Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le bilan accablant des politiques inspirées des travaux du GIEC

Le bilan accablant des politiques inspirées des travaux du GIEC

Dans cet article de synthèse, l’auteur de « la Servitude Climatique » conclut la série de quatre précédents articles publiés par Agoravox et dix articles publiés par l’Institut Turgot en tirant des conclusions générales sur les politiques françaises et européennes associées au risque climatique et fondées sur les conclusions du Groupe Intergouvernemental d’Experts pour le Changement climatique (GIEC). Une synthèse qui sonne comme un réquisitoire.

Les significations des sigles utilisés sont précisées en notes de fin d’article.

Après les divers articles que j’ai précédemment écrits pour Agoravox et pour l’Institut Turgot, il parait opportun de tirer un bilan d’ensemble des politiques menées pour parer à un éventuel risque climatique. Ce bilan est accablant pour les décideurs politiques qui les ont conduites. Dans le cadre d’un article, il faut être aussi concis que possible, et j’indiquerai les liens appropriés vers les textes qui développent le mieux les sujets que abordés succinctement. Ainsi, chaque lecteur pourra choisir entre prendre rapidement une connaissance globale du dossier, ou approfondir son étude sur les sujets qui attirent particulièrement son attention.

 

La source d’inspiration des politiques qui sont l’objet de mon propos est constituée essentiellement par les rapports du GIEC, parus successivement en 1990, 1996, 2001 et 2007. Il est donc nécessaire de commencer par une analyse des travaux de ce groupe d’expert et d’examiner s’ils constituent une base appropriée à la prise de décisions politiques.

A quoi sert le GIEC ?

Depuis près de vingt ans les responsables et élus publics, les ONG environnementales et les principaux médias accréditent la thèse d’une infaillibilité du GIEC dans son travail de collecte, d’analyse et de synthèse des informations scientifiques en vue d’apporter aux décideurs politiques les connaissances nécessaires à leurs choix, de nourrir le débat au sein des commissions internationales telles que la Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique, à offrir enfin aux chercheurs, aux économistes, aux politologues et aux médias une base de savoir nécessaire à l’accomplissement de leurs missions.

La méthodologie du GIEC

Pour ce faire, on a réuni environ 600 experts scientifiques et 300 économistes (et non le nombre de 2500 scientifiques comme trop souvent publié), répartis en trois groupes de travail chargés de faire respectivement le point de la connaissance scientifique, l’évaluation des conséquences pour l’environnement et les populations, les prévisions d’évolution du climat et de ses conséquences à moyen et long terme enfin. Il en résulte trois rapports d’environ 1000 pages chacun, qui font l’objet d’un résumé à l’usage des décideurs politiques d’une quarantaine de pages.

Les experts sont des bénévoles, choisis pour leur compétence, qui s’acquittent de leur tâche en marge de leur activité professionnelle. Ils sont souvent à la fois à la source des publications examinées, dans le cadre de leur activité de chercheurs et directeurs de recherche, et rédacteurs du GIEC, mais, bien entendu, ils n’analysent pas leurs propres contributions. Ils doivent se conformer à une méthode de travail précisément définie. D’abord, ils réunissent toute l’information disponible jusqu’à une date donnée, généralement antérieure de deux à trois ans à la publication des rapports, temps nécessaire à l’accomplissement de leurs tâches. Pour le Groupe 1 chargé du volet scientifique, Ils doivent sélectionner les seules contributions ayant été publiées dans des revues scientifiques opérant une sélection des articles après une procédure de révision par les pairs. Les experts font des synthèses des articles sélectionnés et leur texte est soumis alors à relecture par des responsables qualifiés. Le rapport du Groupe est rédigé, puis validé, après que rédacteurs et relecteurs se soient mis d’accord. Le Groupe 2 travaille suivant la même procédure de relecture, chaque membre analysant les productions du groupe 1 en y apportant sa propre expertise. Le Groupe 3 enfin établit ses prévisions à partir des travaux des deux autres groupes et de simulations faites à partir de modèles climatiques.

Ces procédures paraissent assurer une grande fiabilité aux productions du GIEC, dans la mesure où les travaux de recherches sélectionnés ont été accomplis par des spécialistes compétents et respectueux des règles épistémologiques en vigueur dans leurs disciplines, et également si les revues scientifiques obéissent à la déontologie propre à leur profession, notamment dans le choix des articles à publier et dans la procédure d’examen par les pairs. Les rédacteurs du GIEC doivent s’assurer que ces conditions sont bien remplies.

Biais, erreurs, laxisme et fraudes décrédibilisent le travail du GIEC.

Au cours des années 1990 à 2008, un certain nombre de critiques avaient, souvent à juste titre, pointé des erreurs ou des travers dans les productions du GIEC. Les détracteurs mettaient en évidence des erreurs de calcul ou d’analyse statistique, telles que celles ayant abouti à la courbe en crosse de hockey de Michael Mann, des jugements négatifs sur la validité des prévisions faites par recours à des modèles climatiques, la non prise en compte de résultats de travaux scientifiques n’allant pas dans le sens des conclusions des rapports, soit que ces travaux n’aient pas été acceptés par les revues scientifiques ou qu’ils aient été publiés après la date limite fixée par le GIEC, soit qu’ils n’aient pas retenu l’attention des experts du GIEC. On s’étonnait aussi de l’obstination du GIEC à se baser sur les seules mesures de température atmosphérique faites par des stations météorologiques au sol ou des bouées météorologiques en mer, alors que depuis 1979 on disposait de mesures faites par des satellites, qui étaient bien plus homogènes et couvraient mieux la surface du globe. On critiquait surtout le résumé pour les décideurs, qui tirait des conclusions péremptoires à partir des gros rapports des groupes qui, eux, faisaient mention de réserves et d’incertitudes sur les propositions qu’ils présentaient. Tout cela alimentait une vague de contestations chez ceux qu’on qualifiait de « climato-sceptiques », quand ce n’était pas de « négationnistes ». Mais le prestige du GIEC auprès des gouvernants, des autorités internationales et du public n’était guère affecté.

L’année 2009 remet fortement en question toutes ces certitudes.

Dans mes précédents articles, on a pu lire que les modèles mathématiques étaient programmés avec des paramètres contraires aux données recueillies par les mesures faites par satellites artificiels, et je citais notamment un article de juillet 2009, rédigé par Richard Lindzen et Yong-Sang Choi, et présentant un ensemble de graphiques qui montrait que les modèles étaient fautifs dans leur appréhension de l’impact des nuages dans les températures, ce qui aboutissait à surestimer fortement les élévations de température dues aux gaz à effets de serre. J’ai également cité la conférence et les travaux du Professeur Mojib Latif  qui expliquait, au tout début de septembre, que les phénomènes océaniques connus sous le nom d’oscillations allaient provoquer dix à vingt années de refroidissement, ce qui, ajouté aux onze années écoulées depuis 1998 sans aucun réchauffement, portait à vingt ou trente années de stagnation ou de régression des températures, au lieu des 2/10ème de degrés d’augmentation par décennie prévus par les modèles. En octobre survenait l’annonce, faite par le directeur du Climatic Research Unit britannique que les résultats de mesures de températures faites depuis 1990 par trois milliers de stations avaient été « détruites ou perdues », ce qui aurait du avoir pour effet immédiat d’invalider tous les travaux faits à partir de ces données pour cause d’irréfutabilité.

Le 19 novembre 2009, dans une conférence organisée par l’Institut Turgot et Euro 92 dans les salons de l’Assemblée nationale, j’exprimai l’opinion que les incertitudes entachant les travaux du GIEC rendaient ceux-ci impropres à servir de base à des politiques coûteuses et dommageables tant pour l’économie que pour les libertés individuelles. Mon livre, la Servitude Climatique, alors à l’impression, développait largement mes arguments. Le surlendemain, le monde entier était informé du viol de la base de données du Climatic Research Unit et de la publication de son contenu. La révélation des courriels échangés par des scientifiques de grand renom retentissait comme un coup de tonnerre frappant le GIEC et la science climatique dans son ensemble. Trucages scientifiques et actes hostiles envers les scientifiques proposant des thèses opposées à celles du Groupe d’Experts étaient monnaie courante chez une vingtaine de spécialistes du climat très impliqués dans les travaux du GIEC. Cette fois, c’était l’intégrité même du Groupe d’Expert qui était mise en cause. Certes, tous les membres du Groupe de Travail numéro 1 n’étaient pas concernés, mais enfin, Jones, Wigley, Mann, Briffa, Trenberth, Santer et quelques autres sont des contributeurs essentiels de ce groupe de travail, et considérés comme des éminences scientifiques.

A elle seule, l’affaire du Climategate aurait du suffire à déclencher une suspension des processus politiques en cours dans l’appréhension et le traitement du risque climatique. Il n’en a rien été. Aucun des dirigeants occidentaux n’a tenu compte de cette affaire.

Le mois de janvier 2010 nous apporte un lot fourni de preuves nouvelles du « laxisme » du GIEC. Que l’on m’excuse, la liste est longue, et je ne développerai pas, mais je renverrai à des sources plus détaillées.

L’affaire de la fonte des glaciers de l’Himalaya :

Dans son rapport de 2007, le GIEC affirme que les glaciers de l’Himalaya auront disparu en 2035, entrainant des conséquences catastrophiques pour l’alimentation en eau des grands fleuves indo-pakistanais tels l’Indus, le Gange et le Brahmapoutre, avec des conséquences économiques et humaines désastreuses pour les populations concernées. Il est apparu que cette affirmation a pour source une publication du WWF de 2001, écrite par un militant écologiste, non révisée par des scientifiques, et n’ayant aucun caractère scientifique, publication se fondant sur les déclarations orales d’un russe, Kotliakov, interviewé au début des années 1990, et qui affirmait que l’ensemble des glaciers du monde auraient perdu les 4/5èmes de leur superficie…en l’an 2350. Le GIEC, reconnaissant son erreur, s’est publiquement excusé le 29 janvier. Par quels raccourcis le monde est-il devenu Himalaya, l’année 2350 est devenue 2035 et 4/5ème sont devenus 100% ? Et comment une telle bévue a-t-elle pu passer tous les cribles du GIEC ? On voudrait bien croire à une succession d’erreurs ou à de l’incompétence, mais les représentants indiens, très concernés par l’effet produit par de telles affirmations sur leur opinion publique, n’avaient cessé de protester, sans jamais être entendus. Pour plus d’information sur cette affaire, je conseille la lecture d’un article fort bien rédigé d’Objectif Liberté, qui lui-même renvoie à des sources anglophones nombreuses.

Certains, tel le journaliste Stéphane Foucart du Monde, ont minimisé l’affaire des glaciers himalayens en faisant valoir qu’il ne s’agissait que d’une seule erreur dans un rapport de 976 pages. C’est faux, le rapport 2007 comporte plusieurs erreurs de ce type. La perspicacité des censeurs qui passent désormais au peigne fin les écrits du GIEC nous apporte quelques autres belles perles.

La Forêt amazonienne, d’après le rapport 2007 du GIEC va perdre 40% de sa superficie, d’aujourd’hui à 2050, à cause du réchauffement climatique. Le Figaro publie un article sur le sujet : Ce quotidien semble depuis quelques jours disposé à informer objectivement sur le changement climatique. Le fait est nouveau et mérite d’être signalé. La source du GIEC est, à nouveau, une publication du WWF, elle aussi écrite par un militant, qui déclare que 10% de la forêt amazonienne (et non 40%) est plus sensible aux feux de forêt du fait de la sécheresse occasionnée par le réchauffement climatique. L’article, bien entendu, ne subit pas de révision par de scientifiques, et n’a aucune prétention scientifique.

D’importantes réductions de la surface des glaciers des Alpes, des Andes et d’Afrique sont attendues, d’après le GIEC (2007). Les deux sources de cette information : un article d’un guide de montagne dans une revue pour randonneurs, écrit après consultation de 80 de ses collègues, et une dissertation d’un étudiant en maîtrise de glaciologie, après consultations de guides de montagne également.

Au total, les journalistes du Telegraph, Richard Gray et Rebecca Lefort ont relevé, dans le rapport 2007, 16 utilisations de documents émanant du WWF, non révisés par des scientifiques. Voir aussi le site de l’Institut Heartland.

Deux importants rapports, publiés par le SPPI, viennent, en cette fin du mois de janvier 2010, apporter de très importantes contributions à l’évaluation des travaux du GIEC.

Le premier, paru le 20 janvier, est un document de 140 pages, signé John P Costella, « Climategate Analysis », qui cite et commente un nombre important des courriels échangés par les scientifiques impliqués dans l’affaire, avec les liens vers le texte des messages source. C’est le meilleur document paru à ce jour sur l’affaire, et bienvenu après la disparition du site francophone Skyfal.free.fr, qui avait entrepris le même travail, mais de façon bien moins exhaustive.

Le second, daté du 27 janvier, de Joseph d’Aleo et Anthony Watts, 110 pages, « Surface Temperatures Records : Policy Driven deception », montre que les mesures de température traitées par les deux autres contributeurs du GIEC, le GISS (NASA) et le NCDC (NOAA) sont aussi suspectes que celles fournies par le CRU britannique. Leur contribution conduit à penser que TOUTES les données de température fournies par les stations au sol et en mer ont été biaisées par les organismes chargés de les traiter.

Il est utile de rapprocher ces faits, que l’on découvre progressivement aujourd’hui, de l’enquête réalisée par Kesten C. Green et J. Scott Armtrong, présentée dans «  la Servitude Climatique  », pages 100 à 102. Leur investigation, menée auprès de scientifiques travaillant pour le GIEC, révèle 72 violations des principes méthodologiques communément admis en matière de prévisions, ce qui conduit les auteurs à considérer que les rapports du GIEC sont impropres à servir de base à des décisions politiques.

L’audit de Green et Armstrong, réalisée à leur initiative propre, a été tributaire de la coopération des scientifiques interrogés, et seule une minorité d’entre eux leur a transmis des réponses. Devant l’accumulation de preuves de défaillances méthodologiques de la part des rédacteurs et responsables du GIEC, il parait aujourd’hui souhaitable de diligenter une véritable enquête officielle et d’en charger une commission d’audit dont les conclusions doivent être rendues publiques.

Evaluation des politiques climatiques.

 Il semble évident que, dans l’état actuel du dossier, les décisions politiques majeures doivent faire l’objet d’une remise en cause. Ces décisions n’auraient pas lieu d’être si les prévisions qui les ont fondées s’avéraient fausses. Tant que l’enquête réclamée ci-dessus n’aboutira pas à des conclusions précises, il est urgent d’attendre.

Supposons toutefois qu’une telle investigation conduise à la conclusion que les risques climatiques annoncés par le GIEC sont réels, ou plausibles, devrions-nous alors nous montrer satisfaits des mesures envisagées par la France, avec sa taxe carbone version 2010, ou par l’Union Européenne, avec le Paquet Energie-Climat ? Cela ne se pourrait que si ces législations conduisaient à un résultat global positif, c’est-à-dire une limitation de la concentration atmosphérique en gaz à effet de serre à un niveau tel que les hausses de température soient limitées, à disons +2° C pour la seconde moitié du XXIème siècle, puisque c’est là le niveau pour lequel les experts semblent s’accorder à dire que les conséquences climatiques seraient gérables sans dommages excessifs. Encore conviendrait-il de considérer l’étendue des sacrifices que ces mesures imposeraient dans le proche avenir aux économies et aux populations. Tout cela a été développé dans mes articles précédents et encore plus dans mon livre.

La première question à poser est la suivante : en quoi la taxe carbone actuellement envisagée contribuerait-elle à ce résultat, même en admettant qu’elle incite les autres pays européens à se doter d’une législation similaire ?

Cette question est à poser dans les mêmes termes pour le Paquet Energie Climat.

J’ai apporté la réponse à ces deux questions : les efforts consentis par les européens ne pourront aboutir à des résultats tangibles en terme de limitation des émissions de gaz à effet de serre, et donc de concentration de ces gaz dans l’atmosphère, que si tous les pays du monde qui émettent des quantités substantielles de ces gaz adoptent des mesures semblables. On sait qu’il n’est pas question, pour les pays en développement, qu’ils acceptent de limiter leur potentiel de croissance et d’industrialisation. Ces pays émettent actuellement 53% du CO produit globalement. Leur part ne cessera de croître, même en l’absence de limitations règlementaires de la part des pays développés. Nos mesures européennes ne changeront rien au bilan carbone, car une grande partie de la réduction de nos émissions résultera de transferts de production industrielle vers les pays non européens.

Il faut ajouter à cette analyse celle de la situation aux USA. Tout est suspendu, là bas, au sort du projet de loi Waxman Markey. Cette loi doit être examinée par le Sénat américain au cours de l’année 2010, et tout donne à penser que le vote des sénateurs lui sera défavorable. Le résultat était déjà très incertain avant la survenue du climategate et la conférence stérile de Copenhague, où le Président Obama a déçu et laissé une partie de son prestige. L’opinion publique américaine est maintenant majoritairement hostile aux mesures contraignantes de limitation des émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre, et ils sont 50% à ne plus croire au changement climatique. Les lobbies opposés à la politique climatique d’Obama montrent une pugnacité et une efficacité redoutables, que ne parviennent plus à endiguer les forces qui représentent les intérêts financiers considérables qui ont misé gros sur la politique promise par Obama. Ils exigent le retrait du projet de loi, des procès contre l’administration américaine (mise en cause de la procédure qui a abouti à considérer le CO2 comme un polluant), ils veulent la démission du Président du GIEC et des actions en justice contre les scientifiques compromis dans le scandale du climategate. De plus, les démocrates ont perdu leur siège du Massachussetts, et avec lui la majorité qualifiée qu’ils possédaient au Sénat, et d’ailleurs nombre de sénateurs démocrates représentent des états fortement industrialisés et consommateurs de charbon, où l’économie et l’emploi sont menacés par le projet de loi. Ces élus démocrates rechignent à suivre la ligne politique du parti. Je n’hésite pas à affirmer que le projet Waxman Markey sera refoulé, ou au moins tellement amendé qu’un retour devant le la Chambre des Représentants sera nécessaire, et là, les équilibres auront changé par rapport à la situation de juin 2009, où le vote de la chambre basse, obtenu par une courte majorité de 12 voix, avait été obtenu grâce à l’unanimité des démocrates.

L’échec prévisible de la politique environnementale d’Obama aura des répercussions considérables au plan géopolitique. Sur le continent Nord-américain, il devrait provoquer un véritable séisme financier au sein de la profession bancaire et surtout parmi les innombrables hedge funds qui se sont constitués pour attirer des capitaux à investir dans le risque climatique (voir « la Servitude Climatique, pages 223 à 227). Ces capitaux représentent plusieurs milliers de milliards de dollars (8000 milliards, d’après l’INCR) ! Les fonds de pension, les grandes fondations américaines, certains états des USA y ont massivement investi (certaines des banques françaises aussi, d’ailleurs). Comment le système bancaire américain, à peine convalescent de la crise des subprimes, supportera-t-il ce nouveau choc ? Tout cela devrait avoir de sérieuses conséquences économiques, porter un coup très dur à la popularité et à l’influence internationales du Président Obama, et faire chuter le poids des Etats-Unis dans les négociations environnementales internationales. Le pays fort apparait désormais être la Chine, dont on voit bien qu’elle est opposée à toute contrainte venant d’accords multilatéraux.

Dans ces conditions, il apparait que les Européens feraient cavaliers seuls dans la croisade anti-CO2. Ce serait absurde. A quoi rimerait une limitation de 20% à 30% de nos émissions, alors que l’Union européenne ne produit que 22% des émissions mondiales, et que les seules émissions des pays en développement auront augmenté de 50% à 90% entre aujourd’hui et 2020, faisant progresser le volume des émissions mondiales de 28% à 48%, tandis que les limitations européennes ne feraient baisser l’addition globale que de 5 à 6%. Ces chiffres tiennent compte d’une progression annuelle des émissions des pays en développement comparables à celles enregistrées au cours des années précédentes. Toutefois, la nouvelle crise américaine envisagée ci-dessus et une économie européenne pénalisée à la fois par la situation américaine et par les taxes carbone et autres paquets énergie-climat pourraient faire chuter considérablement les potentiels d’achat des pays développés à la Chine et aux autres pays en développement, précipitant le monde entier dans une dépression économique qui règlerait le problème carbone.

Conclusions

A l’énoncé des prévisions ci-dessus, on peut penser que nous avons le choix entre la peste et le choléra. Quoi qu’on fasse, il faudra payer l’addition de vingt années de dirigisme d’Etat en matière environnementale qui ont abouti à dilapider l’argent public et privé pour favoriser un business vert en partie inutile, et à faire croire aux investisseurs à de fabuleux pactoles à long terme. Comment nous prémunir, aujourd’hui ? D’abord, en différant toute décision concernant la taxe carbone et le paquet énergie-climat. Il faut au moins attendre que deux conditions soient réunies :

1 - que nous disposions d’un diagnostic scientifique sur, après audit des travaux du GIEC et de ses fournisseurs de ressources (notamment les trois fournisseurs de statistiques de température et la vingtaine de centres qui mettent en œuvre des modèles climatiques), et après que la science ait suffisamment progressé dans la connaissance du climat.

2- Qu’un accord sur des efforts communs aux pays développés et aux pays en développement devienne possible, si, bien sur, des risques climatiques venaient à être confirmés. Dans ces conditions, il faudrait alors déterminer si l’on doit procéder à des limitations censées contenir les températures au dessous d’un certain niveau, ou bien s’il vaut mieux chercher à s’adapter progressivement aux changements climatiques prévisibles. Il existe des conséquences positives dans les augmentations de température et dans celle de la concentration atmosphérique en CO2. Il en est ainsi des rendements agricoles en général (photosynthèse accrue), et de la possibilité d’étendre les surfaces cultivables vers le nord de l’Eurasie et de l’Amérique, ainsi qu’en Patagonie..ou au Groenland, comme au temps des Vikings ! Les inconvénients eux paraissent pouvoir être limités par des investissements judicieux (endiguement contre la montée éventuelle des eaux en certains lieux vulnérables, par exemple, ou lutte contre la sècheresse par de meilleures pratiques agricoles et par des investissements technologiques idoines, etc.). Voila des thèmes propres à nourrir une concertation internationale productive.

Il conviendra également de revoir les engagements de dépenses de l’Etat dans le soutien aux nouvelles technologies vertes. D’abord, il convient de déterminer ce que l’Etat peut soutenir efficacement, et ce que l’Etat doit s’abstenir d’aider. La recherche et le développement sont porteurs de fortes externalités, lorsqu’elles visent des innovations qui trouveront naturellement un marché dans l’avenir. Par contre, subventionner des productions agricoles, industrielles et des services marchands fausse la concurrence intersectorielle, car les budgets des contribuables-consommateurs étant déterminés, ce qui va à l’impôt n’est pas disponible pour la consommation, et ce qui est dépensé en faveur d’un secteur aidé manque à tous les autres secteurs. En second lieu, il faut tirer des conclusions sur certaines activités qui apparaissent comme inutiles ou non économiquement viables : les agro-carburants actuels (à l’exception, peut-être, de ceux tirés de la canne à sucre, voir note en fin d’article), les éoliennes dans la plupart des sites où on les installe, la séquestration du carbone, notamment. Par contre, les véhicules électriques ont de véritables atouts commerciaux avec le confort et la fiabilité mécanique qu’ils promettent ; les nanotechnologies offrent d’évidentes promesses pour la production de série de super-condensateurs rendant caducs les batteries actuels dans nombre de leurs applications ; la production de diester par l’alimentation en CO2 industriel de micro-algues offrent de bonnes perspectives ; l’isolation des bâtiments se justifie lorsque l’investissement offre plus de confort ou s’amortit suffisamment rapidement. Toutes ces innovations ont le mérite de concourir à la solution d’un problème autre que celui du CO2, et bien réel celui là : celui de l’hémorragie de capitaux que nous subissons lorsque le prix des hydrocarbures augmente, celui de la diversification des sources de carburants liquides, actuellement trop concentrées entre les mains des producteurs de l’OPEP, celui de la demande exponentielle des pays en développement en carburant… Dès lors, leur développement se justifie, non pas dans le cadre d’une politique environnementale, mais dans celle de la recherche d’une meilleure sécurité énergétique.

Les dirigeants européens seront-ils capables d’opérer une remise en cause aussi radicale de leur démarche ?

 

 Notes  :

sigles utilisés :

GIEC : Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Changement climatique.
GISS : Goddard Institute for Space Studies (une division de la NASA)
NCDC : National Climatic data Center.
NOAA : National Oceanic and Atmospheric Center.
SPPI : Science and Public Policy Institute.
INCR : Investor Network on Climate Risk

Agro-carburants tirés de la canne à sucre  : le problème, pour la France, se situe principalement à l’Ile de la Réunion. La canne à sucre y est un exceptionnel « puits de carbone », qui absorbe environ 60 tonnes de CO2 l’hectare chaque année. L’exploitation sucrière est menacée par la fin des quotas de sucre européens en 2012, et la production d’alcool apparait comme une diversification salvatrice pour cette filière. L’alcool est extrait non seulement du jus sucré de la canne, mais également des résidus de broyages (la « bagasse ») qui sont ainsi valorisés. On peut même réserver le jus à la fabrication de sucre et de rhum, et n’utiliser que la bagasse pour faire de l’alcool. Le problème est assez comparable à celui résolu par le Brésil, il y a trente ans, lorsque la décision d’imposer un carburant automobile contenant 50% d’alcool a permis de réduire une production sucrière excédentaire et de stabiliser les cours du sucre. Le bilan économique est donc positif.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 2 février 2010 10:09

    Sale temps pour le GIEC , janvier 2010 est le mois de janvier le plus froid depuis 1987 !

    février commence pas mal , hier -28 °c dans le doubs , - 32 dans le jura suisse ...

    Auraient - ils oublié certains paramètres ......


    • Kelson 2 février 2010 12:04

      ....où comment un mec le nez dans le guidon s’étonne que ceux qui regardent l’horizon ont une vision différente. Cette remarque est stupide, il n’y a vraiment pas d’autre mots et c’est inexcusable sachant qu’il a été expliqué sur Agoravox par de nombreuses personnes l’attention qu’il fallait porter aux questions d’échelle (du temps et de l’espace).


    • Terran 2 février 2010 12:09

      Ok, alors expliquez nous dans ce cas les blizzard comme il n’y en a pas eu depuis 60 ans en Chine.
      La mer de bohail moitié gelée comme cela ne s’est pas vu depuis 40 ans.

      Oust le réchauffiste !!! Le matou a raison d’insister sur ces points.


    • Kelson 2 février 2010 12:20

      Je vais faire une métaphore « Ce n’est pas parce que quelqu’un dit une grosse connerie » que c’est une gros con"... Comprendre cela c’est comprendre la différence fondamentale qui existe entre un phénomène local (dans le temps et/ou l’espace) et un phénomène global.


    • LE CHAT LE CHAT 2 février 2010 12:25

      @kelson

      l’Angleterre a pas aussi froid depuis des lustres , l’Allemagne a ses pires chutes de neige depuis longtemps , l’europe de l’est grelotte littéralement , les orangers gèlent en Floride , on peut légitimmement avoir des doutes !

      quand à l’épisode de canicule 2003 dont on nous a rabaché que ça allait devenir la norme , eh bien , on est loin de l’avoir revu depuis !


    • Terran 2 février 2010 12:26

      Allez c’est repartit, les escrolos scientistes...

      Quand il fait chaud, c’est la météo quand il fait froid, c’est le climat.
      T’aimes pas l’opposition, ben tu vas en avoir.
      Un peu de contradiction ça te fera pas de mal.

      Un évènement réel à l’échelle de 60 ans, c’est pas la méteo.

      Tiens cadeau

      http://www.youtube.com/watch?v=nEiLgbBGKVk

       smiley smiley


    • Terran 2 février 2010 11:16

       C’est quoi le GIEC ?

      Un groupe de gugus au départ payé par tatcher pour éjecter les mineurs en Angleterre et monter des centrales nucléaires.
      Les mineurs entravaient les profits de la city.

      Et l’histoire a continué, les vilains ont grossit jusqu’à prendre le monde en otage et essayer de faire croire que l’air qu’on respire est du poison et que c’est une bonne raison pour nous taxer.

      Voilà la logique GIEC qui découle de la logique de la bien pensance britannique.
      Des escrolos, des vert rouge comme DCB traître de la nation.

      Nuage de fumée que tout cela.
      Relançons le nucléaire puissance 10 et mettons tout ce monde là dehors.

      On a la Lune a industrialiser.
      L’homme a un avenir. Marre de ces idées de décroissance.
      Marre des malthusiens. Marre des menteurs obscurantistes.


      • dom y loulou dom 3 février 2010 00:42

        @ Terran

        La fumisterie autour du CO2 est une chose

        les métaux lourds propagés partout et les pollutions agravées en sont une autre

        d’ailleurs ce sont les plus gros polleurs qui veulent absolument encore faire du fric avec cette taxe carbonne à Wall street, ils se planquent derrière un masque vertueux et le nucléaire fait partie de leurs bonniments.

        N’oubliez pas que les empereurs du pétrole sont aussi ceux qui financent le nucléaire. 


        Il y a surtout des apprentissages passionants à faire.

        http://www.youtube.com/watch?v=rZDOPQRdxJM


        les énergies alternatives - on peut rester dubitatif sur le terme choisi quand elles représentent justement les énergies que la nature produit elle-même gratos !!

        On n’a plus qu’à les capter.

        Elles sont premières.


        Le pétrole demande à être raffiné et pollue à l’entrée comme à la sortie... et les déchets nucléaires sont un tel danger que les générations futures hésitent à naître au vu des tours de Babel radioactives qui s’accumulent à la Haag... même qu’on ne sait déjà plus où les stocker et il en vient tous les jours des centaines de tonnes... et ce sont des matières irrécupérables.

        Au mieux on pourrait en construire un temple au suicide... ou une lune impraticable ... et l’énergie poduite servirit à les masser là-haut...

        Le temps que nous continuerons à utiliser cette énergie définira sa taille.

        ...

        Les déchets SONT un problème, un vrais, qui ne fut absolument pas abordé à Copenhagen !!!


        Toute l’affaire du réchauffement ne sert qu’à installer une banque mondiale règnante en absolue autarcie CONTRE les populations.

        ça commence à bien faire leur cirque non ?


        Les énergies se cumulent, elles ne sont pas à opposer entre elles.

        Comme nous.


        Hydrolique, solaire, gazeuse, éolienne, maritime... tout cela existe déjà. Ya plus qu’à multiplier les instllations et on se fait une transition douce.

        On avait même oublié les bons vieux moulins qui faisaient la farine et qu’on écoutait avec délice en rêvant du bon pain qu’on en ferait... à l’époque on ne savait pas utiliser cette énergie pour s’éclairer.


        et le moteur magnétique fut dessiné une première fois au XIIIe siècle !!!

         magnétique, ionique... des énergies absolument libres !!!


        (les industriels pourraient tout de même facturer les engins et installations)

        et bien voilà quoi

        pourquoi vouloir assassiner plus d’atomes ? Car depuis la création de la terre pas un seul ne s’était perdu... jusqu’à... l’ère atomique... c’est un comble.

        voici celui à qui nous devons autant de possibilités électromagnétiques mises en application... et qui avait trouvé le moyen d’inonder le monde en énergie libre. 
         
        JUSTE EXACTEMENT CE QU’IL NOUS FAUT


        Hommage

        http://leweb2zero.tv/video/alfred_01452319bd5a2c8

        http://leweb2zero.tv/video/alfred_3745297666c6cea


        et les émetteurs (H.A.A.R.P) sont construits

        ... ?



      • Terran 3 février 2010 01:34

        de DOM
        «  »"Hydrolique, solaire, gazeuse, éolienne, maritime... tout cela existe déjà. Ya plus qu’à multiplier les instllations et on se fait une transition douce.«  »"

        C’est justement ce qu’il faut pas faire, multiplier les installations !!!

        La machine qui a pointé la dernière avancée en matière de fusion est un laser de la taille d’un terrain de football.
        Il essaient de recréer le processus interne du soleil. Quand la matière fusionne elle émet de l’énergie.
        Cette machine a délivré une puissance de 500 fois ce que consomme les USA a un instant t.
        Ils ont reproduit la réaction, deux fois de suite.
        Chaque fois pendant quelques milliardièmes de secondes.
        Nous sommes très près du but. Il n’y a rien de dangereux !
        La difficulté est d’entretenir ce processus. On sait que ça fonctionne.
        La machine a pas explosé. Tout c’est bien passé.

        Augmenter la densité de flux énergétique et réduire notre impact sur l’environnement.
        Nous consommons, si nous ne consommons pas, nous mourrons.
        Consommer intelligemment n’est pas interdit.
        Si nous décidons de multipliez les installations, nous consommons de l’espace.
        Si en plus ces installations ne sont pas capable de fournir une énergie dense, alors l’espace consommé sera encore plus important.

        Le problème est équivalent avec la culture pour faire du biocarburant, c’est le même processus.
        Récolter du pétrole est mieux. Et nous distillons le pétrole pour augmenter la densité contenu dans un volume.
        C’est toujours la même chose, c’est la même science.

        C’est incohérent de promouvoir les biocarburants pendant qu’on abandonne le nucléaire.
        Il existe aussi les réacteurs à thorium.
        Et des surgénérateurs.
        SuperPhoenix a été conçue pour tirer le reste de l’énergie contenu dans les déchets et abandonnée !!!!
        Nous avons des solutions.


      • PapyJako PapyJako 17 février 2010 12:39

        @Terran qui demande

        « C’est quoi le GIEC ?... »

        Une proposition :

        le 

         Groupuscule Interassociatif d’Escrocs Climatiques



      • Inca Inca 2 février 2010 11:16

        Merci pour cette synthèse.

        Dans quelques années, on pourrait nous servir un modèle de refroidissement de la planète. On nous expliquerais que le refroidissement entraine une recapture du CO2 par les océans et autres puits en carbone. On nous sortirais une taxe sur les industries non émettrice de CO2, les voitures électriques seraient taxés, tandis que les voitures polluantes et les gros 4x4 pourraient bénéficier d’un bonus écologique. On nous expliquerais à ce moment là que le CO2 est nécessaire à l’effet de serre, l’une des conditions de vie sur Terre, et qu’il est normal que ceux qui n’en émettent pas soient taxés.

        Bref, tout cela pour dire que ce soit pile ou face, le souci des dirigeants n’est pas l’Environnement mais tout simplement nos poches.

        Pourquoi cette focalisation sur le réchauffement climatique ? Dont les aspects significatif des activités anthropiques n’ont pas été démontrés. Pour quoi ne parle-ton pas assez des aspects significatifs de l’Environnement, à savoir, la gestion des ressources, la gestion des déchets, la préservation de la biodiversité, la déforestation, etc... ?

        Pourquoi ne pas taxer les pollueurs qui souillent nos mers avec leurs hydrocarbures ?
        Pourquoi ne pas taxer les pollueurs qui souillent nos sols avec leur déchets radioactifs ?
        Pourquoi ne pas taxer les exploitants qui détruisent les forêts et la biodiversité ?
        Pourquoi ne pas taxer les industriels qui rejettent du mercure, plomb, arsenic... dans nos rivières ?
        Pourquoi... ?


        • Terran 2 février 2010 11:38

          Et pourquoi pas demander à l’homme de retourner à l’age des cavernes ?


        • Kelson 2 février 2010 12:07

          @ Terran... si c’est le maximum de ce que ton intelligence peut produire comme commentaire alors je te conseille de retourne à Mickey magazine plutôt que de polluer ici. Sinon, merci d’expliquer le rapport entre ton commentaire et le message de Inca... avec la meilleure volonté du monde, je n’en vois aucun.


        • Terran 2 février 2010 12:22

          C’est juste la mise en bouche, je m’échauffe. smiley


        • Terran 2 février 2010 12:39

          @ Kelson

          ça doit être le mot taxe à répétition qui me dérange, c’est comme un pieu dans l’oeil, ça fait mal.
           


        • Terran 2 février 2010 12:40

          Et pourquoi pas taxer l’air qu’on respire...
          Comme si les taxes étaient des solutions.
          C’est bien les escrolos ça...


        • Inca Inca 2 février 2010 12:43

          @ Terran

          Vos commentaires sont hors sujet. Ils s’apparentent davantage à des attaques personnelles que des arguments.

          Pour revenir au sujet, je vous répondrai que je ne confonds pas progrès et régression, Environnement et plus largement Développement Durable et business.

          Je vous répondrai aussi :

          « Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas. »

          Un proverbe amérindien.


        • Terran 2 février 2010 12:53

          Ben voyons...

          Attaque personelle, bla bla bla, bientôt tu vas sortir le mot « négationniste » comme t’as su l’apprendre par coeur à la télé.
          Je m’attaque aux escrolos, en effet, je vois mon pays sombrer vers le chômage et notre industrie coulée à cause de ces gens là.

          Alors oui, je me défend, je défend mon corps de métier, je défends les générations futures.
          Quand vous pensez a planter des éoliennes, nous on pense an densité de flux énergétiques.

          Si on pensait pas comme ça, il n’y aurait plus grand arbre autour de toi compte tenu de l’énergie qu’on consomme pour se chauffer les fesse et passer les hiver dans des conditions digne d’un humain.
          Les gens qui meurent de froid ça m’amuse pas non plus.


        • Kelson 2 février 2010 13:14

          @ Inca : laisse tomber.... Terran semble incapable d’une pensée articulée... d’ailleurs il suffit visiblement que tu emploies un mot qui ne lui plaise pas pour que ton commentaire soit catégorisé.

          @ Terran : dire de quelqu’un qu’il est ceci ou cela est une attaque personnelle... ce n’est pas la même chose que de qualifier un argument... mais je soupçonne que pour toi c’est comme la différence entre minimum local et minimum global.... cela reste de la dialectique (enfin, tu dis du « bla bla »).


        • Terran 2 février 2010 13:26

          Kelson pourquoi tu demandes a Inca de laisser tomber Terran si il en vaut pas la peine....
          Commence par laisser tomber Terran.

          Faites ce que je dis, mais faites pas comme je fait, logique escrolos quoi...

           smiley

          Même pas mal !
          Continues à tirer, je suis pare-troudeballe.


        • PapyJako PapyJako 17 février 2010 12:56

          @Inca qui dit

          « ... Je ne confond pas ... Développement Durable et business ... »

          Mon inquiétude à moi vient de ce que toutes les déclinaisons connues de « Développement Durable » (du moins toutes celles que je connais) conduisent, de fait, à condamner la moitié la plus pauvre des habitants de la planète au « SOUS Développement Durable » ...

          Dès que vous en voyez une qui sort du lot, merci de m’informer ... j’adhère.


        • bonnes idees 2 février 2010 11:44

          Saint Thèse dit « donc continuons ».


          • Terran 2 février 2010 11:50

            Continuons, mais en plus accélérons, on a perdu assez de temps avec les escrolos.


          • Kelson 2 février 2010 11:58

            « Dans ces conditions, il apparait que les Européens feraient cavaliers seuls dans la croisade anti-CO2. Ce serait absurde. » .... c’est tout sauf absurde parcequ’il n’y a pas ici que le problème climatique. Je ne rentre pas dans les détails celà a été expliqué maintes fois sur Agoravox !


            • Terran 2 février 2010 12:07

              Bien sur que c’est absurde, enlève les oeillères !!!!

              On nous vend du EPR qui fonctionne pas encore, qui émet pas de CO2.
              Face à cela, L’Eurasie se lance dans le nucléaire qui fonctionne, et en plus danq la conquête de l’espace.

              Il n’y a rien d’absurde, à cause du GIEC et de son fond de commerce des catastrophes qui arriveront jamais, l’Occident est en train d’aller vers l’age de pierre.

              Réfléchis deux minutes.
              Une soie disant pandémie H1N1, en hiver, quand il fait froid, de plus en plus froid, et en parallèle on augmente le prix de l’électricité sachant que bon nombres de Français se chauffent à l’électricité.
              C’est clairement et sans détours, une politique nazie parce que il faut de l’énergie pour créer les conditions de l’hygiène obligatoire pour enrayer les pandémies.

              Le nain est le digne héritier de son père !  :->


            • Kelson 2 février 2010 12:10

              Si quelqu’un peut me faire une explication de texte du commentaire de Terran... je suis preneur... c’est tellement décousu que je n’y comprends plus rien.


            • Terran 2 février 2010 12:21

              Ben ou Kelson, tu comprends rien parce que t’es un escrolo.
              Chez vous les connections logiques ça existe pas.

              Allez fait un effort, essai de réfléchir, je sais, c’est dur !!!


            • jean-michel Bélouve jean-michel Bélouve 2 février 2010 12:45

              Bien sur qu’il serait ridicule de se lancer dans une démarche qui nous apporterait des handicaps économiques désastreux, sans aucun effet sur les émissions de gaz dits à effet de serre. Et puis le diagnostic douteux du GIEC ne saurait, en l’état, servir de base à des politiques. Il faut ouvrir la recherche à toutes les explications possibles des évolutions climatiques, et décider lorsqu’on aura accumulé des connaissances suffisantes sur le climat.


            • JL JL 2 février 2010 12:50

              Bonne analyse et bonnes questions.

              Il me semble que beaucoup de scientifiques assurent que le processus naturel climatologique n’est pas que les GES font monter la température, mais que ce sont les augmentationsde température (d’origine solaire entre autres) qui font monter les taux de GES. En somme, les GES refroidiraient plutôt. Si cela était vrai, alors on en concluerait donc qu’une augmentation d’origine anthropique de GES ferait baisser la température. Le contraire de ce que dit le GIEC.

              Sait-on que, à température et pression standard, la densité du CO2 est approximativement de 1,98kg/m3, le rendant 1,53 fois plus dense que l’air ?

              Ceci étant dit, avant qu’une taxe carbone pénalisant seulement les consommateurs d’énergies fossiles, et pas les véritables pollueurs, notamment le transport maritime, fasse baisser la consommation, on aura eu le temps de voir bien des hivers plus rigoureux les uns que les autres ! Est-ce que la taxe sur les ordures ménagères a fait diminuer notre gaspillage d’emballages ? Et surtout, avant que la diminition de nos émissions de CO2 n’ait ramené le climat à son équilibre d’avant l’industrialisation, ce n’est pas des siècles, mais des millénaires qui seront passés.


              • Terran 2 février 2010 12:57

                On retrouve toujours les mêmes solutions aux problèmes chez les escrolos.

                Cela passe systématiquement par la case « taxe »
                Jeux de dingue, le monopoly vert !!!


              • Kelson 2 février 2010 13:23

                "une taxe carbone pénalisant seulement les consommateurs d’énergies fossiles, et pas les véritables pollueurs, notamment le transport maritime"

                Part des émission de GES pour le transport (et uniquement pour le transport) dans le monde :
                * 43% pour les véhicules individuels
                * 7% pour le transport maritime

                Le transport maritime n’est de loin pas parmi les plus gros émetteurs de GES, les particuliers avec leur voiture individuelles, si.

                http://www.rac-f.org/DocuFixes/fiches_thema/fiche-transports.pdf


              • Terran 2 février 2010 13:28

                Bien, et il va servir a quoi l’argent de la taxe ?

                Il y a une logique à tout, allez développe.


              • JL JL 2 février 2010 13:33

                Kelson, arrêtez la désinformation, je vous prie. Vos données sont relatives aux émissions de CO2, et c’est là toute l’imposture de votre discours qui voudrait nous faire croire que la pollution ce sont les émissions de CO2 ! Le CO2 n’est pas un gaz polluant en tant que tel, c’est un gaz naturel.

                Pour ce qui concerne le transport maritime, n’en déplaise aux mondialistes,


                 » Le transport maritime est responsable de 18 à 30% de la pollution mondiale par oxyde d’azote et de 9% de la pollution par oxyde de soufre. Les bateaux de transport utilisent un carburant de basse qualité qui contient environ 2000 fois plus de soufre que le diesel utilisé dans les voitures européenne et américaines…une recherche conjointe de l’agence NOAA et de l’Université Boulder du Colorado, selon laquelle la pollution des 90’000 bateaux de commerce à travers le monde (cargos, pétroliers et bateaux de croisière) est responsable de 60 000 morts chaque année, et entraîne des coûts de santé de 330 milliards de dollars. »

                Et à ce titre, toutes pollution s confondues : Les 15 plus gros porte-conteneurs du monde polluent autant que l’ensemble du parc automobile mondial 30/9/09 : 


              • Terran 2 février 2010 13:38

                @ JL reviendriez vous vers nous ?

                Je suis d’accord avec vous en tout point pour une fois !!!
                Maintenant comme moyen de transport mondial, on a pas fait mieux que le train en terme d’efficacité. Les canaux pourraient aussi se révéler utile.

                Et c’est là qu’on s’aperçoit qu’il n’y a pas de problèmes, mais que des solutions.
                Progressons !!! smiley


              • Kelson 2 février 2010 13:46

                @JL... au moins le lecteur comprend de quelle pollution vous parlez maintenant. Sinon, ce n’est pas parce que quelque chose existe à l’état naturel que ce n’est pas un polluant.


              • Andydrew 2 février 2010 14:46

                @ Kelson

                Le CO2 n’est pas classé comme polluant.


              • 5A3N5D 2 février 2010 15:40

                @ JL,

                « Le CO2 n’est pas un gaz polluant en tant que tel, c’est un gaz naturel. »

                L’ion nitrate est un composant naturel. Ce n’est donc pas un polluant. Voilà où mène une logique un peu faiblarde.

                Quand vous comprendrez que le CO2 n’est pas un polluant chimique, mais qu’il peut modifier le rôle physique de l’atmosphère, nous pourrons peut-être progresser.


              • JL JL 2 février 2010 15:53

                Tiens donc, 5A3N5D, vous ne vous « occupez » pas que des vaccins ?

                Où ai-je dis autre chose ? Allez donc chercher la petite bête ailleurs. Ou alors, si vous voulez que je vous réponde sur le fond, faites un commentaire qui ne m’obligera pas à redire tout ce que j’ai déjà dit ici. A moins que vous ne fassiez profession de faire perdre leur temps aux autres, à ceux qui vous dérangent ?


              • Terran 2 février 2010 16:04

                @ 5A3N5D

                Comme toujours et de tout temps avec toute substance, c’est la dose qui fait le poison.

                C’est combien la proportion du composant CO2 en pourcentage dans la composition de l’air ?


              • JL JL 2 février 2010 16:34

                Le dégagement de CO2 par chacun des 6,5 milliards de terriens est de 1.8 tonnes par an, soit environ 12 milliards de tonnes de CO2 par an d’origine anthropique. La superficie de la Terre étant de 510 millions de km2, cela fait 23.5 tonnes de CO2 anthropique par an et par km2.

                Chaque m2 de la planète supporte un poids d’air de 10 tonnes, soit 10 millions de tonnes par km2. Compte tenu que le pourcentage de CO2 y est de 0.035%, cela fait 3500 tonnes de CO2 naturel existant par km2 terrestre.

                Le rapport entre l’apport annuel anthropique et le CO2 existant est donc, sauf erreur, de 1 à 150. (calculs personnels)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès