Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le coup d’Etat en cours au Brésil

Le coup d’Etat en cours au Brésil

Brésil Rédaction France

La Nouvelle Campagne de la Légalité, impulsée par plus de huit mille juristes de tous les états du Brésil vient de commencer aujourd’hui. Elle cherche à transmettre au monde le manifeste qui dénonce le coup d’Etat en cours au Brésil.

Contexte

La Présidente Dilma Roussef a été la cible d’attaques systématiques provenant de l’opposition politique, des grands médias et des secteurs conservateurs de la société, depuis l’annonce officielle de sa victoire au second tour des élections de 2014. Dans un premier temps, avant même que la Présidente ne soit investie de ses fonctions, l’opposition a initié une campagne destinée à répandre le doute quant à la confiance sur le dépouillement des votes et sur la régularité du système informatique électoral.

Par un acte inédit depuis l’implantation du vote électronique (1996), le Tribunal Suprême Électoral a autorisé un audit à la demande du candidat vaincu, en l’absence de tout indice de fraude. Bien que cette première tentative de déstabilisation du gouvernement se soit soldée par un échec, le candidat de l’opposition, insatisfait de ce résultat, a appelé la population brésilienne à sortir dans les rues et à demander la démission de la Présidente, accusée d’avoir abusé des finances publiques afin de remporter les élections. Les principaux mouvements organisateurs des protestations, auto-intitulés “sans-partis et spontanés”, d’orientation politique conservatrice et financés par de grandes entreprises brésiliennes et étrangères défenseurs du libre marché, veulent l’impeachment.

Au début de l’année 2015, la coalition du candidat vaincu a demandé à la Justice Électorale de statuer sur la régularité des mandats de la Présidente et du Vice-Président, alléguant un abus de pouvoir politique et économique durant la campagne (à la fin de l’année 2015, cette action fut déclarée recevable par le Tribunal et n’a pas encore été jugée). Au cours de l’année 2015, les attaques de l’opposition se sont intensifiées. Et c’est à ce moment que la société Petrobras se trouve être la cible de la plus grande opération anti corruption jamais réalisée dans le pays – ce qui a justement été rendu possible en raison des mesures d’inspection et de transparence approuvées tout au long des années de gouvernement du Parti des Travailleurs. Les grands médias privés promeuvent les actions du juge Sérgio Moro – chargé des procès instaurés à partir des investigations policières – comme un spectacle de masses. Tout ceci se traduit par une couverture médiatique systématique et partiale des faits, renforcée par des commentaires dépréciatifs quant au gouvernement et stigmatisant quant à ses soutiens. Les grands groupes de communication s’évertuent clairement à déconstruire l’un des camps de la dispute politique et à renforcer l’autre, fomentant l’idée que le Parti des Travailleurs est responsable de la corruption structurelle du Brésil. Ils réduisent la dimension des manifestations populaires en faveur du gouvernement et occultent les nuances et les complexités du moment politique, en s’associant aux protagonistes de la campagne “Dehors Dilma !”.

Déjà en 2015, le Président de la Chambre des Députés, Eduardo Cunha, qui fait l’objet d’investigations pour son implication dans les affaires de corruption de la Petrobras et mis en cause pénalement pour avoir reçu des pots de vin sur un compte bancaire suisse, a reçu la demande d’impeachment fondée sur 1) les “pédalages fiscaux” (2015), présentés comme des opérations de crédit entre la Fédération Brésilienne et des banques publiques (Banco do Brasil, Caixa Econômica Federal e BNDES- Banque Nationale pour le Développement Économique et Social) et 2) l’édiction de six décrets non énumérés responsables de l’ouverture de crédits supplémentaires, sans autorisation législative. Aucune de ces deux actions pourtant ne répond à l’exigence constitutionnelle d’offense à la Loi de Finances et ne constitue ainsi un crime de responsabilité, qui serait la seule et unique raison pour laquelle l’ordre juridique brésilien autorise le procès d’impeachment. Eduardo Cunha, encore non suspendu par la Commission d’Éthique de la Chambre des Députés, exerce en toute impunité ses fonctions de Président de la Chambre. Dans ces circonstances, et avec l’appui de l’opposition vaincue par les urnes en 2014, il s’apprête à conduire la première et plus importante phase du procès d’impeachment. Par ailleurs, avec le risque de perdre son mandat, sans preuves, investigation ou accusation de fraude fiscale ou de dissimulation d’informations sur ses biens et son patrimoine, la Présidente Dilma Roussef, qui n’a pas de compte bancaire à l’étranger, et dont le nom ne figure sur aucune liste de politiciens impliqués dans des affaires de corruption, n’apparaît sur aucune opération de repentance pour avoir reçu ou offert des pots de vin, et ne figure pas comme accusée ou mise en cause dans des investigations policières ou criminelles.

D’un côté, le principe de présomption d’innocence, de l’autre, la présomption de faute comme règle politique du moment. La Commission Spéciale du procès d’impeachment de la Chambre des Députés est composée majoritairement d’hommes politiques qui ont notoirement reçu des donations de campagne électorale de la part d’entreprises soumises à enquête dans les détournements de la Petrobras. Les membres de cette Commission sont des députés également soumis à enquête par cette même opération policière. Le Brésil vit un moment particulier de grande appréhension et de souffrance. La rue et les réseaux sociaux distillent la haine contre ceux qui appellent à la défense de la Démocratie ou du Droit. Les citoyens de base ainsi que des personnalités publiques qui ne participent pas du “faux consensus” produit par l’opposition, deviennent la cible d’attaques personnelles stimulées par les médias conservateurs et dominants, clairement intéressés par l’inversion du résultat électoral produit par les urnes. La Présidente Dilma est offensée, tout particulièrement dans sa condition de femme, par des insultes machistes et des plaisanteries misogynes. Les politiciens alliés, en raison d’intérêts personnels ou électoraux, s’éloignent de la majorité présidentielle. Depuis les élections, la propre gouvernance se trouve menacée, de nombreuses actions sont bloquées par le parlement, afin de fomenter la crise économique et sociale qui permet d’asseoir le discours du coup d’état. Le Droit, a été, pour de nombreux juristes ou agents du système judiciaire, utilisé comme un instrument politique d’inversion du résultat des urnes, en flagrant délit d’abandon des principes élémentaires défendus par les diverses instances judiciaires.

Ce scénario rend hautement préoccupant la perspective d’une rupture de l’ordre démocratique et d’une violation de la souveraineté populaire au moyen d’abus de pouvoir. En d’autres mots, par l’exercice d’un pouvoir qui ne se soumet pas au Droit. L’absence de fondement factuel valide quant à la motivation de l’impeachment, l’utilisation de jugements politiques vagues et imprécis, et le non respect du principe constitutionnel de légalité sont des instruments qui caractérisent ce qu’il peut convenir d’appeler un “coup d’état législatif”, un “coup d’état blanc”, ou un “coup d’état occulte” (la déposition de Fernando Lugo, Président du Paraguay, en 2012, bien que n’étant
pas un cas isolé en Amérique Latine, est la typique illustration et application de ce jugement politique qui conduit à la déposition du Chef du Pouvoir Exécutif dans un système présidentiel : “mauvais bilan politique”). Pourtant, dans le régime présidentiel, le jugement sur le bilan politique du mandataire est le citoyen, au moyen du vote issu d’un suffrage régulier et direct et en aucun cas par le Législatif, sous peine de rupture de l’État Démocratique de Droit.

NOUVELLE CAMPAGNE POUR LA LÉGALITÉ : MANIFESTE DES JURISTES EN DÉFENSE DE LA CONSTITUTION ET DE L’ETAT DE DROIT

À Mme la Présidente de la République, à Mmes et MM. les Sénateurs et Sénatrices, à Mmes et MM les Députés Fédéraux, à Mmes et MM les Membres de la Cour Suprême Fédérale, au Peuple Brésilien.

La Nouvelle Campagne pour la légalité : Manifeste des Juristes en Défense de la Constitution et de l’État de Droit.

Nous, soussignés, juristes, avocates et avocats, professeures et professeurs de Droit du pays tout entier, entendons par le présent manifeste :

1 – Affirmer l’État de Droit Démocratique et Constitutionnel, qui doit être soumis aux lois et se réaliser par la loi, qui ne peut admettre aucune violation de garanties fondamentales établies ainsi qu´aucune instauration d’un État d’exception par le truchement d’un procès d’impeachment sans fondement juridique.

2 – Défendre l’impartialité de la Justice, qui doit pouvoir fonctionner selon les règles de la Constitution et de l’ordre juridique, refusant son fonctionnement sélectif ainsi que les persécutions politiques de quelque nature.

3 – Défendre la répression de la corruption, qui doit être réalisée de manière éthique, républicaine et transparente, sans que cela ne conduise à quelque restriction ou infléchissement des droits des citoyens ou l’utilisation irresponsable de moyens de communication quant à l’établissement artificiel et impropre d’actes judiciaires. La lutte contre la corruption ne peut s’exercer à l’encontre des droits et garanties du citoyen.

4 – Affirmer que nous lutterons pour la préservation de la stabilité et du respect des institutions politiques, ce qui en ce moment de crise se révèle être une position prudente, afin d’assurer le respect de la volonté populaire, qui doit se manifester par les règles définies dans la Constitution, au moyen d’élections directes régulières et périodiques.
Le Brésil traverse actuellement une grave crise au cours de sa récente démocratie. Pendant les années de dictatures, nombre de citoyens ont souffert et se sont sacrifiés pour que nous puissions aujourd’hui exercer pleinement nos droits.

La corruption n’est pas un fait nouveau, elle demeure présente depuis trop longtemps et doit être fortement combattue. Mais afin d’éliminer la corruption nous ne pouvons pas, au risque de faire régresser la protection des droits du citoyen brésilien – comme ce fut le cas pendant la dictature militaire instaurée après le Coup d’État de 1964 –, permettre de relativiser la présomption d’innocence ou d’établir l’existence d’actes arbitraires comme les mandats d’amener coercitifs de simples témoins ou mis en cause, de détentions provisoires, sans base juridique légale afin d’obtenir des accords de réduction de peine pour repentance ou d’écoutes téléphoniques illégales qui violent les prérogatives des avocats et jusqu’à ceux de la Présidence de la République.

En outre, nous ne pouvons pas admettre la compromission des principes démocratiques qui régissent le procès pénal, ainsi que les opérations médiatiques et les fuites sélectives, qui visent à détruire les réputations et à interférer dans le débat politique, en plus de provoquer des tensions au sein de l’opinion publique afin de légitimer ces opérations. Nous ne pouvons pas accepter l’infléchissement du principe démocratique au moyen d’un impeachment sans fondement juridique. La constitution exige, en effet, la commission d’un crime de responsabilité qui doit être préalablement défini par la loi. Il n’en va pas ainsi de quelque décision politique liée à la satisfaction ou à l’insatisfaction de la gestion de l’exécutif. Le vote populaire choisit le Président pour un mandat de quatre ans, au terme duquel il sera évalué. Même si l’on suppose que l’impeachment est une décision politique, cela ne lui retire point sa juridicité, c’est-à-dire son caractère de décision juridique conforme à la Constitution.

L’approbation des lois ou l’édiction de décrets sont aussi des décisions politiques et ne peuvent, ainsi, aller dans un sens contraire à la Constitution. Affirmer que le jugement est politique ne peut pas signifier que la Constitution puisse être violée. La preuve de l’existence d’un crime est une condition de constitutionnalité de l’impeachment. Ainsi même à partir d’une analyse très légaliste du procès, la conclusion est que le crime de responsabilité ne s’impose pas. La démocratie permet la divergence de point de vue sur le caractère des décisions politiques, mais l’ultime décision quant aux erreurs et succès, au sein d’un régime démocratique, repose sur le vote populaire. Même aux parlementaires élus par le peuple il n’est pas donné de pouvoir par la Constitution d’exclure le chef de l’exécutif, aussi élu par le suffrage, sur la base de dissensions politiques, mais à peine dans la stricte et exceptionnelle hypothèse de crime de responsabilité. Dans ce sens, nous voulons affirmer que la lutte pour la préservation de la stabilité et le respect des institutions politiques passe par le respect du mandat populaire acquis au moyen du vote issu d’élections régulières.

 

L'article originale sur Pressenza


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 20 avril 14:35

    Ben oui. Rouseeff est un « ange » et « Lulla » un saint homme.


    Ex ministre de l’énergie sous Lulla, Rousseff n’était pas informée de l’existence de contrats publics surfacturés....Evidemment !
    Des commissions occultes de Petrobras, la plus grosse boite d’énergie du pays arrivant directement dans la gamelle de tous ses amis gauchistes, ses amis politiques....Elle ne savait rien.
    Ne parlons pas des écoutes téléphoniques rendues publiques ou Sakozy fait figure de poussière qui propose des « arangements » sur la licité....

    Dramatique déni gauchiste....Mais c’est habituel chez les cocos.

    • howahkan howahkan Hotah 20 avril 18:19

      @Spartacus

      bolchevique-trotskistes à la Lev Bronstein dit Trotski, pseudo communistes et neocons,souvent on retrouve les uns chez les autres , ayant les mêmes patrons,en haut , non plus haut encore, , votre propos n’a pas de sens..

      pourris de gauche et d’ailleurs sont tous ensemble....pour le malheur et pour le pire..


    • colere48 colere48 20 avril 15:06

      Lire et se frotter les yeux !!!

      Sainte Dilma victime de sa bonne foi , irresponsable et pas coupable, en dépit de son plein grée !!!

      J’ai même pas envie d’argumenter tellement le traitement du sujet me donne la gerbe !!!

      ------------

      Au fait, avez vous des nouvelles de ce « cher » Cahusac ???


      • Samson Samson 20 avril 20:21

        Seul l’alignement de sa monnaie sur le dollar offre les gages nécessaires à garantir l’intégrité morale d’une nation et de ses dirigeants, c’est pourtant bien connu !
        D’ailleurs, connaissez-vous un seul régime ayant renoncé au dollar comme monnaie de référence et qui n’ait été ou ne soit à ce point corrompu qu’une opposition soucieuse de rétablir la « démocratie » ne s’attache à le renverser ???


        • aimable 21 avril 09:05

          @Samson
          surtout que cette opposition fait le coup d’état pour avoir le gâteau pour elle seule , être corrompue est dans A D N de la droite fasciste Brésilienne et comme vous le dites elle est très liée au dollar, d’ ailleurs il me semble qu’elle a quelques casseroles qui sont sur le feu , donc elle veut aussi le pouvoir pour museler les juges .


        • Iren-Nao 21 avril 09:21

          Tout cela ressemble terriblement a une revolution de couleur de plus.
          Depuis Lula et avec Russef le Bresil n’obéit plus a l’empire du mal.
          Irennao


          • Valas Valas 21 avril 10:05

            Effectivement, les oligarques anglosaxons de l’Empire ne chôment pas dans leur conquête de la planète.
            Ils sont sans aucune pitié, méprisent les 99% restants de la population, et s’ingèrent dans les affaires des états, encore souverains, d’Amérique du Sud afin d’enlever un maximum de soutien restant au monde libre, c’est à dire entre autres les BRICS.
            Le principes est simple, à partir du moment où l’on sait que personne n’est parfait et que l’on maîtrise les accès aux métadonnées sur un maximum de personnes, il devient beaucoup plus facile de semer la zizanie via des méthodes de corruption (un de leurs outils préférés) sur plusieurs couches de sous-traitance bien dissimulées.
            Bref, ce n’est pas un scoop mais il faut effectivement le signaler, au moins pour l’information non manipulée.


            • VICTOR VICTOR 21 avril 10:07

              Merci pour cette mise au point claire et précise.


              • Zolko Zolko 21 avril 11:07

                La situation économique au Brésil est catastrophique : ce gouvernement n’a pas investi pendant les années fastes, et maintenant que les années de vaches maigres arrivent les gens ne sont pas contents. Arrêtez de tout mettre sur le dos des américains.
                 
                Regardez la Russie ou la Hongrie : là, les gouvernements actuels ont investi dans leur pays, au lieu de jouer la facilité. Là aussi, les américains - en fait, Soros et sa bande de neo-fascistes - ont tenté de déstabiliser ces gouvernements, mais ça n’a pas marché car ils bénéficiaient du soutient de la population locale qui reconnaît la volonté de ces gouvernements. C’était le cas au Brésil avec Lula, mais pas avec Dilma.


                • Anthrax 21 avril 11:59

                  @Zolko

                  « Regardez la Russie ou la Hongrie : là, les gouvernements actuels ont investi dans leur pays, au lieu de jouer la facilité »
                  Ah bon ? Donc l’agriculture ruinée de la Russie c’est un effet de cet investissement ? Poutine n’a eu besoin de personnes pour rafler les entreprises à son profit, celui de sa famille étendue et ses copains. Fuite des capitaux par dizaines de milliards (de dollars, pas de roubles), absences d’investissements étrangers, baisse de l’espérance de vie, alccolisme généralisé (pour oublier ?), record mondial d’avortement, baisse de la démographie (compensée par l’annexion de la Crimée qui a fait remonter la courbe de 2 milions d’habitants) La Russie est tellement en forme que les entreprises chinoises sont en train de s’y implanter pour bénéficier d’une main d’oeuvre asservie et moins chère que la main d’oeuvre chinoise. Voila les investissements poutinesques dans son pays.

                • toma 21 avril 12:43

                  @Anthrax
                  Mort de rire.... Quelle belle fausse image de la Russie.... 

                  Et la dette publique française ? A 10% de PIB comme la russe ? Les dettes des entreprises, remboursées à 2/3 depuis 2 ans de sanctions ? Les avoirs (devises, or, dettes étrangères et bonds en €, $, Y,...) de l’Etat dépasse-t-il la dette comme la Russie ? 

                  Qui est capable actuellement d’envoyer un homme dans l’Espace, un seul pays actuellement ? Qui produit les meilleurs moteurs de fusée vendu à la NASA et les meilleurs batteries de DCA au monde Iskander et S400, les meilleurs avions militaires (15 ans de retard de lA400M européenoblige la France à acheter des avions C130 us) et produit d’ailleurs 80% du titane sur la planète ? 

                  Tout n’est pas rose en Russie, ni au Brésil, ni en en France, mais résumer la Russie a alcoolisme, une bande de 20 oligarques et un pays de voleurs, alors que la population (hors immigration) remonte naturellement depuis 5 ans et que l’espérance de vie vient de repasser au dessus du niveau de l’URSS, enfin ! après 30 ans, sur les naissances, la chose ne peut pas être dite de tous, même le Japon, Allemagne, Italie, Pologne ne peuvent effectivement pas le dire, c’est une vision très fausse. 

                  Aller faire un tour à Saint Petersbourg, nouvel aéroport, nouveau train allemand grande vitesse, nouveau système payant d’autoroute (20P de péage), échangeurs autoroutiers, stade de foot, allongement du métro, nouvelle citée et appartements, projets de centaines villas dans le sud on se croirait en Californie parfois, à Moscou le plus grand gratte-ciel d’Europe, ainsi que le plus grand, gros et moderne aéroport d’Eurpe, devant Londres et loin, loin devant Paris !... Ca bouge, pour ca, faut sortir de chez vous. 

                  Savez, j’habite Berlin, Sankt-Petersbourg est aussi près que Nice pour moi. Les vols coutent 80 € parfois. En 1h30 de voiture je suis en Pologne, 8h en Ukraine, en 35h au Kazakhstan... Fou hein. 

                • Anthrax 21 avril 13:07

                  @toma

                  C’est vrai que la qualité d’une batterie de DCA et la taxe sur les autoroutes sont des putains d’indices de bonne santé économique ! Surtout pour des salariés qui ont perdu 50% de pouvoir d’achat depuis 2014. Mais bon, libre à toi de croire ce que tu veux, t’as pas idée comme je m’en tape.
                  D’après les chiffres Eurocontrol 2015 (il n’y en pas de plus récentes) le classement européen des aéroports c’est :
                  1/ Heathrow, 2/ Roissy, 3/ Francfort 4/ Barajas / 5 Shipol. Désolé pour ta propagande.


                • toma 21 avril 13:38

                  @Anthrax
                  Bon, propagande... certes, de l’ACI, Airport Council International....

                  According to ACI’s latest assessment, the top six airports in the world (region-wise) are Moscow’s Sheremetyevo International Airport (for Europe), Seoul Incheon International Airport in the South Korean capital (for Asia Pacific), Cape Town Airport in South Africa (for Africa), Cancun International Airport in Mexico (for Latin America-Caribbean), Abu Dhabi International Airport (for the Middle East), and Indianapolis Airport (for North America).

                  De plus, si vous aviez étudié un peu l’économie, les russes n’ont perdus aucun pouvoir d’achat dans la zone rouble... Par contre, je peux dire que KaDeWe Group et la ville de Berlin tire la gueule par manque de touristes russes, remplacés par des chinois en partie depuis 2 ans. 

                • Anthrax 21 avril 14:26

                  @toma

                  « The Airport Council International (ACI) has named the world’s best airports in its Airport Service Quality awards (ASQ). »
                  On parle donc de qualité du service, pas de taille ni de trafic, comme pourtant tu l’avais écrit dans ton 1 er post. Tu bottes en touche parce que ton argumentaire est inspiré par la propagande du Kremelin, mais pour un moment encore, pas un aéroport russe n’entrera dans les 10 premiers européens en terme de trafic, je ne parle même pas du classement mondial. 
                  Mes sources sur la démographie et l’économie russe, ça s’appelle Nezavissimaïa Gazeta (au fait, j’attends les tiennes et ne vas pas me citer ce torchon de Sputnik ou RT). Quant à la perte de pouvoir d’achat, les Russes seraient bien le premier peuple au monde à ne pas être impacté par une dévaluation de plus de 40% de la valeur de leur monnaie et une crise interne qui se traduit par 16% d’inflation en 2015. Et puisque ça va si bien en Russie, pourquoi le nombre de pauvres a augmenté SELON LES CHIFFRES OFFICIELS de 44% entre 2014 et 2015 ? 

                • toma 21 avril 17:45

                  @Anthrax
                  Ah, j’ai début 2016, une inflation à 8%, de plus qui a dit qu’l’inflation était mauvaise, les dogmes occidentaux de l’économie ? Un temps, mes parents ont vécu très heureux avec un indice santé (en Belgique) et un salaire qui augmentait chaque mois, on vivait mieux que maintenant. 


                  Parce que oui, tu oublies sûrement que l’inflation fait aussi diminuer le poids de la dette.... Ah oui, c’est bête, parce que tu restes sûrement coincé dans le dogme très soutenable à long terme, de 120 % de dette de PIB comme en France, 150% en Italie, 180% comme en Grèce et 90 % comme la moyenne de la zone euro, avec des taux à la BCE en négatif ? C’est cela qui est bien ?

                  Une belle solution long terme en effet, et les pauvres en zone € et UE28, ils en sont où ? La chute de l’espérance de vie dans certains pays, -30 % à -40% de population dans les pays baltes ? Le Portugal et l’Irlande en pleine forme ? Et l’Espagne tiendra jusque quand ? Et l’Ukraine on va donner de l’argent jusque quand ? Et la Turquie 6,6 milliards ? 

                  Sinon, qu’y a-t-il de deshonorant à être capable d’avoir le meilleur aéroport d’Europe ? Je ne comprends pas pourquoi tu dois écrire en gras, je ne suis pas myope ? 

                  Pourquoi tu nous parles pas des taux de chomage ? Il est à 6%. Et en France ? 

                • toma 21 avril 18:36

                  @Anthrax
                  Moi je prends sinon wikipedia


                  MORTALITE

                   (tu aimes bien écrire en gros)Récemment cependant, l’espérance de vie en Russie a recommencé à augmenter. Entre 2005-2010, l’espérance de vie masculine en Russie a augmenté de quatre années, augmentant l’espérance de vie globale de 3 ans à 68,67.

                  DEMOGRAPHIE

                  En 2009, la population russe a augmenté pour la première fois depuis 1995, sous l’effet conjugué d’un accroissement de la natalité et d’une baisse de la mortalité

                  NATALITÉ

                   En 2013, 8 des sujets fédéraux de la Russie avaient des taux de fécondité au-dessus de 2,1 enfants par femme (le minimum requis pour assurer le remplacement de la population)

                  MIGRATION

                  La Russie est le deuxième pays au monde qui accueille le plus grand nombre d’immigrés (après les États-Unis). En 2008, la Russie comptait quelque 10 millions d’immigrés13.

                  Faudra expliquer comment en étant de plus en plus alcoolique, l’espérance de vie, fecondité, demographie se stabilisent... 

                  Je ne pense pas avoir une vue bisounours de ce pays, par contre un de nous semble tout voir en noir, de ce pays qui n’a jamais attaqué la France ni l’Europe, à l’inverse de Napoléon... 

                • Laurent 47 22 avril 19:01

                  @Anthrax
                  Mort de rire !
                  L’agriculture ruinée en Russie ? C’est l’un des titres du Monde ou quoi ?
                  L’agriculture russe est tellement ruinée qu’elle est devenue exportatrice de produits qu’elle était obligée d’importer d’Europe !
                  Ses accords agricoles avec l’Amérique Latine et l’Iran se portent à merveille ( notamment échanges de fruits du Sud contre des céréales ), et le domaine cultivable concerne des millions d’hectares non pollués par les pesticides, au point que la Russie va devenir le premier producteur agricole bio du monde ! ( c’est le pays dont la superficie est la plus importante ).
                  Tous les paysans russes se précipitent pour faire redémarrer les exploitations, trop contents de pouvoir enfin vivre décemment de leur travail, tant pour la culture que pour l’élevage.
                  Poutine a gentiment mais fermement éconduit les ministres français qui sont venus lui demander pardon pour leur obéissance servile aux Etats-Unis qui les a conduit à appliquer des sanctions sans même se poser la question de savoir si elles étaient justifiées !
                  Pourquoi la Russie devrait-elle importer de France les légumes, viandes, et céréales qu’elle est capable de produire en quantité suffisante, et même d’exporter ?
                  Et les entreprises chinoises qui sont implantées en Russie sont tenues de respecter l’interdiction de produits polluants, sinon c’est la porte ! ( on n’est pas en France ).
                  Et la fuite de capitaux, ça n’est pas Poutine, mais les oligarques milliardaires qui, menacés de prison, se sont réfugiés ( avec leurs milliard ), à Londres ou à New-York.
                  Aucune enquête n’a réussi à prouver que Poutine a trempé la main dans le pot de confiture ( à part le Monde ou le Figaro, bien entendu ).
                  Si vous cherchez les oligarques russes en fuite, allez à Palma de Majorque ! Vous y verrez leurs superbes yachts ! ( j’en ai fait la constatation moi-même ).
                  Malgré votre très joli roman de Dostoïevski, la Russie se porte de mieux en mieux, ce qui met dans une rage folle les nains de jardin qui l’avaient enterrée un peu trop vite !
                  Je ne parle pas de leur technologie aérospatiale, maritime, ni de celle de l’armement, qui donne des boutons de fièvre à Washington !
                  Résumé : nous avons perdu les 2 Mistrals, les 126 Rafales à l’Inde ( partenaire de défense de la Russie ), le TGV Moscou-Pékin, tous les marchés agricoles, et surtout la confiance de nos clients à l’exportation ( on n’achète rien à un pays qui ne respecte pas les contrats signés, surtout en matière de défense ).
                  Mais il nous reste quelque chose : nos yeux pour pleurer !


                • Laurent 47 26 avril 18:31

                  @Zolko
                  En tous cas, on peut leur mettre ça sur le dos, pour ce qui nous concerne !
                  La situation économique de la France est catastrophique, depuis que les Etats-Unis s’essuient les pieds sur le paillasson qui nous sert de président et qui obéit servilement à leurs ordres !
                  Ce traître punit la Russie pour avoir ravagé l’Ukraine ( aux dires de ses maîtres ), les russes répondent par un embargo sur nos produits agricoles, ce qui met nos paysans dans une merde noire.
                  En attendant en Russie, l’agriculture se développe à toute vitesse et devient même exportatrice pour certains produits qu’elle importait ( des milliers d’hectares de terre non polluée sont de nouveau mis en culture ).
                  Et les Etats-Unis ont des centaines de sociétés installées au pays des moujiks, se frottent les mains au vu des bénéfices, et se tiennent les côtes de rire en voyant à quel point on peut être cons ! Ils n’en espéraient pas tant !


                • JC_Lavau JC_Lavau 29 avril 00:20

                  @Zolko. Gyorgy Soros est un des plus grands pervers de la Terre.


                • HELIOS HELIOS 21 avril 12:59

                  ... Ayant de nombreux contacts pros avec des brésiliens depuis des années, y compris avant l’arrivée de Roussef, ses problèmes actuels allant jusqu’a son éjection de son siège de présidente ne m’étonnent pas du tout.


                  La-bas, comme chez nous, il y en a qui en croquent, qu’ils soient de droite ou de gauche... les choses etant plus facile dans un pays où les structures « liberales » (je prefere dire libérale plutot que prédatrices) sont plus habituelles que chez nous.

                  Le seul détail que Roussef n’avait pas prévu, c’est que l’enchainement Petrobras aille si loin. Il ya eu quelques trous de gruyere dans la démarche, sans doutes des incompetents qui ont cédés trop tot, trop vite ou trop facilement... a moins que quelques « traitres » ne se soient manifestés pour une fois... ou encore que les petites retributions n’aient pas été a la hauteur.

                  Une autre hypothese est qu’elle ait été « lachée » par les financiers qui n’ont pas obtenus ce qu’ils souhaitaient et lui fassent payer une partie de Petrobras.

                  Dans tous les cas, ce qu’il se passe n’est que la consequence naturelle et logique d’un systeme toujours fragile, le Bresil n’ayant pas les structures assez anciennes comme les notres et parfaitement verrouillées... 

                  rien que de trés normal en somme, pas de quoi fouetter un chat.

                  • toma 21 avril 13:48

                    @HELIOS
                    C’est ce que Pepe Escobar a expliqué sur RT/Sputnik au propos du Brésil. 

                    Il serait dommage de croire qu’en France, seul le PS traine des casseroles au pouvoir, ou l’inverse quand l UMP y est.

                    Reste que le Brésil met en avant une réalité autre, les anciens conservateurs-prédateurs de la dictature militaire soutenu par le Nord d’un côté et le Parti des Travailleurs, qui s’il y a fait bcp pour les petites gens, comme bien des partis socialistes en Europe, tendent parfois à oublier la base, se battent comme des chiffoniers par médias publiques/privés interposés, et par multinationales du nord versus les brésiliennes, comme petrobras, de l’autre. Le Brésil aurait des réservres de pétroles énormissimes. 

                    Hélas, Rousseff ne serait comme Lula jamais arriver tout en haut en étant uniquement honnête, sans fonds, argent, aide, subsides de copains, qui attendent en retour qqch en cas d’accès de leur poulain à la présidence. 

                    Hélas, c’est comme cela partout. Mais effectivement, le Brésil, nouvelle démocratie permet ce genre de méga-histoire, qui dans nos démocraties bien rodées, n’existent pas en l’état, même si la corruption existe aussi. 

                    Exemple, aéroport de Berlin, prix de départ 900 millions ouverture 2008, prix actuel, 4 milliards, ouverture éventuelle 2017, fin 2017 ! Vous avez dit corruption-collision d’intérets ? 

                    Comem l’ancien président allemand qui avait du prendre un prêt pour sa maison chez un ami, parce que oui... vous savez, avec 8000 € de pension à vie.... les temps sont durs. Manque de bol, l’ami était le gars de chez HochTief, plus grosse boite de BTP du pays. Il a volé dehors de la présidence en 2 mois, sa femme a divorcé, il a fini presque à la rue. . 

                  • jocegaly 21 avril 21:30

                    Pourquoi ce coup d’etat, et qui ?

                    Dans le genre de sport qu’est la politique, dont le moteur n’est pas le dopage mais la manipulation des foules pour les dominer, il importe de :

                    1 - Situer la personne (tenter de ) : "1970, la junte a fait fuir les musiciens : Caetano Veloso et Gilberto Gill en Angleterre, Chico Buarque en Italie. Les carnavals sont tristes, la samba sonne faux... Les crissements des pneus d’une voiture dans une rue étroite de Sao Paulo et trois hommes embarquent Dilma de force. La jeune femme a 22 ans et sera torturée pendant 22 jours. L’arithmétique des ordures... Personne n’entendra jamais ses pleurs, ne verra jamais ses cicatrices, Dilma ne lâchera jamais un seul nom." ( http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2016/04/17/33676296.html )

                    2 - Quels ont été ses actes marquants : "Six mois après son investiture en janvier 2011, cinq de ses ministres accusés de détournements de fonds avaient déjà été contraints de démissionner. Parmi eux, Orlando Silva, celui des Sports, chargé à ce titre de l’organisation du Mondial. L’année suivante, lors du procès dit du mensalão ("grosses mensualités"), un vaste système d’achat de votes au Parlement entre 2003 et 2005, Rousseff n’avait pas hésité à se démarquer de Luiz Inácio Lula da Silva, son prédécesseur, assurément moins intraitable qu’elle face à de telles dérives.

                    Après les émeutes du printemps, les Brésiliens n’étaient plus que 31,3 % à approuver leur présidente. Ils sont aujourd’hui 38,1 %." (septembre 2013 - http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2013/09/27/28101703.html )

                    ET aussi (Février 2016) ceci : Le Brésil inaugure l’ambassade de Palestine et envoie promener le représentant d’Israël "Si la présidente brésilienne refuse catégoriquement d’accepter la nomination d’un colon au poste d’ambassadeur d’Israël, elle n’a en revanche pas rechigné à accorder un prestigieux bâtiment à l’ambassade palestinienne. L’inauguration a eu lieu ce mercredi dans la capitale Brasilia, en présence du représentant de l’Autorité Palestinienne au Brésil, Ibrahim Alzeben " ( http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2016/04/18/33682068.html )

                    3 - QUI pourrait être intéressé (et pressenti) : Michel Temer, l’homme qui rêve de remplacer Dilma Rousseff "Depuis quelques jours, c’est lui qui négocie directement, promesses de postes à la clef, l’appui des députés, pour obtenir que 342 d’entre eux (les deux tiers du Parlement) votent ce dimanche l’éviction de la chef d’État, un « coup d’État institutionnel », selon Dilma Rousseff. Un tel résultat devrait probablement lui permettre d’occuper, d’ici la mi-mai, sa place au palais présidentiel du Planalto. "

                    4 - ET avec ces quelques DONNÉES DE BASE, pour procéder avec méthode, LA QUESTION qu’il ne faut jamais oublier de poser : CUI BONO ?

                    Si pour compléter l’ensemble du tableau nous n’oublions pas que le Brésil est un membre des BRICS , groupe de puissances émergentes , qui prônent un monde multipolaire , face à une puissance dominatrice (USA et son BAO ) qui veut créer une NOUVEL ORDRE MONDIAL (qu’elle commanderait à sa guise bien sûr) la réponse n’est plus un mystère.....


                    • Laurent 47 22 avril 19:17

                      @jocegaly
                      C’est l’appartenance du Brésil aux BRICS qui est la clé du coup d’état fomenté contre Dilma Rousseff ( par qui, on se le demande ).
                      Où est l’enquête, le procès ? Où sont les preuves ? ( quand on accuse, on prouve ).
                      Tout ça c’est du baratin pour amuser les crétins !
                      Si la droite dure ( mariée avec Washington ) revient au pouvoir, elle va s’en mettre les poches comme elle le faisait avant d’avoir été virée, et les paysans auront du souci à se faire pour leurs petits lopins de terre arraché aux grandes propriétés foncières !
                      La seule solution, c’est que le peuple descende dans la rue, suivi par la police et l’armée, pour empêcher ce hold-up qui ressemble de plus en plus à un coup d’état ( la grande spécialité des hommes de l’ombre de Washington ) !


                    • tf1Groupie 22 avril 21:13

                      Pressenza c’est bien une chaine de propaganda prête-à-consommer ?


                      • Laurent 47 26 avril 18:13

                        J’ai cru comprendre qu’au Brésil, il n’existait pas de procédure légale de destitution d’un chef d’état, et qu’il fallait en passer par des élections !
                        Alors Dilma Rousseff a parfaitement le droit d’organiser des élections anticipées si elle le souhaite, et ses opposants, ( qui parlent portugais avec un fort accent yankee ), se prendront à nouveau une veste car la présidente a un fort soutien populaire ( au Brésil s’entend ) !
                        Et dans le cas improbable où elle perdrait, le pays retomberait dans le foutoir et la corruption qui régnaient avant l’arrivée de Lula. La parodie de procès qu’on fait à la présidente, c’est un peu comme si à l’époque Al Capone avait mis Eliott Ness au tribunal, pour assassinat !
                        Comme quoi, Washington et les pays membres des BRICS, ça n’est pas le grand amour !
                        Mais bon ! Tant qu’on les voit arriver avec leurs gros sabots, les cowboys.....
                        Enfin, moi je les vois très bien !

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès