Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le débat sur les inégalités progresse partout dans le monde

Le débat sur les inégalités progresse partout dans le monde

Malgré la victoire de la ligne austéritaro-compétitive, ou eurolibérale, en France, malgré un gouvernement qui dit être de gauche, mais aussi dans la plupart des autres pays européens, le débat sur les inégalités ne cesse de s’imposer depuis les publications de Joseph Stiglitz et Thomas Piketty.

De Paris, Amsterdam, à Washington
 
Depuis maintenant plus de 10 ans, notamment porté par les travaux de Thomas Piketty, Emmanuel Saez et Camille Landais, le débat sur les inégalités ne cesse de grandir dans la sphère publique. The Economist cite le cas des Pays-Bas, un pays où les revenus avant impôt sont presque aussi déséquilibrés qu’aux Etats-Unis mais qui se vante d’une tradition égalitarienne, qui fait que l’impôt sur le revenu atteint 42% au-delà de 33 364 euros par an et même 52% au-delà de 56 532 euros. Mais une étude a révélé que les 10% des ménages les plus riches possèdent 61% de la richesse du pays (contre 75% aux Etats-Unis), ce qui fait du pays le plus inégalitaire d’Europe avec la Pologne, ce qui pousse le parti travailliste à prendre des accents « pikettiens » selon The Economist, créant un débat dans la majorité.
 
En France, bien cette question semble totalement désintéresser le Parti « Socialiste », qui a accordé une misérable obole aux smicards et préside à une baisse historique du pouvoir d’achat, et probablement à une poursuite de l’augmentation des inégalités. L’INSEE a publié son étude annuelle sur « Les revenus et le patrimoine des ménages » et note que la pauvreté ne cesse de progresser (à 14,3%) alors que les revenus du patrimoine progressent. Aux Etats-Unis, l’OCDE pointe que le rapport entre les revenus des 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres atteint 16, contre 9,5 en moyenne dans les pays industrialisés et qu’« un shéma d’inégalités semble se dessiner avec une concentration des richesses encore plus forte au sommet au détriment de la classe moyenne et des populations les plus pauvres  ».
 
Un débat qui progresse

Ce qui est intéressant, c’est que le débat progresse, comme l’indique l’immense succès du livre de Thomas Piketty aux Etats-Unis (plus d’un million de copies). Que le débat se développe autant dans un pays aussi inégal (on peut également citer le dernier livre de Joseph Stiglitz) démontre que le sujet pourrait s’imposer dans le débat public et que pourrait succéder au Tea Party un mouvement égalitaire. C’est d’ailleurs ce que semblait indiquer l’élection de Bill de Blasio comme maire de New York, qui l’a emporté avec un discours très à gauche pour l’échelle du débat politique étasunien. Outre-Atlantique, il faut dire que les chiffres sont accablants : depuis 2009, les revenus du 1% le plus riche ont progressé de 31,4% contre une baisse de 1,6% pour les 90% du bas. Une tendance qui date de plusieurs décennies.

Comme en Amérique Latine, on peut penser que les peuples européens finiront par élire des dirigeants qui mettront un grand coup vers plus de redistribution. Et ce ne sera que justice puisque le laisser faire et le laisser passer produisent une augmentation indécente des inégalités et une quasi exploitation d’une grande majorité de la population par une petite minorité, par le biais des multinationales et de dirigeants passifs. L’incapacité du capitalisme dérégulé à partager équitablement les fruits de la croissance (ainsi qu’à produire une croissance durable et régulière) le condamne. La question n’est pas de savoir si le changement viendra, mais quand, et si cela sera sous le visage de Lula ou Chavez.
 
Certains mouvements politiques avancent à la vitesse des plaques tectoniques, comme ceux qu’évoque François Lenglet dans son dernier livre, qui pronostique une réaction prochaine aux excès d’une liberté dérégulée qui devrait une nouvelle fois se condamner elle-même.

Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Gil Saint-Gall 14 août 2014 12:36


    « Que le débat se développe autant dans un pays aussi inégal démontre que le sujet pourrait s’imposer dans le débat public... »

    Si ce débat se développe et si le sujet s’impose, c’est d’abord que le peuplement des Etats-Unis a subi une profonde mutation, comme l’ont montré les résultats détaillés de l’élection de Barack Hussein Obama.

    « ...et que pourrait succéder au Tea Party un mouvement égalitaire. »

    Cela fait que le mouvement égalitaire ne succèdera au Tea Party, mais croîtra de conserve avec lui, puisque le Tea Party a vocation à devenir le porte-drapeau de la future minorité blanche - qui est déjà effective dans de nombreuses villes et régions.

    Les Républicains, qui ont très tardivement compris qu’on ne pouvait plus accéder à la Maison-Blanche, sans le soutien massif d’une des deux grandes minorités raciales (Noirs et Hispaniques), courtisent assidûment les seconds et se coupent ainsi d’une partie non négligeable de leur électorat qui vit mal la « tiers-mondisation » du pays.

    « C’est d’ailleurs ce que semblait indiquer l’élection de Bill de Blasio comme maire de New York, qui l’a emporté avec un discours très à gauche pour l’échelle du débat politique étasunien. »

    New York n’a plus rien à voir avec le débat politique traditionnel. Dans la Grande Pomme et en 2010, les Caucasiens (Wasp et assimilés) ne représentaient plus que 33,3 % des habitants, contre 43,2 % en 1990 et 62.9 % en 1970, selon Wikipedia. Même les Noirs y sont en recul par rapport aux Latinos et aux Asiatiques qui, ensemble, ont passé de 17 % de la population en 1970, à 40 % en 2010.

    Dès 1992, le républicain Pat Buchanan observait : « …ce sont les Blancs, les Anglo-Américains, qui ont fait les Etats-Unis, qui ont écrit la Constitution, qui ont fait la Guerre de Sécession, qui ont bâti la puissance américaine, qui se sont battus majoritairement durant les guerres extérieures, etc. ; il leur sera infiniment difficile, sinon impossible d’accepter d’être une « communauté » parmi d’autres. »

    Deux ans plus tard, le démocrate Bill Clinton lui faisait écho en disant que, dans l’avenir, le plus grave problème de sécurité nationale que connaîtraient les Etats-Unis d’Amérique, serait : « La question de l’identité nationale, avec l’immigration, l’évolution des communautés et des minorités… »

    Et l’apparition de l’égalité dans le débat n’est pas faite pour calmer le jeu.


    • epicure 14 août 2014 20:29

      C’est sur que dans un pays fabriqué pour les WASP,avec une forte évolution démographique comme tu la décris, se conjuguant avec les inégalités économiques croissantes, la résolution de toutes les contradictions, et tensions, ne pourra passer que par une thématique de l’égalité ou alors ce sera l’explosion de la société américaine.


    • Robert GIL ROBERT GIL 14 août 2014 12:43

      afin de faire progresser le débat et sortir de la pensée unique...

      voir : 30 HEURES ! 30 ANS !


      • rocla+ rocla+ 14 août 2014 12:59

        Meuh non Gil ne pratique pas le copié-collé …. smiley


        Il écrit tous ses posts lui-même .

        • BA 14 août 2014 13:07

          Jeudi 14 août 2014 :

          Evolution du PIB au deuxième trimestre 2014 :

          France : 0 %.

          Italie : baisse de 0,2 %.

          Allemagne : baisse de 0,2 %.

          Allemagne  : brutal coup de frein à la croissance au 2e trimestre.

          Le produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne a subi un brutal coup de frein au deuxième trimestre. Il a reculé de 0,2%, encore plus que prévu, selon un chiffre provisoire de l’Office fédéral des statistiques, Destatis.

          http://www.romandie.com/news/Allemagne-brutal-coup-de-frein-a-la-croissance-au-2e-trimestre/507448.rom

          François Hollande disait en 2012 : « En Europe, la crise est derrière nous. »

          Pauvre clown.

          En Europe, la crise est devant nous.


          • Rmanal 14 août 2014 14:04

            Laurent PINSOLLE,

            on ne peut pas dire que je sois du même « bord » que vous, et globalement à l’opposé du programme de debout la République. Cependant sur la constatation des faits, je partage complètement votre analyse. Hélas ce point de vue est difficile à faire passer devant la pensée unique libérale qui nous entraine de plus en plus vers le gouffre, alors que rappelons le, la France a un potentiel énorme et reste un des pays les plus dynamiques en terme de création d’entreprise.

            Mais pour revenir à Debout la République, que proposez vous concrètement (question sans sous entendu, soyons clair, j’aime juste les échanges d’idée) ?

            Rman


            • ecolittoral ecolittoral 14 août 2014 16:46

              Le débat sur les inégalités progresse...

              ENCORE ???

              Ca fait plus de 40 ans qu’il progresse !!!!

              Si on prend la totalité des dossiers « inégalités » pondus depuis le début par les instances supra nationales, on doit avoisiner les cinq cents kilos.

              Dans un an, le débat « progressera » encore et nous passerons alors à cinq cent cinq kilos.

              A moins que ceux qui saturent en décident autrement et progressent dans la rue...sans débat.


              • Xenozoid Xenozoid 14 août 2014 16:54

                A moins que ceux qui saturent en décident autrement et progressent dans la rue...sans débat.

                oui


              • epicure 14 août 2014 20:35

                Non depuis 40 ans ce qui progresse ce sont les discours et pratiques favorisant les inégalités. Depuis 40 ans ce sont les discours néolibéraux qui ont progressé dans la classe politique, au point d’avoir contaminé des partis qui théoriquement devraient s’y opposé ( au exemple le parti socialiste).
                Tiens le TAFTA que préparent en cachette les technocrates et autres lobbys, contient la création d’une énorme inégalité de droit, entre les multinationales par rapport aux états et aux simples citoyens.


              • Claudec Claudec 14 août 2014 17:01
                Rien de tel que le sectarisme pour entretenir les illusions..

                Débat dépassé, auquel s’accrochent les nostalgiques d’une lutte des classes condamnée à se satisfaire de résultats aussi insuffisants qu’éphémères, en raison de l’ignorance de données fondamentales que sont la démographie et l’incontournable structure de notre société.

                Voir à ce sujet le tableau illustrant l’article publié ici-même sous le titre :


                et/ou

                • zygzornifle zygzornifle 14 août 2014 17:04

                  si le débat progresse c’est que les inégalités aussi ....


                  • Spartacus Spartacus 14 août 2014 17:53

                    Les inégalités ne progressent pas, mais c’est inaudible, puisque les endoctrinés au Marxisme largement majoritaires n’ont pas enregistré que Piketty a « avoué » avoir « manipulé » ou « inventé » les chiffre n’a jamais fait l’objet d’articles en France.....

                    L’inégalité n’est pas le problème. C’est la pauvreté qui est préjudiciable.Piketty a fait pour un soi-disant économiste des erreurs d’étudiant de gauche, il a comparé des 1% d’hier avec des 1% d’aujourd’hui alors que ce ne sont pas les mêmes. Dans les 1% des plus riches d’il y a 25 ans et les des 1% d’aujourd’hui, en ne prenant pas compte de ceux qui sont sortis ou rentrés dans les 1%. Un débutant en analyse statistique sait qu’une comparaison n’a de valeur que si l’assiette de référence dans le temps est identique.

                    L’inégalité n’est pas un problème si toutes les parties ont un niveau de vie et les moyens de survivre et de prospérerDe cette manière, redistributionistes, socialistes, communistes, et gauchistes comme Piketty confondent la pauvreté et l’inégalité.

                    Hélas, le fait est sans appel ! 
                    L’auteur a beau citez la référence « USA », le pauvre d’aujourd’hui aux États-Unis est encore mieux lotis que la majorité du reste du monde.

                    L’équité et l’égalité pourraient paraître semblables, mais ils sont absolument contraires. 

                    Les gauchistes gagneraient à évoluer et ne pas être jaloux de leurs prochains et d’autres classes sociales avec comme seule envie de les détruire pour donner à l’autre, mais plutôt de donner aux pauvres la possibilité de sortir de la pauvreté.

                    • epicure 14 août 2014 22:21


                      « 
                      L’inégalité n’est pas un problème si toutes les parties ont un niveau de vie et les moyens de survivre et de prospérer
                       »

                      Mais pour que ce soit possible, il faut justement qu’il y ait une politique en faveur de l’égalité.
                      Hors ce n’est pas avec des politiques de concentration des richesses dans les mains d’une étroite minorité au dépend du reste de la population, limitant les conditions de survie et de prospérité de ceux qui sont entrain de perdre.

                      Pour survivre, il faut déjà vivre, hors à cause des inégalité d’accès au soins il y a beaucoup trop d’américains qui meurent faute d’accès au soin. Les chiffres sanitaires pour les pauvres sotn assez catastrophiques pour un pays industrialisé.

                      Oui ce n’est pas une question de pauvreté puisque dans d’autres même en étant pauvre on peut mieux s’en sortir, survivre, justement parce qu’il y a des politiques plus égalitaires. Par exemple cuba pays plus pauvre, avec plus de pauvre que les états-unis dépassent les états-unis pour ce qui est de la limitation de certaines mortalités. Comme la mortalité infantile.

                      En tout cas, la France a un meilleur système de santé que les états-unis.

                      L’irlande et le portugal font mieux que les USA pour les morts évitables (france première).

                      http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2009/10/05/AR2009100503798_2.html?sid=ST2009100503801

                      "
                      Up to 100,000 lives could be saved if the country’s health-care system performed as well those in nations such as France, Japan and Australia, according to the Commonwealth Fund study, which was based on World Health Organization statistics.
                      "
                      Donc le système égalitaire français grâce à son service public plus développé favorise al survie de 100 000 personnes de plus comparativement aux système américains qui dépense beaucoup, mais qui dans la pratique est très inégalitaires.


                    • Spartacus Spartacus 14 août 2014 22:54

                      @epicure


                      Une politique en faveur de l’égalité veut dire que vous plaignez le millionnaire 1000 fois moins riche que le milliardaire. 

                      La politique doit permettre à tous de s’enrichir. 
                      La richesse est dynamique, c’est un flux. 
                      On ne sépare pas en part égale l’eau entre 2 ponds, ou alors on supprime le flux.

                      Vous devriez voyager er sortir des clichés Marxistes. Personne n’a envie d’être soigné par un médecin Cubain. A Cuba les hôpitaux n’ont pas de Scaner. Vous y trouvez des médecins qui sont capables de bien couper le pied sans infection pour un ongle incarné.

                      En matière de Santé, vous vivez dans des « clichés absurdes » notamment avec les USA. 
                      Les USA sont un cas particulier. 
                      Avec la moitié des 20 plus grosses entreprises de médicament au monde, l’américain recoit les nouvelles molécules 10 ans avant les Français. Si vous avez « ebola » mieux vaut aller à l’hôpital à Denvers. 
                      La majorité des américains bénéficient d’une mutuelle avec leur travail. Les chômeurs bénéficient de « Medicare » et ont accès aux médicament comme en France les gens au RSA. 
                      A la retraite les américains ne payent pas les médicaments. La « mortalité infantile » est à mettre en parallèle avec le nombre de migrants, les principaux touchés.

                      Quand au services public et leçons de morale sociale, en matière « d’égalité » les service publics Français et les privilèges sociaux qu’ils donnent peuvent recevoir des baffes avec OASDI la retraite universelle qui couvre 96% de leur population......

                    • julius 1ER 14 août 2014 18:36

                      c’est l’inégalitarisme suicidaireet forcenée qui provoque l’accroissement de la pauvreté, et malheureusement les riches sont en train de creuser leurs tombe en ne voulant pas de régulation, ni payer leur juste part dans le pot commun.

                      lorsque l’inégalitarisme devient inéquitable, le fossé entre riches et pauvres s’accroit de manière vertigineuse et c’est le cycle dans lequel on est, faute d’avoir écouté les sornettes de gens comme Friedman ou Thatcher..... le problème dans tout çà c’est que le chaos va s’installer et à terme ce sont les plus fragiles qui paieront l’addition et n’étant pas à même de faire une analyse sereine de la problématique économique ils se tourneront vers les sirènes de la démagogie nationaliste.....l’offre politique étant ce qu’elle est , il sera très difficile d’envisager une sortie de la problématique inégalitaire par le haut alors çà va tanguer bientôt .............

                      • Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] Le Kergoat 14 août 2014 18:48

                        Cher Laurent, j’apprécie vos articles, mais à mon vous réfléchissez trop.

                        Il faut être plus synthétique.

                        Voilà une excellente synthèse :

                        https://www.youtube.com/watch?v=3_DvThM81fo


                        • nanard 14 août 2014 20:52

                          J’en reviens toujours à mon économiste fétish, Galbraith. Mais que faire ? on sait que les riches veulent s’enrichir (c’est simplement une pathologie), que les ouvriers se lamentent mais ne bougeront pas leur cul (ce n’est pas moi qui le dis mais karl Marx), que le communisme est un échec car une philosophie inadaptée au prédateur qu’est l’être humain, que reste t’il ? l’égoisme sans doute....donc le libéralisme.... jusqu’à une prochaine guerre ou vaste épidémie qui redistribuera les cartes.


                          • Spartacus Spartacus 14 août 2014 22:14

                            En Corée du Nord les inégalités sociales sont faibles.

                            En Corée du Sud, en Suisse les inégalités sociales sont fortes.

                            Vous préférez vivre en Corée du Nord ou du Sud ?

                            les doctrines collectivistes reposent sur la jalousie sociale, ce qui les conduit de façon nihiliste à préférer la pauvreté pour tous à une richesse inégalement partagée.

                            La richesse n’est pas une « valeur finie » qui se sépare ou se répartirait en part égales. 

                            La richesse est une « valeur dynamique » qui lorsqu’elle grossit pour les uns se réparti inégalement sur les autres.

                            • epicure 15 août 2014 22:47

                              préfères tu vivres en Norvège, politique égalitaire, en Suède, Danemark , ou en Colombie, ’politique inégalitaire, avec son lot de forte criminalité qui va avec.

                              Ce sont les trois premiers pays que j’ai cité qui répartissent le mieux leur richesse nationale entre les citoyens, grâce à un état providence que tu honnies.

                              Plus que la monarchie nord coréenne......

                              Donc si tu es honnêtes, quand tu parles d’égalité il faut avant tout citer les pays scandinaves avant les pays hiérarchisés comme la corée du nord.


                            • howahkan howahkan Hotah 15 août 2014 09:43

                              Dans la dichotomie riche pauvre, il y a au début et à la fin des gens qui travaillent ensemble car c’est inévitable, alors le voleur arrive !! c’est aussi un etat mental qui ne concerne que l’humain, enfin ce qu’il est devenu, un meutrier voleur qui essaye de se persuader que c’est bien et va essayer de chercher quelques exemples chez quelques animaux pour essayer de se prouver que être criminel et voleur, tortionnaire et esclavagiste est la finalité ultime du fait d’être vivant , mais en tous les cas c’est pas de sa faute..
                              si cela était vrai, alors pourquoi des lois pour punir le criminel d’une fois et donner le nobel de la paix ou autre récompenses aux plus grand meurtrier de cette planète ???Pourquoi des lois répressives puisque ce serait notre nature ???????????????????pourquoi compenser le vol par une minorité de même pas 1% par des moyens divers et variés ,allocations diverses etc etc..etc etc..

                              Le libéral dit sans moi tu ne survis pas....il faut comprendre : et du-con sans ton travail je ne suis plus rien du tout !!! je ne survis même pas...donc continue a bosser pour moi en croyant que tu va gagner ....moi pendant ce temps je me paye des vacances à vie smiley

                              cela dit je ne me sens plus humain, ça n’est ni bien ni mal mais un fait...les autres , pas tous car il existe pas mal de non humains en fait ,me rejetant pour ce que je dis.......ça n’est pas grave, car il reste la terre, les animaux, les plantes, le rocher de la montagne, le vent, la pluie, le soleil et tout le reste...de vivre comme si on allait mourir est le fait de la vie.......en refusant la mort on refuse la vie..reste notre coté machine et rien d’autre......

                              j’ai eu cette vision très profonde et étrange que notre coté machine, marche de moins en moins, ce fut si net que cette vision est vérité....une machine çà s’use.........l’indien avait raison........


                              • ecolittoral ecolittoral 15 août 2014 12:12

                                Inégalités sociales/égalités sociales.

                                Trouvez moi une égalité « sociale » entre :

                                L’ouvrier et le chef d’entreprise,

                                Une infirmière et un ministre,

                                Mon boulanger et le PDG d’ex ALSTOM,

                                Un guide de haute montagne et un militaire.

                                Mon esclave indien pour ma chemise, ivoirien pour mon chocolat, nigérien pour mon pétrole...et moi.

                                Qui est « socialement » le plus utile et rentable ?

                                La liberté c’est le choix des contraintes.

                                L’égalité c’est mes droits d’abord.

                                La fraternité...dépend de mes préférences et de mon degrés de tolérance.

                                « En Corée du Nord les inégalités sociales sont faibles. ». Faux !!!

                                Si je suis près du pouvoir, j’ai tout ce que je veux socialement. Si je suis hors du pouvoir je crève socialement.

                                Vous voyez ! Le débat « progresse ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès