Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le dérapage occulté de Nicolas Sarkozy sur le Québec

Le dérapage occulté de Nicolas Sarkozy sur le Québec

 Le 2 février dernier, Nicolas Sarkozy remettait l’ordre de commandeur de la légion d’honneur à Jean Charest, Premier ministre du Québec. Rien de bien exceptionnel sauf que dans le discours qui a suivi, le président français a taillé des croupières aux indépendantistes québécois. “Dans les valeurs universelles que nous portons au Québec comme en France, il y a le refus du sectarisme, le refus de la division, le refus de l’enfermement sur soi-même, le refus de cette obligation de définir son identité par opposition féroce à l’autre.” Passée sous silence dans l’hexagone, l’affirmation présidentielle qui n’a rien d’un dérapage a suscité de vives réactions dans la belle province.

Nicolas Sarkozy a de la suite dans les idées. En octobre, à l’occasion du Sommet de la Francophonie, à Québec, M. Sarkozy avait soutenu que le monde n’avait pas besoin “d’une division supplémentaire” et que “par son fédéralisme”, le Canada envoyait “un message de respect de la diversité et d’ouverture”. Quelques mois plus tard, il remet ça. La remise de décoration à l’Elysée n’aurait dû être qu’un simple moment protocolaire mais, Nicolas Sarkozy, en difficulté sur le terrain intérieur, ne rate pas une occasion pour tenter d’occuper la scène internationale. Les subtilités de la diplomatie, les propos précautionneusement pesés et ciselés ce n’est pas pour le président français.”Ni indifférence ni ingérence qui a été la règle pendant des années, honnêtement ce n’est pas trop mon truc” a-t-il déclaré.

Nos cousins d’Amérique ne s’en sont pas encore remis. Ils ont, à juste titre, le sentiment d’avoir été poignardés par le président français dont l’alignement sur les intérêts anglo-saxons est aux antipodes de la doctrine gaulliste. “La-bas”, l’opposition entre fédéralistes et souverainistes, ce ne sont pas seulement des mots mais des visions très différentes portées sur l’avenir d’une communauté qui cherche à maintenir sa différence culturelle.

De nombreuses personnalités politiques québécoises ont réagi aux propos présidentiels. Tous se déclarent surpris. Les plus cléments évoquent un excès d’enthousiasme. Les souverainistes considèrent eux qu’il s’agit d’une gifle à leur égard. “S’il y a du sectarisme, ce n’est pas au Québec. S’il y a de l’agressivité, ce n’est pas au Québec. Ce mouvement de la souveraineté et de l’indépendance se vit dans un rapport démocratique exemplaire” a tenu à rectifier Gérald Larose le président du Conseil de la souveraineté.

Même Jean Charest, l’heureux récipiendaire, pourtant fédéraliste, n’a pas caché son embarras : “Je ne vois pas d’autre politique possible pour la France que celle de ni ingérence et ni indifférence, dans le cadre d’un référendum.” L’accusation de xénophobie portée contre les souverainistes a du mal à passer outre-atlantique où l’on ne manque pas de relever la contradiction avec la position française favorable à l’indépendance du Kosovo.

Pauline Marois et Gilles Duceppe, les responsables des deux partis indépendantistes du Québec ont pris la plume pour adresser une réponse, rendue publique, à Nicolas Sarkozy. Une longue lettre de quatre pages envoyée à l’ambassade de France d’Ottawa et au consulat de la France à Québec. “Nous devons à la vérité de vous faire savoir que jamais un chef d’État étranger n’a autant manqué de respect aux plus de deux millions de Québécois qui se dont prononcés pour la souveraineté”. “Aucun n’a utilisé envers le mouvement indépendantiste les épithètes pour tout dire méprisantes que vous employez”.

Le texte revient sur l’idée d’un souverainisme perclus de ressentiments, bâti sur la haine du Canada. “Malgré nos différends importants avec nos voisins, nous respectons ce pays, ses valeurs et sa population, écrit le tandem. Nous pensons que l’indépendance du Québec mettrait un terme aux rancoeurs et aux débats épuisants qui jalonnent l’histoire de notre présence dans le Canada.”

Le quotidien canadien anglophone The Globe and Mail écrit que “Cela fait longtemps qu’une telle bouffée d’air frais n’était pas venue de France », se félicitant que les déclarations de M. Sarkozy mettent un point final à l’épisode ouvert par le célèbre « Vive le Québec libre » lancé en 1967 par le général de Gaulle à Montréal. Au plan politique, Stephen Harper le premier ministre canadien a saisi l’occasion pour reprocher au chef du Bloc québécois devant la Chambre des communes, son “sectarisme”, son “intolérance” et son “idéologie sectaire”.

Le Québec a connu deux référendums sur la question de son indépendance, en 1980 et 1995. La seconde fois, les souverainistes sont passés de trés peu à côté du succés (49,4% des suffrages). Depuis pourtant, l’idée semble en recul (43% d’avis favorables selon un sondage récent). Le “lâchage” par la France arrive donc à un bien mauvais moment pour les partisans dun Québec libre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • ecophonie ecophonie 13 février 2009 11:31

    Mais comment fait il ?


    • Emmanuel Aguéra LeManu 16 février 2009 01:59

      Et comment faisons-nous pour supporter ça... ?????


    • MagicBuster 13 février 2009 11:41

      Et c’est quoi la priorité nationale du président de 12h à 12h15 aujourd’hui ?


      • Gasty Gasty 13 février 2009 12:28

        Remettre les pendules à l’heure. smiley


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 13 février 2009 13:44

        Henry

        Vous avez raison. Les déclarations de Nicolas Sarkozy ont été saluées au Canada anglais et particulièrement dénoncées par les souverainistes, de ce côté-ci de l’Amérique. J’ai mal saisi pourquoi l’Élysée remet une médaille au Premier ministre tout en insultant les aspirations historiques d’une grande partie de son peuple. Et il convient de rappeler que ces mêmes déclarations ont été formulées par deux fois, dans le cadre du Sommet de la francophonie et lors de la remise de la Légion d’honneur au Premier ministre du Québec. Nicolas Sarkozy a puisé ses cours d’histoire de son ami, Paul Desmarais, à Sagard, dans les moments creux de sa carrière politique.

        Pierre R.


        • non666 non666 13 février 2009 18:07

          Il y en a encore qui doutent que CE président soit celui qui sied aux anglo-saxons, mais surement pas aux francophones séparés "malgrès eux" ?

          La ou un DeGaulle aurait fait l’apologie de l’Independance du Quebec, voir , en interligne de son "retour" dans la mère Patrie, le sarko flatte la capitulation...



        • appoline appoline 14 février 2009 14:49

          @ Non,
          Sarkosy est un bien piètre individu pour se réclamer du Gaullisme. Le grand Charles doit se retourner dans sa tombe de voir ce pseudo chef d’état à la botte de ces arrivistes.
          Pour ma part, je suis lasse de constater que les mentalités évolues si peu, aussi je retourne à mes chères écoles de mystères, là où l’on ne confond pas savoir et connaissances. J’aurais apprécié pouvoir dialoguer avec vous et quitter ainsi le virtuel.


        • Françoise Gazoduc Ricou Browning 15 février 2009 11:57
          Sarkozy hait la France et tout ce qui s’y rattache, comme tous les néo-conservateurs.

        • Yannick Harrel Yannick Harrel 13 février 2009 13:48

          Bonjour,

          Effectivement aucun retour dans la presse Française. Si le fait devait être attesté, il confirme que Sarkozy n’a absolument pas changé son fusil d’épaule. Et que malgré la crise sérieuse du modèle qu’il a tant vanté par le passé (et dont il se fait aujourd’hui son bien plus discret défenseur) il n’en continue pas moins de lancer des preuves de déférence et d’allégeance à celle-ci qui n’en demande pas tant par les temps qui courent.

          Comment les Français ont-ils pu se laisser berner par une personne oeuvrant pour des intérêts étrangers ? Cela reste un mystère pour moi... encore que je ne les blâme pas tellement le choix ne pouvait qu’être par défaut au vu de ce qui était proposé à la dernière présidentielle.
          Quant à sa politique intérieure et notamment sociale, si ce n’était aussi tragique pour des centaines de milliers de personnes j’en rirais à gorge déployée (cf dernière proposition en matière de prime pour les fins de CDD et les jeunes travailleurs).

          Cordialement


          • Yannick Harrel Yannick Harrel 13 février 2009 14:05

            Bonjour,

            J’ajouterais encore une chose : où étaient les réticences de M. Sarkozy lors de l’accession du Kosovo à l’indépendance, en dépit de toute perspective économique viable pour cette province Serbe (si ce n’est par perfusion de l’aide internationale ?). N’a-t-il pas eu l’impression d’intensifier l’incompréhension et la rancoeur entre les deux communautés Serbe et Kosovare ? Sans compter le soufflet infligé à la Russie qui n’a pas manqué de renvoyer la balle avec l’Abkhazie et l’Alanie !

            Comment voulez-vous que je ne puisse parler d’incohérence des propos et actions du Président Français, à moins de ne considérer qu’il soit piloté de l’étranger.

            Cordialement


          • Padupe 15 février 2009 17:16

            Mais, il est piloté de l’étranger ! Il obéit aux mondialistes universalistes, ceux qui dirigent la planète dans l’ombre. D’ailleurs, pour arriver à un poste de responsabilité dans nos démocraSSIES, il faut avoir fait acte d’obédience à ces dirigeants occultes. Le choix des termes en est une parfaite illustration : "les valeurs universelles, le refus du sectarisme, le refus de l’enfermement sur soi..." Ce sont les arguments habituellement employés par ceux qui prônent le métissage universel.


          • Farniente 13 février 2009 16:00

            Sans oublier la plotte à terre de Pierre Labordes

            http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/200902/09/01-825716-plotte-a-terre-les-dessous-dune-gaffe.php

            Voilà à peu près ce que ce genre de paroles suscite au Québec

            http://bernie1555.boosterblog.com/


            • stephane 13 février 2009 17:19

              Et bientôt la réintégration de l’OTAN prévue pour Avril. Le Général doit s’en retourner dans sa tombe... Le doute est permis de savoir pour qui oeuvre ce Président comme l’a écrit Yannick. Sarkozy fait en plus régulièrement référence à De Gaulle. Il ne peut être aussi bête, c’est donc un acteur.


              • non666 non666 13 février 2009 18:08

                Il ose tout, meme faire dire par ses pom-pim girl de l’ORTS (Office de Radio-Television Sarkozyste) que ses discours sont "gaullistes" alors qu’il nous vend pieds et poings liés aux interets anglo-saxo-israeliens.


              • antitall antitall 13 février 2009 19:04

                VIVE LE QUEBEC LIBRE.... smiley...


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 13 février 2009 19:15

                  Dernière heure

                  TVA dit avoir reçu confirmation de la part de l’Elysée, jeudi après-midi, que le président français avait répondu aux leaders souverainistes, et le Parti québécois et le Bloc québécois ont confirmé avoir reçu une lettre signée de la main de Nicolas Sarkozy.

                  Selon TVA, la réponse de M. Sarkozy a été expédiée seulement cinq jours seulement après la missive envoyée conjointement par Mme Marois et M. Duceppe.

                  Il semble, selon le reportage de TVA, que le Parti québécois a eu confirmation de l’Elysée que la lettre ne serait pas rendue publique, qu’on ne s’opposait pas à ce qu’elle le soit, mais qu’il appartenait aux autorités françaises d’en dévoiler le contenu.

                  Dans son reportage, TVA dit détenir d’une source fiable « qui assure avoir lu la lettre » que M. Sarkozy n’a pas adressé d’excuses au mouvement souverainiste. Mais il adopterait un ton plus neutre et indiquerait que son attachement va aux Québécois de tous les engagements.

                  Lorsqu’il s’est adressé à l’Assemblée nationale l’automne dernier, M. Sarkozy avait également fait part de son attachement au Canada de façon plus sentie que ses prédécesseurs, à l’encontre de la doctrine de la non-ingérence et de la non-indifférence privilégiée par la France depuis Charles de Gaulle.

                  Source : Canoe

                  Le président français Nicolas Sarkozy a répondu à la lettre de protestation que lui avaient adressée Pauline Marois et Gilles Duceppe à la suite de sa déclaration sur la souveraineté du Québec lors de la remise de la Légion d’honneur au premier ministre du Québec, Jean Charest.

                  Dans leur lettre de protestation envoyée le 5 février dernier, les deux chefs souverainistes reprochaient au président français d’avoir dénigré les souverainistes québécois et d’avoir une mauvaise perception du mouvement indépendantiste québécois, à qui il reprochait d’être sectaire et refermé sur lui-même.

                  Tout en rappelant au président Sarkozy qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait dans le passé qualifié de la sorte le projet souverainiste québécois, Mme Marois et M. Duceppe lui ont souligné que plus de deux millions de Québécois ont voté pour cette option lors du dernier référendum.

                  Or, il semble que le président français ait tempéré ses propos dans la lettre de réponse qu’il adresse aux deux chefs souverainistes.

                  Dans un extrait de la lettre du président Sarkozy obtenu par RDI, on peut lire : « Tous les Québécois, dans la diversité de leurs engagements et de leurs opinions, tiennent une place particulière dans le coeur des Français. Ce lien, si profond, constitue notre bien commun... c’est ce trésor que je voudrais, avec tous les Québécois, promouvoir et valoriser davantage encore. »

                  Bien qu’ils aient pris connaissance de la réponse du président Sarkozy en début de semaine, les chefs du Parti québécois et du Bloc, Pauline Marois et Gilles Duceppe, n’ont pas réagi publiquement à cette lettre du président français.

                  Au Parti québécois, on souligne que l’usage diplomatique veut que ce soit la présidence française qui rende elle-même cette lettre publique avant d’en commenter le contenu.

                  Source : Radio-Canada

                   


                  Pierre R.


                  • non666 non666 14 février 2009 10:03

                    Ho , le Quebec !

                    Nous autres, Français authentiques, nous vous aimons et nous savons que vous etes nos frères.
                    Vous revenez CHEZ NOUS, (CHEZ VOUS !) quand VOUS le voulez.

                    Mais si vous etes pour une simple indépendance, nous sommes a vos cotés.
                    L’austro-hongrois ne represente plus que lui et ses commanditaires judeo-anglo-saxons.


                  • Kim Kim 13 février 2009 20:31

                     Il commence à nous les briser menuues ce type. Il se veut cosmopolite ce sang mêlé, comme il se décrit lui même, très bien, qu’il dégage.


                    • Pourquoi ??? 14 février 2009 06:17

                      Mais de quoi se mêle ce ridicule ?

                      Est-ce que la reine d’Angleterre critique le Front de Libération de la Bretagne ?
                      Et si elle le faisait est-ce qu’on ne lui répondrait pas "Dis donc, Mémére, ocuupe-toi de tes royales fesses ?"


                      • Dzan 15 février 2009 11:31

                        Egal à lui-même.
                        Nous f’ ra brouiller avec tout le monde< ;
                        Pour exister tous les jours, il en sort une de son chapeau, mais le public, commence à se lasser de ses tours de magie, et arrivé sous les hourras, il pourrait repartir sous les lazzis.


                        • Loic 15 février 2009 13:06

                          Ce Président est le guignole d’une certaine partie de l’Amérique qui aujourd’hui se meurt !

                          Gaulliste ? Faut pas manquer de souffle pour qu’il ose s’en réclamer ! Ah mais non, pardon ! Son modéle est Jaurés, c’est vrai...

                          Un Jaurés qui aime manger des Hotgogs avec W, surement...

                          Le bruit horrible que vous entendez, c’est De Gaulle à Colombey qui se retourne dans sa tombe, lui qui a "toujours eu une certaine idée de la France..."


                          • Reinette Reinette 15 février 2009 14:32

                            Depuis plus de trois semaines, les travailleurs de Guadeloupe sont en grève générale unitaire et illimitée. Depuis, la grève générale s’étend à la Martinique, à la Guyane et à la Réunion. Ils se battent contre la vie chère, les bas salaires, les licenciements et le chômage, pour leur dignité.

                            Leur combat est le nôtre, il est exemplaire.

                            Après le succès des grandes mobilisations du 29 janvier et avant celle du 19 mars, nous devons apporter toute notre solidarité aux Guadeloupéens, Martiniquais ; Guyanais et Réunionnais qui proclament avec la même force que ce n’est pas au peuple de payer la crise !

                             

                            Tous ensemble, Solidarité !

                            Toutes et tous Lundi 16 février dans la rue à 18h Place de Clichy

                            Appel signé par : Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolo, Alternative Libertaire (AL), Association des Communistes Unitaires, Coordination Nationale des Collectifs Unitaires pour une alternative au libéralisme (CNCU), La Fédération, Les Alternatifs, Lutte Ouvrière (LO), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Parti de Gauche (PG)
                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès