Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Brésil écorne son image libérale et « écolo »

Le Brésil écorne son image libérale et « écolo »

Sous la pression des lobbies religieux et ruralistes, le gouvernement Brésilien revient en arrière sur la protection de la forêt et les libertés individuelles.

L'image du Parti des Travailleurs (PT de Lula) et du gouvernement brésilien dans l'opinion publique a pris plusieurs grandes "claques" ces derniers jours à la suite de nombreux voltes faces du gouvernement brésilien sur des sujets sensibles comme la protection de la forêt amazonienne, la liberté d'expression et l'ouverture sur la question des libertés sexuelles.

Tout a commencé par la découverte d'une "bizarrerie" dans les comptes personnels de l'actuel "Ministro-chefe da Casa Civil" Antonio Palocci (équivalent du 1er ministre), qui a vu son patrimoine se multiplier par 20 en 4 ans, et qui vient d'acheter 2 appartements de luxe pour une valeur proche de 10 millions de Reais (4 millions d'euros).

L'opposition de droite s'est jeté sur cette nouvelle et a commencé une forte pression pour ouvrir une commission d'enquête sur ces faits troublants.

Or, Antonio Palocci, grâce à une amitié "historique" avec la présidente Dilma Roussef et l'ex président Lula, est férocement défendu par le gouvernement, qui veut étouffer au plus vite ce début de scandale potentiel.

Les minorités alliées au PT pour composer une majorité au parlement ont sauté sur cette occasion et pratiqué le chantage suivant : ou bien le gouvernement revient en arrière sur certains décrets ou projets de loi, ou bien ils appuient la demande de commission d'enquête de l'opposition.

Et ça fonctionne très bien ! Ces derniers jours, plusieurs décisions "surprenantes" ont ébranlé la confiance du peuple brésilien envers Dilma Roussef et le PT. En voici la liste :

- Vote du "Codigo Florestal" (Loi sur la Protection de la Forêt)

  • Cette loi, initialement votée en 1965, permet d'éviter que les producteurs ruraux déboisent sauvagement pour agrandir leur surface de culture ou d'élevage. Lié à une surveillance par satellite, cette loi a permis de sérieusement réduire la déforestation (sans néanmoins la supprimer, hélas).
  • Le nouveau projet de loi, pourtant unanimement condamné par les milieux écologistes, prévoit non seulement des "aménagements" aux protections antérieures, mais en plus une amnistie générale de tous les contrevenants à l'ancienne loi (en gros les grands propriétaires qui déboisent allégrement, n'ont strictement rien à faire de la protection des forêts et sont fortement représentés à l'assemblée).

- Suspension de la distribution du "Kit Gay"

  • Conçu par des ONG liées au mouvement LGBT, ce "kit" est composé de 3 vidéos sur le transsexualisme, le bi sexualisme et le lesbianisme, accompagné d'un guide d'orientation aux professeurs, dans le but de combattre l'homophobie dans les écoles dès le plus jeune âge. Approuvé par le Ministère de l'Education, sa distribution avait déjà commencé dans quelques écoles.
  • Sous la pression du groupe parlementaire évangéliste, Dilma Roussef a suspendu cette semaine la distribution du Kit Gay. Bizarrement, ce même groupe a confirmé le lendemain qu'il n'appuierait pas la commission d'enquête sur l'évolution du patrimoine de Palocci.

- Interdiction d'une manifestation pour la légalisation des drogues douces

  • Cette manifestation, organisée chaque année a Rio, est un simple défilé d'activistes demandant la décriminalisation des drogues douces, qui serait une grande avancée dans le combat contre les trafiquants qui contrôlent les favelas de la ville.
  • Initialement autorisée, cette manifestation a été subitement interdite par un juge la veille de son exécution. Quand on sait que le mouvement évangéliste prone la "protection de la famille" contre toutes les drogues, on peut deviner d'où vient la pression sur ce jugement.

Toutes ces décisions, et les discussions qui en résultent, ont un autre effet pervers : les députés passent tout leur temps à se battre sur ces sujets, et ne font plus leur travail. L'assemblée et le gouvernement brésilien ressemblent de plus en plus à la cour de Versailles sous Louis XVI, se contentant de régler leurs problèmes politiques internes dans un monde clos en oubliant totalement le peuple brésilien, pourtant dans l'expectative de grandes réformes politiques, économiques et sociales promises par Dilma Roussef lors de sa récente élection.

Si on ajoute l'immense retard dans la préparation des équipements devant recevoir la Coupe du Monde de "Futebol" de 2014 et les jeux olympiques de 2016, une grève générale des professeurs dont le salaire avoisine les 400 euros par mois, alors que l’éducation paraissait prioritaire pour Dilm Roussef, l’image d’un pays moderne et dynamique que le Brésil veut montrer au monde entier risque de s’effondrer dans les mois qui viennent.

Seule lueur d’espoir : la loi reconnaissant l’union civile homosexuelle est passée, juste avant le scandale Palocci. On peut imaginer ce qu’il aurait pu advenir de cette loi si elle avait dû être votée quelques jours plus tard …


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • criticaldistance 27 mai 2011 13:14

    intéressant article

    Lula déjà avait déçu .

    Action insuffisante contre la déforestation, a aidé la grosse Rousseff et non la jolie ministre de l’écologie qui défendait l’Amazonie .

    Abus de pouvoir dans l’affaire Battisti, la Cour suprême du Brésil avait choisi l’extradition .

    Lula défenseur d’un assassin !

    Affaire des rafales : le Brésil est libre de choisir des avions, mais tenir un discours multipolaire, et ensuite se conformer à l’impérialisme américain, est non crédible .


    • Scual 27 mai 2011 13:43

      On verra ce que ça donne mais malgré ces revers j’ai beaucoup de mal à imaginer la population retourner dans le giron de la droite après l’évidente amélioration des conditions de vie dans ce pays et sa croissance astronomique. Il va falloir plus de temps avant que les nouveaux acquis deviennent suffisamment évidents pour que les gens soient sur que la droite n’y touchera pas.

      Je pense que malgré ces revers, qui en plus ressemblent à des aveux, la situation au Brésil continuera de s’améliorer socialement et économiquement.

      Malheureusement le temps politique dans notre monde démocratique est à court terme... et l’écologie s’oppose au socialisme à court terme. La déforestation se paiera un jour et au prix fort, mais en attendant tout les brésiliens y trouvent leur compte... sauf les indiens évidement.


      • Alain Rojo Alain Rojo 27 mai 2011 13:51

        Complètement d’accord avec votre commentaire. Néanmoins, il ne faudrait pas que les brésiliens soient trop déçus par la stagnation des réformes et la passivité / corruption des politiciens, un « Sarkozy » local pourrait aisément en profiter aux prochaines élections ...


      • Mor Aucon Moraucon 28 mai 2011 01:49

        Un Sarkozy ? Difficile. Par contre un Bush, il n’y a que l’embarras du choix ! Il ne faut pas minimiser le pouvoir factuel déjà aux mains des évangéliques. D’ailleurs, Marina Silva, la fameuse sénatrice des Verts - tant admirée pour sa défense de la forêt amazonienne - en est une et pas d’entre les plus tendres, le PT est entrain de tailler un costume de saint- homme à Lula, la théorie de Darwin n’est qu’une théorie dans la majorité des écoles, les caméras entrent dans les commissariats pour faire la morale télévisée à des bandidos menottés, etc, etc...



      • Mor Aucon Moraucon 28 mai 2011 02:21

        Pardon, j’ai oublié de vous dire que j’avais apprécié votre article qui sort des stéréotypes habituels sur le miracle économique brésilien.


      • Alain Rojo Alain Rojo 28 mai 2011 05:37

        Merci pour le compliment !


      • augustus 27 mai 2011 22:40

        L’article est très intéressant et une analyse simple de la réalité politique brésilienne de nos jours. Toutes ces négociations politiques et les pièges qui viennent avec sont les épreuves que le scénario est de plus en plus compliqué pour le gouvernement. Le legislatif ne fait que chercher son propre maintien au pouvoir, l’exécutif ne fait qu’essayer de contrôler la nation et le judiciaire est affaibli par les magouilles. Et le peuple ? Helas ! Le foot, le carnaval et les impôts.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès