Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Bangladesh oublié par la communauté internationale ?

Le Bangladesh oublié par la communauté internationale ?

La République populaire du Bangladesh (Gana Praja Tantri Bangladesh) est un pays musulman à près de 90 % de la population. Le Bangladesh est un état du nord-est de l’Inde. Il compte environ 150 millions d’habitants. Il vient de connaître des désastres humains et économiques suite aux terribles inondations provenant ou émanant du dernier cyclone SIDR en provenance de l’océan Indien. Il y a de quoi être étonné du silence de la communauté internationale. La France, traditionnellement rapide à s’exprimer dans les catastrophes naturelles est un peu inerte. Les ONG qui s’agitent et tapent à toutes les bourses dès qu’il y a un sinistre dans le monde, sont silencieuses. Qu’en est-il de ce désastre bangladais ?

Le cyclone SIDR est passé sur le Bangladesh, il a fait des dégâts considérables et occasionné des pertes humaines conséquentes. Les Occidentaux semblent bouder cette catastrophe.

Qu’en est-il des rescapés du désastre occasionné par le cyclone ?

Dans les médias, nous apprenons que le nombre de victimes de cette catastrophe serait de l’ordre de 3 000. Les chiffres proposés sont fluctuants et n’expriment qu’une approximation. Les rescapés de ce drame n’arrivent pas à obtenir des aides pour subvenir à leurs besoins vitaux. Les médias télévisuels nous ont servi des largages d’aliments, de boissons. Nous constatons néanmoins que des personnes souffrent désormais de la famine et de la soif.

La Croix Rouge Internationale qui s’est investie, donne un chiffre de 5 000 victimes. Le bilan des dégâts continue à évoluer dans les fouilles. Plusieurs jours après le passage du cyclone, on découvre de nouvelles victimes ensevelis dans les décombres. Même les autorités bangladaises s’attendent à d’autres découvertes morbides. Elles le disent et le laissent entendre ouvertement. Que font les organisations non gouvernementales qui s’étaient tant agitées lors du tsunami ? Certaines ont dû se rendre sur place et d’autres non. Le Bangladesh a besoin d’aide. M. Kouchner se manifeste beaucoup au Liban, il ne parle pas d’ingérence humanitaire au Bangladesh. Les secours locaux et internationaux qui sont sur place, tentent toujours d’accéder aux zones meurtries. Les personnes rencontrées sont abattues, dépassées par l’événement qui vient de s’abattre sur elles. Elles ne semblent pas fatalistes.

Le Bangladesh n’en est pas à son premier cyclone, il a déjà connu d’autres catastrophes naturelles, avec des victimes beaucoup plus nombreuses. En 1970, un gigantesque cyclone avait frappé le pays et causé la mort de près de 500 000 personnes. Vingt et un ans plus tard, en 1991, un cyclone comparable avait occasionné la mort de 400 000 personnes. Le nombre de victimes actuel indique que le pays a fait des efforts d’isolation dans la protection des zones habitables. Il faut souligner tout de même que le nombre de victimes présentes est toujours de trop.

Qu’en est-il des efforts du gouvernement bangladais ?

Le gouvernement a formé des habitants à la sécurité et à la protection des personnes. Ces Bangladais volontaires sont formés dans tous les zones côtières, ils doivent alerter les populations et surtout les évacuer en cas de cyclone ou autres tempêtes. Il est à noter que lors de la parution du cyclone SIDR, près d’un million et demi de personnes ont été évacués avant son arrivée.

Le gouvernement bangladais a également fait construire ces dernières années des abris anticycloniques. Il se trouve que le pays compte des milliers d’abris. Par exemple les nouvelles écoles qui ont été construites récemment peuvent servir d’abris contre les inondations. Comme pour le cyclone Katerina aux Etats-Unis, certaines personnes, malgré l’alerte qui a été donnée, n’ont pas voulu quitter leur logement. La population en général est réceptive aux alertes et évacuent dans l’ordre. Elle comprend mieux les dangers encourus.

Moyens mis en œuvre pour retrouver les disparus

Le Bangladesh est un pays côtier et un grand nombre de ses habitants vivent de la pêche. Le jour de l’arrivée du cyclone, des pêcheurs étaient en mer. L’armée bangladaise essaie de retrouver ses rescapés du cyclones s’il y en a. La croisade de secours lancée veut venir en aide aux sinistrés et leur apporter tout le soutien nécessaire. La marine, tout comme les volontaires bénévoles et les soldats continuent les recherches d’éventuels survivants qui pourraient être encore en mer. Les îles alentours du Bangladesh vont être sondées afin de trouver des survivants ou des victimes.

Les dégâts sont considérables et les secouristes ont du mal et de la peine à se rendre dans les districts côtiers inondés. Les axes routiers sont bloqués par les débris et autres objets disséminés par le cyclone et les vents qui l’accompagnent. Des arbres tombés coupent des routes. Certains ponts se sont effondrés. Il est essentiel de nettoyer avant de pouvoir joindre les victimes. Des milliers de personnes se trouvent dans ces zones sinistrées. La nourriture et l’eau manquent.

Quand va t-elle se déclencher cette urgence essentielle pour le ravitaillement de ces personnes en souffrance ? Il est présenté le largage de vivres dans les médias, mais les victimes semblent bien en souffrance. Ces nouveaux SDF (sans domicile fixe) dépendent de ces hélicoptères de secours.

Absence de la mobilisation internationale

Le tsunami avait drainé des moyens hors du commun, suite à la gigantesque mobilisation internationale. A part la Croix Rouge Internationale qui fait parler et s’exprime, il semblerait que les aides extérieures se fassent désirer. En France, à part l’écho des médias, les ONG sont silencieuses. Sont-elles encore affectées par l’histoire du Tchad ? Le Bangladesh est pourtant considéré comme l’un des pays les plus pauvres du monde. Les organisations non gouvernementales et autres associations présentes donnent l’impression de n’avoir aucun besoin d’aides financières ou logistiques. Elles ont peut-être tout sur place pour combler les besoins des habitants sinistrés.

Les pays qui ont apporté de l’aide pour le moment semblent être peu empressés de faire parler d’eux. L’Allemagne, la Suisse et l’Espagne ont apporté de l’aide financière. Quant à l’Union européenne, elle a débloqué près de deux millions d’euros pour l’assistance. Les Etats-Unis ont également proposé une aide financière et mis à disposition deux navires de guerre de la marine américaine. Le grand voisin indien propose son assistance.


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • elric 23 novembre 2007 10:03

    On peur ^étre étonné de l’assourdissant silence qui entoure cette catastrophe,à croire que en occident ,on une pitié qui est trés sélective.Le bangladesh est un pays oublié des medias,ce qui est ,à notre époque,synonyme de oublié de tous


    • lionprince lionprince 23 novembre 2007 21:15

      En plus d’être oublié des médias, le Bangladesh l’est aussi des lecteurs d’agoravox. Si il y avait un sujet sur cécilia il y aurait embouteillage. Pendant ce temps au Bangladesh...


    • vinvin 23 novembre 2007 10:51

      Bonjour.

      Si le Bagladesh est a la « dèch(e) » c’ est bien triste pour tous ces gens, mais lorsqu’ il y a eu le « TSUNAMI » en Décembre 2005 ( je cois,...) des milliards d’ Euros ont étés récoltés des donnateurs particuliers et autres.....

      Plus tard, suite a des fuites, on a su qu’ a peine un quart de cet argent avait été inversti a aider les gens victimes du « TSUNAMI », le reste ayant été détourné par divers organisateurs, résponsables ou multinationales diverses, sur des comptes Suisse.

      Alors je suis désolé, mais si je veux que mon argent aille en Suisse, a ce moment-la j’ essayerais d’ ouvrir un compte personnel la-bas et placerait l’ argent sur mon propre compte, et non sur des comptes de multinationales, ou ONG,.... « mafieux » qui ne me rapporteront rien.

      MESSAGE A CEUX QUI VEULENT AIDER CES GENS :

      Si vous avez de l’ argent pour aider ces malheureux, retirez la somme que vous comptez investir pour aider ces gens, prenez un billet d’ avion, et allez vous-meme sur palce pour leur partager cet argent, voir les aidés.

      Ou bien encore acheter vous meme les sacs de riz et médicaments et PORTEZ-LEURS SUR PLACE et faite vous meme la distribution, au moins vous saurez Où et en quoi a été investi votre argent.

      Je na’ ai AUCUNE confiance en ces GROSSES Associations Nationales et Internationales.

      Bien cordialement.

      VINVIN.


      • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 23 novembre 2007 11:43

        Je vais aller contre l’avis contraire, mais cela fait des siècles, avant même que l’homme blanc européen et chrétien se sente l’envie d’aider tout les pauvres petit non blanc de la planète, que le Bangladesh a des problèmes avec les catastrophes météorologique.

        Je veux bien que cela soit dur pour ses populations, mais au lieu de leur amené des médicaments et de la bouffe, on ferait mieux de revoir l’infrastructure de se pays, de prévoir des solutions pour que les gens se protège en cas de cyclone.

        De plus, le problème principal, c’est que ce pays compte 150 millions d’habitants sur un bout de terre qui émerge à peine de l’eau. On a une surpopulation (merci l’aide international), dans une zone à fort risque. Au lieu de venir plâtrer une jambe de bois, à chaque inondation, on ferait mieux de revoir ce pays de fond en comble.


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 23 novembre 2007 13:32

          Revoir le pays Cris de fond en comble ne sous-entend pas ne pas aider les populations qui sont en difficulté.


        • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 23 novembre 2007 15:42

          Attention mes propos avenir vont me faire traiter de grand méchant, si cela peut vous déplaire ne lisez pas la suite.

          Je n’ai pas de chiffre exact, tous ce que je vais dire est une estimation.

          - Il y a eu 1500 morts, soit 1/100000 habitants, en une journée, soit le ratio de mortalité d’un pays riche, sois 1/5 de la mortalité normale de se pays. C’est monstrueux ... quoi que pas du tout, c’est minime.
          - Les rizières ont été détruites, des gens vont avoir faim ... même s’ils avaient été intact, des gens auraient eu faim, il n’arrive pas à s’auto-suffire.
          - Il va y avoir des épidémies à cause des cadavres ... et après le Tsunami aussi, et son retrouvé avec des tonnes de médicaments qui n’ont servir à rien.

          Je vais vous dire une chose qui va geler en vous votre bonne conscience de blanc civilisé qui veut sauver la planète entière. On ne doit rien faire !!!

          Il n’y a rien de pire que la pitié du contrecoup, surtout de la part de gens qui laisserait crever un SDF agonisant, bleu comme la mer par -15, parce qu’une bouteille de 5 étoiles pointerait de sa poche.

          Les habitants de se pays n’ont pas besoin d’une barre de céréales, d’une bouteille d’eau de source et d’un anti-colique, ils ont besoin que l’on revoit l’intégralité du pays, que l’on revoit les normes de protection contre les cyclone, que l’on mette en place une agriculture efficace, qu’il y est une limitation draconienne de la population pour que chacun est assez pour manger.

          Mais c’est plus simple d’envoyer un poisson à un crève la faim à l’autre bout de la planète, que de lui apprendre à pécher. C’est plus simple de lui envoyé un kilo de lait en poudre pour qu’il fasse crever à petit feu ses 8 enfants, au lieu de lui dire qu’avec ses ressources il ne pourra pas garder plus de 3 enfants et pas un de plus.


        • Aspiral Aspiral 23 novembre 2007 17:10

          Votre intervention pose le problème structurel. Le capitalisme maintenant mondialisé est un ogre qui dévore ses enfants. Rien ne m’a plus choqué quand on a vu à la télé un ministre offrir un chèque géant aux Restos du Coeur. En Belgique, dimanche dernier il y avait des négociateurs politiques dans la manifestation contre leurs retards. Le monde devient fou ! En ce qui concerne les mesures à prendre, il en faut à court et à long terme : donner à manger et apprendre à pêcher. Pour cela il faut réintroduire le temps dans le phénomène Boursier, car tant qu’il fonctionnera en life, la civilisation sera un casino aux mains des mafias. J’ai mis un autre commentaire plus bas, à propos de la situation.


        • adeline 23 novembre 2007 17:51

          Je suis assez d’accord avec votre commentaire Cris un jour il faudra bien mettre les pieds dans le plat. Le BenGladesh est connu depuis plus de trentes ans pour ses catastrophes incroyables surtout dues au niveau du pays par rapport à l’ocean et on sait depuis longtemps que ce pays est condamné à disparaitre. Ce n’est pas du cynisme mais un fait il faut agir de suite, déplacer 150.000000 de de personnes ce ne sera pas simple..... :-\


        • vinvin 23 novembre 2007 13:36

          Bonjour.

          Tout a fait d’ accord avec vous WILKINSON.

          Mais la mise en place d’ infrastructures résistantes aux cyclones et autres catastrophes courantes dans ce pays, est un investissement très onéreux qui demande donc un projet a long terme.

          Bien sur il serait plus utile d’ investir dans ce genre de projets que d’ investir dans l’ armement nucléaire..... (mais alles dire ça a L’ ONU, L’ OTAN, et autres....., et vous constaterez par vous meme, qu ’eesayer de faire rentrer ce genre d’ idées dans leurs tetes est aussi compliqué que de chier dans un trou de serrure !)

          Mais je pense qu’ il faudra prévoir des infrastructures tout au moins « collectives » faute de ne pouvoir faire des maisons individuelles, car ce genre de catastrophes ce produit bien trop souvent, et leur apporter des sacs de riz et médicament n’ est pas une solution éfficace. (Disons que c’ est une solution d’ urgence, rien de plus.)

          Encore faut-il que nos dons soient vraiment utilisés a ses fins, ce qui n’ est malheureusement rarement le cas.

          Bien cordialement.

          VINVIN.


          • stephanemot stephanemot 23 novembre 2007 13:53

            Un aperçu du traitement réservé aux pays créés dans la douleur et sans ressources propres.

            Prochain sur la liste, mais en version plus sèche ; la Palestine Est, ou plutôt ce qui restera de la Cisjordanie :


            • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 25 novembre 2007 08:27

              Stephane, je crois que vous avez raison sur les aides à apporter aux pays en difficulté. La scission entre les deux palestines fait craindre un grave dommage humanitaire dans quelques années.

              De toute façon, la communauté internationale en est responsable. Quand ils ont créé Israël en 1947 en laissant par la suite la séparation des palestiniens, en laissant faire les colonies, en favorisant et laissant faire le terrorisme d’Etat et le terrorisme sanglant. Tout ceci a apporté désolation chez les israéliens et les palestiniens.

              Où allons-nous ? C’est difficile à dire. Les dirigeants successifs d’Israël, à part le GRAND HOMME qui a été assassiné (RABIN), ne veulent pas la paix proprement dite. Ils ont toujours des prétextes pour la repousser. Ne parlons de BUSH qui n’aura rien fait pendant près de 8 ans. Il a saboté tout le travail de CLINTON avec ses faucons. C’est bien tristre tout ça.


            • caramico 23 novembre 2007 14:44

              Les 9 plus riches des US disposent d’un revenu qui nourrirait plus d’un milliard d’êtres humains pendant 3 mois.


              • lambertine 23 novembre 2007 16:04

                My pride, my country.

                C’est ce que vous lisez en premier en arrivant à l’aéroport de Dacca.


                • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 24 novembre 2007 04:24

                  Que veux-tu dire miss smiley chez nous, c’est bien : liberté, égalité, fraternité. Or ce n’est pas le cas, quand je vois un (ou une) habitant(e) de Neuilly sur Seine, je crois qu’en gros nous ne vivons pas sur la même planète, je dirais dans le même pays. Ces citoyens sont à part, notre président, anciennement maire, président du conseil général, député les a gâté comme nul autre. C’est la France là bas, mais présenté autrement.


                • lambertine 26 novembre 2007 05:57

                  Je veux dire que ce gens n’aiment pas particulièrement être considérés comme des assistés à l’échelle mondiale.


                • Le péripate Le péripate 23 novembre 2007 16:20

                  Il y a du pétrole ?

                  Des crevettes !

                  Et des musulmans.

                  Ah.....

                  Qu’est-ce qu’il y a à la télé ce soir ?


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 23 novembre 2007 17:26

                    Le problème n’est pas qu’ils soient des musulmans, ce sont êtres humains en difficulté, c’est tout.


                  • Le péripate Le péripate 23 novembre 2007 17:37

                    Humour noir !!!


                  • drzz drzz 23 novembre 2007 16:50

                     smiley NOUVELLE AFFAIRE DES CARICATURES

                    Cette fois c’est le dessinateur de presse du Cape Times (Afrique du Sud) - et collaborateur au Daily Mail et au Guardian, Jonathan Shapiro, qui fait l’objet de menaces de la communauté musulmane de son pays pour avoir dépeint une kyrielle de caractères différents (d’Alice au pays des merveilles à Allah) et en suggérant qu’ils étaient interchangeables et que tout le monde pouvait croire à n’importe quoi, y compris Satan.

                    http://leblogdrzz.over-blog.com/article-14029104.html


                    • Le péripate Le péripate 23 novembre 2007 17:40

                      Tiens Drzz part en croisade ..................


                    • Aspiral Aspiral 23 novembre 2007 16:56

                      Eh oui, c’était à prévoir. La culture des émotions ça émousse la sensibilité. En Belgique, il y a eu une manifestation de 35.000 personnes (ni en francs ni en euros), eh bien depuis la manifestation des 300.000 personnes suite à l’affaire de Marc Dutroux, tout le monde est blasé. Ca ne fait plus aucun effet tant qu’on ne dépasse pas les records précédents ! Le monde ne va pas seulement à la catastrophe ; il devient fou.


                      • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 23 novembre 2007 17:21

                         smileyMerci à AGORAVOX d’avoir mis une image à mon article smiley, c’est très parlant. Je voulais lors de la rédaction mettre la carte du pays et je n’ai pas pu télécharger mon image.jpeg, l’application qui sert sous agoravox pour le téléchargement « buggait ». Merci messieurs, dames.


                        • Act 23 novembre 2007 21:26

                          Que demandent les Bengladeshi ? Il faudrait peut-être commencer par là au lieu de toujours projeter d’ici ce qui serait bien pour les autres.

                          C’est une état avec un gouvernement et des responsables locaux. Que décrivent-ils de la situation et que demandent-ils pour remédier à la catastrophe ? ça se trouve rien du tout, comme l’Inde lors du Tsunami.

                          Il faut oublier cette mentalité qui prétend faire le bien des gens même contre leur gré. L’affaire de l’arche de zoé est assez instructive pour réitérer les mêmes conneries.

                          Wilkinson l’a souligné : les problèmes réels sont structurels et les citoyens ne manquent pas d’arguments face aux politiques quand ils se mobilisent. Le principe de la démocratie est de ne pas abandonner la politique aux politiciens.

                          Arrêtons de tenter de nous fuir en nous projetant comme des sauveurs ailleurs.


                          • vieuxcon vieuxcon 24 novembre 2007 11:29

                            Encore un article très intéressant.

                            Malheureusement, vous confortez l’opinion que j’avais sur les dons liés au Tsunami, c’est à dire qu’une grande majorité de ces dons n’étaient pas du à l’image donnée des autochtone, mais bien au fait que de nombreux donateurs, allaient, ou étaient susceptible d’aller en Vacances là bas. C’est en fait par compassion pour eux même que les gens furent généreux. Un élan d’égoïsme et non un élan de générosité.

                            Ceci étant posé, et mon sac de fiel vidé, que peut on faire concrètement. Hélas dans l’urgence, je ne pense pas qu’il soit possible de faire grand chose de bien et d’efficace. Alors tout serait perdu d’avance ? Non ! Non car des organisme comme médecin du monde, douleur sans frontière la croix rouge, propose des programmes d’adhésion. Ces organismes, propose des prélèvements, vous n’aurez même pas à vous préoccuper de votre générosité, vous recevrez une attestation pour vos impôts. 1€ par semaine par exemple pour médecin du monde, c’est à dire que tous les mois votre budget se verra prélevé de 5€. Indolore, pour nous mais important pour eux, qui pourront alors répondre en urgentistes qu’ils sont, sans avoir besoin d’attendre, la générosité sélective des citoyens que nous sommes.

                            Et je vais vous révéler un secret bien gardé. Savez vous que si on ajoutait à la célèbre loi de Paretto, une composante que nous appellerons générosité (ou impôts ça revient au même), c’est à dire que si chacun donnait un tout petit peu à son voisin immédiatement inférieur dans la courbe des richesses, non seulement la courbe se lisserait, mais en plus, l’ensemble des richesses produites augmenterait plus vite que sans cette variable.

                            Etre généreux enrichis. Ca parait illogique et pourtant ça se démontre mathématiquement.


                            • EricB 24 novembre 2007 15:03

                              Effectivement cette misère humaine est gerbante.

                              Mais d’un autre coté, quand on voit les leçons que les musulmans nous font, alors qu’ils sont incapables de s’entraider quand ils sont dans la merde (alors que du fric, dans les pays musulmans, il y en a !), ça laisse songeur.

                              De plus l’occident a largement été échaudé avec les fonds donnés pour le tsunami, fonds dont l’utilisation réélle reste un mystere pour beaucoup de donateurs. On ne saurait leur en vouloir d’être aujourd’hui moins généreux.

                              Malheureusement pour eux, les Bangladeshi sont un peuple apparemment maudit par Allah.... Et vu le dévéloppement exponentiel des aléas climatiques dans ces régions, ca ne risque pas d’aller en s’améliorant. Mais c’est beaucoup moins classe (et rentable) de construire des digues protectrices pour les habitants de ces régions, que de construire des iles artificielles dans le Golfe Persique pour les nantis de la Terre.


                              • HELIOS HELIOS 24 novembre 2007 15:40

                                J’ai ecrit un commentaire sur un sujet similaire il y a peu et j’ai récupéré un score négatif proche d’un Lerma.

                                Comme pour ce sujet, je m’interrogeais sur le devoir d’ingérence que nous avions.

                                Il esiste deux cas de figure bien distincts :
                                — - soit nous payons, par un virement sur le compte d’une ONG quelconque qui va envoyer quelques couvertures et quelques sac de riz, qui au passage vont ruiner les commerçants du coin qui n’ont pas tout perdus...

                                — - soit nous décidons d’agir et nous faisons... quoi ? comme chez nous ? nous nommons un président, des députés, une securité civile, des écoles, des routes etc... et nous nous ferons lourder, quelque temps aprés, avec coup de pieds au cul comme les algeriens l’ont fait en 1962, sous pretexte de colonialisme.

                                Dans les deux cas, en payant ou en participant, nous resterons quand même ces maudits occidentaux quasiment tous américains, infidèles, juste bon à fournir nos technologies pour le plus grand bien de ces peuples a qui, parait-il, nous devons tout.

                                Le reste du discours, en particulier pour le Bangladesh est du détail, il s’agit de gens qui souffrent, mais doit-on et peut-on les aider contre leur gré ? Il y a quelques années ils ont acheté je ne sais combien de mirages pour se battre avec on ne sait qui... n’auraient il pas mieux fait de faire des digues ? ne devraient il pas avoir une politique nataliste efficace et raisonnée ?

                                Nous, nous ne savons pas embrasser la terre en direction de la Mecque en psalmodiant Inch’Allah ! nous savons par contre tres bien construire des routes, des dignes, et recommencer en les faisant plus solide jusqu’a ce que le cyclone suivant ne les emporte pas etc... mais surtout, siecles apres siècles nous avons construit des pays a force de travail, d’ambition, de recherche de qualité et d’efficacité.

                                Ces pays ne s’en sortirons que par eux même le jour ou ils auront compris qu’il faut s’organiser et être efficace face a la nature, et que surtout il faut equilibrer l’egoïsme et la corruption. A ce niveau, je sais que nous sommes coupables d’acueillir roitelets et presidents qui devraient être dirigés immédiatement a la prison la plus proche. C’est notre erreur à nous, mais oh combien minime !


                                • Gilles Gilles 25 novembre 2007 10:42

                                  Hélios

                                  « Il y a quelques années ils ont acheté je ne sais combien de mirages pour se battre avec on ne sait qui.. »

                                  Et en France on en a été très heureux de cette vente pour « donner du travail aux français », pour paraphraser quelqu’un de connu ;

                                  En plus, Le Bangladesh était le pays où la main d’oeuvre était la moins chère dans le secteur textile. Nous avons tous des chemises (y compris de grandes marques) produites là bas et nous somme extrêmement fiers de les acheter pour trois fois rien en disposant d’une main d’œuvre d’esclaves et d’enfants corvéables à merci. Et si ces gens avaient eu le malheur d’augmenter leurs tarifs de 3 centimes pour fournir des services sociaux, construire des digues, nul doute que les Guillaume Sarkozy et consort (le patron des industries textiles de France, « fier d’être un patron qui délocalise », comme il le dit en personne) auraient changé de fournisseurs, quitte à les laisser agoniser plus vite

                                  Leur misère conditionne notre « pouvoir d’achat ». Nous devrions être quelque peu reconnaissant

                                  Vraiment normal que les gars comme Hélios se tapent des votent à la Lerma tant ils sont incapables d’analyser quoique ce soit sans jamais se défaire de leurs préjugés habituels qu’ils ont obligés de déblaterrer à chaque commentaire


                                • HELIOS HELIOS 25 novembre 2007 14:53

                                  Quand on est interpelé, on repond, ne serait-ce que par pure politesse... donc, Gilles, je ferais court.

                                  Mais je souhaite vous dire que, sur le fond, je me suis exprimé plus haut et je reconnais que ce type de problème n’est pas a circonscrire à la simple aide résultant de la catastrophe. J’ai donné mon avis sur l’intervention globale que nous pourrions faire avec, comme arriere plan, notre devoir d’ingérance.

                                  Ceci n’exclu pas d’analyser nos responsabilités globales, mais devons nous... EN PLUS DE TOUT CELA, considérer ces gens comme des irresponsables au point qu’a chacune de leurs actions nous devions en analyser la portée economique et sociale chez eux ? Nous le faisons partiellement à l’aune des interactions du reste du monde et c’est bien suffisant.

                                  Pour le reste de votre message, le propre de la confrontation d’idées, c’est de ne pas avoir les mêmes. De là à juger la perception d’une situation en la qualifiant de préjugé, c’est un peu court comme argument et dans tous les cas parfaitement reversible à vos positions.

                                  D’autre part, oui, je me permets d’intervenir quand cela me plait, quand j’estime pouvoir apporter quelque chose au débat. Rien ne vous empêche d’en faire autant. Je me permettrais seulement de critiquer les contenus et jamais le droit à l’ouvrir... normal, c’est le respect minimum qu’on doit aux « autres » et à notre société.

                                  Je continuerai de lire vos commentaires.


                                • Act 24 novembre 2007 15:57

                                  Hélios,

                                  « A ce niveau, je sais que nous sommes coupables d’acueillir roitelets et presidents qui devraient être dirigés immédiatement a la prison la plus proche. C’est notre erreur à nous, mais oh combien minime » Elle n’est absolument pas minime Hélios. C’est tout le problème et c’est là qu’on pourrait réellement aider.

                                  Il faut commencer à distinguer comme l’exige l’esprit rationnel occidental dont on se réclame, gouvernants et gouvernés d’ici et d’ailleurs. Si nous, gouvernés d’ici (démocratie) faisons pression sur nos gouvernants, ces derniers feront à leur tour pression sur leurs homologues d’ailleurs pour le bénéfice des gouvernés de la-bas. Par ex, au lieu d’acheter des mirages (qui ont rarement aussi bien portés leur nom) c’est des digues, des routes, des hôpitaux, des écoles... qui seront édifiés.

                                  Notre responsabilité est donc autrement plus importante que les quelques malheureux dons individuels (cache misère) qu’on fait plus ou moins avec bonne conscience. De plus, elle ne coûte pas un radis, juste une mobilisation citoyenne et humaine.


                                  • HELIOS HELIOS 24 novembre 2007 16:34

                                    @Act... je vous suis parfaitement et je comprends tout a fait.

                                    Sauf que, nous ne sommes pas seuls. Si nous, nous embastillons ces apprentis dictateurs (pour la plupart... je ne parle pas de Pol pot, par exemple), d’autres se précipiterons pour leur vendre ou leur acheter et par là même continuer à leur fournir le soutien exterieur dont ils ont besoin.

                                    Il faudrait donc s’entendre d’abord entre nous, occidentaux au sens large, dont les chinois, pour avoir une attitude commune. Or, vous savez bien que cela ne marche pas comme ça. Notre modèle, mine de rien, ne fait plus recette et n’est plus majoritaire.

                                    Il y a des pays émergeants en terme de pouvoir, comme les monarchies petrolières et quelques autres qui sont là pour profiter des systèmes de décision representatifs que nous avons institués (ONU...) et en casser les « bonnes » orientation au nom de leur difference.

                                    Il faut accepter que nous ne sommes plus hégémoniques dans les ressources, la culture, la démographie. Il nous reste une puissance militaire et économique significative mais non suffisante... mais n’est-ce pas mieux ainsi ?


                                    • Gilles Gilles 25 novembre 2007 10:24

                                      Vous oubliez une chose.

                                      Le Bangladesh est situé sur le delta du Gange et ses côtes sont en train de se réduire à vitesse grand V du fait de la montée des eaux et du débit croissant du Gange (cause glaciers himalayens en train de fondre). Je crois que c’est le pays dont la surface diminue la plus vite en ce moment et qui en plus subit de terribles inondations fréquement.

                                      Donc à terme, sur ces 150 millions (demain 180 millions, après demain 200) de gens une bonne partie devra partir. Et là commence le problème :

                                      Qu’ils crèvent chez eux, c’est acceptable et à la rigueur on accepte bien de donner une aumône pour qu’ils y restent, mais qu’ils aillent vivre ailleurs, là ça commence à poser problème

                                      Donc où iront ces dizaines de milliers de très pauvres, musulmans en plus ? En Inde ? En Birmanie ? Ne doutons que ces deux pays déjà bien peuplé et terrorisés par un certains radicalisme islamiste les accueilleront à coup de kalachnikov.

                                      C’est à ce moment que le vrai drame se jouera, et un drame précurseur en plus. Celui qui verra de plus en plus souvent des cohortes de réfugiés, par millions, se déverser là où ils peuvent.

                                      Et ceux qui voulaient les aider auparavant à survivre chez eux, seront là pour leur enfoncer la tête sous l’eau


                                      • Gilles Gilles 25 novembre 2007 10:24

                                        « Donc où iront ces dizaines de milliers... ; »

                                        je voulais dire MILLIONS


                                      • EricB 25 novembre 2007 11:23

                                        « Donc où iront ces dizaines de millions de très pauvres, musulmans en plus ? »

                                        Probablement servir d’esclaves dans les riches pays arabes, comme une partie d’entre eux le fait déjà. avec des salaires de misère et aucun droits, ni aucune possibilité de « s’installer » et de s’intégrer.

                                        Je suis assez d’accord avec l’analyse de Helios. Avant d’attendre l’aide des pays occidentaux, ces régimes doivent se poser des questions sur leurs priorités, notamment en terme d’équipement et de démographie.


                                      • Gilles Gilles 25 novembre 2007 11:46

                                        Eric B

                                        Croyez-vous vraiment que ces régimes se poseront ces questions sur leurs priorités, « notamment en terme d’équipement et de démographie » ?

                                        Il n’y a pas de volonté, pas de moyens, un environnement dégradé, sans compter les idéologies rétrogrades qui brident ceux qui justement ont cette volonté.

                                        Un exemple parmi d’autres, les USA maintenant limite ou arrête leur aide à la promotion de la contraception aux Philippines et ailleurs, sous des prétextes moraux..... du coup ces pays surpeuplé vont l’être encore plus et de pauvres en plus. La démographie est aussi une arme pour les peuples en difficulté

                                        A moins d’attendre un coup de baguette magique, la plupart « de ces pays » resteront pour un bon temps dans la gabegie. ça ne sert à rien de critiquer cet état de fait et les renvoyer face à leur responsabilité, mais il faut être un moteur pour proposer, voir forcer, des changements « équitables »


                                      • EricB 25 novembre 2007 14:45

                                        « mais il faut être un moteur pour proposer, voir forcer, des changements »équitables«  »

                                        On a vu ce que a donné de nous mettre sur le dos des responsabilités, parce que certains ne veulent pas se responsabiliser eux-mêmes. Tous les pays qui ont compris qu’ils fallaient agir par eux-mêmes et pour eux-mêmes, s’en sont sortis, on sont en train de s’en sortir.

                                        C’est tellement facile de venir quémander l’aide de l’occident pour ensuite lui cracher à la gueule et l’accuser d’ingérence.


                                      • Gilles Gilles 26 novembre 2007 05:22

                                        Eric, il n’est pas question de coloniser mais d’inciter à agir justement par eux mêmes

                                        Par exemple en ne soutenant pas les dictatures iniques, en ne leur vendant pas d’armes sophistiquées à foison, voir des centrales nucléaires, ou de cautionner indirectement des politiques sociales et environnementale désastreuses pour simplement payer un peu moins cher quelques produits. Si on taxait au lieu de dérèglementer à outrance le commerce « inéquitable », se serait déjà un gros plus


                                      • Dalziel 25 novembre 2007 12:17

                                        « ...on ferait mieux de revoir l’infrastructure de se pays, de prévoir des solutions pour que les gens se protège en cas de cyclone. »

                                        C’est leur problème exclusif, et en aucun cas le nôtre !

                                        « En ce qui concerne les mesures à prendre, il en faut à court et à long terme : donner à manger et apprendre à pêcher. »

                                        C’est tout de même curieux que cinq mille ans, et quelques, après le néolithique, il y ait encore des gens à qui il faudrait apprendre à pêcher... On l’explique, ou on ne l’explique pas, cette arriération ?

                                        « ...il faut agir de suite, déplacer 150.000000 de de personnes ce ne sera pas simple..... :-\ »

                                        Il faut, il faudra, il faudrait, il aurait fallu... Et passez muscade...

                                        « Que demandent les Bengladeshi ? Il faudrait peut-être commencer par là au lieu de toujours projeter d’ici ce qui serait bien pour les autres. »

                                        Il faudrait surtout qu’ils commencent par se demander eux-mêmes, ce qu’ils peuvent faire pour eux-mêmes, par eux-mêmes...

                                        « Mais c’est beaucoup moins classe (et rentable) de construire des digues protectrices pour les habitants de ces régions... »

                                        Ils ne savent pas pêcher, ils ne savent pas ce qu’est un polder, alors qu’en Europe, c’est connu depuis quatre siècles. Mais alors qu’est-ce qu’ils savent foutre ? A part des petits ?

                                        « Notre responsabilité... »

                                        Des clous !

                                        « ...est donc autrement plus importante que les quelques malheureux dons individuels (cache misère) qu’on fait plus ou moins avec bonne conscience. De plus, elle ne coûte pas un radis, juste une mobilisation citoyenne et humaine. »

                                        Tu commences quand ? Lundi matin à la première heure ? Le 1 janvier 2008, dans le cadre de (bonnes) résolutions du Nouvel An ?

                                        « Ces pays ne s’en sortirons que par eux même le jour ou ils auront compris qu’il faut s’organiser et être efficace face a la nature, »

                                        Tout est dit !


                                        • lambertine 25 novembre 2007 17:14

                                          Ils ont compris et ils agisent. Mais Rome ne s’est pas faite en un jour. Ni la Hollande non plus.


                                        • Fred 25 novembre 2007 13:00

                                          Pendant ce temps, nous nous plaignions de notre pouvoir d’achat pour pouvoir acheter un ecran plasma ; il sera interessant de voir la generosite de nos compatriotes a un tel evenement.


                                          • tal 25 novembre 2007 13:31

                                            @l’auteur

                                            « je crois qu’en gros nous ne vivons pas sur la même planète, je dirais dans le même pays. »

                                            Non en effet pour vous-autres Africains il s’agit bien d’un autre pays sur une autre planète. C’est l’effet mirage bien connu ( dans le désert...) qui vous a fait le confondre avec le pays France de la planète Terre... smiley

                                            Il vous en aura fallu du temps pour prendre la mesure du phénomène ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès