Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le gaz, l’arme de dissuasion de Poutine ?

Le gaz, l’arme de dissuasion de Poutine ?

Après le vote du dimanche 16 mars en Crimée, une détérioration à long terme des relations entre l’Europe et la Russie semble inéluctable. Pour protester, les Européens brandissent la menace de sanctions économiques. Cependant, en matière d’utilisation de l’arme économique, les Russes ne sont pas des novices. Ils ont déjà démontré leur capacité à faire céder d’autres Etats, à commencer par l’Ukraine, en fermant le robinet du gaz.

Création de Poutine, Gazprom, la grande compagnie gazière nationale, a déjà joué un rôle majeur pour faire plier l’Ukraine en augmentant les tarifs et en réduisant l’approvisionnement. Si en 2005 et en 2009, Kiev a rendu les armes en quelques jours, la situation n’est pas la même aujourd’hui car c’est bientôt le printemps ! Les températures remontant, la question de l’énergie n’est pas aussi pressante que lorsque l’approvisionnement cesse en plein mois de janvier.

L’Europe de l’Ouest ne semble pas non plus s’inquiéter d’un arrêt des livraisons de gaz. Malgré la dépendance de l’Allemagne au gaz russe (43% de sa consommation), le ton de fermeté à l’égard de Moscou adopté par Angela Merkel, la chancelière allemande, est révélateur. Il s’agit en effet d’un jeu perdant-perdant. Si la Russie coupe le gaz, elle se prive elle-même d’une de ses principales sources de revenus. En parallèle, les conséquences du bras de fer en Crimée commencent déjà à sévèrement affecter l’économie russe qui « montre clairement des signes de crise  », vient de reconnaître le ministre adjoint de l'Economie Sergueï Beliakov.

La fin de la dépendance européenne ?

Cette hausse des tensions entre l’Ouest et l’Est a au moins le mérite de rappeler que l’énergie n’est pas un bien de consommation comme un autre : elle est fondamentale. A ce titre, la France a fait le choix de diversifier ses sources d’approvisionnement en gaz (Norvège, Pays-Bas, Russie, Algérie…), échaudée par les précédents conflits gaziers entre l’Ukraine et la Russie. La prise de conscience est également européenne. Bruxelles a ainsi suspendu les négociations avec Moscou en vue de construire le gazoduc South Stream, censé alimenter une grande partie du continent.

Gazprom est elle-même dans une situation périlleuse. Certes, la compagnie russe gagne du terrain en Europe (parts de marché, acquisitions d’infrastructures), mais le gaz naturel est en pleine crise sur le vieux continent : les centrales sont en train de fermer les unes après les autres. De plus, des alternatives se développent. A moyen terme, le GNL (gaz naturel liquéfié) et les gaz de schiste (que les majors américaines aimeraient exporter vers le marché européen) pourraient contrebalancer un défaut de gaz russe. Surtout, à plus longue échéance, le risque de la dépendance constitue un bon argument en faveur du biogaz et de l’hydrogène.

Redoutée, la coupure du robinet de gaz russe pourrait finalement provoquer un retour de flamme pour Moscou. Cette menace est en effet peu efficace à court terme à cause du redoux. En outre, le simple fait que la Russie laisse planer le doute sur d’éventuelles coupures contribue à déstabiliser son économie, très dépendante des exportations d’énergie. La prise de conscience de la vulnérabilité de l’Europe devrait enfin accélérer le soutien aux solutions alternatives, susceptibles de réduire la dépendance au gaz russe. 


Moyenne des avis sur cet article :  1.24/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 18 mars 2014 17:04

    Les « Marionnettes » de l’UE (les fils sont tenus par Obama) ressemble à guignol un peu plus tous les jours avec moult gesticulations en tous sens..et invectives contre Poutine...« Non monsieur Poutine vous n’aurez plus deux sucres dans votre café mais un seul... »

    Pathétiquement ridicule... !


    • bibou1324 bibou1324 18 mars 2014 17:05

      Arme de dissuasion ... pour dissuader de quoi ? D’envoyer Fabius geler les fonds de quelques rares membres du gouvernement russe qui ont des fonds à l’étranger ? Oulala, comme l’Europe fait peur ...


      • amiaplacidus amiaplacidus 18 mars 2014 17:26

        Ces sanctions ne sont que des gesticulations sans aucune portée pratique.

        Les relations économiques avec la Russie sont bien trop importantes et bien trop rentables pour les capitalistes occidentaux pour qu’il ne fassent pas autre chose que de faire semblant d’être fâchés.
        En fait, de la Crimée, ils s’en moquent totalement, comme d’ailleurs ils se moquent aussi de l’Ukraine.

        Au surplus, les Russes sont des champions d’échec et je suppose que Poutine a, au minimum 3-4 coups d’avance.


      • bertrand57 bertrand57 18 mars 2014 17:08

        Et poutine , lui a raison , il est maitre de son pays et se comporte comme un vrai Président couillu ! pas comme notre abruti de flamby ! et puis quelles sanctions ? que va faire notre crétin national de fabius ? rien comme d hab , sinon baisser son froc !


        • Jelena XCII 18 mars 2014 19:00

          >> que va faire notre crétin national de fabius ?

          National, c’est vite dit... Quand on voit la clique de rabbins (Valls, Peillon, Fabius, BHL...) qu’il y a autour de Hollande, on se demande qui est au pouvoir en France.


        • baldis30 18 mars 2014 17:34

          Ceux qui croient que l’UE peut se passer du gaz russe se trompent, même en plein été ! C’est confondre consommation domestique et consommation industrielle et commerciale.

          certes on peut toujours essayer d’accroître la production des gisements de la Mer du Nord... mais faut-il encore qu’il y ait les capacités d’évacuation des forages vers les points de consommation ... et ce n’est pas prouvé ...

          De plus une grande partie de l’ex-Europe de l’Est est encore plus dépendante que l’Allemagne.... Comment vont réagir dirigeants et peuples de ces pays ? 

          Pour l’approvisionnement à partir de l’Algérie c’est pareil : capacité de liquéfaction et capacité de transport des méthaniers sont aussi des contraintes qui ne se résolvent pas en quelques heures ....


          • Rincevent Rincevent 18 mars 2014 19:39

            « Signes de crise… » Après avoir lu votre lien, je comprends qu’il s’agit juste d’une tension boursière liée aux événements, sans plus. Comme l’Europe va se contenter de gesticulations, ça retombera doucement et la Bourse russe remontera de même.


            • foufouille foufouille 18 mars 2014 20:18

              la russi vendra son gaz à la chine .........


              • joelim joelim 18 mars 2014 23:49

                Les US vendront du gaz à l’UE. 

                C’est je pense le but dans leur participation à ce putch. 

                Ils comptent nous le vendre au tarif au jour le jour, bien moins avantageux.

                Cela dit le gaz russe en France c’est beaucoup moins que l’on pense.

                • Tartine et Voltaire Tartine et Voltaire 19 mars 2014 01:20

                  vous confondez « crise » et rebonds ou grimpettes boursières, qui en toutes circonstances, subissent soit une hausse soit une baisse, c’est très connu en économie ! Par ailleurs, j’aurai aimé avoir le lien qui mène à cette déclaration du premier ministre russe évoquant la chute des exportations de gaz ... çà a été relayé par la presse occidentale mais rien en Russie d’après mes connaissances ; Il n’y aurait donc que l’occident qui importe du gaz russe ? D’autant, ce qui lie l’Allemagne à la Russie, c’est le gazoduc toujours d’actualité... comment croyez vous que l’Allemagne qui a investit des millions d’Euros dans ce projet laisse tomber ? La plus grande perdante, c’est l’Allemagne et qui mène l’Europe en dehors des US ? Ne croyez vous pas que les us visent plutôt les intérets allemands qui tendrait à devenir une puissance économique nuisible ? Quand à Fabius, non non il n’a pas menacé de lancer des opérations chirurgicales sur la Russie, tout va bien alors, ce n’est ni l’Afrique, ni le Maghreb, encore moins le MO voire l’Iraq !! si ce ne relève pas du complexe de supériorité colonialiste çà alors je ne sais pas ce que c’est !


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 mars 2014 02:35

                    Cet article est une subtile desinformation et je mets serieusement en doute sa votation, pour des raisons que peuvent facilemnet trouver ceux qui s’y connaissent un peu. Je ne vois pas d’interet a pousser plus loin.... sauf si ca se reproduite, prolonge ou s’agrave, mais je conseille à tous de le relire attentivement 


                    PJCA

                    • wesson wesson 19 mars 2014 02:50

                      Bonjour l’auteur,
                      il y a tant d’âneries dans votre article que ça me pique les yeux et me fait peine pour vous.

                      Quand est-ce que les USA seront capable de produire assez de gaz de schiste pour suppléer à la fourniture Russe ? La réponse est simple : jamais.

                      A ce jour, le gaz de Schiste produit par les Américains ne leur suffit même pas pour leur propre consommation : ils en importent toujours 20% de ce qu’ils consomment. Et ils sont confrontés à toute une série de problèmes qui fait que leur production n’est pas prête d’augmenter de manière significative. Le rendement des puits de GdS diminue de 24% l’an, ce qui fait que tous les 4 ans, ils doivent refaire tous les puits pour seulement maintenir la production actuelle. Et comme bien entendu on commence toujours par extraire le plus facile, à chaque nouveau puits ça coute encore un peu plus cher que le précédent. Les estimations les meilleures parlent d’un accroissement de production de à peine 5% envisageable en 20 ans, il faudrait au bas mot 4 fois ça pour envisager d’être à l’autonomie à ce moment là.

                      Puis après, il faut liquéfier tout ça pour le mettre dans les tankers et le transporter. A elle seule cette opération peut doubler le prix par unité de volume.

                      C’est pourquoi c’est une vaste foutaise que de penser que les USA pourraient suppléer au gaz Russe. Je sais, ça ne fait pas plaisir, mais c’est comme ça.

                      Les projets des Américains étaient effectivement de prendre pieds en Crimée certes pour l’Otan, mais aussi car il y aurait des ressources gazières au large très importantes et encore peu explorées. C’était ce gaz là que les majors voulaient vendre en Europe, et c’est bien pour cela qu’ils sont vénère. Poutine leur a gâché la fête.

                      Pour le South Stream, son financement est bouclé depuis un bon moment et il rentre en service l’année prochaine. Faut-il rappeler que son but principal était d’éviter l’Ukraine, qui avait elle aussi un peu trop l’habitude d’utiliser les Européens pour ne pas payer le gaz qu’ils prélevaient. Et ça n’énervait pas que les Russes. C’est l’autre projet, Nabucco, porté justement par les Américains qui a terminé dans le ravin, et ne sera probablement jamais réalisé.

                      Le biogaz est une aimable plaisanterie totalement incapable de suppléer au Gaz naturel en quantité, quand à l’Hydrogène, c’est un gaz qui est très consommateur en énergie pour le produire, extraordinairement couteux et complexe à transporter et carrément dangereux (explosion) en cas de fuite

                      Vous avez répété dans votre article les même âneries que Bernard Guettha a prononcé sur France Inter Lundi matin, comme quoi l’Europe allait cesser ses achats de Gaz à la Russie. Vous verrez que dans les faits, il n’en sera rien. Je comprends parfaitement que ce soit très dur à admettre, mais non, l’Europe n’as absolument aucune alternative au gaz Russe, et surtout pas en provenance des USA dont personne ne prévoit qu’ils soient autosuffisant en matière de production énergétique dans un futur prévisible.


                      • Merlin 19 mars 2014 15:02

                        Tout a fait d’accord avec votre commentaire au sujet de cet article.
                        Je voudrais préciser pour faire court que le gaz de schiste n’existe pour ainsi dire pas.

                        Quand produire une énergie coute autant que ce qu’elle rapporte énergétiquement, il n’y strictement aucun intérêt à l’exploiter, hors c’est justement le cas du gaz de schiste.

                        Ce n’est pas une énergie d’avenir du tout, c’est une simple distraction médiatico financière orchestrée par les lobbys pétroliers et de leur larbins.


                      • filo... 19 mars 2014 03:49

                        Votre article est une diarrhée anti russe. Manipulateur, honte à vous !


                        • COVADONGA722 COVADONGA722 19 mars 2014 06:18

                           yep cet articulet à deux défauts

                           1/C ’est de la Propagande !
                           2/ de la Mauvaise ,

                           puisqu’on y parles de gaz ça vaut pas un pet !!!!

                          Asinus : ne varietur 

                          • claude-michel claude-michel 19 mars 2014 08:06

                            En matière économique la Russie a un poids bien plus important que les USA...Gaz..Pétrole..Diamant..Or..Blé etc...les USA pour faire « Le Plein » sont obligé d’aller envahir leurs voisins voler le strict nécessaire pour survivre...Toute la différence est là...


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 mars 2014 09:29

                              « Wall Street soulagée sur l’ Ukraine, finit dans le vert »

                              Les tradeurs ont entendu Poutine dire qu’il n’interviendrait pas en Ukraine, qu’il voulait la paix et de bonnes relations avec l’ UE, et la Bourse repart.
                              Comme ils ont la tête près du bonnet et le bonnet près du portefeuille, ils ont compris qu’en cas de guerre économique, il n’y aurait que des perdants.

                              Et que de guerre économique, il n’y aurait point.

                              Quoiqu’en disent nos Mamamouchis qui ont tout compris de travers, ou font semblant, atteints d’une étrange maladie qui perturbe leur comprenette, dès qu’ils sont dans la panade où leur politique irresponsable à Kiev les a menés...

                              L’auteur ferait bien de lire « La nouvelle grande Russie » de Xavier Moreau.

                              Il apprendrait, qu’en plus du Traité de sécurité collective avec plusieurs pays asiatiques, Poutine a une politique énergétique très ambitieuse qui contrecarre les projets américains en Asie Centrale et dans le Caucase, comme l’a expliqué Wesson dans un commentaire précédent.

                              Poutine a mis fin aux oligarques, afin de favoriser les intérêts de la Russie.
                              Les oligarques, très impopulaires, sont l’exemple même des biens mal-acquis, et considérés par la population russes comme des pillards du patrimoine commun industriel.

                               Khodorkovsky a été arrêté et jugé pour 3 motifs :
                              * Au moment de son arrestation, il était en négociation avec Exxon pour un rapprochement avec Gazprom, ce qui allait contre la stratégie énergétique du Kremlin.

                              * Il était opposé au projet de pipeline avec la Chine, et souhaitait ainsi priver l’ Etat russe du monopole du transport des hydrocarbures.

                              * Et Poutine voulait le punir des crimes de sang commis dans les années 90, dans le cadre de la construction de l’Empire Youcos.

                              Pour comprendre la guerre du gaz, les perdants et les gagnants :
                              « Du pétrole, du gaz et du sang » par Pepe Escobar


                              • claude-michel claude-michel 19 mars 2014 09:45

                                ++++ (j’ai pas de bouton pour appuyer il ne s’affiche pas)... !


                              • JMBerniolles 19 mars 2014 09:59

                                Article qui pourrait être signé par un journaliste du Monde.

                                C’est à dire de désinformation.

                                Curieux qu’ « enjeux électriques » ignore que le gaz naturel et de schistes, est et va être plus encore, utilisé pour produire de l’électricité.
                                En Allemagne, même si la part du gaz dans l’électricité n’est pas énorme (à cause de l’utilisation intenable à moyen terme de la lignite), le rôle des chaudières à gaz dans la stabilité du réseau électrique est fondamental

                                L’électricité produite ainsi à un coût directement lié au prix du gaz... 

                                D’ailleurs l’Allemagne ne menace la Russie que pour la galerie. Shroeder est dans les états majors des sociétés d’exploitation et de diffusion du gaz russe.
                                Merkel vient de préciser que la Russie n’était pas exclue du G8.

                                Nous sommes les seuls à cautionner et aider la politique extérieure américaine ;
                                Même l’Angleterre a pris ses distance.




                                • Rincevent Rincevent 19 mars 2014 11:21

                                  Il faudrait bien qu’un jour Enjeux Électriques nous renseigne un peu mieux sur ce qu’il est.

                                  En cliquant sur son profil on apprend quoi ? Rien, sauf que près de la moitié de ses articles ont été modérés négativement. Idem en allant sur son site, aucune présentation. Alors, à part vouloir nous fourguer à tout propos le compteur Linky, qui est-il vraiment et pour qui roule t-il ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès