraient pu être atteints beaucoup plus facilement et avec un coût (humain, financier, géopolitique) et une prise de risque bien moindres.

Prenons quelques exemples des justifications avancées : les attentats du 11 septembre auraient servi de justification à la guerre en Irak pour s’approprier des réserves pétrolières stratégiques. Or nous avons bien vu que les Américains sont partis en guerre en Irak sans mandat clair et en tentant de monter un dossier indépendamment du 11/09 (voir par exemple l’épisode du soi-disant enrichissement d’uranium commandité par Bagdad). Nul besoin de faire autant de victimes avec les attentats pour lancer et justifier cette guerre dont le fiasco par ailleurs est patent. De même, ces attentats auraient permis à certains de spéculer et de s’enrichir : pour cela, là encore, nul besoin de faire des choses aussi complexes et "coûteuses". Quelques rumeurs distillées intelligemment sur les marchés financiers - et nos hommes de l’ombre qui sont si puissants pourraient le faire sans problème - permettent d’atteindre le même résultat beaucoup plus simplement. Le 11/09 aurait aussi permis de justifier des mesures restrictives en, matière de libertés civiles. Mais là encore dans quel but ? Connaître les conversations de Mr Smith ? Prendre le risque politique d’une levée de boucliers sur le sujet ? Pas très malin...

En somme les thèses du complot ne résistent pas à l’examen du mobile, ou en tout cas des moyens mis en œuvre. Ces moyens paraissent totalement disproportionnés et inutiles quant aux résultats visés. Ainsi les adeptes des théories du complot nous dépeignent des individus puissants, d’un cynisme effrayant, sans foi ni loi, manipulateurs, en somme des monstres, mais qui dans le même temps utiliseraient des méthodes totalement inadaptées pour atteindre leurs objectifs. Etrange paradoxe...

En conclusion on pourra faire plusieurs remarques : les autorités américaines ont sans doute occulté ou travesti une partie de la vérité sur les attentats du 11 septembre sans que fondamentalement cela remette en cause la réalité des auteurs et de leurs mobiles. L’implication passée des services américains dans l’instrumentalisation et l’utilisation des groupes islamistes au temps de la guerre froide et plus particulièrement au cours de la guerre en Afghanistan contre les Soviétiques ne les ayant sans doute pas incité malheureusement à être toujours très transparents sur ces questions... De même si certains ont « profité » des attentats - on peut penser par exemple aux attributions d’un grand cynisme de stock-options le 12 septembre au moment où les cours se sont effondrés ou à l’utilisation politique qu’en a faite l’administration Bush - cela n’en fait pas les organisateurs ni les instigateurs. Il y’a là une immense différence. Enfin sur des sujets aussi graves, il convient à chacun de réfléchir et de se faire son opinion en résistant aux sirènes toujours séduisantes de « la vérité est ailleurs ».


Moyenne des avis sur cet article :  2.51/5   (502 votes)




Réagissez à l'article

612 réactions à cet article    


  • krokodilo (---.---.207.50) 27 juillet 2006 11:38

    On peut tout mettre en doute, y compris que la terre tourne autour du soleil, faute de pouvoir tout vérifier par soi-même. A chacun de choisir ses sources d’informations et de faire le tri. Ceci dit, chacun sait que les gouvernements, tous les gouvernements, ont menti et mentent régulièrement, souvent avec de bonnes raisons (d’état), la liste d’exemples connus est quasiment sans fin, il est donc « logique » de supposer qu’il y existe beaucoup de mensonges encore inconnus... La méfiance et la paranoia naturelle de chacun sont faciles à réveiller ! Il ya aussi des manipulations plus subtiles que le mensonge : hormis dans les premières semaines après le 11/09, combien de fois a-t-on entendu rappeler la nationalité des terroristes ? Certes, ils n’agissaient pas au nom de leur pays, mais y aurait-il un tel consensus pour ne plus évoquer leur nationalité s’il s’était agi d’autres pays ? S’ils avaient été lybiens, tchétchènes, (liste à compléter soi-même)


    • Alain (---.---.123.29) 27 juillet 2006 12:59

      Bonjour,

      Votre article est très clair, très bien écrit mais je le trouve un peu creux. C’est à dire qu’en arrivant à la fin on reste un peu sur sa faim et on a aucune nouvelle réponse... Mais ce n’est qu’une opinion.

      Il y a une autre chose qui me gêne un peu dans votre article, comme dans celui de Nicolas Vanbremeersch (alias Versac) de l’époque.

      Ce que je vais dire pourrait être mal interprété ou sembler choquant. Je m’en excuse par avance : ce n’est pas du tout mon intention.

      Je précise d’emblée donc que je ne suis ni anti-Israël, ni anti-sioniste, ni anti-juif et que même certains membres de ma famille sont de confession juive. Désolé de devoir le préciser mais vu certains commentaires en ce moment vaut mieux être prudent.

      Il y a une chose qui me pose problème. Ceux qui s’opposent instinctivement à la remise en cause du 11 septembre sont souvent de confession juive que ce soit dans les médias traditionnels ou alternatifs. Et j’ai du mal à en comprendre la raison car jusqu’à preuve du contraire on peut remettre en cause les attentats sans être aussi fous de penser qu’Israël soit derrière. Or, j’ai l’impression que toute personne de confession juive a le réflexe instinctif de croire que si jamais on remet en cause le 11 septembre on va tout de suite penser au complot juif. Et ce réflexe je le trouve très dommageable.

      En effet, il peut y avoir 36.000 autres explications possibles sans qu’Israël ne soit impliqué. Je suis pas bête et je comprends aussi les craintes des personnes de confession juives qui ont été suffisamment discriminés et persécutés par le passé. Mais l’attitude « instinctive » qu’on trouve ici ou sur les médias traditionnels est vraiment regrettable car elle empêche le débat de se dérouler sereinement.

      Bref, ce réflexe même si compréhensible nuit aux investigations. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que dés qu’on parle du 9/11 très souvent on vous accuse d’abord d’être conspirationniste et très peu après d’antisémite.

      Qu’en pensez-vous ?


    • Ulmo (---.---.254.6) 27 juillet 2006 17:00

      Pas de souci, ca parait bien plus un problème Militaro/Industrio/Géopolitique que religieux.

      Même si Bush utilise la religion pour justifier ses actions auprès des Américains.


    • versac (---.---.43.43) 28 juillet 2006 16:24

      Alain :

      « Il y a une autre chose qui me gêne un peu dans votre article, comme dans celui de Nicolas Vanbremeersch (alias Versac) de l’époque. »

      C’ets moi. Au vu de votre commentaire : estimez-vous que je suis de confession juive ? Ce qui participerait de la logique de ma réponse ?

      Désolé de vous décevoir. Je ne suis pas juif.


    • versac (---.---.43.43) 28 juillet 2006 16:31

      Impossible de déposer un commentaire ci-dessous (petit bug). Je demande donc à Alain s’il considère que je suis juif, puisque ce qui le gène dans les réactions sur le sujet, y compris la mienne, c’est qu’elles sont le fait de juifs...


    • Olivier Bonnet (---.---.23.136) 29 juillet 2006 18:06

      Où sont les arguments de l’auteur pour ainsi discréditer toute tentative de recherche sur des événements qui, quoi qu’en en pense, sont loin d’être clairement expliqués ? Il existe une forme de terrorisme intellectuel qui discrédite, en la traitant de « conspirationniste », toute tentative d’enquête. Et rien que cela jette encore plus le doute...


    • Thucydide Thucydide 27 juillet 2006 12:03

      Enfin, un peu de rationalité, bravo pour cet article. Il n’est pas question de nier qu’il y ait eu des zones d’ombre, des mensonges et des dissimulations, mais les théories alternatives, outre qu’elles ne sont pas cohérentes entre elles, sont des échafaudages tellement compliqués et improbables qu’il en faut bien plus que de crier à l’obstruction médiatique pour être convaincant.

      Il n’est pas question d’interdire à quiconque d’avoir des doutes et de poursuivre des théories alternatives, et il est normal d’y prêter attention, mais ce n’est pas suffisant. Pour que ces théories soient crédibles, il faut des argumentaires et des preuves autrement mieux construits. Pour le moment, ils volent au niveau de l’astrologie, qui réussit depuis la nuit des temps à tromper les esprits crédules sur la base de quelques coïncidences qui, statistiquement, n’ont rien de remarquable.


      • JiPi (---.---.155.17) 27 juillet 2006 12:12

        à Thucydide

        «  »...Pour que ces théories soient crédibles, il faut des argumentaires et des preuves autrement mieux construits...«  »

        Je suppose que cette réflexion s’applique également à la théorie officielle ?


      • Thucydide Thucydide 27 juillet 2006 12:20

        Je regrette, mais malgré les zones d’ombre, cette dernière est celle qui s’emboîte le mieux dans le puzzle ; on peut mettre souvent plusieurs pièces différentes dans un puzzle de plus de 1000 pièces, beaucoup rentrerons dans une case, mais peu auront l’air de « coller » à peu près. Le jour où on me montrera une pièce qui colle encore mieux, je changerai d’avis.


      • JiPi (---.---.155.17) 27 juillet 2006 12:42

        Mouais, vous parlez de votre puzzle, de l’image reconstituée que vous en avez.

        Tant qu’il ne sera pas complet, vous ne pourrez pas affirmer être à l’abri d’un redémontage intégral.

        Les incohérences de la version officielle ont toutes été mises en lumière par des gens prudents, justement.


      • Thucydide (---.---.101.8) 27 juillet 2006 13:57

        Réponse à JiPi : vous avez raison, on n’est jamais à l’abri d’un démontage-remontage des faits, mais plus ce « montage » est complexe, moins il est probable. Je ne nie pas les zones d’ombre et les mensonges manifestes, et je ne blâme pas ceux qui cherchent la vérité, bien au contraire, mais les interprétations hâtives. Je n’ai pas la prétention de décortiquer ou de donner une explication à tout ce qui ne colle pas, mais je me méfie des scénarios qui ne tiennent pas la route. Peut-être certains scénarios « intermédiaires » se révéleront partiellement vrais, mais partiellement seulement. Il faut toujours se méfier des extrapolations.


      • Alcandre (---.---.64.63) 27 juillet 2006 14:11

        Bien vu ! Elément intéressant traduisant le désire que l’on n’aille pas trop regarder par là.


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 juillet 2006 14:15

        La vérité n’est probablement ni dans la version officielle, ni dans les versions alternatives, mais entre les deux. A chacun de faire son autocritique sur ce qu’il lui semble probable ou pas.


      • Alcandre (---.---.64.63) 27 juillet 2006 14:24

        Et un Oeucumeniste ! Un ! Ça n’engage à rien. Quand on a dit ça, on n’a rien dit.


      • Nicolas (---.---.235.241) 27 juillet 2006 14:35

        @ Ludovic

        Je suis d’accord avec vous, les témoignages des instructeurs et les théories foireuses sur le couleur des flammes sont de la foutaise.

        Néanmoins :

        - Voler en rase-motte en environnement urbain SANS TOUCHER LA PELOUSE, ca me parait impossible. Sauf pour Maverick dans Top Gun, et encore. Donc pour un pilote amateur, je vois pas comment.

        - Les témoignages sur les explosions peuvent etre diversement interprétés, je vous l’accorde. Mais un immeuble de cette masse ne s’effondre pas a cause de l’explosion des imprimantes des salariés, ou d’éventuels réchaud à gaz.

        - Si il y a complot, je ne vois pas pkoi les familles des victimes seraient au courant. Les victimes sont vraiment mortes, pas de doute la dessus.

        - L’armée américaine est tout a fait capable d’organiser ce genre de choses. Je vous laisse revoir le film « JFK », ou consulter l’histoire de la guerre froide à nos jours.

        - Le pentagone est peut etre secret defense, mais aucun matériau ne peut causer la disparition de 2 réacteurs de 747, tout en se laissant transpercer sur 6 couches.

        - Il vous reste à expliquer les délits d’initiés :) Surtout qu’aucune enquete crédible n’a été mené, on sait juste que le donneur d’ordre final est la Deutsche Bank.

        - POur vos explications : aucun corps n’a été retrouvé sur le lieu du crash du 4ème avion. Les matériaux de l’herbe américaine sont secret-défense ?

        - Le vol 77 serait resté 45 minutes sans se faire abattre par un chasseur. Une explication ?

        - Le Monde, Libé et le Nouvel Obs ont tous crachés sur Meyssan et ses thèses. C’est un gage important de qualité et de sérieux, à mettre à son crédit.


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 juillet 2006 14:41

        « Le Monde, Libé et le Nouvel Obs ont tous crachés sur Meyssan et ses thèses. C’est un gage important de qualité et de sérieux, à mettre à son crédit. »

        Euh... je crois qu’il ont aussi craché sur l’oeuvre de Ron Hubbard, et ça ne me donne pas envie d’être scientologue...


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 juillet 2006 15:02

        « - Voler en rase-motte en environnement urbain SANS TOUCHER LA PELOUSE, ca me parait impossible. Sauf pour Maverick dans Top Gun, et encore. Donc pour un pilote amateur, je vois pas comment. »

        Certes, à moins que les pilotes ne soient pas si amateurs que cela. Des super-agents ou des super-terroristes ??? ou peut-être un mélange des deux, la CIA et le terrorisme islamiste ayant bossé main dans la main pendant la guerre froide... je pense qu’on n’en saura rien vu comme la CIA est compromise par le fait d’avoir créé ses propres monstres...

        « - Les témoignages sur les explosions peuvent etre diversement interprétés, je vous l’accorde. Mais un immeuble de cette masse ne s’effondre pas a cause de l’explosion des imprimantes des salariés, ou d’éventuels réchaud à gaz. »

        Certes, mais je veux juste dire que certaine démonstration me paraisse un peu rapide vu le cas particulier auquel nous sommes confrontés : un immeuble de 76 étages percuté par un Boeing. C’est pas si courant d’être face à ça...

        « - Si il y a complot, je ne vois pas pkoi les familles des victimes seraient au courant. Les victimes sont vraiment mortes, pas de doute la dessus. »

        Pour certains, ce n’est pas clair. Mais les victimes du Vol 93 ont téléphoné à leur famille après la prise d’otages. C’est sur ces témoignages notamment que se base une partie du film de Greengrass.

        « L’armée américaine est tout a fait capable d’organiser ce genre de choses. Je vous laisse revoir le film »JFK« , ou consulter l’histoire de la guerre froide à nos jours. »

        Tuer une personne et tuer 6,000 citoyens américains, ce n’est pas forcément la même chose qui se passe dans la tête des commanditaires. « JFK » montre des failles dans le dossier et des disparitions mystérieuses de témoins. Mais le fait que cette affaire ’simple’ ait malgér tout laissé transparaître des zones d’ombre me dissuade du montage d’un complot plus sophistiqué...

        « - Le pentagone est peut etre secret defense, mais aucun matériau ne peut causer la disparition de 2 réacteurs de 747, tout en se laissant transpercer sur 6 couches. »

        Là, je sèche. une dissimulation de pièces à conviction ?

        « - Il vous reste à expliquer les délits d’initiés :) Surtout qu’aucune enquete crédible n’a été mené, on sait juste que le donneur d’ordre final est la Deutsche Bank. »

        Je pense que les services de renseignements savaient qu’une attaque se préparait et certains en ont profité...

        « - POur vos explications : aucun corps n’a été retrouvé sur le lieu du crash du 4ème avion. Les matériaux de l’herbe américaine sont secret-défense ? »

        On ne retrouve pas toujours les corps dans les crashs aériens, ce sont les premières choses à brûler... Tout dépend de la violence du choc.

        « - Le vol 77 serait resté 45 minutes sans se faire abattre par un chasseur. Une explication ? »

        Pas une, mais deux :

        1/ Les services secrets ont laissé faire.

        2/ Les contrôleurs n’ont pas pu faire le lien direct entre la rupture des émissions des transbordeurs et une attaque terroriste à coup de Boeing. C’est après le crash sur la deuxième tour qu’ils ont lancé la procédure. Encore fallait-il l’aval du président US qui pendant ce temps-là donnait la lecture à une école maternelle. On peut penser que les 45 minutes ont été écoulées le temps de contacter le président, de recevoir les ordres... et peut-être que le président n’a pas voulu qu’on abatte les vols...


      • abalon (---.---.200.130) 27 juillet 2006 15:10

        Il manque aussi : Ce n’est pas l’internet qui constate qu’il n’y avait pas, étonnament, de personnes de confession juive, dans les tours, ce jour là.


      • Ratatouille 1er (---.---.194.249) 27 juillet 2006 15:39

        @Ludovic,

        Y’a un truc que je ne comprends pas :

        « Certes, à moins que les pilotes ne soient pas si amateurs que cela. Des super-agents ou des super-terroristes ??? »

        Mais alors, pourquoi auraient-ils été prendre des cours de pilotage sur le sol américain s’ils étaient déjà formés au pilotage en arrivant ? Pour le plaisir de prendre des risques ? Pour brouiller les pistes ? C’est un peu tiré par les cheveux, non ?


      • Jesrad (---.---.20.126) 27 juillet 2006 15:58

        « Quelle est la probabilité pour qu’un passeport soit retrouvé intact au pied de 250.000 tonnes de gravat alors que les boites noires »indestructibles« ont apparemment fondu comme neige au soleil ? »

        En effet, quelle est la probabilité qu’un petit livret de papier, protégé dans sa couverture de carton plastifié et à l’abri dans un portefeuille ait pu échapper à une destruction totale dans le crash de l’avion qui transportait l’homme qui le transportait, alors que les enregistreurs de vol, instruments électroniques fragiles mais à l’abri dans leur cocon de métal, fixés irrémédiablement à l’appareil, ont été partiellement détruits ? A peu près la même que retrouver le cadavre d’un type qui n’a pas mis sa ceinture loin de la carcasse de la voiture qui le transportait après un choc frontal violent. Et de retrouver le type qui avait mis sa ceinture mort brûlé dans l’incendie qui a suivi...

        « Quelle est la probabilité pour qu’un pilote débutant et, de l’avis de ses instructeurs, »tout à fait médiocre« , réussisse un tel exploit ? » Un pilote médiocre, c’est un pilote qui connaît mal ses procédures, qui respecte mal les spécifications de l’avion, qui ne sait pas faire sa nav’, qui doit s’y prendre à dix fois pour calculer le temps de vol et la quantité de carburant nécessaire, etc... C’est pas celui qui aura du mal à planter l’avion dans un building.

        « Quelle est la probabilité pour que des dégats occasionnés par un boeing 757 sur le Pentagone ressemblent à ce qu’ils ressemblent ? »

        Très forte, d’après les renseignements disponibles. La vidéo que j’avais vue, qui démonte « loose change » implacablement, était d’ailleurs très sensée.

        « Ce n’est pas l’internet qui réalise qu’aucune tour ne s’est jamais écroulée de haut en bas pour cause d’incendie, à part les DEUX tours du WTC ET un immeuble voisin meme pas touché. »

        Aucune ? Vraiment ? Il me semblait avoir lu une liste d’écroulements similaires. Mais bon, c’était « sur l’Internet ».

        « Le pentagone est peut etre secret defense, mais aucun matériau ne peut causer la disparition de 2 réacteurs de 747, tout en se laissant transpercer sur 6 couches. »

        On continue les âneries... Les morceaux de réacteur ont été retrouvé sur place. Il n’y a pas eu de « disparition ». On peut même voir les photos officielles des morceaux, en cherchant bien.


      • RilaX (---.---.44.29) 27 juillet 2006 16:13

        Pour le pentagone, il y a une these qui parlerait d’un missile plutot que d’un avion. Sans dire que le these du missile est intouchable, elle me parait plus plausible que celle du 747. En effet, pour un missile téléguidé, rien de plus facile que de ne pas toucher le sol (et donc la pelouse) avant d’atteindre son objectif, contrairement a un 747 piloté par un novice. Ca pourrait coller avec les debrits de reacteurs retrouvé. Et ca collerait mieux aussi avec la forme du trou. Parceque les ailes qui se replient ... sur la premiere des 6 couches de pierre transpercées par le reste de l’avion, ca me laisse pantois.

        Au fait, ce jour combien de morts au pentagone ?

        Je repete que je trouve juste cette théorie plus plausible que celle de l’avion, je ne pretends pas avoir la vérité.


      • Jesrad (---.---.20.126) 27 juillet 2006 16:23

        La thèse du missile ne colle ni à la taille du trou dans le Pentagone, ni à sa forme, ni aux débris de réacteurs retrouvés. Alors que tout ça concorde avec le modèle d’avion (c’était pas un 747).

        De plus, il ne s’agissait pas d’un « novice » qui faisait mumuse certains soirs sur simulateur de vol pour PC, mais d’un type déterminé qui voulait apprendre un chose, et une seule, et qui a pris les cours qu’il fallait pour ça. En passant : les ailes de l’avion ont découpé les lampadaires à la bonne hauteur et sur la bonne largeur.


      • RilaX (---.---.223.153) 27 juillet 2006 17:38

        Bon, autant je veux bien que la these dont je parle ne soit pas si fondé que ca, ... autant je te mets au défi de trouver qui que ce soit qui donne des cours pour s’ecraser en avion dans un batiment sommes toute pas tres haut. C’est du grand n’importe quoi ce que tu dis sur ce coup.

        Pour le reste, tu n’etaye pas plus que moi donc je ne dis rien.


      • lib idem (---.---.0.12) 27 juillet 2006 21:01

        Oui. Mais c’était il y a bien longtemps


      • Serpico Serpico 27 juillet 2006 22:24

        Thucydide :

        Enfin, un peu de rationalité (...) il faut des argumentaires et des preuves autrement mieux construits.

        La rationalité devient fulgurante quand elle conforte nos opinions.

        Quant aux preuves, Bush n’en a pas eu besoin pour attaquer l’Irak.

        Même pour le 11/9 on n’a aucune preuve que ce soit Ben Laden.

        C’est le FBI lui-même qui le dit : http://www.fbi.gov/wanted/terrorists/terbinladen.htm

        Bizarre comment un complot est très vite dénoncé quand il implique un pays occidental et combien il paraît « rationnel » quand il met en cause le tiers-monde.


      • Serpico Serpico 27 juillet 2006 22:35

        A Ludovic

        « Qui te dis cela ? La forme d’un impact est liée à plusieurs paramètres : angle d’incidence, vitesse de l’appareil, nature des matériaux de construction... Le Pentagone étant un bâtiment classé ’secret défense’, peu de chances que tu saches réellement et précisément comment s’est formé l’impact. »

        Le Pentagone est fait avec des matériaux rapportés par Voyager directement du Delta Quadrant et volés aux Borgs...


      • mmd (---.---.117.76) 27 juillet 2006 23:17

        « On continue les âneries... Les morceaux de réacteur ont été retrouvé sur place. Il n’y a pas eu de »disparition« . On peut même voir les photos officielles des morceaux, en cherchant bien. »

        MOi je veux bien, mais elles ne correspondent pas à un Boeing 757 ! Mais plus a un Global Hawk !


      • mmd (---.---.117.76) 28 juillet 2006 00:32

        *** « - Les témoignages sur les explosions peuvent etre diversement interprétés, je vous l’accorde. Mais un immeuble de cette masse ne s’effondre pas a cause de l’explosion des imprimantes des salariés, ou d’éventuels réchaud à gaz. » ***

        [Certes, mais je veux juste dire que certaine démonstration me paraisse un peu rapide vu le cas particulier auquel nous sommes confrontés : un immeuble de 76 étages percuté par un Boeing. C’est pas si courant d’être face à ça...]

        Oublions pour un instant la logistique d’installer des explosifs aux WTC1 et WTC2 de 110 étages, le « common sense » nous dit que les tours tombent en poussières comme les édifices et centres sportifs que l’on implose. La similitude est d’ailleurs soulevée par plusieurs journalistes ’à froid’ ce matin du Nine Eleven. Il y a la théorie des explosifs et celle d’un effet pancake provoqué par le carburant des avions !

        Et quelques heures plus tard, il y a le WTC7 de 47 étages qui s’effondre comme les 2 grandes tours, en fines poussières, même similitude des images d’implosions provoquées et mêmes commentaires des journalistes. Mais il y a aussi le commentaire du propriétaire du WTC, Larry Silverstein sur vidéo.wmv (http://www.whatreallyhappened.com/cutter.html) qui dit aux pompiers ’to pull the building’. En plus d’être un terme associé aux démolitions contrôlées, moi, ma plus grande question est de savoir comment il est possible de décider à ce moment-là de détruire un édifice de 47 étages et de demander à des pompiers de s’exécuter dans une démolition similaire aux deux grandes tours quelques heures plus tôt ?

        À mon avis, le vol 93 devait normalement se terminer sur le WTC7 (au lieu d’un champ de la Pennsylvanie) et comme les WTC1 et WTC2, le WTC7 avait été préalablement miné d’explosifs. Les 3 sites ont été rapidement nettoyés et la ferraille expédiée outre-mer afin d’éviter une investigation ?

        L’auteur parle de la popularité du film LOOSE CHANGE, moi je vous recommande la section EVIDENCE du site http://www.loosechange911.com , puis renseignez-vous dans les sous-sections de Timeline - Pentagon - WTC - Flight 93 - Oddities !


      • bob (---.---.41.188) 28 juillet 2006 00:58

        Le délit d’initié qu’a dénoncé le journaliste Eric Laurent dans l’un de ses livres suffit a lui seul a remettre en cause la version officielle

        Comment des personnes ont pu prévoir les événements a l’avance et en plus s’enrichir sur le dos des victimes et que le gouvernement des Etats Unis les protègent en ne révélant pas leurs identités ?


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 28 juillet 2006 10:44

        « Pour le pentagone, il y a une these qui parlerait d’un missile plutot que d’un avion. »

        Oui, mais comment faire disparaître un avion, et tirer un missile sans que personne ne le remarque ????


      • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 10:50

        IL N’Y A PAS EUT D’ATTENTATS A L’EXPLOSIF EN 93 CONTRE LE WTC !

        LA VERITE EST AILLEUR ! BUSH VIENT DE LA PLANETE GROUAL GROULA !


      • Nicolas (---.---.235.241) 28 juillet 2006 11:15

        1) Quand je dis que les réacteurs ont disparu, je veux dire qu’on ne voit pas leur impact dans le mur d’enceinte du Pentagone, alors qu’ils sont quasiment indestructibles, et en tout cas beaucoup plus solide que le nez de l’avion. Il devrait y avoir 3 trous, il n’y en à qu’un.

        2) Je n’ai pas lu toute la théorie fumeuse sur le passeport, mais, selon la théorie officielle, ce passeport aurait du se trouver au milieu d’une fournaise de 1000 °C environ. Sont plutot doués les fabricants de passeports saoudiens, non ? Sérieusement, c’est tellement gros que ca en devient risible.

        3) La thèse la plus plausible, c’est que le vol 77 a été abattu avant d’arriver sur Washington et que le Pentagone s’est pris un missile, ou un petit avion militaire. C’est ce qui est le plus plausible au regard des faits. Ensuite, il faut trouver une explication, des responsables, des mobiles, mais la, on manque cruellement d’éléments.


      • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 11:21

        « La thèse la plus plausible, c’est que le vol 77 a été abattu avant d’arriver sur Washington »

        Et le cratére, ils l’ont fait avec une pelleteuse, AH AH AH !

        LE PATRONA A SOUTENU HITLER !


      • (---.---.123.107) 3 août 2006 12:29

        tu crois peut-être que c’est des pilotes de l’armée américaine qui accepteraient de se crasher sur des tours pour faire plaisir à leurs chefs ??


      • Valery (---.---.74.46) 5 août 2006 08:37

        « Le Monde, Libé et le Nouvel Obs ont tous crachés sur Meyssan et ses thèses. C’est un gage important de qualité et de sérieux, à mettre à son crédit. »

        Vous vous rendez compte des énormités que vous écrivez !!! Ce sont des journaux d’excellente qualité. Bien sur si vous préférez vous informer uniquement dans le la presse de caniveau libre à vous.


      • (---.---.46.130) 5 août 2006 12:23

        Valeri : « Ce sont des journaux d’excellente qualité. »

        lol

        Ils ont même réussit à trouver des morçeaux d’avion non reconus par l’enquète officielle !

        Comme quoi ils sont de bonne qualité !!!!


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 juillet 2006 12:43

        Ce qui me gêne le plus, c’est qu’on peut remettre en cause l’intervention américaine en Irak, le mobile de celle-ci, l’exploitation fallacieuse et indigne qu’a fait Bush du désarroi de sa population pour envoyer ses soldats se faire massacrer mais certains veulent aller plus loin, décortiquer les attentats en eux-mêmes, quitte à des fois accréditer un peu facilement des théories délicates sous prétexte qu’elles sont signés par le docteur Trucmuche. A part Rumsfeld, Rice, et Bush, il n’y a pas beaucoup de personnes qui croient que la guerre en Irak avait un lien avec les attentats du 11/09, alors pourquoi se disperser sur plusieurs théories alors qu’il y a déjà un ’filon’ sur lequel beaucoup de personnes sont unanimes et qui pourrait suffire à remettre en cause l’administration Bush ?

        Après tout, Al Capone a pris la prison à perpétuité pour fraude fiscale, le seul délit qui pouvait être prouvé sur tous les soupçons à l’encontre de sa personne... A l’inverse, nous voyons un Khadaffi, jugé responsable des attentats de Lockerbie, continuer à être tranquille sur son trône...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès