Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Bahreïn renonce au vote par Internet sur fond de scandale

Le Bahreïn renonce au vote par Internet sur fond de scandale

Alors que plane l’ombre du Bandargate, le gouvernement du Bahreïn a décidé de renoncer au vote en ligne pour les élections qui auront lieu le 25 novembre prochain.

Seuls ceux qui résident à l’étranger - jusqu’à concurrence de 1% des électeurs - pourront voter par Internet. C’est un recul majeur. En début d’année, un forum auquel participait l’ONU avait pourtant pavé une voie royale à un vote en ligne dans tout le royaume du Golfe persique.

Le Dr Al Bandar, un citoyen britannique expulsé du Bahreïn le 13 septembre dernier, a remis aux autorités, aux ambassades de Grande-Bretagne, des États-Unis et d’Allemagne, ainsi qu’à diverses organisations de ce pays, un rapport faisant état d’une vaste conspiration pour truquer les prochaines élections.

Selon ce qui circule, un groupe d’individus parmi les conspirateurs était chargé de l’aspect électronique de l’opération. Il n’est toutefois pas possible de savoir quelles actions envisageait le groupe.

L’organisme chargé d’organiser les élections en ligne, la Central Informatics Organisation, a été mis sous tutelle.

Les conspirateurs devront faire une croix sur le vote en ligne. L’ironie du sort veut que la décision de le mettre en veille, du moins jusqu’en 2010, a été prise pour que le vote soit plus démocratique (« a move intended to make the electoral process in the Kingdom stronger and transparent »).

C’est à la suite d’une rencontre avec quatre organisations civiles que le ministre en charge de la Central Informatics Organisation, Cheikh Ahmed bin Attiyatallah Al Khalifa, a annoncé la décision de son gouvernement.

Huit autres organisations ont refusé de participer à la réunion. Ces dernières demeurent totalement opposées au vote en ligne. Elles demandent, de plus, qu’une enquête indépendante fasse toute la lumière sur les allégations présumées du rapport Bandar.

Un des participants à la réunion, le Dr Jassim Al Ajmi (Bahrain Transparency Society), a pour sa part déclaré que les coûts du vote en ligne dépassent les bénéfices de l’opération.

Selon ce que nous avons appris en fouillant cette histoire, l’ONU et Microsoft sont étroitement impliqués dans la mise sur pied du vote en ligne au Bahreïn. L’ONU voulait même partir de l’expérience pour faire mousser le vote en ligne dans d’autres pays.

Le Bahreïn a signé une entente avec le programme des Nations unies pour le développement, division des pays arabes, et Microsoft sur les aspects techniques du vote en ligne (Electronic voting drive launched). La faible réputation de Microsoft en ce qui concerne la sécurité en ligne n’a rien pour rassurer.

Le directeur de la Central Informatics Organisation, Mohammed Al Qaed, révélait en juillet dernier que cinq pays arabes s’apprêtaient à adopter le vote en ligne. Gageons que leur enthousiasme a été refroidi.

Bahraini.TV. E-voting put on hold till 2010.
The Gulf Daily News. E-polling ‘open to only 1pc of voters’.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Pierre MULLER (---.---.93.126) 3 octobre 2006 00:22

    L’ONU s’intéresse donc au vote électronique... L’OSCE également : la semaine dernière il y avait une conférence à ce sujet.

    J’y étais en compagnie de militants français, belges et néerlandais. La Belgique préside l’OSCE cette année, et tient un vote électronique dimanche prochain (les problèmes commencent à apparaitre dans les médias : plusieurs articles de journaux, et une émission de TV en prime time : questions à la Une).

    Nous leur avons donc rappelé que les élections en Belgique ne respectaient pas les propres critères de l’OSCE, par exemple sur la nécessité d’une trace papier (il y a une page dans « handbook » des observateurs de l’OSCE qui parle de vote électronique).

    Nous avons également appris au représentant du Conseil de l’Europe que le vote par internet tenu en France en juin dernier avait quelque peu déraillé. Ce représentant n’avait comme source d’information que le rapport officiel du Ministère des Affaires Etrangères... qui ne s’est pas vanté de ses ratés...

    Pierre Muller,
    webmestre de www.recul-democratique.org
    Citoyens et informaticiens pour un vote vérifié par l’électeur

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès