Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le diamant du sang

Le diamant du sang

Depuis plusieurs décennies, l’Afrique est éclaboussée par une kyrielle presque non-discontinue de conflits armés, locaux et régionaux. Mais, ce continent, recelant dans ses tréfonds des ressources naturelles d’une valeur inestimable, a vu se délocaliser sur son propre terrain des conflits extra-africains. L’exemple le plus palpable est celui du bras de fer entre Israéliens et Libanais dans la région des Grands Lacs. Enquête.

Le conflit opposant l’Etat hébreu au pays du Cèdre depuis la seconde moitié du XXème siècle n’est pas uniquement militaire, mais il est aussi, et dans d’énormes proportions, économique, les deux pays ayant de grandes traditions dans le commerce du diamant.

En décembre 2003, un rapport publié par les Nations Unies (1) montre que les seigneurs de la contrebande des pierres rares, telles que le diamant, financent les têtes pensantes de la guerre en République Démocratique du Congo ( ex-Zaïre ).

En dépit de la fin des hostilités, suite à l’envoi d’une force multinationale (2) , le pillage des ressources naturelles se poursuit, continuant à alimenter les violences.

Le rapport onusien montre du doigt certaines multinationales libanaises et israéliennes en leur imputant l’usage du commerce du diamant dans l’armement des différents belligérants de la guerre en ex-Zaïre.

Le système légal d’acquisition de diamants est simple. Chaque opérateur dispose de comptoirs dans le pays producteur. Chaque comptoir doit racheter sa marchandise aux négociants congolais, seuls autorisés à aller en brousse à la rencontre des « creuseurs artisanaux ». Ces diamants sont ensuite transférés à Kinshasa, la porte de sortie officielle, d’où ils sont exportés en toute légalité.

Mais, dans la pratique, ces règles sont le plus souvent violées, l’essentiel de la production négociée filant en contrebande par-delà le fleuve du Congo, vers Brazzaville.

Le leader mondial De Beers est impliqué, de manière indirecte, dans ce trafic. Steinmetz, gros négociant basé en Israël et présent en Afrique du Sud, en Belgique et aux Etats-Unis, est très lié aux Oppenheimer, la famille sud-africaine qui contrôle De Beers. En 2003, plusieurs informations assuraient déjà que le mastodonte de Johannesburg utiliserait Steinmetz pour s’approvisionner en diamants provenant de « zones à problèmes ». Pourtant, De Beers annonça publiquement la cessation de ses activités en RDC.

Outre Steinmetz, figure sur la longue liste des diamantaires aux activités suspicieuses Schmuel Schnitzer, résident-fondateur de la Bourse de Tel-Aviv. L’arrestation, fin 2003, de son associé et vice-Président pour trafic de pierres russes en Hongrie ont renforcé l’hypothèse  selon laquelle il aurait des activités illégales, même s’il a été blanchi par une commission d’enquête onusienne (3) .

Quant à son neveu, Dan Gertler, il est au cœur de la guerre du diamant en République démocratique du Congo. En 2000, sa société, IDI Diamonds, avait obtenu de Laurent-Désiré Kabila l’exclusivité des exportations de l’ensemble des diamants congolais. Le contrat avait été suspendu, un an plus tard, en raison d’un problème de sous-évaluation de la production.

Aujourd’hui, via une société-écran canadienne, Examon, immatriculée au Panama, Dan Gertler est de retour en force. En compagnie de son associé américain, Chaim Leibowitz, il détient le monopole de la commercialisation de la production de la Minière de Bakwanga (Miba). Cette société nationale est la principale source de revenus du Congo. En effet, après la chute dramatique de la production de cuivre, de cobalt et d’or, le diamant fournit les trois quarts des revenus d’exportation du pays. Bailleur de fonds du Parti républicain aux Etats-Unis, Chaim Leibowitz agit également comme relais du président congolais, Joseph Kabila, auprès de l’administration Bush.

Les liens étroits entre les opérateurs israéliens et le régime Kabila, Père et fils, suscita le mécontentement des rivaux libanais, bien présents dans la région.

La Sierra Gem Diamonds et Triple A Diamonds, toutes deux appartenant à la famille libanaise Ahmad, sont dans le collimateur des Nations Unies depuis quelques années.

En septembre 2003, Nazem Saïd Ahmad, dirigeant de la Sierra Gem Diamonds fut arrêté à Anvers ( Belgique ) dans le cadre d’une enquête sur les « diamants de la guerre » en provenance de l’ex-Zaïre.

A la suite de l’assassinat du Président Laurent-Désiré Kabila, plusieurs médias, notamment belges, accusèrent les diamantaires libanais d’avoir fomenté un complot, le successeur du Général Mobuto ayant donné un chèque en blanc aux sociétés israéliennes pour qu’elles gèrent le diamant congolais (4) .

Les statistiques témoignent, en tout cas, d’une fraude massive : malgré la libéralisation du marché du diamant, décidée par Joseph Kabila, les chiffres publiés par l’Office du diamant d’Anvers révèlent qu’en août 2001 des circuits parallèles ont ramené 3.000.000 de carats, pour une valeur de 61 millions de dollars alors que le circuit officiel ne drainait que 24 millions de dollars. Dans la capitale voisine, Brazzaville, les prix offerts aux revendeurs sont encore plus attrayants qu’à Kinshasa, car le prix moyen du carat est de 43,48 dollars contre 28,27. D’aucuns assurent que ces prix ne peuvent s’expliquer que par le caractère bon marché - sale - des dollars proposés, argent de la drogue ou des armes.

L’existence de ces réseaux de blanchiment, déjà actifs dans les dernières années du régime Mobutu, a amené un journal local à franchir le pas. Le patriote Libéré explique les déboires de Laurent-Désiré Kabila, et peut-être son assassinat, par le fait qu’il aurait dépossédé les réseaux libanais de la place au profit de la société israélienne, IDI Diamond, dirigée par Dan Gertler.

Le président défunt espérait ainsi mieux contrôler les recettes du diamant, sinon mettre sur pied sa propre filière. Mais malgré son monopole, IDI Diamond ne parvint pas à conquérir le marché en proposant des prix compétitifs aux intermédiaires, qui se dirigèrent massivement vers Bangui ou Brazzaville. Le gouvernement lui-même enregistra des rentrées moindres que prévu. De plus, il est de notoriété publique que le privilège accordé à IDI Diamond mécontenta fortement les milieux libanais.

Ces connexions amènent "Le Patriote libéré" à déduire non seulement qu’à Kinshasa les sociétés-écrans spécialisées dans les importations de denrées alimentaires servent à blanchir l’argent sale, mais aussi que la monopolisation de la vente du diamant au profit des Israéliens d’IDI Diamond avait fortement ébranlé le profit d’Al Qaida, via une antenne libanaise.

En tout cas, il est clair qu’Israël œuvre de manière à s’assurer du soutien de certains pays africains qui auraient une grande influence sur le conflit israélo-arabe, à travers notamment le problème du Nil, tels que l’Ethiopie ou l’Ouganda. Pour les Libanais, la crise économique que traverse leur pays ne leur laisse pas le choix. Le diamant serait la meilleure source pour financer l’armement des différentes milices du pays.

Un conflit de plus sur le continent africain.

NOTES :

(1) Intitulé « Rapport des Nations Unies sur la contrebande des richesses minérales », ce document révèle pour la première fois l’implication de grands groupes économiques mondiaux dans l’armement de groupes terroristes, rébellions et autres structures susceptibles de déstabiliser plusieurs régions.

(2) La Mission d’Observation des Nations Unies au Congo ( MONUC ) aura pour tâche, outre la supervision du respect par tous les belligérants du cessez-le-feu, le commerce illégal de diamant.

(3) En 2000, des ONG déclenchent une campagne contre les « diamants de conflit ». L’ONU s’inspire cette initiative pour mettre sur pied une structure supervisant le commerce mondial de la pierre précieuse.

(4) Dans son édition du 22 octobre 2001, le quotidien belge Le Soir accuse Al Qaida d’avoir assassiné le Président L.D. Kabila, via une antenne libanaise à Kinshasa.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Guilhem (---.---.91.97) 26 juillet 2006 12:26

    Les chinois prennent de plus en plus d’importance dans ce commerce.


    • Bettie Serveert (---.---.209.14) 26 juillet 2006 13:07

      Wow ! Remarquable article,riche en détails...et surtout je n’étais point au courant de cette réalité,tant les mass médias occidentaux censurent (par volonté politiquet et/ou par quête d’audience) amplement la géopolitique du continent africain.

      Les richesses géologiques de l’Afrique font constamment son malheur...Non pas ses richesses,mais ceux qui veulent l’exploiter À TOUT PRIX (seigneur afros de la guerre comme compagnies minières d’Occident,du Moyen-Orient et d’Asie). J’espère vivement que ce continent s’en sortira réellement un jour,car les populations afros en bavent trop,mais alors trop.


      • Tristan (---.---.136.68) 26 juillet 2006 15:54

        Si je comprends bien Israel est intervenu au Liban essentiellement pour les diamants ? C’est ridicule. Je rappelle que le Hezbollah a porté le conflit au Liban Sud. Pas le Liban ! Ni Israel. Le commerce des diamants est une horreur pour l’Afrique. Oui. Mais l’analyse ici, vu le contexte de guerre auquel nous assistons est à mes yeux hors sujet et tendancieux. C’est mon avis.


        • Alx (---.---.190.15) 26 juillet 2006 16:30

          « Si je comprends bien Israel est intervenu au Liban essentiellement pour les diamants ? » Bah non, t’as rien compris ! Où as tu lu une telle affirmation ?


        • (---.---.138.106) 26 juillet 2006 22:03

          tristan, tu sais ou est la région des grands lacs ?


        • jipé (---.---.221.74) 26 juillet 2006 17:32

          enfin de l’info non rabachée par les médias classiques, et non des opinions idéologiques comme tant d’ articles ; dommage que l’actualité guerrière fasse déraper des lecteurs


          • Eduens (---.---.33.51) 7 août 2006 14:05

            merci pour l’article et enfin pour ce commentaire sensé. Lire cet article pour qui s’est promené dans les coulisses des conflits africains et les commentaires qui le suivent aussi naifs et si tristement empreints d’ignorance me laisse un petit goût amer... on comprend comme il est si facile de manipuler les foules... décidement oui, si simple... la plupart des grands conflits mondiaux du XXème ont pris leur source en Afrique, ces grands mercenaires occidentaux qui depuis longtemps la maintiennent à feux et à sang... éteignez vos télévisions de temps en temps !!! Et songer un instant à ces journaux de 20h, à froid, vous comprendrez peut-être où se situe le scandale...


          • Elise Mark-Walter (---.---.72.165) 26 juillet 2006 19:17

            Bonjour Bassan,`

            je voulais vous remercier de nous avoir offert un article puissamment documenté et bâti sous un angle bien peu médiatique.

            Au plaisir de vous lire !


            • (---.---.165.201) 26 juillet 2006 19:50

              article intéressant sur un sujet sensible et à creuser, j’ai juste une question :"Quand les mettra-t-on en taule, ces traficants de l’un ou l’autre bord et aussi ceux qui en RDC le permettent ce trafic...ils avaient déjà commencé sous Mobutu mais depuis, quelle manne ! et qui ne revient pas ds la poche des congos-zairois et quel manque à gagner en terme d’impôts pour cet Etat dans existence.

              Combien d’écoles, de dispensaires, d ’hopitaux ?

              Je me pose la question.


              • David A. (---.---.40.233) 27 juillet 2006 11:58

                Très intéressant. Je ne m’y connais pas assez pour réagir, mais merci pour l’article.


                • (---.---.29.202) 27 juillet 2006 20:29

                  Kabila cet ancien communiste qui a dégouté le Che pour sa vénalité a vécu du commerce illicite du diamant...il faut faire ce rappel.

                  Je suppose que cela continue , non...

                  Al Quaida ou n’importe quel autre tant qu’il y a du blé à faire en toute impunité !


                  • (---.---.229.85) 27 juillet 2006 21:34

                    hummmm

                    vieille tradition arabe de vouloir mettre son nez ds la région des grands lacs via le soudan...

                    et puis...magouille anglo-saxone , et puis magouille française....faut creuser mon gars, tu tiens quelque chose.


                    • CTZn (---.---.56.67) 30 juillet 2006 19:12

                      Merci pour ce rappel Bassam.

                      La corruption est la mère du terrorisme...


                      • carlib (---.---.210.197) 6 août 2006 10:38

                        Effectivement, les problemes de « Conflict Diamonds » ont fait des degats. Mais je ne peux m’empecher de penser qu’il y a quelque chose de tendancieux dans l’article : 1. il existe environ 140 acheteurs qui ont le privilege d’acheter diretement a la De Beers. Une trentaine sont israeliens. (liste a jour sur http://www.debeersgroup.com/debeersweb/General/News+Archives/News+Archives+2004/Diamond+Trading+Company+confirms+Sightholder+list.htm) 2. Un systeme de verification est en place depuis maintenant plusieurs annees. Il s’agit du Kimberley process : http://www.kimberleyprocess.com:8080/ Israel fait partie des pays les plus propres en ce qui concerne le commerce, ou plutot l’abscence de commerce de ces diamants-la.

                        J’ecris ca et je me demande : qui va lire, et qui va croire, puisqu’en fait d’information, nous sommes reduits a « croire » tel ou tel type d’information, celle qui alimente le mieux notre moulin. Enfin, j’aurai essaye... Carine

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès