Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Canada impliqué dans un fiasco pré-électoral au Nigéria

Le Canada impliqué dans un fiasco pré-électoral au Nigéria

Ce qui se passe présentement au Nigéria ressemble étrangement aux ratés du vote électronique lors des élections municipales québécoises de 2005. Sauf que cette fois-ci, c’est en amont du vote que ça va mal. Le Nigéria a beaucoup de difficultés à mener à bien son opération d’enregistrement électronique des électeurs. Ce n’est pourtant pas faute de soutien de la communauté internationale, dont le Canada.

L’Agence canadienne de développement international (ACDI) participe au Fonds commun de soutien aux élections de 2007 au Nigéria. Outre l’ACDI, l’Union européenne, le UK Department for International Development (DFID) et le programme des Nations unies pour le développement (PNUD), contribuent ensemble pour plus de 40 millions de dollars « afin de fournir un appui coordonné aux élections de 2007 au Nigeria sur une période de dix-huit mois ». US Aid fournit aussi quelques millions de dollars d’aide « to promote and support free and fair elections ».

Une phase essentielle d’élections libres et honnêtes, l’enregistrement des électeurs, se déroule depuis le début du mois d’octobre. Les autorités électorales du Nigéria (l’INEC) ont opté pour des machines qui enregistrent numériquement des données nominales et biométriques sur chacun des électeurs. L’objectif est de réduire la fraude à néant.

Cette opération capitale va mal. D’une part, il n’y a pas assez de machines, d’autre part, plusieurs des machines ne fonctionnent pas correctement.

Ajoutons à cela que des millions d’électeurs, sur les soixante millions que compte le Nigeria, sont très réticents à se rendre dans les centres d’enregistrement. Compte tenu du contexte, on les comprend de ne pas vouloir fournir aux autorités l’occasion de les ficher.

Il semble que la technologie utilisée ait été développée par IBS Corporation, une firme qui se spécialise dans les guichets de transactions bancaires électroniques. C’est un créneau qu’occupe aussi Diebold.

Un des dirigeants de la firme, Roger Perez, a déclaré à la fin du mois de septembre dernier que sa firme avait été choisie parmi vingt autres soumissionnaires au Nigéria. Perez a ajouté : « In the US you have to spend thousands of dollars before you get certified. I went to Nigeria. There were twenty vendors who participated, including Diebold and ES&S. We got the contract. »

Le Nigéria servira-t-il de banc d’essai à une technologie peu éprouvée, certifiée au petit bonheur, donnant des résultats qui vont sérieusement compromettre les chances d’élections honnêtes ? Les contribuables canadiens ont certes droit à des explications.

Encore là, le parallèle avec le Québec est troublant. Les fabricants de machines électroniques ont pu vendre aux municipalités québécoises des machines à voter sur la seule base de la confiance. Les normes de certification étaient à ce point déficientes que plusieurs municipalités se sont retrouvées face à de sérieux problèmes.

Le marché de l’enregistrement électronique des électeurs, et du vote électronique, est un marché en pleine expansion partout dans le monde. Plusieurs joueurs sont impliqués et des sommes élevées sont en jeu.

Il serait intéressant de savoir combien de millions de dollars sont dépensés en lobbying auprès des organisations des Nations unies, des gouvernements des pays donateurs, ainsi que de ceux qui reçoivent l’aide internationale.

Dans le cas du Nigéria, les transactions autour de l’acquisition des « epoll books » sont quelque peu nébuleuses. Des soumissionnaires nigérians, qui comme par hasard seraient de l’entourage du président sortant, auraient obtenu les contrats qu’ils auraient par la suite sous-contractés.

Ces informations sont difficilement vérifiables. Il faut s’armer de patience si l’on veut réussir à remonter la filière. Nous attendons des réponses aux questions que nous avons posées par courrier électronique à quelques intervenants dans le dossier, dont l’ACDI.

Le pire, c’est que l’INEC voulait aussi que le vote se fasse électroniquement. Le Sénat nigérian a refusé. Les sénateurs auront peut-être trouvé que c’était pousser trop loin la farce.


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • freddy (---.---.73.241) 20 novembre 2006 12:51

    Pour avoir travaillé plus de 20 ans avec le Nigéria je peu vous dire que le montant des commissions ocultes varie de 10 à 40% du contrat ,en fonction de la valeur de ce contrat et du nombre de décisionnaires


    • Michel Monette 20 novembre 2006 13:36

      Je comprends pourquoi il est si difficile d’avoir des détails sur l’octroi des contrats. Dire que mon pays et d’autres participent en optimistes joviaux à une telle masc@rade de la démocratie !


    • fabrice (---.---.20.29) 20 novembre 2006 18:43

      je me demande pourquoi nos pays veulent donner des leçons aux pays en voie de sous développement ? Le Canada veut aider la démocratie nigérienne mais ne respecte pas les lois internationales sur l’extermination des phoques... La Belgique aide le Congo-Kinshasa a faire un vote sans triche alors que ce pays européen est en proie à des affaires de corruptions depuis plusieurs années La France propose sont aide à la Cote d’Ivoir pour assurer la paix alors qu’elle est l’un des 5 plus grand exportateur d’arme dans le monde avec la Chine, la GB, les USA et la Russie (les 5 pays du conseil des nations unies)...

      Nettoyons d’abord chez nous avant d’aller prêcher ailleurs des valeurs que nous ne pratiquons pas chez nous.


      • freddy (---.---.73.241) 21 novembre 2006 16:43

        1/ il ne s’agit pas de pays mais de sociétes privées 2/ Si vous avez la responsabilité du carnet de commande c.a.d des emplois ,vous acceptez les intermédiaires proche du pouvoir 3/le systhéme économique mondial vous permet ce type de jeu par les sociétes offshores ou du tiers monde.4/ cela n’a rien a voir avec la captation par les hommes politiques des aides humanitaires ( voir la captation par simone n’gbagbo de l’aide américaine pour la lutte contre le s.i.d.a .versements à caïman island ) Sans payement de commissions dans la plupart des pays du tiers-monde il est IMPOSSIBLE d’optenir un contrat. L’ancien président du Nigéria Yacubu gowon penait 1 $ le baril sur une production de 2 mio de b/j .S.v.p ne pas melanger le privé et les états.


        • Michel Monette 21 novembre 2006 18:33

          Le système que vous décrivez sert de prétexte à ceux qui s’opposent à toute forme d’aide internationale. Faut-il perdre espoir qu’il soit réformé ?


        • freddy (---.---.73.241) 23 novembre 2006 14:50

          je me pause une question ,l’espagne était un pays pauvre,l’irlande était un pays pauvre depuis leur entrée dans l’union ce sont devenus des pays riches et performants en ayant reçu moins d’aides que le zaïre ,les pays emmergents tel que l’argentine ou le brésil n’ont presque pas d’aides ,la culpabilisation de l’homme blanc a rapporté aux rois négres des fortunes et apauvri leurs pays .ne nous voilons pas la face,le président Carter remplis de bonne intentions a crée plus de dictatures que tout autres


          • Michel Monette 24 novembre 2006 02:05

            Répondre à cette question n’est pas simple. Les pays que vous citez n’étaient pas tous au même niveau. Mais il est vrai que l’aide internationale est victime de bien des abus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès