Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le conflit israélo-palestinien ou le droit à une patrie

Le conflit israélo-palestinien ou le droit à une patrie

Le Moyen-Orient et plus particulièrement cette région située entre la Méditerranée et le Jourdan a, de tout temps, été dans l’Histoire, le théâtre d’invasions successives, de bouleversements et de conflits entre les peuples.

Assyriens, Babyloniens, Cananéens, Philistins, Moabites, rois et princes juifs, pharaons, croisés, Arabes et Ottomans, pour ne citer que ceux-là, se sont succédé pour l’occupation de cette terre aux destinées bien singulières. Une terre riche en événements historiques, que Dieu a choisie pour se manifester par l’avènement de la presque totalité de ses messies.

Si le passage en ces contrées et leur occupation par plusieurs peuplades ont été momentanées et sporadiques dans le temps, le séjour des juifs et des Arabes dans cette région est, par contre, beaucoup plus stable et plus régulier. Ils sont attachés à cette terre communément appelée la Palestine (Philistins dans l’Antiquité, Palestina pour les Romains, Filistin pour les Arabes) qu’ils considèrent, à juste titre, comme étant la leur, et à laquelle ils sont liés par beaucoup de symboles et de choses sacrées. Pendant des siècles, juifs et musulmans ont vécu et cohabité en ces lieux sans trop de problèmes. Mais il est arrivé un moment où le besoin d’avoir une patrie propre est né chez un peuple juif, persécuté dans certains pays et malmené dans d’autres.

Un premier congrès sioniste tenu, à Bâle en 1897 sous l’égide de Théodor Herzl exprima le vœu « d’obtenir pour le peuple juif en Palestine, un foyer reconnu publiquement et garanti juridiquement »

En avril 1917, le secrétaire au Foreign office, lord Arthur James Balfour fit la fameuse déclaration qui porte son nom et selon laquelle « le gouvernement de Sa Majesté « envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif », etc.

Cette décision britannique avait bien entendu soulevé un tollé de protestations dans le monde arabe. Pendant ce temps, tout un mouvement de populations juives prirent le chemin de la Palestine pour s’y installer, ce qui n’a pas manqué de créer un certain nombre de heurts avec les habitants arabes. Les années 20, 30 et 40 ont connu plusieurs émeutes et notamment en 1920/21 et 1936.

Selon l’historien Tom Segev, « il y avait, sous le mandat britannique de l’époque, deux communautés qui s’affrontaient par les armes ».


LE PARTAGE DE LA PALESTINE ENTRE ARABES ET JUIFS

La Seconde Guerre mondiale a été un facteur déterminant dans le destin d’Israël et la création de son Etat. Le génocide subi par six millions de juifs innocents, victimes de la sauvagerie nazie, a fini par convaincre et déterminer même les juifs qui étaient confortablement intégrés dans les pays où ils vivaient, à souhaiter la création d’un Etat qui leur soit propre, et beaucoup d’entre eux, prirent déjà la décision d’y immigrer.

Sur le plan international, l’holocauste a également pesé lourd sur la conscience mondiale et justifié en grande partie, l’appel à la naissance d’une patrie pour les juifs. Et c’est ainsi que le 29 novembre 1947 l’assemblée générale des Nations unies adopta à la majorité des 2/3 la résolution 181 créant :

  • un Etat juif ;
  • un Etat arabe ;
  • et un régime de tutelle internationale pour Jérusalem et les Lieux Saints.


UN SEUL ETAT VIT LE JOUR : ISRAEL

Le 14 mai 1948, l’Etat d’Israël est né. Le texte de la déclaration d’indépendance dit notamment : « En vertu du droit naturel et historique du peuple juif, et de la résolution des Nations unies, nous proclamons, par le présent acte, la création de l’Etat juif de Palestine qui prendra le nom d’Israël ».

Cette déclaration, comme on peut le constater, parle de la création d’un Etat juif de Palestine. Cela veut dire qu’il y a un autre Etat en Palestine, celui de l’Etat arabe, ce qui est d’ailleurs prévu par le partage de l’ONU.

Ce rendez-vous historique avec la paix dans la région a été manqué. Les Arabes n’avaient pas, tous, le même point de vue sur la question. Pour les Palestiniens autochtones, les juifs leur ont pris leur terre, avec la complicité des Nations unies. Pour les pays arabes voisins, la naissance d’un nouveau pays arabe à leurs frontières n’était pas le bienvenu ni souhaitable. Aussi les réactions, après la déclaration israélienne de l’indépendance, n’avaient-elles pas les mêmes sons de cloches ou du moins les mêmes résonances.

Certes, des combats ont opposé Israéliens et Palestiniens, puis Israéliens et Arabes, mais ces derniers n’étaient pas aussi motivés et aussi organisés que les juifs, d’où les victoires successives des Israéliens qui sont arrivés non seulement à repousser toutes les attaques des Arabes, mais aussi et surtout à en tirer profit.

Des contacts secrets et des tractations avaient eu lieu, en effet selon certains historiens (documents de l’association France Palestine solidarité) entre Golda Meir et le roi Abdullah de Jordanie, qui ont abouti dit-on, à un accord tacite octroyant :

  • à Israël, un certain nombre de territoires, destinés primitivement aux Palestiniens arabes ;
  • au Royaume jordanien, la Cisjordanie ;
  • et à l’Egypte, une tutelle sur Gaza.

Il en est résulté, selon les mêmes sources, l’expulsion et l’exode d’un très grand nombre de Palestiniens.

L’AMPLIFICATION DES HOSTILITES

Entre Arabes et Israéliens

Ce fut là, la grande erreur de tout le monde, celle des Palestiniens qui n’ont pas su profiter de l’occasion d’un partage effectué sous l’égide des Nations unies qui leur donnait un Etat officiellement reconnu par la communauté internationale, et l’erreur aussi d’Israël qui a cru bien faire de profiter du désordre et de l’indécision des Palestiniens, ainsi que du flottement des pays arabes, pour agrandir son territoire.

Il n’y a pas de questions plus délicates que celles qui ont trait à la terre ou celles ayant une coloration religieuse. Le conflit israélo-palestinien revêt malheureusement ces deux caractères à la fois, d’où l’hostilité et la haine viscérale exprimées par l’une et l’autre partie en conflit et, partant, toute la complexité du problème et les difficultés de le résoudre.

Ceux qui ont cru qu’il était facile de jeter les juifs à la mer, comme ceux qui pensent qu’on peut se débarrasser aisément des Palestiniens, se trompent lourdement. Juifs et Palestiniens ne sont pas des envahisseurs. Leurs origines sont enracinées en ces lieux. Cette terre leur appartient ; leurs ancêtres y ont vécu des siècles et des siècles. Chaque lopin de terre ou vieux monument constituent pour eux, des patrimoines historiques et des symboles sacrés.

On dit que le temps arrange souvent les choses et diminue de l’intensité des antagonismes. Or, pour ce qui est du conflit israélo-palestinien, le temps n’a fait qu’aggraver la situation, envenimer les esprits et donner au problème plus de dimension encore. En plus des ambitions de chacune des deux parties, plusieurs autres causes sont à l’origine de la durée de ce conflit.

DE L’EXTREMISME DE GAUCHE A L’EXTREMISME RELIGIEUX

L’animosité et la course que se livraient les grandes puissances pour la domination du monde et les intrigues de la guerre froide entre le clan soviétique et le clan occidental ont eu également leur effet sur le conflit qui ne s’est plus limité à un problème entre juifs et Palestiniens, mais s’est étendu pour devenir un conflit du Moyen-Orient, entre juifs et Arabes.

Un certain nombre de pays acquis à l’URSS dont l’Egypte de Nasser, la Libye, la Syrie, le Yémen, l’Algérie de Boumediene ont constitué un bloc de pays, appuyant l’OLP, créé en 1964. Les armées de tous ces pays étaient prêtes à envahir Israël. Et ce fut la guerre de 1967 de laquelle Israël sortit vainqueur, annexant du coup la Cisjordanie avec la partie Est de Jérusalem et le siège de la Mosquée d’Al Qods, ainsi que la bande de Gaza, démontrant ainsi aux Arabes que désormais il fallait compter avec Israël, et que la solution du conflit ne pouvait pas s’arracher par la force.

Avec la chute et l’effritement de la grande URSS, la stratégie allait encore changer, et d’autres forces vont entrer en jeu : ce sont les organisations religieuses, souvent intégristes pour lesquelles la guerre contre Israël est une guerre sainte.

Le problème ne concerne donc plus uniquement les Arabes, mais l’ensemble de la communauté islamique, préoccupée en premier lieu, par le cas de la mosquée d’Al Qods.

Les organisations islamiques, aujourd’hui très nombreuses, fixent actuellement comme premier objectif de leur lutte la libération du monde musulman de l’emprise de l’Occident dont Israël, avancent-ils, n’est qu’un avant-poste au Moyen-Orient.

CONCLUSION

Ce n’est là qu’un bref aperçu des étapes par lesquelles est passé le conflit israélo-arabe. Faire état de tous les détails des événements reviendrait à écrire des dizaines de tomes.

Nous nous sommes contentés dans cet article de rappeler uniquement quelques dates et faits importants. La première constatation qui s’impose à nous tous est que l’utilisation de la force n’est pas la bonne solution.

Israéliens et Palestiniens sont condamnés à vivre, côte à côte, dans une région qui leur appartient à eux tous. Cette guerre « fraternelle » a fait trop de victimes. Il n’y a pas une seule famille israélienne ou palestinienne qui n’a pas perdu un ou plusieurs membres des leurs.

Israéliens et Palestiniens ont tous le droit d’exister et le droit d’avoir une patrie.

Ce conflit a assez duré. Que tous ceux, Arabes ou juifs, qui soufflent sur le feu, sachent qu’ils commettent des crimes et qu’ils sont en train d’encourager deux peuples frères à s’entretuer et à s’exterminer.

Juifs et Palestiniens sont parmi les peuples les plus intelligents et les plus entreprenants de la planète. En enterrant leurs différents, ils pourront constituer à l’avenir, pour tout le Moyen-Orient, le meilleur modèle de démocratie et de développement.

Les musulmans intégristes et les juifs orthodoxes ont le devoir de laisser des gens plus pacifiques faire la paix, une fois pour toutes. Toutes ces organisations extrémistes, tels le Hamas, le Jihad, le Hisbollah et les partis orthodoxes juifs, ne doivent leur existence et leur survie qu’à la persistance de ce malheureux conflit.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • mariner valley mariner valley 12 mars 2008 12:27

    Ouarf, un article de plus pour permettre aux gens de s’insulter qui sent les 300 commentaires.

    "Les musulmans intégristes et les juifs orthodoxes ont le devoir de laisser des gens plus pacifiques, faire la paix, une fois pour toutes. Toutes ces organisations extrémistes tels le Hamas, le Jihad, le Hisbollah, et les partis orthodoxes juifs, ne doivent leur existence et leur survie, qu’à la persistance de ce malheureux conflit"

    La reciproque est aussi vrai. Les integristes de tout bord permet aux conflit de persister. C’est une interdependance. Si vous eliminer les groupes integristes de deux camps vous avez peut-etre une chance de trouver un petit arrangement. Mais la haine de l’autre camp distillee de part et d’autre depuis des annees aux jeunes generations mettra des decennies, voir des generations a disparaitre. 

     


    • manusan 12 mars 2008 15:43

      3 commentaires sur 8 sont déjà de JACOB, la meute de trolls est lachée.


    • tvargentine.com lerma 12 mars 2008 13:03

      Encore bravo pour cet article qui fait honneur à AGORAVOX et qui permet d’avoir une autre vision de ce conflit

       


      • Ceri Ceri 12 mars 2008 13:06

        merci pour ce topo historique, indispensable pour comprendre la situation !

         

        Pour avoir étudié de près l’histoire de cette région, surtout depuis les premières Alyas, j’ai été obligée de constater que ce ne sont pas les Arabes qui ont rompu les négociations presque à chaque fois, ni financé des terroristes de l’autre coté, ni exigé toujours + !

         


        • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2008 13:38

          Article équilibré. Quelques raccourcis et simplifications, mais pas abusifs dans le contexte.

          Pour moi, le conflit israélo-palestinien évoque la scène suivante : une classe d’une école primaire a décidé, pour occuper sa récréation, d’inciter sous la menace les deux élèves les plus petits à se battre férocement entre eux, ce qu’elle trouve distrayant. Ca arrange tout le monde et le public n’est pas déçu.


          • Vincent Frédéric Stéphane 12 mars 2008 15:27

            Quel décalage entre l’article et les commentaires de JACOB !

            Et entre le nouvel avatar choisi par JACOB et ces mêmes commentaires !

             


          • Bulgroz 12 mars 2008 15:52

            Il suffirait que les Paslestiniens :

            • reconnaissent l’existence d’Israel et son droit à la sécurité
            • cessent de cultiver la haine et les roquettes

            pour que tout revienne dans l’ordre.

            Trop simple, me direz vous.

            Un musulman, admirateur du coran, peut il se résoudre à cesser la haine et les crlmes de sang  ?

             


            • libre dissidence 3 mai 2008 07:15

              Vrai et FAUX ; explication(s) Il suffisait que les Russes, les britanniques et autres grandes puissances désireuses de se faire pardonner les persécutions contre le peuple Juifs aient un peu plus de "jugeote" et de discernement au moment où ils ont décidés unilatéralement de ’’donner’’ une terre et une Patrie aux Juifs ! Par quel procédé hautement réfléchi ont ils décidés de proposer aux Israëliens, et pourquoi ceux ci ont ils acceptés de prendre possession d’un territoire situé en plein milieu d’une nation étrangére et par définition hostile ?

              Quel bande de demeurés peut il prendre la décision de mettre une mangouste et un cobra dans une même piéce en comptant sur leur esprit d’humanisme pour ne pas s’entretuer ?

              Quant aux bombes et aux actions terroristes des deux cotés : cela fait du bruit et de la fumée ( des deux cotés) et dans cette cacophonie et ce brouillard = On n’y voit et n’y comprend plus rien !! Ce qui entre autre arrange tout le monde et surtout les extrémistes (des deux camps) Encore une fois.


            • iomej 12 mars 2008 17:34

              C’est insupportable que des commentaires pareils, qui puent la haine et la provocation par pure bêtise, restent en ligne.


              • Parsifal Parsifal 12 mars 2008 23:24

                Qu’ils restent en ligne. L’important est cet article, qui apporte quelques éclairages historique nécessaires et sûrement un peu d’espoir pour une résolution honorable de cette tragédie ...


              • Bobby Bobby 12 mars 2008 18:57

                Je te donne toutes mes différences...
                qui sont autant de chances.....

                 


                • Sébastien Sébastien 12 mars 2008 19:00

                  Bon article qui montre clairement que les arabes ont loupe le coche des le debut. Au lieu de faire le choix de la paix, ils ont fait le choix de la guerre et ils se font fait bouffer a chaque attaque qu’ils ont voulu lancer contre Israel.

                  Permettez-moi donc de rigoler quand ils se plaignent aujourd’hui. Ils sont logiquement dans la situation qu’ils meritent et j’espere que l’experience Hamas seront au moins positive pour les vacciner contre l’extremisme fanatique terroriste.


                  • Berger 12 mars 2008 20:36

                    A lire absolument sur le sujet un texte de réflexion et de proposition de Jean-Marie Muller, porte-parole du MAN, sur la question de la violence et de la non-violence entre Israëliens et Palestiniens.

                    "La violence ne peut que resserrer le nœud du conflit, alors qu’il s’agit de le dénouer".
                     

                    Je viens de la mettre en ligne sur le site du MAN Aveyron

                     

                     


                    • gül 12 mars 2008 22:07

                      @ T. Jacob

                      Nous vous remercions vivement pour les copié-collés des articles de la presse israelienne.

                      Personnellement je ne vous ai pas attendu pour la lire....

                      Vous parlez de dhimmitude, à votre avis quel type de politique (officieuse ?) pratique Israël à l’égard de ses citoyens arabes et musulmans ?

                      Vos commentaires sont abjects, mais sans doute est-ce le moyen pour vous d’exister "au-dessus de la masse" et de vous glorifier seul dans votre coin. C’est de la masturbation psy, si vous y prenez votre plaisir, pourquoi pas ! En tous cas, c’est humainement gerbant !

                      Après quelques flottements, l’attaque a repris, certes sur des terroristes présumés, n’empêche, c’est reparti pour les habitants de Gaza pour une(de) nouvelle()s nuit(s) et des jours sans paix. Quand on a plus d’eau, d’électricité, de vivres, a-t-on encore besoin de frappes aériennes ou d’attaques terrestres pour bien comprendre que l’on est définitivement vaincu, profondément humilié face à la puissance de l’autre bord.

                       C’est écoeurant.

                      Sans parler de cet appel, relayé par Barak de "raser" la maison du terroriste de jeudi dernier. Mais qui donc faut-il punir. Et les appels à la vengeance des ultra-orthodoxes : oeil pour oeil, dent pour dent, la loi du thallion...Whaaaaaou...impressionnant !

                      Je ne cautionne pas les tirs de roquettes sur Sdérot ou Ashkélon, ni d’ailleurs aucune forme de terrorisme (en particulier selon des injonctions religieuses et fanatiques).

                      Mais ce sont une nouvelle fois, les populations civiles qui en font les frais.... Cependant la situation de la majorité des palestiniens est tout à fait inacceptable. L’article le stipule d’ailleurs très bien cette terre est tout autant palestienne qu’israelienne.

                      Mais quelle est cette haine viscérale qui vous attire systématiquement vers les pires horreurs, celles des années 30-40, dont vous nous rabattez le flanc, interminablement ?

                      Vous peuple israelien, n’êtes-vous pas capable de la moindre concession ? Ou alors, ce sont vos gouvernements qui vous dirigent comme l’âne derrière la carotte ? N’avez-vous pas assez de ce conflit qui faire souffrir tant de gens ?

                      Chaque discussion de paix avec l’Autorité Palestinnienne est suivi de requêtes innacceptables pour cette dernière. C’est la guerre des mots, la guerre d’usure, la balance penche trop d’un côté, et vous n’y serez peut-être pas gagnants au bout du compte...comme ces "arabes" qui n’ont pas su profiter de l’occasion des décisions de l’ONU...

                      Je pleure chaque jour pour vos peuples et remercie ma mère de m’avoir fait naitre en France

                       


                      • Le péripate Le péripate 12 mars 2008 23:07

                        Surtout ne pas s’adresser à l’idiot utile Jacob comme si c’était le peuple israélien. Même pas en rêve ! Ce qu’il se permet d’écrire ici, il ne peut le faire que dans des cercles confinés en Israel même. Non, il est l’indispensable rappel de la bêtise associée à la méchanceté. Salutaire...


                      • gül 12 mars 2008 23:16

                        @ le péripate

                        Désolée, il m’est impossible de laisser passer de telles ignominies !

                        Même si l’indifférence est bien souvent la meilleure arme contre la bêtise, ma révolte est trop forte pour que je me taise.


                      • Le péripate Le péripate 12 mars 2008 23:27

                        Bien d’accord. Je voulais juste dire qu’il n’est pas vraiment représentatif de l’israélien moyen, si tant est qu’il existe, ce pays est un patchwork assez inimaginable.

                        Mais pour cogner sur ce *%ù**&§*, pas de problèmes, il faut bien que certains se dévouent pour le sale boulot


                      • Parsifal Parsifal 12 mars 2008 23:28

                        De la à appeler les "zozos" à pourrir cet article ... 


                      • gül 12 mars 2008 23:37

                        Ben, justement !

                        Ce sont LES bien placés, pour répondre à se que représente T. Jacob.

                        Ce type mérite incontestablement une réaction exagérée et sans éthique !


                      • Parsifal Parsifal 12 mars 2008 23:43

                        En êtes vous bien sûr ? Combattre des provocations extremistes par du trollage (quelques fois très marrant malgré tout !) sur un sujet qui mériterait autre chose que des injures ne me paraît pas la meilleure solution.

                        En tous cas, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un article comme celui-ci, ça fait plaisir et j’espère que l’auteur continuera (pas trop souvent ça porte malheur ici !) à nous écrire des articles. Cordialement.


                      • gül 13 mars 2008 00:00

                        Le trollage ça met un peu de légèreté là où il en faut....(Cf certains excités dont je n’ai plus envie d’écrire le nom !!)

                        Faut pas se fier aux articles de Môrice qui, en dehors d’être "bi-présents" quasi quotidiennement, d’une impartialité sans nom bien que fort documentés, font l’objet d’une kabbale sans nom. (je suppose que c’est à cela que vous faisiez allusion.. ?)

                        Justifiée ou pas ??? That’s the Question ? Probablement pas à ce point...

                        Ceci dit comme vous le faîtes fort justement remarquer, cet article là, a de la consistance, sans esprit partisan. Il a le mérite d’être simple et clair donc accessible à tous y compris ceux qui ne connaissent pas bien le conflit. C’est une excellente base à la discussion, merci donc à l’auteur.


                      • Parsifal Parsifal 13 mars 2008 00:11

                        J’ai oublié de vous dire que voter intervention de 22h07 était excellente, elle sera lue (si pas supprimée ...), c’est le principal.

                        Sinon pour en revenir rapidement aux articles de(s ?) "Morice", c’est un peu "plus belle la vie" sur France3, c’est marrant à suivre, mais on en oubli vite le "fond" (je n’apprécie pas particulièrement ses articles, encore moins ce qu’il veut tenter de prouver mais pour sa défense une certaine phrase de Voltaire me viens à l’esprit ...)

                        Si vos zozos n’avaient que de l’humour, ce pourrait être en effet une bonne réponse. Cordialement.

                         


                      • gül 13 mars 2008 00:23

                        Merci.

                        Il est temps pour moi de rejoindre les doux bras de Morphée, donc bonne nuit, et à bientôt sur ce fil ... ou d’autres.


                      • Parsifal Parsifal 13 mars 2008 00:25

                        Vendu !


                      • Boduacus 12 mars 2008 23:03

                        N’oubliez pas : c’est Israel qui est « en danger de paix ».


                        • gül 12 mars 2008 23:05

                          pardon ?????!!!!!


                        • Kobayachi Kobayachi 13 mars 2008 02:29

                          Oui, Israel a droit a une patrie... mais qui lui donne le droit de l’agrandir ?

                          La source du conflit ces dernieres années est surtout du au fait d’annexation de territoires par Israel (militairement ou non). Et les actes terroristes de desesperes palestiniens a qui l’on a tout pris et dont c’est le seul moyen de se faire entendre.

                          Dans les media on nous rapporte souvent les attentats perpetrer par les palestiniens contre Israel et ensuite les represailles de ces derniers. Ce que l’on ne dit jamais c’est pourquoi ces palestiniens se font sauter en l’air, ni qu’Israel profites de ces represailles pour annexer des territoires dont ils ont chasser les habitants et detruit le peu qu’ils possedaient.

                          Je sais bien qu’il y a des verités qui ne sont pas bonne a dire et je me doute bien que je vais me faire traiter de nazi en voulant defendre ces pauvres palestinients (musulmans en plus ! vous imaginer). Mais j’en ai assez que le monde regarde ce carnage sans rien dire et n’ose faire de reproches a Israel sous pretexte que les juif ont connu la shoa. C’etait il y a plus de 50 ans ! Get over it ! Cela ne leur donne pas le droit de faire ce qu’ils veulent.

                          Si Israel voulait vraiment la paix, il y a longtemps qu’ils l’aurait.


                          • parousnik 13 mars 2008 04:09

                             

                             

                            La Déclaration d’Indépendance d’Israël énonce que le peuple juif est apparu en Terre d’Israël, puis qu’il aurait a été exilé de sa patrie natale. Tout élève israélien apprend, à l’école primaire, que ce que cela se serait produit durant la domination romaine, en l’an 70 après J.C. Après quoi, la nation juive serait restée fidèle à sa terre, dans laquelle elle aurait commencé à retourner, après deux millénaires d’exil. « Faux », dit l’historien Shlomo Zand, dans un des ouvrages les plus fascinants – et les plus dérangeants – à avoir été publiés, ici (en Israël), depuis bien longtemps. « Il n’y a jamais eu de « peuple juif », mais seulement une religion juive, et l’exil, lui non plus, ne s’est jamais produit – par conséquent, comment parler de « retour » » ? Zand rejette la plupart de ces histoires autour de la formation d’une identité nationale, dans la Bible, et notamment l’exode d’Egypte, ainsi (on ne s’en plaindra pas) que les horreurs de la conquête (de Canaan, la Palestine, ndt) sous les ordres de Josué. « Tout ça, c’est de la fiction, c’est une mythologie qui a servi de prétexte à la création de l’Etat d’Israël », affirme-t-il.

                             


                            • ASINUS 13 mars 2008 06:49

                              dingue ça les commentaires raciste reste et d autres disparaissent sans explications ??????


                              • AMIPAL AMIPAL 3 mai 2008 06:49

                                L’article initial est probablement écrit avec le soucis d’être objectif et neutre, mais on peut modestement estimer qu’il pèche sur plusieurs points fondamentaux :

                                le premier est que l’ancienneté et la consistance (importance en nombre d’habitants) d’occupation de la Palestine par les "vrais fils d’Abraham" , voire même les sujets israélites du roi David (moins grand que sa réputation biblique) relèvent du mythe, même si on croit profondément à l’existence d’une Source de tout qui "parle" à l’âme s’efforçant d’être pure et pas par des pseudo-messagers avec ou sans sang sur les mains.

                                Le second c’est que, dès l’origine, avant même Herzl, beaucoup de sionistes voulaient aller au moins jusqu’au Jourdain , et c’est toujours le cas plus ou moins explicité usrtout depuis que la majorité des généraux, voire ex-généraux de Tsahal ont adopté un des judaïsmes des plus fanatiques et intégristes. .

                                Le troisième, qui a cependant été judicieusement, mais brièvement, évoqué dans un commentaire, c’est l’extraordinaire diversité des origines des 4/5 des habitants de la Palestine de l’Ouest (Israël ) face à la relative homogénéité des habitants de la Palestinede l’Est et de la Palestine du Sud-Ouest (Gaza)

                                La quatrième, pour se limiter difficilement à quatre, c’est le caractère surréaliste à connotations ubuesques et kafkaïennes des résolutions 181 (Plan de partage recommandé) et 273 (admission d’Israël à l’ONU le 11 mai 1949) ; en sus évidemment de ce chef d’oeuvre d’hypocrisie qu’est la déclaration d’indépendance.

                                Mais combien d’intervenants ici ont pris la peine de lire attentivement ces trois textes et un peu de leur contexte ?

                                L’existence de l’état israélien est éthiquement indéfendable. Ce qui ne devrait pas empêcher des descendants intelligents des Israélites ou de Khazars (dignes de l’appellation "être humain") de détenir un jour - assez lointain, hélas probablement - une carte d’identité de citoyen palestinien vraiment à part entière, pas comme les "Arabes israéliens" d’aujourd’hui

                                .

                                PS. Dommage que ce forum, tout comme d’autres, ne soit pas vacciné des brèves interventions immatures et autres invectives stériles entre intervenants qui n’apportent rien à la réflexion commune possible .... et aux pauvres palestiniens ou,plus exactement aux Palestiniens pauvres etinfortunés qui doivent, en plus, souffrir des cadres palestiniens profiteurs.

                                 


                                • ZEN ZEN 3 mai 2008 07:35

                                  Pour sortir des mythologies fabriquées, rien de tel que de revenir à l’histoire, avec ...quelques historiens israëliens :

                                   


                                  Naissance d’une nation :
                                  [The Lion and the Gazelle - Gush Shalom - Israeli Peace Bloc]

                                  « Si nous, les Israéliens, voulons consolider notre nation, nous devons nous libérer des mythes qui appartiennent à une autre forme d’existence et redéfinir notre histoire nationale. L’histoire sur l’exode d’Egypte est bonne en tant que mythe et allégorie - elle célèbre la valeur de la liberté - mais nous devons reconnaitre la différence entre mythe et histoire, entre religion et nation, entre une diaspora et un Etat, afin de trouver notre place dans la région dans laquelle nous vivons et développer une relation normale avec les peuples voisins...

                                  ...DANS LES 300 dernières années, l’Europe est devenue "nationale". La nation moderne a remplacé les modèles sociaux antérieurs, tels que la ville-Etat, la société féodale et l’empire dynastique. L’idée nationale a emporté tout ce qui était avant elle, y compris l’histoire. Chacune de ces nouvelles nations a modelé sa propre "histoire imaginaire". En d’autres termes, chaque nation a remanié d’anciens mythes et faits historiques pour constituer une "histoire nationale" qui proclame son importance et sert de ciment unificateur.
                                  La Diaspora juive, qui - comme indiqué ci-dessus - était "normale" il y a 2.000 ans, devint "anormale" et exceptionnelle. Ceci attisa la haine des Juifs qui était d’une certaine façon rampante dans l’Europe chrétienne. Comme tous les mouvements nationaux en Europe étaient plus ou moins antisémites, beaucoup de juifs sentirent qu’ils étaient laissés "en dehors", qu’ils n’avaient pas leur place dans la nouvelle Europe. Certains d’entre eux décidèrent que les juifs devaient se conformer au nouveau Zeitgeist [esprit du temps - ndt] et transformer la communauté juive en une "nation" juive.
                                  Pour ce faire, il était nécessaire de reconstruire et de réinventer une histoire juive et de la transformer à partir des annales d’une diaspora ethnico-religieuse en l’histoire épique d’une "nation". Le travail fut entrepris par un homme qui peut être considéré comme le parrain de l’idée sioniste : Heinrich Graetz, juif allemand qui fut influencé par le nationalisme allemand et créa l’histoire juive "nationale". Ses idées ont formé la conscience juive jusqu’à ce jour.
                                  Graetz considéra la Bible comme si elle était un livre d’histoire, collecta tous les mythes et créa une version historique continue et complète : la période des Pères, l’exode d’Egypte, la conquête de Canaan, le "Premier Temple", l’exil à Babylone, le "Second Temple", la destruction du Temple et l’exil. C’est l’histoire que nous avons tous appris à l’école, la fondation sur laquelle le sionisme fut construit.
                                  LE SIONISME représenta une révolution dans de nombreux domaines, mais sa révolution mentale fut incomplète. Son idéologie transforma la communauté juive en un peuple juif, et le peuple juif en une nation juive- mais sans jamais définir clairement les différences entre eux. Pour persuader les masses juives d’Europe orientale plutôt religieuses, il fit un compromis avec la religion et mélangea tous les termes en un grand cocktail - la religion est aussi une nation, la nation est aussi une religion, et plus tard il affirma qu’Israël était un "Etat juif" qui appartenait à ses citoyens (juifs ?) mais aussi au "peuple juif" à travers le monde. La doctrine israélienne officielle est qu’Israël est un "Etat-nation juif", mais la loi israélienne définit étroitement un Juif seulement comme une personne qui appartient à la religion juive..." [Heinrich Graetz ]

                                  -

                                  Le « peuple juif » : une invention...
                                  La Déclaration d’indépendance d’Israël dit que le peuple juif est né sur la terre d’Israël et a été exilé de son pays natal. Chaque écolier israélien apprend que cela s’est passé pendant la période de domination romaine, en 70 après J-C.. La nation est restée fidèle à sa terre, à laquelle elle a commencé à revenir après deux millénaires d’exil. Faux, dit l’historien Shlomo Sand, dans l’un des livres les plus fascinants et stimulants publiés ici depuis longtemps. Il n’y a jamais eu de peuple juif, seulement une religion juive, et l’exil non plus n’a jamais eu lieu - il n’y a donc pas eu de retour. Sand rejette la plupart des histoires de la formation de l’identité nationale dans la Bible, y compris l’exode d’Égypte et, de façon plus satisfaisante, les horreurs de la conquête sous Josué. Tout cela est de la fiction et un mythe qui a servi d’excuse à la création de l’État d’Israël, affirme-t-il....[An invention called ’the Jewish people’ - Haaretz - Israel News Je suis un khazar fier de l’être :

                                  "Sand essaie de démontrer que les Juifs qui vivent aujourd’hui en Israël et en d’autres endroits dans le monde, ne sont absolument pas les descendants du peuple ancien qui vivait dans le royaume de Judée à l’époque du premier et du second Temple. Ils tirent leur origine, selon lui, de peuples variés qui se sont convertis au cours de l’Histoire en divers lieux du bassin méditerranéen et régions voisines...Il tente de prouver que le peuple juif n’a jamais existé comme « peuple-race » partageant une origine commune mais qu’il est une multitude bigarrée de groupes humains qui, à des moments différents de l’Histoire, ont adopté la religion juive. ..D’après Sand, la description des Juifs comme un peuple d’exilés, errant et se tenant à l’écart, qui « ont erré sur mers et sur terres, sont arrivés au bout du monde et qui, finalement, avec la venue du sionisme, ont fait demi-tour pour revenir en masse sur leur terre orpheline », cette description ne relève que d’une « mythologie nationale ». Tout comme d’autres mouvements nationaux en Europe, qui ont revisité un somptueux âge d’or pour ensuite, grâce à lui, fabriquer leur passé héroïque – par exemple, la Grèce classique ou les tribus teutonnes – afin de prouver qu’ils existaient depuis fort longtemps, « de même, les premiers bourgeons du nationalisme juif se sont tournés vers cette lumière intense dont la source était le royaume mythologique de David ...

                                   

                                  ...Le peuple ne s’est pas disséminé, c’est la religion juive qui s’est propagée. Le judaïsme était une religion prosélyte. Contrairement à une opinion répandue, il y avait dans le judaïsme ancien une grande soif de convertir. Les Hasmonéens furent les premiers à commencer à créer une foule de Juifs par conversions massives, sous l’influence de l’hellénisme. Ce sont les conversions, depuis la révolte des Hasmonéens jusqu’à celle de Bar Kochba, qui ont préparé le terrain à la diffusion massive, plus tard, du christianisme. Après le triomphe du christianisme au 4e siècle, le mouvement de conversion a été stoppé dans le monde chrétien et il y a eu une chute brutale du nombre de Juifs....

                                   

                                  ... Aucune population n’est restée pure tout au long d’une période de milliers d’années. Mais les chances que les Palestiniens soient des descendants de l’ancien peuple de Judée sont beaucoup plus élevées que les chances que vous et moi en soyons. Les premiers sionistes, jusqu’à l’insurrection arabe, savaient qu’il n’y avait pas eu d’exil et que les Palestiniens étaient les descendants des habitants du pays. Ils savaient que des paysans ne s’en vont pas tant qu’on ne les chasse pas. Même Yitzhak Ben Zvi, le second président de l’Etat d’Israël, a écrit en 1929, que "la grande majorité des fellahs ne tirent pas leur origine des envahisseurs arabes, mais d’avant cela, des fellahs juifs qui étaient la majorité constitutive du pays". » Et comment des millions de Juifs sont-ils apparu tout autour de la Méditerranée ?« Le peuple ne s’est pas disséminé, c’est la religion juive qui s’est propagée...."[

                                  Shattering a ’national mythology’ - Haaretz - Israel News Histoire des Khazars Les Berbères de Les Juifs en terre d’Islam Israël et sa « Destinée Manifeste » Israël, du mythe à l’histoire[André PAUL - Clio ] Israël : notre part de mensonge, par Schlomo Sand Livnat Limor
                                  Les mots et la terre. Les intellectuels en Israël Israël Finkelstein, Neil Asher Silberman, Les rois sacrés de la Bibl
                                  Esther Benbassa, historienne du judaïsme


                                  • galilée 16 août 2008 16:48

                                    Tout ce qui est écrit ci-dessus n ’est qu ’un amoncellement infâme de contre-verités , de mensonges , de falsifications produites industriellement par une bande de Juifs dénaturés , honteux d’ eux mêmes , en général christianisants et la plupart du temps homosexuels ...
                                    En quoi ce dernier point est il important ?

                                    Les "Pacifistes" en Israel éprouvent une veritable fascination pour la mort , la souffrance et la destruction ...Ils voient dans l’Arabe viril et beau , celui qui les sodomisera, les egorgera et les débarassera de la vie ..Quel pied !!
                                    Ainsi sont Tom Segev , Israel Finkelstein , et tous ceux qui leur ressemblent ..
                                    Tous des Kapos virtuels ! 


                                  • William Duchamps 6 mai 2008 18:22

                                    Merci pour cet artcile qui remet les pendules à l’heure sur certaines contre vérités parfois à la limite du cliché.

                                    Pour aller plus loin et confronter ses opinions à celles de spécialistes, rendez-vous à tous sur Contre-feux le site où les experts dialoguent directement avec les internautes.

                                    Le dossier est actuellement consacré au conflit israëlo-palestinien, et aux solutions possibles pour le dépasser.

                                     


                                    • galilée 16 août 2008 17:07

                                      Il y a le negationisme de la mort , il y a le négationisme de la vie .
                                      Petite mise au point sur le mythe ridicule de la "non existence " du peuple Juif ..mythe entretenue par les gauchistes Juifs , pour justifier la destruction de ce peuple qu ’ils haissent ...  :

                                      . ..Des études génétiques menées par, entre autres, Doron Behar et Michael Hammer, ont montré que les chromosomes Y d’une proportion fortement significative de Juifs ashkénazes diffèrent de ceux des populations européennes parmi lesquelles ils ont résidé, et sont en revanche partagés par des populations du Moyen-Orient. Un résultat similaire a été trouvé pour plus de 40% des chromosomes mitochondriaux. De plus la recherche révèle que seulement 5% des Juifs ashkénazes ont des chromosomes Y de l’haplotype « Q », fréquent dans les peuplades asiatiques, dont les Khazars[5],[6].

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès