Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le dictateur Omar El Bechir défie Ban Ki-Moon

Le dictateur Omar El Bechir défie Ban Ki-Moon

Le nouveau secrétaire général de l’Onu se plaint du président soudanais. Le Darfour est à nouveau en proie a une escalade de la violence. C’est inouï ce que certains hommes peuvent avoir un mauvais fond. Quand nous voyons Bush qui fait sa lamentable guerre contre le terrorisme et que nous savons tous que c’est pour le pétrole, il y a de quoi être sidéré. A quelques pas de nous en Occident, il y a de nouveau un génocide qui se produit. Près de 250 000 malheureux ont été tués « assassinés) par ce régime et ses milices Janjawids. Nous pouvons être attristés, est-ce que ce n’est pas un nouveau Rwanda ?

Juste pour rappel, l’assassinat d’Habiarimana, ancien président du Rwanda avec la complicité de notre armée, ainsi que l’ONU a déclenché un changement de régime et une vengeance hors du commun. Le régime de Paul Kagamé « nouvel homme fort », est responsable de la mort de près d’un million de tutsis. Faut-il parler de juste retour dans l’histoire de ce pays rwandais ou Habiarimana avait commis des ‘SALETES’ ? Pour en revenir au Soudan, Omar El Béchir, ce potentat, s’éclate à tuer, ainsi qu’à faire déplacer des populations. Il est à se demander si cet homme n’est pas fou. Nous sommes au 21ème siècle et si Bush voulait vraiment être un grand président, il irait mâter ce « salopard  » et montrerait ainsi sa volonté de lutter contre les injustices. Les Nations Unies montrent de nouveau leurs faiblesses devant des situations odieuses. Comment peut-on laisser les Janjawids, ces miliciens arabes à la solde du gouvernement soudanais commettre à nouveau des assauts sanglants sur ces malheureuses populations ? Les chefs d’Etats africains qui laissent faire ces crimes près de chez eux sont également des « complices » et des personnes qui n’ont aucun amour propre. Ils pourraient constituer une vraie force et faire en sorte que de tels crimes soient stoppés. Nous pourrions noter que les chefs d’Etats africains sont tous des petits dictateurs et pensent surtout à leur ventre. L’ONU devrait réagir, car parmi les cibles des janjawids, qui se déplacent à dos de chameau, en ligne de mire se trouvent les employés des organisations humanitaires et les occupants des camps de déplacés pris en charge.

Il est bon de rappeler qu’entrés en action en 2003 sous le prétexte de faire face à la rébellion sévissant dans la région du Darfour, les Janjawids (ces miliciens arabes) ont déjà causé la mort de plus de 250 000 civils et fait au moins 3 millions de sans abris. Ces pourritures ont commis d’autres cruautés et atrocités comme par exemple : les viols des femmes, l’abattage du bétail, la mise à feu des champs et des habitations. Rappelons que Collins Powell (L’ancien secrétaire d’Etat américain) en visite au Darfour, avait taxé l’œuvre des Janjawids de crimes contre l’humanité. Des appels ne cessent de parvenir au président américain, lui demandant de mettre fin au carnage du Darfour. Andrew S Natsios, le représentant des Nations Unies a alerté Bush personnellement , peut-être que cela va enfin décider le commandant en chef de l’armée américaine d’envoyer ses troupes pour une mission humanitaire au Darfour.

Ban Ki-Moon en colère

L’alerte communiquée à Bush figure dans le rapport de Natsios, il se trouve que Ban Ki-Moon (le successeur de Kofi Annan) vient de dénoncer à l’ONU “...cette situation inacceptable qui se poursuit au Darfour” le président soudanais. Ban Ki-Moon a réagi sèchement aux propos du président soudanais. Le SG des Nations Unies était parti assister au sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba le mois dernier, il avait tenu un tête-à-tête avec Omar Al Bechir au sujet de l’autorisation d’une équipe onusienne des droits de l’homme au Darfour. Le Sud-coréen était parti de l’Afrique avec la satisfaction d’avoir obtenu l’accord du président soudanais. Malheureusement le dictateur Omar el Bechir qui court toujours après le siège de président de l’Union africaine n’est pas un homme à tenir sa parole. Ban Ki-Moon a déclaré “Je suis très déçu par le gouvernement soudanais...”,. “....Si celui-ci sait qu’il n’y a pas de problème au Darfour, alors il devrait accepter de recevoir la mission des droits de l’homme”. Le Secrétaire général de l’ONU explique qu’il attend toujours la réponse à une lettre datant du 24 janvier 2007 acheminée sur la table de Omar Al Bechir. Dans celle-ci, Ban Ki-Moon appelle au renforcement des 7000 hommes mal équipés de l’Union africaine qui forment un bouclier poreux au Darfour par 20 000 casques bleus de l’Onu. Ban Ki-Moon dit avoir détaillé dans sa lettre des modalités de formation aux financements en passant la structuration d’une éventuelle force de l’Onu pour le Darfour. Et le feu vert du gouvernement soudanais n’est toujours pas tombé.

On se souvient que vers la fin de l’année 2006, les Nations Unies sous Kofi Annan avait arraché un accord au Soudan pour le déploiement de 20000 casques bleus au Darfour afin de prêter main-forte aux 7000 hommes de l’Union africaine ayant depuis longtemps prouvé leur incapacité de stopper la rage des Janjawids. Mais “agreement” signé ou pas, le président soudanais Omar el Béchir n’a jamais ouvert les portes de son pays aux forces du maintien de la paix de l’Onu.

Il ne fait qu’encourager ces tueries, car il laisse faire les janjawids. Il est à espérer que les menaces pesants sur des membres de son gouvernement d’être jugés par une cour pénale internationale le feront réagir


Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • mcm (---.---.121.69) 1er mars 2007 10:42

    « Nous sommes au 21ème siècle et si Bush voulait vraiment être un grand président, il irait mâter ce « salopard » et montrerait ainsi sa volonté de lutter contre les injustices. »

    Mais dites moi voir pourquoi les états-unis devraient intervenir ? N’est ce pas un peu facile de condamner leur intervention en Irak et de condamner leur non-intervention au Soudan ?

    S’ils interviennent vous les condamnez et s’ils n’interviennent pas vous les condamnez aussi !!!!

    Bonjour la cohérence !


    • Fleury K (---.---.203.214) 1er mars 2007 19:12

      C’est vraiment inconcevable et inadmissible d’assister à ce qu’on peut qualifier comme étant une injustice et une caution morale accordée par la communauté internationale au pouvoir sanguinaire du président soudanais Omar El Béchir. Injustice, parce qu’on ne comprendra jamais le fait qu’on prétend faire de la lutte contre le terrorisme et des violations délibérées des droits de l’homme, une éxigence capitale pour les Nations Unies et prendre conscience qu’une situation dramatique se déroule dans ce pays sans pour autant que des actions de grande envergure soient menées contre ledit régime. Caution morale, parce qu’on a l’impression que l’incapacité de la communauté des Nations reconforte le président soudanais dans son entreprise machiavélique contre les peuples de ce pays qui n’ont rien à voir dans cette situation. L’Onu n’est-elle pas en train de se laisser déborder par les évènements. Dans ce cas de figure, la crédibilité de l’ONU comme espace où s’harmonisent les efforts des Etats n’est-elle pas en train de faillir. En tout cas, la situation dramatique que vit les peuples du Darfour doit emmener les Nations Unies à redéfinir leurs rôles dans la recherche des solutions aux problèmes qui se posent à l’Humanité. Si l’Onu n’arrive pas à résoudre de manière durable la crise du Darfour, elle reconforterait ainsi les autresEtats à considérer leur peuple comme étant des bêtes de somme et cesera grave pour l’Humanité.


    • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er mars 2007 19:31

      Je suis plié de rire MCM, si vous trouvez que l’attitude de Bush est bien en Irak, dites moi pourquoi vous ne réagissez pas qu’en Israël s’éclate à punir les Palestiniens.


    • Alfa (---.---.93.206) 1er mars 2007 13:05

      VOUS ETES TRES CULOTTE DE QUALIFIER LE PRESIDENT EL BACHIR DE « DICTATEUR ». Contentez vous de la realite et eviter de tomber dans les formules de propagande. A bon entendeur...


      • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er mars 2007 19:36

        Alfa, Omar El Bachir est un très bon président si je t’écoute bien, il est si bon que ces deux millions et demi ou trois millions de déplacés, ainsi que tous ceux qui ont été tués devraient lui rendre grâce. O GLOIRE TOI EL BACHIR, le BIENFAITEUR. Vous le Grand El Bachir, vous protégez si bien les pauvres opprimés, vous les bénissez avec vos gentils janjawids. Alors heureux Alfa, vous êtes content de ces louanges. Il faut appeler un CHAT, un CHAT. El Bachir est détestable et fait du mal, oh pardon, il est peut-être inconscient, il croit faire du bien.


      • de passage (---.---.13.75) 1er mars 2007 13:07

        ce n’est pas aux Etats-unis d’intervenir mais aux nations unis.


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er mars 2007 19:39

          C’était aussi aux Nations Unies d’intervenir en Israël, mais rine n’a jamais été fait. C’était également à eux d’intervenir au RWANDA et ils se sont « barrés ». C’est triste, l’ONU n’a pas de poids. Et pourtant c’est une institution qui pourrait réaliser de belles choses. J’ai revu hier un film sur le RWANDA, très triste SHOOTING DOGS. Bravo la FRANCE, bravo les Nations Unies.


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er mars 2007 19:43

          Arthur MAGE, est-ce que l’Irak représentait une menace pour les USA ? smiley je ne crois pas. Il a fallu toute une mascarde pour déclencher une guerre. QUE de MENSONGES. Le SOUDAN c’est concret. Les américains ont perdu 18 hommes ou vingt et se sont défilés. Ils ne sont pas habitués à des guerillas urbaines, nous le voyons en IRAK.


        • SEAGAL JOHN (---.---.150.53) 1er mars 2007 23:43

          rien, pourquoi Al Bachir ne subirait pas un déplacement comme le pauvre peuple qu’il maltraite. Il vide des populations par caprice et vanité.


        • Pierre R. (---.---.231.186) 1er mars 2007 13:43

          J’avais soulevé ce cas précis dans un article publié sur Agora :

          « Le nouveau secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait demandé au président chinois de soulever la question de l’envoi d’une troupe mixte de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour lors de son passage à Khartoum. Avant le début de la tournée africaine de Hu Jintao, un responsable aux Affaires étrangères chinoises avait affirmé que son séjour au Soudan « ne renforcera pas seulement les relations bilatérales mais aussi la paix et la stabilité dans la région ». Dans le communiqué distribué par la délégation chinoise aux journalistes à l’aéroport de Khartoum, il n’était plus question que de consolider les relations amicales et la coopération entre la Chine et le Soudan. « Le Darfour fait partie du Soudan et c’est à vous de résoudre le problème », aurait dit Hu Jintao au président Omar Hassan al Bachir. Le président chinois est en voyage d’affaires et il vient de le rappeler de façon brutale en négligeant les appels de la communauté internationale sur la question du Darfour : le Soudan vend une grande partie de son pétrole brut à la Chine, dont l’économie en pleine expansion consomme beaucoup d’énergie, et lui achète des armes ».

          Votre article apporte un éclairage complémentaire et intéressant.

          Pierre R.

          Montréal (Québec)


          • (---.---.197.155) 1er mars 2007 15:05

            G.BUSH ne sera jamais un grand président ; car il est aussi salopard que celui que vous voulez qu’il soit botté par lui


            • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er mars 2007 19:51

              Je suis d’accord avec vous, néanmoins, quand je vois que les autres chefs d’états qui pourraient faire quelques chose se voiler la face, je suis triste. Et je me dis que même le diable (BUSH) ferait bien d’aider ces trois millions de déplaçés. Combien sont morts lors de ces migrations à la noix, juste pour exploiter les ressources minières.


            • MyHyene (---.---.214.63) 1er mars 2007 16:17

              « si Bush voulait vraiment être un grand président, il irait mâter ce « salopard » »

              curieux...Pourquoi vouloir que les américains s’en charge et pas nous les Européens ?


              • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 1er mars 2007 19:53

                Je pense que les européens avons d’autres soucis avec l’immigration et qu’on ne saurrait se déplacer pour agir en Afrique.


              • SEAGAL JOHN (---.---.150.53) 1er mars 2007 23:47

                L’affaire des populations déplacées est l’affaire de tous. Il faut en parler quand je vois que chez nous les dirigeants en campagne la ferment, je me demande bien qui aidera ces gens assassinés par les janjawids ? C’est dommage que le monde se voile les yeux avec les crimes perpétrés par Omar Al Bachir : le boss du Soudan.


                • De Saint Benoit Philippe (---.---.107.182) 2 mars 2007 01:21

                  Ce qui confirme de ce que nous avons débattu ces jours derniers sur le généocide au Darfour. Sujet du 16 ou 17 Février 2007. Le Dictateur Omar El Bechir n’a pas de parole, et n’a aucune respectabilité au niveau international.

                  Tous ces Chefs d’Etats africains venus dire adieu à Jacques CHIRAC à Cannes en faisant des promesses. Un bout de papier sans grande valeur. Ce sont des gens qui n’ont aucune parole et aucun respect de l’être humain.

                  Je vous l’avais écrit, et je me suis attiré les foudres des bloggeurs, comme étant inhumain, ne comprenant rien à ce génocide.

                  Oui, c’est un génocide et la Communauté Internationale n’a aucune possiblité de faire quoique ce soit.

                  L’Occident est pris dans des guerres sans nom, partout dans cet Orient instable, où les différentes composantes de l’Islam s’affrontent pour détenir le pouvoir au prix du sang. L’Occident est au milieu et prend des coups pour rien. On veut imposer notre démocratie à des pays qui n’en veulent pas. Des pays qui considèrent que nous valeurs humaines sont contraires à leur valeurs religieuses et sprituelles. D’autant plus que leur religion est religion d’etat qui gouverne ces pays suivant les principes idéologiques d’un autre temps.

                  le Dictateur Omar El Bechir sait qu’il a les mains libres et qu’il peut exterminer en toute impunité.

                  Il sait que l’ONU n’a aucuns moyens financiers à mettre pour arrêter cette guerre. Personne ne peut plus payer.

                  les USA ne veulent pas y mettre les pieds, car ils sont embourbés en irak en Afganistan avec l’ONU, en Somalie aussi, et ont en plus, un autre probable conflit bien plus grave et plus dangereux que le Darfour. l’Iran. Qui défie la CI et les USA en premiers.

                  Les boys US n’ont aucun intérêts à aller au Darfour ainsi que les petis français et ses copains européens.

                  Il n’y a rien au Darfour. Des terres brulées et des populations en pleine herrance de terres en terres au gré des saisons et des milices arabes exterminatrices.

                  Je l’ai déjà dit « Le Darfour est sacrifié. » Ban KI Moon prêche dans le désert du Darfour. Le Président de l’ONU comme disait le Général de Gaulle « Ce machin qui ne sert à rien », ( il parlait de l’ONU ) n’a aucun pouvoir. Comme le Conseil de Sécurité il pond de belles résolutions qui ne sont pratiuqment jamais appliquées.

                  Les Nation Unies prennent des engagements, mais aprés c’est au gré des combines et des interêts de chacun.

                  Depuis des mois et des mois, le Président iranien défit la CI et personne ne fait rien. On renvoie toujours une décision aux calanques grecques. Diplomatie avant tout, et l’Iran aura sa bombe atomique qu’on le veuille ou pas.

                  Le Dictateur Omar El Bechir a raison. Il ne s’en prive pas, car il sait que la CI est incapable d’arrêter l’Iran sur le nucléaire, alors lui pourquoi, il devrait obéir aux injonctions et arrêter son généocide.

                  D’autant plus qu’il n’y aucune menace de sanction qui pèse sur lui. le pays n’a rien, autre que du pétrole et ses milices arabes. Le pétrole intéresse un pays émergeant qui lui aussi impose sa voix.

                  Dans tout cela il y a beaucoup d’hypocrisie. « PERSONNE NE VEUT MOURIR POUR LE DARFOUR ». Même, les actions humanitaires ont abandonnées.


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 3 mars 2007 08:16

                    @« De Saint Benoit Philippe », il s’agit bien d’un crime contre l’humanité, mais il est bon de se voiler la face, quand on ava acheter du pétrole chez un « branquignol » smiley


                  • Paradisial (---.---.45.66) 2 mars 2007 10:52

                    A l’auteur de cet article (et autres victimes de l’ignorance), je m’étonne de retrouver ici également la fameuse formulation : « les Janjawids (ces miliciens arabes) » (ont déjà causé la mort de plus de 250 000 civils et fait au moins 3 millions de sans abris).

                    Un tel usage « les Janjawids (ces miliciens arabes) s’en prenant aux tribus africaines (une autre variante : noirs soudanais) » dénote de l’ignorance des gens quant à la spécificité ethnologique et démographique qu’ils entretiennent sur le Soudan depuis une belle lurette.

                    Qui vous a ancré une telle énormité dans le crâne ? TF1 et compagnie bien sûr smiley

                    Réveillez-vous. Sachez apprendre que :

                    1- le Soudan est un pays africain ;

                    2- les soudanais sont tous africains ;

                    3- à Kartoum comme au Darfour tout le monde est « noir » (y compris Omar Bachir) ;

                    4- le Soudan est un pays arabe ;

                    5- les soudanais sont tous des arabes ;

                    6- à Kartoum comme au Darfour tout le monde parle la langue arabe ;

                    7- le conflit au Darfour n’oppose pas des arabes avec des africains noirs, mais est tout simplement une Guerre Tribale (comme celle du Rwanda) (où n’interfèrent ni langues ni couleurs ni religions opposées, mais où s’oppose des intérêts pécunières et des convoitises foncières : la terre du sud est pétrolifère) ;

                    8- le Darfour a une ambition scissionnelle (indépendentiste) sur un fond ethnique, comme la Corse par rapport à la France, la région basque par rapport à l’Espagne, celle bretonne d’antan par rapport à la France, et celle irlandaise par rapport à celle de la Grande-Bretagne..... (ce qui est interdit pour certains et préconisé pour d’autres) ;

                    9- je disais : la terre du sud est pétrolifère, ce qui semble justifier l’encouragement par l’oncle Sam des ambitions indépendentistes de la région du Darfour par tout un tas d’intrigues internes desquelles il escompte une montée de violence justifiant une immixtion (une de plus) dans la région (du moyen-orient) qui ne vise qu’à servir ses intérêts personnels (il ne vous manque pas de savoir que l’oncle Sam n’est pas si philanthrope qu’il le prétend) ;

                    10- . . . . . . tirez-en tout ce que vous voudriez, mais de façon lucide.

                    A bon entendeur Salut


                    • Paradisial (---.---.45.66) 2 mars 2007 12:09

                      Arthur Mage,

                      à ce que l’on sache, les Etats-Unis d’Amérique ne s’appellent pas encore la Vièrge Marie, même si celui qui la gouverne se prend un peu pour le Messie.


                    • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 3 mars 2007 08:23

                      @ Paradisial, vous pensez faire une lecçon de morale, mais que connaissez-vous de l’Afrique ? Le Soudan est peut-être un pays de noirs comme vous dites, mais les janjawids sont bien des miliciens arabes, que vous le vouliez ou non, et pour votre gouverne, Omar el Bachir est bien loin d’être un noir, il est plutôt très très clair de peau, si vous ne l’assimilez pas à un blanc, il a un ton de peau occidentale très bronzé. smiley Paradisial, Omar el Bachir est peut-être africain, mais il fait partie de par ses ancêtres des envahisseurs venus de l’Orient il y a quelques siècles. Okay. Merci. Les peuples qui sont opprimés et déplacés ne sont pas « des arabes » smiley


                    • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 3 mars 2007 08:24

                      Je suis lucide : omar El Bachir serait en Europe, nous parlerions de génocide, comme le roumain Ceaucescu ou autre serbe décédé récemment.


                    • Paradisial Paradisial 3 mars 2007 10:07

                      à Antoine Christian,

                      c’est à vous que je rendrais la question : que connaissez-vous de l’Afrique ? et encore : notament du Soudan ?

                      Je suis africain, en tant que citoyen du monde d’origine marocaine.

                      Je connais le Soudan depuis ma tendre enfance via les médias arabes, à cause de ladite proximité culturelle et géographique. Certes ce n’est pas un gage suffisant, pour autant vos commentaires et votre obstination démontrent que vous ne connaissez rien de ce pays : rien de sa composition ethnique, ni linguistique, ni culturelle...

                      Vous vous obstinez à continuer de qualifier les janjawid de miliciens arabes. Je suppose que vous les assimilez dans votre imaginaire à ces combattants arabes qui se rendirent en Afganistan du temps du colonialisme russe (et au-delà). Bah Monsieur, daignez gomer de votre esprit une telle image. Les janjawid sont bien des soudanais (africains)(noirs). Ils appartiennent tous à une seule tribu qui tente d’asseoir sa dominance et son monopole foncier sur les terres du Darfour (au détriment des tribus locales), sur un fond ethnique (motivé par des convoitises pécunières...).

                      J’apprécie pas parler de pigmentation lorsqu’il s’agit d’identifier des individus (les humains ont tous la même couleur, qui prend différentes nuances), mais vous m’y contraingnez.

                      Concernant Omar Bachir, je vous invite à chercher des photos à lui sur la rubrique picturale de google (tu risquera d’être déçu) (vous l’assimiliez presque à un occidental très bronzé)(heureusement, vous n’aviez pas daigné intégrer Michael Jackson dans votre comparaison).

                      Quant aux soudanais, je vous invite à scruter une chaine qatari (Al-Jazeera)(un vrai média alternatif, que tu le veuilles ou non) qui traite de temps en temps de façon assez ample du conflit au Darfour (en invitant les différents partis prenant part dans ce conflit) (chose que ne font jamais les chaines occidentales, et quand elles en traitent elle le font timidement, souvent sous fond de manipulation de l’information // on le constate très bien dès qu’ils nous ressassent l’esprit par la notion : janjawid= milices arabes s’attaquant à des africains [la preuve : vous y croyez encore), et vous y verrez combien la réalité est différente.

                      Vous disiez que : Les peuples qui sont opprimés et déplacés ne sont pas « des arabes ».

                      Je vous répète : qu’en savez-vous ?!!!

                      Tous les soudanais sont arabes, car ils s’expriment en arabe.

                      Apparement vous donnez à la notion d’arabe une connotation ethnique ! Sachez que les arabes n’eurent jamais considérer l’arabité comme une appartenance ethnique (désolé pour vous si les orientalistes vous enseignent ou renseignent mal à la télé).

                      Etymologiquement parlant, le terme arabe a deux sens, deux acceptions, qui sont loins d’avoir quelconque connotation ethnique. Je commencerai pas la seconde acception, puis je fournirais la première.

                      (en langue arabe, et non pas française) Arabe signifie :

                      2- le citadin (celui résidant en ville), en opposition aux termes a’raabiy et badawiy (désignant le compagnard)(bédoin est tiré du terme arabe : badawiy) ;

                      1- quelqu’un de très éloquent (quelle que soit la langue dans laquelle il s’exprime)(mais notament) en langue arabe.

                      Grosso modo, arabe désigne toute personne s’exprimant (avec éloquence) en langue arabe. Dans le monde occidental les incultes ont malheureusement rajouté une connotation raciale à ce terme, et font désormais la différence entre l’arabité en tant qu’origine raciale, puis géographique, puis y implémentent la notion d’arabophone. Les arabes d’antan n’étaient pas aussi racistes que vous. Quelqu’un qui ne parlait pas leur langue ils l’appellaient non pas étranger, mais a’jamiye, càd quelqu’un pas du tout éloquent ; si quelqu’un des leurs parlait la langue avec barbarisme (ou sans grande maitrise) lui aussi était appellé a’jamiye smiley.

                      (l’Arabie = pays de l’éloquence // on en comprend bien dès lors pourquoi les arabes de la période près-islamique accordaient tant d’importance à la poésie)

                      Revenons en aux soudanais, je disais dans mon post précédant que :

                      4- le Soudan est un pays arabe ;

                      5- les soudanais sont tous des arabes ;

                      6- à Kartoum comme au Darfour tout le monde parle la langue arabe ;

                      J’entendais pas par ce que les soudanais sont originaires de l’Arabie. Rends toi sur Al-Jazeera pour tenter d’écouter en quelle langue les différents soudanais s’expriment (et quelle couleur ont-ils), notament à la capitale et au Darfour (et dans tout le pays). Tends ton oreille, et afines ton regard smiley

                      Pour conclure, oser supposer que les habitants de l’ancienne Arabie colonisèrent et fécondèrent la moitié du monde connu à l’époque (voilà 1400 ans) serait comme oser imaginer un pays de la taille de Cuba étant capable d’envahir et de carrément féconder l’ensemble de la planète aujourd’hui. smiley

                      La langue arabe et la religion islamique ont pénétré les pays arabomusulmans non pas sous l’effet d’un envahissement démographique et la fécondation (séminale) des peuples locaux et l’imposition d’une langue et d’une religion par le tranchant de l’épée, mais juste grâce aux peuples locaux eux-même qui en prirent le relais. La force engendre toujours des résistances (et non des conversions).

                      Voilà le flux de diffusion de Al-Jazeera Internationale (d’expression anglophone) (realplayer indispensable) :

                      http://wwitv.com/tt/b2689.ram

                      Pour les différents pays rendez-vous :

                      http://fr.wwitv.com/

                      Salut


                    • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 22:42

                      @ Paradisial, c’est bien d’être marocain. Vous dites connaître le Soudan depuis votre tendre enfance. C’est bien beau. Moi aussi, mais je ne suis pas resté chez moi, j’ai voyagé grâce à mes parents et j’ai beaucoup appris par mes voyages et par les relations que je me suis faites dans les pays d’Afrique (Algérie, Niger, Burkina (Haute Volta), Mali, Lybie, Sudan, Tchad, Cameroun, Togo et Benin (Dahomey)). Je vous en prie ne donner pas des généralités qui faussent énormément. J’ai étudié en Afrique en deux langues (anglais et français) et j’ai énormément appris sur ce continent. Néanmoins, je sais que nous apprenons toujours et j’ai énormément soif de connaissances. De grâce, ne dites pas n’importe quoi. Voilà ma version qui n’essaie pas de dynamiter la vôtre, mais qui apporte des éclaircissements. Merci. Je maintiens que el Béchir « le militaire » fait souffrir les gens du Sud pour les gisements pétroliers qu’il veut exploiter pour SA CLIQUE. smiley


                      • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 22:45

                        Paradisial : "la population du Soudan est estimée à environ 35 millions d’habitants, pour une densité moyenne de 14 habitants au km2. Les régions les plus peuplées sont celles situées autour de Khartoum et dans le Soudan central à proximité du Nil Bleu et du Nil Blanc. smiley


                      • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 22:49

                        @ paradisial ; Le Soudan est une mosaïque ethnique, à l’intérieur de laquelle il est possible de distinguer deux groupes principaux. Au nord et au centre dominent les populations islamisées 70% à 80% des Soudanais, qui ne sont pas toutes arabisées : si les Baggaras, peuple noir de pasteurs transhumants du Centre, le sont, ce n’est pas le cas des nomades chameliers Béjas (environ 700 000 personnes) peuplant les montagnes de la mer Rouge. Au sud et dans les massifs montagneux centraux, vivent des populations animistes et chrétiennes, parmi lesquelles les Dinka : 2 millions et demi de personnes et les Nuer : 700 000 personnes, des pasteurs nomadisant de la cuvette du Haut-Nil, ainsi que les Nuba 700 000 individus environ, en smiley majorité ce sont des agriculteurs des collines du Centre.


                      • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 22:53

                        @ Paradisial, ceci est votre petit cours du Soudan, ou un complément à vos connaissances. Merci. En 1956, le Sudan est devenu indépendant. Depuis l’indépendance, des gouvernements démocratiques et dictatures militaires se sont succédés. À la suite du coup d’État militaire de 1985 qui renverse le général Nemeiri, au pouvoir depuis 1969, des élections libres, organisées en 1986, voient la victoire du parti Oumma, dominé par les membres de la secte des Ansars (disciples du Mahdi). Son principal dirigeant, l’arrière-petit-fils du Mahdi, Sadek al-Mahdi, accède aux fonctions de Premier ministre. La poursuite de la guerre civile, la situation catastrophique provoquée par les inondations et la famine de 1988 conduisent à un nouveau coup d’État militaire, en 1989, mené par le général Omar Hassan el-Béchir, qui est élu, en 1996, président de la République. La réalité du pouvoir est cependant détenue par les islamistes du Front national islamique, dirigé par le cheikh Hassan el-Tourabi, juriste formé à Londres et à Paris, qui est élu en 1996 président du Parlement. smiley

                        La guerre civile a bouleversé les schémas traditionnels de peuplement. La plupart des habitants du Sud ont été déplacés, des dizaines de milliers d’entre eux ont été tués et des centaines de milliers se sont réfugiés dans les pays voisins ou dans des camps bâtis à la périphérie des villes du Nord. smiley


                        • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 22:57

                          @ paradisial ; pour faire allusion ou un parallèle avec ce qui peut avoir un lien avec ce qui se passe aujourd’hui : la traite des NOIRS. Au cours du XVIe siècle, le sultanat des Foundjis, dont la puissance est assise sur la traite des Noirs , devient un État puissant dont la capitale se révèle être l’un des foyers culturels les plus importants de l’islam. Toutefois, à la fin du XVIIIe siècle, des dissensions entre les grandes tribus foundjies affaiblissent considérablement le royaume. smiley


                        • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 22:59

                          @ notre ami paradisial :smiley En 1821, le Soudan est envahi par l’armée de Méhémet Ali, vice-roi d’Égypte qui fonde Khartoum en 1823, au confluent des deux Nil. Une vaste partie de la Nubie est rattachée à l’Égypte sous le nom de Soudan égyptien. La domination égyptienne va durer soixante ans et elle s’étend progressivement au sud, soutenue par les Britanniques qui veulent compter l’Égypte parmi leurs possessions d’Afrique australe. smiley


                          • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 23:00

                            A l’ouest, néanmoins, le Sultanat de Darfour, dans le djebel Marra habité par les Fours, conserve son indépendance jusqu’en 1916. Les querelles intestines provoquées par la traite des esclaves dans le Sud, et plus généralement par l’incompétence de l’administration, ne font que s’accentuer pendant cette période. smiley


                          • Antoine Christian LABEL NGONGO (---.---.150.53) 3 mars 2007 23:01

                             smileyJe vais m’arrêter là pour cette petite histoire. Je vous remercie pour votre attention paradisial . Entre 1877 et 1880, alors que le Soudan égyptien est gouverné, au nom de l’Empire ottoman, par le général et administrateur britannique Charles George Gordon, des efforts sont déployés pour supprimer le commerce des esclaves. smiley


                          • Paradisial (---.---.40.210) 4 mars 2007 20:15

                            à notre ami Antoine Christian LABEL NGONGO,

                            Que dire ?!

                            Dans tout ce vrac d’informations vous n’êtes pas parvenu à réfuter l’idée que je présentais : celles réfutant l’image donnée par les médias de janjawid - des milices arabes - s’attaquant à des africains noirs.

                            Sachez-le, vous n’êtes pas le seul à avoir voyagé. Votre origine africaine subsaharienne et votre maitrise de l’anglais et du français ne feront pas de vous une personne suffisement consciente des spécificités culturelles du moyen-orient, y compris quand il s’agit d’un pays africain qu’est le Soudan.

                            Toutes les données que vous avez divulgué par ici vous ne les avez glannées que depuis le net. Vous n’êtes pas le seul sorcier à savoir faire cela smiley

                            Je me suis amusé à ne reprendre qu’une seule phrase de vos copiés/collés, et à chercher ses correspondances sur un moteur, elle m’a renvoyé vers ce site :

                            http://afriquepluriel.ruwenzori.net/soudan-a.htm

                            Je voulais pas étendre l’essai au restaut de vos postes smiley

                            Mon ami qui avez tant voyagé, je vous conseillerais de vous rendre à Khartoum au lieu de vous fier aux chaines occidentales et qu’à quelques sites-web.

                            Sinon, tentez de regarder une chaine soudanaise via le satellite smiley

                            Pour conclure, j’aimerais vous rappeller qu’en france, tous les français parlent la langue de Molière, cela fait d’eux des francophones, même si accessoirement certains parmi eux maitrisent d’autres dialectes (locaux ou médievaux) tels le breton, l’auvergnac, le jti, le catalan, le basque.....

                            Il en est de même des soudanais : ils sont arabes (comprendre arabophones / puisque vous avez besoin de cette précision, sinon vous racialiser ce terme) ; accessoirement, selon les régions, certains peuvent parler d’autres dialectes ou langues (médievales).


                            • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 5 mars 2007 10:11

                              @à notre ami Paradisial, je ne tenais pas à réfuter vos propos. Je vous ai fait comprendre que Omar el bachir est bien un dictateur que vous le vouliez ou non. Si vous pour vous c’est un bienfaiteur de l’humanité tant mieux. J’espère juste pour vous que vous n’aurez jamais à vivre ce que ces déplacés subissent. Et pour votre gouverne, je ne connais pas ce site que vous me donnez, je réfute votre affirmation qui essaie de me mettre sur le dos une histoire de copie - coller. smiley Autre chose, j’ai passé l’âge de gôber tout ce qui peut être diffusé sur les média occidentaux. La première guerre du Golfe nous a assez appris lorsque nous étions étudiant. Je me targue aujourd’hui de me faire ma propre opinion. J’ajouterais que j’ai étudié la langue arabe également à la fac. Je ne la maîtrise pas, mais les média arabe font également de l’intox. peut-être un peu moins que les occidentaux, mais quand un média est sous la coupe d’un dictateur, il ne peut qu’abonder dans son sens.


                            • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 5 mars 2007 10:19

                              @à mon ami Paradisial :« Sachez-le, vous n’êtes pas le seul à avoir voyagé. Votre origine africaine subsaharienne et votre maitrise de l’anglais et du français ne feront pas de vous une personne suffisement consciente des spécificités culturelles du moyen-orient, y compris quand il s’agit d’un pays africain qu’est le Soudan. » Que Dieu m’en préserve, je n’ai pas voulu dire que j’étais le seul à avoir voyagé. Paradisial, que 70% de la population soit de confession arabe, celà n’autorise pas le dirigeant en place arrivé par coup d’état de faire tout et n’importe quoi sur les autres, d’en faire des déplacés, d’autoriser des milices de cavaliers d’aller agresser impunément ces populations pour les faire fuir et venir ensuite piller le sol. A j’oubliais, si j’ai envie de me cultiver, j’ai peut-être un défaut, je préfère encore MA VIELLE ENCYCLOPEDIE, que d’aller sur INTERNET, car ces sites sur lesquels vous allez pour faire vos copie-coller ne sont pas mes références. SALUT. smiley

                              Vous vous êtes focalisés sur le mot JANJAWIDS, smiley alors que l’objet, voire le fond du problème , c’est pourquoi cet homme Omar El Béchir encourage ces éliminations et ces déplacements des populations. smiley


                            • Paradisial (---.---.51.110) 5 mars 2007 13:27

                              Salut Antoine Christian LABEL NGONGO, sachez le, je n’ai pas réagis par rapport aux allégations qui sont portées contre Omar Bachir, mais à la fameuse image colportée par les médias occidentaux faisant des janjawid : des miliciens arabes violantant de pauvres africains noirs.

                              Je voulais juste préciser que dans le Soudan : tout le monde est noir, et tout le monde est arabe (=arabophone)(malgré les différents dialects secondairement parlés dans les différentes régions) (tout en voulant préciser que l’arabité n’est qu’un concept linguistique, et non pas racial).

                              JE N’AI PAS USE DE QUELCONQUE COPIER/COLLER.

                              (les infos que vous avez rapportées sont toutes présents à la lettre et à la virgule sur le net)

                              Concernant le conflit du Darfour, et la position de Omar Bachir par rapport à celui-ci, je vous invite à scruter Al-Jazeera (dans sa version arabe de préférence)(sinon t’as l’édition anglophone) : qui elle, quand elle traite du Soudan et de ce conflit, invite tous les détracteurs à exprimer leurs positions sur place comme sur son plateau. L’image que l’on s’y forge est plus instructive et plus édifiante que celle colportée sur les médias occidentaux.

                              Je vous réitère pareillement mon invitation à regarder les chaines soudanaises sur le satel.

                              Je le répéte encore : le conflit au Darfour est une guerre tribale (elle n’a nullement de relations avec des différences de couleur, de langue, ou de religion).


                              • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 mars 2007 19:15

                                @Paradisial, vous dites ce que vous voulez, les janjawids sont bien des arabes « on ne va pas dire maghrébins » car le Soudan ce n’est pas le Maghreb. Je vous réitère ce que je vous ai dit. smiley« JE N’AI PAS FAIT de COPIE-COLLER » smileycomme cela semble vous faire plaisir à clamer. smileyJ’arrête les frais. Pour votre gouverne, sur le WEB aujourd’hui, on retrouve régulièrement des articles qui sont pris par des internautes pour alimenter leur site défaillant. Votre site ne fait pas partie des sites que je lirais et je n’irais jamais dessus. smileyA bon entendeur !!!!!!! J’ajoute ceci : les milices basées au Darfour mènent des raids transfrontaliers contre des villages tchadiens, tuant des civils, brûlant des villages et volant le bétail. smileyHuman Rights Watch «  »La politique du Soudan qui consiste à armer les milices et à les lâcher dans la nature a aujourd’hui des conséquences de l’autre côté de la frontière et rien ni personne ne protège ces civils de leurs attaques, que ce soit au Darfour ou au Tchad.«  » smiley


                                • ribeyre (---.---.1.53) 8 avril 2007 23:57

                                  Vivant au Soudan depuis presque 10 ans, avec des ONG au service des réfugiés du SUD SOUDAN (ils sont encore 2 millions AUTOUR DE KHARTOUM,dans des conditions pas meilleures que les camps du Darfour, même si certains commencent à rentrer chez eux dans le Sud)...J’ajoute ces quelques réflexions non pas pour polémiquer, mais pour aider à la réflexion.

                                  Je me demande comment on peut parler du conflit du Darfour et des souffrances intolérables de ses habitants sans le situer dans le contexte politique de l’ensemble du Soudan, au moins par quelques rappels de l’évolution récente ? Or je constate l’impasse totale sur les autres dossiers. Car je lis souvent : « le gouvernement de Al BASHIR ». Ce n’est pas si simple que cela et c’est ignorer la situation politique actuelle du Soudan.

                                  Car, même quand on n’a aucune affinité avec le parti majoritaire au pouvoir à Khartoum, ce qui est mon cas, l’objectivité oblige à reconnaître qu’il y a eu ces dernières années au Soudan des évolutions positives - qui peuvent éclairer la voie pour la solution du problème du Darfour.

                                  1 - LA FIN DE LA PLUS LONGUE ET LA PLUS SANGLANTE GUERRE D’AFRIQUE (2 millions de morts). Ce n’est pas rien. Et c’est ce même régime islamique de Khartoum qui prêchait ostensiblement la « guerre sainte » contre les sudistes, qui a négocié pendant plusieurs années, et a accepté un cessez-le-feu, puis des accords de paix prévoyant le partage du pouvoir et le partage des richesses, acceptant même un référendum d’autodétermination pour le Sud en 2010. Cela prouve au moins qu’il est possible de négocier sous la pression internationale, sans attendre que la confiance règne entre les parties en conflit, même avec le gouvernement actuel, dont il ne s’agit pas de voiler les crimes... La communauté internationale a donc le devoir de faire pression dans ce sens sur toutes les parties, y compris celles qui ont refusé de signer les accords d’Abuja sur le Darfour.

                                  2 - LA SITUATION ACTUELLE DANS LE RESTE DU SOUDAN. Tous les conflits ne sont pas résolus, mais ils sont en voie de l’être par d’autres moyens que les armes.

                                   Le cessez-le-feu entre le Nord et le Sud est globalement respecté depuis 3 ans. Il y a une armée du Nord et une armée du Sud (ancien SPLM) avec des unités mixtes composées à 50/50, certaines dans le Nord, certaines dans le Sud. Les milices qui étaient dans le Sud ont à choisir entre s’intégrer à l’une ou à l’autre des deux armées. Un des problèmes est que certains préfèrent garder leurs armes et se reconvertir à leur compte...

                                   Les CASQUES BLEUS SONT PRESENTS AU SUD SOUDAN (au moins 10 000) pour surveiller le cessez-le-feu.

                                   Le Sud Soudan est effectivement autonome, avec son propre gouvernement et ses propres finances.  Il a adopté une constitution LAÏQUE.

                                   Au Nord, la loi islamique est toujours en vigueur mais ne s’applique plus aux non musulmans. Des processions chrétiennes sillonnent les grandes artères des villes du Nord à l’occasion des grandes fêtes chrétiennes, ce qui est très rare dans un pays musulman.

                                   Le Sudistes sont présents dans le gouvernement fédéral : le 1er vice président de Al Bashir est un chrétien, l’ancien leader des rebelles : MR SALVA KIIR. Un tiers des ministres (dont celui des Affaires Etrangères) sont des sudistes ou d’anciens opposants, ainsi que 16 ambassadeurs (dont celui à Washington).

                                   Les revenus du pétrole sont divisés entre le Nord et le Sud selon des critères très précis et sous la surveillance d’une commission bi partite qui examine les réclamations, car il y en a.

                                   Le parti du président Al Bachir reste (d’après les accords) le parti dominant (52%). Mais LES PARTIS D’OPPOSITION du Nord Soudan (dont le parti communiste) SONT PRESENTS A KHARTOUM, y compris à l’assemblée nationale ; ils font leurs rassemblements et éditent leurs journaux. RFI et la BBC en arabe sont relayés à Khartoum depuis de nombreuses années.

                                   Le SPLA lui-même s’est reconverti en parti politique et déclare vouloir remporter les élections de 2008, même au Nord.

                                   Une nouvelle monnaie a été créée, le SPLA ne voulant pas de l’ancienne.

                                   Des accords ont également été signés l’an passé à Asmara avec les rebelles du front de l’EST, principalement la tribu des BEJA. Leurs combattants ont été intégrés dans l’armée régulière et leurs ministres et députés viennent de prêter serment.

                                   Les leaders du Darfour qui ont signé les accords d’Abuja (dont Mini Minawi, rival de Al-Nour) sont associés au gouvernement fédéral, mais se trouvent de plus en plus en porte à faux...

                                  D’autres points seraient à mentionner... Des points de friction subsistent, en particulier pour les régions revendiquées par les sudistes mais que les anglais avaient « oubliées » dans le Nord... et qui se trouvent être justement riches en pétrole !...

                                  Il ne s’agit pas de faire l’éloge du régime de Khartoum : cette libéralisation n’a pas été acceptée de gaîté de cœur par le parti de Al Bashir mais est le fruit des très longues NEGOCIATIONS (3 ans) effectuées SOUS LA PRESSION INTERNATIONALE. La confiance ne règne pas et des litiges subsistent, mais c’est quand même mieux que la guerre.

                                  Voici enfin un extrait de la RESOLUTION 1679 adoptée par le CONSEIL DE SECURITE le 16 mai 2006 :

                                  "Le Conseil de sécurité, Se félicitant du succès des pourparlers intersoudanais tenus sous l’égide de l’Union africaine à ABUJA (Nigéria), (et aussi des USA et de l’Union Européenne) Agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies,

                                  1. Demande aux parties à l’Accord de paix au Darfour de respecter les engagements qu’elles ont pris et de mettre l’Accord en application sans retard, INVITE INSTAMMENT LES PARTIES QUI NE L’ONT PAS FAIT A SIGNER L’ACCORD sans attendre et à ne rien faire qui pourrait en empêcher l’application, et entend envisager de prendre, notamment en réponse à une demande de l’Union africaine, des mesures énergiques et efficaces, telles que l’interdiction de voyager et le gel d’avoirs, à l’encontre de toute personne ou tout groupe qui contreviendrait à l’Accord de paix au Darfour ou tenterait d’en empêcher la mise en œuvre." Cette position était aussi celle des Etats-Unis et de la France...

                                  Mr ABDUL WAHID AL-NOUR, qui a participé aux négociations d’Abuja mais qui s’est dissocié des signataires suite à des rivalités personnelles, est visé par cet article. Je doute donc qu’il soit utile de lui dérouler le tapis rouge comme ce fut le cas récemment, à la mutualité, je crois...

                                  Pourquoi par exemple a-t-il refusé plusieurs fois de rencontrer le premier vice-président du Soudan (Salva Kiir, ancien leader des rebelles du Sud) qui offre sa médiation pour la reprise de négociations ? Le pousser lui aussi à revenir à une table de négociation ne serait-il pas plus utile que de lui faire croire que le salut viendra d’une intervention militaire des pays occidentaux ?

                                  Beaucoup d’instances internationales reconnaissent qu’il ne peut y avoir de solution au Darfour par les armes. Que pourrait même une force de 20000 ou 50000 hommes avec ou sans casques bleus dans un territoire grand comme la France ? A moins que quelqu’un ait intérêt à créer un 2ème Irak... Qui sait ? Qu’y gagneraient les populations sans défense ? LE MEILLEUR MOYEN DE LES PROTEGER ET D’ABREGER LEURS SOUFFRANCES - avec l’action humanitaire - ne serait-il pas de pousser leurs leaders à la re-négociation des accords d’Abuja avec TOUTES LES AUTRES PARTIES, et non de leur faire miroiter la venue de l’occident sauveur ou une quelconque victoire militaire.

                                  Pourquoi ce qui a été possible au Sud après presque deux fois vingt ans d’une guerre terrible ne serait pas possible au Darfour, MEME AVEC CE REGIME-LA ? Ne pas négocier sous prétexte qu’il n’y pas de confiance, comme le dit Mr Al Nour, est un faux-fuyant, pas une excuse, et il faudrait à mon avis que LUI AUSSI se l’entende dire quand il vient à Paris. Michel Ribeyre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès