Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le “corralito” cubain

Le “corralito” cubain

C’est le risque classique de ce genre de business : quand change le dictateur ou quand on perd sa faveur, on perd le privilège, sans recours efficace possible devant une quelconque institution juridique, propre des démocraties libérales et capitalistes.

Le « corralito » est le nom qui fut donné aux mesures économiques prises en Argentine le 1er décembre 2001, par le ministre de l’économie Domingo Cavallo dans le but de mettre fin à une course à la liquidité et à la fuite des capitaux. Il limitait les retraits d’effectifs à 250 pesos par semaine et interdisait tout envoi de fonds à l’extérieur. Cette mesure provoqua la panique, chacun tentant de retirer ses dépôts des banques et provoqua la chute du gouvernement de Fernando de la Rúa trois semaines plus tard. Actuellement, sous une autre forme, la dictature castriste semble vouloir réitérer la même erreur.
 
En effet, il apparaît que depuis un an de nombreux investisseurs étrangers n’ont pu retirer leurs fonds de Cuba. Ainsi, en Espagne, ce sont déjà 280 entreprises qui sont concernées, pour un montant total de 410 millions de dollars. Ou, dans l’autre hémisphère, ce sont les Affaires étrangères chiliennes qui s’émeuvent du gel des actifs d’entreprises chiliennes travaillant à Cuba. Le régime castriste bloqueraient ces actifs et ces fonds en échange d’une reconnaissance de dette envers les entreprises affectées, payables à cinq ans au taux d’intérêt de 2%. Il s’agit clairement d’une expropriation déguisée, prise sans consultation et sans certitude que l’argent sera réellement remboursé un jour puisque qu’aucun mécanisme institutionnel ne le garantit. On estime que l’argent confisqué par cette mesure arbitraire unilatérale atteindrait la somme d’un milliard de dollars.
 
Cette nouvelle rend compte des graves difficultés financières que traverse Cuba, conséquences de l’inefficacité propre des économies socialistes qui devient plus patente en temps de crise économique, comme celle qu’a vécu le monde à la fin de l’année 2008 et durant la plus grande partie de l’année 2009. En son temps, l’expérience socialiste cubaine avait été soutenue économiquement à bout de bras par le camp soviétique et en partie par des transferts d’argent de pays qui sympathisèrent avec sa révolution. Mais l’aide soviétique cessa au tout début des années ’90 et la sympathie fit place à remise en question face à l’absence de liberté et aux violations des droits de l’homme par la dictature castriste. Sauf exceptions, les subventions diminuèrent jusqu’à disparaître laissant le roi nu et un appareil de production lamentablement inefficace.
 
Le régime castriste a bien tenté de camoufler cette dure réalité en autorisant quelques expériences limitées de capitalisme qui permirent à l’économie de se maintenir à flot après la chute de l’Union soviétique et la perte du soutien du grand-frère idéologique. On connaît celles du secteur touristique, mais des projets capitalistes virent également le jour dans les secteurs agricole et de l’importation. Cependant l’incertitude politique et économique ont freiné ces expériences, ainsi que le blocage idéologique qui empêche de les étendre à d’autres domaines, en partie par crainte de voir une proportion grandissante de la population subvenir à ses propres besoins indépendamment de l’État et réclamer d’avantage de libertés politiques. Aujourd’hui l’interdiction imposée qui frappe les investissements étrangers va achever d’asphyxier l’initiative privée dans l’île du docteur Castro et, par ses effets économiques, accélèrera sans doute la décomposition de la dictature castriste.
 
Cet épisode montre clairement, une fois de plus, comment dans les régimes non démocratiques, sans réel État de droit, le sort des initiatives privées dépend de la volonté du dictateur. Dans ce cas d’espèce, nombre des entreprises privées qui souffrent des conséquences de ce « corralito » se développèrent sous l’impulsion et la protection initiale de Fidel Castro. Mais ce dernier – même s’il reste la figure centrale de la désastreuse expérience socialiste cubaine – a cessé de contrôler les affaires du gouvernement et aujourd’hui l’État est contrôlé par un autre groupe ayant à sa tête son frère Raúl, qui ne se sentent aucunement obligés envers les investisseurs, dont les bénéfices, clairement, étaient le fruit du caprice du dictateur de service. C’est le risque classique de ce genre de business : quand change le dictateur ou quand on perd sa faveur, on perd le privilège, sans recours efficace possible devant une quelconque institution juridique, propre des démocraties libérales et capitalistes. C’est ce fait même qui finit par condamner les citoyens d’une société socialiste à la pauvreté. Car ce n’est pas par hasard s’il n’a existé aucun pays qui, se fiant au manuel socialiste, ait atteint une prospérité durable au bénéfice de ses habitants. Dans le meilleur des cas, on n’obtenait qu’une fausse égalité assise sur une médiocrité économique couplée à une effrayante absence de liberté politique.
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.08/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Disjecta Disjecta 16 avril 2010 11:22

    Comme d’habitude avec Lucilio, le faux chevalier blanc de la démocratie : article de propagande pure. C’est une honte pour Agoravox de laisser passer pareil torchon.
    A propos de la « désastreuse expérience socialiste cubaine », il y a au moins un organisme qui n’est pas d’accord avec vous (mais ça serait pas étonnant qu’il soit stipendié par le régime castriste) : la Banque Mondiale. Pour la bonne bouche, un extrait d’un rapport de cet organisme de propagande cubain :
    Aujourd’hui, la performance sociale de Cuba est l’une des meilleures du monde en voie de développement, comme le documentent de nombreuses sources internationales, y compris l’Organisation mondiale de la santé, le Programme des Nations unies pour le développement et d’autres agences de l’ONU, ainsi que la Banque mondiale.


    • italiasempre 16 avril 2010 13:22

      Aujourd’hui, la performance sociale de Cuba est l’une des meilleures du monde en voie de développement 

      Heureusement.
      Les autorités castristes ont décidé, pour réduire la dépendance alimentaire de l’ile, d’attribuer 1,5 million d’hectare de friches à des petits agriculteurs. Seul hic, la pénurie de matériel agricole et des semences, achetés à grands frais à l’ennemi impérialiste. 
      En revenche, le retour systématique à la traction animale permet de pailler la pénurie d’essence. (Marianne)

      (On peut aussi raisonnablement se demander ce que fout Chavez). 

    • Jean-paul 16 avril 2010 13:57

      Disjecta ,admirateur de fidel Castro ,pars vivre a Cuba et tu verras ce qu’est la propagande pure .


    • Lucilio Lucilio 16 avril 2010 19:22

      « Aujourd’hui, la performance sociale de Cuba est l’une des meilleures du monde en voie de développement, comme le documentent de nombreuses sources internationales, y compris l’Organisation mondiale de la santé, le Programme des Nations unies pour le développement et d’autres agences de l’ONU, ainsi que la Banque mondiale. »


      Quelle bonne blague !
      Donne-nous seulement une référence sourcée de la Banque mondiale qui vanterait la soi-disant « performance sociale » du régime castriste.
      Pour mémoire : aujourd’hui le régime alimentaire moyen des Cubains est moins calorifique qu’avant 1959 ; en 2009, les Cubains ont produit autant de sucre qu’en 1902, avec un population 10 fois supérieure ; aujourd’hui, les patients cubains doivent apporter leurs propres draps, savon, papier rhygiénique et médicaments quand ils se font hospitaliser.

    • foufouille foufouille 16 avril 2010 11:42

      la derniere fois moins 86 de votes negatifs
      les libertasplusriens sont peu nombreux


      • Lorenzo extremeño 16 avril 2010 11:52

        Plus je regarde la photo de Lucilio,
        plus je trouve qu’il a ce sourire imbécile et satisfait
        des imbus d’eux mêmes, et les « dents du bonheur »
        provoqué par la succion du pouce,
        comme á la poursuite infantile d’un bonheur
        qu’il ne trouveras jamais...

        Alors il compense avec ses nartiques propagandistes
        de son idéologie puante.

        Bon, tu peux replier Lucilio. smiley


        • Pyrathome pyralene 16 avril 2010 12:08

          La croisière s’amuse , mais on s’en tape des mensonges à Lulu......
          le mieux est de l’ignorer , inutile de lui faire du buzz , ça lui ferait trop plaisir.....


        • italiasempre 16 avril 2010 12:21

          On avait dit pourtant pas le physique, Lorenzo...


          Sinon, pourquoi « article propagandiste » ? Ce n’est peut-être pas vrai ce que dit aujourd’hui Lucilio ?


        • Lorenzo extremeño 16 avril 2010 12:53

          @ italiasempre

          oh ! zut j’avais oublié !  smiley

          excellent le lien... comme quoi Lucilio il se fourre le doigt dans l’oeil

          caramba ! encore le physique ! incorrigible !

          signé :españasiempre


        • italiasempre 16 avril 2010 13:04

          Et Pas le pseudo non plus ! C’est écrit dans la Charte citoyenne. 

          Et franchement ,extremeño vous va tellement mieux... 

        • Lorenzo extremeño 16 avril 2010 13:16

          @italiasempre

          c’était juste une pointe d’humour  smiley

          en France ça rigole plus j’ai l’impression smiley

          vrai,extremeño c’est tellement mieux. smiley

          Cordialement.


        • italiasempre 16 avril 2010 13:25

          C’est l’absence de smileys dans mon post qui ne vous permet pas de déceler MON humour à moi, Lorenzito ? 

          Je vais vous en mettre alors smiley smiley smiley 
          C Aussi

        • Lorenzo extremeño 16 avril 2010 13:48

          Effectivement je n’avais pas décelé votre finesse, merci.


        • fonzibrain fonzibrain 16 avril 2010 14:03

          Débat
          Conversations avec la bloggeuse cubaine Yoani Sánchez 
          par Salim Lamrani*

          Voici un débat rare et instructif : la bloggeuse cubaine anti-castriste Yoani Sánchez a souhaité dialoguer avec l’universitaire français Salim Lamrani. L’un et l’autre sont les voix les mieux relayées sur le net des deux camps. Ils sont donc reconnus par tous comme représentatifs et emblématiques des deux points de vue qui s’affrontent. 
          Très vite, Mme Sánchez s’avère incapable d’étayer les critiques et accusations qu’elle formule à l’encontre du gouvernement cubain, tandis que M. Lamrani cite des faits précis et s’appuie sur des documents et des rapports internationaux non contestés. 
          En définitive, le déséquilibre qualitatif entre l’argumentaire des deux débatteurs est si flagrant que l’on s’interroge sur la bonne foi des anti-castristes et des médias qui relayent un discours dénué de fondement.

          oani Sánchez est la nouvelle figure de l’opposition cubaine. Depuis la création de son blog Generación Y en 2007 [1], elle a obtenu d’innombrables prix internationaux : le prix de Journalisme Ortega y Gasset (2008), le prix Bitacoras.com (2008), le prix The Bob’s (2008), le prix Maria Moors Cabot (2008) de la prestigieuse université étasunienne de Columbia. De la même manière, la bloggeuse a été sélectionnée parmi les 100 personnes les plus influentes du monde par la revue Time (2008), en compagnie de George W. Bush, Hu Jintao et le Dalaï Lama. Son blog a été inclus dans la liste des 25 meilleurs blogs du monde de la chaîne CNN et la revue Time (2008). Le 30 novembre 2008, le quotidien espagnol El País l’a inclus dans sa liste des 100 personnalités hispano-américaines les plus influentes de l’année (liste dans laquelle n’apparaissaient ni Fidel Castro ni Raúl Castro). La revueForeign Policy a fait mieux en décembre 2008 en l’incluant parmi les 10 intellectuels les plus importants de l’année et la revue mexicaine Gato Pardo en a fait de même pour l’année 2008.

          Cette impressionnante avalanche de distinctions ainsi que leur caractère simultané ont soulevé de nombreuses interrogations, d’autant plus que Yoani Sánchez, selon ses propres aveux, est une parfaite inconnue dans son pays. Comment une personne méconnue de ses propres voisins – toujours d’après la bloggeuse – peut-elle faire partie de la liste des 100 personnalités les plus influentes de l’année ?

          Un diplomate occidental, proche de cette opposante atypique au gouvernement de La Havane, avait lu une série d’articles que j’avais écrits au sujet de Yoani Sánchez et qui étaient relativement critiques à son égard [2]. Il en référa à la bloggeuse cubaine et cette dernière avait alors souhaité me rencontrer pour apporter quelques éclaircissements sur plusieurs sujets que j’avais soulevés.

          La rencontre avec la jeune dissidente à la réputation controversée n’a pas eu lieu dans quelque appartement obscur aux volets fermés ou dans un endroit isolé et reclus pour échapper aux oreilles indiscrètes de la « police politique ». Au contraire, elle s’est déroulée dans le lobby de l’hôtel Plaza, dans l’hyper-centre de La Vieille Havane, lors d’un après-midi baigné de soleil. Le lieu était fréquenté par de nombreux touristes étrangers qui déambulaient dans l’immense salon du majestueux édifice touristique qui a ouvert ses portes au début du XXe siècle.

          Yoani Sánchez est proche des ambassades occidentales. En effet, un simple coup de fil de mon contact à midi a permis de fixer un rendez-vous trois heures plus tard. A 15 heures, la bloggeuse est apparue souriante, vêtue d’une jupe longue et d’un tee-shirt bleu. Elle portait également une veste de survêtement pour faire face à la relative fraîcheur de l’hiver havanais.

          L’entretien a duré près de deux heures autour d’une table du bar de l’hôtel, avec la présence de son mari Reinaldo Escobar, qui l’a accompagnée durant une vingtaine de minutes avant de quitter les lieux pour un autre rendez-vous.

          Yoani Sánchez s’est montrée extrêmement cordiale et affable et a fait preuve d’une grande tranquillité. Le ton de voix était assuré et à aucun moment elle n’est apparue mal à l’aise. Habituée aux médias occidentaux, elle domine relativement bien l’art de la communication.

          Cette bloggeuse cubaine, à l’allure frêle, est intelligente et sagace et est consciente, même si elle a du mal à le reconnaître, que sa médiatisation en Occident n’est pas le fruit du hasard mais est due au fait qu’elle prône l’instauration d’un « capitalisme sui generis » à Cuba.


          suite ici http://www.voltairenet.org/article164956.html


          c’est bon de remmetre les pendules à zéro ...

          http://fonzibrain.wordpress.com/


          • Julius Julius 16 avril 2010 14:49

            Peut-être mieux que de lire interperation de Yoani Sanchez par Mr.Lamrani (qui est connu comme un colabo avec le régime criminel catrist) est de lire directement ce que Yoani Sanchez a écrit :


          • foufouille foufouille 16 avril 2010 14:58

            lien mort julius


          • foufouille foufouille 16 avril 2010 16:05

            apres avoir lu un peu
            elle doit tres tres malade de revenir vivre la bas
            en fait ils sont tous morts de faim depuis longtemps !!!!
            mdr


          • Julius Julius 16 avril 2010 17:04

            Vous savez, certaines personnes aiment leur pays et préfèrent vivre à l’intérieur, même si c’est une dictature. Et ils peuvent essayer de changer le système - au profit des autres.


          • foufouille foufouille 16 avril 2010 17:14

            dans son cas ca ressemble a devenez les immigres US comme a haiti
            si j’avais les moyens et un passeport, j’irais bien voir sur place
            reste que les democraties sous tutelle FMI, c’est pareil
            avec pas d’education ni soins
            pour une dictature, bizarre qu’elle acces a internet
            dans la chine liberale c’est interdit


          • Lucilio Lucilio 16 avril 2010 20:35

            « ...Très vite, Mme Sánchez s’avère incapable d’étayer les critiques et accusations qu’elle formule à l’encontre du gouvernement cubain, tandis que M. Lamrani cite des faits précis et s’appuie sur des documents et des rapports internationaux non contestés. »


            Bon, voyons quelques faits non contestés :

            - il est impossible de quitter Cuba sans l’autorisation de la dictature castriste ;
            - il est impossible aux Cubains de changer de domicile sans autorisation de la dictature castriste ;
            - à Cuba, il est interdit d’imprimer et de publier sans autorisation de la dictature castriste ;
            - moins de 2% des Cubains ont accès à Internet ;
            - la loi 88 punit le fait de recevoir des publications de l’étranger ou de visiteurs étrangers ;
            - il est interdit aux Cubains de communiquer librement avec des journalistes étrangers ;
            - les Cubains sont interdits d’entrée dans les sites touristiques réservés aux étrangers, dans leur propre pays, sans autorisation de la dictature castriste ;
            - les Cunains ne peuvent solliciter un emploi dans les entreprises étrangères établies à Cuba sans autorisation de la dictature castriste ;
            - il est interdit aux Cubains de vendre leurs biens ou leur production sans autorisation de la dictature castriste ;
            - il est interdit aux Cubains d’intégrer un syndicat non gouvernemental ;
            - il est interdit aux Cubains de monter sur la moindre barque sans autorisation de la dictature castriste ;
            - il est impossible aux Cubains de choisir leur avocat ;
            - il est interdit de ne pas participer aux manifestations gouvernementales ;
            - il est impossible de refuser de participer au « travail volontaire » ;
            - il est interdit de critiquer les lois sans autorisation de la dictature castriste ;
            - il est interdit aux Cubains de transporter des produits alimentaires d’une province à une autre ;
            - il est interdit aux Cubains d’importer directement de l’étranger frigos, cuisinière, toaster, four micro-ondes, etc. ;
            - il est impossible aux étudiants cubains de choisir librement leur future carrière ;
            - il est interdit d’acheter du lait pour un enfant âgé de plus de 7 ans ;
            - etc. ;
            - etc. ;
            - etc.

          • foufouille foufouille 16 avril 2010 21:23

            @ lucillio le vampire
            il aurait ete de dire il est autorise ...........
            comme en france


          • Jean-paul 17 avril 2010 03:41

            @ Lucillo
            Vous pouvez ne pas participez a une manifestation gouvernementale mais vous devenez anti social et risquer de perdre votre travail.
            Certains medecins ont reussi a quitter le pays mais leur famille (femme et enfants sont restes prisonniers du gouvernement sans pouvoir sans visa pour sortir de Cuba .


          • Jean-paul 16 avril 2010 14:38

            @Fonzibrain

            La difference ,a Cuba on t’oblige a travailler pour le gouvernement (12 dollars salaire mensuel )et tu n’as aucune informations sur ce qui se passe dans ton pays .
            En France on te file un RSA pour continuer a ne rien foutre et avoir tout le temps de lire les articles de Lamrani .

            www.therealcuba.com


            • foufouille foufouille 16 avril 2010 15:00

              et en allemagne 1€/h
              et au rsa tu doit chercher du boulot
              en france tu fait une EMT gratos pour un GentilPatron qui lui touche 2€/h en plus


            • ELCHETORIX 16 avril 2010 14:54

              Bonjour , toujours en train d’écrire des pamphlets sur la politique Cubaine , le
               « chantre » du libéralisme  !
              Article toujours aussi propagandiste et anti-CUBAIN , donc très mauvais article !
              Hasta luego , compagnero !
              RA .


              • Jean-paul 17 avril 2010 03:34

                @ ELCHETORIX
                L’article est pour le peuple mais contre la dictature cubaine .

                VIVA CUBA LIBRE !!!!

                Hasta luego ,come mierda !


              • Proudhon Proudhon 16 avril 2010 20:19

                Encore un article d’un Bouffon des bas-fond qui n’a jamais mis les pieds à Cuba. Va voir Cuba, ensuite va voir la République Dominicaine, Haiti et ensuite tu pourras comparer.

                Hasta la Victoria Siempre


                • Lucilio Lucilio 16 avril 2010 21:04

                  « Va voir Cuba, ensuite va voir la République Dominicaine, Haiti et ensuite tu pourras comparer. »


                  Oui, on peut comparer et la comparaison n’est pas flatteuse : aujourd’hui, les Cubains sont à peine mieux lotis que les Haïtiens et pas plus que les Dominicains. Alors qu’en 1959, les Cubains se trouvaient parmi les trois pays latino-américains les plus développés et on comparait Cuba à l’Argentine et à l’Uruguay et non pas à la République dominicaine ou Haïti. En plus, jusqu’à 1959, les Cubains étaient mieux lotis que les Grecs, Italiens, Espagnols ou Portugais et jusqu’à cette date, c’étaient des dizaines de milliers d’immigrés européens qui partaient vivre à Cuba.

                • Jean-paul 17 avril 2010 03:30

                  @ Proudhon
                  Toi par contre tu n’as jamais mis les pieds a Cuba .


                • Proudhon Proudhon 18 avril 2010 17:23

                  @jean paul 3
                  Pas de chance mon pauvre, j’y suis allé en Novembre 2004 à Cuba. Et oui c’est là toute la différence...
                  Le pape aussi d’ailleurs y est allé. Etonnant non ?


                • latitude zéro 16 avril 2010 20:35

                  Cuba subit la crise économique mondiale , au même titre que la totalité des pays.

                  Il est flagrant de constater que , comme d’habitude, chaque fait nouveau ou événement à Cuba est exploité et tordu sans retenu au bénéfice de la propagande anti Cubaine qui sévit depuis 50 ans.

                  Cette crise , amenée ( provoquée ) par les Etats Unis, touche les pays développés comme les autres, quelque soit leur régime politique.
                  Dans ce monde globalisé et sous domination ultra libérale, personne ne peut y échapper !
                  Cette crise mondiale est ressenti bien plus fortement par les pays du tiers monde encore sous le joug de l’impérialisme US et voient leur taux de croissance passé à zéro ou en récession .
                  Certain pays Européens comme l’irlande, sans parler de l’Islande , sous économie capitaliste, sont en récession.

                  L’économie Cubaine, après une croissance soutenue ces dernières années ( sauf 2009 , début de la crise : 1,4 %) subit cette crise depuis un an environ, et verra probablement son taux de croissance en 2010 réduit à 1% .

                  Son taux de chômage de 1, 6 % reste stable.

                  La principale exportation, le nickel, est passé de 50 000 dollars/tonne sur le marché mondial à 10 000 dollars en 2009. !

                  Le tourisme est stable en fréquentation mais avec une moindre dépense sur place.
                  On peut noter que si le blocus était levé, le gouvernement Cubain estime à 2 millions de touristes supplémentaires en provenance des Etats-Unis.

                  2 événements à prendre en compte sont le passage de 3 ouragans en été 2008 qui ont dévasté l’agriculture avec une perte de 20% du produit intérieur brut.

                  Puis le blocus US, que subit Cuba depuis 50 ans en toute illégalité, est aussi fortement lié à la crise économique mondiale actuelle qui accentue les effets du blocus.
                  Les pertes qui étaient estimées à 96 milliards de dollars, pourraient s’élever en réalité à plus de 200 milliards de dollars en prenant en compte la dévaluation du dollars, c’est à dire 15 ans de PIB Cubain !!

                  Les surcouts sur le marché des changes sont énormes , dû à la difficulté de payer en dollar sur le marché international.

                  Il est à noter que le secteur privée de l’économie Cubaine ( pas dans le sens exact ou l’entend l’ami Lucilio !!) progresse ( trop prudemment peut être ? débat ouvert !) est atteint aujourd’hui 25 % de l’économie totale de l île.
                  Les secteurs tels que les minerais, le pétrole, et une grande partie de l’agriculture ( sucre) resteront toujours gérés par l’état Cubain. ( multinationales passez votre chemin !)
                  12 % des terres agricoles sont actuellement privées.

                  On est donc loin du catastrophisme à la Lucilio, mais simplement à un pays qui fait face comme tout le monde à la crise actuelle , tout en gérant le blocus US et ses catastrophes naturelles.

                  2 bonnes nouvelles :

                  1)
                  En 2008, la CUPET ( pétrole de Cuba) a estimé les nouvelles réserves pétrolières exploitables à 20 milliards de barils !
                  Vers 2015, Cuba pourrait produire 700.000 barils quotidiens supplémentaires.
                  Nul doute que le Vénézuela et le Brésil aideront Cuba sur les investissements nécessaires à l’extraction.

                  Mais peut être est ce là l’explication à ce regain de propagande anti Cuba ... allez savoir !!

                  2)
                  Le cable à fibre optique pour internet entre Cuba et le Vénézuela, mis en place par un cablier chinois, sera bientôt opérationnel et permettra aux Cubains de se connecter plus facilement et à surtout à moindre coût .

                  Lucilio ferait mieux de s’inquiéter de l’état de la France, beaucoup plus préoccupant !!!

                  HASTA LUEGO


                  • Lucilio Lucilio 16 avril 2010 20:55

                    « L’économie Cubaine, après une croissance soutenue ces dernières années... »

                    Pour mémoire, cette croissance n’a été possible que grâce à la libéralisation de trop rares secteurs économiques cubains. Ce qui a permis quelques investissements étrangers dans l’île du docteur Castro. Raúl, en se livrant à une expropriation déguisée des entreprises étrangères, va seulement couler encore un peu plus l’économie.

                    Sinon, c’est bien gentil de parler de la croissance rikiki de l’économie cubaine qui a suivi l’effondrement presque total du début des années ’90. Mais sur le long terme, y a pas photo : Cuba produit aujourd’hui autant de sucre qu’il y a un siècle avec une population 10 fois supérieure. Et en 1959, Cuba était un des trois pays latino-américains les plus développés économiquement et socialement avec l’Argentine et l’Uruguay. Aujourd’hui, c’est le second pays le plus misérable, à peine mieux lôti que Haïti..


                    « Son taux de chômage de 1, 6 %... »

                    Quelle bonne blague. Nous savons tous ce que signifie l’absence de chômage dans pays socialistes : « On fait semblant de travailler et le gouvernement fait semblant de nous payer. »


                    « Puis le blocus US... »

                    Encore cette couille éculée de la propagande castriste : Cuba n’a jamais subi de blocus (sauf 2 semaines durant la crise des missiles). Cuba peut commercer avec le monde entier, comme tu le rappelles toi-même en parlant des ventes de nickel (t’as vraiment pas peur du ridicule en te contredisant grossièrement en moins de deux lignes). Mieux : les States sont devenus un des principaux partenaires commerciaux de Cuba.


                  • latitude zéro 16 avril 2010 22:59

                    Lucilio

                    Ca sera mon dernier commentaire parceque tu n’es qu’un gros menteur.
                    Et on ne peut pas discuter avec des types dans ton genre qui ne font que mentir effrontément et qui ne font que de la provocation.

                    D’ailleurs, même ton avatar va dans ce sens pour essayer de provoquer chez certain un dérapage raciste.

                    Tu dis

                    "Cuba n’a jamais subi de blocus« 

                     »Cuba peut commercer avec le monde entier, comme tu le rappelles toi-même en parlant des ventes de nickel"

                    Tu sais très bien que Cuba contourne le blocus avec beaucoup de difficultés et ne peut commercer qu’ avec des entreprises qui ne sont pas US ou affiliés ou sous traitants etc....
                    Ou qu’elles soient dans le monde et elles sont nombreuses !
                    Une entreprise qui veut exporter aux USA ou vers une autre entreprise US ou affiliés à l’étranger doit prouver que son produit ou sa marchandise ne contient aucun composant Cubain.
                    Une compagnie de fret maritime dont le bateau accoste à Cuba n’a plus le droit d’approcher les côtes US pendant 6 mois.
                    Je laisse imaginer les couts de transports ...
                    Les Cubains ont beaucoup de mal a acheté sur les marchés de leur choix car il se trouve toujours un véto Américain assorti de représailles commerciales pour dissuader le vendeur.

                    Les Etats-Unis sacrifie la croissance de certaines de leurs entreprises pour ne pas commercer avec Cuba.
                    Les sanctions sont lourdes
                    Le contournement du blocus se fait par transactions , via un pays tiers par un intermédiaire…
                    C’est lourd , compliqué et cher, très cher !!

                    Tout cela PLOMBE l’économie Cubaine , que tu le nies ou non !!!

                    Maintenant, parmi tes NOMBREUX mensonges , je n’en prendrais qu’un ( avec des pincettes !) car j’ai peu de temps .
                    A propos d’Internet tu dis qu’il y a 2 % seulement d’abonnés.
                    FAUX
                    12,87 % de la population.

                    Actuellement, 1 400 000 personnes connectées à Cuba !

                    2 millions d’enfants chaque jour se connectent dans leurs écoles.
                    146 écoles, parmi les plus reculées qui ont toutes leur laboratoire informatique, car le gouvernement Cubain accorde beaucoup d’importance aux nouvelles technologies.

                    600 clubs informatiques communautaires réparties sur tout le territoire, avec une fréquentation moyenne d’un million de personnes chaque jour.

                    Pas libre les internautes Cubains ?

                    Le rapport le plus sérieux et le plus objectif ( pas la farce de RSF) de Open Net initiative, une organisation Américaine financée par des universités US , dans un classement des pays qui filtrent le plus internet place Cuba au 20 ième rang seulement !
                    Le trio de tête étant la Chine, la Syrie, l’Arabie Saoudite.

                    Cuba est placé en 20 ième place derrière les pays qui filtrent le plus Internet comme ....
                    L’Angleterre 16 ième,
                    la France 17 ième (avant les lois hadopi, loppsi et compagnie ...la France rejoindra le Top Ten)
                    Le canada 18 ième
                    USA 19 ième

                    Pour quelles raisons Cuba est placé 20 ième. ?
                    Y a t’il des filtres , comme l’interdiction de sites dissidents ?
                    NON, principalement pour le cout prohibitif de la connexion pour un Cubain .
                    Le gouvernement US refusant la connexion du réseau à leur fibre optique, les communications se font par satellites .

                    Sur quels sites peut on se connecter à Cuba ?
                    A peu près tous , à l’exception des sites pédophiles .
                    Même des sites de l’extrême droite ( contrairement à la France) Cubaine à Miami comme
                    le Nuevo Herald .
                    Le blog de Yoani Sanchez , généracion Y
                    des sites dissidents Cubains à Cuba , en floride ou ailleurs .
                    Le Monde.fr
                    BBC.com
                    Twitter
                    Face Book
                    You Tube etc....etc.

                    Donc il faut que tu arrêtes d’asséner tes gros mensonges Lucilio.
                    Avec tant d’aplomb que tu es un champion !!

                    ADIOS

                     

                     
                     


                  • Lucilio Lucilio 16 avril 2010 23:18

                    « Tu sais très bien que Cuba contourne le blocus avec beaucoup de difficultés... »

                    Tout ça, c’est du flan : les entreprises canadiennes commercialisent le nickel cubain sans problème et sans rétorsion aucune des USA, le groupe français Pernod Ricard commercialisent le rhum cubain dans le monde sans problème et sans rétorsion aucune des USA, la chaîne d’hôtels espagnole Maliá fait du business et vend à travers le monde des séjours touristiques à Cuba sans problème et sans rétorsion aucune des USA, etc.


                    « Les Etats-Unis sacrifie la croissance de certaines de leurs entreprises pour ne pas commercer avec Cuba. »

                    Sottises : les États-Unis sont un des principaux partenaires commerciaux de Cuba et le premier fournisseur de l’île en denrées alimentaires.


                    « ...12,87 % de la population. »

                    Eh ! On parle du vrai réseau, celui accessible par les autorités ou les touristes, pas celui contrôlé et filtré par la dictature castriste.


                    « 2 millions d’enfants chaque jour se connectent dans leurs écoles. »

                    Quelle bonne blague ! Il n’y a pas assez de papier hygiénique à Cuba, mais 2.000.000 d’enfants se connectent à Internet tous les jours.


                    « Sur quels sites peut on se connecter à Cuba ? A peu près tous... »

                    Quelle bonne blague !


                    « Le blog de Yoani Sanchez , généracion Y »

                    Quelle bonne blague ! Son site est bloqué ainsi que sa plateforme. 

                     


                  • latitude zéro 16 avril 2010 23:29

                    Waldgänger

                    Si mon argumentation est « très pauvre au demeurant » , la tienne est inexistante.
                    Bref !

                    Si je te suis, un régime socialiste ne pourrait ni améliorer l’existence matérielle de leur peuple , ni les faire profiter de la technologie moderne !
                    Mais qui te dis que c’est dans une option consumériste ?
                    Doivent ils rester pauvres, maintenant qu’ils ont l’éducation et la santé ?

                    En fait, en suivant l’idée que tu te fais d’un pays socialiste, tu dois admettre que la révolution Cubaine a donc déjà pleinement réussi. !!

                    Je crois que tu n’as rien compris de la politique de Cuba , comme celle des pays de l’Alba en général.

                    La réussite sociale et l’épanouissement de tous passent par la solidarité et la collectivité.
                    C’est ensemble qu’ils doivent s’élever, sans laisser personne sur le carreau.
                    Cherche et réfléchi de ce coté !!

                     


                  • Lucilio Lucilio 16 avril 2010 23:41

                    « La réussite sociale et l’épanouissement de tous passent par la solidarité et la collectivité. »


                    Belle réussite sociale et bel épanouissement que celui du socialisme tropical : pénurie totale partout et pour tout, prostitution devenue industrielle (comparée à celle, folklorique, des années ’50), régime dictatorial obligé d’interdire par la force à la population de voter avec ses pieds, etc.

                  • latitude zéro 17 avril 2010 00:23

                    Lucilio
                     

                    " les entreprises canadiennes commercialisent le nickel cubain sans problème et sans rétorsion aucune des USA,« 

                    Sauf si elles ont un quelconque lien avec une entreprise US ou actionnaires américains..., tu fais semblant de ne pas comprendre !!

                     »le groupe français Pernod Ricard commercialisent le rhum cubain dans le monde sans problème et sans rétorsion aucune des USA« 

                    Pareil, et il n’exporte certainement pas le rhum Cubain aux USA


                    , »la chaîne d’hôtels espagnole Maliá fait du business et vend à travers le monde des séjours touristiques à Cuba sans problème et sans rétorsion aucune des USA, etc."

                    Idem

                    Sottises : les États-Unis sont un des principaux partenaires commerciaux de Cuba et le premier fournisseur de l’île en denrées alimentaires.

                    Je n’ai jamais dit le contraire, Une grande partie des denrées alimentaires proviennent des USA, mais c’est à peu près tout , avec certain matériel médical.

                    Cuba leur vend d’ailleurs des vaccins !!

                    « ...12,87 % de la population. »

                    "Eh ! On parle du vrai réseau, celui accessible par les autorités ou les touristes, pas celui contrôlé et filtré par la dictature castriste."

                    MENSONGE

                    TOUS les cubains peuvent se connecter à l’internet international .

                    D’ailleurs les Cubains peuvent se rendre dans les hotels , donc se connecter au réseau des touristes .... Je te laisse apercevoir la stupidité de tes mensonges.

                    "Quelle bonne blague ! Il n’y a pas assez de papier hygiénique à Cuba, mais 2.000.000 d’enfants se connectent à Internet tous les jours."

                    Le papier hygiénique , si je ne me retenez pas , je te dirais ou tu peux te le mettre, mais comme je suis poli je t’explique ( ou plutôt j’explique aux lecteurs) que les problèmes d’approvisionnement et de rupture de stock sont les mêmes dans toutes les îles y compris en Guadeloupe et en Martinique, pourtant département français.

                    Prendre comme argument une absence momentanée d’un produit et du niveau débile léger !


                    « Le blog de Yoani Sanchez , généracion Y »

                    « Quelle bonne blague ! Son site est bloqué ainsi que sa plateforme. »

                    MENSONGE

                    On obtient son site sans problème .

                     

                     

                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès