Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le consensus de la haine

Le consensus de la haine

Le peuple marocain est victime d’une hystérie collective alimentée par la haine envers l’Algérie

Denis Vericel, éminent documentariste français, dans son étude La fabrication du consensus, les médias marocains et le Sahara Occidental souligne : "Rien excepté une chose : chaque jour, depuis plus de 30 ans, tous les journaux marocains s’occupent d’une question : le Sahara Occidental. Aucune mise en question n’existe, uniquement une certitude : le Sahara Occidental est une partie du Maroc et le Maroc se bat pour l’Union Nationale et pour l’Intégrité de son Territoire".
 
Aziz Enhaili, collaborateur dans le Laboratoire Européen d’Anticipation Politique/Europe 2020, un Think Tank européen, signale pour sa part dans un article publié sur Tolerance.ca que le Maroc est "un pays où, à l’exception d’une partie de l’extrême gauche, le Sahara Occidental est devenu objet du consensus national. Si une partie du mouvement marxiste-léniniste (Ilal Amam) appelait, dès le début des années 1970, à l’organisation au Sahara Occidental (sous l’égide de l’ONU) d’un référendum d’autodétermination, pour décider de l’avenir constitutionnel de ce territoire désertique, le reste des forces politiques du pays le considéraient d’ores et déjà comme une partie du pays qui revenait dans le giron de la nation".
 
Si, selon Wikipedia "un consensus est un accord général (tacite ou manifeste) parmi les membres d’un groupe, pouvant permettre de prendre une décision sans vote préalable. Bien que le consensus désigne un accord unanime (ou plutôt, l’absence d’opposition), l’usage récent en fait parfois l’opinion ou le sentiment d’une forte majorité. Le consensus comme méthodologie de prise de décision cherche à mettre l’accent sur la validité de l’opinion de chaque participant et se refuse à entériner un choix qui n’aurait pas au moins l’accord de tous", au Maroc la persécution du Parti Annahdj Addimouqrati et son prédécesseur, Ilal Amam, est la preuve que ce consensus n’est qu’une opinion étatique imposée à l’ensemble de la population marocaine.
 
Elisabeth Muller, Secrétaire Générale Adjointe de l’Association des Amis de la RASD, dans son article "Quelques souvenirs ... un engagement : le respect du droit" dévoile que "si en apparence un large consensus prévalait sur la "marocanité" du Sahara Occidental, il m’est vite apparu que cette opinion était plus complexe et sans doute à nuancer. Les marocains que je côtoyais n’étaient pas vindicatifs. Certains, m’ont décrit la "marche verte" à laquelle ils avaient participé. Ils n’en étaient ni fiers, ni bravaches, la plupart d’entre eux "semblaient savoir" qu’ils n’auraient pu faire autrement. J’ai rencontré également de jeunes militaires engagés (lorsqu’on n’a pas fait d’étude au Maroc c’est un des rares moyens de gagner sa vie et celle de sa famille). Ils étaient en poste au Sahara. Ils détestaient repartir après leur permission. Ils parlaient de leur peur, de ce sable, de ce soleil implacable qui n’arrêtait pas de les aveugler. Ils auraient préféré être à des milliers de kilomètres de là. Ils ne rêvaient que de l’Europe, des Etats-Unis, de pays où ils leur semblaient pouvoir vivre mieux. Moi, en les entendant parler, je pensais à l’ouvrage de Dino Buzzati "Le désert des tartares". Des Sahraouis, ils en parlaient peu, sinon en riant autour des blagues de "Joummani" comme pour mieux circonscrire leur peur. L’indépendance ou pas l’indépendance ..., ce n’était pas leur préoccupation. Eux aussi savaient qu’ils n’avaient pas le choix, savaient qu’il ne fallait pas contester "les décisions d’en haut". Ceux qui étaient fonctionnaires râlaient. Non pas sur le terrain politique, la plupart n’étaient ni militants, ni intéressés par cette question, mais sur l’impôt "spécial Sahara" qui leur était retenu sur leur paie en fin de mois. Tous, par contre, connaissaient le sort qui était réservé à ceux qui avaient osé contester la souveraineté nationale sur le Sahara Occidental. Certains m’ont parlé de Serfaty, à l’époque incarcéré à Kénitra..., de Saïda Mnebhi morte à la suite d’une grève de la faim durant son incarcération. D’autres, originaires des villages à proximité de "lieux que l’on ne nommait pas", savaient que des personnes étaient embastillées".
Un consensus de 36 millions de marocains contre un peuple d’à peine un demi-million d’habitants qu’on a dit "heureux de regagner la mère patrie ?" Cela ne tient pas.
 
Fragilisé par un manque flagrant d’arguments susceptibles de légitimer sa présence au Sahara Occidental, le régime marocain devait chercher un adversaire de taille décrit comme l’ennemi extérieur pour s’assurer du soutien populaire dans cette nouvelle croisade du palais pour réaliser ses rêves hégémoniques en Afrique. Depuis la guerre des sables en 1963, cet ennemi est l’Algérie.
 
Le régime marocain, depuis son invasion du Sahara Occidental en 1975, n’a jamais arrêté de répéter que c’est l’Algérie qui est derrière ce conflit. Et depuis, il veille à renforcer ce consensus avec des discours qui sèment la haine envers l’Algérie et le peuple algérien. Le consensus marocain sur le Sahara Occidental est alimenté de haine. Ce consensus n’est pas basé sur le principe de la marocanité du Sahara, mais sur la nécessité de se défendre contre l’Algérie.
Trente-quatre ans après, grâce à cette politique malsaine, les marocains continuent à croire que les réfugiés sahraouis sont séquestrés par l’armée algérienne à Tindouf et que le Maroc fait tout son possible pour les libérer, que le Front Polisario n’est qu’une bande de mercenaires à la solde de l’Algérie. Il n’est pas question d’avouer au peuple marocain que c’est la volonté du peuple sahraoui qui l’empêche d’engloutir ce territoire, l’égo royal l’empêche de reconnaître que la décision d’envahir le Sahara était une erreur monumentale.
Ce consensus n’est pas un choix populaire, mais une méthode machiavélique de pousser le peuple marocain à la soumission aux désirs du roi et justifier l’occupation, la répression de la population sahraouie et le pillage de ses ressources naturelles.
 
Les marocains, au lieu de poursuivre dans cette hystérie saharienne, feraient mieux de se concentrer sur Ceuta et Melilla, les deux enclaves espagnols au cœur du Maroc. Mais la paranoïa semée dans leurs coeurs les empêche de voir la réalité en face et les maintient à la merci de ce régime sanguinaire.
 
Aimé Césaire à dit : " Il est bien plus difficile d’être un homme libre que d’être un esclave". La dignité d’un homme guide son choix et fait qu’il préfère la liberté difficile à la soumission facile. C’est de cela que les marocains doivent prendre conscience. 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2009 14:04

    ça rappelle le bourrage de crâne après Sedan sur l’Alsace et la Lorraine prises par les « Boches » ....
    Propagande , vous avez dit propagande , Dr Goebbels ?


    • playeur 4 septembre 2009 15:48

      ce conflit ne serait pas plutôt pour le pétrole du Sahara Occidental ? 


      • kenza kenza 4 septembre 2009 17:33

        RASD veut dire République Arabe Sahraoui Démocratique. comment voulez vous que les marocains aient de la sympathie pour une republique raciste qui veut creer une republique uniquement pour les arabes. messieurs les racistes sachez que la toponymie du Sahara comme celle du Maroc, est amazigh. arrêtez avec votre communautarisme arabe. arrêtez de torturer les amazighs dans vos camps nazis. le jour ou vous accepterez de reconnaitre la dimension amazighe du Sahara vous aurez fait un pas vers l’humain pour l’instant vous n’êtes que de vils racistes. 


        • HELIOS HELIOS 4 septembre 2009 17:49

          Mr l’auteur, si vous vous placiez une peu de l’autre coté, celui de l’Algerie... Quelle legitimité a-t-elle d’empecher la reunification du sahara occidental avec le Maroc ?

          Sur l’echelle de l’histoire, l’Algerie n’a rien a y foutre. Je vais encore me faire des ennemis, mais la France aurait du partitionné l’Algerie au moment de l’independance... une Algerie méditerranéenne, comme pays « Algerien » et tout le sud, le Sahara continental comme pays du sesert. Les choses se seraient bien mieux passée.

          La France s’est bien trompée à l’époque...


          • Jojo 5 septembre 2009 07:35

            « La France s’est bien trompée à l’époque »
            Toujours aussi Fan de l’Algérie Hélios, les goûts et les couleurs n’est-ce pas … Sinon j’ignorais que le bien être de mes frères marocains vous empêchait de dormir, ce n’est pas vraiment ce que j’avais compris mais bon, disons que ce serait (au conditionnel évidemment), un point positif pour vous … Et puis dès l’instant où vous appréciez mes frères, vous pouvez sans problèmes ne pas me blairer, l’équilibre en même temps que votre crédibilité sont saufs…

            Par ailleurs, vous savez que vous avez raison : De Gaulle qui a son arrivée a multiplié par trois les troupes françaises engagées dans la guerre, qui a plus de sang algérien sur les mains que tous les Guy Mollet et les Mythes errants de l’Histoire, devait avoir une … absence durant Evian je ne vois que ça… Sinon comment expliquer qu’en plus du cadeau Algérie-française (excusez du peu) aux fellaghas, il ait aussi reculé sur le Sahara algérien renonçant par la même occasion au pétrole et au gaz (Eh bé mon cochon pas halal de quoi écoeurer un néocon) et se faisant surtout, un tas d’amis supplémentaires … Alors mauvais calculs ? Conseillers incompétents ? Panne de négociateurs de talents en France ? Grandeur d’âme ? Générosité ? Amour des algériens … J’en ai la larme à l’œil…

            Laissez moi vous annoncer un scoop : Des comme vous sont sortis d’Algérie à grands coups de pieds dans le fondement, distribués gracieusement par un million de morts et vous avez lâché le Sahara algérien, parce que vous n’aviez plus la plus petite once de début de choix. Le nier ne vous sera d’aucune utilité ni ne pourra vous servir de thérapie tant je vois bien que la frustration est immense

            Pour en revenir au sujet, les deux élites marocaines et algériennes continueront comme d’habitude à faire leur H’rira ou leur Tadjine, sans demander leurs avis aux anonymes dont je fais partie. Les diviseurs continueront à diviser en droite ligne de desseins qui dépassent le Maghreb. Des frontières virtuelles cadeaux de gens qui ne voulaient que notre bien, continueront à se fermer, à se rouvrir, à se négocier et à faire des morts fratricides (les plus stupides). En attendant, il y a encore de la misère dans tous les sens du terme des deux côtés de la frontière, des cerveaux qui fuient la malvie, des gosses qui meurent au large des côtes européennes etc etc … Mais gageons que ça n’est pas prêt d’être le sujet à la mode…

            De plus, je ne vois pas trop le problème pour vous, vu que même si un jour la question sahraouie venait à ne plus suffire, je vous parie que nous trouverions autre chose pour nous haïr (consensus de la haine oblige), vous pouvez donc dormir sur vos deux oreilles, le sport national au Maghreb est et restera, l’art de se tromper d’ennemi…


          • Jojo 5 septembre 2009 22:37

            Salam Si Abdellatif,
            Ramadhan Moubarak à vous, aux vôtres et à tous les marocains. Qu’ils fassent ce qu’ils ont à faire, ma confiance c’est en vous et moi que j’ai choisi de la placer.


          • Jojo 5 septembre 2009 22:50

            Salut Cher Shawford,
            En super forme ces derniers jours à ce que je vois. A force tu me fous des complexes, pas sympa. Blague à part, tu as un talent immense et tu sais quoi, mon petit doigt qui me ment rarement, me dit que tu as mérité de l’avoir. Portes toi bien.


          • Yusefbrahim 4 septembre 2009 17:49

            Pour Playeur


            Le Sahara Occidental est un immense désert presque inhabitable, mais riche en pétrole, phosphates de première qualité, une côte de plus de 600 km riche en poissons, de l’uranium... C’est ça qui attire les convoitises du gouvernement marocain et pas ce désert où seul les lézards ont pu y résister. 


            • S.Ô.I Shri BaBâd Guru Lashpâ BADGURU 5 septembre 2009 02:26

              Bahhh..çà c’est vrai et même que les Algériens haïssent les Marocains, inversement et vice versa…dans la liste, il faut inclure les Mauritaniens, les Maliens, les Lybiens, les Tunisiens, etc..bref généralement ils peuvent pas se blairer et réciproquement résolumment…ben pourquoi alors qu’il flippe Barack Bush..tu vois la United Worldwide Oumma ben elle est unie que dans ta tête et celle de tes copines…

               

              Bon sinon ben le Sahara Occidental…ben si j’ouvre un livre d’histoire, je regarde des cartes…ben ce territoire il a toujours été plus ou moins dans l’orbite des dynasties marocaines…même qu’il y en a quelques unes qui sont nées dans le secteur…donc ben niveau légitimité, je pense que la club-medarchie a quelques arguments…sinon Maroc vs Algérie…ben m’est d’avis on peut trouver quelques excuses aux sujets de la club-medarchie dans leurs rapports quelque peu con-flictuels avec les sujets de la FLN-gérie…parce qu’à moins d’être naïve, ingénue, candide,etc…c’est pas un secret de polichineuse que ben les FLNistes y zont quelque chose à voir avec le tagine façon sahraoui…mais bon chut…tout le monde sait que la Oumma est UNE et indivisible…bahhhh…qu’est-ce qu’on se marre….


            • Yusefbrahim 5 septembre 2009 08:30

              Pour alimenter et renforcer cette haine, Hassan II, lors de l’attentat de Marrackeh en 1994 a crié que ce sont les services secrets algériens qui se trouvent derrière cet attentat. Les faits ultérieurs ont démontré que c’était faux, mais cela a coûté cher au Maroc. Depuis, les frontières sont fermées. De la sorte, le gouvernement marocain apprendra à gérer ses impulsions paranoïaques envers l’Algérie et les algériens.


              La fermeture des frontières est la punition pour cette politique de haine envers l’Algérie. C’était la meilleure réponse à cette hystérie collective

              • USA 613 5 septembre 2009 11:35

                Ici ce que je découvre sur le blog du journaliste Malbrunot à propos de ce qui se passe dans les mosquées françaises.

                C’est Malbrunot qui écrit :

                http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2009/08/echos-des-mosquees.html

                " La hiérarchie de la Gendarmerie nationale a fait une découverte surprenante : la moitié environ du matériel de brouillage des appareils GPS, mis en vente sur le marché, est utilisée par les responsables religieux dans les mosquées françaises.

                Il s’agit de clés qui brouillent les fréquences d’émission des téléphones portables. Elles sont achetées par les associations musulmanes, « pas forcément pour brouiller les écoutes des services de sécurité, mais aussi pour éviter tout simplement que les portables des fidèles ne sonnent pendant le prêche », précise une source informée.

                C’est au cours d’une enquête sur des malfaiteurs qui utilisaient ce type de matériel que les services spécialisés de la gendarmerie nationale ont fait cette découverte. "

                Il y a bien entendu les justifications données par les Musulmans ... mais qui de vouloir y croire ?

                Comment les gendarmes des malfaiteurs en sont-ils arrivés aux mosquées ?
                Quel a bien pu être le lien entre les deux ?
                Comment les gendarmes des malfaiteurs en sont-ils arrivés aux mosquées et à faire de tels constats ?

                Quelles conclusions nous faut-il tirer d’une telle information ?

                Significatif ou pas ?

                Inquiétant ou pas ?


                • Bobby Bobby 5 septembre 2009 20:14

                  Le Sahara occidental était brigué, avant son invasion par le Maroc lors de « la marche verte », à la fois par l’Espagne, par l’Algérie et par le Maroc.

                  Ce dernier a pris tout le monde de vitesse à cette occasion et avait promis qu’un référendum y serait organisé... afin de calmer les protestations de l’ONU !

                  Je n’ai pas eu l’impression que les peuples marocains et algériens se détestaient vraiment, mais plutôt qu"ils étaient entraînés dans une dynamique élaborée par leurs pouvoirs respectifs...

                  Quant au peuple saraoui, il n’a tout simplement pas été, ni entendu, ni écouté !

                  Le Maroc, gros client d’armement américain a su déjouer les pièges qui étaient sur sa route !

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès