Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le collectif Genocide Made In France sur le banc des accusés

Le collectif Genocide Made In France sur le banc des accusés

Il y a bien eu un unique génocide au Rwanda en 1994, celui des Tutsis. Même les plus propagandistes des hommes politiques n’osent plus le contester et préfèrent tout simplement éviter le sujet. Il faut dire que la dernière tentative, par Dominique de Villepin, de parler de génocides (au pluriel, donc), lui avait valu une réponse cinglante de Patrick de Saint-Exupéry, journaliste au Figaro et aujourd’hui responsable de la revue XXI, dans son livre L’Inavouable, la France au Rwanda.

Mais alors que les génocides des Juifs ou des Arméniens ont réussi, non sans mal, à être reconnus en tant que tels et que leur négation est aujourd’hui un délit à part entière, le cas du génocide rwandais reste exclu jusqu’à aujourd’hui du cadre de ces lois.

Il faut dire qu’en France, le sujet est particulièrement sensible, tant les responsabilités, non du peuple français, mais d’une poignée de dirigeants de l’époque, sont lourdes. Le peuple français serait même d’ailleurs plutôt victime collatérale de ce drame, puisque c’est avec son argent, ses impôts, qu’ont été armés les génocidaires, avec ses soldats qu’a été formé l’appareil extrémiste, avec son aura de patrie des droits de l’homme que l’intervention française a été vendue à l’assemblée de l’ONU par son ambassadeur.

Nul sentiment "d’anti-France" n’anime donc la dénonciation de cette complicité dans ce crime des crimes. C’est précisément l’attachement aux grandes valeurs humanistes de notre pays qui doit nous pousser à examiner cette histoire avec sang-froid et honnêteté. Les 500 pages du récent rapport Mucyo ne doivent pas être perçues comme une charge lourdement documentée contre la France mais contre ceux qui ont marqué de la pure infamie ses principes. Les faits restent, aussi froids et implacables que les 800 000 corps des Tutsis dont l’extermination avait été longuement préparée, au vu et au su de quiconque a pris la peine de regarder.

Pourtant, rien de nouveau sur les lourds soupçons qui pèsent sur les responsabilités françaises. En 1998, déjà, Médecins sans frontières demandait, comme d’autres associations et ONG, l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur le rôle de la France au Rwanda entre 1990 et 1994 avec des objectifs très précis, qui en disent long sur ce qui a pu être constaté sur le terrain à cette époque :
  • De l’entraînement de la gendarmerie au conseil militaire, de la fourniture d’uniformes à la livraison d’armes, de l’assistance à des interventions militaires directes (1990 et 1993), pourquoi la France a-t-elle soutenu, jusqu’au bout, un régime dont on ne pouvait ignorer quels crimes il commettait contre la population rwandaise ?
  • Comment la décision d’évacuer de Kigali, en avril 1994, toute une partie de la classe politique rwandaise très impliquée dans les massacres a-t-elle été prise ?
  • La France a-t-elle livré ou fait livrer des armes à Kigali après le 6 avril 1994 ?
  • Au-delà du mandat donné à la France pour l’opération Turquoise en juin-juillet 1994, aux derniers jours du génocide, comment cette intervention a-t-elle été conduite, et avec quelles conséquences pour les Rwandais et pour le Rwanda ?
On voit clairement que le principal argument avancé pour décrédibiliser le rapport Mucyo et ses conclusions, à savoir une réponse politique du président Kagame à sa mise en accusation par le juge Bruguière, ne tient pas. Bien d’autres avaient en effet les mêmes préoccupations, bien avant...

Une mission d’information fut mise en place par l’Assemblée nationale en 1998 sur le sujet, en réponse, notamment à cette demande. Bien qu’elle n’ait pas été dotée de pouvoirs d’enquêtes, cette mission permit de recueillir de précieuses informations. Elle fut en tout cas une première étape. Ses travaux sont consultables librement sur le site de l’Assemblée nationale. Mais sans moyens ni compétences face à la gravité du crime et le niveau des implications politiques en France, la mission ne conclut que timidement à des erreurs dans le jugement et l’action française.

Depuis, le rapport Mucyo, les travaux du TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda), de la CEC (Commission d’enquête citoyenne, lancée à l’initiative, entre autres, de Survie, de la Cimade ou de l’Observatoire des transferts d’armement), les différents livres écrits sur le sujet par des journalistes ou des universitaires, ont permis d’accumuler les éléments à charge. Et malgré les nombreux obstacles mis par le parquet sur leur chemin, six rescapés rwandais devraient voir leurs plaintes examinées par la justice française. La lenteur de la procédure n’est d’ailleurs pas un problème, puisqu’en droit, une des spécificités du crime de génocide est d’être imprescriptible et c’est d’ailleurs le titre d’un livre du Pr Géraud de La Pradelle, à l’université Paris X-Nanterre : Imprescriptible, l’implication française dans le génocide tutsi portée devant les tribunaux. Cet ouvrage, après une remise en contexte, étudie les voies de recours juridique et clame la nécessité et le devoir du peuple français de demander des comptes à cette poignée d’individus qui a "rendu la République Française complice du génocide au Rwanda".

Mais la justice est parfois plus prompte à réagir, notamment lorsqu’il s’agit de défendre Hubert Védrine, aspergé symboliquement de colorant rouge par des membres du collectif Genocide Made in France. Deux d’entre eux comparaîtront pour « agression avec violence » et « dégradation  » le 5 novembre 2008, à la 24e chambre du palais de Justice de Paris. La plainte incluait initialement la diffamation, mais il semblerait que le débat que cette accusation aurait pu susciter ait dissuadé la défense de l’homme politique, qui a abandonné cette charge.

Le collectif diffuse la vidéo ci-dessous pour expliquer leur geste.
ATTENTION ! Certains passages sont difficiles à regarder (il est après tout question de génocide...).


RWANDA, Un génocide made in France
par DESOBEIR

Hubert Védrine était en effet secrétaire général de l’Elysée à l’époque des faits et il fait donc partie, comme Alain Juppé ou Edouard Balladur, des personnalités susceptibles d’êtres poursuivies pour leur rôle dans ce drame. On l’a d’ailleurs vu récemment témoigner en faveur de Pierre Péan, accusé par SOS Racisme « d’incitation à la haine raciale » et « diffamation raciale » pour avoir écrit, dans son livre, Noires fureurs, blancs menteurs, que les Tutsis constituaient une "race" où la "culture du mensonge" prédomine, qui aurait formé un "lobby Tutsi" et dont les femmes auraient infiltré les Blancs en usant de leurs charmes. Ceci n’est rien d’autre qu’un copier-coller de la propagande anti-tutsi du régime génocidaire, mais « en rien un scandale horrible » pour Hubert Védrine dans son témoignage au procès.

La patrie des droits de l’homme n’a pourtant aujourd’hui d’autre choix que d’examiner son histoire et les chemins sinistres que ses dirigeants lui ont parfois fait suivre. Car, finalement, il est aisé de dénoncer, avec raison, le comportement de l’Etat chinois, les centres de torture de la CIA ou même de demander la réouverture de l’enquête sur le 11 septembre 2001, mais le véritable courage c’est d’oser faire le ménage dans son propre jardin.

Enfin, j’aimerais vous faire part de cette image fugitive qui me glaça le sang au regard de cette histoire. Il s’agit de la vitrine d’un magasin parisien d’équipements militaires et de randonnée, comme ceux où les soldats français, paraît-il insuffisamment équipés, vont compléter leur paquetage avant de partir en opération extérieure. Le 2e REP (Régiment étranger de parachutistes) était présent au Rwanda de 1990 à 1992, où il a apparemment eu pour mission de former ceux qui allaient devenir les génocidaires. Certains témoignages dans le rapport Mucyo font d’ailleurs état de cette présence à béret vert, soit dans la formation des futurs génocidaires, soit lors d’une implication plus directe... Le tee-shirt, qui reprend une de leurs chansons, est pour le moins inquiétant : le diable rit avec nous.

JPEG - 45 ko
Le diable rit avec nous
T-shirt en vogue chez les militaires du 2ème REP


Il serait évidemment préférable que tout cela soit faux. Mais chaque pièce nouvelle du puzzle indique l’inverse.

Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • Innsa 20 octobre 2008 11:01

    Le peuple aime a réagir avec passion sur le sentiment national. Les hommes politiques sont les représentants du peuple. Lorsqu’on accuse un homme politique, on accuse indirectement ceux qui ont voté pour lui.
    Nous sommes prompt a admette que Mitterrand n’était pas tout blanc : écoutes téléphoniques etc. Nous savons aussi que Juppé n’était pas un ange (il a été condamné par la justice française)
    Nous condamnons facilement ces hommes pour leurs actions en politique intérieur, mais visiblement nous avons du mal a admettre que ces mêmes personnes aient pu déraper hors de la France.
    En ce moment dans le procès de angolagate, nous voyons (même s’il n’y aura pas de condamnation) que des hommes de tout bord politiques, de tout milieu sont prêts au pire en Afrique.
    Je vous conseille fortement de taper pour ceux qui ne connaissent pas encore, de taper « génocide camerounais » sur votre moteur de recherche.


    • faxtronic faxtronic 20 octobre 2008 12:50

      Article anti francais, se basant sur un rapport effectu’e par le gouvernement rwandais, qui sont anti francais par interet populiste


      • Innsa 20 octobre 2008 15:23

        @ faxtronic Heureusement que l’auteur a indiqué que les actes de quelques politicard français ne doit pas être généralisé a tous les français !
        Si vous vous sentez solidaire et responsable des actes de Mitterrand, Balladur, Juppé, Villepin et Védrine, c’est votre problème !
        Si vous souhaitez tout mettre en œuvre pour les défendre ces gens là, c’est votre problème !

        Je suis pour la condamnation de nos hommes politiques lorsqu’ils déconnent ! je n’ai aucune solidarité envers eux, même s’ils sont français !
        Attaquer Védrine, ce n’est pas m’attaquer moi ! ni la France !


      • Nobody knows me Nobody knows me 21 octobre 2008 10:00

        C’est bizarre ça ne me surprend pas que vous disiez cela faxtronic.


      • Zalka Zalka 20 octobre 2008 13:14

        J’ai des doutes sur la complicité du gouvernement français.

        Certes, celui ci avait choisi le camp des hutus avant la guerre, face aux tutsis alliés des anglo saxons. Mais il y a une grosse différence entre aider un groupe avant les crimes et cautionné ces crimes.


        • deor deor 20 octobre 2008 20:49

          Vous avez raison de douter, c’est toujours une attitude saine. Il faut pousser la démarche jusqu’au bout et douter aussi des versions officielles... Seul moyen de trancher : se documenter, en lisant les rapports, les livres, en assistant aux conférences, en regardant les films.

          Malheureusement, il apparaît que notre état a continué à livrer des armes aux génocidaires pendant le génocide, alors que tout le monde savait ce qu’il se passait au Rwanda. Ce n’est qu’un des nombreux éléments qui pointent vers cette responsabilité.


        • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 20 octobre 2008 21:09

          Le gouvernement français a aussi reçu en plein génocide des émissaires du gouvernement rwandais génocidaire...


        • Hieronymus Hieronymus 20 octobre 2008 23:36

          Ce coup-ci, d’accord avec Zalka, en ces temps de "decolonisation" il est toujours
          de bon ton de faire porter le chapeau aux Francais (article a sens unique) mais ce coup-ci
          ca me parait trop facile, en verite c’est impossible a apprecier exactement, je pense que la France
          peut avoir peche par laxisme, mais n’est pas responsable du genocide, faut pas trop pousser ...



        • Hola 21 octobre 2008 14:35

          @ Zalka et Hieronymus

          "Cautionner ces crimes", "Pécher par laxisme"... En droit cela s’appelle de la complicité.

          Vous admettez que la France ait pu jouer un rôle passif dans le génocide rwandais mais qu’elle y ait pris une part active vous semble invraissemblable ?..
          Mais après tout, ne serait-ce déjà pas bien suffisant ? Regarder des êtres humains se faire assassiner sans réagir, cautionner ces crimes, n’est-ce pas déjà être responsable vis-à-vis des victimes ?


        • Ornithorynque Ornithorynque 20 octobre 2008 13:30

          La thèse du génocide made in France est la thèse formulée depuis le début de sa prise de pouvoir par Kagamé.

          Elle est relayée par un réseau extrêmeemnt actif de blogueurs, et communicants dont l’auteur fait partie, pas forcément consciemment, qui, accusant à répétition la France, finissent par faire douter de l’évidence : la France n’a jamais participé, ni de près, ni de loin.

          Cet article est un article de commande utilisant toujours les mêmes forgeries maladroites, montées en "preuves", pour servir une thèse... qui permet de faire un écran de fumée devant les responsabilités de Paul KAgamé et de son armée... dont l’étude détaillées des déplacements montre la bizarrerie de la stratégie (ne jamais être présents sur les lieux de forte population, faire du bruit là où il n’y a personne...) n’est pas sans poser des questions autrement plus génantes que celles inventées dans les documents que ses services secrest fabriquent à pleine pelle pour inonder les blogs et forums.

          IIl est temps de réagir : l’auteur de cet article est soit manipulé, soit en mission. C’est simple, et c’est triste, car à l’origine de tout celà, il y a des centaines de milliers de femmes, d’enfanst et d’hommes massacrés abominablement.

          Paul Kagamé, sors de ce corps !


          • Ornithorynque Ornithorynque 20 octobre 2008 13:48

            Petite précision sur une manipulation grossière

            "Le diable marche avec nous" est extrait d’un chant de marche des régiments parachutiste (perso pendant mon service, j’étais à la météo : mes armes : un baromètre et un stylo bulle). Il sest aussi stupide de mettre en exergue ce genre de t shirt que de dire les Français sont racistes, la preuve, dans leur hymne national, ils chantent "qu’un sang impur abreuve nos sillons".



          • Ornithorynque Ornithorynque 20 octobre 2008 14:04

            @l’auteur

            arrêtez de mettre des moins aux réactions qui ne vont pas dans votre sens... c’est ridicule ! Les moins ou les plus, c’est pour dire si on trouve que celà à un rapport avec le sujet !


          • Grasyop 20 octobre 2008 14:51

            Deux éléments essentiels incontestables :


            - Au moment du génocide, Kagame était le chef d’une armée essentiellement tutsie (FPR).

            - Le génocide a visé les Tutsis, qui sont les principales victimes de l’évènement.

            Alors après, on peut imaginer toute sorte de machination pour dire que Kagame a agi contre son camp, mais c’est quand même un peu tiré par les cheveux, non ? Ce n’est en tout cas pas la première hypothèse qui me vienne à l’esprit...


          • deor deor 20 octobre 2008 20:51

            Je répondrai plus bas pour cette histoire de T-Shirt.

            Par contre, ce que vous appellez la "thèse Kagamé" a été formulée, avant lui, par des ONG, des associations, des juristes, des universitaires, des journalistes et même certains militaires.


          • Hola 21 octobre 2008 14:38

            Je viens de mettre un moins et je ne suis pas l’auteur...


          • CANAAN 20 octobre 2008 13:55

            Que la justice internationale fasse son travail !!!


            • Botsu 20 octobre 2008 14:34

              Plutôt que de parler de peuple français victime (sic), ne devrait-on pas parler de peuple français complice, d’une part parce qu’il a renoncé à la souveraineté populaire dans cette histoire, d’autre part car il a failli à demander des comptes à ses dirigeants. Renoncer à la notion de responsabilité collective c’est renoncer à la démocratie, à mon humble avis.


              • Innsa 20 octobre 2008 15:33

                dans la mesure ou une grande partie des décisions politiques se fait dans le secret, et que nous ne sommes pas informé, ou recevons une information biaisée, je me sens pas responsable des actes de nos hommes politiques.

                Pas besoin d’épiloguer longtemps pour comprendre que les politiques agissent d’abord pour leur propre intérêt, ensuite pour l’intérêt de leurs amis les puissants. Il n’y a qu’a voir la gestion de la crise financière, la réduction du budget de l’enseignement, de la santé, la privatisation des services publics pour comprendre que l’intérêt du peuple est de derniers des soucis de nos dirigeants.

                C’est une erreur que de se sentir responsable de leurs décisions a eux, qu’ils ont pris sans nous consulter


              • Innsa 20 octobre 2008 15:35

                dans la mesure ou une grande partie des décisions politiques se fait dans le secret, et que nous ne sommes pas informé, ou recevons une information biaisée, je me sens pas responsable des actes de nos hommes politiques.
                Pas besoin d’épiloguer longtemps pour comprendre que les politiques agissent d’abord pour leur propre intérêt, ensuite pour l’intérêt de leurs amis les puissants. Il n’y a qu’a voir la gestion de la crise financière, la réduction du budget de l’enseignement, de la santé, la privatisation des services publics pour comprendre que l’intérêt du peuple est de derniers des soucis de nos dirigeants.
                C’est une erreur que de se sentir responsable de leurs décisions a eux, qu’ils ont pris sans nous consulter


              • Bois-Guisbert 20 octobre 2008 17:23
                Le « peuple français complice, (…) a failli à demander des comptes à ses dirigeants »
                 
                Vous ne pouvez pas faire abstraction du fait qu’une très large majorité de Français porte sur cette affaire exactement le même regard que François Mitterrand :
                 
                « Dans ces pays-là, un génocide, ce n’est pas trop important  »

              • deor deor 20 octobre 2008 21:18

                Je suis en partie d’accord. C’est bien pour ça qu’aujourd’hui, j’essaye de porter cette responsabilité en diffusant ces informations, alors que la presse est silencieuse ou propagandiste.

                J’ai dit presque victime collatérale, pas victime.


              • Nobody knows me Nobody knows me 21 octobre 2008 10:11

                				

                								
                				
                					Plutôt que de parler de peuple français victime (sic), ne devrait-on pas parler de peuple français complice, d’une part parce qu’il a renoncé à la souveraineté populaire dans cette histoire, d’autre part car il a failli à demander des comptes à ses dirigeants. Renoncer à la notion de responsabilité collective c’est renoncer à la démocratie, à mon humble avis.

                Cette affaire est bloquée par tous les guignols qui sont passés au gouvernement. La chappe de plomb du secret défense ne peut être levée comme ça par le peuple. D’autant plus que gauche comme droite y ont mouillé, donc on n’est pas prêt d’apercevoir la fin du tunnel.
                On peut toujours manifester comme les qqs collectifs qui sont allé balancer du sang dans des expos mais j’y crois pas trop.
                A moins qu’un homme politique intègre et honnête fasse bouger les choses, on n’en saura pas plus.
                Je réécris "homme politique intègre et honnête"... Ca laisse rêveur hein ?
                				

              • Mr Mimose Mr Mimose 20 octobre 2008 17:39

                J’ai été militaire au 2ème rep pendant 4 ans, je n’étais pas au rwanda par contre. Le Tee shirt de la vitrine c’est pour les civils mythomane qui veulent se la jouer militaire. D’ailleurs le "diable rit avec nous" est une déformation de parole du chant régimentaire "le diable marche avec nous", ce n’est pas plus rassurant, mais c’est juste pour préciser.
                http://www.legion-2rep.com/fr/historique/chant_rgt.php


                • foufouille foufouille 20 octobre 2008 17:44

                  tu as protege des multinationales ?


                • Mr Mimose Mr Mimose 20 octobre 2008 17:46

                  Par contre je suis persuadé que des hommes politiques sont mouillés dans cette affaire, bien vilain cadeau pour la france, patrie des droits de l’homme.


                • Mr Mimose Mr Mimose 20 octobre 2008 17:50

                  Malheureusement foiffouille, à l’époque je ne comprenais pas les dessous des cartes, j’étais un brave petit soldat bien aux ordres. Je me suis réveillé et j’ai complétement basculé a gauche !!


                • Bois-Guisbert 20 octobre 2008 18:29

                  Je me suis réveillé...

                  En sursaut, après avoir violemment cogné la tête contre le mur ? smiley


                • Mr Mimose Mr Mimose 20 octobre 2008 19:21

                  Non pendant que je me faisais canarder à sarajevo, les officiers ne sortaient pas de leurs abris eux. C’est la que j’ai ouvert les yeux et que je me suis réveillé.


                • foufouille foufouille 20 octobre 2008 19:54

                  on peut etre a la super droite et se rendre compte que l’on sert AREVA 
                  enfin, je suppose


                • Bois-Guisbert 20 octobre 2008 20:12

                  "...pendant que je me faisais canarder à sarajevo, les officiers ne sortaient pas de leurs abris eux."

                  Il faut dire que les armées où ce sont les officiers qui vont au casse-pipe et les deuxièmes pompes qui regardent, sont assez rares.


                • ASINUS 20 octobre 2008 20:56

                  puisque nous en sommes au précisions soyont précis il s agit d une version française d un chant de marche de la Waffen ss , revendiqué comme chant de marche de la 33 waffen grenadier division de la ss

                  division diteCharlemagne , d ou passage a la Legion, nombre d entre eux sont allés mourir en indo
                  sous uniforme legionnaire
                   

                • deor deor 20 octobre 2008 21:09

                  Merci pour votre témoignage, il me permet de clarifier quelques points :

                  • Plusieurs soldats, qui ont même témoigné, pour certains, sont accablés du rôle qu’on leur a fait jouer dans cette histoire. Le propre de l’armée est bien de manipuler des gens à faire ce qu’on veut d’eux sans qu’ils posent de question. Le but n’est donc pas de pointer du doigts l’armée en général. On trouve certains témoignages d’hommes du GIGN effondrés, par exemple, dans le livre de Saint-Exupéry. Mais il n’en reste pas moins que des soldats français devront bien répondre de leurs "débordements", mais aussi de leur collaboration active, par exemple aux barrages où on filtrait par ethnie. Enfin, on commence à connaître de mieux en mieux ce qui a pu se passer, notamment, lors des opérations "humanitaires" de l’armée française pendant le génocide et de ce côté, il y aura beaucoup à dire lors des procès qui viendront un jour.
                  • Ce T-Shirt, j’ai lu effectivement sur des forums de militaires, qu’il n’avait rien d’officiel, et j’ai écrit, justement qu’il ne faisait que reprendre la chanson. Cette image, en elle-même, ne veut rien dire. Il se trouve juste que je suis passé devant cette vitrine alors que j’avais l’article en tête ... et que cette vision m’a frappé.
                  • Une nouvelle fois, cette article porte avant tout sur le procès de Genocide Made In France et l’implication d’une poignée de dirigeants civils et militaires, qui avaient une vision globale des choses et ont fait sciemment ces choix inhumains... Il n’est donc pas question de mettre en cause ni le 2ème REP, ni l’armée en tant que tels, du moins pour ces faits, encore moins l’ensemble des militaires qui les composent. Mais la justice, espérons-le, permettra d’y voir plus clair et il est certain que même des "petites mains" auront leur place derrière la barre...

                • deor deor 20 octobre 2008 21:10

                  D’ailleurs si vous connaissez des militaires prêts à témoigner (on ne sait jamais...), celà pourra peut-être en soulager certains et faire avancer les enquêteurs.


                • Mr Mimose Mr Mimose 20 octobre 2008 23:40

                  Exact asinus, a la fin de la deuxieme guerre mondiale, certains régiments légion était composé de 80% d’allemands, la plupart ancien SS. On y parlait d’ailleurs plus allemand que français. D’ou un nombre impressionant de champs chanté par les SS en cours à la légion étrangère.


                • Mr Mimose Mr Mimose 20 octobre 2008 23:48

                  Ouais bois guilbert
                  Mais quand tu entends "les officiers rester à couvert !" pendant que toi t’es dehors, ça fais un choc.
                  J’aurai aimé qu’il se mouille un peu plus au lieu de pavaner dans leurs vehicules blindés .
                  Faut dire que je suis pas important, j’ai pas fais St cyr, et je suis pas d’une famille de bourgeois avec 12 gamins comme c’est le cas des officiers français.


                • snoopy86 21 octobre 2008 08:54

                  Mimose ancien du REP smiley

                  Pour une fois qu’on peut coincer un mytho sur AV on ne va pas s’en priver....

                  Alors notre ami Mimose va nous donner des précisions sur son unité et ses commandants de compagnie....


                • snoopy86 21 octobre 2008 09:34

                  j’aime bien le :

                  "J’aurai aimé qu’il se mouille un peu plus au lieu de pavaner dans leurs vehicules blindés "

                  Les véhicules blindés du REP ? Voilà qui mérite des précisions...


                • Mr Mimose Mr Mimose 21 octobre 2008 10:38

                  Hé oui snoopy ça t’en bouche un coin hein ?
                  A sarajevo on avait effectivement des VAB et VBL comme blindés, ce sont des blindés léger, mais qui sont qd meme costaud vu que quand on se faisait canarder dessus avec le 14.5 mm des serbes, les bastos ricochaient dessus et le pare brise blindé tenait assez bien le coup.
                  Et pour t’en boucher encore un coin, sache que j’ai meme une carte d’ancien combattant pour cette intervention à sarajevo et que j’ai été decoré de la Valeur militaire !
                  J’étais la bas en début 1992, on était casque bleus, un gars de ma compagnie est mort et un autre a perdu une jambe lors de l’explosion d’un obus (un gars polonais d’origine, j’ai oublié son nom, honte à moi !)
                  Voili voila snoopy


                • Mr Mimose Mr Mimose 21 octobre 2008 10:48

                  Snoopy, je vois pas pour quelle raison j’inventerai cette histoire, mais bon si tu ne me crois pas, libre à toi, je m’en tape comme de l’an 40.


                • snoopy86 21 octobre 2008 12:28

                  Alors Mimose, si tu oublies tes camarades tu oublies sans doute aussi le nom de tes chefs de compagnie....

                  Dommage, car en deux heures nous aurions pu confirmer...

                  Pauvre mytho !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès