Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le bancor à l’assaut du capitalisme

Le bancor à l’assaut du capitalisme

Toute cette histoire est vraiment bien montée : en pleine crise du capitalisme, et alors que tous nos dirigeants s’évertuent à faire comme s’ils n’y pouvaient rien, ressurgit par la petite porte - de la part même de ceux qui devraient y être farouchement opposés - une vieille idée en son temps défendue par un homme que le capitalisme était loin d’effrayer. Cette idée, c’est le bancor, qui n’est rien moins qu’une proposition de monsieur Keynes datant des années 40 , et remise au goût du jour presque subrepticement, comme une sorte de « dissidence économique » qu’il faut chuchoter d’abord, pour ne pas trop effrayer nos dirigeants.

Pourtant, cette idée fait son chemin, semble-t-il, parmi ces mêmes dirigeants qu’elle est censée effrayer. Certains seront tentés d’y voir la juste récompense de leur constance à la proposer, et d’autres applaudiront face à ce qui leur paraîtra comme un sain retour de conscience politique de la part de nos économistes chevronnés (ceux qui nous ont conduit à la crise). Cette situation serait risible si les soi-disant « dissidents économiques » en faveur de ce bancor ne commettaient pas cette monumentale erreur “de bonne foi”, trompés qu’ils sont par un pouvoir qui les dépasse, et qui se joue d’eux. Car en effet, si l’on suit l’évolution de cette crise depuis son commencement, on s’aperçoit que nos dirigeants (qu’ils soient politiques ou financiers) ne s’y seraient pas pris autrement s’ils avaient voulu en arriver là. Sauf que bien entendu, cette fumeuse proposition ne serait jamais passée alors… tandis que, le dos au mur, même les opposants à la politique de nos gouvernants s’y rangent d’eux-mêmes, voire la plébiscitent.

Mais avant d’aller plus loin, il faut quand même s’arrêter un instant sur ce bancor : une chambre de compensation géante (comme Clearstream mais en mondial), et une monnaie internationale rattachant à elle toutes les autres devises.

Cette proposition est donc la possibilité de réaliser le rêve absolu de nos élites : une gouvernance mondiale, conservant la mainmise sur toutes les activités économiques des pays y étant affiliés, avec une transparence au moins égale à celle pratiquée par Clearstream, et (dernier point non négligeable) de se débarrasser d’un seul coup de toutes les dettes contractées. Et tout cela bien sûr après avoir extorqué (et légalisé) tous les reculs économiques et sociaux exigés des peuples pendant la crise.

Prenons la gouvernance mondiale tout d’abord. Nous le savons assez bien aujourd’hui, celui qui contrôle la monnaie contrôle et les hommes, et les choses. En établissant une monnaie-référence commune à tous (comme l’or d’abord et le dollar ensuite), celui qui possédera le pouvoir de contrôler son émission (et sa parité) aura aussi celui de s’offrir la possibilité de juger des importations et des exportations, des politiques intérieures nationales, des productions, des salaires, tout cela à travers les puissants moyens de pression permis par cet organisme. Comme on l’imagine, les participants à l’établissement d’une telle monnaie seront sous la coupe des Etats-Unis, qui conserveront, et étendront ainsi leur hégémonie sur les autres nations.

Ensuite, et à propos de la chambre de compensation, il apparaît qu’elle est le moyen le plus sûr de favoriser l’opacité des échanges ( seules les entrées et sorties sont publiées), ainsi que de surveiller tous les échanges réalisés de part le monde (toutes les transactions passeront en un même lieu). Toute activité suspecte sera ostensiblement tracée, et permettra à ceux qui dirigent cet organisme non pas de faire cesser le terrorisme (ils ne sont pas si bêtes), mais de surveiller les comportements futurs qui pourraient, voudraient nuire au nouvel ordre établi.

Enfin, il serait aisé, à cette occasion, de résoudre le problème majeur engendré par les paradoxes du capitalisme : la relation sino-américaine. En mettant en place ce bancor, les liens de dépendance mutuelle qu’entretiennent les Etats-Unis et la Chine (ainsi que les tensions qu’ils provoquent) pourraient forts bien être dénoués. Que ce soit pour une alliance ou pour un affrontement, les centaines de milliards de dollars en jeu entre ces deux pays pourraient rapidement s’évaporer à travers cette fameuse chambre de compensation, ou se noyer dans la nouvelle monnaie…

Parmi les partisans de la mise en oeuvre de ce bancor, ceux qui croient en une véritable opportunité de changement positif, imaginent déjà les améliorations à apporter à ce système, sans se rendre compte qu’elles n’auront jamais la moindre chance d’être adoptées : elles seront alors bien inutiles. Car en établissant la gouvernance économique mondiale, nos dirigeants s’apprêtent non pas à rétablir un capitalisme plus « moralisé » ni plus stable, mais tout simplement à créer les conditions d’une prise de pouvoir totale sur toutes les populations dépendantes de cette alliance économique et politique. Une fois ces conditions réunies (la soumission des peuples, le traçage continu de leurs moindres faits et gestes, le pouvoir d’un très petit nombre d’individus sur un territoire immense), la monnaie deviendra bien vite inutile. Quand l’oppression sera telle que travailler ne sera plus un droit mais un devoir, quand nous ne pourrons aller et venir que sur autorisation, quand notre consentement ne sera plus demandé, alors l’argent aura disparu.

Alors défendre le capitalisme ou le faire mourir, voilà le seul choix qui nous est proposé ? mais ces deux possibilités conduisent au même point, la concentration des pouvoirs en un très petit nombre de mains, et l’asservissement des peuples. Beaucoup se demandent pourquoi il n’y a pas d’autres choix ? La réponse est pourtant simple : c’est parce qu’au lieu de décider nous-mêmes, nous préférons attendre qu’on nous propose… c’est moins fatiguant, non ?
 

Caleb Irri

http://www.calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 7 mai 2010 10:58

    « Bien vu l’artiste » ...
    Cette proposition, qui revient un peu partout sur le tapis, comme sur le blog du « pseudo-contestataire » Paul Jorion, consiste, in fine, à « changer les règles de fonctionnement pour ... ne rien changer ».
    J’ai fait récemment l’expérience, sur le blog de PJ, de voir mes commentaires stigmatisant le systéme capitaliste prédateur, notamment la création monétaire, être effacés. Il y a ainsi, un peu partout, des gens qui s’efforcent de détourner l’attention des vrais problèmes.

    Une réforme interne, comme l’introduction d’une monnaie universelle servirait à maintenir le système de prédation actuel en place, elle ne peut qu’aller dans le sens des intérêts des « banksters ». Ceux ci peuvent actuellement être montrés comme les vrais adversaires de l’humanité.

    La difficulté pour l’écrasante majorité qui rejette aujourd’hui ce système et aspire à autre chose, c’est de formuler des propositions alternatives viables, et qui circulent dans les différents médias.
    Merci à l’auteur d’y contribuer.


    • JL JL 7 mai 2010 11:41

      Excellente réflexion.

      Je crois que, plus le territoire est grand, plus l’homme est petit. N’est-ce pas Na poléon qui disaut préférer « être premier de son village que second à Rôme » ?

      Il faudrait retrouver la démocratie, et pour commencer, l’Etat nation souverain. Mais est-ce encore possible ?


      • frugeky 7 mai 2010 12:55

        L’argent c’est juste l’huile. C’est un outil qui facilite les échanges. Sa nécessité n’est pas constante. Il y a donc des échanges qui ne passent pas forcément par les chambres de compensation. On peut échanger de la cocaïne et des femmes contre des armes. On peut aussi échanger des savoirs. On peut mélanger les échanges : savoirs contre travaux ou marchandises. Par exemple, je te donne des cours de musique et tu me refaits mes plâtres.


        • JL JL 7 mai 2010 16:06

          « L’argent c’est juste l’huile » frugeky)

          Faux : l’argent américain, le dollar, ce chèque en bois, permet de tout acheter à travers le monde, sauf ce que les gens ne veulent pas vendre. C’est à cela que ça sert, la mondialisation libérale et la stratégie du choc : à acheter ce que les gens ne veulent pas vendre.

          Si vous avez deux heures disponibles écutez la conférence de François Asselineau, vous ne serez pas déçus.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 mai 2010 13:38

          Très intéressant,

          je ne suis pas voyant, mais à terme, je subodore la répartition de cette façon :

          dans les banlieues bien fermées, les hommes et ce qui leur restent de femmes, abonnés aux câbles, satellites, tnt, open data, et autres artifice de bonheur chez soi, à xxx.99 par mois...peuvent contempler ...

          ... de l’autre coté de l’écran, toutes les plus belles filles du monde à poil dans les paradis fiscaux et à genoux devant la queue de tout le personnel des gardes du corps des maitres du monde en papier vert...

          Bancor, la plus grande machine à sous... mettre les doigts dedans la prise.

          Ceci dit, si chaque pays peut assujettir sa monnaie locale à une valeur mondiale au prorata de la valeur en matière première de son sous sol, il devient donc indépendant du dollar, ce qui n’est pas inutile en soi ?


          • leypanou 7 mai 2010 18:04

            @l’auteur :

            De toute façon, tout est mis en place ou en train de se faire pour avoir cette société : vous envoyez 1€, vous devez décliner votre identité ; avec votre pass navigo, « ils » veulent/peuvent surveiller vos déplacements ; vous n’êtes pas libres de voir le médecin que vous voulez, sinon peu de remboursement en attendant pas de remboursement ; avec les présidents d’université omnipotents, on contrôle le recrutement des enseignants ; avec les directeurs d’hopital omnipotents, pareil pour les médecins et autres. Je n’ai rarement vu une société avec autant de contraintes. Le gouvernement mondial est (en train de/veut) se mettre en place avec le Bildenberg entre autres et l’Union Européenne est en train de devenir laquais des Etats-Unis.
            Une lecture intéressante, le livre de Michael Hudson Super Imperialism The Origin and Fondamentals of US World Dominance.


            • non667 7 mai 2010 18:10

              à caleb
              ++++++


              • Pierre Boisjoli Pierre Boisjoli 9 mai 2010 22:07

                Les États-Unis profitent d’un avantage indu qui ne leur est pas mérité parce que tout se transige en dollars. Le Bankor viendrait remédier à cet état de fait. La force du Bankor viendrait également tempérer la force des spéculateurs de cette planète et on pourrait financer la solidité de cette monnaie par une taxe sur les grosses fortunes à travers le monde. Les financiers de la planète n’iront pas faire des affaires sur la lune pour éviter de payer leurs impôts.
                Pierre Boisjoli
                le conseiller divin
                le siegneur des seigneurs
                le roi des rois
                le prince de la paix

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès