Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Dalaï-lama, le premier ministre tibétain Lobsang Sangay et Bernard (...)

Le Dalaï-lama, le premier ministre tibétain Lobsang Sangay et Bernard Kouchner à « Europe pour Tibet » à Vienne

Le Dalaï-lama, son successeur politique, le premier ministre tibétain Lobsang Sangay, et Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères, participeront et s'exprimeront à l'occasion d’un Rassemblement de Solidarité européen pour le Tibet qui se tient à Vienne à Heldenplatz, le 26 mai 2012 en Autriche. En outre, l'ancienne prisonnière politique Yeshi Dolma, qui a passé six ans dans une prison chinoise débutera les débats. Des défenseurs des droits de l’homme et des personnalités politiques renommés s'exprimeront également comme Madeleine Petrovic (du parti des Verts en Autriche), Eva Lichtenberger (membre du Parlement européen), Matteo Mecacci (politicien italien), Francesca von Habsburg, Bianca Jagger (avocate des droits de l’homme international) et le Prof. Heinz Nussbaumer. (pour plus d'information : http://europefortibet.com/en avec un lien pour les Media)

La raison de ce rassemblement est la forte aggravation des violations des droits de l’homme au Tibet où des mesures coercitives se multiplient, augmentant les tensions et provoquant des manifestations, dont voici quelques exemples :  

Dans la région autonome du Tibet, depuis mars 2012, les prisonniers tibétains ne sont plus autorisés à recevoir de visites de leurs amis et familles. Le 11 mai, une nouvelle vague de "rééducation patriotique" visant les monastères est relancé. Une campagne de même nom avait été lancée en 1996 dans les monastères qui avait conduit à des arrestations et expulsions de moines et de nonnes. Après les manifestations au Tibet en 2008 durement réprimées (au moins 200 Tibétains tués, et 5 000 prisonniers), un contrôle et une surveillance sont opérés par des équipes de travail officielles permanentes dans les monastères, menant là aussi à des arrestations et des expulsions en nombre.

Fin avril 2012, dans l’Amdo incorporé au Qinghai, les autorités chinoises ont dépossédé de leurs terres des nomades tibétains des villages de Setong, Dragmar, et Seru pour les donner à 30 000 de nouveaux migrants chinois. Dans cette région, deux projets hydroélectriques devraient attirer 100 000 migrants chinois de plus.

Toujours dans l’Amdo, le 1er mai dernier, 200 femmes tibétaines de Ngaba ont marché vers le bureau du district chinois pour réclamer la libération de Tibétains arrêtés le 14 avril au village d'Adhue. Le 10 mai 2012, des agriculteurs d'Adhue, à Ngaba, ont lancé un boycott des activités agricoles et demandé la libération de Tibétains en solidarité avec les familles des Tibétains s'étant immolés et les prisonniers politiques arrêtés au cours de manifestations dans la région.

Dans le Kham, les ONGs sont sous surveillance dans la région de Kardzé.

Fin avril, les autorités chinoises exigèrent des ONGs de la région qu'elles s'enregistrent, pour n’autoriser que celles répondant à des critères restrictifs. Des associations tibétaines se sont créées dans la région pour promouvoir l’éducation, les activités religieuses et environnementales, et la résolution de différends entre les Tibétains de la région. Leurs activités ont abouti à la fondation de foyers pour personnes âgées, d’écoles, et à la protection de l’environnement. Cependant, les autorités les considèrent comme politiquement sensibles, car elles concernent les Tibétains. Ainsi, 3 d’entre elles ont été fermées : le 2 avril 2012, les autorités ferment l’école Khadrok Jamtse Rokten Lobdra. L’école, créée en 1989 par des Tibétains avec l'approbation des autorités, donnait notamment des cours de langue tibétaine. Le directeur de l’école et un enseignant ont été arrêtés. Le 14 avril 2012, la police de Kardzé ordonna la fermeture de l’association "Da-yul Thundin Tsogpa" de Kardzé. Créée en 2008 par 13 villages de la région de Da-Thama, elle œuvrait à cultiver des relations harmonieuses entre les habitants. Cette fermeture a entraîné une manifestation des Tibétains dont nombre furent blessés et hospitalisés après avoir été tabassés par la police. Au moins 33 Tibétains sont détenus. En février 2012, 4 membres de l’association de protection de l’environnement de Tawu à Kardzé ont été arrêtés par la police chinoise. Fondée en 2011 par des Tibétains de la région, l’association visait à protéger l’environnement en s’opposant à l’exploitation minière en expansion, la déforestation, la pêche dans des lieux sacrées, et la contrebande d’animaux.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Cocasse Cocasse 23 mai 2012 09:59

    Dommage que sa « sainteté » se commette avec un des représentants de l’axe.


    • Surya Surya 23 mai 2012 11:26

      Je viens de rentrer de quelques jours en Moldavie en transitant par Vienne. Dommage que mon retour n’ai pas été le 26 car alors j’aurai fait un stop pour aller écouter les conférences, traduites en anglais j’imagine. Espérons qu’elles seront retransmises sur internet, et que ce rassemblement pourra contribuer à trouver des solutions concrètes pour aider le Tibet.

      Merci pour votre article. 


      • Al West 23 mai 2012 12:51

        Avec Bernard Kouchner, ça doit être pour le mieux-être de l’humanité alors ! 


        • jeanpaul01fr 23 mai 2012 15:54

          Lorsque la religion se mêle de politique, ca craint... Et ce, quelle que soit la religion.


          • Talion Talion 23 mai 2012 16:55

            En fait ce type n’est jamais que le leader d’une secte minoritaire au sein du bouddhisme... (la secte des « bonnets jaunes » il me semble)

            Il est également à noter que les revendications qu’il a présenté lors de ses négociations avec les autorités chinoises étaient parfaitement inacceptables pour ces dernières.

            Non seulement il exige le retour du système de castes privilégiées (pratiquant le servage) qui existaient avant l’intervention de l’APL, mais en plus il a le culot d’exiger le rattachement de plusieurs régions chinoises au Tibet, avec pour résultat de doubler sa surface...

            Bien entendu, seul le tibétain serait parlé au sein de ces régions et ceci en dépit du fait que les populations qui y résident n’aient jamais été de cette culture.
            Et afin de bien s’assurer du succès de ce projet, il envisage ni plus ni moins que l’épuration ethnique de ceux qui ne seraient pas 100% tibétains.

            Enfin il est peut-être important de rappeler que le Tibet n’a plus jamais été indépendant de la Chine depuis le moyen-age... Et ceci en malgré la propagande qui nous est rapportée par les services de relation publique de Langley en Virginie.

            Un article posant de très bonnes questions avait déjà été écrit sur Agoravox à ce sujet : http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/tibet-eviter-la-derive-37945

            Quelques éléments de réflexion supplémentaires sur ce médiamensonge :
            http://www.michelcollon.info/TIBET-Vrai-ou-faux-Reponses.html
            http://www.jean-luc-melenchon.fr/2008/04/24/un-theocratique-autoritaire-ethniciste-dangereux-pour-la-paix/
            http://infochina.be/fr/content/qu%E2%80%99attend-le-dala%C3%AF-lama-de-la-chine
            http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=8764

            Bref... Il est préférable de prendre du recul et de ne pas se laisser aveugler par le mirage sympathique derrière lequel les services de la CIA ont dissimulé le visage de cette véritable ordure.


            • Surya Surya 23 mai 2012 19:12

              Il faut savoir que le terme « secte » a une signification tout à fait différente dans le bouddhisme et l’hindouisme que dans les pays occidentaux. Mais cela n’est pas le sujet de toute façon.
              Il se trouve que le type en question était le chef spirituel et politique du Tibet (mais pas au moment de l’invasion chinoise car il était trop jeune, et pas encore intronisé. C’était son régent qui régnait, et le Dalai Lama n’était même pas présent lors de la signature du traité en 17 points pour lequel on ne lui a pas demandé son avis) et que désormais, il n’est plus que le chef spirituel, puisque, vous le savez bien, il a pris la décision de renoncer à son rôle politique et a organisé des élections démocratiques au sein de la communauté tibétaine en exil. J’insiste sur le fait que tout le monde le sait, y compris les détracteurs du Tibet libre, qui pourtant se gardent bien de le mentionner, préférant marteler inlassablement que le Dalai Lama veut le retour de la théocratie au Tibet, etc etc...
              Je vous rappelle qu’il n’avait que quinze ans lors de l’invasion chinoise. Toutes les biographies sérieuses du Dalai Lama, ainsi que son autobiographie, font mention du fait qu’il était décidé à réformer le Tibet dès qu’il aurait été intronisé.
              Or tout le monde parle de lui comme s’il avait été adulte à l’époque, comme s’il était déjà au pouvoir (eh non, ce n’était pas le cas) et comme s’il prenait donc déjà les décisions pour le Tibet. Ce n’était pas le cas. Même en admettant que le Tibet était l’enfer que certains se plaisent à décrire, il est si facile de parler de libération du Tibet lorsque l’invasion chinoise ne lui a pas laissé le temps de mettre en œuvre les réformes qu’il souhaitait accomplir (et qu’il aurait accomplies)
              De plus, je n’ai jamais lu nulle part que le Dalai Lama réclamait le retour du servage ! Le retour du servage, vous dites ? De l’esclavage, donc ? Et pourtant, des livres écrits par lui, j’en ai lu pas mal, et ai assisté à plusieurs conférences. Pouvez vous m’indiquer un texte écrit de sa main (et non par quelqu’un d’autre), une référence bibliographique d’un livre écrit par lui, dans lequel je pourrais me plonger, faisant clairement mention de cette volonté de voir le servage ré-établi au Tibet ?
              Quant au fait que la Chine refuse de prendre en compte ses revendications, cela n’est guère étonnant, et cela ne signifie nullement que les revendications en question sont abusives.
              Tout cela rappelle l’époque soviétique et ses 14 républiques (je ne compte pas la Russie et son pouvoir central) qui, soit disant, étaient folles de joie d’appartenir à l’URSS, avec tout ce que cela impliquait.


            • Talion Talion 23 mai 2012 19:31

              Tiens je vais en rajouter une couche : http://www.legrandsoir.info/Le-mythe-du-Tibet.html

              Je n’ai aucune sympathie pour ces crapules !

              Ils n’ont eu que ce qu’ils méritaient lorsqu’ils se sont fait déposer par le PCC. Je ne vais pas plus les pleurer que la caste de parasites qui a été raccourcie à la révolution !

              Et encore je trouve que les chinois ont été bien généreux avec ces esclavagistes !


            • amipb amipb 23 mai 2012 19:49

              Permettez-moi d’en rajouter une, Talion : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhr_0035-1423_2004_num_221_2_1407

              Et de vous rappeler que le Dalaï Lama n’est plus le chef du gouvernement tibétain en exil depuis plus d’un an, de son propre chef et contre l’avis du peuple.

              Mettez à jour vos tablettes...


            • Talion Talion 23 mai 2012 19:51

              "Pouvez vous m’indiquer un texte écrit de sa main (et non par quelqu’un d’autre), une référence bibliographique d’un livre écrit par lui, dans lequel je pourrais me plonger, faisant clairement mention de cette volonté de voir le servage ré-établi au Tibet ?« 

              La liste des 11 revendications que le  »gouvernement en exil" avait affiché sur son site internet jusqu’en 2010 était assez clair concernant ce point...
              (Et comme par hasard le discours a totalement changé depuis... Plus de traces de l’ancien mémorandum... Dommage que je l’ai vu de mes propres yeux sur leur site à l’époque... C’est d’ailleurs ce qui m’a ouvert les yeux concernant ce groupe de salopards !)

              Lorsque l’on envisage la ré-instauration d’une théocratie (avec éducation religieuse et non plus laïque) et que l’on indique que l’on souhaite que l’ensemble des terres soit la propriété du gouvernement afin qu’il puisse éventuellement les louer (aux paysans bien évidemment), on peut difficilement faire plus clair...

              Les tibétain étaient réduis en esclavage par la dette autrefois... Visiblement la tentation de remettre ces vieilles recettes au goût du jour est très forte !


            • Talion Talion 23 mai 2012 20:12

              Le problème de ces deux braves dames auteurs du livre que vous avez cité, c’est qu’elles ont au court de leur carrière écris des livres particulièrement orientée dans le sens de la propagande qui nous est servie par la NED...

              Dès cet instant je me méfie et je ne peut que me demander dans quelle mesure elles s’acharne à faire évoluer leur propagande en prenant en compte les éléments qui ne peuvent aujourd’hui plus être cachés au public.

              Dès l’instant ou l’on sait que le Dalaï Lama a été la danseuse de la CIA depuis son exfiltration, il est évident que la version de l’histoire que défendent les chinois voit sa crédibilité renforcée.

              Après évidement comme dans toute bonne guerre (en l’occurrence de propagande), on trouve toujours des collaborateurs pour écrire à la police et des femmes pour se prostituer... A ce sujet, je note que les auteurs du livre que vous m’avez cité se sont vu offrir des poste au sein d’un prestigieux établissement d’enseignement supérieur (remerciement pour service accompli ?).

              Lorsque l’on connait le degré de corruption qui règne aujourd’hui au sein de l’univers de l’enseignement et des hautes études en France, on est en droit de se poser quelques questions...

              Bref, l’argument d’autorité ne fonctionne que lorsqu’il est au dessus de tout soupçons...

              Quant que le Dalaï Lama se soit retiré, cela ne change rien au fait que le gouvernement en exil soit le pantin de la CIA.


            • Talion Talion 23 mai 2012 20:14

              ... Et de ce fait je sais qui croire.


            • amipb amipb 23 mai 2012 22:54

              Deux auteures qui font un travail de synthèse de... 15 auteurs. Excusez du peu.

              • Anne-Marie Blondeau est une tibétologue française, spécialiste de la culture tibétaine. Elle a été directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Elle supervise, à Paris, le Centre de documentation sur l’aire tibétaine de la Maison de l’Asie4.
              • Katia Buffetrille est une ethnologue et tibétologue française, spécialiste de la culture tibétaine. Elle travaille à l’École pratique des hautes études (EPHE 5e section). Sa thèse de doctorat a porté sur les Montagnes sacrées, lacs et grottes : lieux de pèlerinage dans le monde tibétain. Traditions écrites. Réalités vivantes (Num. national de thèse : 1996PA100065).
              • Robert Barnett est un tibétologue et un sinologue anglais. Il est actuellement chercheur à la School of International and Public Affairs à l’université Columbia et dirige la Modern Tibetan Studies Program5. Il a fondé à Londres le Tibet Information Network (TIN) un organisme de recherche et d’information sur le Tibet.
              • Terry Cannon, sociologue du développement lecteur à l’université de Greenwich à Londres, est un spécialiste des questions de développement régional et des minorités nationales en Chine6.
              • Amy Heller est une tibétologue et historienne de l’art française. Elle est notamment l’auteur d’un livre Art et Sagesse du Tibet qui explicite l’art et l’histoire culturelle du Tibet des années 700 à 2000 de notre ère.
              • Janet Gyatso est professeur au département des religions de l’université Harvard, spécialiste de la religion tibétaine. Elle a plus particulièrement travaillé sur la littérature visionnaire, l’histoire culturelle et l’écritures des autobiographies religieuses7.
              • Tsering Shakya est un historien tibétain, titulaire d’une Chaire de recherche au Canada en religion et en étude de la société asiatique contemporaine à l’Institute of Asian Research de l’Université de la Colombie-Britannique.
              • Elliot Sperling est maître de conférences d’Etudes eurasiens et expert de l’histoire du Tibet et des relations tibéto-chinoise à l’Université d’Indiana. Il est de nationalité américaine.
              • Per Kværne, de l’université d’Oslo, est un éminent tibétologue norvégien et historien de l’art.
              • Anne Chayet est directeur de recherche au CNRS. Elle est spécialiste de l’Histoire du Tibet, en particulier sur la période des Qing.
              • Samten G. Karmay est directeur de recherche au CNRS et il a fait ses études monastiques au Tibet. Il est spécialiste du bön (religion tibétaine préexistant au bouddhisme) et des manifestations religieuses populaires.
              • Vegard Iversen est docteur en sciences économiques de la Norwegian School of Economics and Business Administration. Il a effectué ses recherches sur « la pauvreté et les indicateurs de bien-être » à l’université de Cambridge. Il a en particulier travaillé sur l’économie du Tibet contemporain8.
              • Fernand Meyer est directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes, et responsable de l’équipe du CNRS « milieux, société et culture en Himalaya ». Cet anthropologue et tibétologue s’est spécialisé dans la médecine tibétaine traditionnelle.
              • Jampa Panglung est titulaire du plus important degré de docteur en théologie (Geshe Lharampa) au monastère de Séra en 1959. Il est docteur en philosophie de l’université de Munich.
              • Helga Uebach de l’université de Munich est docteur en philosophie. Elle participe au projet du Dictionnaire de tibétain écrit du Comité d’études centre-asiatiques de la Bavarian Academy of Sciences and Humanities.

              Mais ce sont évidemment tous et toutes des agents de la CIA cherchant à déstabiliser une Chine tout à fait altruiste.

            • Talion Talion 24 mai 2012 09:47

              J’ai surtout constaté quelles étaient les revendications affichées par le gouvernement en exil jusqu’en 2010 !
              Date à laquelle ils ont en douce retiré ces revendications infamantes et décidé de mettre de l’eau dans leur vin... J’imagine qu’ils se sont rendu compte que la couleuvre devenait trop grosse et que trop de monde commençaient à les juger délirantes.
              Bref, ces faux-culs n’assument plus et tentent aujourd’hui de nous la placer en douce !

              Ca m’a suffit à me faire une idée et à déterminer qui était de mauvaise foi dans cette histoire.

              Après on peut toujours sortir les experts (vendus) qu’on veut pour justifier ses positions. La méthode n’est pas nouvelle et on trouve toujours ce qu’il faut de propagandistes prêts à donner un semblant de crédibilité à telle ou telle thèse en échange d’un peu de pognon ou d’une belle place au soleil.

              Pour assoir la crédibilité et la légitimité d’un quelconque tocard (éventuellement cocaïnomane) il suffit de mettre du pognon et d’appuyer sur le bouton... On pourra citer l’exemple de Richard Descoings.

              Le fait que ces deux personnes s’alignent sur le discours de la NED concernant la Chine et le Tibet (en lui passant de temps en temps un coup de brosse à reluire) suffit à se forger une opinion à leur sujet.

              Je n’ai aucune sympathie pour les pantins de la CIA... Qu’il se vendent de façon consciente ou par un mélange de bétise et de naïveté.


            • Talion Talion 24 mai 2012 10:06

              "Mais ce sont évidemment tous et toutes des agents de la CIA cherchant à déstabiliser une Chine tout à fait altruiste. "

              Je me rends compte que tous ces universitaires sont sur des sièges éjectables... Leurs postes sont tous à la merci d’une décision administrative défavorable à leur égard vu qu’ils sont tous les salariés d’une quelconque structure de formation tributaire des deniers d’états qui ne sont pas connus pour leur sympathie à l’égard de Beijing.

              Cela ne peut qu’encourager ces braves personnes à chanter comme des pinsons.

              Et dans le pire des cas, si l’un deux se redécouvre une conscience, il y a une légion d’ambitieux aux dents qui raillent le parquet qui sont prêt à prendre leurs places.

              J’ai rencontré trop d’universitaire me raconter des conneries sur la Chine pour aujourd’hui les prendre le moins du monde au sérieux.
              C’est simple : Il suffit de comparer de ses propres yeux leur discours avec ce qui se passe sur le terrain... Ah oui, au fait j’ai peut-être oublié de vous dire que j’ai vécu en Chine et que des mecs d’origine tibétaine j’en ai également rencontré... Leur discours n’allait pas exactement dans le sens de la version que vous prêchez.

              J’ai pu constater pendant ces années ou j’y ai vécu que ce pays n’avait rien à voir avec l’image déformée qu’on nous vendait.
              Il n’y a donc pas de raison qu’ici ce soit différent.

              Un titre ne fait jamais la compétence d’une personne, c’est la marque de sa soumission et un bon moyen de savoir si oui ou non il est tenu en laisse. Vu et constaté de mes propres yeux !

              Des types bardés de diplômes et prêts à se vendre pour appuyer une propagande quelconque, on en ramasse à la pelle en Occident.

              Ne soyez pas aveuglé par les diplômes de votre source d’information, il ne sont en rien la garantie de l’intégrité de cette source !

              Faites comme moi : Allez en Chine et questionnez directement les autochtones ! En général vous allez constater une très grosse différence entre l’image qui nous est vendu et ce qu’ils vous rapportent.


            • Talion Talion 24 mai 2012 10:16

              "N’avalez pas avec tant d’avidité les saloperies écrites par les vainqueurs de l’histoire, ça évite ce genre d’outrances un peu « bêbêtes ».« 

              Très bon conseil que j’ai d’ailleurs appliqué en allant directement sur place !

              C’est fou ce que les chinois (que ce soit des hans ou des tibétains) peuvent vous apprendre lorsqu’on les questionne directement.

              Alors, c’est qui qui a l’air  »bêbête«  maintenant ?...

              Certains se contentent d’apprendre à connaitre la Chine au travers de livres et de discours d’experts...
              Moi personnellement j’ai préféré aller y vivre.

              Cela ouvre les yeux sur un certain nombre de mensonges qui nous sont aujourd’hui vendus comme des  »vérités établies et indiscutables".

              Les Européens manquent cruellement d’esprit critique vis à vis de la propagande qui leur est quotidiennement et subtilement servie concernant certains sujets...


            • Talion Talion 24 mai 2012 10:17

              Mais après, vous pouvez garder vos certitude, ce n’est pas mon problème.


            • njama njama 23 mai 2012 17:26

              Le rite tibétain (très minoritaire dans le bouddhisme) fait du dalaï-lama un « dieu vivant », pas moins. Il est l’incarnation du bodhisattva.

              Comme il a quitté le Tibet de sa propre volonté, il est donc seul responsable de s’être mis en exil.
              Au fond, pourquoi le plaindre, le dalaï-lama est juste prisonnier de son karma.

              Chaque être étant seul responsable de son karma, et donc de sa sortie du samsāra (transition, transmigration), Tenzin Gyatso l’actuel dalaï-lama fait tout à fait une erreur d’attacher de l’importance à revenir au Tibet, car Bouddha lui-même a dit :
              « Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. »

              Il n’a pas pas d’ambition spirituelle ce dalaï lama ...


              • Surya Surya 23 mai 2012 19:17

                Juste un rectificatif, njama, le Dalai Lama n’a PAS quitté le Tibet de sa propre volonté. L’exil lui a été imposé, il ne le voulait pas. Il était trop jeune (voir mon commentaire ci dessus) pour prendre les décisions, elles étaient prises à sa place.

                Le Dalai Lama a passé sa vie entière en exil, et il n’était même pas au pouvoir (car trop jeune encore) lors de l’invasion chinoise. Il voulait réformer le Tibet, il n’a pas pu le faire.

                Ce serait bien qu’on cesse de lui reprocher tout ce qui n’allait pas au Tibet avant même sa naissance.


              • amipb amipb 23 mai 2012 19:53

                Il n’y a pas de « dieu vivant » dans le bouddhisme tibétain. C’est un bouddhisme tantrique, du Grand Véhicule avec la particularité d’intégrer la réincarnation de bodhisattvas reconnus.

                Mais à quoi bon parler avec les Talion, Njama et autres Maugis ? Ils n’écoutent que ceux qui parlent comme eux, au nom d’un anti-cléricalisme finalement bien plus dogmatique que le bouddhisme tibétain.

                Être aussi haineux envers quelqu’un qui prône la paix où qu’il aille, et même envers son tortionnaire, cela devient vraiment pathologique.


              • njama njama 23 mai 2012 23:00

                @ Surya et amipb

                « Le Dalai Lama a passé sa vie entière en exil, et il n’était même pas au pouvoir (car trop jeune encore) lors de l’invasion chinoise. Il voulait réformer le Tibet, il n’a pas pu le faire. »

                Si jeune il voulait réformer le Tibet ?
                Le pauvre, l’exil fût une chance pour lui. Il se serait fait trucider. On ne change pas une société de castes sans grands bouleversements. Au final, si un jour il revenait au Tibet, avec les intentions que vous lui prêtez, il pourra dire merci aux chinois d’avoir préparé sa réforme.

                J’ai bien du mal à vous croire, mais admettons qu’il y retourne ... Ce qui leur pend au bout du nez aux tibétains, si le dalaï-lama revenait, c’est d’avoir le prochain en couche-culotte qui les gouverne smiley
                Tenzin Gyatso est-il tibétain ? je crois savoir que sa famille ne parlait pas le tibétain mais seulement un dialecte indigène avant d’avoir résidence au palais du Potala.

                Grand Véhicule ?
                Lisez donc ce qu’en rapportait Ferdynand Ossendowski dans « Bêtes, Hommes et Dieux, À travers la Mongolie interdite 1920-1921 », lui qui avait été reçu par le dalaï lama de l’époque en personne, ça ne volait pas plus haut que du chamanisme. Je vous recommande la lecture, c’est un témoignage historique rare de grande valeur.

                anti-cléricalisme dogmatique !
                Effectivement vous faîtes bien de soulever cette éminente question puisqu’elle touche à l’organisation sociale. Sur quels enseignements du Bouddha se fonde ce monachisme ? J’aimerai savoir ... merci de m’instruire.
                Tout en respectant la liberté de l’homme, excusez-nous de ne pas cautionner ce système, qui ne trouve réalité que dans le christianisme sans avis explicite des Ecritures, ainsi que dans le bouddhisme. Le monachisme est étranger au judaïsme, à l’islam et à bien d’autre religions.
                Merci de votre compréhension.

                Comme dit le Coran Sourate 57 Al-hadid (le fer)
                27. Ensuite, sur leurs traces, Nous avons fait suivre Nos [autres] messagers, et Nous les avons fait suivre de Jésus fils de Marie et lui avons apporté l’évangile, et mis dans les coeurs de ceux qui le suivirent douceur et mansuétude. Le monachisme qu’ils inventèrent, Nous ne le leur avons nullement prescrit. [Ils devaient] seulement rechercher l’agrément d’Allah. Mais ils ne l’observèrent pas (ce monachisme) comme il se devait. Nous avons donné leur récompense à ceux d’entre eux qui crurent. Mais beaucoup d’entre eux furent des pervers.


              • Surya Surya 24 mai 2012 00:26

                Oui, njama, si jeune et déjà il avait conscience de ce qu’il fallait réformer au Tibet. Je pense qu’il a toujours été, aidé en cela par l’éducation très pointue et très poussée qu’il a reçue, quelqu’un d’extrêmement intelligent et fin.

                Lisez son autobiographie, vous constaterez que l’homme en question est loin, très loin d’être un imbécile.

                Si je possédais seulement le tiers du quart de son savoir (dans des domaines très divers et variés), je m’estimerais déjà heureuse.


              • njama njama 24 mai 2012 08:01

                @ Surya
                Si je possédais seulement le tiers du quart de son savoir ...

                Le sage a dit : « Jette tous tes livres ».
                Ce n’est pas une question de savoir Surya, c’est une question d’état d’esprit. Un peu de bon sens, vaut mieux que beaucoup de sciences.
                Quittez cette idée négative que vous ne lui arrivez qu’à la cheville ou, au mieux au genou, elle ne peut que vous causez du tort.


              • Cassandre 24 mai 2012 09:04

                Et vous Njama qu’attendez-vous pour jeter vos idéologies ?


              • Surya Surya 24 mai 2012 09:23

                Njama, je ne considère pas que je « n’arrive pas à sa cheville » au sens où vous l’entendez. Je fais juste remarquer qu’un peu d’humilité ne fait de mal à personne...

                Penser que j’aimerais avoir ne serait-ce qu’un fragment de son savoir ne me fera aucun tord, bien au contraire. Cela me pousse en fait à aller de l’avant, cela m’incite à apprendre de lui, et pas seulement de lui, mais de tous ceux dont je reconnais qu’ils ont mille fois plus de savoir que moi.

                Quant au « jette tes livres », je ne suis pas prête de le faire, j’aime trop mes livres pour ça smiley

                (Une des choses que j’aime dans le bouddhisme, c’est qu’on n’est pas tenu de suivre à la lettre les préceptes édictés. smiley )


                • L'enfoiré L’enfoiré 24 mai 2012 13:56

                  Dalaï-Lama et pas Dalaï-Mala, bien, sûr
                   smiley


                • amipb amipb 23 mai 2012 20:03

                  Et une analyse équilibré de la position de Mr Mélenchon sur le Tibet : http://zen.viabloga.com/news/melenchon-au-tibet

                  Pendant que certains ici coupent les cheveux en quatre sur les revendications du gouvernement tibétain, le peuple s’immole pour que sa culture survive, le Panchen Lama n’a toujours pas été revu depuis 17 ans (enlevé à 6 ans, mais il s’agissait sûrement d’un dangereux intégriste), le Népal renforce son contrôle sur les tibétains habitant sur son territoire, et la sécurité du Dalaï Lama est devenue sujette à toutes les inquiétudes (http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=31428&article=The+Dalai+Lama%E2%80%99s+security+a+matter+of+great+concern%3a+CTA).

                  La haine du religieux n’a aucun fondement autre qu’idéologique, et n’apportera jamais rien de bon au monde.


                  • njama njama 23 mai 2012 22:25

                    D’ailleurs le bouddha a dit :
                    « Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. »


                  • Soi Même 23 mai 2012 21:05

                    Elle est bien louche cette affaire avec un tel parrain, 

                    Bernard Kouchner.

                    http://www.paperblog.fr/1554653/bernard-kouchner-la-mise-a-nue-ne-fait-que-commencer/


                    • maxime vivas maxime vivas 23 mai 2012 23:28

                      « Je vous rappelle qu’il n’avait que quinze ans lors de l’invasion chinoise. Toutes les biographies sérieuses du Dalai Lama, ainsi que son autobiographie, font mention du fait qu’il était décidé à réformer le Tibet dès qu’il aurait été intronisé ». 


                      Il a été intronisé à 15 ans, mais il a régné jusqu’à 23 ans. En 8 ans, il a eu le temps de faire agrandir un de ses palais mais pas d’abolir l’esclavage. Cela a été fait 17 jours après sa fuite en Inde.

                      Tout ce que je lis ici est désolant. L’article est une insulte au lecteur pris pour un gogo.

                      Je vous conseille de voir ce que j’écris dans mon livre « Le Dalaï-lama, pas si zen » (ed. Max Milo). Oui, c’est de la pub, mais il faudrait reprendre ici point par point chaque phrase de l’article de « Tibet.
                       libre » et j’y renonce.
                      Que Bouddha protège le Tibet du retour de cette clique.

                      • Surya Surya 24 mai 2012 00:32

                        Maxime vivas, je n’ai lu nulle part, sauf dans votre commentaire, qu’il avait fait agrandir un de ses palais, pouvez vous me donner une référence précise ? Je vous en remercie.

                        Du reste, j’imagine mal les Chinois, APRES l’invasion du Tibet, autoriser le Dalai Lama à agrandir un de ses palais...

                        Et pourquoi donc les Chinois ont-ils attendu tant de temps, à savoir la fuite du Dalai Lama, pour abolir l’esclavage au Tibet ? Ils avaient tout le loisir de le faire, Dalai Lama ou pas, puisque le pays désormais leur appartenait, et ce depuis 1950.


                      • Surya Surya 24 mai 2012 00:35

                        Ps, je vous prie de m’excuser, mais le titre de votre livre est mal choisi : le Dalai Lama ne risque pas d’être « zen », de toute façon, car le zen est une forme de bouddhisme japonais, pas tibétain.


                      • maxime vivas maxime vivas 24 mai 2012 12:29

                        @ Surya


                        Ma référence est le dalaï-lama lui-même : 

                        "Le palais du Norbulinka était la résidence d’été de tous les dalaï-lamas et chacun « y ajouta sa propre résidence. J’en ai construit une moi-même ».

                        In « Mémoires du dalaï-lama, ma terre, mon peuple » p. 48. Editions John Didier 1963 pour la version française (édition originale « My land and my people » aux USA).


                        Tout ce que j’écris dans mon livre, je le tiens de lui ou de ses amis.


                        D’autres questions ?



                      • njama njama 24 mai 2012 17:02

                        Le palais de Norbulingka ...
                        exact

                        « les grands palais et leurs bâtiments ancillaires (le Chensel Phodrang et le Takten Migyür Phodrang) furent édifiés au XXe siècle respectivement par le 13e dalaï-lama et le 14e dalaï-lama »

                        Le Takten Migyür Phodrang (« nouveau palais d’été »)
                        De 1954 à 1956, le 14e dalaï-lama fit construire, dans la partie orientale du parc, un nouveau palais d’été (appelé Takten migyür potrang ou phodrang en tibétain, c’est-à-dire « palais à jamais indestructible »), mélange de temple et de villa dont l’architecture dépasse en magnificence les autres palais présents sur le site, ...

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Norbulingka#cite_ref-4


                      • Surya Surya 25 mai 2012 10:18

                        Je n’ai en effet pas lu ce livre là et je vais le lire. Je veux bien vous croire, mais une phrase sortie de son contexte, en général je vais lire le livre, du moins le passage entier, pour l’y remettre.

                        Une autre question, en effet. J’aimerais savoir à quelle date exactement le Dalai Lama aurait donc fait construire ce nouveau palais (je n’ai jamais entendu parler que du Norbulinka pour l’été, et du Potala pour l’hiver.) Le livre en question donne-t-il suffisamments de détails ?

                        Je suis plus que surprise que les Chinois aient autorisé le Dalai Lama à contruire un nouveau palais APRES qu’ils aient envahi le pays... Si c’est le cas, ils avaient sûrement une raison de le faire...

                         

                        De plus, j’insiste lourdement sur le fait que les Chinois auraient pu abolir eux mêmes cet esclavage (si tant est qu’il existait encore, je veux bien le croire, mais là encore je dois vérifier par moi même)..., puisque vous me dîtes que le Dalai Lama ne l’a pas fait.

                        Ils ont envahi le Tibet en 1950, et le Dalai Lama en est parti en 1959. En neuf ans d’occupation, que dis-je, de « libération », ils avaient pourtant largement le temps de le faire...

                        Ce seraient donc les Chinois qui n’auraient pas aboli l’esclavage. Il l’auraient fait seulement, de façon triomphante, après le départ du Dalai Lama... Pourquoi ? Pour le discréditer peut être, et faire dire à ses détracteurs que l’esclavage n’a pu être aboli qu’après son départ ?

                        Excusez moi, mais je trouve tout de même tout cela pas très clair.


                      • njama njama 23 mai 2012 23:44

                        En fait je ne comprends pas la démarche de Tibet Libre.

                        D’un côté une démarche militante pour qu’on respecte la culture tibétaine (et les tibétains), jusque là ça va, mais je ne comprends pas cette insistance à vouloir rétablir le dalaï lama à la tête du Tibet ???
                        C’est comme vouloir rétablir un ordre religieux à la tête de cet État. C’est faire œuvre de sédition contre le gouvernement chinois, et c’est faire œuvre de prosélytisme envers le bouddhisme « tibétain ».
                        En allant un peu plus loin, soutenir le dalaï lama, c’est soutenir le bouddhisme Gelugpa, car il y a 4 écoles bouddhistes au Tibet, Nyingmapa, Kagyüpa, Sakyapa, et Gelugpa (l’école des bonnets jaunes)

                        Tenzin Gyatso peut retourner au Tibet, le gouvernement chinois ne s’y oppose pas, mais seulement en tant que citoyen chinois.
                        Le dalaï lama est un cas assez rare de chef religieux qui se veut tout à la fois chef politique. Dans la même genre nous avons dans la secte catholique (j’emploie le mot secte sans connotation péjorative) le pape au Vatican, mais depuis une paire de siècles il a perdu de sa superbe et beaucoup de pouvoir.


                        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 23 mai 2012 23:55

                          « Tenzin Gyatso peut retourner au Tibet, le gouvernement chinois ne s’y oppose pas »


                          Je suis même certain que sa cellule est toute prête. 

                          Vous avez quelque chose dans la tête pour réfléchir ou bien on vous l’a juste remplie de plumes d’oie pour lui donner une forme ?

                        • njama njama 24 mai 2012 08:04

                          Et vous Gaspard, vous avez un bonnet jaune sur la tête ?


                        • njama njama 24 mai 2012 08:39

                          Eh Gaspard, c’est quoi au juste la démarche de Tibet Libre ????

                          Soutenir 5 petits millions de tibétains (3 en fait + la diaspora 2) qui revendiquent pas moins du QUART de tout le territoire chinois avec leur Grand Tibet.

                          Aucun régime à Lhassa n’avait le pouvoir dominateur sur une telle étendue de terre depuis la Dynastie des Yuan (1271-1368). Et dans cette dynastie, ce n’est pas le bouddhisme Gelugpa qui avait la faveur du pouvoir politique, mais le bouddhisme Sakyapa

                          « Le bouddhisme Chan, représenté par Zhongfeng Mingben (1263–1323) originaire de Hangzhou, eut un moment les faveurs du Khan, mais le bouddhisme tibétain finit par l’emporter lorsque Kubilaï accorda en 1269 le contrôle de l’ensemble des bouddhistes au chef de la lignée Sakyapa. »
                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Dynastie_Yuan

                          Donc on peut dire que les revendications d’un Grand Tibet par sa sérénissime sainteté dalaï lama Tenzin Gyatso sont loin d’être légitimes !!!
                          C’est un usurpateur !

                          En fait le militantisme de Tibet Libre est assez analogue au sionisme, revendiquer un territoire antique. Il surfe sur cette vague mourante des revendications autonomistes nationalistes de la 2° moitié du XX° siècle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès