Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le 24 avril, nos pensées sont allées à...

Le 24 avril, nos pensées sont allées à...

Il y a aujourd’hui 92 ans, l’Europe vivait une des périodes les plus noires de son histoire. Gangrénés par le virus du nationalisme exacerbé et celui de la religion, les peuples s’affrontaient dans une horreur sans nom et sans précédent. En Turquie, en ce 24 avril 1915, commença pour le peuple arménien une longue marche de déportation qui mènera hommes, femmes et enfants à une mort qu’aucun regard humain ne saurait souffrir. Ce jour marque le début de l’épuration ethnique du peuple arménien qui vivait en harmonie avec les autres peuples sur les terres d’Anatolie depuis des centaines d’années.

Ce jour est un jour noir qui nous remplit d’une grande colère et d’une tristesse immense. Depuis ce jour où les Arméniens de Turquie ont été arrachés à leurs foyers, à leur culture, à leurs racines, et à leurs frères... ces deux peuples, turcs et arméniens que l’on a séparés l’un de l’autre sont malades. Malades de leur culture commune, malades de leur histoire commune, de leur terre commune. Ils sont malades l’un de l’autre.

Bien sûr, c’était il y a 92 ans, et peu nombreux sont les rescapés ayant vécu ce génocide et étant encore en âge de s’en rappeller. Bien sûr, la Turquie républicaine, moderne, démocratique et laïque d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec l’Empire ottoman d’alors, au même titre que la France d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la France de l’Inquisition ou même plus récemment, de la France du régime de Vichy qui prit part à la déportation des Juifs. Bien sûr les Turcs d’aujourd’hui, dont 70% ont moins de 25 ans, n’ont en aucun cas à se sentir responsables des horreurs commises il y a un siècle. Il n’en demeure pas moins que chaque Arménien porte jusqu’à aujourd’hui l’épuration ethnique, la déportation, l’exil, dans sa chair. Il n’en demeure pas moins que ce tabou gangrène jusqu’à aujourd’hui la société turque et y alimente le racisme. Il n’en demeure pas moins que Turcs et Arméniens sont malades l’un de l’autre. Qu’il existe même en France, un froid entre les deux communautés. Que Turcs et Arméniens ne se parlent toujours pas.

C’est pourquoi aujourd’hui nous aimerions adresser nos pensées timides au peuple arménien et leur témoigner notre affection et notre profond désarroi. Que dire sur les horreurs que ce peuple a pu subir à ce moment sombre de l’Histoire ? Et si nul mot ne peut nous venir, peut-être est-ce tout simplement qu’humainement, il n’en existe aucun...

C’est pourquoi nous désirons que ce 24 avril devienne pour nous une journée de réconcilliation, une journée contre ce communautarisme qui nous enferme tous. Pas une journée de commémoration, mais une journée de reconnaissance. Pas une journée d’excuses, ni de pardon, mais une journée de cicatrisation, de guérison. Pas une journée sous les drapeaux, mais une journée à passer au milieu des fleurs. A manger à la même table. A dialoguer, à nous souvenir de ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous oppose. Pas une journée de culpabilisation, ni de renfermements, pas une journée de lamantations... mais une journée d’enseignements, de dignité et de raison. Pas une journée pour le génocide passé, mais contre ceux à venir si nous n’y prenons garde, dans une europe frappée par le retour aux "idées" ultranationalistes... Pas seulement pour les Turcs et les Arméniens, mais aussi pour tous les peuples qui ont souffert et souffrent encore des mêmes symptômes. Une journée de fraternité pour l’humanité toute entière.

Méfions-nous, et puissions-nous toujours combattre ensemble ces "idées" génocidaires qui, pour quelle que soit la raison dogmatique, montent les peuples entre eux, les voisins entre eux, les frères entre eux... anéantissant des peuples entiers... et gardons-nous de notre orgeuil ! Car si nous ne sommes pas responsables de notre passé, nous le sommes en revanche de notre avenir...

Nous ne pouvons supporter qu’aucune idée politique ou religieuse légitimise un génocide.
Notre voeu le plus cher est que le peuple turc et le peuple arménien redeviennent frères à nouveau. Cela passe d’abord par la supression pure et simple de l’article 301 du code pénal relatif au dénigrement de l’identité turque, de la République et des fondements et institutions de l’État. Cet article a permis de poursuivre (1) des intellectuels (Orhan Pamuk), des journalistes (Hrant Dink, Birol Duru ), des militaires (Murat Pabuc), des étudiants (Fatih Tas).

En ce 24 avril donc, nos pensées les plus chaleureuses vont donc naturellement au peuple arménien.

Interview de Hrant Dink par Frédéric Mitterrand pour TV5 en 2005.

Sources :

(1) droits fondamentaux


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • scampine 25 avril 2007 12:42

    Vraiment un bon article...

    L’interview de Hrant Dink est édifiante quant à sa vision des relations turco-arménienne.

    A montrer dans les écoles lorsque l’on parle du sujet.


    • Marie Pierre 25 avril 2007 14:07

      Très bon article, il est urgent de célébrer la réconciliation et non pas la simple commémoration. La Turquie vit en ce moment des heures difficiles, où l’islamisme tente de regagner du terrain sur la laïcité.


      • JoHo JoHo 25 avril 2007 18:30

        Grand merci pour cet article, qui nous permet de nous souvenir de cet effroyable évènement trop souvent oublié (quand ce n’est pas minimisé).

        Je me souviens avoir lu il y a déjà quelques temps un assez bon roman sur le génocide arménien (« Un Poignard Dans Ce Jardin », Vahé Katcha, paru aux Presses De La Cité en 1981) dont le principal mérite avait été à l’époque de m’éclairer sur ce moment d’Histoire du XXème siècle que je ne connaissais pour tout dire qu’à peine.

        Permettez-moi aussi de mettre en valeur quelques expressions extraits de votre article

        - « Gangrénés par le virus du nationalisme exacerbé et celui de la religion [...] »
        - « [...] un froid entre les deux communautés. Que Turcs et Arméniens ne se parlent toujours pas »
        - « [...] ce communautarisme qui nous enferme tous »
        - « [...] dans une europe frappée par le retour aux »idées« ultranationalistes »
        - « [...] dénigrement de l’identité [nationale] »

        et de pointer, à l’unisson de votre article, le fait que ces dangers n’ont pas disparus aujourd’hui, et qu’ils gangrènent [sic] toujours les discours politiques actuels, jusqu’ici, en France.

        Que cette journée du 24 avril soit donc une journée de réconciliation, de dialogue, de mémoire et d’espoir. Passons-la donc « au milieu des fleurs » ! smiley


        • maxim maxim 25 avril 2007 19:34

          tres bon article .....

          si l’on fait le bilan de ce XX eme siecle ,ce qui se remarque le plus ,c’est ce paradoxe entre les extraordinaires avancées technologiques et le sacrifice de millions de vies humaines ......


          • lyago2003 lyago2003 29 avril 2007 22:01

            J’aime beaucoup cet article merci tout en finesse qui me donne une sensation d’apaisement que je souhaîte également au peuple arménien et au peuple Turque comme les autres participants j’espère vivement que les frêres séparés soient à nouveau réunis dans la paix et la reconnaissance de l’autre.

            Celà serait un exemple vraiment merveilleux qui montrerait l’exemple à suivre à pas beaucoup de pays.

            Surtout que des bruits de botte se font entendre en ce moment ou la laïcité semble en danger en Turquie.


            • Gazi BORAT 30 avril 2007 10:22

              @lyago2003

              Suite à la concentration des pouvoirs entre les mains de l’AKP et que permet l’accès au poste de Président de la République d’Abdüllah Gül, l’état major des forces armées turques a publié un communiqué dans lesquelles elles rappelaient qu’elles restent « des protectrices déterminées de la laïcité » et qu’elles « afficheront ouvertement leurs positions et attitudes lorsque cela deviendra nécessaire ».

              Ce qui, dans les traditions du Conseil de Sécurité Nationale, équivaut à une menace de coup d’état.

              La dernière menace de ce type, formulée pour la question du voile à l’université, avait abouti à la démission du gouvernement et avait constitué, selon la presse turc, le premier « coup d’état virtuel ».

              gAZi bORAt


            • illana31 3 février 2008 00:19

              Bonjour,

              Je me permet d’intervenir dans cet espace de commentaires car il n’y a apparemment aucun moyen de contact privé.

              Je suis étudiante en Master de communication à Marne-la Vallée et je réalise un mémoire ayant pour thème le journalisme sur Internet. Je me pose notamment la question de la représentation que le internautes-journalistes se font d’eux-mêmes. De la place, du rôle qu’il s’octroie au sein de la profession journalistique.

              Je serais donc très intéressée d’en discuter avec vous. Si vous êtes disponible pour un entretien, contactez-moi sur ma messagerie illana18@hotmail.com

              Merci par avance

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès